AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -39%
Prix cassé sur le Smartphone Samsung Galaxy ...
Voir le deal
479 €

Partagez | 
 

 Les meilleurs conseils se donnent face à un verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeVen 1 Mai - 0:56


❝Archibald et Rose ❞Les meilleurs conseils se donnent face
à un verre

On ne peut pas dire que Rose soit proche de sa famille. Présentée à la branche sorcière de sa famille vers l’âge de onze ans, on ne peut pas dire que cette enfant un peu sortie de nul part fut réellement bien accueillie par les différents membres de la famille Selwyn, ni même par les cousins étendus. Le silence de sa tante Margaret n’avait bien entendu pas aider. Si la vieille dame clamait qu’elle connaissait l’identité des parents de Rose et se portait garante de la puretée de son sang, elle n’avait jamais voulu dire qui il était, pas même à son frère. Bien entendu, Margaret Selwyn était connue pour ses principes stricts et personne n’aurait osé remettre sa parole en question. Il n’empêche qu’une bâtarde, même sang pur, ça faisait mauvais genre dans la famille. Bien entendu, ce n’est pas la première, ni même la dernière. Nombre de famille sang pur ont un bâtard ou un cracmol caché quelque part, mais il y a une différence entre le savoir et le voir. Au final, le problème avec Rose, c’est que Margaret voulait en faire un membre à part entière de la famille Selwyn et la voir reconnue comme n’importe quelle sang pur. C’est ça qui posait problème.

Heureusement pour elle, tous les membres de sa famille ne sont insupportables et certains se sont mêmes révélés une bonne surprise à travers les années. C’est principalement avec les plus jeunes qu’elle s’entend bien. Contrairement aux adultes, ils ne sont pas encore totalement pétris de certitudes et de préjugés. Caleb fait partie de ses favoris et puis il y a Archibald. C’est d’ailleurs à ce dernier qu’elle va rendre visite.

Elle a reçu un courrier de sa part la semaine passée lui demandant si elle n’a pas un peu de temps à lui consacrer. La réponse allant de soi, elle a réservé sa soirée pour le jeune homme. Ils ont convenus qu’ils se rejoindraient chez Ollivander et qu’ils iraient ensuite boire un verre au Chaudron Baveur. C’est donc avec un certain déplaisir que ce n’est pas Archibald qu’elle trouvait lorsqu’elle pousse la porte de la boutique, mais bien son oncle, Garrick.

- Rose, la salue-t-il distraitement.

Elle fait de même et grimace en voyant la copie du journal qu’il tient en main. Elle reconnaît l’édition puisque c’est celle du fameux article publié sur la famille Yaxley. Autant dire qu’il n’a pas fait que des heureux. Néanmoins, elle fait comme si de rien n’était et salue à son tour Garrick en demandant où est Archibald.

- Il est avec un client, il arrive, lui répond-on.

Rose n’a plus qu’à attendre, mais ne se sent pas à l’aise. Le vieil homme n’est pas méchant, loin de là, mais la jeune femme sait qu’il ne l’est pas. Il n’a bien évidemment jamais rien dit frontalement, mais Rose est assez subtile pour le comprendre. Elle ne connaît pas la raison de son animosité dissimulée, mais il y a longtemps qu’elle a arrêter de se préoccuper de ce genre de chose. Puisqu’elle est polie et qu’il semblerait étrange qu’ils se contente de se regarder en silence le temps qu’Archie finisse de travailler, elle décide de faire la conversation.

- Il y a du monde dernièrement ?
- Oh, non. C’est assez calme, j’ai même le temps de lire le journal comme tu le vois. Un sourire fin se dessine sur le visage du vieux Garrick. Je suis tombé sur un article intéressant à propos des Yaxley.
- Vraiment ?, s’entend répondre Rose alors qu’elle garde un air détaché, pourtant, elle sait bien de quoi il veut parler.
- D’habitude, je ne lis pas ce genre de torchon, dit-il en désignant le Sorcière Hebdo qu’il tient en main, mais une cliente l’a laissé sur le comptoir et je n’avais rien à faire, tu n’as pas dû voir l’article. Hmm, attend.

Elle le voit lire rapidement l’article pour trouver le passage qui l’intéresse, il lui tend le journal en lui pointant du doigt le paragraphe en question.

“ C’était un drôle de type ce Thaddeus. Il s’intéressait à des tas de choses étranges comme ses cours ou ses drôles de plante qu’il avait mis dans le dortoir. Quand on lui proposait d’essayer d’aller dans le dortoir des filles, il refusait toujours en disant qu’il n’avait rien à faire là. "

Vous l’aurez compris très cher lecteur,dès Poudlard, le vice semble avoir été présent chez l’ancien Serdaigle. Bien entendu, nous ne nous sommes contenté d’un témoignage et nous avons également recueilli le récit d’un employé de bureau de monsieur Yaxley dont le témoignage nous conforte dans notre idée.

“ Lui avec une femme ? A part ses soeurs jamais. Pire, il ne les regarde jamais. Par contre, moi, je me suis toujours senti mal à l’aise avec lui. Il a une façon de vous dévisager. On croirait qu’il vous regarde là où un homme ne devrait pas regarder un autre homme. J’en suis certain d’ailleurs. Je n’aime pas dire du mal de mes collègues, mais c’est absolument contre-nature, non ? Les sangs purs sont censés être plus vertueux que le reste d’entre nous. Penser qu’il ose travaillé pour l’Etat en ayant ce genre de déviance, c’est tout simplement honteux.”

Rose parcourt rapidement le papier et se contente d’un haussement d’épaule indifférent alors qu’en réalité, elle se sent furieuse à l’idée que ça ait pu finalement être publié. Le reste de l’article se contente de pointer du doigts l’infidélité chronique de Tibérius et de remettre en question l’éthique de leur caste, mais c’est déjà bien assez.

- Je suppose qu’ils n’avaient rien d’autre à se mettre sous la dent,
répond-elle avec une fausse indifférence.

Rose sait bien jouer le jeu, mais elle aimerait bien ne pas le jouer trop longtemps et en l’état, elle se demande surtout ce qui prend si longtemps à son cousin.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeSam 2 Mai - 19:38

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
- … llivander ? Monsieur Ollivander !

Archibald sursauta légèrement et retomba sur terre. En face de lui, son client le regardait avec un drôle d’air, à la fois irrité et confus. Dans les mains, il tenait un écrin avec, à l’intérieur, sa baguette toute neuve. Oui. Bien sûr. Archie était avec un client, il était au travail. Concentration. Il devait se concentrer, ne penser qu’à ça. Effacer tout le reste de son esprit.

- Navré, j’étais… Désolé. J’espère que la réparation vous convient. Mais faites attention cette fois, ne laissez pas vos enfant jouer avec : ça peut être dangereux, non seulement pour votre baguette mais aussi pour eux.

L’homme qui lui faisait face rougit légèrement sous une honte légère et il hocha la tête. Il paya ensuite le jeune homme et s’en alla, transplanant dans l’arrière-cour. L’atelier, où Archibald avait emmené son client pour lui rendre son bien, redevint soudain silencieux, et vide. Archibald soupira, se morigénant intérieurement. Il devait être plus attentif à ce qu’il faisait, ne pas négliger son travail. Mais il était un peu fatigué. Il avait passé ses dernières nuits à lire. Lire les livres, ces livres, ceux qu’il avait acheté sur l’Allée des Embrumes, ce jour-là. Et il avait appris… Pas mal de choses. Il avait aussi beaucoup de questions, car il ne comprenait pas tout : certains de ces livres étaient au-dessus de son niveau actuel. Seul, il ne pouvait pas faire de miracle. Mais il savait qui pourrait l’aider. Il suffisait juste d’être un peu patient.

Non. Se concentrer sur le travail. Il aurait bien assez de temps pour y penser plus tard.

Jetant un coup d’œil à l’heure, le jeune homme se mit à ranger ses affaires, puis il embarqua sa cape et son sac en quittant l’atelier. Il avait rendez-vous avec Rose, aujourd’hui. Un moment que les deux cousins ne s’étaient pas vus et Archie se réjouissait sincèrement de revoir la jeune femme. Contrairement à une grande partie de la famille Selwyn, Archibald n’avait aucun problème avec Rose. Peut-être parce qu’elle sortait du lot, parce qu’elle était arrivée un peu sur le tard, ou tout simplement parce qu’elle n’était pas aussi arrogante et insupportable que le reste de la famille ? Archie n’en savait rien à vrai dire, tout ce qu’il comprenait c’était qu’il appréciait énormément Rose et que cette dernière le lui rendait bien. C’était moins en ce qui concernait son oncle, sans qu’Archibald ait jamais compris pourquoi, mais, à vrai dire, il s’en fichait un peu. Tant que les deux se supportaient, tout allait bien.

- Mon oncle ? Le client a été satisfait, il est reparti en transplanant. Il ne devrait plus laisser ses gamins jouer avec sa baguette avant un moment, vu les réparations que j’ai dû y fai… Oh, Rose ! Moi qui pensais être à l’heure !

Il s’approcha de sa cousine et la prit dans ses bras, un sourire un tantinet malicieux aux lèvres.

- Je sais, je sais, mais ça fait un moment qu’on s’est pas vu, alors je me permets, ajouta-t-il rapidement pour justifier son geste.

Le jeune fabricant de baguette remarqua alors enfin l’ambiance particulière qui régnait dans la boutique, comme à chaque fois que Rose et son oncle se trouvait dans la même pièce. Il grimaça discrètement, puis fit un grand sourire à son oncle.

- Bien, j’ai fini pour aujourd’hui ! Je vous laisse gérer pour le reste. S’il y a un problème, n’hésitez pas, hum ?

Garrick hocha gentiment la tête, sans prononcer un mot. Archie passa ensuite sa cape et il quitta la boutique avec Rose. Le froid le prit à la sortie, lui redonnant un coup de fouet.

- C’était tendu, dis-moi ! Qu’est-ce qu’il s’est passé, cette fois ? demanda alors le jeune fabricant, en référence à l’ambiance entre son oncle et Rose.

Archibald n’était pas vraiment branché Presse People : les potins, ça lui passait totalement au-dessus de la tête. Il n’était au courant que des grandes informations, par le biais des autres, par le biais de discussions. Mais lire un journal ? Non merci, il préférait lire de quoi avancer dans ses recherches. Comme les livres qui étaient actuellement cachés dans son armoire, au manoir…

Non. Il était avec Rose là. Et ils venaient d’arriver au Chaudron Baveur. Il y penserait plus tard.

Avec galanterie, il ouvrit la porte et la tint pour sa cousine, avec un sourire un peu taquin, une fois encore. Ils allèrent ensuite s’installer à une table, attendant qu’on vienne prendre leur commande.

