AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -38%
Machine Espresso automatique avec mousseur Philips ...
Voir le deal
249.90 €

Partagez | 
 

 Sur le divan [pv Lisbeth :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moldu
Wilhelmina Tilley
▌ Messages : 1308
Humeur :
Sur le divan [pv Lisbeth :3] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sur le divan [pv Lisbeth :3] Right_bar_bleue

En couple avec : Terrence Fern

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitimeLun 30 Mar - 23:00


Sur le divan
W

ill ne croyait pas dans la psychanalyse. Pour elle, c'était une science neuve et abstraite qui prenait beaucoup de votre temps et de votre argent pour un résultat en soi très relatif. Elle n'y croyait pas, et pourtant, elle ne troquerait ses séances contre rien au monde ou presque. Elle n'était honnêtement pas convaincue que le temps qu'elle passait auprès de Lisbeth Benson avait un quelconque impact sur sa psychée et sur son comportement en règle général, mais elle voulait bien croire en revanche que ces moments lui faisaient du bien.

La première fois qu'elle avait rencontré Mrs Benson, elle avait un peu traîné les pieds, pas franchement ravie ni convaincue. Mais elle se sentait complètement paumée, elle venait de perdre ses parents dans des circonstances proprement atroces et avait découvert une vérité absolument lourde à porter, alors déverser tous ses troubles sur le divan d'un psy, ça ne lui avait pas semblé si terrible que cela, au bout du compte.

Et en effet, ça n'avait pas été si terrible. Will aimait bien Lisbeth, elle l'aimait même beaucoup. C'était une femme qu'elle trouvait intelligente et intéressante, et elle admirait son talent d'écoute, surtout qu'elle ne l'avait jamais franchement ménagée. Et ce dès le départ. Elle avait parlé, d'office, de tout. Un vrai moulin à parole, inarrêtable. Elle avait parlé précisément de la mort de ses parents, des circonstances de cette dernière, de sa découverte du monde de la magie. Et depuis, à chacune de ses séances, elle poursuivait sur sa lancée.

Elle lui parlait de ses projets de vengeance, de Carlotta, de Terrence. Ce qui devait la faire à la fois passer pour une psychopathe, à ainsi vouloir se venger si cruellement de tous ceux qui lui avaient fait du mal, et pour une tarée finie, à parler avec autant de certitudes d'un monde dont son interlocutrice ne devait pas soupçonner l'existence (encore que)... mais elle se fichait bien de ce que cette femme pensait d'elle. Elle était là pour l'écouter, non ? Alors Will parlait, elle parlait, parlait, même quand c'était pour ne rien dire, et ne se laissait arrêter sous aucun prétexte.

Ce jour-là, à peine entrée dans le bureau de Mrs Benson, elle donna le ton d'entrée de jeu. Elle se vautra immédiatement sur le divan comme si elle était chez elle et s'exprima à coeur ouvert sur le sujet du moment, celui qui la troublait et l'inquiétait le plus, et concernant lequel elle ne savait trop comment se situer.

-Les parents de Terrence lui ont trouvé un fiancé,
décréta-t-elle alors. Il dit qu'il va tout envoyer promener pour moi, mais honnêtement, je suis pas certaine qu'il ait le courage de le faire. Je devrais avoir confiance en lui, pourtant, mais j'y arrive pas. D'une façon ou d'une autre, je me dis que la situation va aller qu'en empirant.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Lisbeth Benson
▌ Messages : 48
Humeur :
Sur le divan [pv Lisbeth :3] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sur le divan [pv Lisbeth :3] Right_bar_bleue

En couple avec : Gregory Benson

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Wiona Ryder

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Re: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitimeMar 4 Aoû - 13:44

Sur le divan.
Lisbeth aimait son métier, elle l’adorait même. Elle le prenait particulièrement à cœur et elle savait parfaitement pourquoi, parce que c’était ainsi qu’elle avait été sauvée. Sans son époux et le travaille qu’ils continuaient de mener au quotidien, elle ne serait pas sauvée. Mais Gregory l’avait sauvé alors de son côté, elle avait à cœur d’aider le plus de personne possible. Lisbeth avait une clientèle bien plus féminine que masculine. C’était comme cela, elle se sentait plus à l’aise avec des femmes et elle avait à cœur d’aider celles-ci. Ça lui arrivait de recevoir parfois des hommes dans son bureau, mais elle s’était spécialisée dans la psychologie féminine. Elle avait de nombreuses patientes, toutes aussi différentes les unes que les autres. Il n’y avait pas qu’une seule psychologie, il y en avait autant que pour chaque humain de cette planète.

