AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle
Adrian Goldstein
▌ Messages : 481
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Jeu 20 Déc - 23:59

Le temps apaise toutes les peines, normalement.
Les vacances étaient arrivées et en un sens, c’était une bonne chose. Parce que clairement, Adrian appréciait quand même de ne pas avoir besoin de croiser Aulne à longueur de temps, de ne pas la voir tout le temps et donc… de penser à elle tout le temps. Bon, d’accord, en fait, Adrian pensait constamment à Aulne, enfin Luna… enfin vous avez compris.

Il avait passé quelques jours chez son oncle et sa tante pendant le voyage de noce de ses parents après leur mariage. Et ensuite, il était rentré chez lui – dans leur appartement à Londres donc – avec Jacob. Bon, au final, Adrian se faisait de plus en plus à l’idée que son père était avec eux. En même temps, c’était normal, à force, il était quand même important qu’il l’accepte bel et bien dans sa famille. C’était son père et même si par moment, c’était bizarre pour lui de partager sa mère (que ça soit avec Jacob, ou même Tina au final, parce que pendant très longtemps ils n’avaient été que tous les deux), il se faisait à l’idée. Jacob n’était pas le pire des pères en même temps, il faisait énormément d’effort et il le laissait plus ou moins tranquille.

Ce dont Adrian avait clairement besoin ces derniers temps. Le jeune homme passait le plus de temps possible dans sa chambre à… glander. Ouais, bon, il déprimait clairement, mais en même temps Aulne lui manquait terriblement, il pensait à elle à longueur de temps et il se sentait mal. Vraiment mal. Bon, par moment il parvenait plus ou moins à penser à autre chose, il tentait de lire un peu, d’avancer sur des études de créatures, mais il n’y avait quand même pas grand-chose pour le passionner. Vraiment pas. Il venait de passer la journée dans sa chambre donc, à… ne rien faire du tout. Il était allongé sur son lit, il regardait le plafond et c’était tout. Juste ça. Au bout d’un moment, Adrian daigna quand même sortir de sa chambre en grande partie parce que son estomac criait vraiment famine. Il se dirigea donc vers la cuisine, ouvrit des placards dans le but de trouver quelque chose à grignoter. Il n’avait pas franchement envie de quelque chose, mais en même temps il fallait bien qu’il mange un truc donc… il allait juste manger quelque chose histoire de, le premier truc qu’il allait trouver. Et alors qu’il fouillait, sa mère entra dans la cuisine.

« Salut. » Se contenta-t-il de dire, histoire de saluer quand même sa mère. Ça n’était peut-être pas la meilleure façon de saluer sa mère, mais là il n’avait vraiment pas la force de faire grand-chose. La seule chose qu’il avait envie, c’était de fermer les yeux, de se contenter d’attendre que le temps passe et que la douleur passe. Parce que bon, il n’avait pas d’autre choix que d’attendre que ça passe et que ça aille mieux.
Code by Gwenn


_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Queenie Kowalski
▌ Messages : 1222
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Ven 21 Déc - 1:24


Le temps apaise toutes les peines, normalement.
L

e bonheur parfait n'existait pas. C'était un constat que Queenie n'avait que pu faire, malheureusement, au fil du temps et de son expérience. Elle ne s'était pas imaginée, il n'y a pas si longtemps, qu'elle et Adrian seraient réunis en Angleterre, qu'elle serait mariée à Jacob, et qu'elle travaillerait dans la boulangerie qu'ils auraient ouvertes tous les deux. C'était pourtant le cas. Et tous ces éléments combinés devaient faire d'elle la femme la plus heureuse du monde.. pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir soucieuse. Parce qu'à côté de cela, elle voyait le couple que sa soeur formait avec Jacob se délitait, et elle comprenait bien que Tina souffrait, tout comme c'était aussi le cas de Norbert et de son neveu... Et cerise sur le gâteau, Adrian, qui n'avait déjà été que trop perturbé cette année, vivait son premier grand chagrin d'amour... Et non des moindres. Les premières ruptures étaient toujours douloureuses... mais dans le cas d'Adrian, ça avait été d'autant plus brutal, il faut bien le reconnaître.

Queenie ne pouvait pas s'autoriser à être pleinement heureuse alors que son fils était en détresse. Non, c'était tout simplement impossible... Adrian était en pleine détresse, et Queenie se sentait totalement démunie. Elle voudrait pouvoir apaiser sa peine en un claquement de doigts, malheureusement, elle savait bien que ce n'était pas aussi facile... Seul le temps pourrait guérir de telles blessures. Et elle, en attendant, elle voyait son fils déprimer comme une âme en peine, et elle se sentait complètement, plus que jamais, désemparée. Quand le jeune homme daigna quitter sa grotte (sa chambre) pour rejoindre la cuisine, où Queenie se trouvait, elle tenta de le gratifier d'un sourire apaisant, sans être franchement sûre que cela ait le moindre effet sur lui.