- Alors, comme ça va toi ? demanda Archibald, une fois installé. Pas trop dur le boulot en ce moment ?

Oui, voilà, parler de choses banales, de choses normales. S’enlever un peu de la tête les recherches, les livres, et l’Allée des Embrumes…
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMar 5 Mai - 23:25

❝ Archibald & Rose❞Les meilleurs conseil se donnent face à un verreTel le messie tant attendu, Archibald arrive enfin et son humeur, qui commençait doucement à décliner, s’améliore d’un cran. L’idée de devoir rester avec Garrick irrite la jeune femme puisqu’elle voit bien qu’il prend un malin plaisir à se moquer d’elle sans en avoir l’air. C’est une technique qu’elle maîtrise depuis l’enfance et autant dire qu’elle n’apprécie que moyennement de la voir retournée contre elle. Comme d’habitude, c’est une certaine exubérance qui prime dans l'attitude de son cousin et elle est surprise quand il la serre dans ses bras pour lui dire bonjour. Elle répond par un sourire et en lui tapotant discrètement la tête comme on le ferait pour un enfant. Comme beaucoup d’anglais et surtout comme les membres de la noblesse, elle n’est pas vraiment habituée au contact tactile et en dehors des enfants elle n’en a guère. Archibald fait figure d’exception, mais d’un côté, est-ce qu’elle ne le voit pas toujours un peu comme un enfant. Il n’y a pas une grande différence d’âge entre les deux cousins, à peine quatre ans, mais il y a quelques choses de juvénile dans le visage d’Archie qui lui donne toujours envie de le traiter comme s’il n’avait pas vraiment atteint sa majorité. Si elle le fait, c’est bien entendu par affection, mais elle tente de ne pas le montrer. Nul doute qu’il est dans une période critique où il a quitté l’adolescence et la jeune femme se doute qu’il prendrait mal l’idée d’être materné par sa cousine à peine plus âgée que lui.

Ils quittent rapidement la boutique, au bonheur de Rose qui n’attendait que ça, et s’engouffrent dans les rues du chemin de traverse. La grande artère commerçante du Londres sorcier est encore pleine de monde à cette heure-ci et l’on trouve aussi bien des couples profitant du congé que des sorcières et sorciers accompagnées de leur progéniture en train de faire les derniers achats des vacances avant de les renvoyer à Poudlard. Tandis qu’ils se faufilent dans la foule pour atteindre leur destination, la jeune femme resserre plus fermement sa cape. Il fait un froid glacial et elle ne sera pas mécontente d’être au chaud. A la question de son cousin, elle répond par un haussement d’épaules faussement indifférent.

- Tu connais ton oncle …

Oui, il le connaît et Rose aussi. C’est justement pour ça que rien n’explique de façon rationnel la froideur qu’il a toujours eu à l’égard de la jeune femme. C’est un homme discret Garrick et elle ne l’a jamais entendu s’emporter. Sans compter que son animosité dissimulée envers Rose ne date pas d’hier. Elle se souvient comme si c’était hier de la première fois qu’elle est rentrée chez Ollivander. La boutique avait déjà le même aspect et c’est accompagnée de Margaret qu’elle était allée chercher sa première baguette. Elle se souvient avoir attendu un moment seule dans le magasin à regarder les baguettes tandis que se tenait une discussion houleuse à voix basse dans l’arrière boutique. Rosie ne se souvient pas vraiment ce qui s’est dit, elle était trop jeune pour comprendre, mais elle sait juste que le regard que Garrick porte sur elle depuis n’est jamais vraiment amical. Ils n’en ont jamais parlé. On ne parle pas de ces choses là en famille et même s’ils ne s’entendent pas, ils font partie de la même famille.

- Il me parlait d’un article qui a été publié dans Sorcière Hebdo sur Thaddeus et il sait que ça me fait grincer des dents.

Elle n’a pas le temps de continuer qu’ils arrivent au Chaudron Baveur. C’est l’avantage du Chemin de Traverse, souvent, tout est à quelques pas. Archibald, galant, lui tient la porte et Rose retient un rire. C’est qu’elle n’en attend pas moins de lui. Très à cheval sur les bonnes manières, elle l’a plus d’une fois morigéné parce qu’il n’avait pas une attitude qu’elle jugeait assez galante. Le pub est rempli, on est en fin de journée et les acheteurs du jour ne sont pas encore rentré, il faudra encore une petite heure pour que les Trois Balais retrouvent leur ambiance habituelle. Ils trouvent une table dans un coin un peu moins bruyant et s’installent en attendant que le serveur vienne prendre leur commande. Rose passe ses mains rapidement au dessus de la bougie pour les réchauffer tandis qu’ils se débarrassent de leurs capes.

- Je vais bien, s’entend-elle répondre à la question d’Archibald. Un peu fatiguée, j’ai eu une semaine un peu éreintante. Je me suis prise le bec avec Tibérius, on ne se parle plus depuis. Autant te dire que j’attends la fête de demain avec impatience. Tu es allé gardé Pulchra cette semaine ?

Si oui, elle plaignait le jeune homme. D’après les lettres de Thaddeus, l’ambiance à Yaxley House était particulièrement glaciale et l’entente entre les deux frères n’avaient pas grand chose de cordial pour le moment. Le serveur arrive et une fois les boissons commandées, Rose prend la peine de regarder Archie, il n’a pas l’air dans son état normal.

- Tout vas bien de ton côté ? Je sais que ça fait un moment qu’on ne s’est pas vu, mais tu n’as pas l’air dans ton assiette.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeJeu 7 Mai - 12:07

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
Archibald n’avait jamais cessé d’être un enfant. Certes, il avait quitté Poudlard depuis plusieurs années, s’était trouvé rapidement un travail et, depuis quelques temps maintenant, se donnait corps et âme à ses recherches. Il avait une vie d’adulte, côtoyait des adultes, faisait tout ce qu’on attendait d’un adulte. Mais Archie n’avait jamais cessé d’être un enfant. Quand cela ne touchait pas à son domaine, il n’était pas sérieux, n’aimait pas les responsabilités, papillonnait à droite, à gauche, ne cherchait jamais vraiment à se poser sur quelque chose en particulier. Il était enfantin, parce qu’il était passé à côté de ce qu’aurait dû être son enfance.

Et l’enfance, cela commençait avec le cercle familial. Aujourd’hui, les seuls embryons de famille qu’il avait, c’était son oncle, et Rose. Alors la prendre dans ses bras, ça lui faisait un peu de bien, comme s’il avait eu une sœur plutôt qu’une cousine. Et puis, ça lui permettait de la taquiner un peu aussi : Rose lui semblait parfois trop dans la retenue. Certes, elle se devait de l’être pour coller à ce qu’on attendait d’un Sang-Pur, mais, avec lui, ce n’était vraiment pas nécessaire. Enfin, sûrement l’habitude qui prenait le pas…

Ils sortirent rapidement.

Archibald n’avait jamais compris pourquoi son oncle et Rose ne parvenaient pas à s’entendre. Plus que tout, il ne comprenait pas pourquoi son oncle semblait si méfiant envers la jeune femme. Garrick avait toujours représenté, pour Archie, l’inverse d’Harry : son oncle était quelqu’un de doux, de passionné, de rêveur, mais, surtout, il était affectueux, compréhensif, patient et tolérant. Alors cela lui semblait tellement invraisemblable qu’il se comporte de cette façon avec Rose… Mais, après tout, Archie n’était pas dans sa tête.

- Moui… Et je te connais aussi. C’est pour ça que je ne parviens pas à saisir ce qui cloche entre vous. Avec vos caractères, vous devriez logiquement vous entendre. Ça me dépasse totalement, ajouta-il en haussant légèrement les épaules.

En arrivant près du Chaudron Baveur, Rose lui révéla la raison de ce nouvel accrochage. Un article dans Sorcière Hebdo ? Thaddeus Yaxley ? Archibald connaissait plutôt bien les Yaxley, puisqu’il travaillait pour eux de temps en temps, quand ils avaient besoin de faire garder leur plus jeune sœur, Pulchra – ce qui n’était parfois pas une partie de plaisir, il devait l’avouer. Il savait aussi que Rose était plutôt proche des deux frères – et Archibald en était parfois assez perplexe – et il pouvait donc relativement comprendre la situation.

- Et il parle de quoi cet article ? Sans vouloir te faire grincer des dents, bien sûr, ajouta-t-il avec une pointe d’humour en lui ouvrant la porte du Chaudron Baveur.

Ils allèrent ensuite s’installer à une table, s’éloignant légèrement du brouhaha ambiant qui régnait dans le bar. Une fois installé, Archibald sentit son corps se réchauffer un peu. Une boisson chaude ne serait pas de refus…

- Oh, c’est donc pour ça que Tibérius est de si mauvaise humeur, ces derniers temps, s’étonna Archibald. Je suis allé garder la petite deux fois, mardi et jeudi, et je peux t’assurer que l’ambiance était glaciale. J’avais l’impression de traverser un champ de mines à chaque fois que je faisais un pas, et j’exagère à peine. Et c’est par rapport à l’article que vous vous êtes pris la tête ?

Archibald trouvait ça un peu fort d’en venir à de telles extrémités pour un simple article. Mais, de toute façon, le jeune homme n’était pas du genre à se prendre la tête avec qui que ce soit. Il était plutôt pour la fuite ou pour l’apaisement : il n’aimait pas se confronter aux gens de cette manière.

Après avoir commandé son café, Archie pensa pouvoir se détendre, mais la question de Rose – posée en toute bienveillance – le tendit malgré lui. Il n’avait pas l’air bien ? Est-ce que son manque de sommeil se voyait sur son visage ? Est-ce que… Et si ses nouvelles recherches avaient commencé à laisser des marques ? Non, il avait bien vu son visage dans le miroir ce matin, il était comme d’habitude, rien à voir.

Calme Archibald, elle ne fait que poser une question.

- Oh, ce n’est rien, répondit-il en agitant la main. C’est juste que… depuis quelques temps, je m’investis beaucoup plus dans mes recherches. J’ai énormément de pistes à exploiter, et puis je dois être présent sur de plus en plus de fronts : je dois aider à la boutique en plus des gardes de Pulchra, et je dois aussi former la nouvelle employée, Elizabeth Hopkins…

Plus il parlait, plus Archibald se sentait maître de la situation.  Il y avait assez d’arguments véridiques pour justifier sa fatigue.

- En plus, j’ai réussi à obtenir le partenariat avec Gringotts dont je t’avais parlé ! Mais maintenant, je prends des cours particuliers avec un Briseur de Sort, Derek Hayes. Il me… remet en forme, si on peut dire, ajouta-t-il en riant légèrement. On revoit les sorts de défense et d’attaque, au cas où j’en aurais besoin sur le terrain. Tout ça ajouté à mes recherches, ça commence à faire beaucoup. Mais ça va, ajouta-t-il en souriant. Ne t’en fais pas.