Elle ne s’en sortait pas trop mal. Il y avait cependant des cas plus… fort que d’autres. Aujourd’hui, Lisbeth devait recevoir Wilhelmina Tilley, une jeune femme particulièrement troublée. Lisbeth savait qu’elle devait garder une certaine distance, mais par moment elle pouvait reconnaître qu’elle y voyait des délires de sa jeunesse. Cette femme avait un traumatisme important depuis la mort de ses parents, elle s’était inventée une explication rocambolesque pour justifier la perte horrible qu’elle avait subi. Clairement, le cas de cette femme était clinique et par moment, Lisbeth se disait qu’elle devait peut-être agir plus frontalement avec elle. Non pas que faire interner une personne soit une solution acceptable, au contraire Lisbeth préférait largement ne pas avoir besoin d’en arriver là. Mais si ses patientes commençaient à devenir un danger pour elles-mêmes ou pour les autres, il fallait bien qu’elle agisse. Mais pour le moment, la psychologue ne pensait pas avoir encore besoin d’en arriver là. Pour le moment.

À peine Lisbeth avait ouvert la porte de son bureau et salué la jeune femme, que celle-ci se dirigeait directement sur le divan pour commencer à lui parler. Lisbeth s’installa à son bureau, son carnet de note sous les yeux. Elle y avait noté toutes les informations que Will lui avait raconté. Le monde magique qu’elle avait imaginé, les mangemorts et sorcier de sang pur qui étaient responsables de la mort de ses parents. Et le fameux Terrence, ce sorcier de sang pur qu’elle aimait alors qu’elle devrait détester. Tout était noté, toutes ces histoires, toute son imagination. Et elle commença à y noter ce que Will était présentement en train de lui dire.

« Qu’est-ce qui t’empêche de lui faire confiance ? » Lui demanda-t-elle simplement. Lisbeth savait s’adapter à ses patientes. Certaines parlaient beaucoup et rapidement, sans qu’elle n’ait besoin de dire grand-chose, juste de souligner un point en particulier afin de leur permettre de se rendre sur un chemin qu’elle voulait aborder.

Là, ce qui l’intéressait, c’était ce manque de confiance qu’elle mettait en avant. Elle se doutait que ce Terrence devait venir de quelque part. Son histoire était une fable bien sûr, mais il devait peut-être avoir un existence d’une quelconque manière.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Wilhelmina Tilley
▌ Messages : 1308
Humeur :
Sur le divan [pv Lisbeth :3] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sur le divan [pv Lisbeth :3] Right_bar_bleue

En couple avec : Terrence Fern

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Re: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitimeMar 4 Aoû - 13:59


Sur le divan
C

e n'était pas pour rien si Will s'était laissée si facilement prendre au jeu de la psychanalyse avec Lisbeth Benson. Au-delà du fait qu'elle pouvait vider complètement son sac sans rien omettre et sans prendre de pincettes, elle n'était pas obligé de jouer avec la réalité comme elle le faisait avec tant d'autres. Car à vrai dire, Will mentait presque constamment. Terrence était celui avec qui elle s'était montrée le plus honnête, le seul à qui elle avait tout dit, car même à Carlotta, elle avait édulcoré ses projets de vengeance dans le but, au départ, d'endormir sa confiance. Mais elle ne pouvait pas parler de ses doutes au sujet de son petit ami à ce dernier, et à ce titre, Lisbeth était par conséquent une interlocutrice en or.

