AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Défaite de famille + Rose & Thadd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 114
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne. Volage et multipliant les conquêtes sans lendemain, cherchant cependant une épouse digne de ce nom.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeSam 23 Mai - 23:16


Défaite de famille
Rose, Thadd & Tibérius
Ce n’est pas sa faute. Voilà ce que se répète Tibérius alors qu’il joue avec Pulchra au pied du sapin de Noël, sa petite sœur étant très occupée à réinventer une bataille entre un dragon jouet miniature et quelques sorciers. A l’évidence, Thaddeus est toujours vexé. Rose, il n’en parle même pas. S’il compte bien, leur mère a dû l’obliger à s’excuser environ vingt-huit fois auprès de son frère, ce que Tibérius a fait de mauvaise grâce, essentiellement pour avoir la paix et pouvoir manger dans le calme. Il soupçonne ses autres frères et sœurs d’avoir pris des paris sur celui qui craquera le premier, d’ailleurs, et leurs mines goguenardes l’agacent, surtout qu’il a l’impression que toutes leurs messes basses le visent lui. Est-ce qu’il regrette, pour autant ? Sans doute un peu. Au fond, il sait bien qu’il n’aurait pas dû réagir aussi violemment. Mais c’est facile de se le dire rétrospectivement, maintenant qu’il est encore plus de mauvaise humeur à cause de cet article du Sorcier du Soir, que sa mère a trouvé hilarant, déconnectée qu’elle est de toute réalité. Rien qui ne puisse gâcher les fêtes de Noël ou dont tu doives te préoccuper, a-t-elle dit. Tu parles, a eu envie de répondre son fils. Tout est gâché, et ça va continuer. Était-ce de tout cela que Rose voulait parler à Thaddeus ? Peut-être, mais Tibérius serait sans doute plus porté à l’indulgence s’il pouvait se sortir du crâne cette scène intime. Finalement, il attache sans doute plus d’importance à la relation qu’il entretient – ou plutôt n’entretient pas, à l’heure actuelle – avec la jeune femme. S’excuser ? Mille fois non, elle n’a qu’à s’expliquer, et puis même maladroitement, il a quand même fait un pas en lui écrivant alors qu’il n’était pas obligé, ce qui lui a déjà beaucoup couté…s’excuser sans en avoir l’air est un art difficile, surtout avec quelqu’un comme Rose, assez fine pour ne pas être dupe.

Il a beau faire, il est vexé. Qu’elle ne s’intéresse pas plus à lui ? Sans doute. Qu’elle s’intéresse à d’autres ? Encore plus. Surtout son frère, suprême traitrise, parce que ça a vraiment l’air de ça. Comme l’intéressé boude, c’est peut-être qu’il a quelque chose à cacher. Le raisonnement de Tibérius n’est pas très rationnel, mais dans tous les cas, mieux vaut prévenir que guérir : fiancer Thadd à quelqu’un d’autre remettrait peut-être un peu d’ordre dans tout ce délire et ces flirts intempestifs. Et histoire que Rose soit au courant, le nouveau patriarche des Yaxley juge que le moment le plus approprié pour l’annoncer, c’est aujourd’hui, jour où ils reçoivent les Selwyn.

L’elfe passe une tête dans le salon, l’informant que les Selwyn arrivent à l’entrée du parc – une partie des Shafiq est déjà présent aussi, du fait des fiançailles entre Gaia et Ryadh Shafiq. « Viens, Pulchra. Tu seras sage, hein ? » Obtenant sans difficulté l’approbation de sa petite sœur, il la prend gentiment par la main pour rejoindre les autres, rassemblés dans le hall pour attendre leurs invités. Les premiers mots qu’il adresse à ses proches sont autoritaires, encore, mais tant pis. « Bien, les Selwyn ne vont pas tarder à arriver. Je sais que c’est difficile pour tout le monde…mais j’aimerai qu’on essaye tous de faire un effort. » Après tout, c'est la première fois pour tous que leur père n'est pas avec eux à cette période. Il rajuste sa cravate, trahissant son malaise. Son père savait si bien faire ça…mais lui ? Ce serait plus facile avec l’appui de Thadd, dans une meilleure ambiance, sans doute. Et aucune des annonces qu’il ne va faire ne s’apprête à arranger les choses. Ni avec son frère, ni Rose. Fierté, quand tu nous tiens…Au fond, cela lui pèse, et il aimerait bien retrouver ne serait-ce que leurs échanges à propose de leurs projets littéraires. Thadd ne lui a même pas vraiment souhaité son anniversaire, de quoi gâcher la fête... Mais l’avouer, c’est une autre histoire, car ça nécessite de se remettre en cause, ce qui reste difficile pour Tibérius. D’ailleurs les mots qu’il murmure à Thaddeus ne trahissent pas vraiment une quelconque forme de regrets, plutôt un agacement certain. « Je me suis déjà excusé, est-ce que tu ne veux pas me faciliter un peu la vie au moins aujourd’hui et faire bonne figure ? » Ce n’est quand même pas trop demander qu’il quitte cet air de gamin boudeur – peut-être parce que c’est déjà la place que Tibérius occupe parfois lui-même. D’ailleurs, apercevant de près les Selwyn, il murmure pour lui-même : « Merlin, ils ont ramené cet abruti de Caelum, rien ne me sera donc épargné. » Les mondanités ne sont pas son genre. Surtout dans une ambiance d’apocalypse, un cousin qu’il déteste, et a minima deux personnes en colère contre lui.

Peu importe, il plaque un sourire lisse sur son visage alors que les Selwyn approchent. « Ravi de vous revoir tous…permettez moi, en mon nom et en celui des Yaxley, de vous souhaiter le meilleur pour 1948. » Chacun serre des mains, on s’embrasse, les effusions durent un temps infini. Il voudrait déjà être loin, retourner dehors pour examiner les terres, parcourir la propriété campagnarde avec ses chiens, avant même d’en arriver à saluer Rose. « Rose. Ça faisait un moment. Excellente année à toi. » Guère plus. C’est extrêmement impersonnel, ce n’est pas ce qu’il voudrait dire, mais tant pis ; ce n’est pas comme s’ils pouvaient vraiment parler de toute façon.  « Ah, Monsieur Selwyn…cousin Caelum…est-ce vous connaissez M. et Mme Shafiq… Ryadh, mon futur beau-frère… » Merlin qu’il est mal à l’aise dans cet exercice. Il n’est définitivement pas son père, et Tibérius ne rêve que d’une chose : expédier cela au plus vite. « Peut-être pourrions nous d’ores et déjà passer à table ? » Les invités se mettent en branle, et il échange quelques nouvelles du Ministère avec le patriarche Selwyn. Quand il jette un œil autour de lui, Tibérius s’aperçoit cependant que Rose et Thaddeus semblent en grande discussion, et sans ambages, il y met son grain de sel : « Alors, les retardataires, on fait des messes basses ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 443
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeLun 25 Mai - 23:29

❝ Thaddeus, Tibérius & Rose ❞Défaite de familleA l’aube de ses onze ans, Rose est officiellement présentée au monde comme étant une nouvelle addition de la famille Selwyn. Née du mauvais côté du lit certes, mais Selwyn tout de même. L’hostilité de sa famille lui a valu de garder le “Ashford” dans son nom de famille, mais l’appuis de l’impitoyable Margaret Selwyn lui vaut néanmoins ses entrées dans le monde très fermés dans Sang Pur Britannique. C’est probablement pour ça, qu’elle est invitée, l’année précédant sa première rentrée à Poudlard, à participer au traditionnel repas de début d’année des Yaxley. Ses oncles, tantes et cousins sont des habitués puisque les familles sont proches, au plus grand déplaisir de certains, mais il n’est pas question d’y couper pour autant.

La jeune Rose, habituée au faste de la maison ducale de ses parents n’est pas spécialement intimidée par celui de la maison de ses tout nouveaux cousins. Par contre, l’oeil sévère du patriarche, à peine adoucis par les remarques pleine de sympathie de sa femme, ne suffisent pas à mettre la jeune fille à l’aise. Délaissée par ses cousins, Caelum et Vega, qui du haut de leur 16 et 18 ans trouvent cette petite cousine bien encombrante, elle n’affiche un sourire que lorsqu’elle rencontre enfin la - très - nombreuse fratrie Yaxley.  Si Tibérius est trop âgé, du haut de ses 17 ans, pour être intéressant aux yeux de la jeune Rosie, Thaddeus, Marciana et Gaia font des compagnons de jeux parfait.

Depuis, elle a assisté chaque année au grand repas et elle l’a toujours attendu avec impatience. Les réjouissances étant également l’occasion de fêter l’anniversaire de l’héritier de la famille, les repas n’en étaient que plus festifs. Cette année fait exception à la règle et c’est avec des pieds de plombs qu’elle a transplaner chez son oncle et sa tante ce matin. Bien qu’elle soit persuadée d’être droite dans ses bottes comme disent les moldus, elle ne peut pas s’empêcher de se sentir mal à l’aise face à la dispute qui l’oppose à Tibérius. Ils ont toujours été bons amis, même quand elle n’était encore qu’une enfant qui ne faisait que lui chercher des noises à l’aide des jumelles. Sans compter qu’elle sait que la tension entre les deux frères n’est toujours apaisés et qu’elle s’en sent en partie responsable. Pas assez pour tenter de justifier ce qu’elle n’a pas à justifier. Elle sait que du côté de l’aîné des frères Yaxley, le sentiment est similaire puisque Thaddeus lui a dit que TIbérius n’avait pas l’air prêt à faire des excuses sincères. Ils vont donc passer le repas à jouer à ce bel exercice d’équilibriste qui consiste à donner le change tout en faisant comprendre de part et d’autres qu’on est particulièrement déçu et offensé par l’attitude de la partie adverse, le tout un sourire aux lèvres.

A bien y réfléchir, Rose est presque contente de la présence de Caelum a ses côtés. Il a été convenu qu’ils iront ensemble chez les Yaxley. La femme de Vega est proche de son terme et ne peut pas se déplacer, sa tante est  donc exceptionnellement absente et cette année, c’est à Rose, Caelum et son oncle de représenter les Selwyn. La jeune femme sait que Tibérius ne porte pas son cousin dans son coeur et elle sait que le sentiment est réciproque. A défaut d’être la compagnie qu’elle aurait choisie, il fait au moins un parfait bouclier, puisque Rose, en bonne serpentard qu’elle est préfère éviter la confrontation -qui ne manquera pas d’arriver - autant qu’elle le peut.

Heureusement, il y a du monde puisque les Shafiq sont aussi présents, Rose repère Reha et Riyhad avec Gaia qu’elle salue avant de passer par le reste de la fratrie. Gaia l'accueille plus froidement que d’habitude avec un :

- Je ne sais pas ce que vous avez fait Thaddeus et toi, mais pitiez, faites quelque chose Tibérius est insupportable. On voit bien que tu ne vis pas avec.