Il n’y avait pas plus beau mensonge que la pure et simple vérité.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeVen 8 Mai - 23:07

❝ Archibald & Rose ❞Les meilleurs conseils se donnent face à verreComme souvent quand on parle de Garrick, Rose finit par laisser tomber le sujet. Ce n’est pas vraiment qu’elle l’évite, c’est juste que, comme Archibald, dans le fond, elle ne comprend pas l’attitude du vieil homme. Elle sait que quelque chose cloche, mais ils n’ont jamais eu de conversation à ce propos. Ils ne sont pas assez proches pour ça et surtout, Rose sent bien que ça n’aurait aucune utilité. Elle n’est pas du genre à se fier purement à son intuition, mais ici, elle sent bien qu’une discussion ne changerait rien à ce que pense le fabricant de baguette. Elle laisse donc couler, on ne peut pas être aimer de tout et si elle est honnête, dans la partie sorcière de sa famille, Rose est bien plus habituée à être méprisée du coin de l’oeil que d’être accueillie favorablement lors des évènements de famille. Cela dit, et c’est tout le paradoxe des sangs purs, même si elle dérange, elle fait partie de la famille et c’est un principe aussi immuable que l’asservissement des elfes de maison.

Une fois installé confortablement, un feu ronflant non loin de leur table et perdu dans la foule de sorciers et sorcières venus boire un verre, son cousin ne peut pas s’empêcher de l’embêter un peu. Il voit bien que cette histoire d’article l’ennuie et il veut en connaître le contenu. C’est de bonne guerre, le jeune homme a toujours été curieux et on ne l’est jamais tant que lorsque c’est des gens que l’on connaît. Elle lui résume brièvement l’article et la lumière semble se faire pour le jeune homme qui commente l’ambiance détestable qui semble régner au Manoir Yaxley. Rose n’en est pas le moins du monde étonnée puisque Thaddeus lui en a déjà fait un récit quelque peu édulcoré par courrier. Sans compter que si elle peut se défendre facilement face aux attaques de celui qui est désormais le patriarche de la famille, ça doit être moins facile pour Archibald. De part son âge et sa position, il est une cible facile pour l’ire de l’aîné des Yaxley qui a parfois tendance, elle le sait, à passer ses nerfs sur le jeune homme. Son cousin ne lui a jamais dit clairement, mais elle le soupçonne d’avoir un peu peur de Tibérius. Peur est probablement un mauvais mot, mais il ne semble jamais fort à l’aise quand celui-ci est dans les parages.

- On ne s’est pas vraiment disputé au sujet de l’article. On a même pas eu l’occasion de lui en parler avec Thaddeus pour être honnête. Non on s’est disputé parce que ... , Rose marque un moment d’arrêt. Est-ce qu’elle lui dit ou non ? Elle n’est pas du genre à étaler sa vie privée, loin de là, mais dans le fond, ce n’est que Archie, ce n’est pas comme si la rumeur allait se répandre comme une traînée de poudre. On est allé boire un verre, il y a un moment après le boulot et il m’a fait des avances que j’ai repoussée en lui expliquant que ça me semblait bête de gâcher une amitié pour une sortie d’un soir. Depuis il a l’air de croire que Thaddeus et moi on entretient une idylle secrète et  j’imagine que son amour propre est blessé. Elle hausse les épaules, lassée par cette histoire qui a pris des proportions ridicules. Depuis on ne s’est plus parlé, il a été particulièrement grossier et tu sais que j’ai horreur de ça.

Se rendant compte qu’elle monopolise un peu l’attention, elle décide de tourner la conversation vers son cousin. Après tout, c’est lui qui à demandé à la voir et ça ne lui semble pas très courtois de centrer la discussion sur elle-même sans compter que le récit de ses déboires avec Tibérius n’a rien de passionnant. La remarque de Rose n’a rien d’inquisiteur, à vrai dire, elle trouve juste un air fatigué au jeune homme, mais le flot d’explications qui suit sa remarque lui semble plus suspicieux que tout le reste.Certes, Archie est un jeune homme enthousiaste et bavard, mais son discours semble un peu décousu à la jeune femme. Peut-être est-elle trop habituée à voir le mal partout, un défaut professionnel si l’on peut dire. Elle le laisse finir en buvant son verre de vin, un sourire énigmatique sur les lèvres.

- Je n’ai jamais dis que je m’en faisais, tu sais, lui répond-elle une fois qu’il a finit de tenter de justifier son air fatigué. Mais je suppose que je devrais m’en faire puisque tu me dis de faire tout l’inverse, non ?

Ce n’est pas vraiment qu’elle veut le piéger, c’est simplement qu’en général, plus on se justifie, plus on a quelque chose à cacher. Et Archibald semble vouloir à tout prix lui faire penser que rien ne sort de l’ordinaire.

- C’est une bonne idée d’avoir une employée, je suppose que ça te forcera à sortir des sentiers battus et à prendre un peu de maturité. Je te préviens, c’est de mauvais goût de faire la bringue à son staff.

Pour être honnête, elle dit plus ça pour l’embêter qu’autre chose. Elle ne connaît pas du tout la vie sentimentale de son cousin et il est tout à fait possible qu’il ait une amie dont elle n’a jamais entendu parler. Ce n’est pas Garrick qui irait lui dire après tout.

- Je suis curieuse et si tu me parlais un peu de tes recherches, pour une fois que ce n’est pas moi qui en fait.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMar 19 Mai - 13:15

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
Avec un tact qui peut parfois lui faire défaut, Archibald laissa tomber l’affaire Garrick. Rose et son oncle étaient différents, ils ne s’appréciaient pas, c’était tout ce qu’il y avait à savoir. Après tout, ce n’était pas quelque chose d’extraordinaire non plus : des gens qui ne pouvaient pas s’entendre, c’était courant. Même si Archie aurait préféré qu’ils s’entendent, c’était ainsi, il n’y avait rien de plus à dire. Aussi préféra-t-il laisser tomber, se concentrer plutôt sur ce petit moment avec Rose, sur leurs boissons, sur le feu dans la cheminée. Se poser un peu, arrêter de penser autant. Car c’était réellement épuisant, c’était sûrement ce qui fatiguait le plus Archibald : il ne pouvait s’empêcher de réfléchir, réfléchir, tout le temps réfléchir, encore et encore. Son cerveau tournait à plein régime ces derniers temps, et il ne demandait qu’une pause, qu’un peu de repos.

Il saisit le prétexte de l’article. A vrai dire, il ne s’y intéressait pas vraiment : la presse people, très peu pour lui. Mais il savait que Rose avait une relation particulière avec les Yaxley – ce qui, pour le coup, le dépassait un peu – alors il la taquinait un peu sur le sujet, gentiment. Apparemment, la situation était tendue entre les trois sorciers, et Archibald comprit alors d’où provenait la tension qui régnait chez les frangins. Heureusement que Pulchra était là pour alléger l’ambiance et occuper toute l’attention d’Archibald, mais, malgré cela, le jeune homme n’avait pas pu manquer la froideur qui régnait chez les Yaxley, et ce d’autant plus qu’il ne lui était pas réellement possible d’éviter Tibérius, qui semblait plus que jamais perpétuellement mal embouché.

Archibald écouta attentivement sa cousine et, alors qu’il buvait une gorgée de café, il faillit s’étouffer avec quand elle lui annonça que Tibérius Yaxley – LE Tibérius Yaxley, son patron tortionnaire – lui avait fait des avances. Ce fut pire quand elle lui expliqua que, maintenant, il croyait qu’elle avait une relation avec son frère, Thaddeus – qui pouvait penser que Thaddeus ait une relation un jour ? Archiblad était au moins au courant de ça : Thaddeus n’avait jamais eu de relations, et ce n’était pas près d’arriver. On nageait en plein délire.

- Des avances de Tibérius ? Une relation avec Thaddeus ?! Rose, ma chère, je savais que tu étais proche des deux frangins, mais là, je t’avoue que je m’attendais à tout sauf à ça, ajouta-t-il, mi-amusé, mi-médusé. Quelle histoire ! Surtout connaissant le caractère des deux frères… Et pour que Tibérius se montre grossier, c’est qu’il doit vraiment être en pétard, remarqua Archibald en haussant un sourcil circonspect.

Il se tut un instant, dubitatif.

- Sincèrement, je trouve que tu as parfaitement réagi. Si Tibérius n’est pas capable de respecter tes décisions – ou, du moins, pas capable de le faire sans rechigner - c’est d’autant mieux que tu ais réagi comme ça. Et puis, si tu me demandes mon avis – ce que tu n’as pas fait, j’en suis conscient, ajouta-t-il avec un petit sourire, je dirais que je n’ai pas l’impression que vous soyez fait pour vous entendre en ces termes, même juste pour un soir.

Archibald n’était pas gêné de parler de ce genre de choses, surtout pas avec des femmes, encore moins avec sa cousine. Parfois, il pouvait paraître déplacé, il en était conscient. Mais lui, il se pensait plutôt en avance sur son temps. Pourquoi être gêné de parler d’une chose dont tout le monde connaissait les travers et qu’une grande majorité de la population pratiquait ? Archibald avait du mal à saisir le tabou imposé sur la sexualité, mais bon, il ne comprenait pas grand-chose à beaucoup des subtilités des relations sociales.

Comme il ne comprit pas, par exemple, comment la discussion fit pour se retourner d’un coup contre lui. Immédiatement, l’angoisse le reprit aux tripes, une sorte d’anxiété sourde qui se réveilla d’un coup. Il se mit à parler, pour combler le vide qu’avaient laissé les paroles de Rose. Et puis il se sentit comme pris au piège face au sourire de Sphynx de sa cousine. Il afficha un sourire de façade, hochant doucement la tête.

- Bon, j’en fais peut-être un peu trop, non ? En vérité, je suis un peu fatigué. J’ai vraiment beaucoup de travail, ça commence à être complexe. Mais j’ai vraiment envie de me donner à fond, d’aller jusqu’au bout de tout ce que j’ai envie d’entreprendre.

Il prit une inspiration, soupira longuement.

- Je ne voulais pas d’Elizabeth au départ. Elle venait à peine de sortir de Poudlard, elle n’avait aucune expérience des baguettes, ses connaissances étaient basiques en tout… Mais finalement, Garrick a bien fait de l’embaucher. Elle en a sous le coude, elle est plus compétente que ce que je pensais au départ. Et pour ne rien gâcher, elle est très jolie, ajouta-t-il avec un petit sourire en coin. Mais ce n’est pas ma priorité, on verra bien comment les choses évoluent.

