AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Zoom Pegasus 36
67.18 € 119.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 La fatalité : perdre la boule (James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeVen 21 Déc - 1:35

La fatalité : perdre la boule.
Gabrielle ne pouvait pas nier qu’elle avait quand même ressenti le danger sur sa tête, qu’elle avait eu le sentiment d’avoir cette épée de Damoclès sur la tête. Mais elle n’avait pas cru que la situation allait se passer comme ça, qu’elle allait se retrouver dans une telle situation. Elle ne se souvenait plus exactement ce qui s’était passé, elle avait qu’un souvenir flou des événements. C’était arrivé bien trop vite en même temps. Elle avait fait une crise… et ce n’était pas la première en plus, c’était bien ça le pire.

La seule chose dont elle se souvenait, c’était qu’elle avait cru être en danger, qu’elle avait cru qu’il arrivait quelque chose – à moins qu’il arrivait bien quelque chose – et c’était partie en vrille. Et quand elle avait repris contenance, en quelque sorte, elle avait mis en danger Augustus. Elle ne se souvenait pas de ce qui s’était passé précisément, mais Raziel lui avait fait comprendre qu’elle avait mis en danger son fils, qu’elle était complètement folle. Il n’allait pas fallu bien longtemps avant qu’elle ne soit conduite à Sainte Mangouste et maintenant… elle se trouvait à l’hôpital.

Elle avait beau réfléchir encore et encore à la situation, repenser aux événements, elle ne se rappelait de rien. Elle ne parvenait pas à croire qu’elle avait pu s’en prendre à son fils. Il était bien arrivé quelque chose avec James mais… disons que c’était différent quand même. D’accord, avec James ça s’était mal passé et il était évident que Gabrielle n’allait pas bien… mais elle n’aurait jamais pu faire de mal à son fils. Et plus elle y pensait, plus on essayait de lui faire croire le contraire, de la soigner, plus elle s’enfonçait dans ses pensées et elle se disait simplement qu’on était en train de se débarrasser d’elle. Sa seule consolation, c’était que Augustus devait être entre de bonnes mains. Pas celles de Raziel malheureusement… même si au final, Gabrielle ne savait même pas si elle pouvait encore faire confiance à son mari. L’homme était trop occupé de toute façon, il avait des responsabilités et… eh bien, elle pouvait compter sur Lucretia pour bien prendre son de son enfant. Pendant qu’elle était là, pendant qu’elle se trouvait en soin. Pour le temps que ça allait durer, en espérant que ça n’allait pas être trop long.

Et en attendant… elle était là, donc. On la soignait, du moins c’était ce qu’on lui disait. On lui parlait beaucoup. Et Gabrielle était… eh bien, elle était là et parfois elle était moins là. Elle ne saurait pas entièrement dire ce qu’elle faisait des ses journées, c’était étrange. Sauf quand elle recevait de la visite, comme là… son cœur manqua un battement quand elle vit James s’approcher d’elle.

« James ? » Demanda-t-elle, un peu comme si elle ne croyait pas réellement ce qu’elle était en train de voir. Sans aucun doute parce qu’elle ne croyait pas ce qu’elle était en train de voir.
Code by Gwenn


_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeVen 21 Déc - 1:47


La fatalité : perdre la boule.
J

ames avait eu peur de voir ce jour arriver, il devait bien le reconnaître. Il avait eu l'occasion de voir l'état de son amie décliner, il avait eu l'occasion de la voir sombrer, petit à petit, dans la paranoïa et la folie. Il avait espéré que ce n'était qu'un état passager, qu'elle s'en remettrait, qu'elle était juste épuisée par sa grossesse et toute la pression qu'elle devait recevoir de l'extérieur, il avait eu envie de penser qu'elle finirait par aller mieux, d'une façon ou d'une autre, et que les épisodes les plus malheureux de leurs derniers échanges sauraient être oubliés. Malheureusement, il n'en était rien, ce n'était pas le cas. Pas du tout,  même. L'enfant était née, et Gabrielle, loin d'aller mieux, adoptait un comportement toujours plus dangereux, à la fois pour elle et pour son enfant. La décision à prendre paraissait dès lors logique, malheureusement : il fallait que Gabrielle soit soignée par des personnes compétentes, qui lui permettraient de reprendre du poil de la bête et de retourner auprès de sa famille, calme et détendue, sans plus de craintes ni d'angoisses.

James avait hésité à rendre visite à Gabrielle. Il faut dire qu'il ne savait pas du tout dans quel état il allait retrouver son amie, et forcément, ça avait le don de l'angoisser un peu. Il ne savait pas s'il supporterait de la voir agressive envers lui à nouveau, ou même en pleine détresse. Mais les amis se devaient de se supporter dans les meilleurs comme dans les pires moments. Si James devait vivre une situation aussi douloureuse que celle qu'endurait Gabrielle, il voudrait que ses proches soient là pour lui, alors c'était ce qu'il faisait, il se montrait présent pour sa meilleure amie. Et pour cette raison, il se rendit donc à l'hôpital sorcier. On le dirigea jusqu'à la chambre de la jeune femme. Si elle avait droit à des visites, c'est qu'elle ne devait pas aller si mal que ça... C'était en tout cas ce dont il avait réussi à se convaincre, avant tout et surtout pour se donner ne serait-ce qu'un minimum de courage - et on ne va pas se le cacher, il en avait quand même le plus grand besoin, c'est rien de le dire.

-Salut, Gabrielle,
répondit James de la voix la moins hésitante possible, même s'il était loin, bien loin de se sentir à son aise, pour tout dire, c'était même tout l'inverse à vrai dire. Comment tu vas ?

La question semblerait peut-être idiote au regard des circonstances mais James avait besoin de savoir malgré tout. Il s'inquiétait très sincèrement pour Gabrielle, il tenait à s'assurer qu'elle allait mieux, qu'elle serait capable de retrouver son état normal. Pour l'heure, il avait le sentiment qu'elle était... égarée, mais inoffensive, c'était bon signe, non ?




