AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Lun 13 Aoû - 11:32


L'argent fait le bonheur, pas les gens
L

e problème quand, comme Rudolf, on passe sa vie à voyager de pays en pays (encore qu'il s'agit d'un problème tout relatif, il faut quand même le signaler, la contrepartie nécessaire à une carrière exceptionnelle et à un destin hors du commun - brossons-nous dans le sens du poil tant qu'on le peut), c'est que les banques deviennent comme une seconde adresse pour soi. Il fallait sans cesse que le joueur de Quidditch échange son argent, d'une devise à l'autre, et bien malgré lui, il finissait même par se tenir au courant du cours de la bourse à l'internationale, par pur intérêt, cela va sans dire. Son dernier match l'avait conduit à passer quelques jours en italie, mais il n'avait plus rien à faire de sa monnaie sorcière italienne à présent qu'il était de retour. Certes, cela lui avait permis de prendre du bon temps et de goûter au célebrissime vin romain (en plus de quelques jolies Romaines), mais maintenant, il était rentré en Angleterre, et il devait y rester pour un petit moment. Important pour lui, donc, de se frotter aux gobelins de Gringotts pour récupérer le petit pécule qui lui permettrait de subvenir à ses besoins ainsi qu'à celui de ses parents le temps voulu, et dans la devise adéquate, cela va sans dire. Une chance pour lui, si l'argent pouvait parfois être un casse-tête, ce n'était en revanche pas un problème. En tant que joueur de Quidditch renommé (si vous ne l'aviez pas encore compris), Rudolf gagnait sa vie plus qu'honorablement, c'est rien de le dire. Seulement, il détestait ces négociations âpres avec ces créatures aimables comme des portes de prison, et sa petite transaction achevée, il n'avait qu'une hâte, et c'était de s'en aller au plus vite. Et s'il pouvait dépenser cet argent dans les plus brefs délais au passage, il n'allait pas s'en priver non plus.

Il s'apprêtait à quitter Gringotts, la bourse bien pleine (sans aucun sous-entendu salace, on ne se le permettrait bien évidemment pas), quand le jeune homme croisa la route d'un autre. Dont il se serait bien épargné la compagnie. Aaron Jefferson. Qu'il le croise ici n'avait rien d'anormal, il travaillait là, après tout, mais quand même, Rudolf se serait bien épargné de le croiser. Il le détestait. Viscéralement. Pour pas grand-chose. Surtout parce que c'était le meilleur ami de Gwendolyn, et même s'il n'avait techniquement pas son mot à dire et qu'il ne s'était dit-on rien passé entre eux, il était de ces crétins qui ne croyait que très difficilement en l'amitié homme-femme (même si lui-même faisait une exception pour Gabrielle). De toute façon, dès qu'un homme tournait autour de Gwendolyn, ça le rendait dingue.

-Jefferson,
le salua-t-il le plus froidement du monde.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Aaron Jefferson
▌ Messages : 378
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Phèdre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, 33 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Jesse Eisenberg

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Sam 13 Oct - 14:55

L'argent fait le bonheur, pas les gens.
Les journées à Gringotts étaient parfois longues, mais Aaron aimait tellement son travail que c’était toujours un plaisir de s’y rendre. Et pas seulement parce qu’il avait la chance d’avoir le supérieur le plus performant qu’il puisse exister (il avait peut-être une trop grande adoration pour Ignatius), mais tout simplement parce qu’il aimait son travail. C’était une passion. Bon, des fois, Aaron ne pouvait pas nier qu’il préférait ne pas venir travailler et pouvoir passer un peu de temps en compagnie de Phèdre, mais ce n’était pas comme s’il avait le choix. Et puis sa petite amie devait aussi travailler, et très dur en prime. En tout cas, cette journée avait été un peu longue, mais c’était avec la satisfaction d’un travail bien fait que Aaron s’apprêtait à quitter Gringotts. Il n’était pas prévu qu’il voit Phèdre ce soir-là, la jeune femme aillant beaucoup de travail et puis ce n’était pas comme s’ils pouvaient vraiment passer tout leur temps ensemble (même si c’était quelque chose que le jeune homme aimerait bien faire). Aaron ne savait donc pas réellement ce qu’il allait faire, sans doute se contenter de rentrer chez lui et passer une soirée normale en attendant le lendemain.