Un peu gênée, Rose continue son tour pour finalement tomber sur Tibérius. S’il se montre particulièrement froid, Rose est bien décidée à être extrêmement aimable de son côté. Quoique toujours particulièrement vexée par l’attitude de l’aîné des Yaxley, et son refus de s’excuser autrement que par un simulacre de courrier, elle ne veut pas être celle qui semble mesquine dans cette histoire, surtout en public. Elle lui offre donc un sourire aimable.

- Bonne année Tibérius.

Elle poussa jusqu’à faire la traditionnelle embrassade de nouvelle année en ajoutant un :

- Et bon anniversaire, on a pas eu l’occasion de se voir avant.

En temps normal, elle aurait même prévus un cadeau. S’ils ne sont pas assez proches pour le fêter ensemble, elle a toujours tenu à offrir quelque chose. Néanmoins, cette année, elle estime que si elle lui offre son pardon, il sera déjà bien récompensé. Le bal des embrassades continuent jusqu’à ce que TIbérius propose de passer à table. Caelum la prend par le bras en lui murmurant à l’oreille, un sourire enjôleur aux lèvres :  

- Viens t’asseoir à côté de moi, je crois que je ne survivrais pas si je dois passer le repas à côté de l’autre folle.

Rose fronce les sourcils avec réprobation. Certes, la matriarche des Yaxley n’est plus ce qu’elle était, mais elle reste tout de même leur tante et la jeune femme trouve de très mauvais goût le fait de le rappeler. Si Caelum semble avoir oublié à quel point il a fait part de son déplaisir à l’idée qu’elle soit admise dans la famille, Rose, elle, n’oublie pas même s’il déploie des trésors d’imagination pour se montrer charmant et prévenant à son égard. Elle se dégage doucement en souriant et murmure une semi-promesse.

- J’arrive, j’arrive, mais je dois absolument parler à Thaddeus avant de passer à table.


Et sans lui laisser le temps de répliquer, elle se dirige vers son ami qu’elle n’a que brièvement salué tout à l’heure.

- Sauve-moi cinq minutes, je crois que Caelum a l’intention de me coller toute la journée. Fais semblant qu’on discute de quelque chose d’important.

Thaddeus n’est pas toujours le plus fin et il lui faut parfois un certain temps pour comprendre une situation, mais elle le sait rompu -  bien plus que son frère - aux mondanités en tout genre et elle peut compter sur lui dans ce genre de situation.

- Comment est-ce que ça va ? J’imagine que l’ambiance n’est toujours pas au beau fixe ? Gaia m’a accueilli assez froidement tout à l’heure, elle avait l’air de dire que ton frère vous faisait vivre un enfer. Je suis désolée, je ne pensais pas que ça prendrait des proportions pareille.

En parlant du loup, il n’en faut pas plus pour le voir arriver dans la bergerie. Toujours décidée à être aimable, Rose se pare de son sourire dédié aux occasions de ce genre et répond avec désinvolture.

- Pas du tout, je disais à Thaddeus que j’étais bien embêtée. Puisqu’il semblerait que nous sommes toujours en froid, j’ai apparemment perdu mon cavalier pour la soirée de la semaine prochaine au Ministère. Vu les paroles aimables que tu as eu à mon encontre et celle de ton frère la dernière fois que nous nous sommes vus, sans compter le contenu de ta lettre, j’en ai déduis que je ne pouvais pas t’imposer cette corvée. Caelum s’est proposé bien entendu, mais j’expliquai à ton frère que je préférais éviter.

Rose cherche rarement le conflit, ça ne veut pas dire qu’elle ne sait pas rendre les coups au besoin.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeJeu 28 Mai - 13:21

Quelque chose - mais quoi ? - s’était passé chez les Yaxley, quelques jours avant Noël. Toute la famille avait senti le vent glacial qui avait soufflé sur les relations entre Tibérius et Thaddeus. Personne ne savait pourquoi les deux frères, qui s’étaient toujours bien entendus, se regardaient soudain avec animosité. Ni l’un ni l’autre n’avait pris la peine de raconter au reste de la tribu l’épisode peu glorieux de la bibliothèque, survenu quelques jours avant Noël et responsable du décès brutal de l’esprit du même Noël. Les fêtes s’étaient déroulées dans une ambiance exécrable. Tibérius avait ostensiblement oublié que le 22 décembre était l’anniversaire de son cadet ; pour la fête de Noël proprement dite, tous deux avaient respecté une sorte de cessez-le-feu, par égards pour les autres, mais les regards en-dessous n’avaient trompé personne. Leur mère s’était entremise, sans vraiment savoir ce qui s’était passé mais avec un parti pris évident pour Thaddeus, comme d’habitude. Tibérius avait craché d’innombrables excuses, sur un ton amer qui ne laissait aucun doute sur sa sincérité. Thaddeus avait fait mine d’accepter ces excuses, à peu près sur le même ton, de sorte que début janvier, rien n’était réglé.

Thaddeus s’était fait un devoir de ne pas souhaiter à son frère un joyeux anniversaire au jour dit ; cela ne lui plaisait pas, à vrai dire, mais il sentait qu’il ne devait pas céder. C’étaient leurs premiers anniversaires, leur premier Noël sans leur père, et la fatalité voulait qu’ils fussent fâchés - pour la première fois, là encore - pour les passer. Si encore Tibérius avait fait semblant de regretter son emportement… mais il n’y avait rien à faire. C’est que c’est têtu, ces bêtes-là.

Au matin du traditionnel repas de début d’année des Yaxley, Thaddeus avait promis à sa mère de faire un effort. Inquiète de voir ses deux grands en mauvais termes, elle avait jugé bon de rappeler certains principes, mais son cadet l’avait rassurée ; il savait se comporter dans le monde et n’avait pas l’intention d’étaler leurs désaccords devant les invités. Il ne montra aucun signe d’animosité ou même d’agacement lorsque Tibérius lui demanda de lui faciliter la vie ce jour-là ; il répondit d’un sourire que son frère sembla trouver exaspérant, puisqu’il se détourna aussitôt. Bien sûr, tu t’es excusé, hypocrite, mais de quelle manière.

En homme rompu aux mondanités, Thaddeus savait offrir un visage lisse aux invités, et il se mit à présenter ses voeux aux arrivants sur le ton enjoué qu’on lui connaissait. Ce n’est qu’à la fin d’une interminable litanie de salamalecs que Rose s’avança vers lui pour lui parler. Les relations entre eux avaient retrouvé un cours normal après un échange de courriers, et ils avaient convenu, tacitement, de faire front commun contre Tibérius. Il finirait bien par comprendre qu’il n’aurait pas gain de cause. Thaddeus fit un geste en direction de Caelum pour le prier de s’éloigner (mais oui, tu la reverras, ta cousine) et ils purent enfin parler un peu. Rose mentionna d’emblée la froideur de Gaia à son égard ; Thadd sembla soudain agacé et lâcha un “Non mais Gaia…” aigre. Après tout, elle avait sa part de responsabilité. Suite à l’épisode de la bibliothèque, Thaddeus s’était renseigné, avait fini par comprendre ce qu’était un suçon et, par ricochet, à quel point sa soeur s’était fichue de lui. On a beau planer loin du commun des mortels, certaines choses sont douloureuses, et il avait été profondément blessé par l’attitude de sa soeur. Qu’elle ne vienne pas se plaindre, ou il saurait abandonner sa placidité ordinaire pour lui dire ses quatre vérités.
Avant qu’il ait pu préciser sa pensée, Tibérius vint les rejoindre, s’inquiétant de voir converser en privé deux personnes dont il avait des raisons de se méfier. Rose se lança dans une histoire au sujet de la soirée du Ministère à laquelle tous trois devaient participer, et Thaddeus embraya :

-Malheureusement, comme je le disais à Rose, je ne peux rien pour elle… Je suis déjà accompagné pour cette soirée, et ce serait tellement
(il appuya avec force sur le mot) incorrect de laisser choir une dame au dernier moment… je ne peux vraiment pas me décommander auprès de ma cavalière, ce serait vraiment impoli. Je suis vraiment désolé, Rose, j’aurais été ravi, en tant qu’ami, de te rendre ce service.

Et il se tourna vers son frère pour s’assurer qu’il avait saisi tous les sous-entendus de cette brève conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 114
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne. Volage et multipliant les conquêtes sans lendemain, cherchant cependant une épouse digne de ce nom.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeLun 22 Juin - 0:36


Défaite de famille
Rose, Thadd & Tibérius
Il ne faut pas croire que Tibérius vive exactement bien ce qu’il s’est passé. C’est sans doute la première fois qu’une brouille de telle ampleur agite la famille, et que son propre caractère, qui le place de facto en position de lutte avec le monde entier, influe sur ses relations avec sa famille. Il n’aime pas que Thadd ait ostensiblement ignoré son anniversaire, il déteste avoir acheté un cadeau pour celui de son cadet, avoir hésité, et finalement, décidé qu’il serait plus simple de ne pas le faire. Pourquoi serait-il le seul à faire des efforts ? Lui, au moins, a fait semblant de s’excuser et plus concrètement, lui est allé menacer de mort les journalistes du Sorcier du Soir. Non, ce n’est pas sa faute. Se remettre en cause ? Non, pas question, après tout…il n’est pas dans son tort, si ? Comment aurait-il pu réagir autrement ? Et c’est pareil pour Rose, de toute façon : quand on n’a rien fait de mal, on s’expliquer et ça règle problème. Cependant, cette mauvaise humeur est clairement plus difficile à tenir quand on est blessé et qu’on se retrouve face aux deux personnes, qui semblent avoir décidé de la jouer plus finement que vous et ne pas vous donner prétexte à mordre. C’est plus difficile à jouer également quand vous êtes mal à l’aise parce que vous devez gérer une réunion de famille que vous n’êtes pas sûr de pouvoir tenir. Et Tibérius est précisément dans ce cas. Dans d’autres circonstances, Rose et Thadd auraient pu être des alliés utiles…Et il faut bien avouer, quant à Rose, que toute cette dispute le contrarie bizarrement. Comme, tout aussi étrangement, il est surpris et un peu déstabilisé par ses vœux, auquel il ne sait que bredouiller en réponse : « Oh. Et bien…merci. Je suppose. »