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 2 Mar - 23:29

La fatalité : perdre la boule.
Gabrielle n’était pas sûre et certaine de bel et bien se retrouver devant James. Elle avait envie de le voir, c’était peut-être simplement pour cette raison qu’elle se retrouvait devant lui. Peut-être qu’elle se contentait juste de rêver de lui ? Ce n’était pas impossible, en effet. Rien n’était plus vraiment impossible en tout cas depuis qu’elle se trouvait dans cet endroit, même depuis avant, quand elle était encore enceinte de Augustus. Il la salua, lui demanda comment elle allait. Gabrielle hésita quelques secondes, parce qu’elle ne savait pas du tout si elle se trouvait réellement devant James. En même temps, la plupart du temps, elle se demandait où elle se trouvait, en compagnie de qui elle se trouvait. Elle ne savait plus quoi penser de sa vie, elle ne savait plus quoi penser de tout en réalité.

Gabrielle observa donc en silence, pendant quelques secondes, James, en ne pouvant pas s’empêcher de penser à ce qui avait pu se passer entre eux ces derniers temps. À la manière dont elle s’en était prise à lui. Et maintenant, Gabrielle se trouvait ici. Est-ce que ça avait un rapport ? Est-ce que ça ne serait pas à cause de lui ? Non, ce n’était pas réellement à cause de lui, c’était à cause des mangemorts. À cause de ceux pour qui son mari travaillait. La jeune femme ne savait guère quoi penser de tout cela en tout cas, la seule chose qu’elle savait c’était qu’elle se trouvait là, devant James.

« Je ne sais pas trop. » Répondit-elle honnêtement à la question de James. Elle ne pouvait pas dire qu’elle allait bien, parce qu’elle ne savait pas si elle allait bien. Tout comme elle ne savait pas non plus si elle allait si mal que ça. Elle ne pouvait donc pas répondre précisément à James. « Pourquoi je suis là ? » Demanda-t-elle, en ne sachant pas vraiment si James pouvait lui répondre. Quoi que au fond, la jeune femme ne pouvait quand même pas s’empêcher de se dire qu’il en savait peut-être quelque chose, qu’il avait peut-être un rapport avec ça. Elle ne mettait pas James directement dans les responsables, non plus, mais… elle ne savait vraiment rien de ce qui lui arrivait, elle ne comprenait rien de ce qui lui arrivait. Elle ne comprenait rien tout court. « Où est mon fils ? » Demanda-t-elle un peu plus vivement.

Oh, elle savait bien qu’elle avait confié son fils à son amie, elle avait confiance en Lucretia et ce n’était pas pour rien qu’elle avait fait ce qu’elle avait fait, qu’elle avait mis tout cela sur papier. Mais en cet instant précis, la jeune femme ne parvenait pas à avoir l’esprit clair. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’on faisait du mal à son fils, qu’on était en train de l’éloigner de lui parce qu’elle était peut-être devenu un poids, qu’elle était devenue gênante.
Code by Gwenn


_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeDim 3 Mar - 9:42


La fatalité : perdre la boule.
P

endant un temps qui sembla durer une éternité à James, Gabrielle ne dit rien et se contenta de l'observer dans le plus parfait silence. Le jeune homme se sentait profondément mal à l'aise, et tandis que le silence se prolongeait, il se demandait définitivement s'il avait bien fait de venir. Ce n'était peut-être pas une bonne idée, au bout du compte, peut-être qu'il aurait mieux fait de prendre des nouvelles de son amie à distance, d'aller voir Raziel pour lui demander comment sa femme se portait.

Là, il n'arrivait pas à savoir ce que ce silence signifiait, mais il songeait à la dernière fois qu'ils s'étaient vus, à la violence dont elle avait fait preuve à son égard. Il avait eu la naïveté de penser quel quelques jours passés à Sainte-Mangouste lui aurait permis de se sentir un peu mieux, de prendre mieux conscience de la situation et de réaliser qu'il n'était pas son ennemi. Maintenant, il se disait seulement que Gabrielle le considérait peut-être encore comme l'ennemi, et cette pensée lui serrait le coeur. Ceci dit, quand elle reprit la parole, il se sentit un peu soulagé. Elle ne s'adressait pas à lui avec l'hostilité dont elle avait pu faire preuve à son égard la dernière fois.

Bon, elle lui demanda tout de même ce qu'il faisait là, ce qui serait presque blessant si les circonstances n'étaient pas si complexes. Il était là parce que Gabrielle était sa meilleure amie et qu'il se faisait un sang d'encre pour elle, parce qu'il voulait s'assurer qu'on prenait bien soin d'elle et qu'elle se sentait mieux. Mais il ne dit rien, il n'eut le temps de rien dire. Gabrielle avait repris la parole. Et le coeur de James se serra. Tout compte fait, elle n'avait pas l'air d'aller mieux, et James avait vraiment peur de la tournure que pourrait prendre la conversation. Toujours en proie à une sévère paranoïa, il songeait qu'il n'était pas improbable que, d'ici quelques minutes, elle l'envoie promener en l'accusant de tous les maux de la terre. Bon, elle n'était pas dans son état normal, il fallait faire preuve de patience, voilà tout. Mais ça, c'était une chose qui était plus facile à dire qu'à faire, en définitive.

-Tu es ici parce que tu as besoin de repos,
répondit doucement James. Ce qui était une manière élégante de dire qu'elle était totalement folle, devenue paranoïaque et que tout le monde craignait qu'elle finisse par devenir un danger, pour elle-même, pour les autres et aussi pour son fils. Ton fils va très bien, il est entre de bonnes mains. Les Prewett prennent bien soin de lui.