Parce qu’il n’avait rien à faire pour les mangemorts ou pour l’hydre. Enfin, techniquement il avait toujours quelques choses à faire pour l’hydre, mais il attendait simplement d’avoir des ordres concernant les mangemorts. Une soirée tranquille chez lui, lui convenait très bien en tout cas. Casanier comme il était, ce n’était pas un souci de passer une soirée seule dans son appartement sans voir personne. La seule personne qu’il avait envie de voir, c’était Phèdre de toute façon. Enfin, si Gwendolyn décidait de lui envoyer un message pour qu’ils se voient, il y avait de forte chance qu’il réponde à l’invitation. Ça se passait souvent comme ça d’ailleurs, quand elle avait besoin de se défouler. Et en parlant d’elle… la route de Aaron ne croisa pas celle de sa meilleure amie, mais d’un jeune homme qui la connaissait très bien. Trop bien aux yeux du sorcier d’ailleurs.

« Brand. »
Il répondit sur le même ton froid que le joueur de Quidditch. Aaron n’y pouvait rien, il n’aimait pas ce type. Il ne savait pas du tout ce que Gwendolyn lui trouvait. Bon, d’accord, le jeune homme se doutait qu’elle appréciait son charme (même lui était capable de reconnaître que Rudolf était le genre d’homme à faire tomber les jeunes femmes), mais il était évident que ce n’était pas quelqu’un pour elle. En soit, Aaron n’avait pas son mot à dire, mais il ne savait que trop bien que Rudolf Brand n’était pas une bonne compagnie pour Gwendolyn. « Tu es de nouveau dans les parages ? »

Il le voyait bien, c’était surtout une question rhétorique. Quelque chose pour faire comprendre à l’homme sous ses yeux qu’il n’était pas réellement ravi de voir qu’il était dans le coin. Plus loin il était de Gwendolyn, mieux elle se portait à ses yeux.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Sam 13 Oct - 16:18


L'argent fait le bonheur, pas les gens
A

aron n'avait pas besoin de faire ou de dire grand-chose pour comprendre que la présence de Rudolf n'était pas désirée. En même temps, cela n'avait clairement rien de surprenant. Il se serait épargné de dire quoi que ce soit ou de le regarder de cette manière que cela n'aurait pas empêché le jeune homme de savoir pertinemment à quoi s'en tenir, parce que leur animosité ne datait pas d'hier, comme sa relation en dents de scie et l'amitié de Gwendolyn avec Aaron ne dataient pas d'hier non plus, malheureusement. Manifestement, Aaron n'avait pas la moindre envie de le voir revenir dans les parages, et Rudolf pouvait bien admettre que la perspective de pouvoir incommoder de la sorte son interlocuteur n'était pas pour lui déplaire... Même si c'était donnant-donnant bien sûr, car lui-même de son côté ne pouvait pas réellement prétendre se sentir dans les meilleures dispositions du monde, ravi de devoir s'imposer une conversation avec Jefferson. Mais bon, c'était comme ça, et puisque Rudolf était un véritable paon au quotidien, il était évidemment impossible qu'il se contente de passer son chemin, il allait forcément falloir qu'il se fasse remarquer et cherche à s'imposer. C'était comme ça, c'était tout simplement plus fort que lui.

-Tes talents d'observation sont affolants,
répliqua-t-il avec un sourire acerbe au coin des lèvres, tu devrais te lancer dans la voyance, tu ferais des ravages.

Tous les prétextes étaient bons pour piquer son interlocuteur, après tout, et en l'occurrence, il n'avait clairement pas envie de s'en priver, tout comme il devinait que le jeune homme, de son côté, ne s'en priverait pas non plus.

-J'habite dans le coin, je sais pas si t'es au courant
, ajouta-t-il d'un ton désinvolte, même si c'était effectivement le cas, quoi qu'on pouvait aisément l'oublier puisqu'il était tout de même vrai qu'il passait le plus clair de son temps à courir le monde, pas tant par goût du voyage que par soif de conquête, puisque le mieux, dans le Quidditch, c'était tout de même la victoire. Et il y a quelques connaissances que je suis assez impatient de revoir.