-J'ai préparé une assiette pour toi, mon coeur,
répondit-elle alors en le voyant fouiller les placards. Il ne manquerait plus qu'Adrian se laisse mourir de faim... malheureusement, c'était un peu le cas, dernièrement, le jeune homme ne mangeait quasiment rien, ce qui n'aidait pas Queenie à se sentir rassurée par son état. Comment tu te sens ? demanda-t-elle aussitôt après.

Il devenait très rare qu'ils se retrouvent dans la même pièce parce que Adrian passait tout son temps dans sa chambre. Queenie n'allait pas s'en cacher, passer du temps avec son fils, parler avec lui, lui manquait... Et même si elle faisait au mieux pour rester à distance des pensées de son fils, elles étaient trop douloureuses pour qu'elle y échappe totalement, ce qui ne faisait qu'empirer les choses. Elle voulait qu'il se confie, qu'il se livre, mais elle se doutait bien du fait que les choses n'allaient pas être si faciles... Et elle, elle continuerait de ne pas savoir quoi faire pour l'aider exactement.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
Adrian Goldstein
▌ Messages : 481
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Dim 6 Jan - 19:40

Le temps apaise toutes les peines, normalement.
Sa mère lui adressa un sourire, mais Adrian la connaissait suffisamment pour savoir que ce sourire n’avait rien de pleinement heureux. Le jeune homme avait conscience que sa mère s’inquiétait pour lui, qu’elle se faisait du souci, qu’elle aimerait sans doute l’aider en fait. Mais en même temps, il savait aussi qu’il n’y avait rien à faire. Que pouvaient-ils faire ? Luna pouvait ne pas venir du futur ? Non… alors, il n’y avait rien à faire, en dehors de juste tirer un trait sur tout cela, sauf que Adrian s’en sentait incapable. C’était tellement injuste. Par moment, il se disait qu’il aurait préféré ne jamais croiser la route de la jeune femme, il lui en voulait un peu de s’être rapproché de lui, mais en même temps… il savait bien qu’elle avait été prise dans son propre piège. Qu’elle n’avait pas voulu le faire souffrir, qu’elle l’aimait en fait tout simplement. Ils s’aimaient et ils ne pouvaient pas être ensemble. C’était injuste.

Adrian ne répondit rien quand sa mère lui affirma qu’elle lui avait préparé une assiette et se contenta de l’attraper, avant de s’installer à table. Le jeune homme avait eu dans l’idée de trouver un truc à grignoter et d’aller manger dans sa chambre, afin de ne voir personne, mais il avait conscience qu’il ne pouvait rien faire. Il ne pouvait pas partir alors qu’elle lui demandait comment il se sentait. Elle devait avoir la réponse à sa question en réalité. Même si sa mère lui avait promis de ne pas lire dans son esprit, il savait qu’elle ne contrôlait pas vraiment les choses, surtout quand les autres souffraient. Mais bon, il devrait sans doute faire l’effort de lui répondre. Il haussa des épaules, avant de prendre une bouché de ce que sa mère lui avait préparé, savourant quand même le fait de manger un peu.

« Je ne sais pas… »

Adrian savait bien que ça ne servait à rien de se lamenter sur son sort, mais en même temps il ne parvenait pas à faire comme si de rien n’était. Il avait cru qu’avec Aulne, c’était juste parfait. Qu’elle allait plaire énormément à ses parents, que cet été ils allaient pouvoir passer du temps ensemble. Qu’elle aurait été avec lui pendant le mariage de ses parents. Il s’était même dis qu’ils auraient pu aller étudier avec son oncle de créature ensemble. Mais non, il n’y avait plus rien maintenant.

