AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-51%
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC – Cave à vin de service – 8 bouteilles
49.99 € 100.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 What we stay alive for - Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeJeu 9 Juil - 23:23

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forCe sont des notes de Jazz qu’Eve entend lorsqu’elle descend gracieusement les marches du pub. Dans le centre de Londres, quelques part dans Soho, entre les restaurants, les cinémas et les théâtres, on trouve les bars à la fois les plus mal famés et les plus recommandables de ce que la capitale moldue pouvait offrir. Depuis quelques mois, Eve est une habituée des troquets en tout genre. Ses longs cheveux roux attachés dans une tresse lâche, une robe de soirée au décolleté assez révélateur pour emballer l’imagination des hommes, mais sans friser la vulgarité, un sourire éclatant au visage, elle est l’ornement favoris de Rory Callahan depuis un moment et il l'emmène partout avec elle dès qu’elle est disponible.

Lorsqu’elle arrive à son bras, les têtes se tournent vers elle, on la salue avec empressement et on s’enquiert de ses besoins. Lui accorder de l’attention, c’est en accorder au chef sans l’importuner. Par le respect que l’on accorde à sa favorite, on espère avoir à son tour l’honneur des faveurs de Callahan.

Ils sont en avance, Rory n’aime pas arriver en dernier et il a envie de se distraire. Les musiciens s’animent et Rory entraînent Eve dans la danse. Il a rendez-vous avec son frère lui a-t-il dit, mais il ne semble pas vraiment tracasser. Ses hommes sont en place et dans l’attitude festive qu’il semble surjouer un peu, Eve y voit une sorte de mépris affiché pour la personne qu’il va rencontrer.

Sans ciller, elle joue le jeu. Elle rit, badine, tournoie et déploie les atouts que la nature lui a donné pour charmer le mangemort. Sans savoir qui est vraiment Eve, on pourrait s’étonner de la voir au bras d’un type comme Rory, se prostituant pour passer du bon temps. Pourtant, Eve est exactement là où elle veut être et il lui a fallu du temps pour approcher le mangemort.

En réalité, ce n’est pas sûr lui qu’elle avait jeté son dévolu. Il lui fallait un sang-mêlé, aucun mangemort sang-pur n’aurait accepté de s’afficher en public avec elle, mais finalement Rory avait attiré son attention sa double casquette de mangemort et chef d’une partie de la pègre londonienne lui ouvrait un nombre considérable de porte sans avoir à multiplier les sources. Autant dire qu’elle s’arrangeait depuis des mois pour rester dans ses bonnes grâces. Son “règne” sur le lit, à défaut du coeur du mangemort, ne finissait pas d’étonner ses fidèles partisans qui l’avaient connus moins constant.

Enfin, la porte s’ouvre laissant entrer un courant d’air cinglant. Pendant un moment, le silence se fait presque. Le nouvel arrivé n’est pas beau au sens propre du terme, mais il dégage un charisme impressionnant. Il a quelque chose qui fait que instinctivement, les gens s’écartent sur son passage et celui des ses hommes.

Si Rory a déjà bu un peu, il n’est pas aussi éméché qu’il voudrait le faire croire à son frère. Il l'accueille avec un sourire presque moqueur et se penche à l’oreille d’Eve en murmurant “distrait-le”.

- Eh ben Finn, tu as l’air bien renfrogné, ne fais pas cette tête, prend un verre ! Il prend la main d’Eve et la place dans celle de Finn. Amuse la petite cinq minutes, je vais pisser.

Une insulte pour asseoir sa position. Eve sourit aimablement au niveau venu comme si elle ne comprenait pas ce qui se passait et demande avec une certaine candeur :

- Vous m’accorderez bien la danse ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeDim 12 Juil - 23:27



What we stay alive for
Eve & Finn
« California girls, man ! » Balance Rafa avec un grand rire, faisant la démonstration des formes de la fille en question de façon explicite, pour la plus grande joie de Ray, l’un des hommes de Finn, qui sert de chauffeur, et réussissant à tirer un sourire amusé, un bel exploit, à son patron. Enfoncé dans le siège arrière, Finn Callahan est pourtant loin de l’exubérance qu’il peut parfois afficher, lui qui pourtant est si prompt à passer de la joie féroce à la férocité joyeuse en un rien de temps. Mais la rencontre avec son frère l’inquiète plus qu’il ne veut bien l’admettre. Bien sûr, Finn a lui-même provoqué la rencontre avec Rory. Il a bien l’intention de réclamer ce qui lui revient de droit, la moitié de l’empire que son père a construit, d’Irlande à Londres, du côté sorcier, et dont Rory n’a fait qu’hériter. Bien sûr, son ainé refusera, il s’en doute. Finn n’attend que ça, à vrai dire. Il rêve plus d’un bain de sang qui lui servirait de vengeance que d’un empire qu’il ne peut et ne veut pas contrôler, ne comprenant rien au monde sorcier, sinon qu’on n’y veut pas de lui, et n’ayant pas l’intention d’y foutre les pieds.

Ça, c’est le plan en théorie. Mais dans les faits, il faut bien reconnaitre que son frère lui fait un peu peur, ce qui a toujours été le cas, autant que Finn le déteste. Il sait aussi que Rory ne viendra pas seul. C’est pour cela qu’il a tenu à choisir le lieu, une boite qui est sur son territoire et qui lui paye sa protection. Pas très loin du Chemin de Traverse non plus, pseudo-gage de conciliation à destination de son frère. Si ça dégénère, ils seront en nombre et armés, au moins, songe Callahan en regardant les trois voitures qui le suivent. A espérer que ces foutus sorciers n’aient jamais vu d’armes à feu moldues… Et puis, au fond, ça fait presque dix-huit ans qu’il n’a pas vu Rory. La détestation de son frère a construit Finn autant que l’admiration qu’il avait originellement pour lui. Ça l’a structuré. Forcément, il y a de quoi se poser des questions, même pour lui, dont le caractère est déjà incertain.

