AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview en charmante compagnie [pv Ines]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 82
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Lun 13 Aoû - 11:57


Interview en charmante compagnie
B

ien sûr, Rudolf ne lisait jamais Sorcière Hebdo (ou en tout cas se défendrait toujours de le faire), mais il appréciait tout de même cette revue, parce que les articles qui y paraissaient de temps à autre sur lui étaient disons plutôt flatteurs, et Rudolf adorait qu'on le caresse dans le sens du poil, surtout si c'était pour mettre en exergue sa plastique impeccable et son regard de braise (il n'en rajoutait bien sûr absolument pas, ce n'était pas son genre). Quand la revue demandait à l'interviewer, il n'hésitait donc jamais, d'autant plus qu'il connaissait l'importance de l'image, dans son milieu comme dans beaucoup d'autres d'ailleurs. Mais en l'occurrence, fait inédit pour lui, c'était Rudolf, cette fois, qui avait tanné son agent pour lui obtenir une interview avec la revue, mais surtout qui avait exigé d'avoir une intervieweuse en particulier.

Une journaliste du nom d'Ines Stinwick. Rudolf ne la connaissait ni d'Adam ni d'Eve, mais il tenait à ce que ce soit elle malgré tout. Parce qu'il avait récemment lu une interview de son cru dans cette même revue, et elle sortait un peu de l'ordinaire. Sans doute parce que l'interviewée elle aussi sortait de l'ordinaire. Bon, d'accord, peut-être qu'il lisait un peu Sorcière Hebdo, mais en même temps, quand un article paraissait sur Gwendolyn... il avait du mal à ne pas se montrer curieux. Et ça n'avait évidemment aucun rapport avec le fait qu'il pouvait se montre... un chouias obsessionnel quand il s'agissait d'elle (mais juste un tout petit peu). Bref, l'interview était intéressante et sortait des sentiers battus, et Rudolf avait lui aussi envie d'avoir son interview phare, tant qu'à faire, qui pourrait peut-être se lire en miroir de celle de sa rivale de toujours (mais pas que). Parce qu'il ne manquerait plus que la plus grande harpie des Harpies (au sens propre comme au figuré) lui vole la vedette. Il avait donc obtenu un rendez-vous dans les bureaux du journal avec Mrs Stinwick.

Ou miss, plutôt, car quand on le mena à elle, force lui fut de constater que la demoiselle était jeune... et sacrément à son goût, au passage. Cela ne devrait en rendre l'interview que plus agréable.

-Mademoiselle Stinwick, je présume
, dit-il en accrochant un sourire charmeur à ses lèvres. Enchanté de faire votre connaissance.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 88
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, Aile de fée, 18,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Scarlett Johansson

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Mar 4 Sep - 16:45

Interview en charmante compagnie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ines avait été quelque peu surprise quand son patron lui avait annoncé qu’on la demandait précisément elle pour mener une Interview. Avec un dénommé Rudolf Brand. Elle l’avait déjà aperçu sur quelques couvertures de magazines. C’était un joueur de Quidditch, encore, elle ne savait pas pourquoi elle les attirait autant, surtout que le Quidditch ce n’était pas vraiment sa passion et elle ne s’y intéressait pas du tout, mais qu’importe. Après tout, on ne lui demandait pas de commenter un match mais d’interviewer un des joueurs. Elle avait encore en tête l’interview faite avec Gwendolyn Morgan. Elle s’était bien déroulée, mais la fin avait été quelque peu… mouvementée. Fort heureusement, Ines savait rester professionnelle mais elle avait eu plus qu’envie de la remettre à sa place. Enfin bon, elle avait tout de même respecté les paroles de la jeune femme et sorti un papier très correct. Ce ne serait peut-être pas toujours le cas. Ines voulait bien être gentille, il ne fallait pas non plus trop la chercher.

Enfin bref, elle pourrait se dire que celle-là serait tout à fait différente, déjà parce que c’était un homme, mais en faisant quelques recherches, elle avait découvert qu’il s’agissait de l’ex-fiancé de Morgan. Elle ne savait pas trop si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle, mais quoiqu’il en soit, elle ferait son job. De ce qu’on lui avait dit, Brand était quelqu’un d’assez facile à vivre tant qu’on le couvrait de compliments, en bref, c’était un mâle dans toute sa splendeur, ce qui ne devrait pas poser de problèmes. Il avait demandé, apparemment, à ce que cela se fasse dans les locaux de Sorcière Hebdo, cela ne posait pas de problèmes à Ines, tant qu’il se sentait à l’aise, c’était le principal après tout. Elle attendait patiemment, installée déjà dans la salle où se déroulerait l’interview. Elle réarrangeait ses notes calmement en relisant quelques phrases, surtout pour passer le temps, plus qu’autre chose. Elle n’était pas vraiment stressée, il n’y avait pas de raison pour que ça se passer mal ou se dégrade, comme avec Gwendolyn. Enfin, on le conduit jusqu’à elle, elle se leva quand il entra dans la pièce et lui sourit.