A vrai dire, il est animé par un mélange curieux de colère et de volonté de réconciliation. Mais comme Tibérius n’est jamais à l’aise avec ce qui est de l’ordre de l’émotionnel, cela se traduit toujours par une volonté d’aller au contact sans doute trop agressive – mais d’aller au contact quand même, ce qui est un progrès. Quoique, vu la volée de bois vert, subtile et piquante qu’il se prend en retour. Cependant, il est proprement indigné qu’on ne puisse pas croire qu’il tiendra ses engagements, ce qui lui coupe un peu le souffle : « Ce n’est pas…c’est… » Sentant qu’il n’aura une fois de plus pas gain de cause, il ajoute avec raideur : « Je n’ai qu’une parole. » Puis avec le même air de dignité blessée :  « A moins que tu ne veuilles pas de moi et que tu préfères bien sûr que ma réponse soit franchement non.  » Ce qui revient à retourner son argument contre Rose, selon lui. Mais au fond, il préfèrerait que la blonde ne le reprenne pas de revers. Il a trop de choses à gérer pour entamer une nouvelle dispute, et étant déjà  dans un état de nerfs assez pitoyable, il consent à maugréer quelques mots plus apaisés, selon lui du moins : « Écoutez…est-ce qu’on ne peut pas en parler plus tard ? Je ne suis pas…pas fermé à la discussion, mais ce n’est pas le bon moment, encore moins pour les piques revanchardes, je suis content de voir que vous maitrisez mieux que moi l’art des subtilités, mais en l’occurrence, ça relève de la perte de temps pure et simple… » C’est maladroit, encore. Mais Tibérius n’est jamais à l’aise dans les subtilités : il préfère les remarques froides et directe. C’est son style, mais il faut avouer que ça n’aide pas à apaiser les tensions. Surtout qu’il joue seul contre deux. Regardant nerveusement sa montre pour éviter les critiques, il ajoute : « Bon. Ce n’est pas exactement ce que je voulais dire. Vous avez compris l’idée. » Bon, peut-être pas. Tant pis. Dans un aveu plus surprenant, il ajoute, jetant un œil circulaire aux invités : « Je ne vais pas essayer de cacher que c’est assez…difficile, disons, pour moi. De gérer toute cette journée, je veux dire. » Son regard s’arrête enfin sur Rose et Thadd, et le masque dur, qui avait disparu un instant, reparait. « On en reparlera plus tard. Si je n’ai pas tué Caellum d’ici là. Au passage, Rose, si tu veux bien être assez aimable pour lui dire que s’il insulte encore une fois notre mère, je le passe par la fenêtre, ça m’arrangerait. Je pense que ça fera mauvais genre si je le fais directement… » Car ce qu’il a compris à demi-mots, ou cru comprendre, ne lui plait pas du tout de ce point de vue. Et peu importe les circonstances et ses propres rapports avec sa mère, il ne laissera personne l’insulter sous son toit. Pulchra choisit ce moment là pour glisser sa petite main dans la sienne, signe qu’on l’attend. Le ton doux qu’il emploie pour lui parler tranche avec le reste, sans surprise : « Oui, ma chérie, je viens. »

Car la partie la plus pénible ne fait que commencer. « Ahem. » Une fois installés, Tibérius se lève de nouveau. « Il est d’usage que le maitre de maison fasse un discours, et même si les circonstances sont particulières, il me semblait bon de reprendre cette tradition aujourd’hui. » Ayant à présent l’attention de tout le monde, il se lance dans cet exercice difficile et longtemps dévolu à son père. «  Je serai bref, rassurez vous, je ne voudrais pas vous priver longtemps de vos plats. » Il s’attire quelques rires, même si ce n’est pas réellement une blague. « Tout d’abord, je tiens à vous renouveller tous mes vœux de bonheur, de réussite, et de santé. Puisse cette année 1948 vous être favorable à vous, et à vos proches. Le temps sont difficiles. Troublés, parfois amers. D’autres, plus difficiles encore, nous attendent de nouveau. En cette période, il nous faut montrer ce que nos familles savent faire de mieux. L’unité. La raison. Et la détermination. » Commencent alors les double-sens, volontaires et précis. « Plus que jamais, ce sont les liens du sang qui comptent, comme toujours dans notre Histoire. Ils reviennent, en somme, à savoir d’où nous venons, et avec qui nous cheminons. Il nous revient d’être objectifs et d’avoir conscience de nos défauts respectifs, mais aussi de ce que nous sommes ensemble malgré tout, et de ce que nous n’avons personne d’autre. Nous ne sommes sans doute pas parfaits. Mais nous sommes. C’est au fond cela qui compte, et parce que nous sommes, parce que c’est mieux que rien du tout, je tiens à redire qu’il nous faut être, plus que jamais, solidaires et unis. » Cela est plus proche d’excuses sincères que tout ce qu’il a pu dire à Thaddeus ces derniers temps. Ce serait parfait s’il s’arrêtait là, mais Tibérius n’a pas encore abandonné, même si les discussions précédentes le font réfléchir, ses projets. Alors il nuance, prend une décision, modifie en cours de route. « En conséquence, les projets de cette famille seront l’union et la concorde, et je continuerai à construire ces alliances qui nous unissent tous à cette table. Les fiançailles de ma sœur – chère Gaia - en sont un bon exemple, et je participerai moi-même à cette entreprise. Je pense également qu’il est temps pour vous, chers frères et sœurs, en particulier toi, cher Thaddeus, en temps que second fils et actuel héritier si je venais à disparaitre, d’y réfléchir également. » Vient la fin du discours, et du calvaire : « Pour conclure, car j’ai promis d’être bref, je voudrais élargir la réflexion en vous invitant tous à réfléchir en termes d’alliance. Car c’est ensemble que nous prospérerons à l’avenir. Merci. »

Tibérius se rassoit sous les applaudissements polis des convives. Il croise le regard de Rose, se demandant ce qu’elle a compris de ce discours volontairement construit à double-sens, et se tourne naturellement vers son frère, histoire d’avoir son avis : « Alors, comment c’ét… » A voir la mine de Thaddeus, si l’ainé Yaxley avait un instant oublié leur brouille, ce n’est pas le cas de son cadet, qui parait de plus ulcéré par la nouvelle. Pourtant, Tibérius a beaucoup nuancé son projet de départ dans ses annonces…et de toute façon, indépendamment de leur dispute, c’est une mesure raisonnable et nécessaire. Calmement, il conclut donc : « Ne fais donc pas cette tête, c’est ridicule. J’ai parlé d’y réfléchir. Mais tu te doutais bien qu’il fallait que ça arrive un jour, non ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 443
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeMar 30 Juin - 21:45

❝ Thaddeus, Tibérius & Rose ❞Défaite de familleOn peut reprocher beaucoup de choses à Thaddeus. Son manque d’attention, ses rêveries, son absence de réalisme et un goût peut-être un peu trop prononcé pour la poésie. Alors qu’on a tendance à le croire socialement inadapté, c’est dans les tragédies mondaines que son ami déploie l’ensemble de son talent et Rose sait qu’elle peut toujours compter sur lui pour la sortir d’un mauvais pas, même si celui-ci s’appelle Caelum. Une fois l’importun éloigné, ils ont à peine le temps de parler que Tibérius vient vers eux. On pourrait croire qu’il a mieux à faire en cette journée particulièrement chargée, pour lui, que de venir discuter avec eux. Jamais méchante mais toujours un peu piquante, Rose rirait presque du duo qu’ils font avec Thaddeus. Il faut avouer qu’il y a quelque chose de particulièrement comique aux sous-entendus sirupeux du cadet et à l’air de dignité offensée du premier. C’est que Rosie prendrait presque pitié de Tibérius s’il n’avait pas froissé sa sensibilité en premier. Néanmoins, puisqu’elle a gain de cause, elle offre un sourire éclatant aux deux frères.

- Je ne me rappelle pas avoir dit que je ne voulais pas de toi, Tibérius.

Si Rose évoque bien entendu la soirée au Ministère à laquelle ils doivent assister ensemble. La phrase peut être à double sens. La jeune femme n’y voit rien de plus que l’amitié et dans le fond, elle reste persuadée que Tibérius, quoiqu’il ait tenté de faire à l’Emerald n’envisage rien d’autre qu’elle.

- Je serais ravie d’y aller en ta compagnie. Elle reste supérieure à celle de mon autre cavalier potentiel et si tu pouvais l’envisager avec le sourire, tu me verrais parfaitement comblée. Parce que vois-tu, ça serait dommage de s’infliger volontairement une soirée désagréable, non ?

Si Thaddeus comme Rose sont versés dans l’art des sous-entendus et des sarcasmes tout en sirotant du champagne, ce n’est pas le cas de l’aîné des Yaxley. La situation le tend et Rose voit bien qu’il est quelque peu fatigué. La suite de la conversation lui donne raison. Un peu maladroitement - ça semble être sa marque de fabrique - il leur demande l’équivalent d’une trêve en évoquant à quel point la journée est compliquée pour lui. Il n’y a pas besoin d’aller plus loin pour rappeler que pour toute la famille, cette journée marque plus nettement que jamais l’absence de l’ancien patriarche. Dans un élan de sympathie, elle prend brièvement la main de Tibérius qu’elle presse sans un mot.

Un geste qu’elle regrette presque puisqu’il ne faut qu’un instant qu’il ne reprenne son air presque impérieux pour lui demander de contrôler leur cousin. Elle lui lance un regard incrédule et puis se tourne vers Thaddeus avec un air désemparé tandis que l’actuel chef de famille se met à table avec la cadette.

- Depuis quand est-ce que j’ai le moindre contrôle sur Caelum ? Il faut vraiment qu’il tente d’avoir le dernier mot sur tout c’est insupportable.

Il en faut pourtant beaucoup pour égratigner la patience de Rose. Salazar sait qu’elle n’est pas rancunière, ni difficile à vivre, mais le frère de Thaddeus ne se rend pas service pour le moment en les provoquant autant. La pensée traverse une fois de plus l’esprit de la jeune femme une fois assise à table entre Caelum et Rihyad. Heureusement pour elle, Thaddeus lui fait fasse pendant qu’elle écoute le juge leur faire son discours. Si le début est classique, la suite n’est probablement compréhensible que pour elle et son petit frère. Elle avale d’ailleurs de travers d’indignation et Caelum, décidément bien galant ces derniers temps lui tapote le dos avec attention, attardant sa main dans ce qui ressemble à une caresse profondément déplacée. Marciana qui n’a pas l’air de lui en vouloir, à l’inverse de sa jumelle, lui lance un regard appréciateur - elle a toujours trouvé Caelum attirant - tandis que Rose se raidit de déplaisir.

Elle n’a pas le temps de faire comprendre à son cousin qu’elle voudrait bien qu’il cesse d’avoir les mains baladeuses parce que son attention est détournée par l’annonce de Tibérius. Thaddeus, fiancé, incrédule, elle voit le visage de son ami changé de couleur et le sien doit avoir, pour l’occasion, perdu sa contenance légendaire. Elle regarde Tibérius qui semble chercher son regard et elle n’a que de l’incompréhension à lui offrir. Les applaudissements se font entendre, la nourriture arrive, les conversations s’animent et Caelum est un des premiers à féliciter son cousin pour ses prochaines fiançailles.

- Je ne suis pas toujours d’accord avec tes prises de position Tibérius, l’entend-elle dire à l’aîné des Yaxley, mais je dois bien avouer que j’ai été frappé par la pertinence de ton discours. Père parlait justement de Rose il y a quelques jours et disait qu’il serait grand temps qu’elle pense à son avenir, tu ne crois pas ?

