AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Jeu 20 Déc - 23:17


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
B

radley avait beau cherché, avoir fouillé la chambre de Pomona en l'absence d'Esther, réfléchir à la moindre piste, le moindre indice, rien ne lui venait... aucun indice qui puisse encourager Thésée Dragonneau à rouvrir l'enquête du manoir des téméraires. Il piétinait... il espérait que l'Auror émérite obtiendrait plus de résultat de son côté... Mais il était bien impossible de le savoir. Bref... il était d'humeur maussade, et la rumeur qui était parvenu à ses oreilles ne devait rien arranger : Esther serait venue rendre visite à Henry.

Cette seule pensée lui paraissait terriblement absurde, plus qu'absurde même... Esther connaissait l'animosité que Bradley ressentait à l'adresse de Henry... Et jusqu'ici, elle l'avait toujours suivi, encouragé, elle comprenait les raisons qui faisaient que Henry ne devait qu'être considéré en ennemi... Sauf que Pomona était morte. Et depuis que c'était le cas, ils ne communiquaient plus, ils ne se comprenaient plus... et voilà qu'elle préférait aller parler à son frère plutot qu'à lui. Pour lui, cela relevait de la plus pure humiliation... C'était même au-delà d'humiliant. Il avait l'impression de tout devoir remettre en question... Et il s'en rendait bien compte, il fallait qu'ils aient une conversation... même si la conversation, c'était très clairement ce qui leur faisait défaut ces derniers temps... Et il n'était pas sûre que cette conversation serait différente de toutes les autres...

Mais même s'ils ne pouvaient pas tout se dire, ou du moins si Bradley refusait de tout dire à sa femme alors que ça aurait été tout naturel pour lui autrefois... A son retour à la maison, il alla donc la trouver et vint lui parler directement. Il préférerait la serrer dans ses bras, l'embrasser, lui dire qu'il l'aimait, mais il devait lui demander des comptes, et tant que ce ne serait pas fait, rien d'autre ne serait possible. Qu'ils le veuillent ou non, la situation ne reviendrait pas à la normale, ou du moins pas tout de suite.... et ils allaient devoir réparer beaucoup de choses.

-J'ai entendu dire que tu étais allée voir mon frère,
dit-il en guise de salutations, conscient que ne pas la saluer pour commencer allait certainement agraver la situation, mais peu importe. Ce n'est pas vrai, n'est-ce pas ? Tu n'aurais quand même pas fait ça, si ?

En fait, il était convaincu qu'on ne lui avait pas menti, que c'était bel et bien la vérité... Sans quoi il n'engagerait même pas cette conversation, en réalité, il n'en verrait pas l'intérêt. Il n'accordait de crédit aux rumeurs que quand il les savait avérées. Et celle-ci, il en avait bien peur puisqu'il avait recueilli l'information de source sûre, ne pouvait tout bonnement pas échapper à son attention. Et exigeait ce moment spécifique.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Esther Fitz
▌ Messages : 76
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Mar 25 Déc - 17:59

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple.
Esther avait conscience qu’au final, elle ne pouvait pas faire grand chose concernant ce qu’elle ressentait depuis la mort de sa fille. Elle ne pouvait pas revenir en arrière, elle ne pouvait pas réécrire l’histoire et changer l’issue. Sa fille était morte – du moins, c’était ce qu’elle pensait sans se douter une seule seconde que ce n’était pas le cas –, Pomona avait coupé les ponts avec eux avant qu’elle ne disparaisse pour de bon, ils ne pouvaient rien y faire à par vivre avec cette douleur horrible. Mais la sorcière ne parvenait pas juste à tourner la page, juste à faire avec cette douleur. Elle avait le sentiment que la mort de sa fille lui faisait plus mal de jour en jour, sans forcément de raison. Elle continuait de regretter ses décisions, elle reprochait à Bradley son manque de peine, elle se retrouvait à chercher du soutien avec des personnes sans qu’elle ne l’aurait cru un jour... Mais que pouvait-elle faire d’autre ? Rien, et pourtant, elle avait le sentiment de sombrer de jour en jour. Elle n’avait définitivement plus goût à rien et c’était tellement difficile de faire semblant. Plus difficile encore que Bradley semblait parvenir à vivre avec tout ça à merveille, sans que Esther n’arrive à lire en lui comme c’était le cas autrefois.