Bon, il disait peut-être cela un peu trop rapidement (même si Lucretia et Ignatius prenaient soin d'Augustus, le problème ne se situait pas là), et il en avait pertinemment conscience, il ne connaissait pas les Prewett, après tout, mais si les Rookwood avaient décidé de leur faire confiance, ça ne devait pas être pour rien, après tout.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeLun 20 Mai - 12:09

La fatalité : perdre la boule.
Elle était ici parce qu’elle avait besoin de repos… Gabrielle écoutait les propos de James, mais elle avait un peu de mal à faire le point sur ce qu’elle pensait, sur ce qu’elle comprenait. Son ami lui apprit également que son fils étaient entre de bonnes mains, que les Prewett prenaient bien soin de lui. La jeune femme se perdit un peu dans ses pensées, repensant à Augustus, à Lucretia. Oui, elle avait confié son fils à son amie, il était entre de bonnes mains. Ça voulait dire que Augustus était donc bel et bien entre de bonnes mains, qu’il allait bien. Oui, bien sûr qu’il allait bien, puisque son amie prenait soin de lui, qu’elle lui avait promis de prendre soin de son fils s’il lui arrivait quelque chose et il était évident qu’il lui arrivait quelque chose. La preuve… Gabrielle le savait après tout, elle le savait depuis… depuis ce qui était arrivé avec James.

La jeune femme tourna un regard triste vers son ami, elle s’en voulait tellement de ce qu’elle avait fait. Elle regrettait de s’en être pris à lui, d’autant plus qu’elle appréciait grandement la présence du jeune homme en cet instant précis. Même si ça n’allait pas forcément arranger la situation. Non pas que James aggrave les choses, mais il n’y avait sans doute pas grand-chose à faire.

« Oui… il est entre de bonnes mains. »
Répéta-t-elle comme pour se graver l’information dans l’esprit. « J’ai demandé à Lucretia de s’occuper de lui parce que je suis… » La jeune femme s’arrêta dans sa phrase, se mordant la lèvre. Parce qu’elle était folle ? Malade ? Fatiguée. Fatiguée ça semblait bien, mais au fond Gabrielle savait bien que ce n’était pas juste ça, qu’il y avait quelque chose de plus que ça, qu’elle n’allait pas bien du tout. Ou alors, on faisait en sorte qu’elle n’aille pas bien ? « Je suis… » Reprit-elle en levant son regard vers James, prenant sa main dans la sienne. « Je suis désolée de ce que je t’ai fait, je regrette vraiment. »

Elle s’était déjà excusée, mais elle avait le sentiment qu’il fallait qu’elle recommence à le faire. Une preuve qu’elle allait mieux ? Pas dit non, parce que son esprit ne manquait pas d’être encore bien embrouillé, sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. Mais elle avait conscience que quelque chose n’allait pas chez elle, que ce n’était pas juste un événement extérieur, sinon elle ne serait pas ici et Augustus ne serait pas avec Lucretia, mais avec elle… dans ses bras.

À cette pensée, Gabrielle senti son cœur se serrer, son fils lui manquait tellement, elle avait envie d’être là pour lui, mais elle se rendait bien compte qu’elle ne pouvait pas l’être. Et elle s’en voulait, elle s’en voulait d’être une mauvaise mère. Comme elle avait certainement été une mauvaise amie aussi. Peut-être une mauvaise femme également, parce qu’elle n’était pas à la hauteur de Raziel, clairement pas.
Code by Gwenn


_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeLun 20 Mai - 18:00


La fatalité : perdre la boule.
L

a réaction de Gabrielle rassura quelque peu James, qui n'avait clairement pas su à quoi s'attendre quand il avait décidé de lui rendre visite. Il était soulagé de la voir... apaisée ? Il ne savait pas si c'était vraiment le mot juste, mais plus saine d'esprit du moins, moins agressive, capable d'entendre ce qu'elle lui disait sans lui sauter à la gorge (ce qui était une excellente chose, on ne va pas se le cacher)... par rapport à la dernière fois où ils s'étaient vus, c'était plus ou moins le jour et la nuit.

Il adressa à la jeune femme le sourire le plus serein possible quand Gabrielle répéta que son fils était entre de bonnes mains. Elle comprenait qu'elle doive assimiler l'information mais que ce ne soit pas simple pour autant. Sur ce point, James était totalement capable de se mettre à sa place. Il savait ce que cela faisait, que d'être éloigné de la chair de sa chair, c'était un supplice de tous les instants, quand bien même on savait pourtant que l'enfant en question ne souffrait de rien. James rêverait de prendre Gabriel dans ses bras, il s'inquiétait bien souvent de savoir comment le petit allait, mais concrètement, il savait que Lindsay prenait grand soin de leur fils... c'était une épreuve, mais dans le cas de Gabrielle, une épreuve salvatrice... et temporaire. James y croyait dur comme fer, elle finirait par aller mieux, et à ce moment-là, elle pourrait regagner son rôle de mère.

-Ne t'en fais pas
, répondit James avec douceur, en adressant à son amie un sourire rassurant.

Il appréciait les excuses de Gabrielle, et il estimait les mériter en effet, mais il ne voulait surtout pas que la jeune femme s'en veuille pour autant. Lui, en tout cas, ne lui reprochait rien. James n'était pas du tout quelqu'un de rancunier. Et il ne voyait pas de raisons de l'être, en l'occurrence. Il avait bien conscience du fait que Gabrielle n'avait pas été dans son état normal. Pour espérer qu'elle aille mieux, il ne fallait pas la fuir mais, au contraire, la soutenir, alors c'était ce qu'il allait faire.

-Je sais que tu ne voulais pas me faire du mal, c'est oublié.
Il pressa sa main dans la sienne en guise de soutien. Tu vas te reposer, on va prendre soin de toi, et quand tu sortiras d'ici, ce sera comme si rien ne s'était passé.