« Pas de vagues. »
Ordonne-t-il en descendant de la voiture, avant d’en récupérer les clefs. « Vous vous répartissez gentiment, et vous ne dites rien. » Il n’a pas besoin d’en faire plus, ça suffit pour qu’on l’écoute. Quatre à quatre, il descend ensuite les marches du club, flanqué de Rafa et de Ray. Un coup d’œil suffit à Finn pour repérer son frère, qui semble déjà s’être institué maitre des lieux pour la soirée. Avec déplaisir, il constate que leur ressemblance n’a pas disparu avec le temps, au contraire, et il grimace en se disant qu’il ressemblera sans doute à ça dans dix ans. Connaissant les habitués, l’acteur remarque immédiatement une dizaine de curieux personnages, semblant avoir essayé de faire un effort vestimentaire, mais foireux, pour passer pour moldus. Surtout, il a fallu que son frère amène une fille. Pour un peu, voyant la rousse qui l’accompagne, Finn commencerait à hurler. C’est une réunion de famille, c’est sérieux, et l’autre s’en fout. En soi, c’est déjà une insulte ; les premiers mots de son frère le sont tout autant, détruisant instantanément tous les effets et storytelling dramatiques que Finn imaginait.

Rory n’a jamais été ni fin ni élégant, mais à ce point, c’est un festival, qui laisse Finn interdit, autant que la main de Eve dans la sienne. « Je ne vois pas mon frère pendant dix-huit ans, je viens régler une querelle familiale majeure, et tout ce qu’il trouve à faire, c’est ça. Formidable. » Le message à peine voilé est qu’à la première occasion de vengeance, son frère se prendra au minimum son poing dans la gueule. Si la petite rousse à l’air candide qui le regarde avec un sourire charmant ne le comprend pas, Finn serait extrêmement déçu. Rory s’en doute déjà, sans doute, il doit chercher l’affrontement aussi, et il compte bien lui donner ce qu’il veut, autant que sa petite amie lui confirme. « Mais je m’égare. Avec plaisir. » Et un sourire charmant, quoique totalement hypocrite. Cela dit, a minima, quand on a fait les études et le passage à Hollywood de Finn, on sait danser, même si on est agacé. Et on est capable de tenir une discussion sérieuse en même temps. « Tu es quoi, toi, exactement ? Sa poule favorite ? Il ne te trainera pas là, sinon, je suppose. » Peut-on dire que Finn est plus raffiné que son frère ? Oui, sans doute, s’il voulait s’en donner la peine. Mais là, pourquoi prendre des gants ? D’autant qu’il n’est pas spécialement, à son sens, désagréable, puisqu’il dit juste la vérité. Il cherche juste à poser des questions, et surtout à s’informer, mine de rien. « Moldue ou sorcière ? Hm. Sorcière, je suppose, sinon tu m’aurais déjà demandé pourquoi je ressemble à cet acteur américain que la Hammer a embauché. » C’est tout Finn, ça : les règles du secret magique, il s’en affranchit totalement, puisque le monde sorcier le déteste, et surtout, tout est toujours ramené à lui. Mais ça l’occupe de parler avec cette fille, il n’a pas trop le choix, de toute façon. Et puis même si elle en venait à le détester, ce ne serait pas bien grave, il s’en fout, après tout.

Voyant son frère revenir, il lance avec décontraction : « Par contre, si j’étais toi, ma jolie, je resterai pas ici, ça va chauffer dans pas longtemps. Simple conseil amical. » Avec un sourire un peu crispé, il arrête la danse. « Au fait, c’est quoi, ton nom ? » Il n’a presque pas le temps d’entendre la réponse, car son frère se rapproche dangereusement, arrachant la main de Eve de la sienne. «  Je croyais que tu voulais parler ? Ou tu as gardé l’habitude de prendre ce qui me revient de droit ? » Apparemment, la distraction demandée, dont Finn n’a pourtant pas connaissance, a un peu trop bien fonctionné. « Amène-toi. » Ajoute d’ailleurs Rory en tirant plutôt brutalement une Eve pourtant plutôt docile par le bras. « Toi aussi, ce serait dommage que je perde mon frangin cracmol en chemin. » Derrière lui, Callahan lève les yeux au ciel, et suit le mouvement, s’installant en face de Rory. « Alors, tu veux quoi ? Les retrouvailles familiales touchantes, j’imagine que tu sais que c’est mort ? » Pour un peu, Finn lui collerait une balle entre les deux yeux, juste pour le faire taire, et si possible faire disparaitre ce sourire stupide. « Je me disais plutôt que tu allais me donner ce qui me revient de droit. La moitié de ce que t’as est à moi. Mais on fait comme tu veux. Un carnage, ça m’ira tout autant. »
(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeMar 14 Juil - 0:28

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forIl faudrait être idiot pour ne pas sentir la tension qui a commencé à régner dans le bar à l’apparition de Finn et ses hommes. Chacun tente de l’ignorer en feignant une décontraction de façade, mais même Rory, pourtant doué, le lui fait sentir. Il serre sa main trop fort, son bras autour de sa taille lui ferait presque mal tandis qu’il lui murmure de distraire son frère. Séduis-le, danse avec lui, fais ce que tu veux, mais qu’il se sente humilié que ça soit toi que j’envoie en première ligne. Il n’a pas l’importance qu’il voudrait se donner. Voilà ce que la jeune femme comprend de ce qui se joue devant elle. Certes, elle n’a pas tous les éléments, mais il faudrait être aveugle pour ne pas voir au premier regard le petit jeu de domination qui se joue devant leurs yeux. Le bar est le théâtre et la piste de danse devient momentanément leur scène.

Heureusement pour elle, son rôle est facile. On la veut jolie, candide, innocente, naïve et elle donne le change à la perfection. Son cavalier de remplacement semble faire de même et s’il maugrée, ça ne l’empêche pas de lui accorder un sourire aimable, au moins de façade, avant de prendre sa main. Les musiciens reprennent leur instrument, le tempo s’accélère et soudain c’est de concert que les deux jeunes gens bougent sur la piste. Finn danse bien, c’est le moins qu’on puisse dire. Bien mieux que son frère et pendant quelques instants, Eve le suit avec plaisir. Elle est bonne danseuse elle-même, quand elle était jeune, sa mère, probablement nostalgique des ballets qu’elle voyait en Russie lui a fait prendre des cours. Eve y a acquis un jolie port de tête, une certaine souplesse, mais surtout un goût pour la danse qu’elle n’a jamais perdu. Pendant quelques minutes, une brève pause, elle n’est qu’elle-même appréciant la danse auprès d’un partenaire doué.