Ils ne se comprenaient plus, plus du tout, alors qu’ils avaient tant et tant été sur la même longueur d’onde toutes ces années. Esther se rendait bien compte qu’elle n’avait plus autant de plaisir que cela de passer du temps en compagnie de son époux, qu’elle devait prendre sur elle, qu’elle craignait ses retours à la maison. Comme aujourd’hui, quand elle entendit la porte, elle ne sautait pas de joie à l’idée de voir son époux, sans se douter qu’elle allait avoir moins de raison encore d’apprécier son retour. Puisque l’homme ne manqua pas de l’accuser et lui demander des comptes immédiatement, sans même prendre la peine de la saluer. Esther tenta de garder contenance en l’entendant parler de son frère, il avait découvert qu’ils s’étaient vus. Cela ne venait pas de Henry, la sorcière ne saurait dire pourquoi, mais elle lui faisait confiance sur son silence. Comment alors ? Malheureusement, dans le monde sorcier de nombreux secrets ne parviennent pas à rester secret.

« Bonsoir Bradley. » Répondit-elle sèchement, pour souligner le manque de courtoisie de son époux. Elle se tenait droite, son regard ne se baissa pas. Esther n’allait pas bien ces derniers temps et son mari était celui qui la voyait le plus faiblement, mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’était pas capable de prendre sur elle et d’être la femme droite qu’elle avait toujours été. « C’est vrai. » Elle n’avait aucune raison de nier. Elle se doutait que Bradley y croyait, qu’il ne la croirait pas si elle mentait ou si elle niait. Donc, autant qu’elle dise la vérité. « Je me suis rendue chez ton frère, pour le voir. »

Elle n’avait pas vu Henry parce qu’ils s’étaient croisés, parce que l’homme était venu à elle. Non, elle même avait fait le chemin vers son beau-frère.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Mar 25 Déc - 22:41


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
B

radley fit mine de rien quand sa femme le salua pour bien lui faire comprendre qu'il avait manqué aux préceptes les plus basiques de politesse. C'était certain, et il était bien plus tatillon en temps normal, mais peu importe. Il n'était vraiment pas d'humeur à faire semblant. Moins que d'habitude, du moins, parce qu'il avait été blessé dans sa fierté, et parce que cette situation lui faisait du mal. Bradley donc ne contentait pas s'excuser de l'avoir salué... même si, en réalité, ça lui faisait du mal de la voir se montrer si froide avec lui. S'il l'aimait encore profondément, de toutes les fibres de son être, il ne pouvait s'empêcher de se dire que ce sentiment avait cessé d'être réciproque dès l'instant où l'âme de leur fille avait été aspirée. Sentir ne plus être aimée par le seul être qui comptait à ses yeux, c'était une épreuve douloureuse. Pourtant, il n'allait rien faire pour se montrer plus juste ou agréable envers elle, loin de là. Il ne pouvait pas. Il n'y arrivait pas. Et ce qui avait été brisé ne serait peut-être jamais réparé. Jamais.

La réponse de son interlocutrice ne devait pas arranger les choses en tout cas. Déjà, l'idée que son épouse ait parlé avec son frère lui faisait bien évidemment beaucoup de mal, mais ensuite et surtout, elle lui apprenait que c'était elle qui était venue vers lui, et ça.... ça, à ses yeux, c'était tout simplement insupportable. Bradley avait supposé que ça puisse être le cas, parce que Esther femme cherchait à se rapprocher de Pomona, de rattraper ce temps perdu qui ne pouvait réellement se récupérer. Et celui qui à leur connaissance avait été le plus proche de leur fille dans ses derniers instants... c'était Henry... Ce qui rendait la situation encore plus douloureuse pour Bradley. Esther était allée trouver Henry, en sachant pertinemment à quel point ça le ferait souffrir.... Et le fossé se creusait encore davantage.

-Henry est un manipulateur et tu le sais très bien. si tu dois te tourner vers quelqu'un, c'est le pire choix possible.
Sauf qu'il ne lui laissait peut-être pas le choix, puisqu'il refusait le dialogue quand il était question de leur fille disparue, mais ça, il ne voulait pas réellement l'admettre. Qu'est-ce que vous vous êtes dits ?

