AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Gidéon Leminy
▌ Messages : 77
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jared Padelecki

Message#Sujet: La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa   Mer 26 Sep - 12:50

La semaine avait été très intense pour Gidéon. Il avait eu beaucoup de travail, et bien qu'il aimait passionnément son job, il n'en était pas moins vidé de son énergie. Suite à des tentatives de vol, la sécurité s'était trouvée renforcée, ce qui signifiait plus de vigilance, plus de paperasse et des heures rallongées de travail. En début de semaine il avait même eu une transaction à surveiller et était donc parti deux jours en France. Autant dire que Gidéon, pourtant si accoutumé à son rituel, n'avait pas eu l'occasion de le pratiquer depuis plusieurs jours.

Oh, combien de fois avait-il désiré une bonne bière dans la fraîcheur de sa taverne préférée? un bon vieux whisky en charmante compagnie? Gidéon était certes un grand buveur, il n'en ressentait cependant pas le manque comme le fait l'alcoolisme. Il ne tremblait pas, ne se sentait pas en manque ou oppressé, ou même stressé par cette absence d'alcool. Rien de tout cela. D'ailleurs, il aurait pu boire un verre chez lui ou même lors de son voyage si le manque avait été plus fort que le sommeil. Et pourtant ça n'avait pas été le cas. Non, il ressentait un manque comme lorsqu'on a envie de manger des frites, ou de partir en vacances, ou même d'adopter un petit chiot. Le grand homme avait simplement envie de se détendre, et une bonne bière au chaudron baveur représentait pour lui un bien-être plus puissant encore qu'un bon bain. et puis de toute façon il ne trouvait jamais de baignoire assez grande pour lui.

En entrant au chaudron baveur, Le grand homme sentit l'énergie lui revenir. Il trouva "son" siège libre, comme toujours. A force de s'y installer, le coussin s'était affaissé et bien que l'armature soit en fer forgé, elle avait été redressée à plusieurs reprises. Il faut dire que bien que Gidéon n'était pas en surpoids, il avait tout de même une masse proportionnelle à sa très grande taille. A force de voir les tabourets du bar abîmés une semaine après l'avoir changé, ils avaient décidé de le laisser en l'état et de lui jeter un sortilège pour le redresser par moments.
Ainsi Gidéon eut sa place attitrée. il était tellement souvent dans ce bar, que beaucoup des habitués le connaissaient et comme personne ne voulait d'un siège aussi peu confortable, il était assuré d'avoir toujours sa place au comptoir.

Tout heureux de voir que Elsa était de service, il s'était installé, avait pris une bière, puis une autre, puis une autre...Ainsi la soirée se déroula, lui enchaînant les verres sans être saoul, discutant avec la très charmante barmaid entre deux services. Il s'était fait une bonne amie et espérait un jour la voir vraiment heureuse. Mais Elsa parlait peu d'elle même. Il ne savait même pas si il était un ami pour elle, ou un simple client qui lui rapportait pas mal d'argent.

La soirée se passait très bien mais Gidéon pouvait deviner l'heure qu'il était en entendant les décibels monter dans les voix des hommes derrière lui. Ils devenaient plus vulgaires dans leurs propos, plus idiots surtout, et ils balbutiaient. De toute évidence ils étaient complètement ivres. Mais c'était comme ça tous les soirs, et ces bougres ne faisaient que rarement du mal. Il picolaient juste entre amis. Ce n'était d'ailleurs pas la seule table à fêter le week-end de la sorte ce soir là.

"- Et toi, ça te plairait d'avoir un animal de compagnie un jour?"

Demanda-t-il à la serveuse, pour poursuivre leur conversation et surtout dans l'espoir d'en apprendre d'avantage sur elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Elsa V. Harper
▌ Messages : 80
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Gideon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Lilas & Sirène
Camp: Neutre
Avatar: Danielle Campbell

Message#Sujet: Re: La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa   Dim 25 Nov - 12:23

Elsa & Gidéon
La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur.