Les moments ne de répit ne durant jamais longtemps, c’est son cavalier qui rompt le silence en premier. S’il n’est pas grossier, il n’est pas aimable pour autant et la jeune femme y voit une tentative assez maladroite d’en savoir plus sur elle. Elle tourbillonne, lâche sa main et la reprend aussitôt pour continuer leur chorégraphie tout en répondant joyeusement :

- Oh moi je suis … Oh vous savez ... ça fait un moment que j’ai rencontré Rory. Vous êtes Finn, je crois ?

Elle continue de sourire et prend un air désolé quand elle ajoute d’un air presque inquiet :

- C’est bien long dix-huit ans sans voir son frère, vous ne vous entendez pas ? Enfin ne vous méprenez pas, je ne voulais pas juger.

Tant de naïveté frise la bêtise, parce qu’en effet, il faudrait l’être pour ne pas comprendre que la relation entre les deux frères n’a pas l’air d’être au beau fixe. Pourtant, les gens n’hésitent jamais à penser qu’elle est idiote. Après tout, qui pourrait soupçonner cette jolie rousse, qu’on a jamais vu lancer le moindre sort, et qui semble sous le charme du boss avoir ne serait-ce qu’un peu de jugeote ? Elle ne serait pas là sinon. Sois jolie, sois souriante, on te sous-estimera toujours. Une belle femme ne peut pas être intelligente. Autant dire qu’au cours des années, Eve avait eu plus que l’occasion de vérifier cette théorie et qu’elle s’était avérée vraie. Lorsque Finn lui demande de but en blanc si elle fait partie du monde magique, elle prend un air affreusement embarrassée et détourne le regard comme paniquée. C’est en chuchotant qu’elle répond :

- Oh mais taisez-vous et si quelqu’un vous entendait ici ! Vous avez raison, j’en suis une, mais pas très douée, conclut-elle avec un petit rire. Elle le détaille comme si elle le voyait vraiment et prend un air impressionnée.Vous êtes un acteur, je n’en ai jamais rencontré, comme c’est excitant !

La vérité c’est que Rose n’avait pas reconnu Finn, pourtant, elle en a passé du temps dans le monde moldu, mais il faut bien avouer que ces dernières années ont été chargée et que sa vie ressemble déjà assez à un drame sans qu’elle ne doive s’occuper de ceux qui se créent à l’écran en bonus. Cela dit, elle s’en veut, c’est une faute de débutante et elle devrait se tenir plus à jour de ce qui se passe dans son monde.

Rory revient et on peut dire qu’il en a mis du temps pour faire son affaire. L'avertissement de Finn est bien entendu inutile. Eve est parfaitement capable de se défendre, peut-être même plus que lui et elle est exactement là où elle veut être, mais il serait de mauvais ton de ne pas avoir l’air effrayée par ses avertissements. Alors elle les prend avec le sérieux que l’on attend d’elle et soudain son visage semble perdre de la couleur, ses yeux bougent plus vite comme si elle était réellement paniquée tandis que son sourire se crispe.

- Oh mais je ne pourrais pas ! Vous voyez, Rory, il n’aime pas que je parte avant lui. Je ne me suis pas présentée, que je suis bête, je suis Eve.

Elle a à peine le temps de finir sa phrase que le frère de Finn arrive et que ça soit par jalousie ou simplement pour continuer de montrer son ascendant sur celui-ci, il la tire avec une certaine violence. Elle pousse un petit cris de circonstance et le suit docilement tandis qu’il continue de provoquer son cadet auquel elle lance un regard désolé. Contrairement à beaucoup, elle n'a jamais rien eu contre les cracmols et c'est bien la seule chose chez lui qui le rendrait sympathique aux yeux de la jeune femme. Si elle ne se trompe pas, et elle se trompe rarement, la soirée risque de finir en bataille rangée et elle a tout intérêt à se mettre le gagnant dans la poche. Elle a tendance à parier sur Rory, le nombre est de son côté en réalité, mais on ne sait jamais.

Il ne faut que quelques instants pour que la discussion se fasse houleuse et Rory qui l’a attirée sur ses genoux en passant sa main toujours un peu plus haut sa cuisse regarde son frère d’un air bien mal aimable. Il serre sa main sur sa jambe et Eve se laisse aller à un petit gémissement de douleur. Il la frappe légèrement sur l’épaule et la regarde avec mécontentement.

- Un carnage, lance l’aîné avec dédain. Comme si tu en étais capable ! Tu crois que tu m’impressionnes parce que tu as apporté quelques gros bras ? Tu as toujours été faible Finn et ça ne va pas changer. Pas vrai ma jolie, lui demande-t-il en lui caressant la joue. Tu vois, il a toujours voulu mes jouets. Regarde comme il te regarde, je suis sûre qu’il te voudrait aussi, mais tu es à moi. T’as compris ça p'tit con. TOUT est à moi et toi tu n’auras rien alors fais le ton carnage si tu crois pouvoir te mesurer à moi.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeVen 17 Juil - 0:19



What we stay alive for
Eve & Finn
Ce n’est pas la conversation qu’il avait imaginé avec son frère. Mais d’un autre côté, Finn est tout de même content d’avoir un peu de répit avant d’affronter directement celui-ci. Peu importe comment ça tourne, et même s’il jurerait le contraire, il reste sans doute un peu du gamin qui admirait Rory tout au fond de lui, et s’il était honnête, il reconnaitrait qu’il a un peu peur. C’est plus facile de conserver la dégaine impeccable du mafieux sûr de lui avec Eve : la petite amie de son frère, avec son air d’ange et son rire doux, est tout de même plus facile à impressionner, ou en tout cas, semble plus encline à des sentiments positifs à son égard. Elle n’a pas l’air de bien réaliser ce qui se trame, aussi. Un peu à l’ouest, sans doute, au point de lui demander qui il est. D’ordinaire, Finn n’a pas à se présenter : soit on le reconnait comme acteur, soit, dans les bas fonds de Londres ou de LA, on sait qui il est et sa visite n’annonce rien de bon. La jeune femme parait ignorer ces données élémentaires, mais qu’importe. Car puisqu’elle n’a aucun a priori à son égard, elle pourra peut-être répondre à des questions, même sans s’en rendre compte. Alors avec un sourire affable, il acquiesce : « Le frère disparu dans la nature, oui, c’est moi. »