Il avait envie de connaître le moindre détail de cette conversation. Il ne supporterait pas d'être tenu à l'écart de cela. Il était question des trois personnes les plus importantes dans sa vie. Même s'il n'avouerait jamais qu'il avait aimé Pomona, qu'il aimait Henry, et que c'était surtout cela qui rendait la situation si compliquée. S'il n'était question que de haine et de mépris entre eux, la situation serait bien plus plus simple.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Esther Fitz
▌ Messages : 76
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 6 Jan - 15:15

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple.
Esther savait parfaitement que son mari n’allait pas du tout apprécier d’entendre ce qu’elle avait à dire, mais en même temps elle ne disait pas ça pour rien. Elle savait que Bradley n’allait pas apprécier le fait qu’elle soit allée voir son frère, alors oui… elle notifiait ce détail dans le but peut-être de lui faire de la peine. Non pas qu’elle cherchait réellement à lui faire du mal, elle l’aimait trop pour le voir souffrir mais… elle avait tant le sentiment de ne pas être soutenu par Bradley (alors qu’en contrepartie, elle avait eu le soutien de son beau-frère), qu’elle avait besoin de le lui faire comprendre. Son époux ne manqua pas de réagir donc, en affirmant que son frère était un manipulateur et qu’elle le savait… donc que si elle devait se tourner vers quelqu’un, il était le pire choix possible. Il n’y avait pas si longtemps que cela, la sorcière aurait été simplement de l’avis de son mari, elle se serait rangée sur son opinion sans se poser de question. Elle n’avait jamais cherché à connaître Henry, parce qu’elle s’était toujours fiée à ce que son époux pensait. Sauf que maintenant, elle ne parvenait pas à faire autrement que de remettre en question les propos de Bradley. Ce n’était pas concrètement contre lui, elle savait bien que son mari avait été en grande partie déçu par son frère. Elle n’avait pas envie de se détourner complètement de la pensé de Bradley, mais à la manière dont il agissait, elle ne pouvait pas s’empêcher de faire plusieurs pas en arrière.

Comme avec la manière dont il lui demanda ce qu’ils s’étaient dis avec Henry. Esther extrapolait sans doute énormément, parce que depuis la mort de Pomona elle était clairement à fleur de peau et il ne fallait pas grand-chose pour qu’elle se braque, mais elle n’apprécia pas du tout la façon dont son mari lui demandait des comptes. Alors qu’en temps normal, ils se disaient tout, ils partageaient tout. Bradley n’avait pas besoin de lui demander quoi que ce soit, elle le lui dirait tout simplement. Mais pas aujourd’hui.

« Ça ne te regarde pas. » Répondit-elle sèchement, se doutant parfaitement qu’elle allait faire du mal à son mari. Enfin, s’il était encore capable de ressentir quelque chose, ce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de douter tant il ne semblait rien ressentir concernant Pomona. Au final, elle se disait que ça ne lui ferait peut-être ni chaud ni froid, parce qu’il ne serait pas plus capable de ressentir quelque chose envers elle. « J’avais simplement besoin de parler de ma fille à quelqu’un qui la connaissait et qui l’estimait. »

C’était des reproches qu’elle faisait directement à Bradley, en parfaite mauvaise foi. Parce qu’elle ne parvenait pas à s’empêcher de tenir son époux pour responsable, alors qu’au final elle ne valait pas mieux que lui. Elle n’avait rien fait pour retenir sa fille, elle avait prétendu ne pas être touchée par son départ. Tout comme l’avait fait son époux, comme il le faisait toujours.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 6 Jan - 15:33


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
Q

uelques mots de la part d'Esther avaient le don de lui faire plus de mal que si on lui avait planté directement un couteau en plein coeur. Des mots comme "ça ne te regarde pas", ça lui donnait tout simplement envie de tout arrêter, tout de suite. Parce que c'était nouveau, et que ça en disait plus long que ce qu'ils pouvaient bien se dire. Ce qui le dérangeait, ce n'était pas seulement qu'elle ne veuille pas se confier sur ce que elle et son frère s'étaient dit, c'était le fait qu'elle ne voulait plus lui parler, qu'elle lui bloquait l'accès à une partie de ses pensées, eux qui, pourtant, à une époque, se disaient absolument tout. Bon, c'était tout de même vrai que c'était certainement lui qui avait commencé en refusant d'avouer à sa femme qu'il souffrait atrocement depuis la "mort" de leur fille. Mais lui s'était tu pour son bien.