L’intéressée a qui le discours était de tout évidence adressé se contenta de l’ignorer royalement. Elle fut, heureusement pour elle, sauvée par Reha qui semblait avoir quelque chose d’important à dire à son cousin et elle eut tout le loisir de se concentrer sur le début de conversation entre Thaddeus et Tibérius. L’ambiance étant relativement glaciale, elle décida de venir en aide à Thaddeus. Se tournant vers Tibérius, un sourire qui n’ayant rien de chaleureux plaqué sur le visage, elle se joint à la conversation.

- Aucune urgence pour les fiançailles de Thaddeus, il n’est que second fils et est-ce qu’il ne fréquente pas Cedrella Black pour le moment ? Un joli parti d’après ce qu’on m’a dit.

C'est discret, mais elle ne peut pas faire mieux pour le moment pour tenter de voler au secour de Thaddeus. Dans cette situation, autant dire qu'elle n'a pas vraiment une grosse marge de manoeuvre. Alors, sans subtilité, elle s'attaque à l'aîné.

- Je t’avoue que je suis plutôt curieuse de savoir qui est l’heureuse élue de ton côté. Il ne me semble pas que tu m’ais parlé d’une fiancée la dernière fois qu’on s’est vu, mais il semblerait que je ne sois pas la seule à tout dire. Enfin, je te comprends, à ton âge, il est délicat de ne pas avoir d’héritier.

Agacée par les sous-entendus et toute cette comédie, elle se leva pour aller - à la suite d’autres membres de la famille - l’embrasser pour le féliciter.

- On a encore moins de raisons de rester fâchés, non ? Après tout, ça n’avait aucune importance ce petit malentendu. L’union avant tout, n’est-ce pas ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeVen 17 Juil - 21:26

Touché. Dans la journée règlement de comptes chez les Yaxley, Rose et Thaddeus prenaient le premier point. Même avec toute la mauvaise volonté du monde, Tibérius ne pourrait pas passer à côté des sous-entendus fort peu subtils servis par les deux compères. Dès lors, quel choix lui restait-il ? Passer pour un goujat, ou faire patte de velours. Sans surprise, il opta pour la seconde voie ; Thaddeus savait qu’en aucun cas son frère ne voudrait déroger aux bonnes manières et aux principes de leur milieu. Ils avaient été élevés de cette façon, par un père qui n’aurait jamais supporté que ses enfants fassent preuve d’impolitesse. Dans la petite clique à laquelle ils appartenaient, savoir se comporter était fondamental. Les frères Yaxley, malgré leurs différences, ne l’oubliaient jamais.

Thaddeus observait son frère avec curiosité, tandis que celui-ci s’efforçait - chose rare - de laisser parler ses émotions. Oui, la journée était difficile. L’an dernier, c’était Père qui tenait le haut bout de la table, et cette année c’est toi. Malgré leur brouille, Thadd éprouvait une certaine compassion pour son aîné. Pour rien au monde il n’aurait voulu tenir ce rôle, et, s’il fallait être tout à fait franc, il était conscient que sa propre attitude ne devait pas faciliter les choses. Il se répéta que l’autre l’avait cherché, et de toute façon, il suffisait de voir cet air dur sur son visage pour que tous les regrets s’envolent. Ou presque. Thaddeus sentit une vague de solidarité fraternelle s’emparer de lui à la mention de Caelum. Cette raclure s’était donc permis de mal parler de Mère ? Mais sa défenestration semblait constituer une excellente occasion de se réconcilier. Tu tiens les pieds, moi les épaules, à la une, à la deux… Avant qu’il ait eu le temps de proposer à son frère cet aimable intermède, Pulchra était revenue dans l’antichambre, manifestement envoyée pour ramener les retardataires. Tibérius passa aussitôt dans la salle à manger, tenant par la main la benjamine des Yaxley, pas peu fière de cette entrée. Rose et Thaddeus suivirent, celui-ci vaguement agacé par la différence de traitement entre lui et Pulchra.

Ironie du sort, le cadet Yaxley avait été placé à la gauche de son frère. Voilà qui promettait un excellent moment. Il ne manifesta cependant aucune mauvaise humeur, et écouta avec beaucoup d’attention le premier discours de son frère en tant que chef de famille. Tibérius ne le regardait pas particulièrement tandis qu’il parlait, mais ce n’était pas nécessaire. Thaddeus comprenait parfaitement ce discours, beaucoup mieux que la plupart des autres convives. Bon frère, il souffrait de la brouille qui s’était installée entre Tibérius et lui, et il eut, un instant, envie de serrer le Grand dans ses bras. Un instant, un instant seulement, parce qu’après, quelque chose de terrible se produisit. Tibérius s’était lancé dans un couplet sur les alliances, les fiançailles, et il crut bon de mentionner le nom de son cadet. Toute la tablée se tourna vers lui, et il se sentit rougir furieusement. Qui donc avait monté le chauffage tout à coup ? Thaddeus s’empressa de contempler son assiette, pour ne pas voir ces regards fixés sur lui. Il avait bien conscience de son anormalité, qu’un récent article dans la presse avait si cruellement soulignée. Mais à quoi bon le jeter en pâture aux invités de la famille comme Tibérius venait de le faire ?

Le Grand se rasseyait, cherchant manifestement à avoir l’opinion de son frère sur son laïus. Tout ce qu’il obtint fut un regard de profonde incompréhension, une expression figée et choquée comme celle qu’affichaient parfois les poules de la basse-cour lorsqu’une compagne leur volait au dernier moment le ver de terre si péniblement gagné. Thaddeus se rendait parfaitement compte qu’il devait avoir l’air ridicule, mais pour le moment, il ne pouvait pas faire mieux. Sans exagérer, il avait des papillons devant les yeux. Il entendit à peine l’intervention de Caelum, puis celle de Rose qui essayait de le sauver. Les félicitations qu’on lui adressait ne faisaient qu’accentuer l’espèce de noeud qui serrait sa gorge. Pleurer ? Non, ce ne serait pas digne. Et pourtant, c’était ce dont il avait le plus envie. Pourquoi fallait-il qu’on l’attaque aussi bassement ? Il ne demandait rien, sinon de vivre en paix, et voilà qu’on prétendait le forcer à faire ce qui le terrifiait le plus. Car les années passant, son indifférence à l’égard des relations, sentimentales, conjugales ou sexuelles, s’était mâtinée d’une indéniable peur. La solitude de Thaddeus lui tenait lieu de protection, et si Tibérius s’attaquait à cette forteresse, la réconciliation n’était pas pour demain.

Conscient qu’on continuait de le regarder, Thaddeus parvint enfin à reprendre ses esprits. Il accrocha tant bien que mal un sourire à son visage, se saisit d’une bouteille de champagne posée devant lui et commença à servir les personnes autour de lui, en lançant :


-Eh bien, il semble que le moment est idéal pour porter un toast… à ta santé, mon cher frère, et à cette future famille que j’ai hâte de voir se joindre à nous autour de cette table.

En espérant que tu m’oublies, faux-frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 114
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne. Volage et multipliant les conquêtes sans lendemain, cherchant cependant une épouse digne de ce nom.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeSam 25 Juil - 0:52


Défaite de famille
Rose, Thadd & Tibérius
« Je tâcherai d’y penser. » Réplique Tibérius à Rose, toujours avec une certaine raideur, lorsqu’elle dit qu’il devrait essayer de faire face. Il a envie de dire qu’il en a un peu marre, de faire face, qu’on ne lui facilite pas la tâche, mais quelque chose l’en dissuade. Peut-être le geste de compassion qu’esquisse Rose et le regard qu’il croit percevoir chez Thaddeus. Peut-être la conscience qu’il ne fera qu’aggraver les choses en réagissant encore violemment.

Il faut bien avouer que Tibérius s’est compliqué la tâche seul en se comportant comme un idiot, et en continuant à refuser de céder du terrain à visage découvert. Il a les excuses d’une jalousie et d’un ego mal placé, ou non. On aurait pu croire qu’il y a réfléchi un peu, que le fait qu’il prend extrêmement à cœur cette histoire devrait au moins l’inciter à revoir ce qu’il pense être sa relation avec Rose, mais même pas véritablement. Il faut dire que le déni est plus facile – même si au fond il en est bien conscient – et qu’il a d’autres soucis. Le premier d’entre eux étant de survivre à cette journée sans tuer personne ou sans se mettre à hurler. Ou pire, à pleurer, ce qui ferait tout à fait mauvais genre.

Pour autant, il estime que son discours n’est pas trop mauvais. Au moins sur le plan d’une politique générale, comme chef de famille et pour renforcer les liens des Yaxley et des autres sang purs. Comme membre de l’Hydre, Tibérius serait peut-être plus sévère s’il savait que certaines personnes à sa table adhérent au groupuscule de Jedusor, mais ici les objectifs sont familiaux et moins politiques, même si comme toujours, les deux sont liés.  Il ne faut pas s’y tromper, comme auteur, il est bon, et lui aussi peut être assez subtil, quand la nécessité s’en fait sentir, même si ça l’agace et qu’il préfère dire les choses - moins de pertes de temps. Mais ici, peut-être que la franchise serait mieux à même de calmer la situation : mais avouer qu’ils lui manquent lui donne l’impression d’un échec. Mettre sa fierté de côté, c’est une chose difficile pour Tibérius. Tout comme sa jalousie : voilà comment, avec un brin d’idiotie, il s’est retrouvé à annoncer qu’il voulait fiancer Thadd. Il voudrait voir sa réaction, mais c’est ce moment précis que Caelum choisit pour lui parler. « Je crois que Rose est assez intelligente pour penser à son avenir toute seule, cher cousin. Et elle n’a pas l’air convaincue par ta proposition. Il suffit de tourner la tête pour le voir. » Remarque froidement Tibérius sans même tourner la tête, renvoyant ainsi Caelum dans les cordes.