Par-dessus l’épaule de Eve, il aperçoit Rafa qui le scrute d’un air inquiet. Sans cesser de danser, il articule quelques mots de façon muette. Todo va bene. Pour l’instant, pas de menace, même si ça ne durera pas. Au contraire, il s’amuserait presque, car il est rare de tomber sur une bonne partenaire de danse. En revanche, pour l’intelligence, on repassera : il faut être aveugle pour ne pas voir la tension entre lui et son frère. « Ne pas s’entendre, en ce qui nous concerne, c’est un euphémisme. Rory n’aime pas beaucoup les gens qui ne font pas partie du monde magique. Ou alors, il est jaloux parce que je suis plus intelligent et plus beau que lui. » Réplique donc l’acteur avec un sourire goguenard. On pourrait le dire prétentieux, mais Finn ne se voit pas comme tel. Il sait qu’il plait, et que Rory est un abruti. Il dit toujours ce qu’il pense, peu importe que ce soit approprié ou non : pourquoi policer son discours ? Parce que les gens n’aiment pas toujours entendre des vérités déplaisantes ? A quoi bon ? Ce n’est pas comme s’il se souciait de ce que pensent les gens, ou des gens en général. Et puis, il faut le dire, Callahan cultive son côté tête à claque. On trouve ça insupportable ou plaisant, c’est selon, à Eve de décider.

A première vue, elle est trop sage pour lui, mais elle l’amuse, avec son air de poupée fragile. Ça n’a pas l’air d’être une mauvaise fille, dommage qu’elle gravite dans l’environnement de Rory. Dommage aussi qu’il ne puisse pas la secouer par les épaules, son côté naïve lui porte un peu sur les nerfs, par contre.  « Mais c’est qu’elle me gronderait, la petite ! Tu as un côté sergent-major...ou infirmière, je ne sais pas trop si je dois l'apprécier ou me méfier. » S’esclaffe-t-il, presque surpris, penchant un peu la tête pour la regarder. « Et donc, alors... Qu’est-ce qui se passerait si les gens nous entendaient ? Le monde s’écroulerait brutalement ? Non, laisse tomber. Je ne suis pas concerné par le secret magique, moi, puisqu’on ne veut pas de moi dans votre monde, c’est tout. » Il y a une blessure à peine dissimulée dans cet air bravache qu’il se donne pour balancer cette provocation, celle d’un gamin qui au fond, aurait peut-être voulu être un sorcier, même si Finn ne renoncerait aujourd’hui pour rien au monde à sa vie moldue. D’ailleurs, il se demande comment la jeune femme connait son métier. Est-ce que Rory lui en a parlé ? « Tu trouves, ou tu dis ça pour être polie ? »

A propos de Rory, le voilà qui revient. La partie commence vraiment, et Finn n’a que le temps d’un dernier clin d’œil à la rousse : « Enchanté, alors, Eve. » Captant son prénom, il lui adresse un dernier sourire amusé, et décide pour elle : « Ivy, non ? »

C’est sans doute le dernier échange serein et positif qu’ils auront ici. Finn n’était pas venu pour des mondanités, et il a bien compris les manœuvres de son frère. Mais peu lui importe. Il n’a pas oublié son objectif. Tendu, il ne se laisse pourtant pas impressionner, ni gagner par le stress. Les efforts de Rory sont pitoyables. A vrai dire, Finn se demande pourquoi il répond encore au lieu de faire taire Rory directement. Probablement parce qu’il y a toujours une part de prouver qu’il est plus malin et plus intelligent que son ainé. Probablement parce qu’un bain de sang en plein jour, même pour lui qui est habitué à la violence et qui ne voit pas le problème, est dangereux. « En même temps, elle y gagnerait, je ne sais pas ce qu’elle te trouve. Ce n’est pas comme si tu brillais par ton intelligence ou ta créativité. » Il lève les yeux au ciel devant les platitudes que lui sert son frère. C’est convenu et ennuyant. Finn avait espéré moins cliché.  « Tes capacités au lit, peut-être ? Ça ne durera pas, il n’est plus tout jeune, notre Rory, tu sais, petite. » Remarque-t-il avec amabilité à l’intention de Eve. Il faut l’avouer : agacer son frangin lui manquait. Et ça marche très bien. Si celui-ci pète un plomb en premier, de plus, ça lui donnera une excuse pour se défendre. Et il a l’air bien parti pour. « Espèce de… » Finn l’interrompt d’un geste, toujours aussi provocateur. « Non, mais t’as lancé le sujet, de quoi tu te plains, allons au fond des choses…enfin, si tu en es capable. » Railleur, il continue avec insolence, faisant signe au barman de lui apporter un verre : « Sérieusement, il faut qu’elle soit complètement cruche, ou qu’elle soit intéressée, pour sortir avec toi. Vu comment tu la traites, je suis étonné qu’elle supporte. Je penche pour l’intérêt. Ou alors, ma petite Ivy, tu es vraiment très cruche, laisse moi te le dire. » Lui lance-t-il en se penchant vers elle, sur le ton de la confidence. Il n’a aucune conscience d’à quel point il se trompe, mais en revanche, le coup d’œil suspicieux de Rory vers sa maitresse montre que ça marche au moins un peu.