Les soirs de fin de semaine étaient de loin ceux qui rapportaient le plus d'argent à Elsa et à Mady, mais ce n'était pourtant pas le moment que la cadette préférait sur son lieu de travail. Jeune et parfois vulnérable, elle appréciait peu de s'occuper d'hommes souls qui criaient, menaçaient de déclencher des bagarres ou avaient les mains légèrement baladeuses. Cela demandait une rigueur et une patience qu'elle n'était pas certaine de maîtriser encore complètement. Quand Queenie travaillait ici avec elle, les soirées étaient plus simples car tous les hommes reportaient leur attention sur la belle blonde qui savait très bien les gérer... Mais l'amie d'Elsa était déjà repartie. Heureusement, comme très souvent, un autre ami de la brunette était présent : un grand brun souriant et avec une descente d'alcool surprenante nommé Gidéon.

Certes, leur amitié n'était pas encore vraiment déclarée ou officielle et la jeune sorcière doutait qu'un homme de sa carrure puisse avoir le moindre intérêt pour une gamine stupide comme elle. Pas sûre que son sentiment amical était partagé, elle alimentait la conversation avec lui sans trop en révéler. Il faut dire que depuis sa mésaventure avec Angus, Elsa s'était refermée comme une huître et refusait obstinément d'accorder sa confiance aux gens, de peur de souffrir à nouveau. La question du sorcier assis au bar ne la surprit pas vraiment car depuis leur première rencontre, ils parlaient de tout et n'importe quoi sans transition et avec légèreté.

« Hm... oui je suppose. J'avais adopté un chat pendant un temps. Je l'avais trouvé abandonné dans une poubelle. Mais...je n'ai pas pu le garder. Je n'avais pas les moyens de le nourrir. » Confia-t-elle avec tout de même des réserves. « Je l'ai confié à une bonne famille. »

Une famille meilleure que la sienne, à n'en pas douter. Non pas qu'Elsa puisse se plaindre de sa sœur, qui représentait sa seule famille. Mais les deux jeunes femmes avaient déjà du mal à vivre convenablement, alors il n'était pas question de rajouter une bouche à nourrir. Gardant pour elle ces pensées sombres, Elsa fit un sourire sympathique.

« Toi je suis sûre que tu aimes les chiens. Tu n'as pas l'air d'être un homme à chat. » Affirma-t-elle en partie moqueuse.

Malgré ses efforts, elle avait du mal à se concentrer sur leur discussion car les hommes au fond de la salle parlaient de plus en plus fort et chahutaient. Elle sursauta puis soupira en entendant un bruit de verre brisé venant de leur table. Prévisible... Et la vaisselle brisée allait être réduire sa paye du mois. Agacée, elle passa de l'autre côté du bar.

« Excuse moi, je reviens. » Dit-elle à Gidéon en s'éloignant vers le groupe de soûlards.




© GHOST

_________________

L'amour te porte dans tes efforts, l'amour de tout délie les secrets et face à tout ce qui te dévore, aimer est plus fort que d'être aimé. Toi qui sais ce qu'est le blasphème, on ne récolte pas toujours ce qu'on sème. Tu connais l'ambition suprême de ceux qui te vouent de la haine. @Ghost
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gidéon Leminy
▌ Messages : 77
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jared Padelecki

Message#Sujet: Re: La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa   Dim 6 Jan - 22:49



Gidéon adorait son travail. C'était une vocation pour lui, un rêve d'enfant réalisé et dont il ne se lassait pas. Mais depuis quelque temps, il appréciait davantage encore ces soirées où Elsa et lui discutaient pas intermittence , alors qu'elle était de service. Lorsque la jeune femme était en congés, c'est à dire rarement, Gidéon ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait. Sans doute aidait-elle sa sœur ou se reposait elle ...Il n'avait jamais osé lui proposer de passer une soirée en sa compagnie, persuadé de n'être pour elle qu'un client un peu lourd mais sympathique et qui rapportait pas mal d'argent. Alors ces moments passés accoudé au comptoir, sirotant un bon whisky pur feu et parlant avec la belle Elsa quand elle avait du travail au bar ou un moment de répis, étaient des instants précieux dont il ne se lassait pas. Plus il apprenait à la connaitre, plus elle lui plaisait. Mais bien qu'il se sente privilégié d'avoir ces conversations avec elle, Gidéon ne pouvait s’empêcher de penser qu'il avait un statut particulier en tant que pilier de bar, et rien d'autre. Et lui même s’efforçait de se rappeler qu’il ne devait pas chercher à être plus que cela. Elsa était jeune et avait toute sa vie devant elle. Il était préférable qu’il ne se trouve pas sur son chemin, qu’il la laisse faire ses expériences, rencontrer des jeunes hommes de son âge. Ses pensées enfouies n’étaient pas convenables.