Elle, il en avait du moins la sensation, se taisait pour lui faire du
mal. Voilà, ils en étaient là. Il avait craint que cela arrive, et maintenant, il en avait la terrible certitude : elle le haïssait. Lui, il l'aimait toujours, de tout son être, il l'adorerait jusqu'à son dernier souffle, mais elle, elle avait cessé de l'aimer... et il la laissait faire... parce que son silence était à ses yeux une invitation à la rémission. Peut-être ne l'aimerait-elle plus jamais... mais en revanche, en contrepartie;, elle se sentirait peut-être mieux. Et c'était tout ce qu'il voulait pour elle : qu'elle dépasse l'épreuve, qu'elle l'affronte avec force et dignité.

Elle avait eu besoin de parler de sa fille à quelqu'un qui la connaissait, qui l'estimait... Il pouvait le comprendre. Lui aussi, aimerait réussir à comprendre Pomona, et il pouvait bien admettre qu'il avait cessé de la comprendre il y a bien longtemps. Lui aussi aimerait dire qu'il l'avait estimée dans les derniers instants, mais ça n'avait pas été le cas... Esther essayait de se sentir plus proche de Pomona, et même si c'était une entreprise dangereuse, c'était compréhensible. Mais passer par Henry pour ce faire, quand bien même il l'avait hébergé, c'était... une trahison de plus. Toute sa famille s'était retournée contre lui. Et il n'admettrait toujours pas qu'il était à blâmer.

-Henry a fait d'elle ce qu'elle est devenue. Il n'a pas cherché à savoir qui elle était, et il ne l'a pas estimée, il s'est contenté de la formater à son image... Sans lui, elle ne serait pas...
Il prit une profonde inspiration. Je n'en reviens pas que tu sois allé le voir...

Mais qu'il en revienne ou pas, de toute évidence, il allait devoir faire avec. Tous ceux qu'il aimait lui échappaient, inéluctablement.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Esther Fitz
▌ Messages : 76
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 13 Jan - 15:18

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple.
Esther s’en voulait, en un sens, mais en même temps elle agissait elle-même de cette façon. Elle disait certaine chose, elle prononçait des mots… dans le but de faire du mal à son époux. Rien n’enlevait ses sentiments pour Bradley, il était toujours son mari, l’homme qu’elle aimait, son âme sœur. Et malgré tout, elle ne pouvait pas s’empêcher de lui faire du mal quand même, pour la simple et bonne raison qu’elle avait besoin de partager sa souffrance. Elle souffrait tellement de la mort de sa fille, et qu’elle avait le sentiment que son mari ne souffrait de rien du tout. Alors… elle cherchait à le faire payer, sans ménagement sans doute. Elle s’en voulait, vraiment, mais elle le faisait parce qu’elle ne parvenait pas à faire autrement. La jeune femme avait conscience que son mari n’allait pas du tout apprécier d’entendre que ce qu’elle avait pu dire à Henry ne le regardait pas, ou encore de l’entendre lui dire que son frère estimait réellement leur fille. Esther devait bien le reconnaître qu’elle avait quand même changé un peu d’avis concernant son beau-frère. Elle avait considéré Henry de la même manière que Bradley depuis toujours, se référençant à ce que pensait Bradley.

Mais la conversation qu’elle avait eu avec Henry lui faisait changer quelque peu son avis à son sujet. Esther ne savait pas exactement si cela arrivait simplement parce que Pomona était morte et qu’elle avait besoin de s’en approcher, ou si c’était parce qu’elle avait pris la peine de le connaître un peu plus, de discuter avec lui. Mais en tout cas, elle devait bien avouer qu’elle ne pensait plus que Henry était exactement l’homme que décrivait Bradley. Bradley lui affirma, justement, que son frère avait fait d’elle ce qu’elle était, qu’il s’était contenté de la formater à son image. Esther, il y a peu de temps, aurait sans doute pensé comme son mari, elle se serait dit que Henry avait changé sa fille. Mais il fallait bien le reconnaître, quand elle avait quitté leur demeure, elle était déjà celle qu’elle était.