Du coin de l’œil, il scrute Thaddeus, et au vu de son air choqué, ne peut que serrer les dents, alors même que son frère ne réagit même pas quand il lui parle. Tibérius a-t-il des regrets ? Peut-être. Peut-être se demande-t-il aussi, d’un coup, s’il ne fait pas une énorme erreur en imaginant Thadd draguant Rose. Parce qu’à voir la tête que ce dernier tire rien qu’à l’évocation de possibles fiançailles suffit à lui rappeler, puisqu’il l’avait oublié, qu’il était strictement incapable de draguer qui que ce soit.  Il voudrait lui dire quelque chose, mais changer d’avis, devant tout le monde ? Impossible. Rose lui offre cependant une distraction bienvenue en venant lui parler. «  C’est à réfléchir, tout ça. » Voilà, il ne perd pas la face, et il ne rejette pas tout à fait la défense de Thaddeus qu’elle fait. Mais que ça l’ennuie, que Rose prenne si facilement la défense de son frère, Tibérius doit l’admettre. Sans qu’il ne sache pourquoi, il voudrait bien avoir à la même compassion. Alors, un peu blessé, le ton se fait de nouveau raide. « C’est parce qu’il n’y en a pas. J’ai dit qu’il fallait que je cherche. » Voire, peut être, un peu sarcastique.  « Même moi, je sais qu’on ne peut toute sa vie inviter les jeunes filles à danser si on n’a pas d’intention sérieuses pour la suite. La frivolité va mal au teint des chefs de famille.  Indirectement, c’est toi qui m’en as fait prendre conscience, je suppose que je dois te remercier pour cela. » Comptait-il sérieusement, car c’est cela le fond du problème, faire une proposition sérieuse à Rose ? Non, pas à ce moment là. Mais il faut dire qu’elle ne lui a pas laissé le temps d’y réfléchir. Ou qu’il n’a pas posé la question. Ou que c’était trop prématuré. Et maintenant, que faire ? Pas grand-chose, car sans s’excuser, ils sont dans une impasse, et encore faudrait-il que Tibérius songe qu’une relation sérieuse avec Rose lui irait, mais il est trop tôt, ou trop tard, pour cela.  Que tout cela est compliqué. Qu’il aimerait, déjà que cette brouille cesse. « Nous verrons. » Il hoche la tête avec un sourire, et songe que la réconciliation, il va la faire en maitrisant les choses, pas en subissant des arguments retournés contre lui. « Ah, Rose, dis-moi, est-ce que ça te dérangerait de passer deux minutes au salon d’été…disons pendant le digestif ? » De nouveau, Yaxley jette un coup d’œil à son cadet. « Il y aura Thadd. » C’est un pas vers eux, indubitablement. « S’il te plait. »

L’intervention de Thadd donne d’ailleurs au juge l’occasion de préciser sa pensée. Qu’il ne soit pas dit que le repas sera marqué par une note amère – ou faussement joyeuse. « Thaddeus n’a jamais fait dans la tempérance. C’est de famille, je ne peux pas lui reprocher. » Manière de faire son auto-critique qui l’ennuie, mais qui est peut-être nécessaire, car précise : « Il n’y a pas de noms arrêtés. Disons que je suis ouvert à toutes les propositions, qui devront être, bien entendu, avantageuses pour tout le monde. S’il y en a. » Sous entendu : soyez à la hauteur pour les prétendantes. Sous-entendu pour Thaddeus : s’il n’y en pas, ça ne se fera pas. Mais il faudrait qu’il soit capable d’entendre, c’est autre chose. En attendant, il clôt la conversation d’un ton bourru, qui rappelle étrangement celui de son père : « Enfin, mangeons, j’ai promis que je ne serais pas long, arrêtez de défiler, vous me féliciterez à mon mariage, allez, allez. »

Arrivé au digestif, il se dirige résolument vers son frère. « Thaddeus, viens donc prendre le digestif avec moi et Rose au salon. » Il devine, plus qu’il ne voit, les yeux blessés de Thaddeus. « Ce n’est pas un piège. S’il te plait. » Il le pense vraiment, il faut qu’ils parlent. « Mère, je vous emprunte Thaddy un instant. » Lance-t-il d’ailleurs d’office alors que leur mère se dirige vers eux, embarquant son frère avec lui.

Une fois le salon d’été rejoint, le silence se fait jusqu’à ce que Rose entre, les fixant d’un air interrogateur. Nerveusement, Tibérius allume une cigarette. « Bon. » Comme pour se donner du courage, il répète : « Bon. » Pour une fois, et c’est rare, il est à court de mots. Ce qu’il s’apprête à dire, c’est tout ce qu’il a sur le cœur, et c’est amer, triste, presque laid, mais véritable.  Quand il ouvre la bouche, clairement, il est facile de voir que Tibérius ne maitrise guère le flot de paroles qui en sort. « J’ai été jaloux et irrationnel, d’accord. C’était inutile, d’accord. Je me suis trompé, d’accord. » Faisant les cent pas, il ponctue chaque affirmation d’un geste cassant, véhément. Il ne réalise même pas ce que ça implique, de parler de jalousie. A tout prendre on pourrait presque considérer ça comme un acte manqué. « Ça avait quand même l’air d’une femme qui m’avait gentiment fait comprendre qu’il ne se passerait rien entre nous en train de faire…je ne sais quoi, n’importe, avec mon propre frère. » Tempête-t-il, parce qu’il faut qu’ils assument ce qu’ils ont fait, et qu’ils comprennent pourquoi il l’a mal vécu. De là à comprendre qu’il a essayé d’éloigner Thadd de Rose en le fiançant, puis cédé, et fait machine arrière en ne donnant aucun nom alors qu’il avait potentiellement des pistes, il n’y a qu’un pas.  L’image donnée de lui-même, en revanche, n’est pas forcément belle.

Tibérius s’arrête finalement devant son frère, un air de détresse dans les yeux. « J’ai vu l’article. Ce n’était pas juste. » Et il le pense vraiment. « Je suis allé les voir pour leur dire ma façon de penser, ces abrutis. »  Il tire une bouffée de tabac, crispé. « Je n’aurais pas dû vous parler comme ça. Et cette histoire de fiançailles…c’est de la rancune mal placée. Mais je…pourquoi ne pas être venu me voir, pour cet article ? Au lieu de...de faire je ne sais quoi...On aurait pu empêcher sa sortie…» Tibérius se laisse tomber dans un des fauteuils, à bout. « Je sais que je n’ai pas toujours paru désolé. Mais je le suis. Je ne voulais pas de cette situation, et je n’en veux toujours pas, d’ailleurs. » Je ne veux pas vous perdre, a-t-il envie de dire, mais il a déjà dit suffisamment de choses problématiques comme ça pour le moment.

(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 443
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeMar 28 Juil - 23:00

❝ Thaddeus, Tibérius & Rose ❞Défaite de familleIl n’y a pas que Tibérius qui semble pressé de faire des projets maritaux et s’il y a quelques années Caelum ne souciait pas d’elle ce n’est plus le cas. Il semble bien décidé à lui trouver un “bon parti” et même si la jeune femme n’est pas douée pour comprendre les sous-entendus, elle voit parfaitement où celui-ci veut en venir. Elle décide sagement de l’ignorer -ce qu’elle fait souvent - se concentrant sur Thaddeus qui semble avoir besoin de toute l’aide possible. Ce n’est pas le cas de l’aîné des Yaxley qui ne semble pas avoir la patience pour les sous-entendus de son cousin. Elle lui serait presque reconnaissante de son intervention si elle ne promettait un interrogatoire en règle par Caelum et son oncle une fois la soirée finie. Tandis que Reha coupe court à une conversation qui promet d’être venimeuse, elle lance un regard d’avertissement à Tibérius. Ne me met pas dans une situation difficile a-t-elle envie de lui dire, mais impossible avec autant de monde à table.

Thaddeus semble d’ailleurs défait. Rose essaie bien de combler le blanc qui suit la déclaration de Tibérius à son égard en prenant sa défense, mais le cadet semble avoir du mal à reprendre ses esprits. Comment lui en vouloir ? En tant que sang-pur, ils savent depuis la naissance que les mariages arrangés sont leur lot. Quand on appartient à leur caste, on sait que leur vie ne leur appartient pas, mais qu’elle est la propriété des membres de la famille. C’est qu’ils fonctionnent toujours de façon clanique et les alliances sont envisagées à l’aune de ce qu’elles apporteront. S’ils savent donc depuis la naissance qu’ils ne seront pas maître de leur destin, la courtoisie veut que le sujet soit discuté dans l’intimité avec l’intéressé. On aborde la question, on prépare le terrain, propose diverses solutions plutôt que d’annoncer les choses de but en blanc à un repas de famille sans aucun échappatoire pour la victime. Alors certes, Tibérius s’inclut dans le tas, mais en tant que chef de famille, il a plus de liberté que les autres et il semble un peu risible de faire comme si on lui passait la corde au cou de force. Elle n’hésite d’ailleurs pas à le sous-entendre à l’aîné qui se raidit et c’est sur le même ton qu’elle lui répond :

- Toutes mes excuses, j’ai dû mal te comprendre. Ca arrive souvent en ce moment dans la famille, tu ne trouves pas ? Je suis ravie d’avoir pu te rendre service,
répond-elle un peu blessée.

Indirectement, elle a l’impression que Tibérius lui reproche son manque de souplesse en terme de relation et c’est assez ironique compte tenu du fait qu’il est persuadé que Thaddeus et elle se comptent fleurette depuis un moment. Il y a beaucoup de chose qu’elle aimerait ajouter, mais ce n’est pas le lieu, ni le moment. Sans compter que Rose est raisonnable et elle sait qu’ils sont, à ce stade, tous les trois blessés et que certaines paroles pourraient être regrettées aussitôt prononcées. Elle préfère se taire pour le moment et quand Tibérius demande pour la voir un peu plus tard avec son cadet, elle accepte dans un soupir.

- C’est d’accord, se contente-t-elle de dire sobrement.

Thaddeus ne lui donne de toute façon pas le temps d’en dire plus, il semble avoir repris ses esprits et après une dernière prise de parole, quelques applaudissement, le dîner peut enfin commencer. Rose se sent soulagée de rentrer dans son rôle de représentante des Selwyn. Elle converse un moment avec la matriarche Yaxley, rit avec Marciana, câline Pulchra, félicite Ryhiad encore une fois pour ses fiançailles, plaisante avec Caelum, échange quelques mots de soutient avec Thaddeus et sans qu’elle s’en aperçoive, la table croule sous les desserts. Les convives discutent en petit groupe et l’attention n’est plus focalisée sur eux si bien que quand Tibérius s’en va rejoindre le salon d’été avec son frère, Rose ne semble pas suspecte en les suivant quelques minutes plus tard.

Elle ferme la porte derrière eux et s’installe dans un fauteuil tandis qu’elle regarde l'instigateur de la discussion allumer une cigarette. C’est qu’elle en prendrait bien une aussi, la situation la tend. En dix-huit ans, ils n’ont jamais été en conflit comme ça et la sensation est particulièrement désagréable. Elle écoute son ami tandis qu’il fait les cent pas. Elle ne l’a jamais vu aussi confus et penaud à la fois. Certes, il est furieux, mais il ne faut pas grand chose pour lire entre les lignes. Elle jette un oeil à Thaddeus qui semble aussi touché qu’elle par le discours du grand et elle ressent un élan d’affection pour ses deux amis malgré la stupidité de la situation.

Incapable de rester assise, elle se lève à son tour. Rose pourtant si mesurée s’emporte presque à son tour, évacuant une frustration de plusieurs semaines.

- Enfin Tibérius, jaloux de qui et surtout pour quoi ? On se connaît depuis longtemps tous les trois. On a grandit ensemble Thaddeus et moi, tu sais bien que l’idée même qu’on entretienne une relation est risible, sans offense Thaddeus, conclut-elle en se tournant vers l’intéressé.