Bien sûr, Will savait que la psychologue ne croyait pas un traître mot des histoires de sorciers et de mangemorts qu'elle lui racontait. Elle se doutait d'ailleurs qu'elle essayait de la libérer de ce qu'elle devait s'imaginer être un refuge dans l'imaginaire, pour ne pas affronter la terrible réalité de la mort de ses parents. Oui, mais ce n'était pas le cas, et que son interlocutrice la croie ou non n'était pas très important. Ce qui comptait, c'est qu'elle ne perdait pas de temps à essayer de la convaincre qu'elle se faisait des films. Elle n'encourageait pas ce qu'elle devait imaginer être ses délires, mais elle ne perdait pas de temps à la convaincre qu'elle délirait, et ça, c'était bien. A la place, elle entrait dans le vif du sujet, posait les bonnes questions, et c'était parfait ainsi. Oui, Will parlait beaucoup des sorciers, des mangemorts et de sa nouvelle vie, mais ce n'était pas vraiment ce dont il était question en cet instant, non, il n'était question que d'elle, de ses sentiments et de ses incertitudes. Elle avait besoin de réponses claires, et qu'on la guide sur le comportement à adopter avec ce jeune homme qui semblait à lui seul capable de lui faire perdre tout sens commun.

-Eh bien, déjà, c'est un coureur et tout le monde le sait. Il me dit que je suis différente, et je sais qu'il le pense, mais peut-être qu'il finira par se lasser de moi ? Surtout qu'on a jamais...
Elle réfléchit à une manière élégante de dire les choses, mais rien de franchement raffiné ne lui vint à l'esprit. ... consommé. Peut-être que Mrs Benson s'offusquerait, parce que ce genre de consommation ne devait se faire que dans les liens maritaux pour beaucoup. Mais bon, dans les faits, hein... Ensuite, on appartient à deux mondes différents, et même s'il pense qu'il est prêt à tout abandonner pour moi, c'est pas pareil de le vivre vraiment. C'est encore le début de notre histoire. Tout est beau, tout est rose, mais on sait bien que ça dure jamais, ça... Ce serait normal qu'il décide que je n'en vaux pas la peine. Il sait ce qu'il va perdre mais pas forcément ce qu'il va gagner.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Lisbeth Benson
▌ Messages : 48
Humeur :
Sur le divan [pv Lisbeth :3] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sur le divan [pv Lisbeth :3] Right_bar_bleue

En couple avec : Gregory Benson

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Wiona Ryder

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Re: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitimeDim 29 Nov - 0:45

Sur le divan.
Le fameux Terrence, d’une manière ou d’une autre, existait. Dans quelle mesure ? C’était la question que se posait Lisbeth quand elle écoutait la jeune femme parler. Will était très clairement dérangé, sinon elle n’aurait pas décidé de fondre son esprit dans un monde de magie, de mangemort, de sorcier. La mort de ses parents était un traumatisme qu’elle avait du mal à surmonter et pour que ça soit plus facile, elle avait trouvé cette solution, celle de chercher des réponses dans une imagination bien trop débordante. Parce qu’il était impensable pour elle d’accepter le fait que ses parents puissent être morts dans un accident, comme c’était le cas. C’était beaucoup plus facile d’avoir un coupable à blâme. Ça c’était les mangemorts. Lisbeth cherchait maintenant à déterminer ce que pouvait représenter le reste. Carlotta notamment, l’amie qui lui avait permis de rentrer dans le « monde magique », comme le lapin blanc permettant à Alice de se rendre dans le pays des merveilles. Terrence donc. Qui était-il ?

Un homme ça c’était évident. Lisbeth partait du principe, pour le moment, qu’il était fort possible qu’il existait pour de vrai, qu’il y avait bel et bien un jeune homme dont Will était amoureux et qu’elle s’interdisait d’aimer pour une raison ou une autre. Son excuse était qu’il était un sorcier, mais dans la vraie vie il devait y avoir autre chose. Un très grand manque de confiance en elle de la part de la jeune femme déjà. Lisbeth l’écouta parler, quand elle exprima le fait que le fameux Terrence était un coureur de jupon, qu’il finira par se lasser d’elle surtout qu’ils n’ont jamais… consommé. La psychologue ne put s’empêcher de noter cette information. Elle était très vieux jeux, ce genre de chose ne se faisait pas en dehors du mariage et elle ne réalisait même pas vraiment à quel point sa propre histoire la poussait à ne pas penser autrement. Cela dit, en dehors de tout cela, il y avait encore cette histoire de monde différent.