Elle avait... fait une crise de nerfs, ce genre de choses arrivaient. Elle était fragile, et sa grossesse n'avait pas arrangé les choses. Elle allait reprendre des forces, et quand elle pourrait enfin quitter Sainte-Mangouste, tout reviendrait dans l'ordre. Ce ne serait pas simple, mais James était vraiment convaincu que c'était possible, et personne ne devait s'aviser de suggérer le contraire en sa présence.




code by Mandy





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeLun 19 Aoû - 15:05

La fatalité : perdre la boule.
Gabrielle avait besoin de s’excuser encore de ce qu’elle avait fait à James, parce qu’elle n’en revenait toujours pas de ce qu’elle avait pu faire. Elle s’en voulait énormément de ce qu’elle avait fait, elle n’en revenait pas de ce qu’elle avait pu faire… Elle ne savait même plus réellement comment ils avaient pu en arriver là. Enfin, si, elle avait quand même conscience de comment c’était arrivé, mais c’était… bref, elle était encore complètement perdue, elle ne savait pas vraiment comment se faire pardonner. James lui affirma qu’elle ne devait pas s’en faire, sauf que c’était évidemment plus facile à dire qu’à faire. Gabrielle ne pouvait pas s’empêcher de s’en faire, elle ne pouvait pas ignorer ce qu’elle avait fait. Elle s’en était quand même pris physiquement à son ami, il ne méritait pas ça alors qu’il avait été présent pour elle.

James précisa qu’il savait bien qu’elle n’avait pas eu envie de lui faire du mal, il appréciait d’entendre ces mots, elle aimait le fait qu’il puisse avoir bien conscience que ce n’était pas quelque chose qu’elle avait envie, mais on ne pouvait pas dire que ça résolvait vraiment la situation pour autant. Parce que rien ne changeait le fait qu’elle s’en était pris à lui, sans raison en prime. Mais elle allait se reposer donc… ça allait aller ensuite non ? James semblait le croire en tout cas, puisqu’il lui affirma que c’était ce qu’elle allait faire, qu’on allait prendre soin d’elle et que quand elle allait sortir de cet endroit, ça allait être comme si de rien n’était. Gabrielle afficha un sourire en entendant les mots de son ami, elle avait envie de croire que ça puisse être le cas en effet… même si elle ne pouvait pas en être si sûr que cela non plus.

« Oui… » Dit-elle dans un souffle, en essayant de s’en convaincre elle-même. Elle avait envie de croire que c’était réellement ce qui allait arriver, qu’ils allaient pouvoir faire comme si de rien n’était, que ça n’aurait pas de conséquence. Ça allait être le cas quand elle allait quitter cet endroit… Elle allait retrouver Raziel, ainsi que son fils. Son fils qui était pris en charge par Lucretia, comme elle le lui avait demandé. « J’espère… qu’on ne me fera plus rien quand je vais sortir. » Ajouta-t-elle alors d’une voix basse, d’un ton de la confidence avec son ami.

Elle allait être mieux quand elle allait sortir, mais en même temps… elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’on allait peut-être quand même chercher à lui faire du mal. Ces personnes qui demandaient à son mari de faire d’horrible chose, ceux qui le forçaient à ne pas agir comme il le fallait. Les membres de la famille Rookwood, par exemple, parce qu’ils étaient des mages noirs, parce qu’ils n’agissaient pas sainement…
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeLun 19 Aoû - 15:24

 

   
La fatalité : perdre la boule.
   
J
ames avait l'espoir que toute cette histoire se tasse très rapidement. C'est vrai, Gabrielle était devenue... folle, il n'y avait pas d'autre mot, et le libraire était bien placé pour l'avoir constaté. Mais malgré tout, il était convaincu que son passage à vide était à mettre sur le compte de la fatigue, du stress de la grossesse puis de l'accouchement, une combinaison d'éléments qui avaient fait d'elle l'ombre d'elle-même. Mais ici, elle pouvait se reposer, ici, elle était encadrée, alors il lui suffirait de se laisser prendre en charge et tout irait mieux. Elle avait conscience de ce qu'elle avait fait. Elle avait conscience de ce qui lui était arrivé. La réalisation de tout cela, c'était un premier pas vers la guérison, pas vrai ? James osait le penser, en tout cas, même si rien ne pouvait véritablement l'assurer. Oui, il était plein d'espoir, effectivement, et il avait déjà le sentiment d'avoir retrouvé sa meilleure amie. Mais au moment d'entendre Gabrielle reprendre la parole, son sourire s'affaissa légèrement. Il chercha à ne rien montrer, mais l'inquiétude était en train de reprendre le dessus.

Il pensait qu'elle s'était raisonnée, qu'elle avait compris que tout ça, sa paranoïa, ce n'était jamais que le fruit de son imagination au bout du compte. Mais visiblement, non, il y avait encore des efforts à fournir de son côté. Et cela mit un léger coup au moral de James. Oh, bien sûr, il savait que si Gabrielle était au meilleur de sa forme et complètement guérie, elle n'aurait aucun besoin d'être encore à Sainte-Mangouste, et que ça devait être un processus qui prenait du temps. Mais il aurait voulu qu'elle aille mieux que cela, que son sentiment d'insécurité se soit évaporé.

Il fut tenté de la raisonner, de lui assurer que personne ne lui voulait du mal à l'extérieur et ne cherchait à lui nuire. Il n'avait pas envie de la conforter dans ses névroses. D'un autre côté, il sentait bien que s'il agissait ainsi, il ne réussirait qu'à la braquer. Il avait déjà pu constater que cela pouvait la mettre dans un état terrible. Alors au final, plutôt que de chercher à la raisonner, peut-être valait-il mieux simplement la rassurer, àa et rien d'autre.

-Il ne t'arrivera rien, je te le promets.
Bien sûr, il ne pouvait pas lui promettre une chose pareille en soi. Ceci dit, Gabrielle s'inquiétait d'une menace qui n'existait pas (ou en tout cas, James était convaincu du fait qu'elle n'existait pas), alors il n'y avait aucun mal à calmer cette inquiétude. Elle avait besoin de se sentir entourée et protégée, alors elle le ferait. On sera là pour toi, on te protègera, on ne laissera rien t'arriver.

Définitivement, il n'était pas convaincu du fait de faire le bon choix en s'exprimant ainsi. Mais dans tous les cas, ce qui était dit était dit.
   




   
code by Mandy

   
   



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 14 Déc - 18:51

La fatalité : perdre la boule.
Gabrielle se sentait en sécurité dans l’hôpital, même si elle préfèrerait largement être en compagnie de son maria et de son fils, elle se sentait en sécurité. La jeune femme savait parfaitement qu’elle avait besoin de ce moment dans cet endroit, qu’elle avait besoin de se retrouver un peu dans cet endroit afin d’être plus en forme, afin de pouvoir ensuite retrouver sa famille pleinement en forme et surtout de ne plus avoir de soucis. Même si ce n’était pas forcément évident, parce que ses soucis n’étaient pas forcément réglés. Elle avait envie de se dire que c’était le cas, qu’elle ne craignait rien, mais en même temps ce n’était pas si évident que ça.