Elle voudrait bien lui répondre que quand bien-même il y aurait quelque chose, il n’avait pas le droit de réagir comme il l’avait fait, mais Rose sait qu’ils sont là pour tenter de se réconcilier, elle préfère donc ne pas envenimer les choses. Gênée qu’il évoque leur soirée à l’Emerald’s, le rouge lui monte aux joues et c’est presque en murmurant qu’elle ajoute :

- On a toujours été bons amis Tibérius, pourquoi changer les choses ? Tu sais bien qu’on ne pourrait plus l’être après ça et comme tu me l’as dit tout à l’heure, le célibat ne va pas aux chefs de famille.

On en revient toujours à cet article et à ses conséquences. Pourquoi est-ce qu’elle n’en a pas tout de suite parler à Tibérius plutôt qu’à Thaddeus ? Probablement parce qu’elle était encore gênée de leur soirée et qu’elle pensait réellement que le cadet prendrait la mesure des problèmes que le journal allait posé. Une erreur qu’elle ne refera plus.

Elle non plus n’a pas envie de voir cette situation s’éterniser, mais c’est qu’elle est anglaise sur le bout des ongles et dès qu’on en vient à parler de sentiments, elle se sent aussi maladroite que Tibérius lorsqu’il présente des excuses. Elle se tourne encore une fois vers Thaddeus comme pour cher son approbation, elle manque même de murmurer un “on lui pardonne ?”, mais elle connaît son ami et elle sait, que comme elle, il va avoir du mal à résister aux excuses ainsi présente. Dans un soupir, elle s’approche de Tibérius lui tend la main en signe de trêve.

- Arrêtons ça, c’est épuisant d’être fâché les uns contre les autres. On a déjà assez d’ennemis comme ça sans en plus de ça ne pas pouvoir compter sur sa famille. Je pensais honnêtement que Thaddeus et moi, on arriverait à calmer cette histoire d’article et on ne voyait pas l’intérêt de mettre un autre poids sur tes épaules. D’un autre côté, évite de me traiter comme une des gourgandines que tu fréquentes et tu auras des explications de ma part beaucoup plus facilement la prochaine fois.


S’il y a un sourire à la fin de sa phrase, il y a également un avertissement. Tibérius a bien droit à son indulgence, mais que ça ne devienne pas une habitude.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeMer 12 Aoû - 17:08

Une personne, autour de la table, avait blêmi presque autant que Thaddeus à la mention de ses potentielles fiançailles : la propre mère de l’intéressé, qui avait immédiatement enclenché son alerte intérieure “vol de petit poussin”. Car Thaddeus, du haut de ses trente-deux ans, restait le petit poussin de sa mère. Elle l’avait toujours materné beaucoup plus que ses autres enfants, contribuant grandement à faire de lui le personnage inadapté qu’il était devenu. Et là, l’idée qu’une autre femme puisse plier ses caleçons et beurrer ses tartines lui était presque insupportable. Elle garda le silence un moment, mais Thaddeus pouvait presque l’entendre protester : Mais c’est mon petit garçon, enfin. On ne trouvera jamais une fille digne de lui. Étrangement, Madame mère ne se posait pas du tout les mêmes questions pour ses autres enfants. Elle avait sans problème donné son consentement aux fiançailles de Gaïa avec Riyadh, et lorsque Tibérius évoqua son propre avenir matrimonial, elle eut un instant d’émotion en s’imaginant les petits-enfants qui pourraient naître de ce mariage. Mais Thaddeus, c’était inenvisageable. Il n’était pas prêt, ce sont des choses qu’une mère devine et elle ne pouvait pas se tromper. Il suffisait de le voir essayer de digérer la nouvelle. Pour un peu, elle se serait levée pour aller le prendre dans ses bras, mais cela ne se faisait pas ; cela aurait trop fait plaisir à cette raclure de Caelum, qui n’avait jamais caché son mépris à l’égard du cadet Yaxley et semblait jubiler de le voir si déconfit.

Placée trop loin de Thaddeus pour pouvoir parler librement pendant le repas, Circé fut forcée de ronger son frein ; elle passa le déjeuner à guetter son cadet du coin de l’oeil, soulagée de voir qu’il parvenait à encaisser le coup sans trop laisser paraître (hormis le premier instant de stupéfaction) son désarroi. Dès que les desserts furent terminés, et qu’on se leva pour aller prendre le café et le digestif au salon, elle se précipita vers son petit, espérant pouvoir échanger quelques mots discrètement. Elle n’eut même pas le temps de prendre Thaddeus par le bras que Tibérius lui brûla la politesse. Qu’allait-il encore infliger comme brimade à son petit frère, celui-là ? Circé adressa à son fils aîné un regard sévère, en forme d’avertissement. Que je ne te reprenne pas à être désagréable avec Thaddy.

Sans un mot, Thaddeus rejoignit donc son frère et Rose dans le salon d’hiver, la mort dans l’âme. Pour lui, comme pour sa mère, il ne faisait aucun doute que le grand allait enfoncer le clou, peut-être donner des noms, des délais. Dans l’esprit bouillonnant de Thadd, des plans confus se formaient - partir, refaire sa vie quelque part, ou alors se suicider, enfin pas se suicider mais s’arranger pour qu’on le trouve à demi-mort mais qu’on le sauve quand même mais qu’on comprenne qu’il fallait lui fiche la paix… Des idées d’adolescent, qui n’avaient pas la moindre chance de connaître ne serait-ce qu’un début d’exécution.

Machinalement, il récupéra le paquet de cigarettes que Tibérius avait posé sur un meuble, pour s’en allumer une aussi. Il n’était pas un grand fumeur, mais les circonstances exigeaient un remontant. Quelque chose pour s’occuper les mains, aussi, tandis que le grand arpentait le salon et tâchait de s’expliquer. C’était incroyablement gênant d’entendre son frère parler de jalousie, évoquait sa crainte d’une idylle entre Rose et Thaddeus. La tête basse, ce dernier regardait la fumée de sa cigarette monter en volutes saccadées, au rythme du léger tremblement qui agitait ses mains. Une sorte de vertige le prenait. Trop de choses à assimiler en peu de temps. La notion de fiançailles, tout d’abord. Puis l’idée qu’on le croie amoureux de Rose. Et puis enfin, la révélation ultime : la jalousie de Tibérius à l’égard de cette potentielle histoire. Donc Tibérius avait, lui, des sentiments pour Rose. Jamais Thaddeus n’aurait pensé cela. Pour lui, elle était trop proche, comme pouvaient l’être ses propres soeurs. Que ressentait-il en prenant conscience que Tibérius avait visiblement une toute autre conception de leur relation ? Comme souvent, il ne savait pas trop. Il lui aurait fallu du temps pour mettre de l’ordre dans tout cela, mais les autres parlaient, le forçaient à avorter sa réflexion. D’une voix sourde, il fit, sans regarder Tibérius :


-Pour venir te voir, il aurait fallu que tu sois prêt à nous écouter. Quand tu nous as trouvés dans la bibliothèque, Rose venait seulement de m’apprendre que cet article était prévu. Je ne suis pas sûr que c’était le bon moment pour te parler, ajouta-t-il, un brin sarcastique.

Il alla délibérément écraser sa cigarette dans un cendrier placé à l’autre bout de la pièce. Rose semblait décidée à accepter les excuses de Tibérius, lui hésitait encore. Plus que tout le reste, c’était cette annonce publique de fiançailles qui lui restait en travers. Jamais encore Tibérius ne l’avait traité de cette manière, en prétendant disposer de lui comme d’un simple sujet. Ils avaient toujours été au-dessus de ces rapports hiérarchiques, quand bien même le grand était devenu le chef de la famille. Cette démonstration d’autorité avait quelque chose de terriblement offensant. Lorsqu’il ne fut plus décemment possible de s’appliquer à écraser un mégot déjà bien aplati, Thaddeus, lentement, rejoignit les deux autres. Sur un ton détaché, il lâcha :

-Très bien. Je suis content que tu te sois rendu compte que cette jalousie était déplacée et blessante. Maintenant, tu avais parlé d’un digestif… ce ne serait pas de refus, parce que ça fait beaucoup de choses à digérer en peu de temps.

Rien n’était jamais simple avec Thaddeus. Et même s’il avait une folle envie de serrer son grand con de frère dans ses bras, il ne parvenait pas à se départir de cette froideur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 114
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne. Volage et multipliant les conquêtes sans lendemain, cherchant cependant une épouse digne de ce nom.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeDim 16 Aoû - 22:04


Défaite de famille
Rose, Thadd & Tibérius

C’est exceptionnellement gênant. Tibérius Yaxley est à l’aise avec les concepts, la loi, le droit, les chiffres, la gestion du domaine familiale, mais les relations humaines n’ont jamais été son fort, car il tient la gentillesse et l’amabilité comme des accessoires dispensables que son statut lui permet d’éviter. Surtout, il n’a guère le loisir d’être lui-même et de se laisser aller. Analyser ce qu’il ressent est donc tout aussi difficile que l’exprimer, si bien qu’il finit par ne plus le faire du tout, sinon avec ses frères et sœurs, en qui il a relativement confiance pour ne pas s’en servir contre lui – et d’ailleurs, toute cette histoire aurait pu être différente s’il avait partagé ses sentiments à l’égard de Rose avec Thaddeus, même s’il aurait fallu pour cela que Tibérius en ait conscience.

Mais on lui a appris à être fort, et que les émotions, et les pleurs sont des marques de faiblesse, également. Seulement, malgré cette apparence, il reste humain tout de même, et il n’est ni perméable à l’affection, ni à la déception. Au contraire, se faisant une haute opinion des gens et attaché maladivement aux rares personnes qui le supporte et qu’il supporte, il tend à être rapidement frustré, jaloux, et déçu. Ce qui le surprend ici lui-même, c’est de prendre toute cette histoire autant à cœur concernant Rose. Pour Thadd, c’est autre chose, c’est même logique. Son cadet a toujours été celui de la famille avec qui Tibérius s’entendait le mieux, et malgré le sentiment de trahison qu’il ressent, c’est la tristesse qui domine de voir à quel point leur proximité a vite disparu. Mais Rose ? Par quel sortilège a-t-il bien pu cesser de la considérer comme une simple amie, au-delà d’une proche de ses cadets ? Tibérius n’en sait rien. Il en est même le premier surpris. Mais par voie de conséquence, pragmatiquement, il a déjà acté mentalement qu’il ne pourrait pas lutter : elle aussi est importante.

