AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)   Lun 13 Aoû - 14:19

Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours.
Gabrielle s’était dit, bêtement sans doute, que tout irait mieux une fois qu’elle aurait son fils dans ses bras. Et oui, bien sûr, elle se sentait mieux quand elle pouvait porter Augustus dans ses bras, quand elle l’avait contre lui, quand elle se préoccupait seulement de son bien être (quoi que même quand elle n’allait pas si bien que cela, c’était en grande partie parce qu’elle se souciait justement trop de son bien-être).  Quand elle ne pensait qu’à son fils et à son époux, elle se sentait bien, malheureusement ça ne durait jamais très longtemps, ou du moins pas assez longtemps à son goût. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se sentir angoisser, c’était sans doute idiot, mais elle n’y pouvait rien. Elle avait tellement peur qu’il arrive quelque chose à son fils, qu’il lui arrive quelque chose. Mais bon, en même temps, elle savait qu’elle devait prendre sur elle… même si c’était plus difficile par moment que pour d’autre. Malheureusement… elle ne pouvait pas toujours compter sur son bon sens, sur sa logique, parce qu’elle avait encore quelques épisodes… étranges pouvons-nous dire.

Mais ce jour-là, Gabrielle ne voulait pas du tout y penser. Elle avait envie de profiter de sa journée, ce qui n’arrivait quand même pas souvent au final. Elle n’avait pas spécialement prévu de faire quoi que ce soit d’exceptionnel, simplement rester chez elle pour profiter de la compagnie de son fils, pendant que Raziel était à Poudlard comme toujours. Elle avait hâte que les grandes vacances arrivent. Même si son mari allait sans doute avoir besoin de faire des choses pendant ses vacances, pendant que l’école sera terminée, elle savait qu’il allait être beaucoup plus présent et elle avait hâte que ça soit le cas. Ainsi, ils allaient pouvoir passer beaucoup plus de temps tous les trois et ça allait être parfait pour tout le monde, Gabrielle espérait qu’elle allait même pouvoir… abandonner ses quelques démons.

Elle venait de coucher Augustus et en profitait pour se reposer un peu, s’installant dans le salon avec un livre qu’elle avait déjà lu, mais qu’elle adorait. Elle aurait bien été tenté par un peu de nouveauté, parce que tous les livres qu’elle avait, elle les avait déjà dévorés. Mais elle n’osait pas se rendre à la librairie. À cause de ce qui s’était passé avec James la dernière fois, elle ne se voyait pas vraiment y retourner et honnêtement, elle n’avait aucune envie de se rendre dans une autre librairie. Elle avait quand même ses petites habitudes. Elle était donc plongée dans ce livre qu’elle avait déjà lu, quand on frappa à la porte. Comme souvent, elle se demandait qui venait, si ce n’était pas… mais elle prit sur elle pour aller ouvrir cette porte en toute confiance, ou en tout cas en essayant d’avoir toute confiance. Elle afficha un grand sourire quand elle vit Rudolf.

« Hey, salut ! Je ne m’attendais pas à te voir. »
Ce qui n’était en aucun cas un reproche, bien au contraire, ça lui faisait plaisir. Elle se décala pour le laisser entrer. « Tu vas bien ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 92
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)   Lun 13 Aoû - 18:38


Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours.
G

abrielle et Rudof, c'était une vieille histoire d'amitié... incompréhensible, peut-être, aux yeux de certains, tant leurs caractères n'avaient aucun rapport, mais parfaitement sincère quoi qu'il en soit. Au point qu'elle ait su perdurer, contre toute attente. Allez savoir ce qui faisait que leur amitié avait tenu quand Rudolf n'avait autrement gardé contact avec aucun de ses anciens camarades de Beauxbâtons, il ne se l'expliquait pas lui-même, pour tout dire.C'était peut-être parce que Gabrielle avait une patience d'ange, ou juste parce qu'elle lui connaissait des qualités qu'on pouvait difficilement lui reconnaître quand on ne le connaissait pas de longue date. En tout cas, c'était un fait, Gabrielle était la plus vieille amie de Rudolf, et une des plus précieuses également, au demeurant.