« J’arrive pas à… » Sa gorge se serra, il avait encore envie de pleurer mais il se retenir un minimum quand même. « J’arrive pas à oublier. »

Alors qu’il devrait le faire, parce qu’il avait parfaitement conscience qu’ils ne pouvaient pas être ensemble, que leur histoire n’aurait jamais dû avoir lieu. Alors, il devait tourner la page, aller de l’avant, mais non… rien n’y faisait, quoi qu’il se disait, quoi qu’il faisait, il ne parvenait pas à oublier.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Queenie Kowalski
▌ Messages : 1222
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Dim 6 Jan - 20:10


Le temps apaise toutes les peines, normalement.
Q

ueenie se sentait soulagée qu'Adrian veuille au moins bien lui parler. Alle avait eu peur qu'il se mure dans le silence et dans la douleur et ne se tourne pas vers ses proches. Elle savait ce qu'il traversait, vraiment, elle ne faisait pas que le prétendre... Elle était passée par là elle aussi. Elle avait renoncé à quelqu'un qu'elle aimait et qui l'aimait en retour, et ce n'était pas de gaité de coeur. Si elle n'avait écouté qu'elle, si elle n'avait pas eu ses proches et surtout Tina pour prendre soin d'elle à l'époque, elle ne savait pas comment elle aurait supporté cette situation. Certes, le fait d'avoir Adrian lui permettait de réellement supporter n'importe quel obstacle, mais au-delà de ça... Il fallait oser, accepter de se livrer, reconnaître sa douleur et ses faiblesses, aussi, elle apprécia la réponse de son fils... même si elle préférerait qu'il aille bien, qu'il n'ait pas à souffrir autant.

Quand il affirmait qu'il ne savait pas comment il allait, Queenie devinait que si, au fond, il le savait pertinemment, et c'était bien là tout le problème. Il allait mal... et c'était atroce, à son échelle de mère, de ne pas savoir quoi faire pour que son enfant aille mieux. Dans une telle situation, elle savait très bien ce qu'était la seule solution envisageable. Il lui fallait du temps... Mais il était difficile de simplement conseiller à son fils d'être patient alors qu'elle voudrait le voir sourire et rire, être heureux... Il ne méritait pas d'avoir aussi mal.

-Mon chéri...


Queenie se rapprocha afin de prendre son fils dans ses bras. Tant pis s'il ne voulait pas de cet élan d'affection, elle voulait au moins qu'il sache qu'elle était présente pour lui et qu'elle n'hésiterait pas à l'écouter, quoi qu'il pense et quoi qu'il dise.

-Rien ne t'oblige à l'oublier, au contraire. Souviens-t'en comme quelque chose de beau.

Ne laisse pas la tristesse gâcher tes souvenirs... Ce serait le pire à faire. elle espérait qu'un jour, il serait capable de penser aux instants passés avec Luna avec autant de douceur que de nostalgie, sans plus éprouver de souffrance, juste le rappel d'un moment suspendu de bonheur, qui n'en interdisait aucun autre. Plus facile à dire qu'à faire, bien sûr. Queenie, de son côté, n'y avait jamais vraiment réussi... si vraiment elle y était parvenu, elle n'aurait jamais retrouvé Jacob dans sa boulangerie à l'époque, en premier lieu.

-Prends le temps qu'il te faudra, mais s'il te plaît, n'hésite pas à me parler, d'accord ?


Elle ne voulait pas qu'il garde les choses pour lui. Même si ça ne devait pas être simple; elle ne voulait pas qu'il se renferme sur lui-même.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
Adrian Goldstein
▌ Messages : 481
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Dim 13 Jan - 22:42

Le temps apaise toutes les peines, normalement.
Sa mère vint le prendre dans ses bras, Adrian savait bien que c’était la meilleure manière pour elle de lui montrer son soutien. Le jeune homme ne savait pas réellement s’il avait envie qu’elle le prenne dans ses bras, mais en même temps il appréciait quand même. C’était complexe, il n’avait envie de rien en réalité. Enfin, si, il avait envie de se retrouver auprès de Aulne et d’être avec elle tout simplement, même si c’était impossible. C’était bel et bien impossible. Il avait envie d’être seul, mais en même temps ça lui faisait du bien que sa mère soit présente pour lui. Mais ça n’enlevait pas ce qu’il ressentait non plus, ça ne pouvait pas entièrement le soulager. Ça lui faisait un peu de bien, mais on ne pouvait pas dire que ça pouvait juste pleinement lui faire du bien.

Sa mère lui affirma qu’il n’était pas obligé de l’oublier, qu’il pouvait juste se contenter de s’en rappeler comme un bon souvenir. Mais, Adrian avait un peu de mal à voir comment il pouvait faire ça. La blessure était de toute façon bien trop grande encore pour qu’il puisse y voir un quelconque positif. Bien sûr, tout n’était pas à jeter et les moments que le jeune homme avait passé avec son ex petite amie étaient heureux, mais ça n’enlevait pas le fait que pour l’heure, il souffrait trop pour y repenser avec bonheur. Il devait laisser le temps au temps…