En conséquence, il devient important de se réconcilier avec elle aussi, et comme toutes les fois où il l’a blessée ces derniers temps, Tibérius le regrette. Il a toujours le sentiment d’être d’une extrême maladresse, et la tournure de la discussion devient trop intime. En revanche, il perçoit bien l’accent d’incompréhension dans le ton de son amie, qui le fait se sentir puéril et inconséquent. Alors il élue un peu les choses : « Je…je ne sais pas. J’ai cru…peu importe. » Il n’a guère envie de s’attarder sur les aveux qu’il a fait. Ils méritent une conversation à part, qu’ils ne peuvent avoir maintenant. Néanmoins, Tibérius ne peut s’empêcher d’ajouter : « Je ne crois pas que nous soyons obligés de cesser d’êtres bons amis, même si les choses changeaient, cependant. » Au contraire, ils lui semblent que parce qu’ils sont bons amis, les choses pourraient changer, justement. Mais c’est une proposition à discuter plus tard. En attendant, que la jeune femme accepte ses excuses est déjà beaucoup ; cette situation intenable pesait bien trop à Tibérius. Sa réponse est donc moins raide, et teintée d’un sourire : « Tu es beaucoup de choses pour moi, Rose, mais je ne te prends certainement pas pour une gourgandine. » Il comprend l’avertissement, néanmoins, et il est, d’une certaine façon, reconnaissant à Rose de sa clémence. Tibérius serre donc gentiment sa main dans la sienne, agrémentant ce geste d’un véritable sourire, cette fois. « Merci. »

En revanche, la partie s’avère plus corsée avec Thaddeus. Peut-être faut-il lui laisser le temps de digérer les choses, comme il le dit lui-même ? Tibérius se tourne un instant de nouveau vers Rose, cherchant un instant son appui. Il est déstabilisé tant par les sarcasmes de son frère sur sa jalousie que sa dernière réponse, puisqu’il n’a aucune idée de s’il accepte vraiment ses excuses. « Certes. » Répond-il avec un brin de raideur, signe d’une dignité blessée. Bien sûr, Thaddeus lui ressemble, et ils ont tous deux la rancune facile. Réfléchissant rapidement, Tibérius croit cependant voir ce qui gêne son frère. Aussi n’esquisse-t-il pas le moindre mouvement pour regagner le salon. « Avant cela, il me semble que j’ai un cadeau d’anniversaire pour toi. » Puis, faisant mine de réfléchir, il ajoute avec gravité : « Néanmoins, vu les circonstances, il me semble qu’il n’est guère à la hauteur. Enfin, je vais aller le chercher, tu jugeras toi-même, mais en attendant, je voudrais t’en faire un autre. » Cependant, Tibérius constate avec un brin de déception qu’il n’obtient guère d’attention. Il insiste cependant, faisant preuve d’une patience qui ne lui est pas habituelle. « Thadd, est-ce que tu veux bien m’écouter ? Je te donne ma parole que tu ne te fianceras pas si tu ne le veux pas. » Faut-il qu’il l’aime, pour promettre cela. Il n’y a guère d’effets, cependant. Il lui ébourifferait bien les cheveux, le prendrait bien dans ses bras, mais il ne sait plus quoi faire. Au lieu de ça, Tibérius se contente d'écarter les bras en signe de désespoir : « Merlin, qu’est-ce que je peux faire de plus ? Tu ne crois plus la parole de ton frère, maintenant ? » Ajoute-t-il donc, dépassé, et indubitablement blessé par ce constat. Bon. Autant mener l’entreprise à son terme, et on verra où elle mènera. Au pire, s’éloigner lui permettra de reprendre une dignité qu’il est en train de perdre. « Je vais aller chercher ce cadeau, et on ira prendre un verre. »

Tibérius s’éloigne donc en direction de la porte du salon, mais au moment où il l’ouvre, il fait un bond en arrière surpris. « Qu’est-ce… » Il vient de tomber sur Caelum Selwyn, dans une position qui ne laisse que peu de places à l’interprétation. Avec froideur, Yaxley assène alors un cinglant : « Eh bien, beau cousin, on écoute aux portes, maintenant ? Le pire des sang de bourbe possède plus de classe et d’éducation que toi, ces derniers temps. D’abord ma mère, puis Rose, et puis ça, il va falloir cesser ce petit jeu ! »

(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 443
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeLun 17 Aoû - 21:26

❝ Thaddeus, Tibérius & Rose ❞Défaite de familleAu milieu de la fumée de cigarette qui envahit le petit salon à mesure qu’ils s’expliquent et tentent d’aplanir leurs différends, Rose a bien une idée de ce que Tibérius a cru et ça ne lui plaît pas du tout. Y-a-t-il réellement besoin de compliquer les choses plus qu’elles ne le sont pour le moment ? De son point de vue, ils sont bien trop proches pour que les choses se passent comme il les envisagent et ils gagneraient tout à agir comme ils l’ont toujours fait, c’est-à-dire en toute amitié. Tibérius n’est clairement pas de cet avis et ne se prive pas pour essayer d’avoir le dernier mot ce qui fait rougir Rose furieusement. Elle n’a jamais été à l’aise quand on parle de sentiments et elle apprécierait vraiment que cette discussion cesse.

La présence de Thaddeus n’aide pas et elle se sent exposée comme jamais. Le ridicule de la situation lui donnerait presque envie d’arrêter la discussion, mais elle décide de mettre son inconfort de côté. Ce n’est pas le moment d’argumenter avec son ami et surtout pas devant d’autres membres de la famille. Le principal est qu’ils se réconcilient tous les trois et non pas de créer une autre dispute ou un autre malentendu. Alors quand sa tête de mule de cousin décidé d’abandonner son air revêche pour lui accorder un sourire, elle sourit à son tour, soulagée de voir les choses se débloquer au moins de son côté.

Tibérius mérite-t-il le pardon que Rose veut lui accorder ? Vaste question qui mériterait d’être traitée en plusieurs tomes. Nul doute que Thaddeus aurait beaucoup à dire là dessus lui aussi. D’ailleurs, si Rose veut bien pardonner à l’aîné des Yaxley, et mettre cette déplaisante histoire derrière eux, le cadet des deux frères ne semble pas aussi enclin à tendre la joue que la jeune femme. Il faut avouer que pour lui, les enjeux sont différents. Le différent entre Rose et Tibérius peut se régler facilement, mais lorsque les questions d’ordre dynastique entre en ligne de compte, il n’est pas aussi simple que ça de se mettre d’accord. Pardonner c’est accepter et l’ancienne Serpentard voit bien que Thaddeus n’est pas prêt à renoncer à sa liberté.

Peut-être est-ce parce qu’elle a accepté assez facilement ses excuses tant elle était pressée de mettre ça derrière eux que Tibérius est pris de court devant la réaction de Thaddeus. Il n’empêche qu’il manquerait presque de retrouver la mauvaise humeur qu’on lui reproche souvent d’avoir et lorsqu’elle sent qu’il se tend de nouveau, elle pose une main apaisante sur son avant bras et le morigène à voix basse :

- Tibérius, ne le brusque pas !

Difficile de faire comprendre à quelqu’un habitué que l’on obéisse au doigt et à l’oeil que certaines choses prennent du temps et que les blessures ne se referment pas simplement parce qu’on en émet le souhait. Elle se tient un peu en recul pendant que les deux frères discutent. La jeune femme se demande si elle n’est pas de trop et si elle ne devrait pas leur proposer de rejoindre les autres dans la salle à manger pendant qu’ils parlent ensemble. Néanmoins, elle ne souhaite pas les interrompre et quand Tibérius s’éloigne pour aller chercher le cadeau de son cadet, elle se rapproche de Thaddeus a qui elle murmure :

- Veux-tu que je vous laisse un peu d’intimité ?


Ils n’ont pas le temps de vraiment en discuter puisqu’il semble qu’ils n’étaient pas seuls depuis le début. La porte s’ouvre sur Caelum qui, loin d’être gêné par ses indiscrétions, semble aussi outré que Tibérius. Le ton monte rapidement et Rose, mortifiée, se demande s’il est possible de calmer cette histoire avant que les choses ne dégénèrent. Elle ne sait pas ce que leur cousin a entendu de leur conversation, mais elle préférerait que celle-ci ne soit pas rendue publique au reste de la famille. Elle lance un regard désespéré à Thaddeus et avec un soupir à fendre le coeur, elle écrase sa cigarette et rejoint ses deux cousins avant qu’un des deux ne se décident à étriper l’autre.

- Je ne vois pas de quoi tu veux parler, est en train de répondre Caelum aux accusations du chef des Yaxley.

Le ton est âpre, le regard peut aimable et elle perçoit une agressivité à peine contenue des deux côtés.

- Quand on fait des propositions indécentes à ma cousine ce sont mes affaires. Tu parlais d’alliance tout à l’heure, mais j’ose espérer que tu ne pensais aux Selwyn, on est déjà bien assez lié si tu veux mon avis.

Levant les yeux au ciel, Rose intervient.

- Caelum, vraiment ! Où est passé ton sens de la diplomatie ? Thaddeus, Tibérius, excusez-le, je suis sûre qu’il a trop bû et qu’il ne voulait pas vous insultez, dit-elle tout en sachant que leur cousin pense très probablement ce qu’il est en train de dire. Plus bas, elle ajoute : Sans compter que je crois que j’ai l’âge de gérer les propositions qu’on me fait comme je l’entends.

Il ne tarde d’ailleurs pas à la contredire.

- Ca suffit, Rose ! Je pouvais tolérer ton attitude quand tu étais jeune, mais tu as vingt-huit ans et même si tu as ta propre fortune, tu restes une Selwyn. Tu es priée d’adapter ton comportement aux besoins de la famille.

Il jette un regard noir aux frères Yaxley et avant qu’ils ne puissent parler et crache un :

- Mêlez-vous de ce qui vous regarde, Rose, jusqu’à preuve du contraire reste ma responsabilité. Vous nous excuserez auprès du reste des invités, mais nous prennons congé.

Sans demander son avis à Rose, Caelum l’entraine à sa suite et elle renonce à résister. Ca ne sert à rien si ce n’est créer une scène dont personne n’a besoin. Elle a toujours le temps de murmure un désolé du bout des lèvres avant de partir.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeSam 22 Aoû - 23:05

En digne rejeton mâle de la famille Yaxley, Thaddeus était totalement désemparé lorsque les émotions prenaient le dessus dans son esprit. Le père avait élevé ses fils avec rigueur, et leur avait enseigné à ne se fier qu’à la raison. Les passions, les sentiments, tout cela était presque tabou pour le patriarche. Lorsqu’il en parlait, c’était toujours en négatif. Un homme, ça ne pleure pas. Un homme, ça ne se laisse pas mener par ses émotions. Un homme, ça garde la tête froide quoi qu’il advienne. Tant et si bien que les trois frères Yaxley se trouvaient dépassés dès que la réalité n’était plus en accord avec la théorie.

Thaddeus en faisait l’amère expérience. Au cours de cette journée, il était passé par tous les états d’esprit, de l’agacement du début lorsque Tibérius avait essayé de négocier une trêve, jusqu’à cette rage de se voir traité en subalterne, sans oublier, bien entendu, l’anéantissement qui avait suivi l’annonce de ses fiançailles. C’était trop pour lui. La brouille avec Tibérius avait déjà entamé sa capacité de résistance ; jamais encore il ne s’était ainsi disputé avec le grand, au point de ne plus s’adresser la parole, ou presque, durant plusieurs semaines. D’ordinaire, lorsqu’ils avaient un désaccord, c’était réglé en une demi-journée, grand maximum. Cette fois-ci, le ressentiment s’était installé, faisant craindre à Thaddeus une rupture irréversible. Bien sûr, Tibérius n’était pas à proprement parler un type facile à vivre. Mais c’était son frère, et il ne voulait pas le perdre.