« Qu’il décide que tu n’en veuilles pas la peine ou… que tu décides ? » Will parlait toujours énormément, Lisbeth de son côté devait faire le tri dans ce qu’elle lui disait. Elle ne prendrait pas la peine de dire à la jeune femme que la magie n’existait pas, que Terrence n’était pas un sorcier et qu’elle se mettait bêtement des barrières. Non, elle soulignait des points particuliers parce qu’ils étaient les barrières qu’elle se mettait elle-même. Et plus elle baisserait des barrières, plus Lisbeth aurait accès à sa véritable histoire. « Est-ce que tu culpabilises de vivre cette histoire avec Terrence ? » Parce que ce fameux Terrence était soi-disant un sorcier comme les assassins de ses parents, ça avait forcément un rapport. Lisbeth avait besoin de mettre le doigt dessus. « Est-ce que tu as… envie de consommer avec lui ? »

Elle n’était pas pour du tout, mais Will en parlait, c’était de son devoir de le faire également et de la guider au mieux.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Wilhelmina Tilley
▌ Messages : 1308
Humeur :
Sur le divan [pv Lisbeth :3] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sur le divan [pv Lisbeth :3] Right_bar_bleue

En couple avec : Terrence Fern

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Re: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitimeDim 29 Nov - 9:54


Sur le divan
W

ill appréciait le docteur Benson, car même si cette dernière l'estimait peut-être en plein délire, il n'empêche qu'en attendant, elle l'écoutait, et elle la laissait déblatérer ce qui à ses yeux étaient peut-être de terribles absurdités sans sourciller et sans la remettre en question... bon, si elle n'y prenait pas garde, Will risquait d'être envoyée en institut psychiatrique à la demande de son interlocutrice, mais jusqu'ici, ce n'était jamais arrivé, et à la place, elle parvenait à nourrir un véritable dialogue avec elle, qui l'aidait à mettre ses idées embrouillées au clair, ne serait-ce qu'un minimum, même s'il en faudrait sans doute davantage pour véritablement résoudre la situation dans laquelle elle se trouvait, pour la tirer du marasme au sein duquel elle se sentait empêtrée, sans être sûre d'être vraiment capable de s'en extirper.

-Oh non, je sais qu'il en vaut la peine, la question se pose pas,
assura Will sans aucune hésitation quand Lisbeth suggéra que quand elle supposait que Terrence finirait par considérer qu'elle ne méritait pas tous les sacrifices qu'il acceptait de faire pour elle, c'était peut-être l'inverse qu'elle induisait.

C'est sûr, vu le portrait qu'elle faisait de Terrence, vu les doutes qu'elle affichait, il y avait sans doute de quoi s'interroger, mais dans l'esprit de Will, tout était clair et limpide. Elle l'aimait vraiment, et elle n'avait jamais ressenti ça pour personne d'autre avant lui. Si lui-même daignait tout abandonner pour elle sans regarder en arrière, alors elle-même n'envisagerait jamais ne serait-ce que de se dire qu'elle avait peut-être commis une erreur, ou que son petit ami ne méritait pas tout ce qu'elle se sentait capable de faire en son nom.

-Mais c'est vrai que je me demande parfois ce que mes parents penseraient de tout ça. C'est un peu comme si je pactisais avec l'ennemi, quelque part. Oh, je sais que Terrence n'est pas comme les hommes qui ont tué mes parents, ça je l'ai bien compris, même si ça m'a pris du temps, mais... sa famille est comme ça, elle. Et on ne peut pas vraiment faire abstraction de sa famille.


La question suivante pourrait presque la mettre mal à l'aise. Bon, c'était elle qui avait introduit le sujet, mais elle n'avait pas envie de subir le jugement de son interlocutrice sous le prétexte d'avoir des... envies. Après tout, ce n'était pas un truc de psychanalyste, ça ? De tout associer au sexe ? Il y avait sans doute un peu de vrai dans tout ça.

-Et évidemment, que j'en ai envie. Il est très séduisant, on s'attire... C'est normal, non ?


Et elle pensait que le jour où ils coucheraient ensemble, ils atteindraient un nouveau degré d'intimité. Seulement... elle ne voulait pas se donner pour le regretter ensuite.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Sur le divan [pv Lisbeth :3] Empty
Message#Sujet: Re: Sur le divan [pv Lisbeth :3]   Sur le divan [pv Lisbeth :3] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur le divan [pv Lisbeth :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Benson (Londres)
-