Alors, elle ne put s’empêcher d’en faire plus ou moins la confidence à James, même si ce n’était pas forcément une bonne chose, et qu’elle n’avait pas non plus envie de le mettre dans une situation complexe. Elle n’avait aucune envie de le mettre en danger par exemple. James reprit la parole, Gabrielle ne pensa même pas au fait qu’il pouvait chercher à la contredire alors que c’était ce qu’il avait fait précédemment, entrainant un peu leur dispute (voir même beaucoup), mais ça ne lui venait pas à l’esprit. Quand bien même, il était évident qu’elle aurait eu une réaction forcément un peu brusque et particulière si James ne devait pas être de son côté, elle avait besoin qu’il soit de son côté. Ou en tout cas, elle avait besoin de soutien tout simplement et c’était ce qu’il lui apportait en cet instant précis.

L’homme lui précisa qu’il n’allait rien lui arriver, Gabrielle afficha un léger sourire timide. Elle avait envie de le croire, de se dire vraiment que rien n’allait lui arriver, même si ce n’était pas évident non plus. Elle aimerait bien se dire que James avait raison, mais il ne pouvait pas être sûr lui-même. James confirma qu’ils allaient être là pour elle, elle se disait qu’il parlait de lui-même, de Raziel et peut-être d’autres personnes aussi, qu’ils allaient la protéger, qu’ils ne laisseraient rien lui arriver. Gabrielle n’était pas sûre de pouvoir faire confiance à son ami, mais en même temps elle ne pouvait pas nier le fait qu’elle appréciait ces propos, qu’ils lui faisaient du bien.

« Oui… » Finit-elle par dire après un petit moment de silence, d’une voix faible. Elle avait envie d’être convaincante, mais ce n’était pas vraiment évident. Parce qu’elle n’était pas si convaincue que ça, elle avait envie d’être rassurée, mais ce n’était pas évident. « J’espère… »

Elle espérait vraiment, elle avait envie de ne rien craindre quand elle allait sortir, de ne pas avoir peur de ce qui pouvait bien arriver.

« On va tout faire pour. »
Dit-elle dans le but de rassurer James, pour qu’il ne s’inquiète pas pour elle. Se doutant qu’il y avait des chances qu’il soit inquiet. En même temps, elle se trouvait là, c’était bien qu’elle n’allait pas bien et donc qu’il y avait de quoi s’inquiéter.
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 14 Déc - 19:11


   
La fatalité : perdre la boule.
   
J

ames répondit au fin sourire de Gabrielle par un autre quand elle répondit par un "oui" qui fut malheureusement contrebalancé par un "j'espère" qui n'était pas vraiment encourageant, en réalité. Le libraire voudrait que Gabrielle aille vraiment mieux, qu'elle cesse de s'imaginer des ennemis invisibles et se concentre sur sa santé. Mais il comprenait que ces choses allaient demander du temps. Ce n'était pas sous le prétexte qu'elle était prise en charge que tous ses problèmes étaient réglés. Le jeune homme avait vraiment envie de la voir sourire à la vie, pouvoir se reconstruire aux côtés de son époux et de son fils, mais il ne fallait pas mettre la charrue avant les hypogriffes...

Au moins, elle n'était plus seule avec ses démons, elle était encadrée, et c'était une excellente première étape. Peu importe le temps que ça prendrait, à un moment ou à un autre la situation allait se résoudre. Lui n'avait pas de vrai pouvoir sur la situation. Ce qu'il pouvait faire, c'était être présent pour Gabrielle, lui montrer qu'il était là pour elle, rester à ses côtés.

Même s'il le voudrait, son rôle n'était pas de résoudre ses problèmes. Parce que ses problèmes étaient complexes, et le libraire ne pouvait pas prétendre en connaître toutes les imbrications non plus. Il l'aiderait, il la soutiendrait. Il lui rappellerait qu'elle avait de bonnes raisons de s'accrocher à la vie, de retrouver la raison. Malheureusement, il comprenait bien le fait que, à ce stade, il ne pouvait pas réellement faire autre chose, même s'il le voudrait vraiment. Il ne savait pas exactement ce que Gabrielle voulait dire quand elle affirmait qu'ils allaient tout faire pour. Il ne savait pas s'il y avait grand-chose à faire si ce n'est consentir à écouter les médicomages jusqu'à ce que son état mental se stabilise. Mais il ne pouvait rien en dire, malheureusement.

-Tout ce que tu dois faire pour le moment, osa-t-il tout de même avancer, c'est te reposer, reprendre des forces, écouter les médicomages. Tu ne dois te soucier de rien d'autre, assura-t-il avec tout de même le sentiment de marcher sur des oeufs.

Il ne savait pas à quels stimuli elle pourrait bien être capable de réagir. A tout instant, il s'attendait à ce qu'elle pique une crise de colère ou fonde en larmes. Il n'y pouvait rien, il avait envie de n'être que lui-même avec sa meilleure amie, mais il n'y arrivait pas, il n'y arrivait pas du tout. Parce qu'il ne l'avait jamais vue comme ça... Il ne savait vraiment pas considérer la situation. Il aimerait véritablement pouvoir faire quelque chose de plus concret, être capable de vritablement comprendre son interlocutrice. Mais non, ce n'était pas le cas. Il ne réussissait pas du tout à la comprendre à ce jour.
   


   
code by Mandy

   
   


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 28 Mar - 23:46

La fatalité : perdre la boule.
Gabrielle avait réellement envie de se dire qu’elle pouvait s’en sortir, elle avait envie de se dire qu’une fois qu’elle allait rentrer chez lui, elle allait pouvoir être heureuse avec son fils, son mari, et que personne n’allait venir les ennuyer de nouveau, qu’elle allait pouvoir être en sécurité tout simplement. Elle avait envie d’y croire, mais en même temps, elle savait au fond d’elle que ce n’était pas si évident que ça. Elle avait cette petite pointe de tracas, cette ombre au tableau, cette peur qu’elle ne voyait pas disparaître malheureusement. Alors qu’elle avait envie qu’elle disparaisse complètement. James lui affirma que la seule chose qu’elle devait faire pour le moment, c’était de se reposer, d’écouter les médicomages en prenant des forces, et surtout de ne se soucier de rien d’autre.