Il était trop pris en ce moment, une relation n’était clairement pas sa priorité. Mais il ne s’interdisait rien, après tout. Il prenait les choses comme elles venaient, sans se prendre la tête.

Enfin, du moins, sans se prendre la tête sur ce plan-là. Parce qu’avec les questions de Rose, il avait de quoi réfléchir, et à pleines berzingues. Quand elle le questionna sur ses recherches, il ressentit l’excitation coutumière que ces dernières lui procuraient, mais aussi… un nouveau sentiment, comme une sorte de regret, un certain malaise. Un secret, qui commençait à peser lourd.

- Eh bien… Je m’attaque à un gros morceau, c’est certain. J’ai peu de bases pour démarrer ces recherches, et j’ai donc tout à découvrir. J’ai le champ libre mais énormément de travail à faire. Mais ça se passe… plutôt bien. C’est long, mais ça le vaut. Ce que j’aimerais, ce serait donner plus de champ d’action aux fabricants de baguettes. Je voudrais qu’on cesse d’être juste des vendeurs, qu’on nous voit davantage comme des créateurs, parce que c’est ce que nous sommes ! Je vais créer de nouvelles baguettes, pour de nouvelles générations de sorcières et de sorciers ! Utiliser de nouveaux matériaux, de nouvelles techniques, aller là où aucun autre fabricant n’est jamais allé !

Il s’arrêta soudainement, eut un petit sourire.

- Désolé, je m’emballe sûrement encore trop. Mais je suis certain de pouvoir révéler de nouvelles formes de magie à travers mon travail.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeJeu 21 Mai - 20:20

❝ Archibald & Rose ❞Les meilleurs conseils se donnent face à verreRosie ne s’estime pas spécialement pudibonde ou même prude, mais elle se rend bien compte que pour les standards sorciers -même sang pur - elle l’est probablement plus qu’à la normale. Rien d’étonnant donc à ce qu’il y ait quelque chose d’étrange pour elle dans l’idée de discuter de ses problèmes relationnels avec Archibald. Bien entendu, elle sait qu’il est désormais adulte et probablement tout aussi avancé qu’elle sur la question, mais elle ne peut pas s’empêcher de le voir comme quand il avait quinze ans. Elle doit parfois se faire violence pour se rappeler que le jeune homme mourrait probablement de honte si elle continuait à le traiter comme le faisait à l’époque. Pourtant, ce n’est pas uniquement de sa faute si elle continue de le voir parfois comme un enfant. Archie est un curieux mélange de maturité, d’innocence, d’effronterie et d’enfantillage. Il peut donc être très gamin pendant une demi heure et puis la surprendre par sa lucidité.

C’est d’ailleurs ce qu’il fait en ce moment en lui donnant un avis qui semble bien réfléchis sur la question. Elle sait qu’il ne porte pas spécialement l’aîné des Yaxley dans son coeur et elle a bien du mal à lui reprocher après avoir eu droit à une des facette les moins reluisante du chef de famille. Elle a un petite rougeur qui lui montent aux joues lorsqu’il pousse jusqu’à suggérer des aventures d’un soir et elle tente de le cacher en commentant son propos.

- Je ne sais pas si je dois me sentir flattée ou vexée. Tu ne me vois pas la future madame Yaxley?,
répond-elle sur le ton la plaisanterie. Matriarche de tout ce joli petit monde et l’heureuse élue du tant aimable Tibérius ?

Autant dire qu’elle n’y croit pas plus qu’Archie. Comme lui, en particulier après les événements déplaisants qui ont pris place au Manoir, elle se sent confortée dans sa décision et se dit qu’elle a eu raison de mettre un holà à toute tentative de la part de Tibérius de s’engager dans autre chose qu’une solide amitié. Comme le souligne très justement Archibald, s’il n’est pas capable de respecter sa décision et bien tant pis pour lui. Encore une fois frappée par le fait que son petit cousin a bien grandit, c’est avec une affection peu coutumière pour la jeune femme qu’elle lui ébouriffe les cheveux tout en essuyant discrètement une trace de café resté au coin de ses lèvres.

- Je sais, je sais, tu n’es plus un enfant,
lui dit-elle en riant. Sois indulgent avec ta vieille cousine. C’est vrai que je ne t’ai pas demandé ton avis, poursuit-elle, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas apprécié et que tu n’as pas raison. Tu es devenu mature pendant que j’avais le dos tourné je crois.

Et c’est vrai qu’il a bien grandit le petit. Elle doute avoir eu une influence quelconque sur lui, mais dans le fond, elle se reconnaît dans sa passion de la recherche. Bien entendu, de caractère assez différent, ils ne font pas étalage de leur enthousiasme de la même façon, mais elle reconnaît l’ambition du chercheur chez son cousin, tout comme elle reconnaît un certain malaise quand il lui parle, quelque chose cloche, mais elle ne saurait pas dire quoi exactement et il ne semble pas tout à fait disposé à lui dire lui-même.

- Un petit peu c’est vrai.


Oui, il en fait un peu trop et c’est justement ça qui met la puce à l’oreille de Rose.

- Je comprends que tu sois passionné, mais à l’inverse est-ce que tu ne t’es pas dit que te lancer dans autant de projets en même temps allait justement t’empêcher de tous les mener à bien correctement ?


D’expérience, elle sait que c’est souvent le meilleur moyen pour obtenir des résultats médiocres. Mieux vaut se consacrer à quelques projets ciblés et concrets plutôt qu’à un éventail de possibilité qu’on ne maîtrise plus. Bien entendu, c’est sa méthode, mais après avoir passé plusieurs années aux Mystères, elle se targue tout de même d’une petite connaissance en la matière.

Parler de la nouvelle employée des Ollivander les emmène momentanément sur un sujet plus léger. Son cousin semble n’avoir que des éloges sur la jeune demoiselle qui a rejoint leur équipe et c’est l’occasion pour Rose de le taquiner un peu à ses dépends. Avec un petit rictus, elle commente :

- Oui tu as encore un peu le temps, mais tu seras bientôt en âge d’en faire une priorité. Je suis même étonnée que Garrick n’ait pas commencé à t’en parler. Je suis sûre qu’il apprécierait d’avoir une touche féminine chez vous.

Evidemment, Rose dit plus ça pour l’embêter qu’autre chose. On ne se mariait plus aussi jeune qu’avant. Trente ans reste un âge acceptable pour fonder une famille quand on était un homme, mais Rose ne peut pas résister au plaisir d’ennuyer son cousin sans savoir que celui-ci a peut-être des goûts moins conventionnels qu’elle ne le pense.

Une fois ses plaisanteries passées, la recherche redevient leur sujet principal et de l’avis de Rose, le jeune homme semble s’engager dans des projets relativement sérieux. Comme toute bonne descendante de la maison verte et argent, elle admire l’ambition et c’est avec un réel intérêt qu’elle commente ce qu’il lui dit :

- C’est intéressant ce que tu veux faire des baguettes. L’idée d’être un artisan plutôt qu’un simple fabricant est intéressante. Cela dit, tu t’attaques, tu t’en doutes, à un gros morceau.

Tellement gros qu’elle s’étonne que le Ministère n’ait pas encore mis son nez dedans. Il faut dire qu’il a parfois tendance à sous-estimer certains aspect de la magie et elle ne serait pas étonnée que la fabrication de baguette en fasse partie.

- Et quelles sortes de magie souhaiterais-tu mettre en lumière à travers tes recherches ?


Parce que la Magie est un vaste terrain de jeu. Bien plus vaste que le commun des sorciers ne le pense. Il existe en réalité bien plus de sortes de magie qu’on ne le pense et la plupart d’entre elles sont aussi néfastes qu’elles peuvent être utile. Rose se demande si Archie mesure bien la portée de ce qu’il tente de découvrir. Néanmoins, elle se fait violence, après tout, il n’est plus un enfant. Elle boit une gorgée de sa boisson et l’air de rien insiste :

- Cela dit, je suis presque déçue. Pas de te voir, rassure-toi, mais quand j’ai reçu ton hibou, j’ai eu l’impression que tu avais quelque chose de particulier à me demander. Moi qui pensais que tu venais vers moi pour des conseils sur la gent féminine.


C’était dit sur le ton de la rigolade, l’air de rien, il n’empêche que Rose a une certaine intuition et elle est sûre qu’elle n’est pas là uniquement pour le plaisir de boire un verre. Pas quand, comme il le dit, il est aussi débordé.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeVen 22 Mai - 17:35

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
La famille était un concept étrange pour Archibald, quelque chose qu’il maîtrisait mal. Le jeune homme n’avait jamais connu sa mère, morte à sa naissance. Son père lui en avait toujours voulu pour ça, le traitant au mieux comme un inconnu, au pire comme un être indésirable. Garrick avait été une figure paternelle pour lui, prenant en main l’éducation du jeune homme, mais, en grandissant, Archibald avait parfaitement pris conscience que Garrick était son oncle et qu’il n’aurait jamais dû avoir à endosser ce rôle de père. Autant dire que rien ne correspondait à l’image qu’Archie avait fini par se faire d’une famille normale.

Rose était une sorte d’exception. Elle était arrivée, un jour, presque comme par hasard, et Archie ne se souvenait plus comment ils s’étaient rapprochés. Mais il se rappelait l’avoir eu dans sa vie depuis, avoir enfin eu quelqu’un dont il se sentait proche, autre que son oncle et Charlie. Au fil du temps, il avait fini par voir Rose comme une sorte de grande sœur, celle qu’il aurait toujours aimé avoir, la personne qui aurait pu le réconforter quand, enfant, il se sentait terriblement seul dans cet immense Manoir, avec pour seule présence, son père, volontairement absent.

Alors Archibald était profondément attaché à Rose et aimait vraiment passer du temps avec elle, l’écouter, parler de tout et de rien avec sa cousine. Même écouter ses aventures avec les frangins Yaxley lui convenait parfaitement, tant qu’il pouvait passer du temps avec elle. Néanmoins, il s’inquiétait tout de même : il n’était jamais bon d’entrer en conflit avec les Yaxley, et encore moins avec Tibérius en particulier. Gentiment, Archibald donna son avis, sans juger quoi que ce soit de la situation. Rose était une grande fille, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait de sa vie, du moment qu’elle faisait attention à elle, c’était tout ce qui importait à Archibald. Il fut relativement soulagé de la voir prendre cela avec le sourire.

- Parce que, toi, tu te vois en matriarche ? Tiens, j’aimerais bien te voir à l’œuvre, ça serait sûrement très intéressant ! Tu veux faire un essais avec Puclhra ? Entre elle et Tibérius, je crois que tu nous ferais des crises de nerfs pas possible, ajouta-t-il avec un petit rire.