Bien évidemment, il faisait mention de Gwendolyn, et n'envisageait pas réellement de s'en cacher. En même temps, pour quoi faire ? Les multiples relations des deux joueurs de Quidditch étaient de notoriété public, et s'il y en avait un pour se tenir au courant de la vie sentimentale de sa "meilleure amie", c'était bien Aaron. Alors il se faisait un malin plaisir de rappeler à son interlocuteur qu'il serait toujours dans le sillage de son interlocuteur et ne comptait pas y changer quoi que ce soit, certainement pas. D'autant qu'avec Gwendolyn, il ne lâcherait jamais complètement l'affaire, puisqu'avec Gwendolyn, il y aurait toujours quelque chose.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Aaron Jefferson
▌ Messages : 378
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Phèdre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, 33 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Jesse Eisenberg

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Mar 18 Déc - 14:57

L'argent fait le bonheur, pas les gens.
Évidemment, l’homme sous ses yeux ne manqua pas de lui répliquer quelque chose, le rabaissant comme il savait si bien le faire. Il affirma donc qu’il avait des dons de voyances, simplement parce qu’il faisait la remarque qu’il se trouvait devant ses yeux, qu’il était dans les parages. Aaron ne parlait pas de cela simplement parce qu’il le voyait, mais en grande partie parce qu’il se demandait ce qu’il faisait dans le coin. Bon, Aaron savait bien que Rudolf passait son temps à voyager et que ce qu’il faisait le plus c’était jouer au Quidditch.

Le jeune homme se contenta de lever les yeux au ciel quand Rudolf mentionna le fait qu’il vivait dans le coin. Il était au courant, mais ce n’était pas pour autant qu’il sautait de joie à cette idée. L’avantage, c’était que son interlocuteur passait quand même beaucoup de temps en dehors de ce pays, ce qui n’était pas une mauvaise chose à ses yeux. Même si ça ne l’empêchait pas de croiser Gwendolyn en dehors de ce pays. Parce que oui, forcément, Gwendolyn était quand même un peu au cœur de cette conversation. Quand Rudolf affirma qu’il y avait quelque connaissance qu’il avait hâte de revoir, Aaron savait bien qu’il parlait de Gwen. Ce qui avait le don de l’agacer en effet. C’était bête, sans doute, mais le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de vouloir protéger son amie et elle considérait vraiment qu’elle ne devait pas rester en compagnie de cet homme, qu’elle valait beaucoup mieux que ça.

« Ouais, bah tu ferais bien de te concentrer sur ton jeu. » Répondit-il, sans pouvoir s’en empêcher. Aaron n’était pas le plus au point quand il était question de Quidditch, il en savait ce que Gwendolyn lui disait la plupart du temps. Et même s’il était proche de la jeune femme, il n’était pas le fan le plus assidue de ses matchs. Il avait simplement envie que le jeune homme sous ses yeux ne viennent pas trop tourner autour de son amie, parce qu’il avait cette trop grande habitude à lui faire du mal. Franchement, Aaron ne comprenait vraiment pas ce que Gwen pouvait bien lui trouver. « Et arrête de tourner autour de Gwendolyn. »

Il était peut-être trop direct, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. On ne pouvait pas dire qu’il était l’homme le plus confiance, mais en même temps quand il était question de prendre la défense des personnes qu’il aimait, il était capable de prendre sur lui. Et en cet instant précis, il n’avait vraiment pas envie de se taire. Il pensait sincèrement que Rudolf devait rester le plus loin possible de Gwen, ça valait bien mieux pour la jeune femme. Et définitivement, il ne comprenait pas ce qu’elle pouvait lui trouver. Il était tellement arrogant. Bon, physiquement, Aaron ne pouvait pas réellement juger, mais quand même. Gwen méritait quelqu’un de mille fois mieux que ce joueur de pacotille.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Mar 18 Déc - 15:16


L'argent fait le bonheur, pas les gens
R

udolf ne prit pas ombrage de la remarque de son interlocuteur quand ce dernier affirma qu'il ferait bien mieux de se concentrer sur son jeu. Il pourrait peut-être se sentir vexé ou attaqué s'il estimait que Aaron ait une quelconque légitimité à remettre ses compétences en question, mais c'était loin d'être le cas. Et même s'il avait estimé Aaron légitime à lui faire ce genre de remarque, d'ailleurs, il n'aurait pas pour autant pris la mouche. Parce que Rudolf avait une très haute estime de lui-même et considérait être un cador dans son domaine. Il n'avait pas été nommé capitaine de l'équipe des Busards de Heidelberg pour rien, équipe qui, au passage, enregistrait à son actif plus de victoires que de défaites. Alors non, il ne comptait certainement pas prendre au sérieux ses conseils. Au mieux, il admettrait bel et bien qu'il ne devait pas mettre son jeu de côté. Mais il n'en était rien, seulement, il y avait un temps pour le quidditch, et un autre pour... d'autres sortes de jeu, disons.