Son attitude distante disait tout le contraire de ce que Thaddeus pensait. En réalité, il ne se rendait pas vraiment compte de l’image glaciale qu’il renvoyait ; il se trouvait seulement incapable de réagir autrement, d’une manière plus pertinente, qu’en surjouant le dédain. Bien sûr, les choses auraient été tellement plus simples si on leur avait appris à ne pas craindre leurs émotions.. Mais il était trop tard, à présent. Ils étaient des hommes, des hommes qui ne pleuraient pas mais qui n’étaient pas foutus de se parler simplement.

Pris au dépourvu par l’absence de réaction de son frère, Tibérius se décida à faire le premier pas, maladroitement. Très gêné, Thaddeus s’occupait les mains en rangeant au millimètre près les petits objets décorant une des étagères du salon. Tout plutôt que de regarder son aîné. Pourtant, le grand promettait d’oublier cette histoire de fiançailles. La gorge nouée, Thaddeus se contenta de hocher la tête, se sentant incapable de parler. Pas suffisant pour Tibérius, dont la mauvaise humeur menaçait de refaie surface. Thadd entendit que Rose lui murmurait quelque chose, et se décida à se retourner pour leur faire face. Tibérius semblait totalement démuni, et il eut envie de lui dire quelque chose, quelque chose de définitif, de réconfortant, de…

-Moi aussi, j’avais un cadeau pour toi, Tibérius.

C’est tout ce qui lui était venu, et, s’il s’était efforcé de parler sur un ton léger, sa voix était encore étranglée. Tandis que le grand s’éloignait pour aller chercher son cadeau, Rose vint lui demander s’il préférait qu’elle les laisse seuls ; il secoua la tête, souriant pour la première fois depuis un bon moment.

-Pas du tout, sauf bien sûr si tu te sens mal à l’aise. Moi, en tout cas, tu ne me déranges pas, murmura-t-il, avant d’ajouter, baguette en main : Accio cadeau de Tibérius.

Le paquet joliment emballé se fraya un chemin dans la maison, profitant, au dernier moment, de la porte ouverte par Tibérius pour terminer sa course entre les mains de Thaddeus. Mais l’attention des frères Yaxley était désormais portée sur bien autre chose qu’un échange de présents ; leur cousin, leur cher cousin Caelum se permettait non seulement d’écouter aux portes, mais aussi d’invectiver Tibérius sous son propre toit.

Thaddeus avait toujours haï ce type, sans jamais le dire. Caelum le méprisait ouvertement, se gaussait de son incapacité à avoir la moindre aventure sentimentale, tournait en dérision son amour de la littérature. Il ne manquait aucune occasion de se montrer condescendant, sûr qu’il était de son immense supériorité. Et le voilà qui osait aboyer sur Tibérius ! Thaddeus resta un instant sans voix, hésitant sur la conduite à tenir. D’un côté, les bonnes manières qui lui commandaient de se faire encore et toujours marcher dessus par ce connard, sans rien dire, pour ne pas être discourtois. De l’autre, cette rage de le voir si à l’aise dans une maison qui n’était pas la sienne, donnant des ordres, sans se soucier de respecter ses hôtes… Comme Caelum s’éloignait, entraînant une Rose déconfite avec lui, Thaddeus sembla soudain se réveiller. Fourrant sans cérémonie son cadeau dans les mains de Tibérius, il lâcha :


-Tiens-moi ça une seconde, je reviens.

Il s’élança, rattrapa Caelum qui traversait le salon à grandes enjambées, et l’appela :

-Caelum ! Tu as oublié quelque chose.

Et comme l’autre se retournait, par réflexe, le petit juge lui expédia une droite en pleine poire. Certainement pas la plus puissante ni la mieux balancée, mais suffisante pour que le cousin Selwyn se retrouve assis sur son auguste fessier sous les regards effarés des invités. Pas mécontent, Thaddeus conclut (en se forçant à ne pas se frotter la main, c’est que ça faisait drôlement mal de cogner sur un type) :

-Bonne année, cousin. On ne te retient pas. Bonjour chez toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 114
Humeur :
Défaite de famille + Rose & Thadd Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Défaite de famille + Rose & Thadd Right_bar_bleue

En couple avec : Personne. Volage et multipliant les conquêtes sans lendemain, cherchant cependant une épouse digne de ce nom.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitimeDim 23 Aoû - 20:16


Défaite de famille
Rose, Thadd & Tibérius
Est-ce la main apaisante de Rose sur son bras qui retient Tibérius ? Ou l’annonce de Thaddeus ? Un peu des deux, sans doute. Il est trop surpris pour répondre à son frère, mais il lui semble que c’est enfin un pas envers lui, une chance de se réconcilier qui lui est offerte. Touché, il ne sait même plus quoi dire : « Oh. Je… » Alors, c’est comme ça, c’est tout, une réconciliation ? Il faut dire qu’il est si peu habitué à gérer les conflits au sein de sa propre famille, et encore moins des conflits qui l’affectent réellement, que Tibérius en devient soudainement muet. Il aimerait demander conseil à Rose, qui parait à présent mieux disposée envers lui, mais il ne peut décemment le faire devant Thaddy lui-même. Il a déjà été assez gênant et ridicule comme ça, il ne voudrait ajouter à la honte de personne. Alors il se décide à céder un peu de terrain, à laisser tout le monde reprendre ses esprits, à commencer par lui, et lance presque timidement : « Bon, je vais aller chercher le tien, on en rediscutera après…»

Tomber nez à nez avec Caelum ravive sa mauvaise humeur, et la frustration qui s’insinue en lui redevient colère et froideur : la rencontre avec son cousin sert de catharsis, et lui fournit un prétexte idéal pour passer ses nerfs. D’autant qu’il lui semble tout à fait valable de se mettre en colère à présent. Jamais personne ne s’est permis de lui parler ainsi, et ce n’est certainement pas ce crétin amateur de Quidditch, raté et sans envergure, qui va lui parler ainsi. « Surveille ton langage, cousin. Tu as oublié à qui tu t’adresses, manifestement. » Le ton ne souffre guère de contestation. Il n’est pas indécent avec Rose, et Caelum n’est personne pour lui adresser la parole ainsi, à lui, un des chefs de famille des Vingt-Huit sacrés ! La seule chose qui l’ennuie est que cela puisse causer du tort à Rose, et il secoue la tête lorsqu’elle lui adresse un désolé muet et contrit à voix basse. Ce n’est pas sa faute, il ne lui veut pas. Pire, Tibérius voudrait la défendre, mais tant d’audace le laisse pantois. Alors il les laisse partir, se disant qu’il écrira à Rose pour arranger ça. Ça aurait pu être pire, et se produire devant les invités…

Le moment où Thaddeus lui fourre d’office son cadeau dans les mains ramène brutalement Tibérius à la réalité. « Quoi ? » Réagit-il, surpris, ne comprenant pas ce qu’il se passe.  « Thaddeus, où est-ce que tu vas… »  Trop tard, son frère est déjà parti. Par réflexe, Yaxley se lance à sa poursuite : « Thaddy, attends-moi ! » Il débouche au salon au moment où son cadet assène son poing dans la figure de Caelum, sous le regard atterré de tous. Peinant à réaliser ce qu’il se passe, Tibérius murmure : « Ben, par Merlin, ça alors, si je m’attendais… » Il hésite entre rire ou pleurer, parce que c’est bien fait pour leur cher cousin, mais que tout son discours vient d’être battu en brèche. Si seulement il pouvait sauver les meubles…

Redressant son cousin, il lance à la cantonade, jouant la carte du patriarche apaisant les choses : « Allons, allons, debout…c’est un regrettable incident, les esprits se sont échauffés, la fin du repas aidant...Monsieur Selwyn, je regrette absolument ce qu’il s’est passé… » Le patriarche lui lance un regard des plus glacial, manifestement peu convaincu, avant d’ordonner à sa famille de plier bagage, ce que les Selwyn font dans un murmure généralisé de désapprobation. Ce genre d’offense et d’attitude ne s’oublie guère, d’un côté comme de l’autre, Tibérius le sait. Il pourrait s’expliquer, exiger lui aussi des excuses. Après tout, Caelum a lancé les hostilités sous son toit, en l’insultant lui, un chef de famille. Mais il ne veut pas d’une guerre entre famille, ce serait un échec – et puis comment fréquenter Rose, si les Yaxley et Selwyn sont brouillés à mort ? Depuis la porte, dépassé, il réalise cependant qu’il n’a pas de solution. Pourtant, Tibérius n’arrive pas à en vouloir à Thaddeus, au contraire. Il trouve le geste formidable de courage, très Yaxley, comme si son frère s’était révélé.

Il espère cependant pouvoir s’expliquer avec le patriarche Selwyn. N’importe qui comprendrait, au vu de l’attitude de Caelum… Rien n’y fait, pour l’instant. Tibérius aurait aimé dire un mot à Rose, pour lui dire qu’il était désolé à son tour, pour l’assurer de son soutien et que l’offense et l’ire qu’il a à présent contre les Caelum ne s’étend certainement pas à elle, mais il ne parvient qu’à lui adresser un sourire presque contrit. Elle est déjà trop loin pour qu’il puisse faire mieux. Qu’à cela ne tienne, il lui écrira… En attendant, il revient au salon, se laissant tomber sur une chaise restée disponible à la table. Toute la famille est pendue à ses lèvres, mais il prend le temps d’allumer une cigarette, et énonce lentement : « Eh bien, pour les alliances, c’est foutu. Je ne vois pas comment je vais pouvoir réparer ça… » Cela lui colle par avance un sacré vertige. Mais au final, un sourire s’affiche sur le visage du jeune patriarche Yaxley : « Mais pour l’union familiale, c’est autre chose, ça, je dois l’avouer ! » Un vrai rire franchit ses lèvres. « Bravo, Thaddy. Ça me démangeait de le faire moi-même. Je suis fier de toi. » Il tend la main à son frère pour la serrer. Pour Tibérius c’est terminé. Il n’en veut plus, de rien, à Thaddeus. Adieu alliance et pactes, bonjour pertes et fracas. Mais l’honneur de la famille est sauf, a priori, il n’est plus fâché avec Rose et les Yaxley sont unis. Du point de vue du chef de famille qu’il est, Tibérius estime donc finalement qu’il ne s’en sort pas si mal que ça.
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Défaite de famille + Rose & Thadd Empty
Message#Sujet: Re: Défaite de famille + Rose & Thadd   Défaite de famille + Rose & Thadd Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Défaite de famille + Rose & Thadd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Village Hentaï
» [UPTOBOX] Les Tuche [DVDRiP]
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Yaxley ( Angleterre, Cambridgeshire)
-