Archibald avait une certaine vision des relations, qui ne correspondaient pas forcément à ce qu’envisageaient les autres membres de la société dans laquelle il vivait. Tant que chacun était consentant, peu importe comment ils décidaient de gérer leur relation, tout va bien. Or, de toute évidence, Tibérius n’était pas le genre de personne qui acceptait facilement un « non ». Archibald trouvait ça idiot et terriblement puéril, ce qu’il ne se gêna pas pour faire comprendre à Rose. Sa réaction le surprit un peu, mais de façon particulièrement agréable. Rose n’était pas du genre à se laisser facilement aller à des contacts physiques, même avec les personnes les plus proches de lui. Alors sentir sa main sur le coin de sa lèvre fit ressentir à Archibald un profond élan d’affection : il saisit doucement la main de sa cousine dans la sienne, un sourire aux lèvres.

- Non, en effet. J’ai bien grandi, heureusement que ma cousine était là pour y veiller. Et bien sûr que j’ai raison, enfin quelqu’un qui le reconnaît, ajouta-t-il avec un nouveau sourire, relâchant la main de Rose. Ah ? Surprise ? demanda-t-il. J’ai pourtant l’impression d’avoir… changé, depuis un certain temps.

Et plus qu’il n’en avait conscience. Entre ses recherches et ses récentes rencontres… Archibald avait la sensation de s’y perdre un peu. Il avait l’impression de jouer une sorte de double jeu. Il était une personne avec Rose, une autre avec Derek, une autre encore avec des personnes comme Norbert Dragonneau. Et puis il était une toute nouvelle personne avec Tom Jedusor.

Mais il préférait ne pas trop y penser. Ne pas y accorder trop d’importance. Au lieu de cela, il se laissa porter par son enthousiasme, celui qu’il portait à ses recherches, avant de redescendre un peu sur terre. Il fit un sourire gêné à Rose en constatant s’être trop emballé. C’était vrai qu’il pouvait paraître brouillon, par moment, mais ce n’était pas tellement le cas.

- En réalité…. Mon objectif est avant tout d’amener de la nouveauté dans les alliances faites entre les matériaux, et cette simple piste constitue un énorme réseau de différentes données à prendre en compte, expliqua-t-il à Rose. Il y a déjà tous les alliages qu’on peut créer en suivant la voie traditionnelle du fabricant de baguette, c’est-à-dire : un cœur, un bois et des runes. Garrick a réussi à me mettre en relation avec Norbert Dragonneau, j’ai eu un entretien avec lui récemment. Il m’a offert… une quantité incroyable de ressources que la plupart des autres fabricants n’ont pas pu avoir. Des matériaux qu’on avait pas envisagé jusque là pour construire des baguettes.

Ses yeux brillaient d’excitation, comme un enfant racontant le jeu extraordinaire qu’il venait de faire avec ses copains.

- Ce serait déjà un pas énorme si j’arrivais à créer de nouvelles identités de baguette en alliant ces nouveaux matériaux. Mais plus que ça, imagine : le concept de la baguette, mais en « hors-piste » ! De baguettes creusées dans des cornes d’animaux, des baguettes en métal, des baguettes sans cœur, ou alors le cœur même transformé en baguette ! Il y a une infinité de possibilité sur laquelle jouer entre la baguette, ses composants, et la façon dont elle réagit avec la magie qu’un sorcier possède déjà en lui !

Alors certes, Archibald pouvait sembler éparpillé, mais il savait parfaitement où il se dirigeait. Il commencerait doucement, pour faire évoluer son affaire petit à petit vers d’autres sphères.
Et pour cela, il aurait besoin de temps, ce que la présence d’Elizabeth lui permettait d’obtenir. Elle comprenait vite et retenait bien malgré la quantité astronomique de savoir qu’Archibald la forçait à ingurgiter. Et, pour ne rien gâcher, elle était très agréable, tant sur le plan physique que relationnel.

- Tu plaisantes ? Je ne suis certainement pas prêt à me poser dans quelque chose de sérieux. Du moins, je ne l’envisage pas. Je ne me vois vraiment pas marié, encore moins père de famille, ou quelque chose dans le genre ! J’ai pas les épaules pour ça, c’est bon pour les autres de prendre des responsabilités pareilles, pas pour moi !

Archibald ne voulait pas d’une famille à gérer. Il ne voulait rien fonder d’autre qu’un empire intellectuel qu’il créerait par ses recherches. Rien d’autre. Ce serait trop contraignant pour ce semi-enfant qu’était Archie. Il préférait largement se concentrer sur ses baguettes chéries, pour l’instant.

- Je sais, répondit-il à sa cousine, prenant soudain un air bien plus sérieux. Je sais que je vais sûrement galérer pendant de très longues années, voire peut-être toute ma vie, avant d’aboutir à quelque chose. Mais, mon travail, c’est toute ma vie, Rose. J’ai grandi là-dedans. La boutique, c’était le seul endroit où je me sentais en paix, et les baguettes m’ont permis de ne pas devenir quelqu’un de sombre en me permettant de rêver un peu. Et puis… Je sais pas comment l’expliquer, mais j’ai ça en moi. J’ai les baguettes dans la peau, et je ne saurais pas me contenter de simplement… faire la même chose toute ma vie, en me disant que je passe continuellement à côté d’un truc.

La question qui suivit le prit de court. Quelle genre de magie ? C’était compliqué à dire…

- Eh bien… Celle des gens. Celle que contiennent les baguettes en elles-mêmes, aussi. Il y a tellement de sortes de magie… Qui sait ce que révèleront mes recherches ? Mais je sais que je trouverai de nouvelles pistes, c’est impossible autrement.

Il aimerait tellement pouvoir tout raconter à Rose… Archibald n’aimait pas les cachoteries. Encore moins envers ses proches. Et puis, s’il avait demandé à Rose de venir, aujourd’hui, c’était peut-être inconsciemment pour qu’elle lui fasse avouer tout ce qui s’était passé depuis sa rencontre avec Jedusor ? Mais Archie avait aussi comme le sentiment que c’était trop tôt, que les choses n’étaient pas censées se passer ainsi…

Cependant, il y avait bien une chose qu’il avait à demander à sa cousine…

- Non, je pense que je m’en sors plutôt bien de ce côté-là, répondit-il avec un petit sourire, moins étincelant que les précédents. En vérité, j’ai bien quelque chose à te demander, mais c’est moins frivole. C’est en rapport avec mes recherches… Je pense que tu as compris que je m’aventure sur un terrain vaste… et qui peut rapidement devenir risqué. Je sais que ce que je risque de trouver va potentiellement attirer l’attention, et donc, je me demandais… Comme tu travailles aux Mystères, peut-être que tu dois connaitre… comment dire… des méthodes pour… conserver ses recherches secrètes. Des sortilèges, des moyens autres… N’importe quoi pour que je puisse m’assurer être le seul à comprendre ce que j’écris.

L’idée avait germé dans l’esprit d’Archibald après sa rencontre avec Tom Jedusor. Et le jeune homme se disait que le plus tôt serait le mieux.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMer 24 Juin - 0:11

❝ Archibald & Rose ❞Les meilleurs conseils se donnent face à verreMatriarche de la famille Yaxley. En voilà une situation peu enviable. Une opinion que peu de ses consoeurs sorcières partageraient. Tibérius est bel homme, jeune, à la tête de sa propre fortune. Il n’y a plus de beau-père sévère et encombrant pour juger les actions d’une éventuelle belle-fille et la mère Yaxley n’est pas des plus encombrantes. Non, en réalité, si on examine de près la situation sur le marché sorcier du mariage sang pur (parce qu’il ne faut pas se leurrer, c’est bel et bien un marché), Tibérius fait partie des célibataires enviables. Et pourtant, l’idée fait frissonner la jeune femme quand elle y pense. Devenir soudainement la matriarche de ceux qui sont ses amis et la femme de quelqu’un qu’elle considère comme un grand frère, malgré ses avances peu subtile. Non vraiment, elle préfère laisser ça à d’autre. Sans compter que si elle fait partie des rares femmes qui travaillent, elle sait que tout voit ça comme une lubie ou une occupation plus ou moins indigne en attendant que quelqu’un daigne lui passer la corde au cou. Personne n’aime voir une femme mariée travailler, encore plus quand elle a des héritiers à produire ou dont elle doit s’occuper. Qui a besoin d’un salaire quand on peut vivre sur l’argent que produise d’autre pour vous ? Le travail après tout, c’est le lot des prolétaire, des sangs mêlés et des nés-moldus qui n’ont d’autres ressources que la force de leurs bras et de leur baguette pour gagner leur pain.

Il n’empêche que toute attachée à sa libertée qu’elle est. Parfois, l’espace d’un instant, Rose se demande ce que ça ferait d’avoir des enfants et puis elle voit Archibald revenir échevelé après une après-midi avec Pulchra et l’envie lui passe. Pourtant, elle ne résiste pas à l’envie de faire marcher un peu Archibald. Il a encore (et c’est peut-être parce qu’il vit avec Garrick) cette naïveté de prendre au premier degré une bonne partie de ce qu’elle lui dit. Rose trouve cette manie attendrissante chez son cousin. Alors sérieuse, elle lui répond :

- Honnêtement, je pense que je ne m’en sortirai pas mal. J’ai toujours été douée avec les enfants. Tu penses que je ne serais pas à la hauteur de la famille Yaxley ? Ca me blesse un peu tu sais. Tibérius ne vaut pas mieux que moi. Je dirais même que je suis un meilleur parti que lui. Je n’ai pas de belle-famille embarrassante qui me suit et se mêle de ses affaires et contrairement à beaucoup de femmes, j’ai l’avantage d’être parfaitement indépendante et d’avoir ma propre fortune. Ca rendrait donc l’alliance financièrement plus intéressante que celles qu’il pourrait faire avec d’autres familles qui cherchent juste un pourvoyeur de fond pour leurs filles. Sans compter que malgré nos différents actuel, on a l’avantage d’être amis. Beaucoup de couples ne peuvent pas en dire autant.

C’est qu’elle aurait presque l’air outrée Rose. On pourrait la prendre au sérieux si ce n’est le petit sourire que l’on perçoit dans ses yeux. Heureusement pour elle, il n’y a pas grand monde pour la prendre au sérieux à par Archie. Si le Chaudron Baveur est rempli, chacun vaque à ses occupations et le brouhaha ambiant empêche les autres de s’intéresser à ses propos. Sinon, elle sait qu’il y aurait sans nul doute eu une vieille rombière pour faire courir le bruit qu’elle se pense assez bien pour prétendre au titre de la matriarche Yaxley. S’il semble risible de s'inquiéter pour si peu du point de vue d’un sang mêlé, Rose est assez avisé pour savoir que l’on a créé des scandales pour moins que ça. Elle décide donc de couper court à la blague avant qu’elle ne prenne des proportions trop grandes pour elle et soulage Archibald de l’effroi qu’il a l’air de ressentir.