Sa seconde remarque le fit autrement sourire, en revanche. Bien sûr, il était question de Gwendolyn. Si le jeune homme n'était pas si proche de la volcanique joueuse de Quidditch, les relations entre eux ne seraient peut-être pas à ce point tendues. Et puisqu'il décidait de mettre directement le doigt sur le sujet qui fâche (et qui sait se fâcher), les hostilités pouvaient très clairement commencer.

-Qu'est-ce qu'il y a, Jefferson, t'es jaloux ?
répondit-il avec un sourire.

Et il y aurait de quoi, considérait-il, parce qu'il estimait valoir mille fois plus que son interlocuteur. Et aussi parce qu'il considérait qu'il avait largement l'ascendant quand il était question de Gwen... parce qu'il pouvait l'avoir quand il le voulait, du moins en avait-il la conviction.

-C'est pas que je veux pas laisser Gwen tranquille,
répondit-il, toujours sans perdre son sourire... Mais je peux pas m'en empêcher. Et c'est de sa faute, aussi, elle ne peut pas se passer de moi, et moi... Enfin, je n'arrive pas à lui résister.

Bon, il inversait un peu les rôles, en l'occurrence, mais le but était avant tout de faire comprendre à Aaron qu'entre Gwen et lui, ce ne serait jamais fini, absolument jamais. Même s'ils n'étaient sans doute pas faits pour rester ensemble sur le long terme, il n'imaginait pas sa vie sans elle dans son sillage, et il avait envie de penser que la réciproque était tout aussi vraie. Et ce n'était certainement pas Aaron qui viendrait y mettre son grain de sel. Certainement pas, et si Rudolf devait en rajouter pour le lui faire comprendre, ce serait avec grand plaisir, sans l'ombre d'un doute. Alors ne lui en déplaise, il continuerait de tourner autour de Gwen.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Aaron Jefferson
▌ Messages : 378
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Phèdre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, 33 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Jesse Eisenberg

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Hier à 13:55

L'argent fait le bonheur, pas les gens.
Aaron leva les yeux au ciel quand Rudolf lui demanda s’il était jaloux, alors qu’il affirmait qu’il devait arrêter de tourner autour de Gwendolyn. Ça n’avait rien à voir. Enfin, en un sens, le jeune homme ne pouvait pas nier que par instant il se sentait un peu jaloux vis-à-vis des personnes qui tournaient autour de son amie, parce que la jalousie amicale existait bel et bien. Mais ce n’était évidemment pas comme Rudolf l’entendait de son côté, bien au contraire. Aaron ne savait définitivement pas ce que Gwen trouvait à Rudolf, ce type n’avait rien du tout d’agréable. Enfin, le jeune homme ne pouvait pas nier non plus qu’il était quand même très peu objectif dans la situation.

Rudolf précisa que ce n’était pas qu’il n’avait pas envie de laisser Gwendolyn tranquille, mais elle ne pouvait pas se passer d’elle et de son côté, il n’arrivait pas à lui résister. De ce qu’il savait, Gwen ne tenait pas tant que ça Brand dans son cœur. Enfin, si, mais disons qu’elle ne le lui avouait pas en fait. La seule chose que Aaron voyait, c’était que ce type avait le don de faire du mal à sa meilleure amie et c’était quelque chose qui le dérangeait vraiment.

« C’est trop facile de rejeter la faute sur les autres. » Répondit-il, ne manquant pas d’être quelque peu amer. Le jeune homme ne pouvait pas s’en empêcher non, il ne pouvait que se ranger du côté de sa meilleure amie et d’avoir envie de se défendre. « T’as qu’à arriver à lui résister, ça lui fera moins de mal comme ça. »

Oui, définitivement, Aaron se contentait simplement de mettre les torts sur Rudolf, parce qu’il ne parvenait pas à être objectif une seule seconde. Gwendolyn n’avait peut-être pas besoin qu’on la défende non plus, forcément, mais en même temps il ne pouvait pas nier le fait qu’il se faisait du souci pour elle, qu’il avait envie de la protéger. Quand bien même, Gwen était plus à même de se protéger que lui capable de la protéger au final. Elle avait une plus grande force de caractère, c’était plus qu’évident. C’était bien plus Gwen qui avait l’habitude de le défendre lui que l’inverse. Mais bon, quand il était question de Rudolf, Aaron ne pouvait définitivement pas s’empêcher de mettre son grain de sel.