« Et pourtant c’est le cas. » Répliqua-t-elle quand son mari précisa qu’il n’en revenait pas qu’elle soit allée le trouver. Esther savait bien que cette information choquait clairement son interlocuteur, elle l’avait su quand elle était rendue chez son beau-frère que ça n’allait pas plaire une seule seconde à Bradley. Ce n’était pas pour rien qu’ils avaient convenu de ne pas en parler… mais il avait quand même fini par le savoir. Et elle n’avait aucune envie de le nier. « Tu sais bien que tu te trompes Bradley. » Répondit-il dans un soupire à son tour. « Elle était déjà telle quelle quand elle a quitté notre maison. Si elle est morte, ce n’est pas de la faute de ton frère. » Au contraire, il était peut-être celui qui l’avait le plus aimé avant sa mort. « Tu es bien plus responsable que Henry. »

Et elle se doutait parfaitement que ses mots n’allaient pas lui plaire encore une fois.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 13 Jan - 15:35


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
B

radley espérait que, au moins, son épouse s'excuserait d'être allé voir son frère dans son dos, il avait espéré qu'elle reconnaîtrait son erreur et admettrait que si quelqu'un agissait dans son intérêt, c'était lui. Mais non, ce n'était vraiment pas là le comportement qu'adoptait Esther. Bien au contraire, elle semblait certaine d'avoir fait le bon choix. Bradley n'avait pas la moindre idée de ce qu'avaient pu être les idées que Henry lui mettait dans la tête, mais ce qui était sûr, en tout cas, c'est qu'elle avait suffisamment été convaincue par les arguments de Henry pour en revenir avec la fierté de l'avoir écouté et l'assurance suffisante pour lui tenir tête sans l'ombre d'un scrupule. Si cette situation n'était pas suffisamment douloureuse pour Bradley, voilà qui en rajoutait encore une couche... Il avait vraiment le sentiment de tout perdre. Tout filait entre ses doigts. Peut-être qu'il l'avait cherché, mais son incapacité à le résoudre lui faisait un mal de chien.

Esther lui argua qu'il se trompait, puisque Pomona était déjà... l'électron libre qu'elle était avant même de quitter le foyer familial, ce qui avait d'ailleurs causé tant de frictions entre eux. Mais Bradley n'était pas d'accord avec cet argument. Ce n'était pas comme si Henry était entré dans la vie de Pomona après qu'elle ait quitté la maison, ça datait d'avant, sans quoi elle ne se serait pas d'office réfugiée chez lui. C'était lui et ses idées absurdes, que ce soit en personne ou à travers ses romans stupides, qui l'avaient poussée à partir, et c'était lui qui en avait encore rajouté une couche au point de la conduire à prendre des décisions qu'il ne pouvait en rien cautionner et qui avaient finalement conduit à sa perte. Il allait répliquer quelque chose de cet acabit, tenter de faire entendre raison à Esther, quand cette dernière affirma que si quelqu'un était responsable de ce qui était arrivé à son frère, ce n'était pas Henry... c'était, bien davantage, lui...

Ce fut la chose la plus douloureuse qu'elle lui ait jamais dite, ça lui trancha le coeur aussi sûrement qu'un poignard, d'un coup sec. Il n'eut aucun contrôle sur ce qui se passa ensuite. Ou si, sans doute, mais jamais il n'admettrait que c'était le cas. Lever la main sur Esther ? C'était tout bonnement inconcevable, à ses yeux. Pourtant, c'était bel et bien ce qu'il venait de faire... sa main avait atterri sur sa joue, et à peine eut-il eu ce geste spontané qu'il se flagella mentalement pour cet accès de violence. Quel genre d'homme était-il en train de devenir ?