« Ce n’est pas comme s’il y a grand-chose à dire en même temps. » Répondit-il dans un soupire quand sa mère lui affirma qu’il ne devait pas hésiter à lui parler. C’était une manière pour lui de lui confirmer le fait qu’il n’allait pas hésiter à lui parler, même si ce n’était pas vraiment évident. Et comme il venait de le préciser, il n’y avait pas grand-chose de plus à dire. Aulne et lui ne pouvaient pas être ensemble, le jeune homme était triste, il ne pouvait rien faire contre ça et il devait vivre avec. Il n’avait aucune idée de comment il allait faire. « C’est juste… » Adrian poussa un nouveau soupir, ne pouvait pas s’en empêcher. « C’est juste injuste. »

C’était injuste en effet, Adrian était amoureux de Aulne et il aurait bien aimé pouvoir simplement être avec elle. Sauf qu’on l’en empêchait, ou plutôt c’était juste impossible et il en avait bien conscience. Il n’avait pas envie de changer l’histoire ou il ne savait pas quoi, il était suffisamment raisonné pour ne pas prendre de risque. Mais en même temps, ça ne l’empêchait pas de regretter de devoir faire prendre ce genre de décisions.

« Comment… tu as fait ? Quand tu as perdu papa ? »

Ça n’avait aucune comparaison en réalité, mais Adrian se demandait vraiment. Elle avait pris la décision de ne pas être avec son père, pour le protéger, pour les protéger tous les deux. C’était une décision horrible à prendre, encore plus dur que la sienne.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Queenie Kowalski
▌ Messages : 1222
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   Dim 13 Jan - 23:00


Le temps apaise toutes les peines, normalement.
A

drian lui argua qu'il n'y avait de toute façon pas grand-chose à dire dans tous les cas. Queenie comprenait ce qu'il entendait par là, mais elle n'était pas d'accord avec lui. Quand il était question de s'exprimer sur ce que l'on ressentait, l'on pouvait être intarissable. Les mots étaient difficiles à prononcer, ça c'est une certitude, mais ils pouvaient quoi qu'il en soit être libérateur. Bien sûr, Queenie ne pouvait pas obliger son fils à s'exprimer, mais elle avait surtout peur qu'il se renferme sur lui-même, qu'il décide de tout garder pour lui. S'il choisissait de ne pas se livrer dans de telles circonstances, alors il y avait des risques pour que les choses empirent encore. La parole était libératrice. Et Queenie ne devait pas se voir obligée de lire dans les pensées de son fils pour ne pas oublier de le comprendre, pour réussir à rester proche de lui. Visiblement, il acceptait tout de même d'en parler, se faisait violence pour partager avec elle ce qu'il ressentait.

Elle était d'accord avec lui, c'était malheureusement injuste. Queenie aurait voulu que son fils connaisse une première passion sans ombrage, sans être confronté à l'impossible, à l'interdit. Mais telle mère, tel fils, certainement... Ils devaient avoir une aversion instinctive pour les histoires d'amour simples et sans encombres. Oui, c'était injuste... malheureusement, il y avait des injustices contre lesquelles il était impossible de lutter. Il fallait faire avec, c'est tout. A moins que le sort ne vous soit favorable, comme ça avait fini par être le cas pour Queenie. Mais dans le cas d'Adrian, c'était malheureusement fort peu probable.

D'ailleurs, Adrian l'interrogea sur sa propre histoire. Au fond, Queenie aimait l'idée de partager son histoire avec Adrian, ne serait-ce que pour lui faire comprendre combien il était né d'un amour immense. Mais en même temps, elle n'était pas sûre que sa réponse allait le rassurer. Malgré tout, elle avait la ferme intention de demeurer honnête quoi qu'il en soit.

-Eh bien... ça a été difficile, vraiment très difficile. Il m'a manqué, tous les jours...
Et elle était, à ce titre, tout sauf un bon exemple. Ceci dit, elle avait tout de même l'intention d'aller jusqu'au bout de son discours. Je pense que je serais devenue totalement folle. Au sens propre, elle était si fragile que ça n'aurait pas manqué. Si tu n'avais pas été là. Elle afficha un grand sourire. J'avais une nouvelle raison de vivre, et surtout, je n'ai jamais été seule. Ton oncle et ta tante étaient là, aussi...

En bref, elle réussissait tout de même à tirer une morale de tout cela. Si Adrian voulait sortir la tête de lot, il fallait qu'il se focalise sur ceux qui étaient toujours à ses côtés. Sa famille, ses amis...



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps apaise toutes les peines, normalement. (Maman chérie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'alcool ne noie pas toutes les peines [PV Lula]
» On dit que le temps apaise les peines mais certaines choses restent immuables
» L'amitié partage toutes les peines et non tous les plaisirs ? Rebekha
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Goldstein
-