AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal

Partagez | 
 

 La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysbridion
Zelda Sparkley
▌ Messages : 448
Humeur :
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Right_bar_bleue

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Empty
Message#Sujet: La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)   La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Icon_minitimeMar 24 Mar - 14:51

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments.

La vie est cruelle. Ce peut sembler terrible, cruel même que d’observer les choses de cette manière, mais c’est ce que Zelda pensait depuis un moment à présent. Elle n’avait pas perdu foi en l’humanité, mais un peu plus dans les chances de cette dernière. Difficile, il est vrai, de conserver un esprit positif quand l’on mourrait autour d’elle. D’abord son mari, puis Purdey. Des personnes qui lui étaient proches. Et ceux qui ne disparaissaient pas finissaient par vous trahir, à l’instar de Sasha. Quel avenir pour le petit Morgan, duquel elle prenait tout le soin du monde ? Difficile à dire. Elle aimerait croire que sa génération était la bonne, celle qui résoudrait tout, mais… elle n’en était pas certaine. Elle avait peur de ce qu’il adviendrait de Louisa, peur de ce qu’il adviendrait de Morgan… Et quand elle voyait certains de ses élèves en proie à des maux bien trop éprouvants et compliqués pour leur âge, c’était difficile à vivre.

Zelda gardait en travers de la gorge ce qui était arrivé à Olive. Elle avait espéré trouver un moyen de la sauver, elle avait vraiment cru qu’elle réussirait à l’apaiser, à la guérir… mais Olive était partie. Et elle ne pouvait s’empêcher de songer en « et si ? ». Elle était convaincue qu’il y avait plus d’une chose qu’elle aurait pu faire autrement. Elle faisait le compte de ses échecs, et ils étaient nombreux, autant que cuisants. Mais elle ne voulait pas que ce qui était arrivé à la jeune femme puisse se reproduire. Raison pour laquelle elle mettait un tel point d’honneur à s’occuper de Clarice Carrow.

C’était peut-être trop, mais ça lui était égal. Zelda se sentait profondément touchée, concernée par le sort de cette adolescente. Elle avait un caractère très différent d’Olive, mais des similitudes malgré tout sur lesquelles elle ne pouvait pas faire l’impasse : Clarice, souffrant d’une maladie génétique (liée à une consanguinité assidue de la part des Carrow, à n’en pas douter), fragile… Ses jours n’étaient pas en danger directement, mais un coup de vent pourrait suffire à la balayer. C’était impossible.

Elles avaient rendez-vous régulièrement à l’infirmerie, relativement tard, bien souvent, car Clarice préférait éviter que ses camarades aient vent de ses entretiens réguliers, ce que Zelda pouvait comprendre. L’infirmière venait juste de quitter ses appartements, voisins de l’infirmerie, afin de s’assurer de la bonne santé de Morgan. Le petit était heureusement un gros dormeur. Elle rejoignit son bureau pile à temps pour entendre frapper à la porte.

"Entre Clarice, je t’en prie."
Zelda lui adressa un sourire bienveillant. "Comment tu te sens aujourd’hui ?"


_________________
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Troubl13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 62
Humeur :
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Empty
Message#Sujet: Re: La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)   La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Icon_minitimeMer 25 Mar - 10:31


Comme à chaque fois qu’elle se rendait à l’infirmerie, Clarice s’arrangeait pour que personne ne l’ait vu faire. C’était une des nombreuses contradictions de la vert et argent. Par certains aspects, elle aimait qu’on la sache fragile, malade, au bord du gouffre, elle prenait même plaisir, parfois, d’ajouter des symptômes à ses symptômes dans le seul but qu’on la bichonne un peu plus. Mais en même temps, elle ne voulait pas non plus qu’on connaisse le détail de ses rendez-vous médicaux, parce qu’elle voulait avoir l’air forte et impeccable en toute circonstance.

En somme, elle aimait qu’on la sache faible tout en ne voulant pas montrer qu’elle l’était. Aussi, quand il était question d’aller trouver l’infirmière de Poudlard, Clarice prenait toujours toutes les mesures adéquates afin de s’assurer que personne n’avait remarqué où elle se rendait.

Ce rendez-vous-ci ne serait pas du luxe. Clarice se sentait très faiblarde depuis quelques jours. Elle avait des frissons, des vertiges. Elle avait bien failli tomber dans les pommes, l’autre jour, en cours de sortilèges, c’était dire. Et l’autre nuit, elle s’était senti si mal qu’elle n’en avait pas trouvé le sommeil. L’angoisse de mourir. Clarice pensait à la mort, souvent. C’était difficile de ne pas y pensait quand on savait que la vie, dans votre état, pourrait vous faucher en un battement de cils.

Elle frappa à la porte de l’infirmerie, presqu’aussitôt, la voix de Zelda retentit.


"Entre Clarice, je t’en prie »

Clarice ne se fit pas prier et entra aussitôt. Elle referma la porte derrière elle, jeta un regard circulaire tout autour. Il n’y avait personne. Tant mieux. Sans attendre d’y être invitée, elle prit ses aises sur une chaise qui faisait face au bureau où Zelda était assise.


"Comment tu te sens aujourd’hui ?"

"Salut Zelda."


Oui, à force, Clarice avait pris l’habitude d’appeler l’infirmière par son prénom. C’était une façon pour elle de garder le contrôle face à une personne qui en savait trop sur elle. Et puis, à force de rendez-vous du genre, elle commençait bien à la connaître. Et elle l’appréciait même assez. Le cynisme tout naturel de l’infirmière trouvait un écho dans sa propre personnalité.


"Pour rien te cacher, pas vraiment bien… j’ai l’impression d’avoir… des bulles qui éclatent, là."