Ce qui faisait qu'il avait quelques scrupules à ne pas lui avoir rendu visite avant, alors qu'il savait pertinemment qu'elle avait accouché, et qu'elle devait s'attendre à le voir. Ce n'est pas qu'il ne voulait pas, c'était juste que... Bon, honnêtement, c'était un peu bizarre pour lui de côtoyer Gabrielle maintenant qu'elle était mariée, déjà. Pas qu'il y ait eu quoi que ce soit d'ambigu entre eux, pourtant (contre toute attente d'ailleurs, car Gabrielle était très belle et Rudolf avait toujours eu un faible pour les blondes), mais voilà, il avait le sentiment que les considérations de femme mariée de Gabrielle ne serait plus conformes aux siennes. Et puis... et puis il détestait les gosses, voilà. Féliciter Gabrielle, soit, mais il n'avait pas envie de prétendre gagatifier devant un petit chiard qui avait de bonnes chances de lui pleurer dans les bras. Si son amie était une maman heureuse, tant mieux pour elle, mais il avait l'impression que ça allait creuser un fossé un peu plus grand entre eux.

Depuis l'annonce de la grossesse de Gabrielle, ils s'étaient à peine vus, par conséquent... Au point que Rudolf n'avait pas vraiment eu l'occasion de voir la santé mentale de son amie décliner. Certes, il avait constaté qu'elle n'était pas au meilleur de sa forme la dernière fois, mais il avait mis ça sur le compte de sa grossesse. Un truc de femme enceinte, quoi, en somme. Oui, il n'y connaissait vraiment rien.

Malgré tout, il avait pris sur lui et destiné d'aller la voir. C'était sa résolution à son retour d'Italie... il ne se déroberait pas cette fois, même si le marmot serait forcément dans les parages. Et puis... C'est vrai quand même, son amie lui manquait sacrément. Il avait besoin d'elle, pour se remettre un peu les idées en place. C'était la seule personne au monde qui savait le raisonner... Même s'il estimait ne pas avoir vraiment de bonnes raisons de l'être, en l'occurrence.

-Désolé, j'ai mis du temps à venir.
Il tira de son sac un assortiment de friandises venues d'Italie et les lui tendit. Tiens, cadeau. Désolé, j'ai rien pris pour... Mince, c'était quoi son nom déjà ? Bon, tant pis. Comment tu vas, toi ?



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)   Sam 13 Oct - 16:40

Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours.
Gabrielle se contenta d’adresser un sourire à Rudolf quand il s’excusa d’avoir mis du temps à venir. Il était évident que la jeune femme ne lui en voulait en aucun cas, bien au contraire. Elle se doutait un peu que ce n’était pas évident pour son ami, rapport à son mariage, sa grossesse et son accouchement. Mine de rien, Gabrielle avait une vie bien différente d’autres fois et Rudolf n’était pas du tout dans la même optique. Quand elle avait décidé de se marier et de fonder une famille, de son côté il continuait sa carrière de joueur de Quidditch et de tombeur de jeune femme (et en même temps, il avait raison, si les jeunes femmes tombaient toutes sous son charme, autant qu’il en profite – parce que même s’il n’y avait jamais rien eu d’ambiguë entre eux, Gabrielle reconnaissait quand même que son ami était un très bel homme). Ils n’avaient pas les mêmes vies, mais en même temps ce n’était pas comme s’ils avaient déjà eu des vies similaires. À se demander comment ils avaient pu s’entendre pendant leurs études et comment leur amitié avait duré dans le temps. Mais tout ce qui comptait, c’était qu’ils tenaient encore l’un à l’autre. En espérant que ça dur… Gabrielle n’était pas sur que sa vie « idyllique » dure malheureusement.

« Merci c’est adorable. » Dit-elle en prenant le paquet de friandise que Rudolf lui tendit. « Et il s’appelle Augustus. » Ajouta-t-elle dans un sourire, comprenant que son ami ne se souvenait pas du nom de son fils. Et encore une fois, elle ne le lui reprochait pas. « Il est couché, on est tranquille. »

Ça tombait bien en effet, parce que Gabrielle avait envie de profiter pleinement de la présence de son ami. Ces derniers temps… c’était un peu compliqué forcément. Elle ne voyait plus réellement James depuis ce qui s’était passé et par chance… Rudolf n’avait pas vraiment vu les quelques soucis qu’elle avait eu. Alors, elle comptait bien en profiter. Surtout qu’elle n’avait pas eu le sentiment de sourire autant que depuis qu’il était arrivé.