Elsa parlait peu d'elle. Il apprenait à connaître sa personnalité, à décrypter ses émotions en fonction de ses gestes, de ses mots, mais ne savait pas grand chose de sa vie.
Elsa semblait parfois froide, solitaire et rigide, mais Gidéon, qui était habitué à percer le mystère et les carapaces chez ses amis, depuis son jeune âge, la voyait autrement. Selon lui, Elsa était une jeune femme blessée qui surmontait courageusement les dures épreuves que lui imposait la vie, sans jamais se plaindre. Il la trouvait forte. Le sorcier avait toujours aimé voir le bon dans chacune des personnes qui croisaient sa route, et voir certains casser leur carapace. Il ne savait pas encore à quel point celle de Elsa allait surgir, mais déjà pour ce qu'il en avait vu, Gidéon était à la fois peiné et touché par cette serveuse.
Elle semblait survivre, oubliant de vivre. Elle semblait tout faire pour aider sa sœur, mais sans se demander si elle aurait le droit au bonheur. Gidéon la voyait vivre chaque jour comme une routine ennuyeuse. Elle souriait peu et passait son temps à laver ce qui était déjà propre.

Il avait également remarqué que la jeune femme n’utilisait pas ou très peu sa baguette. Il ne se souvenait même pas l’avoir déjà vue. Ainsi lorsqu'un verre se cassait, elle le ramassait à la main et le jetait. Elle ne le réparait pas. Elle faisait la vaisselle à la main également...Tout comme une moldue en somme. Pourtant si Madisson n’avait pas de pouvoirs, il savait que ce n’était pas le cas de sa sœur. Il s’agissait là d’un mystère qui l’intriguait.

Tous ces détails qu'il avait remarqué chez Elsa n'étaient que le fruit qu'une longue observation d'un jeune homme un peu trop curieux. Madison était la seule famille restante de Elsa, et à priori depuis très longtemps. Ainsi il pouvait comprendre son abnégation pour elle, mais de toute évidence Elsa n'était pas heureuse, et Gidéon en était accablé pour elle.

Ainsi alors que leur conversation était très agréable, Elsa se confia sur ce chat qu’elle avait eu. Il eut à peine le temps de se sentir  heureux d’apprendre une nouvelle chose sur elle, qu’elle conclut tristement son récit. Gidéon fut à nouveau triste pour la jeune femme. Alors, comme toujours dans ces cas là, elle avait fait en sorte de poursuivre en changeant la cible des questions et ajoutant une touche joyeuse. Le sorcier n’était pas dupe mais par respect pour elle, il n’insista pas.

Il sourit à sa boutade et eut à peine le temps de répondre:
“J’aime à peu près tous les animaux, donc chien ou chat, ça me va”

Malheureusement la conversation s’arrêta là. Un homme ayant fait tombé un verre qui se brisa. Elsa dut s’en occuper. Gidéon tourna la tête afin de voir ce qui se passait. Il s’agissait bien sur du groupe de sorciers tout près d’eux, qui chahutaient un peu trop et avait beaucoup trop bu. La conversation n’était pas intellectuellement élevée:
“- Attention, vla Elsa, tu vas te faire punir Georges!
- Ouais mais elle est canon!
- Hé Keith, tu crois que j’ai mes chances?
- j’sais pas Georges, faudrait d’abord que tu t’occupe de son gros garde du corps
- Oh il dira rien, il est calme mais tout l’temps bourré c’ui là…”


Gidéon haussa les sourcils, blasé par leur conversation. Elsa ramassait les morceaux de verre pendant ce temps là, elle entendait tout, mais elle non plus ne sembla pas réagir. Cependant lorsqu’elle se releva, la main de ce Georges vint joyeusement se loger à un endroit totalement inapproprié. Gidéon ouvrit grandement les yeux, visiblement en colère. Il se retourna légèrement, la main fermement crispée sur son verre. Il dut faire un effort considérable pour attendre la réaction d'Elsa, prêt à intervenir si besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa   

Revenir en haut Aller en bas
 

La naissance d'une complicité ou un client trop rêveur / Elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Trop de laxisme dans le gouvernement, selon Mgr Kébreau
» Le client se plaint
» apres l' heure, c'est trop tard
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-