Gabrielle afficha un sourire en réponse aux paroles de son ami, elle hocha même de la tête. La jeune femme marqua une pause, observa son ami sans rien dire pendant quelques secondes. Elle appréciait réellement son soutien, elle appréciait sa visite et sa présence. Elle était heureuse de l’avoir à ses côtés. Elle avait conscience que ses amis étaient sa force pour s’en sortir. James déjà. Lucretia ensuite, qui en plus prenait énormément soin de son fils, sans qui la jeune femme ne serait pas capable d’être sereine. Et puis évidemment, elle avait la possibilité de compter sur Raziel, qui était son soutien sur toutes les épreuves.

« Bien sûr. » Dit-elle simplement, au bout d’un moment, sans perdre son sourire.

Ce n’était évidement pas le même sourire qu’elle aurait adressé à James à l’époque où tout allait bien, où Gabrielle se sentait parfaitement bien. Il y avait toujours cette ombre sur son visage qui rendait tout ça plus complexe. Finalement, elle se perdit un peu dans ses pensées, son regard se perdant dans le vague. Elle se sentait techniquement bien ici, parce qu’on faisait en sorte qu’elle soit bien. Ça lui arrivait souvent de perdre un peu conscience de ce qui l’entourait, parce qu’on faisait en sorte qu’elle ne soit pas un danger pour ceux qui l’entourait. Et ils avaient raison, elle pouvait être un vrai danger pour ceux qui l’entourait.

« James ? » Reprit-elle finalement en relevant son regard vers son ami, affichant un nouveau sourire « Ça te dit de venir diner avec moi et Raziel dans la semaine ? Ça fait longtemps que tu n’es pas venu à la maison. »

Sainte Mangouste ? Il n’y avait pas d’hôpital, juste elle et son mari, elle et sa maison, elle et son meilleur ami avec qui elle avait envie de passer le plus de temps possible. Parce qu’elle l’adorait, parce qu’elle avait envie de juste profiter de sa présence. Il n’y avait plus tout cela, il n’y avait que ce que la jeune femme avait envie de croire, ce qu’elle avait envie d’imaginer. Ce qu’elle avait envie de croire pour se sentir mieux et moins désemparer dans cette situation.
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeDim 29 Mar - 9:28


   
La fatalité : perdre la boule.
   
G

abrielle avait toujours été une femme joviale, souriante, à la bonne humeur communicative, mais ce que James découvrait dans son comportement en cet instant n'avait absolument rien à voir avec ce à quoi elle l'avait habitué. Gabrielle souriait, certes, mais ce sourire, loin d'être rassurant, avait quelque chose de troublant, comme un marqueur beaucoup trop visible de la folie douce qui avait fini par s'emparer d'elle, et constater combien elle avait changé serrait le coeur du libraire.

Bien sûr, il avait envie de croire qu'à force de temps et d'efforts de la part des médicomages, Gabrielle retrouverait son ancien elle. Ils pourraient alors rire ensemble de concert sans que l'inquiétude ne s'immisce dans l'esprit du jeune homme à la moindre attitude qu'il estimerait suspecte de la part de son amie. Elle n'était pas bien, elle souriait, avait peut-être le sentiment d'être heureuse, mais James sentait qu'elle ne l'était pas. C'était difficile à accepter, dur à admettre... mais il fallait voir la vérité en face. Et il allait falloir s'armer d'une immense patience avant que son amie ne lui revienne ainsi qu'il l'avait toujours connue... En espérant qu'elle lui reviendrait de la sorte... Mais oui, il ne fallait pas perdre espoir, pas si tôt...

Quand bien même certains des propos de la jeune femme n'étaient clairement pas là pour le rassurer. L'espace d'un instant, Gabrielle avait semblé perdue. Elle avait le regard vague, et James se demanda même si elle avait encore conscience de sa présence dans la pièce. Elle le rassura vite à ce sujet... Mais fut loin de le rassurer tout court, par contre, car au moment de reprendre la parole, elle lui proposa d'aller dîner chez elle et Raziel. Tout à coup, les contours de Sainte-Mangouste semblaient ne plus exister pour elle, elle avait, on dirait, oublié où ils se trouvaient, qu'ils étaient dans une chambre de Sainte-Mangouste, qu'elle n'avait aucune possibilité de repli... D'aller où que ce soit...

James, déstabilisé, ne savait pas, une fois n'est pas coutume, comment réagir. Fallait-il la ramener à la réalité, lui rappeler où elle était ? Cela lui semblait si brutal, si cruel. Quel mal y avait-il à rentrer dans son jeu ? Sans doute ne se souviendrait-elle même pas qu'ils avaient eu cette conversation. Qui sait si elle se souviendrait seulement du fait qu'il était passé la voir, d'ailleurs. Ce fut tout de même avec le plus de douceur possible, à voix trop basse, comme s'il avait peur de la tirer d'un rêve trop doux (et c'était en partie le cas), qu'il choisit de répondre en rentrant dans son jeu.

-Oui, ça me ferait très plaisir, Gabrielle, ça m'a manqué de passer du temps avec vous.