« Tu veux boire quelque chose ? Café ? Thé ? Ou tout autre chose de plus fort ? »
Elle aurait sans doute proposé d’office du thé à un anglais pur souche, parce que ces derniers avait cette adoration du thé incroyable. Mais il y avait tant de boisson agréable en ce bas monde et Gabrielle ne pensait pas forcément à de l’alcool. Une bonne tasse de café c’était toujours très agréable. « Comme ça tu vas pouvoir me raconter toutes tes dernières aventures. »

Parce que si quelqu’un avait quelque chose à raconter, c’était sans aucun doute lui. Bon, Gabrielle pouvait revenir sur son accouchement, sur les premiers temps avec Augustus, à quel point son fils la comblait, mais elle n’était pas sûre que ça soit quelque chose qui intéresse réellement Rudolf. Et ça convenait très bien que ce dernier lui parle un peu de ce qu’il avait fait dernièrement, ça allait lui permettre de sortir un peu de son quotidien.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 92
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)   Dim 14 Oct - 15:42


Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours.
M

algré la maladresse dont le joueur de Quidditch avait clairement fait preuve, son amie semblait malgré tout heureuse de son cadeau, et c'était ce qui comptait. C'était l'avantage aussi d'avoir une amie aussi adorable et conciliante que Gabrielle Rookwood, elle n'allait pas vous piquer une crise à la moindre maladresse (mais il ne réalisait pas que Gabrielle avait pas mal changé, dernièrement). Elle semblait très sincèrement contente de son cadeau et ne se formalisa même pas du fait qu'il ne soit plus capable de se souvenir du nom de son fils... En même temps, à présent qu'elle le lui répétait, il se disait qu'il ne l'aurait effectivement jamais retenu. Quoi qu'il allait bien trouver un moyen mnémotechnique ou un autre. Augustus, ça faisait très... allemand, comme prénom, c'était un début de piste. Ceci dit, le jeune homme n'avait définitivement aucun intention de s'appesantir sur le sujet. C'était comme ça, les gosses, surtout aussi petits, ce n'était vraiment pas son truc, et il était franchement ravi que Gabrielle le comprenne et ne le lui reproche pas. Il était certain que d'autres jeunes mamans dans sa situation ne se seraient pas privées de lui faire des remarques. Mais en même temps, il n'y avait pas de jeunes mamans dans son entourage, exception faite de son interlocutrice, et c'était bien parce que c'était elle. Il ne faudrait pas s'attendre à une telle considération de sa part envers qui que ce soit d'autre. Augustus était couché, ils étaient donc tranquilles. Pour Rudolf, c'était très clairement l'une des meilleures choses qu'elle pouvait bien lui dire.

-Donne-moi ce que t'as de plus fort,
dit-il dans un sourire quand la jeune femme lui demanda ce qu'il pouvait avoir envie de boire. Mais seulement si tu m'accompagnes.

Ce n'est pas qu'il attendait de son interlocutrice qu'elle s'alcoolise outre mesure, mais il se disait qu'elle ne devait pas avoir tant d'occasions que cela de se lâcher, surtout depuis qu'elle avait rejoint la famille Rookwood, même si elle le faisait certainement avec le plus grand bonheur. Lui, il avait juste envie de se retrouver face à une amie qui n'aurait pas de responsabilités d'adultes et avec qui il pourrait parler de tout et de rien. Ce n'était peut-être pas une attitude très saine ou constructive, mais c'était ainsi. Rudolf avait toujours fonctionné de la sorte, ce n'était pas demain la veille que les choses allaient changer.

-Et je ne sais pas si tu vas trouver mes dernières aventures si intéressantes que ça. A moins que tu te sois découvert une passion soudaine pour le Quidditch ?


S'il n'était clairement pas un adepte de la vie de famille, il savait qu'à contrario, le mode de vie qu'il menait n'aurait pas non plus convenu à Gabrielle. Mais c'était, au fond, leur différence qui faisait leur force.






code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les vieilles amitiés ne disparaissent pas toujours. (Rudolf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les blessures de l'amitié partent toujours d'une main fidèle. | ABEL PIRRIE
» L'amitié est toujours une douce responsabilité, jamais une oportunité.
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Rookwood (Godric's Hollow)
-