Elle posa une main sur sa poitrine. C’était peut-être un peu trop imagé, mais elle n’arrivait pas à exprimer mieux cette sensation, qui lui durait depuis du jour, et qu’elle réussissait de moins en moins à ignorer.


_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
Zelda Sparkley
▌ Messages : 448
Humeur :
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Right_bar_bleue

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Empty
Message#Sujet: Re: La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)   La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Icon_minitimeJeu 2 Avr - 16:29

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments.

Quand Clarice passait la porte de son bureau, Zelda espérait toujours entendre de bonnes nouvelles, elle espérait que l’adolescente lui apprendrait qu’elle avait passé une semaine moins éprouvante que la précédente, que les nouveaux médicaments prescrits avaient eu plus d’effet, mais à chaque fois, c’était malheureusement rien ne changeait. Zelda était peinée chaque fois que la vert et argent lui apprenait que son état se détériorait. Elle avait peur, elle le cachait sous ses faux airs de s’en moquer complètement. Mais oui, elle craignait à tout instant de découvrir que Clarice aurait fait une crise de laquelle elle ne se serait pas relevée. Elle se souvenait encore du choc terrible que ça avait été pour elle au moment de découvrir qu’Olive était décédée. Peut-être que c’était inévitable, mais elle ne supporterait pas de revivre ça, sous aucun prétexte.

Et malheureusement, donc, Clarice n’allait pas bien. L’impression d’avoir des bulles qui éclatent, là, dans sa cage thoracique. Forcément, Zelda étai particulièrement alarmée par ce qu’elle entendait. Elle savait que Clarice n’utilisait pas sa métaphore pour la mélodie de la comparaison mais parce que c’était la façon la plus probante d’évoquer son problème. Alors, forcément, elle était inquiète. Là, contre sa poitrine, ça pourrait être son cœur, ses poumons. Zelda se rapprocha de la vert et argent, ajusta son stéthoscope.


« Respire profondément, d’accord ? »
demande-t-elle tout en vérifiant les battements de son cœur. De ce point de vue au moins, elle fut rassurée de constater que tout semblait à peu près normal. Mais il en faudrait davantage pour la rassurer totalement malgré tout. « Est-ce que tu ressens une gêne, quand tu inspires ? » demanda-t-elle doucement, tentant d’analyser la situation.

C’était si compliqué de se confronter à un mal qui pouvait s’expliquer sans se guérir. Elle ne savait plus quoi faire pour aider. Apaiser les symptômes, ce n’était qu’une solution provisoire. A la longue, ça ne suffirait plus. C’était le b.a.-ba de la médecine. Traiter la source et pas les manifestations. Mais tout était si confus pour l’heure. Mais elle ne commençait qu'à l'osculter. Qui sait, peut-être que cette sensation étrange lui venait d'ailleurs, aucun rapport avec sa maladie ? Mais c'était être un peu trop optimiste de l'imaginer. L'optimisme n'était pas le fort de Zelda.



_________________
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Troubl13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 62
Humeur :
La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Empty
Message#Sujet: Re: La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)   La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Icon_minitimeHier à 9:31


« Respire profondément, d’accord ? »

Zelda était bien l'une des seules personnes au monde qui pouvait se permettre de donner des ordres, des directives à Clarice, et s'attendre à ce que cette dernière obéisse. Elle savait que c'était pour son bien. Clarice avait de l'estime pour l'infirmière de Poudlard.

Elle la trouvait intelligente, sûre d'elle, douée dans son domaine. Elle était vraiment compétente, et laisser reposer sa santé fragile entre ses mains était une chose qu'elle acceptait de faire avec une confiance qu'elle n'accorderait certainement pas à beaucoup d'autres, bien loin de là.

Elle releva son haut, le froid du stétoscope tout contre son dos et contre sa poitrine. C'était une sensation à laquelle elle devrait être habituée, pourtant, elle la détestait toujours autant. C'était comme l'odeur des médicaments. Elle associait le tout à des souvenirs aussi lointains que spécifiques. Qui n'étaient pas souvent si heureux que ça. Ces moments où elle ne se sentait plus capables de donner le change, où le masque se fissurait, et où elle se retrouvait contrainte de se montrer telle qu'elle était.

Elle prit une grande inspiration. C'était comme si elle sentait l'air grésiller, picoter doucement, remonter depuis ses poumons à travers sa gorge et jusqu'à ses narines. C'était une sensation qui n'était pas tant gênante que désarmante. Chaque jour qui passait, Clarice avait l'impression de connaître un peu moins son propre corps.


« Est-ce que tu ressens une gêne, quand tu inspires ? »

"C'est pas vraiment une gêne."


Comme à chaque fois, Clarice cherchait la manière de décrire au mieux ce qu'elle pouvait bien ressentir. Et c'était difficile. Même si son habitude de Sainte-Mangouste depuis sa plus tendre enfance l'avait peut-être rendu plus sensible à des termes techniques et médicaux, elle restait limitée dans son vocabulaire.


"Mais je ressens des picotements, un peu comme si j'avais un chat dans la gorge. Par contre ça me fait pas mal du tout."
Elle marqua une pause. "Je me sens plus fatiguée que d'habitude, aussi, mais ça, je suis sûre que c'est parce que les profs nous en demandent trop."

Elle essayer de faire passer la pilule (avant d'en avoir des dizaines à ingurgiter) sous couvert d'humour, mais elle ne pouvait pas forcément mettre sa fatigue sur le compte de la fatigue scolaire.



_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Empty
Message#Sujet: Re: La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)   La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La douleur de la maladie fait supporter l'aigreur des médicaments. (Clarice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Poudlard
 :: Rez-de-chaussée et étages :: Troisième étage :: Infirmerie.
-