-Je... je suis vraiment désolé, je n'aurais pas dû faire ça, pardon.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Esther Fitz
▌ Messages : 76
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Sam 19 Jan - 18:24

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple.
Esther avait parfaitement conscience que ses propos allaient forcément faire du mal à son époux, ce n’était pas pour rien d’ailleurs qu’elle les disait. Oh, elle n’avait pas forcément plaisir à faire du mal à son époux non plus, elle ne mentait pas dans le but de lui faire de la peine, mais elle avait conscience que ses propos allaient le toucher et c’était un peu le but recherché. La jeune femme avait envie de le faire réagir, qu’il lui montre quelque chose. Qu’elle puisse avoir un peu le sentiment qu’il était concerné par tout cela, qu’il souffrait par tout cela aussi, comme elle. Et pas seulement parce qu’elle avait décidé de rendre visite à son frère, ce qu’il ne supportait pas. Et elle avait besoin de lui dire ce qu’elle ressentait réellement. Oui, elle s’en voulait, mais en même temps elle en voulait à Bradley. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire que si sa fille était morte, c’était en grande partie à cause de lui. À cause d’elle aussi, bien sûr, mais à cause de lui surtout. Il aurait dû faire quelque chose, mais il n’avait rien fait du tout. Comme maintenant, il ne faisait rien du tout. Elle voulait qu’il fasse quelque chose donc, qu’il réagisse.

Et comme réaction, elle ne pouvait pas nier qu’elle ne fut pas servie en cet instant précis. Elle ne réalisa pas la gifle de son époux avant que celle-ci ne s’abatte contre sa joue, son cœur s’arrêta net en cet instant précis alors qu’elle réalisait ce qu’il venait de faire. Est-ce qu’elle pouvait réellement lui en vouloir ? Elle n’aurait jamais cru que son mari puisse faire une telle chose, mais en même temps elle ne s’en serait pas cru capable non plus et elle l’avait fait également. Presque immédiatement, Bradley reprit la parole, s’excusant, affirmant qu’il n’aurait pas dû faire une telle chose.

« Tu es désolé ? » Lui demanda-t-elle vivement, les larmes au bord des yeux, d’une voix tremblante. Elle devrait peut-être se rendre compte que justement, Bradley réagissait de la manière habituelle, qu’il ne pouvait pas forcément faire autrement. Qu’elle-même avait réagi de cette manière. Qu’au fond, ils étaient dans la même galère, mais elle ne parvenait pas à s’en rendre compte. « Je n’y crois pas ! » Lança-t-elle encore plus vivement, ne pouvant pas se retenir de crier maintenant. « Parce que tu ne ressens rien, tu ne ressens jamais rien. Ni pour ta fille, ni pour moi ! Je suis toute seule à souffrir là et tu n’en as rien à faire. Je n'aurais pas besoin d'aller voir d'autres personnes, si tu étais capable de ressentir quelque chose. »

Et sans nul doute qu’il devait l’agacer prodigieusement avec son comportement d’ailleurs. Du moins, c’était ce qu’elle se disait depuis le début. Que Bradley n’avait aucun souci à se remettre de la disparition de Pomona et qu’il devait en avoir marre qu’elle soit incapable d’en faire de même, mais elle ne pouvait pas l’inventer, elle n’y arrivait pas.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Sam 19 Jan - 18:48


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
O

ui, Bradley était désolé, sincèrement désolé. Il pouvait être accusé de tout un tas de défauts, c'était incontestable : il était bien trop insensible, intransigeant, perfectionniste, borné... mais il n'avait jamais considéré être quelqu'un de violent. Pourtant, il avait frappé Esther. Si brutalement, si vivement, que ce ne pouvait être considéré autrement que comme quelque chose de naturel et d'instinctif. Il se le reprocherait éternellement, c'est une certitude. Tout comme l'intégralité de cette conversation, à vrai dire. Esther, la femme de sa vie, celle qu'il aimait, était là, juste en face de lui, et pourtant, c'était comme si il se retrouvait face à une étrangère. Lointaine, si lointaine... Il l'aimait toujours, bien sûr, il l'aimerait toute sa vie, c'était quelque chose qui faisait partie intégrante de son identité, mais le point de non-retour qu'il avait craint d'avoir déjà atteint, il savait qu'il l'avait dorénavant dépassé... Il l'avait perdue... En essayant de la protéger, de l'épargner, il s'était privé de ses sentiments... C'était sans doute le prix à payer. ESther avait besoin d'un coupable, d'une personne à laquelle reprocher ses souffrances, et Bradley était la cible idéale...