« Et je sais très bien qu’elle est bien mieux sans toi ! »
Aaron ne se montrait pas toujours aussi catégorique, mais en cet instant précis c’était pourtant le cas. Parce que le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de penser que son amie s’en sortait bien mieux sans Rudolf, qu’elle méritait bien mieux dans la vie. Bon, évidemment, le jeune homme ignorait vraiment beaucoup de chose au sujet des sentiments de son amie pour Rudolf, mais en même temps il n’avait pas spécialement envie d’entendre raison non plus. Encore une fois, il manquait d’objectivité.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   Hier à 14:13


L'argent fait le bonheur, pas les gens
B

ien sûr, rejeter la faute sur autrui, c'était facile, c'était même beaucoup trop facile, mais en même temps, Rudolf considérait que Gwen et lui se renvoyaient la balle à la perfection, de ce point de vue. Et la faute, si vraiment il y en avait une (ce dont il doutait tout de même) était quoi qu'il en soit entièrement partagée. Rudolf et Gwen étaient comme des aimants : ils s'attiraient, ils se rejetaient, c'était comme ça qu'ils fonctionnaient, c'était comme àça qu'ils avaient toujours procédé. C'était toxique, comme relation, et surtout, ça ne les menait nulle part, mais c'était de cette façon qu'ils avaient toujours fonctionné, et qu'ils fonctionneraient toujours, certainement. C'était une mauvaise mécanique, mais ils ne connaissaient qu'elle. Et pour avoir tenté de s'en extirper, ils savaient très bien qu'ils ne pouvaient tout simplement pas s'en passer. Et l'avis des autres, en l'occurrence, ils s'en fichaient royalement.

Est-ce que Gwen était réellement mieux sans lui ? C'étaient des mots qu'il était bien obligé d'entendre, et il était convaincu que Gwen avait dû les prononcer plus d'une fois, mais est-ce que c'était la vérité ? Oui et non. Rudolf, s'il se fiait à sa propre expérience, ne pouvait que se dire que les moments où ils étaient le mieux, tous les deux, c'était quans ils étaient ensemble et que tout se passait bien. Le soucis, c'est que les pires moments qu'ils savaient vivre, c'était aussi ensemble qu'ils les passaient : quand ils s'engueulaient, quand ils se haïssaient, quand ils se déchiraient... Mais dans tous les cas, ça les regardait, et ce n'était certainement pas l'opinion d'Aaron Jefferson que Rudolf allait s'amuser à prendre pour argent comptant, loin s'en faut... De toute manière, il n'y avait que peu d'interlocuteurs qui pouvaient se targuer de véritablement toucher ou inquiéter Rudolf. Les autres indifféraient totalement le joueur de Quidditch. L'opinion de Aaron n'avait pas l'ombre d'une importance pour lui. Le jeune homme pouvait bien penser ce qu'il voulait de lui, Aaron n'en avait absolument rien à faire. Il s'amusait juste de voir combien sa relation avec Gwen semblait l'agacer. Et pour la peine, il avait la ferme intention d'en rajouter.

-Pourquoi elle revient constamment vers moi si c'est le cas, hein ?
demanda-t-il avec un sourire en coin, juste pour le plaisir de le narguer un peu. Tu ne crois pas que tu ferais mieux de te mêler de tes propres relations plutôt que de te soucier des siennes ?

De ce qu'il savait, Aaron était toujours célibataire. Alors il n'avait certainement pas de leçons à donner à Rudolf dans tous les cas. Et s'il en avait, le sportif n'écouterait rien.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'argent fait le bonheur, pas les gens [pv Aaron :33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le malheur des uns fait le bonheur des autres... [PV]
» L'argent ne fait pas le bonheur [Criss]
» L'alcool fait presque le bonheur (pv Raphaël ) - TERMINE
» "Tu veux le meilleur, tu veux être heureux. Tu veux, tu veux... Le problème Lucas, c'est qu'on a jamais ce que l'on veut." - Lucas
» Shanoir, Chevalier du Malheur ( mais qui fait le bonheur de certains)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Gringotts
-