Cela dit, Finn n’a pas oublié ce qu’il voulait. Et c’est à cela qu’il revient inlassablement. Car il a un plan, qui ne peut que marcher. « Bon, sinon, trêve de plaisanterie.  Je suis peut-être faible, mais tu es chez moi. Et peu importe le nombre d’homme que tu as amené avec toi, si je te descends sur place, il ne se passera rien. Je vais te montrer. » Ouvrant sa veste, il sort le revolver qu’il a à la ceinture pour le poser sur la table, provoquant du mouvement du côté de son frère, manifestement familier des armes moldues et enclin à saisir sa baguette magique. «  Non, j’éviterai, si j’étais toi, tu as tout à y perdre. Surtout du côté moldu. » Allumant une cigarette, Finn adresse un sourire aimable à son frère, bouillant de rage. Il n’a sans doute pas dit son dernier mot, mais il a renversé la table en sa faveur, pour le moment du moins. Autant profiter de son avantage. « Alors, tu baisses d’un ton et on parle ?  Ou tu veux…eh. Laisse ça, Ivy, tu ne sais pas comment ça marche. Tu vas te faire du mal. » Voilà quelque chose que Finn n’avait pas prévu, et il regarde à présent Eve d’un air éberlué, alors que celle-ci s’est emparé du Beretta. Mais qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir en faire, cette petite sorcière naïve ? Callahan n’en a pas la moindre idée, et ça l’inquiète.
(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeDim 19 Juil - 1:28

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forAujourd’hui, on peut dire qu’Eve évolue en terrain inconnu. Rien d'inhabituel, elle est habituée aux missions hasardeuses et l’improvisation est sa marque de fabrique. C’est pour ça, entre autre choses, qu’on l’a choisie pour infiltrer le monde sorcier. Si Rory est un homme étrange, il n’est pas bête pour autant et souvent prompt à la colère. Écoutant principalement ses instincts et parfois extrêmement vicieux, il est moins facilement manipulable qu’on pourrait le penser. C’est son caractère qui le rend dangereux et la jeune femme doit faire un savant travail d’équilibriste pour obtenir ce qu’elle désire.

S’il semble particulièrement joyeux, presque euphorique lorsqu’il tend la main d’Eve a Finn, l’ancienne Serdaigle sent qu’il est en réalité tendu et elle sait que ce n’est qu’une question de temps avant que la soupape de sécurité ne saute. Quant à son cadet, puisqu’il est évident qu’ils sont frères tant ils se ressemblent, Eve songe qu’il ne semble pas fait du même tonneaux, mais on ne sait jamais. Parfois, on se dispute plus parce qu’on se ressemble qu’à cause de nos différences, chose qu’elle ferait bien de retenir pour l’avenir.

En attendant, elle a un rôle de petite bécasse à tenir et elle a décidé de s’y atteler du mieux qu’elle peut. Si elle en juge par le regard que Finn semble parfois lui lancer, elle peut même jurer qu’elle ne s’y prend pas trop mal et pourtant il n’est pas facile de se faire passer pour une imbécile. Elle a un petit rire embarrassé lorsqu’il évoque le différend qui l’oppose à son frère et fais mine de ne pas comprendre le sous-entendu de Finn. S’il ne fait pas partie du monde magique, il y a de bonne chance que ça soit un cracmol. Ca expliquerait l’absence de tolérance du mangemort envers son frère. Elle garde ses remarques les plus pertinentes pour elle et se contente de commenter ce qu’il y a de moins intéressant.

- Oh vraiment ? Vous êtes plus beaux ?, demande-t-elle avec innocence. Il faudrait que je puisse comparer, je ne suis pas certaine, continue-t-elle d’un ton hésitant et puis son visage s’illumine et comme si elle venait d’avoir une excellente idée, elle s’exclame : vous avez regardé dans un miroir pour être sûr ?

Idiote, oui, mais ça ne l’empêche pas de s’amuser un peu. C’est plus fort qu’elle. Parce que si Finn n’a pas l’air d’être aussi soupe au lait que son aîné, ça ne l’empêche pas d’avoir un ego au moins aussi gros en apparence.  Pendant qu’ils dansent et discutent, elle regarde autour d’elle et si les hommes de Finn sont sur le qui vive, ce n’est pas elle qui les préoccupe. Celui qui semble être le second de la bande regarde les hommes de Rory en chien de faïence et progressivement, elle devient inoffensive aux yeux de tous. Reste à voir si son cavalier se fait embobiner, mais elle y travaille.

- Vous grondez ? Oh Merlin, non, je n’oserai pas, lui répond-elle en prenant un air effaré.  

Quant au secret magique, elle pourrait être presque choquée en réalité. Les sorciers et leur famille sont généralement très précautionneux la dessus et le risque d’être poursuivis par le Ministère n’est pas léger. Elle n’a que rarement entendu parler aussi ouvertement parler du secret magique, mais dans le fond, ça lui en dit beaucoup sur Finn et son amour du monde sorcier. Un désamour qu’elle n’a pas vraiment de mal à comprendre. Heureusement pour elle, elle n’a pas besoin de s’attarder sur le sujet et elle peut caresser dans le sens du poil son compagnon. Acteur, rien d’étonnant à ce qu’il ait l’air d’avoir de l’ego. Elle n’a pas de mal à prendre un air impressionné et à murmurer timidement.

- Oh non, pas du tout, je trouve ça tellement chic. Je rêverai d’être actrice, mais je joue tellement mal. C’est une catastrophe !, répond-elle avec un petit sourire triste.

Ils ont à peine le temps de se présenter que Rory, lassé du petit jeu qu’il a lui-même initié décide de venir récupérer ce qu’il pense lui appartenir. Toute subtilité envolée, c’est un échange de coq de basse cour qui a lieu devant Eve. Qu’est-ce qu’elle fait au milieu de ses deux hommes si ce n’est servir de trophée pour Rory, on se le demande. En attendant, ils ont tendance à parler d’elle comme si elle n’existait pas et si on lui demandait son avis, autant dire qu’elle choisirait de n'accueillir aucun des deux frères dans son lit. Elle rougit furieusement au propos de Finn alors que la main de Rory se crispe de plus en plus sur elle. Il lui fait mal et elle se dit qu’il se vengera sûrement sur elle une fois son frère parti ou entre quatre planches, autant dire que la perspective ne l’enchante pas outre mesure et qu’elle va devoir trouver un échappatoire. La larme à l’oeil, elle se tourne vers Finn comme si elle était blessée par ses propos.

- C’est Eve, pas Ivy et on ne se connait pas assez pour que vous puissiez m’insulter,
commente-t-elle avec un air de dignité offensé.