Non, Bradley n'était pas insensible... peut-être plus que la moyenne, certes, mais il avait des sentiments, il en avait vraiment. Et il pensait qu'Esther ne l'oublierait jamais. Parce qu'elle savait qu'il y avait toujours eu plus que ce qu'il pouvait bien montrer. C'était toujours le cas. Il voulait être fort pour eux deux... Il n'avait pas jaugé les conséquences, mais c'était trop tard. Elle le haïssait... Elle avait tort, bien sûr qu'elle avait tort, s'il avait des sentiments, c'était bien pour sa femme, qu'il aimait à la folie... et pour sa fille... qu'il aimait aussi... Oui, il l'admettait, du moins il se l'avouait à lui-même... Mais il ne pouvait pas le dire. A quoi bon ? Elle ne reviendrait pas. ET ils ne pouvaient pas être deux à se morfondre, l'un des deux devaient mener la barque. Si Mr Dragonneau acceptait de mener la contre-enquête que Bradley lui avait demandé, et si cette enquête menait à des conclusions satisfaisantes, peut-être qu'il admettrait les faits... mais pour le moment, ce n'était pas possible.

-Et je devrais faire quoi exactement ? Passer mon temps à me plaindre et à rejeter la responsabilité sur les autres plutôt que de voir la réalité en face ?


Il poussa un soupir. En vérité, il ne lui reprochait rien, elle souffrait, et il savait à quel point ça faisait mal...alors comment le lui reprocher ? Mais il était las d'être considéré comme le monstre de l'histoire. Ce n'était pas lui qui avait engagé Pomona sur une voie dangereuse, et ce n'était certainement pas lui qui l'avait tuée. Pourtant, on dirait que c'était tout comme.

-Pomona est morte, morte, elle ne reviendra pas sous prétexte que tu auras été parfaite mère éplorée.
Il marqua une légère pause. Je vais de l'avant, c'est tout. Fais de même.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Esther Fitz
▌ Messages : 76
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 20 Jan - 12:52

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple.
Est-ce qu’il devait passer son temps à se plaindre, en rejeter la responsabilité sur les autres, plutôt que de voir la réalité en face ? Est-ce que c’était ainsi que Bradley la voyait à présent, comme une personne passant son temps à se plaindre ? Sans doute oui, parce que Esther devait bien se rendre à l’évidence, elle ne parvenait pas à faire face, à aller de l’avant et à simplement accepter la réalité. D’ordinaire ils réagissaient toujours de la même manière, ils avaient les mêmes pensées, ils étaient sur la même longueur d’onde, et ce n’était pas le cas maintenant. Ce n’était peut-être même pas de la faute de Bradley au final, c’était elle qui était faible, juste faible. Et il ne la voyait que comme une personne faible à présent. Elle n’osait même pas savoir ce qu’il pensait réellement d’elle maintenant. Esther ne pouvait pas s’empêcher de se dire que son époux devait avoir tellement honte qu’elle soit sa femme.

Oh, comme toujours, elle avait tendance à extrapoler les choses, à interpréter d’une mauvaise manière les propos de Bradley. Elle ne pouvait pas s’empêcher d’entendre des reproches de la part de son époux, tout comme elle de son côté ne se retenait pas de tout lui reprocher. De trop lui reprocher. Mais elle avait simplement besoin d’une chose en cet instant précis, de son mari, qu’il la prenne dans ses bras, qu’il lui dise qu’il souffrait autant qu’elle de la mort de leur fille, parce qu’elle ne parvenait pas à se dire qu’elle allait pouvoir continuer comme ça. Elle avait le sentiment d’avoir déjà trop supporter pour pouvoir en supporter davantage. Et quand Bradley précisa que Pomona était porte, ce qu’elle ne savait effectivement que trop bien, elle sentit son cœur se serrer un peu plus. Elle ne pouvait peut-être pas entièrement lui donner tort, elle se voilait sans doute la face sur beaucoup de chose. Elle savait bien que sa fille ne reviendrait pas, et que ce n’était pas parce qu’elle la pleurait qu’elle reviendrait. Mais justement, elle ne pleurait pas seulement parce qu’elle avait disparu pour toujours, mais bien pour tous les regrets qu’elle avait de ne pas avoir été plus proche de sa fille avant qu’elle ne disparaisse pour de bon.