Ce qui était l'entière vérité. Leur complicité d'antan, les moments simples qu'ils passaient ensemble... tout semblait si lointain à présent ! Presque inaccessible.
   


   
code by Mandy

   
   


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeMar 4 Aoû - 10:12

La fatalité : perdre la boule.
En un sens, c’était beaucoup plus facile d’oublier un peu l’endroit où on se trouvait, quand on se sentait mal à l’idée d’être dans l’endroit où on se trouvait. Gabrielle ne voyait plus les murs de Sainte Mangouste, elle ne voyait que son meilleur ami et l’envie qu’elle avait de passer le plus de temps auprès de lui. Elle ne voyait que son mari, le fait qu’ils pourraient passer du temps tous les trois comme avant, comme quand tout allait bien et qu’il n’y avait pas le moindre souci à se faire. Oui, la jeune femme préférait en un sens se contenter de voir ce qui lui faisait du bien. Pas d’hôpital, pas d’enfant qui manquait, pas de souffrance et de solitude, et encore moins de médicomage et potion pour la soigner.

Quand James reprit la parole en lui confirmant que ça lui ferait très plaisir, Gabrielle afficha un large sourire sincère. Un large sourire heureux, parce qu’en cet instant précis, la jeune femme se sentait plus heureuse que jamais. Elle se sentait bien. Ce n’était qu’un bonheur factice, le genre de bonheur qui n’était pas réel, mais c’était tout de même un réel sentiment de bonheur qu’elle ressentait en cet instant présent.

« Moi aussi. »
Dit-elle en prenant la main de James, pour la serrer fort dans la sienne, comme pour ne pas briser ce moment et ne pas rompre le bonheur qu’elle ressentait en cet instant précis. Pour ne pas perdre le fil, pour ne pas retrouver la réalité en somme. « Et il faudra que tu viennes avec Ethan quand même. Je suis sûre qu’on pourra passer un très bon moment tous les quatre. »

Raziel accepterait-il Ethan ? Dans son monde, celui qui se trouvait enfoui dans son esprit et qui lui donnait ce sentiment de bonheur, oui, il l’accepterait sans le moindre doute. Le plus important était simplement le bonheur qu’on ressentait, et Gabrielle se sentait sincèrement heureuse là. Elle ne pensait pas à toutes ces ombres qui venaient gâcher sa vie, elle ne pensait pas à son fils qui lui manquait et qui se trouvait dans une nouvelle famille, elle ne pensait pas à la marque sur le bras de son époux. Elle ne pensait à rien d’autre que sa maison, son doux foyer, son époux aimant, son meilleur ami toujours là pour elle et un bon diner qu’ils pourraient partager tous ensemble dans la joie et la bonne humeur. En un sens, ainsi dans son monde, même si ce dernier n’avait rien à voir avec la réalité, la jeune femme se sentait vraiment heureuse. Ce n’était qu’un bonheur factice, qui se reposait grandement sue les médicaments qu’on lui faisait prendre, mais c’était tout de même un bonheur. Quelque chose qu’elle avait un peu de mal à retrouver en temps normal autrement, quelque chose qu’elle oubliait parfois tant la peine et le manque lui rongeait le cœur. C’était faux, mais au moins c’était doux et agréable. À quoi bon le vrai si ce n’était que pour des choses horribles et négatives ?
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeMar 4 Aoû - 11:48


   
La fatalité : perdre la boule.
   
L

e grand sourire de Gabrielle lui confirma qu'il avait bien fait de la conforter dans ses mensonges. Ce n'était peut-être pas très sain, ce n'était pas franchement juste non plus, mais il ne se sentait pas capable d'assumer la détresse de son interlocutrice. Il avait besoin de voir son amie heureuse, même si ce n'était qu'un bonheur de façade, même si c'était l'enfermer dans une bulle d'illusions, et quand cette bulle exploserait, eh bien ça ferait mal. En attendant, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu Gabrielle aussi radieuse, et ce sourire valait tout l'or du monde pour le libraire qui comptait par conséquent ne surtout pas l'empêcher.

Lui-même, à la voir sourire, souriait à son tour, mais ça ne dura pas. Car quand Gabrielle prononça le nom d'Ethan, il sentit ce sourire se tordre presque malgré lui. C'était comme si elle venait de lui lancer une salve de fléchettes en plein coeur. Bien sûr, elle n'avait pas conscience du mal qu'elle lui faisait, elle ne pouvait pas savoir, puisqu'il ne lui avait rien dit ? Est-ce que c'était le moment de le faire ? Oui, certainement... Et pourtant, il ne s'en sentait pas capable.

En cet instant, James regrettait profondément de ne pas être capable, à l'instar de Gabrielle, d'oublier, tout simplement, de faire mine que rien n'existait sinon ce qu'il avait envie de croire. Il aimerait se convaincre qu'Ethan faisait toujours partie de sa vie, qu'il le retrouverait en rentrant chez lui, chez eux, qu'il pourrait se blottir dans ses bras, continuer de l'aimer sans en souffrir. Mais non, lui était bien lucide, et il sentait son monde s'effondrer doublement. Il n'avait plus Ethan et Gabrielle, sa plus grande amie, se complaisait dans un rêve qui ne se réaliserait jamais... éteint, étouffé. Oui, il devrait lui dire la vérité, mais...

-Je suis sûr que ça lui fera très plaisir,
répondit-il en retrouvant un semblant de sourire.

Mais sa voix était tremblante, et il avait des larmes au coin des yeux. Quand il était question de l'homme qu'il aimait encore cruellement en dépit de son absence, James avait toutes les peines du monde à se montrer convaincant. Déjà qu'il n'était pas un menteur né, cela se confirmait encore. Mais en même temps... comment dire à Gabrielle qu'Ethan était partie, sans un mot ni un regard en arrière ? Il ne voulait pas laisser le moindre sentiment négatif se faire une place dans cette bulle de bonheur de factice. Et lui aussi avait envie, égoïstement, de se laisser envelopper de ce même cocon rassurant. C'était, bien évidemment un songe, ce n'était pas réel... mais c'était si confortable. James n'avait aucun mal à comprendre pourquoi Gabrielle s'y plaisait tant, en réalité.
   


   
code by Mandy

   
   


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 634
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 5 Déc - 10:00

La fatalité : perdre la boule.
C’était doux, c’était agréable, le monde était juste parfait quand on se concentrait uniquement sur le positif. Gabrielle n’avait qu’à fermer un peu les yeux et elle se voyait auprès de Raziel, heureuse portant son fils dans ses bras. Et dans son bonheur, elle voyait aussi James son meilleur ami qui la soutenait toujours quoi qu’il arrivait et qui était là à ses côtés. Et à côté de James, il y avait forcément Ethan. Si beaucoup considérait que la relation entre deux hommes était malsaine, ce n’était pas son cas à elle. Parce qu’elle avait vu à quel point le regard de James était lumineux quand il parlait de Ethan, elle avait vu Ethan aussi quand il parlait de James. Ils étaient liés par le même amour qui la liait à Raziel, ça ne faisait aucun doute. Donc, non, Gabrielle n’avait pas l’intention de juger cet amour, elle le considérait parfaitement normal.

