AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LMDS - Acte 1 - Scène 3 - De l'importance d'une baguette - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle
Opal Richmond
▌ Messages : 69
Humeur :
100 / 100100 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tremble, de forme tordue, bout pointu, des sculptures frustre sur le manche. Crinière de Sphinx
Camp: Neutre
Avatar: Mackenzie Foy

Message#Sujet: LMDS - Acte 1 - Scène 3 - De l'importance d'une baguette - Libre   Sam 16 Mar - 20:52





 

Opal & ?

“Le monde des sorciers : acte 1, scène 3 - De l'importance d'une baguette”
G
andalf a son grand bâton. Les sorciers ont une baguette.

Je dois avouer que quand on m'a parlé baguette j'ai aussitôt pensé à la marraine de Cendrillon des frères Grimm ou à la fée bleue de Pinocchio version film. Un truc fin, brillant, pailleté, ultra féminin. J'aime les choses très jolies et délicates en règle générale. Sauf que là je préférerais le bourdon du mage gris. Allez comprendre pourquoi ? Gandalf a beau être vieux il est encore fort et puissant maniant la magie d'une main, l'épée de l'autre. Sachant allier sagesse et ruse avec la force brute. Loin de ces "marraines" qui n'apparaissent que quand tout ou presque est achevé. Au moins Gandalf souffre avec les héros.

Hécate (oui, oui en plus de ressembler à une méchante sorcière, ma nounou sorcière en a le nom) a une baguette dans un bois roux et lisse, à l'air solide. Cela m'a un peu rassuré sur la nature de ma future baguette.

Arrivée devant la boutique je suis presque aussi impressionnée par les rayonnages débordants de petites boites que s'ils l'avaient été de rangées de livre. A la différence qu'un seul livre peu plaire à tout le monde ou presque mais qu'une baguette est pour une seule personne.

Je pousse la porte et attend sagement mon tour. Hécate n’est pas là. Suivant notre accord secret elle est restée au chaudron baveur pour que je puisse découvrir à ma guise le chemin et ce petit bout de monde sorcier.

Je laisse avec plaisir la pluie dehors. Une de ces grosses pluies d’été qui vous ferait presque penser à la mousson. Je pose mon parapluie à l’entrée et déboutonne mon manteau gris, qui bien que léger me donne l’impression d’étouffer, que je dépose à côté. Il n’y a pas grand monde dehors. Mais la boutique n’est pas loin non plus d’être déserte.

Les mains dans le dos je regarde les petites boites, lisant les étiquettes d’un air curieux. Finalement c’est à mon tour d’être approché par un vendeur.

« Bonjour demoiselle. Vu ton age tu viens choisir ta baguette pour Poudlard. Approche et explique-moi un peu ce que tu souhaiterais. »

Après les politesses d’usage je répond sans hésiter.

« Je veux une baguette qui fasse fée Carabosse ou sorcière au nez crochu, et pas d’étoile au bout ou de paillettes. »

L’homme me regarde avec un sourire amusé.

« D’une jeune demoiselle aussi gracieuse et jolie que vous, c’est étonnant. »

Je donne un coup de menton assuré.

« Pas de paillette. »

Le vendeur a un petit rire, très agréable d’ailleurs. Puis il part faire le tour de ses boites. Je ne sais pas comment il s’y retrouve d’ailleurs. Tel un bibliothécaire dans sa bibliothèque je suppose. Il revient avec une boite d’un blanc crème et me la tend avec un clin d’oeil.

« Pas de paillette et pas d’incrustation de jolies pierres pour la demoiselle. Ouvrez. »

Dans son écrin de velours rose se trouve un bout de bois assez long. Taillée dans quelque branche tordue dont elle a gardé la forme. Le bout en est pointu et presque effrayant. D’un blanc d’os et de vieil ivoire. La poignée est frappée d’une sculpture d’une élégance frustre. Il reste même un nœud dans le bois à la limite de la poignée. Elle me plaît immédiatement.

« Tremble et crinière de Sphinx. Elle conviendra parfaitement à un tempérament curieux et aventureux. Mais prenez garde demoiselle, celle-ci ne vous rendra pas la vie facile. »

Du bout des doigts je sors la baguette de la boite et ressent comme une forte chaleur. Comme un chant impérieux mais doux. La sensation s’éteint rapidement mais je souris extatique.

La tête dans le vague je paye l’homme, faisant à peine attention aux clients éventuels et m’apprête à ressortir, les yeux fixée sur ma baguette, oublieuse de mon parapluie et de mon manteau, pour me faire tremper bien entendu.


Baguette:
 




         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LMDS - Acte 1 - Scène 3 - De l'importance d'une baguette - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Lettre [libre]
» [intervention, Tribunes: Bouquet final [PV nakor +Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Chez Ollivander
-