- Rassure-toi, je plaisante. Je crois que je vais rester ta cousine célibataire encore un long moment. A propos, tu savais que tante Margaret était persuadée que tu entretenais une petite rêverie à mon égard quand tu étais plus jeune ? Elle était certaine que mes fiançailles te briserait le coeur si jamais je passais le pas.

C’est qu’elle aime bien l’ennuyer. Sous ses airs sérieux, Rosie a de l’humour, même si c’est parfois au dépend des autres, mais elle est rarement méchante. Dans le fond, c’est un jeu entre eux et la jeune femme a souvent soupçonné le jeune homme de continuer à entretenir son image un peu immature à moitié parce que c’est son caractère mais également pour jouer le jeu.

- Ne prends pas l’habitude d’avoir raison. Ça ne t’irait pas au teint. Dis-toi que je vais continuer à avoir raison pour nous deux, c’est une méthode qui a porté ses fruits jusqu’à maintenant.


Ne changeons rien parce qu’on a toujours fait comme ça et que ça marchera toujours. La devise commune à tous les sangs purs s’ils en avaient une. Il n’empêche qu’Archie a raison. Quelque chose a en effet changé chez lui. L’ancienne Serpentard ne sait pas vraiment mettre le doigt dessus, mais elle perçoit une différence. Peut-être une gravité qu’elle ne voyait pas auparavant et sans savoir pourquoi, ça la dérange.

- Tu as l’air plus sérieux, je crois. Je suppose que tu commences à devenir un homme.

Chez les sorciers, comme chez les moldus, on parle très tôt du passage à l’âge adulte. Les dix-sept ans d’un sorcier sont d’ailleurs un âge jugé particulièrement important puisqu’il symbolise ce passage à la maturité de la part du jeune sorcier sortant de Poudlard. C’était il y a un peu plus de dix ans pour la jeune femme et elle se souvient surtout à quel point elle avait eu l’impression d’être tout sauf adulte. Ce n’est venu que bien plus tard. Elle suppose que c’est la même chose pour Archibald, ça n’arrive pas en un claquement de doigts, mais de façon progressive. Si Rose perçoit ce changement, c’est à la fois dans l’attitude du jeune homme, mais aussi dans ses centres d’intérêts. Il a, comme elle, le goût de la recherche. Ils ne sont pas beaucoup dans la famille a le posséder et elle est heureuse de voir que par certains côtés, il lui ressemble autant. Sans pouvoir l’expliquer, elle en tire une certaine fierté. Son ambition la satisfait autant que si c’était la sienne.

- Norbert Dragonneau rien que ça …

Si Rose ne le connaît pas personnellement - elle n’a jamais eu la chance de travailler avec lui, elle le connaît de réputation l’oncle d'Agrippine. Brillant dans son domaine, elle mesure la chance que son cousin a de collaborer avec lui.

- J’imagine sans peine les nouveaux horizons qui s’offrent à toi. Je serais curieuse de voir les résultats que tu parviendras à obtenir. Pas que je veuille changer de baguette, ajoute-t-elle en caressant avec affection celle qui la suit depuis sa rentrée à Poudlard, la mienne est toujours parfaite.

Néanmoins, si elle est enthousiasmée par les possibilités que peuvent offrir les nouveaux composants d’Archie. Elle est plus sceptique quant à l’utilisation qui en serait faite. Rose ne fait pas partie de ses fidèles du Ministère, loin de là, mais elle sent bien que ce que fait Archibald est à la limite des expérimentations que l’on autorise un sorcier à faire par lui-même et nul doute que les Mystères, s’ils avaient connaissance des recherches d’Archie, se verraient sans peine mettre leur nez dedans. Elle préfère laisser ce point de côté pour le moment et demande, l’air de rien :

- Ce que tu envisages de faire changerait fondamentalement la puissance dont un sorcier dispose. Tu as déjà pensé à ce qui se passerait si tes baguettes tombaient dans des mains indésirables ?

On pourrait penser que Rose veut parler de mauvaises mains, mais ce n’est pas le cas. Dans une société aussi polarisée que la leur, aux intérêts souvent extrêmement opposé selon la caste à laquelle on appartient, le mauvais camp n’est qu’une question de point de vue.

Heureusement, par certains côtés, même s’il est désormais un homme, Archibald reste un éternel adolescent et sa réaction lorsque Rose évoque le mariage vaut tous les gallions de son coffre. Elle pouffe comme une adolescente de son côté et essuie une larme de rire.

- Quelle tristesse, je me voyais déjà jouer le rôle de la tante auprès de tes enfants. Je comptais sur toi pour perpétuer le nom Ollivander. Je suppose que tu n’es pas encore prêt !, conclut-elle d’un ton faussement désolé.

La suite est bien plus sérieuse quand elle ajoute :

- De toute façon, les amourettes se font avec n’importe qui, mais nous, on ne peut pas se marier avec qui on veut.


Les Ollivander ne sont pas les plus traditionalistes, mais même Archibald sait qu’une fois que l’on a perdu son statut de sang. On ne le regagne jamais. Heureusement pour lui, il est encore jeune et rien ne presse. Pour le moment, ses baguettes, son travail, la boutique, tout ça est bien important pour lui que l’idée de continuer à perpétuer la lignée et dans le fond, n’est-ce pas mieux ? Elle voit bien qu’il est passionné. Tellement qu’il n’envisage pas l’échec. Elle ne dit rien quand il lui répond qu’il trouvera bien une nouvelle forme de magie. Elle ne veut pas briser ses rêves et lui dire que bien souvent, lorsqu’on entame une recherche, on a plus de chance de ne rien trouver que de faire une découverte. Elle s’inquiète de la question qu’il lui pose. Comme elle l’avait deviné, il n’a pas demandé à la voir pour rien.

- Tu as peur que ça tombe spécifiquement entre les mains de quelqu’un ou c’est plutôt par précaution ? Je ne peux pas te dire ce qu’on fait aux Mystères, tu t’en doutes, mais disons qu’on a pas vraiment besoin de ça. Accéder à notre département n’est possible que si tu sais comment faire et même après, je dirais que rien n’est fait pour que tu puisses trouver ce que tu cherches.

Bien entendu, l’histoire lui donnera tort, mais pour le moment, nul doute que le Ministère et les Mystères en particulier sont inviolables. Cela dit, elle peut tout de même être d’une certaine aide à son cousin, sans pour autant perdre le contrôle sur ce qui a l’air de devenir quelque chose d’un peu plus délicat que prévus pour lui.

- Je crois que tu essaies de voir trop loin quand tu penses aux Mystères. Parfois, il faut plutôt aller du côté de l'inattendu. Quel est la seule chose auquel un sorcier ne pensera jamais ? Les méthodes moldues. On a souvent tendance à être arrogant et à penser qu’ils n’ont rien de perfectionner, mais ils ont des façons de cacher leurs informations auxquelles on ne pense. Je pourrais t’en montrer quelques unes si tu veux.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMer 15 Juil - 0:45

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
Archibald se disait souvent qu’il était né à la mauvaise époque. Quand il voyait le comportement des gens qui l’entourait, surtout le comportement des autres hommes, Archie se sentait particulièrement différent. Car, enfin, en quoi voir une femme travailler était-il gênant ? En quoi les hommes étaient-ils supérieurs ? En quoi prendre soin de soi était-il symbole d’une soi-disant perte de virilité ? Archie ne comprenait pas. Il ne comprenait pas non plus tous ces plans, tous ces mariages arrangés, toutes ces manigances. Le sang, l’idéologie… ça le dépassait, purement et simplement. C’était pour ça qu’il vivait un peu en recul de sa famille, aussi. Car s’il n’avait jamais trouvé de réconfort auprès d’Harry, il aurait pu en trouver auprès des Selwyn. Mais non. Trop de carcans à son goût…

Et pourtant, c’était là que Rose avait principalement grandi, et regardez-là. Une jeune femme fort, indépendante, puissante même, charismatique et plein de tout un tas d’autres qualités ! Archibald admirait beaucoup sa cousine. Il l’aimait aussi énormément, du plus profond de son cœur, et l’imaginer enchaînée à Tibérius Yaxley lui laissait un arrière-goût assez amer. C’est pourquoi, quand elle fit mine d’envisager sérieusement la question, Archibald ne sut quoi répondre. Il l’écouta, haussant les sourcils toujours plus haut, interloqué. Il resta donc un peu bête, pendant un instant, avant d’essayer de se reprendre.

- Euh… Ce n’est pas ce que je voulais dire, Rose, bien sûr que tu serais à la hauteur, mais… Enfin, loin de moi l’idée de t’imposer mon avis, mais… Vous êtes si différents ? Certes, l’histoire du beau parti, blablabla, répliqua-t-il d’un air un peu puéril, mais ce n’est pas tout, quand même… Tu vaux tellement mieux que cet homme austère avant l’âge, Rose. Je sais pas moi, quelqu’un qui te fasse rire et qui t’écoute, pas un type plus borné qu’une mule…

C’était tellement enfantin comme vision des choses… Archie avait beau ne pas réussir à s’attacher vraiment à qui que ce soit, il avait une certaine vision du bonheur en amour, et, pour lui, le véritable amour ce n’était pas avec Tibérius Yaxley qu’on pouvait le trouver. Rose n’avait rien à faire avec lui, elle qui était si forte, si pleine d’ambition.
Mais finalement, Rose le rassura. Ce n’était donc qu’une blague… Pourtant, Archibald n’était qu’à moitié rassuré. Rose plaisantait peut-être, mais toujours était-il que sa blague sous-entendait une certaine réflexion sur le sujet. Rose y avait pensé, et, dans un monde comme le leur, la question du mariage arrivait bien plus tôt qu’on ne pouvait le penser. Archie n’était pas contre, pas totalement, mais pas comme ça, en tout cas. Il ne voulait pas d’un mariage arrangé.

- Ah, ça, répondit le jeune homme avec un petit sourire, rougissant légèrement. Il est possible que le mini-moi que j’ai pu être ait, en effet, longtemps prévu son mariage avec sa chère cousine, avoua Archibald avec un rire dans la voix. Mais c’était surtout comme une grande sœur que je te voyais Rose, et c’est toujours comme ça que je te vois aujourd’hui. Tu es ma famille, tout ce que je veux, c’est que tu sois heureuse. Alors trouve toi quelqu’un qui te plait, si tu as envie d’une histoire, tant que le type est correct avec toi, je serai content.