Et forcément, s’ils pouvaient passer du temps ensemble, ce ne serait que mieux. Dans son monde, cela ne lui poserait pas le moindre souci. Dans son monde, tout était beau et parfaitement bien comme il le fallait et tout le monde était heureux. Ça ne pouvait pas être autrement. Quand James affirma que Ethan en serait ravi, il était évident que ça serait le cas, ça ne pouvait pas en être autrement et Gabrielle ne perdait pas une seule seconde son sourire. C’était tout parfait…

Et puis le regard de Gabrielle s’attarda un instant sur le regard de James. Son ami souriait, en quelque sorte, mais sa voix avait tremblé légèrement et maintenant, elle avait l’impression de voir perler des larmes dans le coin du regard de James. Gabrielle sentit un instant son cœur se serrer. C’était comme si tout autour d’elle se brisait un peu. Elle avait envie de juste croire que tout était beau et parfait, mais ce n’était pas forcément le cas. En tout cas, en cet instant précis, elle avait soudainement le sentiment que ce n’était pas le cas.

« Hey… James qu’est-ce qu’il se passe ? »
Demanda-t-elle alors, d’une voix douce.

Elle voyait bien qu’il se passait quelque chose. Peut-être que Ethan ne serait pas si ravi que cela en soit de venir avec eux, ce qu’elle pourrait comprendre. Elle ne forcerait personne à faire quoi que ce soit qu’il n’appréciait pas. Ou alors, c’était pire que tout ça. Elle pourrait se contenter de rester dans son monde tout beau et tout rose où elle vivait heureuse avec Raziel, mais ce n’était pas possible là. Parce qu’il y avait eu ce détail qui la ramenait à la réalité, beaucoup trop brutalement. Et en voyant les larmes perler dans le coin de l’œil de son ami, en ayant le sentiment de sentir sa douleur, elle revenait très brutalement dans cette chambre d’hôpital, dans son monde froid. Elle revenait très, trop, rapidement dans la réalité. Mais c’était nécessaire, comme si elle avait inconsciemment envie d’être là pour son ami.
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
James Hopkirk
▌ Messages : 1651
Humeur :
La fatalité : perdre la boule (James) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La fatalité : perdre la boule (James) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitimeSam 5 Déc - 10:40


   
La fatalité : perdre la boule.
   
J

ames n'avait jamais été un bon acteur (même s'il s'était découvert quelques talents dans ce domaine quand il avait été question de dissimuler à tout le monde qu'il aimait les hommes - il avait même su se mentir à lui-même, c'est dire - et qu'il avait tout quitté pour vivre avec l'homme de sa vie... mais il pensait que la crédulité de son entourage reposait plus sur le fait que personne n'imaginait ça de lui que sur un réel talent de sa part). Il n'était vraiment pas difficile de lire en lui comme dans un livre ouvert, et c'était définitivement une chose qui l'insuportait. Pas toujours, mais en certaines occasions, il voudrait vraiment savoir être indéchiffrable, capable de dissimuler ses pensées les plus sombres ou douloureuses. Il se trouvait égoïste de laisser ses émotions l'envahir en cet instant alors qu'il avait tout intérêt à se montrer fort, fort pour lui et surtout pour Gabrielle qui avait le plus grand besoin de son soutien, de sa présence et de sa douceur. Il n'avait pas le droit de craquer, il n'avait pas le droit de lui parler de ce qui le tourmentait.

La tentation était grande, pourtant, à plus forte raison qu'il n'y avait définitivement pas grand-monde avec qui il pouvait réellement en parler. Gabrielle était sa meilleure amie, sa grande confidente. Dans d'autres circonstances, il était évident qu'il se serait immédiatement tourné vers elle, et sans hésiter un seul instant. Mais là... il redoutait plusieurs choses s'il lui lui en parlait... d'une part de la troubler plus que nécessaire, d'autre part de briser l'illusion. Et si c'était le cas, il ne savait pas comment il s'y prendrait. Peut-être que ça valait mieux, peut-être fallait-il admettre que pour le bien de Gabrielle, pour sa guérison, il fallait qu'elle soit à même de voir les choses en face... mais il lui était presque impossible d'accepter d'être celui qui casserait ce rêve. Il choisit donc, par une forme de lâcheté, de choisir une sorte de demi-mesure qui, il est vrai, lui était relativement confortable. Plus que de dire la vérité, ça c'est une certitude.

-C'est juste que... c'est un peu tendu entre lui et moi, ces derniers temps, mais je suis sûr que ça va passer.


Non, ça ne passerait pas. Mais quelque part, ça lui préparait le terrain, pas vrai ? Comme ça, quand viendrait le moment de lui annoncer leur séparation, il lui aurait parlé des signes annonciateurs, ceux que lui-même n'avait pas vus... ceux qu'ils n'avait pas voulu voir de son côté, surtout, préférant nier la réalité plutôt que d'admettre que son couple était au bord de l'implosion. Il aurait pu faire quelque chose, mais maintenant, c'était trop tard. Mais ses problèmes n'étaient rien, il le savait.
   


   
code by Mandy

   
   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La fatalité : perdre la boule (James) Empty
Message#Sujet: Re: La fatalité : perdre la boule (James)   La fatalité : perdre la boule (James) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La fatalité : perdre la boule (James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Croix de fer [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Hôpital Sainte-Mangouste
-