-Mademoiselle Stinwick, je présume. Enchanté de faire votre connaissance.

Elle lui rendit son sourire, amusée. Sourire qu’elle connaissait bien, l’ayant déjà vu sur pas mal d’hommes. Elle lui serra doucement la main avant de s’assoir, face à lui. Tout avait été mis à disposition pour qu’il ait de quoi boire ou grignoter s’il en avait l’envie.

« Vous présumez bien, monsieur Brand. Je suis enchantée également. Installez-vous, je vous en prie. Avez-vous des contraintes de temps ou des obligations pour plus tard ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 82
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Mar 4 Sep - 20:22


Interview en charmante compagnie
E

n plus d'être particulièrement agréable à regarder, la miss était polie, radieuse, et sans doute pas la dernière des idiotes s'il se fiait à l'unique papier qu'il avait lu d'elle (tirer un papier respectueux et captivant d'un entretien avec Gwen, c'était pour ainsi dire un exploit, aux yeux de Rudolf). Il se disait de plus en plus que cette interview avait toutes les chances d'être des plus agréables, et rien ne semblait devoir le détrompe pour le moment. En plus, il y avait de quoi boire et de quoi manger (il n'avait pas spécialement faim ou soif, mais c'est l'intention qui compte), que demande le peuple ?

-Pas la moindre, je suis tout à vous le temps qu'il faudra
, répondit-il, l'un de ses habituels sourires charmeurs accrochés aux lèvres, quand la jeune journaliste lui demanda combien de temps il avait devant lui, sans doute pour estimer la durée de leur entretien, si elle devait expédier ses questions ou pouvait se permettre de les approfondir.

Des entretiens au lance-pierre, Rudolf y avait souvent eu droit, il faut dire que son emploi du temps était tout de même particulièrement chargé et ne laissait qu'une place infime à ce genre de choses... même si elles étaient essentielles, entretenir son image, c'était la base, quand on devenait une personnalité publique (et certaines personnes devraient en prendre de la graine).  Mais pour le coup, et puisqu'il était en partie à l'origine de cette rencontre, il s'était ménagé une plage de temps confortable dans son emploi du temps, n'ayant pas la moindre envie d'expédier l'interview en dix minutes, chrono en mains, comme ça pouvait être le cas quelquefois. Et quand il voyait à quelle charmante jeune femme il avait affaire présentement, il ne regrettait absolument pas de n'être en rien pressé par le temps. Il y avait peut-être quelque chose à creuser... voir la possibilité de lui proposer d'aller boire un verre une fois l'entretien terminé. Enfin, chaque chose en son temps. Pour l'instant, il se demandait à quelle sauce il allait être mangé... Pensée pas forcément déplaisante non plus, au passage.

-Alors, dites-moi, par quoi on commence ?

Elle avait le champ libre, elle pouvait bien lui poser toutes les questions qu'elle voudrait. Ce n'est pas pour autant qu'il répondrait à toutes, évidemment, mais ça c'est autre chose.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 88
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, Aile de fée, 18,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Scarlett Johansson

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Mer 26 Sep - 4:50

Interview en charmante compagnie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
A en juger par la première impression qu’elle avait de Rudolf, les choses devraient bien se passer pour cette interview. Il avait l’air d’être un jeune homme tout à fait charmant, et charmeur sans aucun doute. Peut-être qu’il jouait un rôle, mais dans tous les cas, s’il se montrait agréable, ce n’était pas un problème. De toute façon, il y avait peu de chances pour qu’il se comporte comme Gwendolyn Morgan. Ou en tout cas, elle l’espérait sincèrement. Si cela devait bien commencer pour se dégrader ensuite, ce n’était pas la peine. Mais bon, il ne semblait pas du tout avoir la même façon d’être, c’était déjà un bon point. Un très bon point.

-Pas la moindre, je suis tout à vous le temps qu'il faudra.

Il faut dire que pour le moment, son côté séducteur avait quelque chose de plaisant, et d’amusant. Il n’était pas trop lourd ce qui était appréciable. Ines restait une femme, et qui plus est, une femme qui appréciait qu’on lui donne la valeur qu’elle méritait. Même si tout ceci était professionnel, cela n’empêchait en rien que les choses se déroulent agréablement. Après tout, c’était toujours bien de mêler l’utile à l’agréable.