Elle n’a pas le temps d’en dire plus puisque Rory, agacé par son intervention, la frappe en lui ordonnant de la fermer et de laisser les grands parler. Et en effet, ils parlent, tellement qu’ils font à peine attention à elle. Alors quand, entre deux vantardises de Finn, Rory perd patience, se lève et la jette presque sur la table, elle en profite pour subtiliser le revolver que Finn a si obligeamment déposer à sa portée.

Soudainement, l’atmosphère change dans la pièce et les hommes de Finn comme ceux de Rory semble se tendre encore plus. Rory aboie un : “ Lâche ça pauvre conne” à son intention, mais Eve garde l’arme en main comme si elle était surprise par son poids. En réalité, elle apprécie la sensation familière dans l’arme dans sa main. Si Finn ne s’est pas trompé et qu’elle est bien une sorcière, elle reste bien plus à l’aise avec les armes moldues qu’avec une baguette.

Elle s’écarte un peu de Rory et Finn comme si soudainement elle avait peur d’eux et joue avec l’arme comme si elle ne savait pas ce qu’elle faisait, enlevant la sécurité dans la foulée. Elle le lève, assez pour être menaçante, mais pas assez pour la descendre.

- Je voulais juste voir ce que c’est. Vous me faites peur maintenant. On passait une bonne soirée et vous êtes venus tout gâcher, explique-t-elle à l’intention de Finn comme s’il était un imbécile. Maintenant, Rory est furieux et c’est à moi qu’il va s’en prendre, ajoute-elle d’un ton plaintif.

Tandis qu’elle recule comme pour échapper au mangemort, elle a doucement réussi à se placer plus près de la porte. La situation va dégénérer, ce n’est qu’une question de temps et elle ne peut pas se permettre d’être là quand ça sera le cas. Evidemment, Rory ne l'entendait pas de cette oreille. Furieux de voir que son frère ne se laisse pas avoir par ses vantardises, il hésite à lancer les hostilités le premier et la jeune femme est une cible facile.

- Pose ça ma jolie et arrête de faire l'idiote et peut-être, peut-être que je ne te frapperai pas trop avant de te prendre ce soir. Je te laisse deux minutes ou c'est eux qui se chargeront de toi, ajoute-t-il en désignant ses hommes. Avec mépris, il se tourne vers son frère et crache : Tu gueules haut et fort, mais en attendant t'es pas capable de ne pas te faire piquer ton flingue par une bonne femme. J'ai toujours dis que tu étais une honte pour la famille.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeJeu 23 Juil - 23:05



What we stay alive for
Eve & Finn
Ce n’était pas ainsi que ça devait se passer. Bien sûr, ça ne sert à rien de le ressasser, mais Finn ne peut s’empêcher de le faire. C’était un plan conçu avec méthode, dont il maitrisait les éléments, un par un. Qui lui aurait permis de se retrouver face à face avec Rory et de laisser exploser la colère froide. Ce sentiment là, il le déguise et le dissimule d’un masque aimable pour Eve, non parce qu’elle ne lui a rien fait et qu’il pourrait en conséquence avoir envie de l’épargner – de ça, il se fiche complètement – mais uniquement parce qu’il fait contre mauvaise fortune bon cœur et qu’elle pourrait lui être utile en lui donnant quelques informations. Même si elle n’a pas l’air d’en avoir beaucoup, de toute façon. Finn commence à voir que Rory peut trouver à Eve, et ce n’est certainement pas pour sa conversation que son frère la fréquente. Juste lorsqu’il se dit cela, sa réponse le prend de court. « Oh, mais c’est qu’elle connait l’ironie. » Réplique-t-il avec un rire franc. Finn Callahan a de l’ego, assurément, et il encaisse la pique. Il n’est pas sûr que ça a été volontaire, mais c’était bien mené, et même lui doit le reconnaitre. Beaux joueur, il affiche un sourire amusé, presque admiratif, un instant : « Je vais devoir me méfier. » Cela dit, Eve reprend assez vite son rôle de bécasse, alors qu’ils continuent à deviser, lui à l’aise dans son rôle de matador, gagnant du temps, elle restant dans celui de la petite amie éthérée. Ce qu’il remarque à son tour, se croyant drôle et fin également, alors qu’il est surtout à côté de la plaque, lorsqu’elle lui lance qu’elle est mauvaise actrice. « Vraiment ? Je ne m’en serai pas douté. »

Tellement à côté de la plaque qu’il en oublie rapidement Eve quand son frère revient. En même temps, Finn n’est là que pour ça. Le reste, à part Rory, ce sont des éléments de décors, peut-être animé de vie et d’ambitions propres, mais ça ne le concerne pas. Lui, il se concentre sur son plan, et sur le fait de retomber sur ses pattes. Enfin, il a le duel qu’il veut, et la vengeance qui va avec. A la fin, Rory le suppliera de l’épargner, et lui, luxe suprême, il dira non. Enfin, ça, c’est le déroulé parfait du plan, mais tout semble contre lui. Mais comment pouvait-il prévoir que cette fille attraperait son flingue ? Un instant, il la maudit, autant que Rory, ce restaurant, et toute cette histoire. Il aurait dû tirer pour commencer, et l’effet aurait été meilleur. Le chef mort, Finn veut bien gager que les autres se seraient tirés et que les hommes de Rory n’auraient rien osé lui faire. Mais il n’aurait jamais su pourquoi il revenait le tuer, et ça lui aurait déplu. Enfin, ça aurait été mieux que cette situation actuelle, ou les clients fuient du bar dans un mouvement désordonné et où lui-même se retrouve à regarder avec un brin d’appréhension le pistolet que la jeune femme tient à la main.