Archie avait une grande famille, mais peu de proches. Alors ceux qu’il aimait, il voulait en prendre soin, les voir heureux, les protéger, aussi, même s’il doutait d’avoir les épaules assez larges pour ça. Rose, pour lui, c’était plus qu’une grande sœur. C’était la main qui l’avait guidé pendant des années quand, enfant, il se sentait isolé des autres de son âge. Avoir Garrick, c’était bien, mais vivre comme un vieil homme avant même d’avoir atteint ses cinq ans, ça n’avait rien d’enviable. Alors Archie aimait les plaisanteries de Rose, parce que ça lui rappelait qu’ils avaient grandi ensemble, qu’elle avait été là pour lui depuis le jour où elle était apparue dans sa vie.

Soudain, Archibald eut envie de tout raconter à Rose. Tout lui dire, pour Tom Jedusor, pour ces cours de Magie Noire qu’il avait commencé, pour toute cette pente glissante qu’il commençait à dégringoler. Mais il se reprit, se redressa, sortant de ses rêveries, revenant à la réalité. Il ne pouvait rien dire.

- Un homme ? Je préférerais rester un enfant, par moment, crois-moi.

Mais finalement, Archibald n’avait jamais vraiment été ni l’un ni l’autre. Il n’était qu’un entre deux permanent, grandissant inexorablement tout en se rattachant à cette enfance gâchée qu’il essayait de revivre. Et ça, Rose le savait bien. Elle avait assisté à tout ça. Archibald était heureux de pouvoir encore compter sur elle, même maintenant. La voir s’intéresser à sa passion – passion difficilement partageable, il en prenait conscience, parfois – le rendait d’autant plus fier de ce qu’il entreprenait.

- Ma chère cousine aura bien le droit de jeter un œil à mon travail, c’est évident. De toute façon, si je fais des découvertes – et j’espère bien en faire – je compte suivre l’exemple de Norbert : écrire un livre, compiler tout ce que je réussirai à trouver. Enfin, peut-être pas tout, tout. Disons, une grande partie. Vulgarisée. Quelque chose d’abordable même aux non-initiés, pour que les gens commencent à s’intéresser aux baguettes. Leur accorder l’attention qu’elles méritent.

Et pourtant, c’était une attention à double tranchant qu’envisageait Archibald, et Rose ne se fit pas prier pour le lui rappeler. Bien sûr… Archie ne pensait plus qu’à cela, à vrai dire. Surtout depuis sa rencontre avec Tom, et la demande de ce dernier. Oui, forcément, ses recherches seraient dangereuses. Lesquelles ne l’étaient pas ? Alors ça lui faisait un peu peur, de penser à ça, mais pas suffisamment peur pour lui passer l’envie d’aller jusqu’au bout.

Mais pour l’instant, Archie décida de ne pas trop s’attarder sur ce genre de détails. La peur ne ferait que le bloquer. Autant penser à autre chose.

- Je crois bien que mon nom devra attendre un moment avant d’être perpétué, répondit le jeune homme avec un léger rire. On devrait faire un pari, tiens ! Sur qui de nous deux sera parent avant l’autre ! Je sens que c’est un investissement qui pourrait durer sur le long terme ! ajouta-t-il avec un rire franc et clair.

Pourtant, la joie insouciante fut de courte durée. Rose le rappela bien vite à ses obligations et Archie leva les yeux au ciel.

- Rabat-joie, déclara-t-il d’un ton boudeur. De toute façon, toutes ces traditions, là, c’est totalement ridicule. On devrait pouvoir aimer et vivre avec qui on veut, sans avoir à répondre à des attentes bidons. Sincèrement, on est quoi, des contrats ? Ils font des enfants pour avoir assez d’arguments et signer des bouts de papier ? Clairement, si c’est ça, je suis pas prêt à devenir père et à gagner ce paris, je te le dis, ajouta-t-il avec un petit sourire un tantinet moqueur.

Non, Archibald n’était pas pressé, en effet, il avait beaucoup plus important à penser dans l’immédiat, de toute façon. Le cryptage de ses recherches était devenu une véritable obsession dans les derniers jours qui venaient de s’écouler, et Archie espérait sincèrement que Rose pourrait lui donner des pistes. Et, en effet, encore une fois, Rose avait la solution. Les méthodes moldues.

- Les sorciers sont trop arrogants, acquiesça le jeune homme. Parce qu’ils ont du pouvoir, ils se pensent supérieurs. C’est ce qui fait qu’ils n’accordent pas assez d’attention à leur baguette, tout comme il n’accorde pas assez d’attention aux Moldus. Alors si c’est eux la clef, moi, je serais ravi d’en apprendre davantage sur leur méthode de cryptage. Je ne m’inquiète pas d’une personne en particulier…

Menteur.

- Mais disons que j’ai bien compris que je manipule un dossier à risque, alors… Je préfère prévenir que guérir, autant que possible. On est jamais trop prudent quand il s’agit de faire avancer le monde dans lequel on vit : il y aura toujours des gens pour détourner nos bonnes intentions pour en faire des horreurs. J’aimerais éviter ça, donc, sincèrement, si tu peux me montrer ces méthodes, je suis tout ouïe Rose.

Archibald n’était pas sûr de pouvoir un jour remercier suffisamment sa cousine pour tout ce qu’elle avait fait pour lui. Il était un enfant dans un corps d’adulte, et si Rose avait un rôle dans sa vie, c’était très certainement celui d’ange gardien.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMer 22 Juil - 21:24

❝ Archibald & Rose ❞Les meilleurs conseils se donnent face à verreCe qu’il y avait de plus touchant chez Archibald aux yeux de Rose, c’était peut-être ce côté profondément enfantin et à la fois adulte qu’elle trouvait chez lui. Du haut de ses vingt-quatre ans, il ressemblait à un adolescent qui n’arrivait pas à se décider s’il devait quitter l’enfance ou y rester. La comparaison avec son autre petit cousin, Caleb Lestrange, rendait la chose encore plus flagrante. A à peine dix-neuf ans, il était déjà marié et de par son comportement semblait souvent plus âgé que l’héritier Ollivander. Il y a un moment, Rose en est venue à la conclusion qu’il est incapable de décider et dans le fond, c’est ce qui fait son charme. Avec indulgence, elle se dit qu’il a bien le droit de profiter de ce qui reste de sa jeunesse.

Dans le fond, n’est-ce pas Rose et les autres qui sont dans le faux ? A à peine vingt-huit, elle mène déjà une vie fort sérieuse. Où est passé sa jeunesse et son insouciance ? Elle-même ne saurait le dire. Ce qui est sûr, c’est que parfois, elle a l’impression d’avoir le même âge que Tibérius justement, de porter le même poids des années et des responsabilités. Est-ce le travail, la façon dont elle a été éduquée ? Elle ne sait pas, mais la jeune femme sait simplement qu’elle n’est pas de ceux qui ont l’occasion de voir défiler leur vie sans se soucier de rien. Alors elle laisse à Archibald son côté insouciant, sans chercher à le corriger et le mettre sur ce qu’on appellerait le droit chemin. Elle se dit que l’un d’eux doit avoir l’opportunité de profiter, tant qu’il le peut encore.

Il l’amuse et le fait rire avec son air presque choqué lorsqu’elle évoque Tibérius comme un parti potentiel. Si elle n’y a jamais pensé sérieusement, il est vrai qu’en regardant froidement la situation et en faisant la somme des choses, l’idée n’est pas mauvaise. N’importe qui pourrait en convenir. Or, voir les choses de façon aussi binaire et froide ne semble pas faire sens pour ce petit cousin.

- Différent ? Je ne sais pas. Il est simplement plus âgé et plus mature j’imagine. N’oublie pas que tu ne le connais pas comme moi, il y a plus de dix ans de différence entre lui et toi. Il ne va pas te parler de la même façon qu’à moi et puis, on a presque été élevé ensemble. C’est peut-être pour ça qu’il ne m’impressionne pas, ajoute-t-elle avec un clin d’oeil, consciente de l’effet que Tibérius peut avoir sur Archie. Elle trouve les reproches de son cousins un peu dure envers le chef de famille des Yaxley et bien que fâchée contre l’intéressée, elle ne peut pas s’empêcher de le défendre par loyauté. Je ne te trouve pas tout à fait juste avec lui. N’oublie pas que toi, comme moi, on a la belle vie. Il est chef de famille, il a une fratrie encore bien jeune à gérer. Tu deviendrais probablement austère aussi si c’était ton cas. Et puis, sans au risque de t’étonner il peut être amusant et très détendu.

En témoignait la soirée qu’ils avaient passé à l’Emerald’s, peut-être même trop détendu … Ne voulant pas donner l’impression de trop défendre celui qui ne méritait aucune louange pour le moment, elle change de à moitié de sujet, en ajoutant, un peu moqueuse.

- Et puis de ta part, c’est gonflé de traiter les autres de tête de mule.

Merlin savait que Archibald l’était. Oh bien entendu, le jeune homme était facile à vivre au quotidien, mais une fois qu’il avait une idée en tête, vous pouvez bien être Merlin qu’il ne vous accordera pas plus d’attention qu’à un sombral s’il a décidé que c’était la bonne façon de faire.

Heureusement, il sait prendre les choses avec humour et elle sourit avec lui quand il évoque les idées qu’il a pu avoir lorsqu’il enfant. Elle ne se moque pas, consciente qu’elle aurait très pu avoir les mêmes idées si elle avait grandi avec l’équivalent d’un grand frère. Elle choisit de laisser tomber le sujet et sens comme une inquiétude de la part de son cousin lorsqu’ils parlent de sa sorti de l’enfance. Dans un élan d’affection, elle lui prend la main et dit :

- Tu as encore le temps, tu peux rester un enfant si tu veux, elle tapote sa main, mais tu ne ferai et il y a des choses auxquelles on ne peut pas échapper. Grandir en fait partie. Ce n’est pas si mal tu sais.


D’ailleurs, même s’il refuse de le voir, Archibald a grandit. Il se voile simplement la face et Rose le sait. En témoigne les travaux dans lesquels il s’est lancé dernièrement ou encore le sien qu’il prend à essayer de garder ses recherches secrètes. Ce ne sont plus les lubies d’un enfant, mais bien celle d’un adulte qui s’est découvert une passion et se laisse consumer par elle. Archibald a, comme elle, l’esprit d’un chercheur et elle reconnaît facilement les symptômes.

- Un livre ? Rien que ça !

Loin d’elle l’idée de décourager Archibald, mais elle voit bien qu’il n’a pas l’habitude d’être freiné dans ses élans de créativité. N’est pas écrivain, même scientifique, qui veut. Norbert, aussi sympathique soit-il, reste un génie en son genre. Archie est-il de la même veine ? Peut-être, mais même les génies doivent éviter de se brûler les ailes. Cependant, elle ne veut pas doucher son enthousiasme, elle apparaît déjà bien trop comme rabat-joie aux yeux du jeune homme.

