AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir | Bradley & Maisie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 170
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Personne

QUI SUIS-JE?
Baguette: Cerisier, Aile de fée & 23 cm
Camp: Bien
Avatar: Maggie Siff

Message#Sujet: C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir | Bradley & Maisie   Jeu 29 Nov - 10:34

C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Maisie était occupée ces derniers temps, avec les projets de l’Ysbridion, mais ce n’était pas un souci pour elle, bien au contraire, elle avait besoin de se sentir utile et occupée. La dernière chose qu’elle souhaitait, c’était de tourner en rond chez elle et trop penser. Elle avait eu du mal à accepter la mort de Pürdey, et encore aujourd’hui, ce n’était pas facile, alors, elle préférait ne pas y penser. Elle avait pourtant cru qu’il y avait un espoir qu’elle se réveille, qu’elle soit là pour ses enfants, pour l’Ysbridion… mais non, elle ne sera plus jamais là pour personne. C’était triste et injuste, mais ce n’était pas une surprise pour Maisie. Même si une partie d’elle avait une vision très pessimiste des choses, elle avait tout de même espéré que Purdey puisse se réveiller.

Mais quoiqu’il en soit, elle ne se laissait pas abattre, Purdey n’aurait pas voulu qu’on la pleure trop longtemps. Ils avaient des objectifs à atteindre, et un mage noir à mettre hors d’état de nuire. Pour le moment, Maisie n’était pas encore convaincue par la Résistance, mais toute aide était la bienvenue comme on disait, dans tous les cas, elle attendait de voir. Elle tentait de récolter des informations, n’importe quoi qui pourrait les aider, mais ce n’était pas simple. Elle était d’ailleurs impressionnée par ce jeune mage noir, eh bien par son âge. Extrêmement jeune et déjà si suivi et puissant… ce ne serait pas une mince affaire, et rien ne garantissait leur victoire, même s’ils avaient combattu Grindelwald par le passé.

Tout en réfléchissant, Maisie décida de faire une halte au chaudron baveur, à cette heure-là, il n’y avait quasiment personne et c’était tant mieux. Elle n’appréciait pas trop la foule, surtout à cause de son esprit instable. Merlin seul savait ce qu’elle serait capable de faire. Alors qu’elle cherchait un endroit où s’installé, elle remarqua une silhouette familière plus loin. Bradley Fitz était là, il semblait pensif. Ils avaient été proches du temps où ils étaient à Poudlard, mais la vie, et surtout la maladie de Maisie les avaient un peu éloignés. Il n’avait pas vraiment l’air dans son assiette, mais quoi de plus normal, étant donné qu’il avait perdu sa fille ? Pomona était bien en vie, mais ça, il n’en savait rien. Elle hésita quelques instants puis s’approcha calmement de lui.

« Bradley ? Est-ce que je peux m’assoir ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 165
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir | Bradley & Maisie   Jeu 29 Nov - 18:44


C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir
B

radley n'avait pas envie de rentrer chez lui... en fait, cela faisait un moment qu'il traînait les pieds pour rentrer à la maison... Il n'aurait pas cru, avant, que ce serait possible. Depuis des années, il était de ces hommes passionnés par leur travail qui étaient malgré tout plus qu'heureux de retrouver le confort de leur chez-soi une fois leur besogne achevée. Il chérissait chaque instant qu'il passait avec Esther... et rien n'aurait dû changer cela. Rien, si ce n'est la perte brutale et en apparence inéluctable d'un enfant... Il savait qu'Esther allait très mal, sans doute plus mal que lui, et qu'il n'était pas juste qu'il la laisse seule avec ses démons. Seulement, il ne supportait tout simplement pas... la détresse qu'il lisait dans son regard, la douleur qu'elle portait sur elle et ne savait pas cacher comme lui y parvenait si bien. Il devrait la soutenir, et il essayait de le faire, à sa manière bien à lui, mais résultat des courses, elle le prenait pour un monstre, purement et simplement, et quelque part, il se disait qu'Esther devait être soulagée de le voir rentrer du travail plus tard que d'ordinaire... Elle ne s'imposait pas sa présence, de cette manière.

Plutôt que de rentrer chez lui, donc, à sa sortie du ministère, il avait décidé d'aller boire un verre. Une habitude qui était loin de lui ressembler, mais à laquelle il allait finir par s'accoutumer, à la longue, au rythme qu'il adoptait progressivement... Il fallait bien qu'il admette, de toute manière, qu'il n'était plus tout à fait celui qu'il était avant. Et Esther non plus. C'était ainsi. Ils ne seraient plus jamais les mêmes... parce qu'on les avait privés de ce qui leur était le plus cher... et qu'ils avaient oublié de considérer comme tel depuis bien longtemps... Bradley, songeur, sirotait son verre sans vraiment prêter garde à ce qui l'entourait jusqu'à être rejoint par Maisie... Maisie Winters... Il ne savait pas à quand remontait la dernière fois qu'ils avaient parlé tous les deux. Ils étaient proches, pourtant, avant. Mais la vie, les circonstances... Il hocha la tête, il n'avait pas l'intention de la rembarrer. Au contraire, sa présence pourrait bien lui faire du bien, au bout du compte.

-Bien sûr, installe-toi.
Il tenta de se composer le visage amène et agréable qu'il servait à tout le monde en guise de masque. Mais un peu pris au dépourvu, il ne savait pas si ce serait très efficace. Comment vas-tu ?




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

C'est quand on croit une amitié morte, qu'elle peut refleurir | Bradley & Maisie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» L'opposition à Martelly n'a pas inventé la culotte rose . Voici la preuve
» Rôles et personnages
» Stefan et Caroline
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-