Une balle perdue est vite arrivée, surtout qu’elle semble elle-même dans un état de stress considérable. « Ça irait beaucoup mieux si tu me rendais ça, tu sais. » Avec sang froid, Finn se lève, levant les mains en l’air, essayant de garder un œil sur ce qui se passe autour d’eux. Graduellement, la tension monte, et ses hommes sont sur le qui-vive. Ceux de Rory doivent l’être aussi, pour ce qu’il en voit. « Écoute, Eve, petite, ça n’a pas à se terminer comme ça… » Son frère les interrompt brutalement. Toujours le même discours, les mêmes mots…même Finn, décidé à en venir aux mains avec Rory, est agacé, ce que trahit sa réponse, cinglante :  « Oh, la ferme, Rory. Tu peux gueuler tant que tu veux, mais t’es pas capable de tenir ta nana non plus, ne me donne pas de leçons. » En revanche, il réalise rapidement que les choses pourraient presque tourner à son avantage et qu’il pourrait se faire d’Eve une alliée en prenant sa défense. D’abord il pourrait récupérer son beretta. Ensuite, elle sait sans doute des choses, derrière son idiotie, qu’il espère encore n’être qu’apparente. Enfin, de façon moins avouable, Finn a une certaine sympathie pour elle : comme lui, à un moment ou un autre, elle est une victime de Rory. Confusément, il lui semble qu’ils sont plutôt dans le même camp, même si c’est en réalité loin d’être vrai.  « Au passage, fous lui la paix, tu t’en prends à elle uniquement parce que t’as trop peur de moi. Et je te garantis qu’on va régler ça tous les deux. » Peut-être qu’en jouant cette carte là, il pourra réussir à atteindre sa priorité numéro 1 : récupérer son arme. Parce que si ça pète, ça va être compliqué, sans. « T’entends, Eve ? Rends-moi le pistolet, doucement, et tu pourras partir. »

Il fait un pas de côté vers elle, essayant de lui tendre la main le plus lentement possible. Trop brusquement encore sans doute : il devine puisqu’il ne voit le sort qui le vise, sur le côté. « RAFA, MAINTENANT ! » Soudain, le bar devient un déluge de balles et de sorts. Finn plonge pour éviter ce feu nourri, entrainant Eve avec lui et la plaquant au sol. « Baisse-toi ! » Il y a des choses qui volent, autour d’eux, et des éclats de bois sautent en permanence de la table qui les protège provisoirement sous les assauts. Hurlant à moitié pour couvrir le bruit du combat, Callahan lance à la jeune femme : « Bon, tu me le rends, maintenant, ce flingue, c’est pas bientôt fini, la comédie, là ? A part si tu sais t’en servir, ça te sert à rien ! » Mais le seul mouvement qu’il obtient, c’est qu’elle s’éloigne de lui. Secouant la tête, il peste avec véhémence : « Pff, les bonnes femmes… Si tu te prends un sort, je te préviens, c’est pas mon problème, et je viendrais pas te chercher ! » Avisant son second, qui a heureusement un fusil et un pistolet, il lui fait signe. « Rafa ! Hep, fais glisser. » Ce dernier le lui lance d’un geste sûr, et le mafieux n’a qu’a tendre le bras pour le ramasser.

In extremis, car Rory semble très frustré de ne pas le trouver.  « FINN ! OU EST-CE QUE TU TE PLANQUES ! JE VAIS TE TERMINER, GAMIN. » Sa voix domine le chaos ambiant, mais Finn n’a pas peur. Il se redresse, juste assez pour viser, et faire cibler les balles aux oreilles de son frère, qui recule. « Tu peux rêver, connard. »  Maugrée-t-il, avant de tourner la tête vers Eve, attiré par un mouvement de sa part. « Reste couchée, tu vas te prendre un sort ! » Tempête alors Finn, ne comprenant pas ce qu’elle cherche à faire. Lui, par contre, il faut qu’il trouve un plan. La situation s’envenime, mieux vaut partir avant que les flics ne débarquent. Heureusement, ils sont du bon côté pour sortir. « Rafa, on va se replier, couvre-nous ! » Alors qu’il s’apprête à proposer à Eve de venir avec eux – tant qu’à faire, il peut bien être grand prince, il s’aperçoit qu’elle essaye encore de filer, mais vers son frère.  « Mais qu’est-ce qu’elle fait, elle ? C’est pas possible, ça, tu l’aimes au point de te laisser faire trucider, mon frangin ? »

(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeDim 26 Juil - 22:45

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forSe méfier d’Eve. En voilà une bonne idée pense la jeune femme. C’est peut-être la première bonne idée qu’elle entend de la soirée en réalité. Peu d’hommes pensent à se méfier d’elle et c’est de là qu’elle tira une partie de sa force. Qui penserait que ce joli bout de femme pourrait être plus dangereuse qu’une partie des sorciers réunis dans le bar ? Bien sûr, elle est en robe -peu pratique - et elle ne roule des mécaniques - elle n’a rien à montrer - mais elle est rapide et maligne. Par exemple, elle a repérer qui porte une arme, où sont les issues de secour, s’il est possible ou non de transplaner d’ici, etc. La jeune femme a beau jouer les idiotes, elle est la seule à savoir qu’il n’y a pas deux camps qui s’affrontent ce soir, mais bien trois. Or, si les autres sont tous venus parader avec leur gros bras, elle ne peut compter que sur elle-même dans ce genre de cas. Libre à eux de s’entretuer pour leur différente cause, mais pas question d’être prise entre deux feux. Elle a bien l’intention de s’échapper avant.

Pendant un moment, les deux hommes semblent presque l’oublier. Oh bien sûr, Rory l’a prise près de lui et la touche comme si elle était son trophé, mais elle pourrait être une poupée que ça serait la même chose. La tension monte et elle sent la nervosité de Rory à la façon dont il la blesse à défaut se blesser son frère. Il en faut peu pour que la situation explose et peu pour qu’elle se retrouve dans une fâcheuse position. C’est le problème de jouer les agents triple, trop de chose à cacher à trop de monde. Pendant que les deux hommes sont occupés à se voler dans les plumes, elle profite de l’excès de confiance que Finn a eu en posant son Beretta sur la table pour le subtiliser discrètement et le pointer sur eux.