En tout cas, c’était une bonne chose qu’il n’ait rien de prévu par la suite. Elle n’aurait pas besoin de se presser, ou de le presser, ni de devoir faire des choix sur les différents points à aborder avec lui ou tout faire dans la précipitation. Elle ignorait s’il avait fait en sorte d’avoir son après-midi de libre ou si c’était le simple hasard, mais dans tous les cas, le résultat était le même et tout le monde était content. Mais il fallait bien démarrer par quelque chose. Elle était encore hésitante à ce sujet, elle n’avait rien préparé de millimétré, parce que ce serait un peu idiot, elle ne pouvait pas prévoir ses réactions ni ses réponses. Donc elle avait juste noté quelques informations sur lui, elle devait bien savoir un minimum à qui elle avait à faire après tout, et les différentes thématiques qu’il était possible d’aborder.

-Alors, dites-moi, par quoi on commence ?

Et de toute évidence, il était fin prêt pour débuter cette interview. Parfait. Il ne restait plus qu’à la débuter, justement. Par quoi commencer, bonne question. Mieux valait rester dans le classique pour le moment, voir un peu comment il réagissait, et en fonction de ses réponses, elle pourrait toujours revenir sur des détails. Ou alors, elle pouvait tout aussi bien le laisser choisir, il était toujours bon de caresser les interviewés dans le sens du poil, surtout dans les prémices. Et lui laisser des libertés dès le début pouvait être pas mal. Elle lui adressa un sourire.

« Vous m’en voyez ravie. Eh bien, cela dépend. Y-a-t-il quelque chose en particulier dont vous voudriez parler pour commencer ou ne pas parler ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 82
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Jeu 27 Sep - 17:49


Interview en charmante compagnie
I

nès, contrairement à la plupart des journalistes auxquels il avait eu affaire jusque-là (et il y avait eu du beau monde, sans vouloir se vanter - mais un peu quand même) ne semblait pas vouloir mener ou orienter l'entretien, mais davantage en faire une sorte de conversation de laquelle elle tirerait les meilleurs éléments, raison pour laquelle elle ne lui posa aucune question d'entrée de jeu. Rudolf devait bien reconnaître qu'il appréciait cette façon de procéder, qui lui donnait moins encore le sentiment de procéder à l'un de ces entretiens obligatoires qui lui hérissaient le poil mais bien davantage à un moment sympathique avec une femme séduisante, tout ce qu'il aimait. En tout cas, il comprenait mieux comment son interlocutrice avait pu obtenir une telle interview de la part de la difficile Gwendolyn.

Rien de mieux que de la laisser en roue libre pour obtenir l'entretien le plus croustillant possible. Oui, il aimait sa façon de procéder, autant que sa manière de présenter les choses. Des choses à dire ou à ne pas dire ? Forcément, il était tentant de directement se pencher sr ces choses qu'il ne voudrait pas voir s'ébruiter. Mais outre le fait qu'il ne ferait pas confiance à Ines là-dessus, en dépit de son très charmant minois, il n'y avait rien qu'il s'épargnait vraiment de dire. Il se considérait comme suffisamment transparent pour ne pas faire preuve de ce genre de réserve.

-Ne pas parler, non, je n'ai pas vraiment de tabous,
répondit-il simplement d'un ton qui en disait long et laissait clairement suggérer qu'il n'était pas ici seulement question de sa carrière. Je suppose qu'il vaut mieux se concentrer sur ce qui est susceptible d'intéresser vos lectrices, pas vrai ? Parce que bon, il y avait peut-être quelques lecteurs masculins de Sorcière Hebdo, qui s'en cacheraient sans doute très bien, mais il ne fallait quand même pas se leurrer, c'étaient des femmes, en grande majorité, qui lisaient ces textes... Et ça ne lui déplaisait évidemment pas que d'attirer un public féminin. Et je ne suis pas certain que mes performances au Quidditch soit ce qui les passionne le plus.

Une fois de plus, il affirmait cela en toute humilité, bien sûr. Après tout, ce n'était pas de sa faute, c'était un fait seulement, qu'il avait déjà pu constater à plus d'une reprise, il n'inventait absolument rien.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 88
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, Aile de fée, 18,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Scarlett Johansson

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Sam 10 Nov - 19:30

Interview en charmante compagnie
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ines n’avait pas envie d’y aller franchement pour le moment, en fait, elle préférait tâter un peu le terrain pour voir quel genre d’homme il était, surtout en situation d’interview pour savoir comment conduire tout ça. C’était une méthode qu’elle aimait adopter pour pouvoir mettre à l’aise les invités et les aider à se sentir bien. Pour qu’ils cessent d’être sur le qui-vive à attendre que le piège arrive. Elle pouvait comprendre qu’ils tenaient à garder certaines parties de leur vie secrète, mais bon, les lecteurs, et surtout lectrices de Sorcière Hebdo attendaient des détails croustillants, surtout quand cela concernait un beau jeune homme comme Rudolf Brand. Car oui, il ne fallait pas se le cacher, Rudolf était un homme particulièrement bien fait, et que les heures d’entraînements y avaient grandement contribuées. Mais bon, il fallait rester professionnelle, même si le jeune joueur de Quidditch semblait être d’humer charmeuse, elle l’avait bien remarqué. Mais il devait l’être au quotidien, il y avait des hommes comme ça, qui ne cessaient de séduire tout ce qui passait sous leur nez.