Esther poussa un soupire quand son époux lui demanda d’aller de l’avant, comme il le faisait. Il avait raison, sans aucun doute, elle devait aller réellement de l’avant et sans doute arrêter de se voiler la face. Il y avait quelque chose qui s’était brisé quand Pomona avait disparu si brutalement de leur vie et ils ne pouvaient sûrement pas revenir en arrière.

« Tu as raison… » Dit-elle dans un souffle. Elle devait bien le reconnaître, il était peut-être temps qu’elle aille de l’avant, qu’elle arrête de se plaindre, de se morfondre. Mais quand elle observait son mari, elle ne pouvait pas le faire, elle ne faisait que penser à Pomona, à tout ce qu’il lui avait dit. Oh, elle l’aimait toujours et rien ne pourra changer ça, mais il était évident que quelque chose s’était brisé entre eux. Sans qu’elle ne sache si c’était réparable. « Je vais chercher des affaires, je ne reste pas une minute de plus ici. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Bradley Fitz
▌ Messages : 195
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   Dim 20 Jan - 13:18


On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple
B

radley devrait admettre que sa façon de faire n'était pas la bonne, qu'il faisait plus de mal que de bien. C'était l'évidence même, alors pourquoi s'obstinait-il sur cette voie ? Eh bien... parce qu'il ne connaissait que ça, en vérité... Il avait toujours fait ainsi... Quand il se retrouvait face à un problème, il n'admettait pas qu'il puisse être au-dessus de ses forces de l'affronter, il restait de marbre, jusqu'à ce que passe la tempête. Sauf que là, la tempête était en train de tout emporter sur son passage. Y compris son mariage, qu'il avait estimé pourtant solide au point de résister à toutes les intempéries.

Oui, c'était le moment, il devrait baisser la tête, s'excuser, reconnaître ses torts, et tout lui dire, lui expliquer combien il avait mal, à quel point il s'en voulait... Il devrait lui dire que la perte de leur fille lui avait fait l'effet d'un saut dans le vide, et il s'enfonçait de plus en plus dans des abysses desquelles il semblait impossible qu'il revienne. La chute était trop intense, trop brutale. Oui, il devrait lui dire tout ça... il n'y arrivait pas. Il ne le pouvait pas. Lui dire la vérité et puis quoi ? Ils iraient tous les deux se morfondre ? Ca ne leur rendrait pas Pomona, ça rajouterait juste de la souffrance à la souffrance. Non, ce n'était pas concevable.

Quand Esther rétorqua qu'il avait raison, Bradley avait envie de croire, bien sûr, qu'elle disait cela dans le but d'apaiser les tensions et de reconnaître qu'il agissait dans leur intérêt à tous les deux, mais non, il savait pertinemment que ce "Tu as raison" était annonciateur de pire, bien pire...

Il sentit son coeur s'arrêter de battre un instant quand elle lui apprit qu'elle voulait prendre ses affaires et s'en aller. Elle ne prononçait pas le mot maudit, elle ne parler pas de rompre ou de divorcer, mais ce que sous-entendait sa décision était par trop évident, au bout du compte. Elle avait l'intention de s'en aller... et qui sait si elle reviendrait. Si elle s'en allait, alors il aurait échoué sur toute la ligne. Elle le mettait au pied du mur, et il ne savait plus quoi faire... C'était peut-être le moment de tout lui dire, de lui céder du terrain... Mais au-delà de son comportement à lui, il n'oubliait pas ce qu'elle lui avait dit : qu'il était responsable de la mort de leur fille, qu'il ne l'avait jamais aimée... Si elle était capable de penser cela de lui, alors à quoi bon ?

-Et où est-ce que tu comptes aller, exactement ?
demanda-t-il, songeant que le pire qu'elle puisse lui répondre en cet instant serait qu'elle décide de se réfugier chez Henry, justement.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On ne peut bien gouverner sa famille qu'en donnant l'exemple [pv Esther <3333]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Se laisser aller peut faire du bien.
» A quoi peut servir la danse ? ~Libre à tous.
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Terminé]On peut considérer ses amis comme sa famille. [Riku Anderson / Kerian Sabishisa]
» Chaque famille a ses secrets, il faut bien réfléchir avant de les déterrer.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Fitz
-