- Je refuse de parier avec toi déclare-t-elle de tout go. Je sais comment ça va se passer, tu serais capable de m’arranger toi-même un mariage pour gagner. Je suis certaine qu’il y a une âme de Serpentard caché sous ses vêtements !

Un compliment de la part de Rose qui porte une grande affection à la maison qui fut la sienne tout au long de sa scolarité. Les gens ne voyaient que les défauts qu’on attribuait à sa maison comme l’arrogance, mais il fallait bien reconnaître que les sorciers n’en manquaient pas, peu importe la maison dans laquelle ils avaient fait leur classe. Son cousin semblait d’ailleurs de son avis, même s’il allait un peu trop loin pour elle.

- Les sorciers sont arrogants, pas toujours sans raison. Il ne faut en effet pas mettre les moldus de côté, ils ont des choses intéressantes et il vaut toujours mieux connaître l’autre, il n’empêche qu’ils n’auront jamais la magie. Au mieux, ça les rend différents, au pire inférieur. Il ne faut pas oublier que ce sont les moldus qui ont commencé les hostilités en tentant de brûler des sorciers par peur de ce que nos pouvoirs pouvaient faire. Ce faisant, ils ont tué beaucoup des leurs et dans d’atroces souffrances. Ce qui vient de se passer en Europe moldue n’est qu’un autre exemple de ce qui arrive quand les moldus ont peur des autres. Ils tentent d’exterminer leur prochain. Les sorciers leur sont supérieurs ne serait-ce que par la morale. Plutôt que de répondre à la violence par la violence, nous nous sommes retirés et depuis, nous vivons en paix. Il ne faut jamais oublier que c’est le secret magique …

Elle s'interrompt avec un petit rire et fait un geste de la main pour attirer le serveur vers leur table.

- Pardon Archibald, je me suis lancée dans un vrai cours d’histoire barbant au possible et tu ne m’arrêtes même pas. Quoiqu’il en soit, tu as raison. Il y a des choses intéressantes à étudier chez eux et il ne faut pas automatiquement les mettre de côté simplement parce que ce sont des moldus. Si tu veux, on peut prévoir de se voir chez moi la semaine prochaine pour tester différente méthode de cryptage et voir celle qui te convient le mieux. Qu’est-ce que tu en penses ?


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitimeMar 11 Aoû - 13:58

Les Meilleurs Conseils Se Donnent Face A Un Verre
ft. Rose Ashford-Selwyn
Souvent, c'était l'adjectif « enfantin » qu'on accordait à Archibald, et ceux qui le faisaient n'étaient jamais totalement dans le faux, mais jamais non plus totalement dans le vrai. Car Archibald était loin d'être un enfant et, finalement, il avait cessé de l'être depuis longtemps. Comprendre, avant même de savoir lire et écrire, qu'on n'était pas un enfant désiré, c'était suffisant pour grandir très vite. Pourtant, Archie renvoyait en permanence une certaine naïveté à la face du monde, comme si le temps n'avait pas de prise sur lui. Une sorte de syndrome de Peter Pan dans son comportement, mais ses actes témoignaient d'une certaine maturité également : Archibald se démenait comme un beau diable pour développer la boutique de son oncle, trouvait de nouveaux moyens de prospérer, s'initiait constamment à de nouvelles méthodes… Il apprenait en permanence et, à ses yeux, c'était là un signe de maturité probant. Créer et apprendre étaient deux choses sans lesquelles on ne pouvait prétendre être un adulte, selon Archibald.

Pourtant, le jeune homme n'était pas prêt à créer quoi que ce soit en termes d'union, de mariage ou autre. Et, peut-être un peu égoïstement, il ne voyait pas non plus Rose faire cela. Peut-être, en un sens, la voyait-il lui aussi encore comme l'enfant qu'elle avait été, comme cette grande-sœur qu'il avait toujours vu en elle, douce et présente. Il ne pouvait pas imaginer que, d'un jour à l'autre, elle deviendrait une matriarche, une femme mariée. Aux yeux d'Archibald, ça semblait faux, trouble, comme inconcevable. Et pourtant, d'un autre côté, il savait aussi ça inéluctable. Mais, sincèrement, si cela devait arriver un jour, Archibald souhaitait du plus profond de son coeur que Rose trouve quelqu'un qui saurait la rendre heureuse avant tout, et il doutait que Tibérius en soit capable, et ce même s'il ne connaissait pas l'aîné des Yaxley aussi bien que sa cousine…

- Mouai… Bon, si tu le dis, répondit le jeune homme, un léger sourire aux lèvres. Je t'avoue que j'ai du mal à associer Tibérius avec de l'humour mais… non, en fait, y'a pas de « mais », ça me paraît totalement improbable ! Je crois que j'aurais toujours du mal avec Tibérius… Il semble totalement différent des autres. Mais, d'un côté, je le plains aussi, ajouta le jeune homme avec un air un peu plus sérieux. Quand on est tout seul, c'est simple de prendre des décisions, même quand on est chef de famille : on a à se préoccuper de personne. Mais avec une si grande famille… J'imagine qu'il doit vouloir les protéger un peu de tout. Il suffit de le voir agir avec Pulchra : il fait preuve d'une certaine douceur avec elle, à vrai dire… Bon, il ne doit pas être si horrible que ça, je te l'accorde, finit-il par reconnaître.

Archibald lâcha un rire à la remarque de sa cousine et hocha la tête, reconnaissant ses tords. Oui, c'était certain, Archie était buté. Enfin, il se considérait davantage comme déterminé, mais la limite devait être assez floue, au fond. Après tout, une fois qu'il se penchait sur quelque chose qui le passionnait, il ne se laisser pas distraire de son objectif, et il allait toujours jusqu'au bout des choses. Parfois, même, il allait un peu trop loin… Et ça lui faisait peur, et il redevenait un enfant. Un enfant heureux de pouvoir compter sur sa grande-sœur pour le réconforter, comme à la fin d'un cauchemar. Il serra la main de Rose dans la sienne, heureux de la savoir présente pour lui, de pouvoir être présent pour elle.

- Oh oui, je sais bien que c'est pas si mal… Je peux faire tout un tas de choses dont je rêvais, étant enfant, et concrétiser ses rêves, c'est la meilleure partie de la vie d'adulte ! Mais… Je n'ai pas envie d'impliquer d'autres personnes dans mes choix, pour l'instant. Je ne sais pas si c'est égoïste ou altruiste, si c'est enfantin ou mature, mais… Former une famille, c'est des responsabilités, et si on a pas pris le temps d'être prêt à les endosser… Tout s'écroule, et, au final, ça fait plus de mal que de bien. Alors autant prendre son temps, ajouta-t-il en s'étirant, un nouveau sourire aux lèvres. Je serais prêt un jour, je suppose, mais pas maintenant !

Oui, pour l'instant, mieux valait se concentrer sur ses propres objectifs. Archie était persuadé que le chemin qu'il ferait dans ses recherches lui donnerait la maturité nécessaire pour la suite. Il comptait sur la vie pour le former, et il n'était pas pressé. Il tirait des plans sur la comète et ça lui allait bien comme ça, pour l'instant. Quand le temps serait venu, il serait prêt, mais ce n'était pas maintenant.

- Oui, un livre. En fait, je voudrais commencer par les bases : reprendre ce qu'on sait de la création de baguette et l'expliciter, parce que, vraiment, je sais pas si tu as déjà lu un livre sur le sujet, mais les fabricants n'étaient clairement pas concernés par la mise en forme : la plupart du temps, les livres sont vieux, illisibles, se sont des copies écrites à la main et, si on n'a personne pour nous guider dans la lecture, on s'y perd très facilement. Alors ce serait bien de repartir des bases, de mettre tout ça au propre en ajoutant les nouvelles découvertes – comme les effets des échantillons que Norbert m'a confié – puis après, pousser plus loin, entamer les vraies recherches… Enfin, je n'ai pas encore le sommaire précis, mais je voudrais laisser quelque chose qui permette de former de nouvelles générations de créateurs.

Archie pensait beaucoup à l'avenir, sur ce plan-là. Il voyait bien que la profession n'était plus un métier d'avenir - après tout, combien de temps avaient-ils mis avant d'embaucher Elizabeth ? Et la jeune femme n'était arrivée là qu'un peu par hasard… - et il voulait remédier à ça. Il voulait relancer la création, montrer que, non, une seule famille fabricante pour des milliers de sorciers, ça ne suffisait pas.

Et en parlant de famille…

- Oh, tu n'imagines pas à quel point, acquiesça Archibald, en souriant de toutes ses dents. Mais quand même, je ne la jouerais pas si roublard ! Je serais bien capable de gagner sans ça, de toute façon !

Archibald ne crachait pas sur un peu d'ingéniosité quand il le fallait, mais il restait fondamentalement franc. C'était sûrement pour cette raison qu'il était allé à Serdaigle et non à Serpentard. Il disait ce qu'il pensait, avec plus ou moins de forme, c'était certain, mais tout de même. En témoignait son point de vue sur la communauté sorcière. Malgré ce que pouvait dire Rose, son opinion ne changeait pas : certes, les moldus n'avaient pas que des bons points à faire valoir, mais les sorciers non plus. Aux yeux d'Archibald, la pire erreur des sorciers était et resterait l'inconscience de leur magie. Seuls les Né-Moldus prenaient réellement conscience de la valeur de cette dernière, et encore : une fois bien installés dans leur nouveau monde, ils tenaient leurs pouvoirs pour acquis.

Et pour ce qui était de la paix… Rose oubliait un peu trop facilement les dégâts de Grindelwald au goût d'Archibald. Et puis, tout le reste… Les sorciers, comme les moldus, et comme tous les hommes, ne pouvaient pas vivre en paix. Malheureusement, le conflit faisait fondamentalement partie de leur essence.

Mais Archibald n'eut pas le temps, ni l'envie, d'exposer tout ça. Rose changea de sujet, revint sur le cryptage. Archie la laissa parler sans rien dire, puis afficha un petit sourire pensif.

- Avec plaisir. Ça nous permettra d'être au calme pour continuer à parler de tout ça ! Ce sera certainement mieux que de faire ça au milieu des bavardages, ajouta-t-il en riant. Non, non, laisse, c'est moi qui invite. Ça me fait plaisir, c'est pas tous les jours qu'on passe de bons moments à discuter tranquillement comme ça, tous les deux.

Il sourit à sa cousine. Il était conscient de défendre quelque chose qu'elle ne saisissait pas vraiment, mais tant pis. Il était trop paisible pour soulever cette différence.

Au fond, lui, le conflit, ça lui passait totalement au-dessus.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Empty
Message#Sujet: Re: Les meilleurs conseils se donnent face à un verre   Les meilleurs conseils se donnent face à un verre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Les meilleurs conseils se donnent face à un verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-