Enfin, quoiqu’il en soit, elle voulait découvrir à quelle sauce le manger et comment elle devait se comporter, et quels sujets abordés avec lui. Autant qu’il lui dise tout de suite s’il y avait certains sujets dont il ne voulait pas parler. Elle respecterait sa décision, elle ne voulait pas le forcer, de toute façon, ça ne servirait à rien. S’il avait décidé de ne pas parler de quelque chose, il ne le ferait pas. Mais elle préférait que cela se passe dans une bonne ambiance. C’était toujours plus agréable pour tout le monde.

-Ne pas parler, non, je n'ai pas vraiment de tabous. Je suppose qu'il vaut mieux se concentrer sur ce qui est susceptible d'intéresser vos lectrices, pas vrai ?

Bon, au moins, maintenant elle était fixée. Si monsieur n’avait pas de sujets qu’il ne voulait pas aborder c’était toujours mieux. Au moins, elle n’aurait pas à devoir faire attention à quelque chose en particulier. Quoiqu’il en soit, elle avait bien l’impression qu’ils allaient passer un bon moment, du moins, elle l’espérait.

Et je ne suis pas certain que mes performances au Quidditch soit ce qui les passionne le plus.

Il marquait un point. En fait, Ines était presque certaine que ce qui intéressait le plus les lectrices, c’était les photos qui illustreraient l’article, plus que l’article en lui-même. Enfin, sauf si on entrait dans des détails prêtant à sa vie personnelle. C’était ce qu’elles attendaient le plus.

« Ah non ? Peut-être que vous seriez surpris par les admiratrices de Quidditch, mais je veux bien reconnaître que la plupart admirent plutôt les joueurs. Vous êtes donc conscient de votre attraction sur la gente féminine ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 82
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   Dim 11 Nov - 9:00


Interview en charmante compagnie
B

ien sûr, c'était un peu réducteur que d'affirmer que tous les lecteurs (plutôt les lectrices, ne nous en cachons pas) de Sorcière Hebdo ne s'intéressaient pas au Quidditch mais plutôt à sa belle gueule, il n'empêche, il ne pensait pas non plus avoir tort. Le magazine féminin n'était pas forcément connu pour ses articles de fond, détaillés, sur son sport préféré. Si les gens voulaient en savoir plus, et s'intéresser aux matchs et aux résultats des Busards, c'était sans doute vers une revue de sport qu'ils se dirigeraient plutôt. Ce qui ne voulait cependant pas dire que l'on ne pouvait pas tirer le meilleur de certaines interviews données ici... La preuve, celle de Gwen avait été... surprenante, disons. Ceci dit, Ines voulut bien reconnaître que ses lectrices avaient peut-être en effet d'autres centres d'intérêt, et sa question ne manqua pas de faire naître un nouveau sourire sur les lèvres du jeune homme.

-J'en déduis que vous me trouvez attirant ?
dit-il d'un ton à demi sérieux seulement.

Et quoi ? Il n'y pouvait rien, quand il trouvait une fille à son goût (et il faudrait être aveugle ou parfaitement désintéressé pour ne pas trouver Ines Stinwick magnifique), il ne pouvait s'empêcher de la dragouiller gentiment, peu importe le contexte.

-J'imagine qu'on va me trouver un peu prétentieux sur ce point.
Et sur tellement d'autres, Rudolf, sur tellement d'autres. Mais je dois bien remarquer que j'ai... pas mal de succès.

Peut-être (non, c'est même certain) que cette remarque ne transpirait pas la modestie, cela n'en faisait pas pour autant un constat erroné. C'était bel et bien le cas. Bon, au-delà du fait qu'il était plutôt bel homme et du genre entreprenant, ce qui aidait forcément, il devrait peut-être nuancer un peu son propos. Il est vrai qu'il avait énormément de succès auprès de la gent féminine. Mais il en aurait très certainement beaucoup moins s'il n'était pas une personnalité publique. Le mythe que l'on construisait autour des célébrités : l'argent, le pouvoir, la popularité... facilitait forcément grandement la tâche, et en profiter, c'était peut-être abuser du système... Mais Rudolf mentirait s'il affirmait éprouver de quelconques scrupules à ce titre. Non, il assumait plutôt bien sa manière de faire.




code by Mandy

+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Interview en charmante compagnie [pv Ines]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Interview en charmante compagnie [pv Ines]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un petit déjeuner en charmante compagnie. ft. Ava ?
» Dîner d'affaires en charmante compagnie
» Une interview de Jean Raspail
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?
» Compagnie Grise
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-