Bien sûr, elle a l’air maladroite, on dirait qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait. Pourtant, la sécurité est enlevée et elle a eu le temps de vérifier ce qu’il y avait comme munition. Le poids est familier, rassurant, bien plus que la baguette qu’elle a sur elle. Si Eve est une duelliste correcte, elle sait qu’elle ne sauvera pas sa peau dans un combat contre un sorcier expérimenté. Par contre, donnez lui une arme et laissez la magie opérer. Les Callahan n’ont pas l’air de le comprendre et si Rory essaie de l’avoir par les menaces, Finn tente plutôt de la raisonner. Autour d’eux, le calme s’est fait. La majorité des hommes sont des sorciers et s’ils connaissent les armes à feu, ils ne savent pas les manier. On préfère laisser le contrôle de la situation aux chefs et chacun est sur qui vive, tentant de voir qui va prendre le dessus en premier sur la jeune femme. Tandis que Finn et Rory se disputent à son sujet, elle laisse couler une ou deux larmes factices et sa main commence à trembler doucement tandis qu’elle regarde Finn avec un air pitoyable. Les sanglots dans la voix, un peu d’hystérie avec ça, elle continue de reculer tandis que lui se rapproche tout en douceur.

- Non ! Toi aussi tu vas essayer de me faire mal.


Rory ou un de ses hommes - dur à dire - en sûrement eu marre de tout ce cinéma puisque soudainement les sorts fusent de toute part. Elle entend les cris plus qu’elle ne les comprends. Elle sort sa baguette, l’arme toujours dans son autre main et veut battre en retraite mais Callahan (le plus jeune) ne l’entend pas de cette façon. Il plonge derrière une table renversée, l’entrainant avec lui pour la protéger. Aussi galant que soit le geste, la jeune femme en est profondément exaspérée puisqu’il la prive de sa sortie et gâche tout ses plans. Soudainement, elle n’est plus la poule de Rory qui prend la fuite, effrayée par une bagarre de bas étage, mais bien une traître associé au frère indésirable.

Le dit frère, de toute évidence incapable de se défendre avec autre chose qu’une arme moldue voudrait récupérer la sienne. Pendant un moment, Eve hésite, mais elle n’a pas d’armes moldue sur elle, impossible de risquer de se faire avoir par Rory. Alors, elle lui échappe et exaspéré, il semble renoncer à la raisonner. Pendant qu’il récupère une arme, elle assomme d’un coup sûr deux sorciers qui allaient les viser. Elle ne peut plus partir maintenant, il ne reste plus qu’à tenter de retrouver Rory et elle fera la grâce à Finn de ne pas amocher sa belle gueule parce que tout aussi chiant qu’il soit, il est encore pétris de bonnes intentions à son égard. A croire que personne ne lui a jamais dit que l’enfer est pavé de bons sentiments. Il la bloque une première fois alors qu’elle tente de se replier vers l’autre camps.

- Mais lâche moi putain !, s’exclame-t-elle quand il tente une seconde fois de l’empêcher de partir. Qu’est-ce que ça peut bien te faire ce qu’il m’arrive ?

En réalité, elle se pose réellement la question entre deux balles qui sifflent au dessus de sa tête. Qu’est-ce qui peut bien le pousser à se préoccuper de ce qui ressemble à une pauvre fille. Elle n’a pas le temps d’y penser plus longtemps puisque autour d’eux, le combat s’intensifie. Les hommes de Finn commençant à préparer la retraite de leur chef. Soudainement, il la tire par le bras, sans lui demander son avis. Emportée par son mouvement, elle trébuche sur sa longue robe qui se déchire, elle jure et se relève. Dans ce genre de moment, l’innocente Eve disparaît et les réflexes acquis au SOE et au MI5 reviennent, son arme dans une main, elle tire sur la jambe d’un imbécile tentant de les viser. Elle est entraîné contre son grès vers la sortie et jetée dans une voiture de luxe sous l’oeil surpris des passants en rue. Le moteur rugit et bientôt, ils dévalent les rues de Londres suivis par les voitures des sous-fifres de Finn. La jeune femme voudrait transplaner, mais impossible dans une voiture en mouvement alors soudain sa colère éclate et elle gifle Finn d’une main sèche leur faisant faire un écart sur la route. Un klaxon retentit, mais elle n’en a cure, un an de travail foutu à la poubelle à cause de la lubie d’un homme qui se voit en chevalier blanc du dimanche.

- Qu’est-ce qui t’a pris imbécile ?

Il n’y a plus grand chose du ton hésitant qu’elle avait une demi-heure plus tôt. Son regard est dur et elle ne sourit plus, elle se sent épuisée. Son compagnon a l’air surpris et elle aboie :

- Tu croyais quoi ? Que j’allai te remercier peut-être ?


Elle a un rire sec et pâlit un peu en sentant un liquide mouiller sa robe. Elle passe sa main à hauteur de ses côtes et pousse un cri étouffé sous la douleur. Si elle n’a rien sentit sous l’adrénaline, maintenant qu’elle est au “calme” la blessure se rappelle à son bon souvenir. Ce n’est pas la première fois qu’elle reçoit une balle et la jeune femme reconnaît la sensation.

- Arrête-toi, je dois transplaner. Arrête-toi, bordel !

Ce n’est pas une demande, elle a toujours ses deux armes et elle n’a clairement pas envie de plaisanter. Les frères Callahan, pour ce soir, elle en a sa claque.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeMer 29 Juil - 0:26



What we stay alive for
Eve & Finn
Pourquoi se préoccupe-t-il d’Eve ? Bonne question, à laquelle Finn n’a pas la réponse. Y être confronté aussi directement pourrait l’inciter à y réfléchir, car il ne se soucie pas d’elle vraiment consciemment et aurait plutôt tendance à le nier. Mais entendre la jeune femme lui parler aussi brutalement, d’un ton qui n’a rien à voir avec celui auquel il a eu droit jusqu’à là laisse Callahan bouche bée et muet de surprise. Il ne s’attendait pas à ça. « Puisque c’est ça, démerde toi… » Bougonne-t-il, principalement parce que de toute façon, il n’a pas le choix, il faut qu’il s’en sorte lui aussi et qu’il a d’autres chats à fouetter, à savoir sortir. Finn ne veut pas être là quand les flics arriveront. Mais il ne peut s’empêcher de voir, sans que son cerveau, sous le coup de l’adrénaline, n’enregistre bien l’information, qu’Eve aussi sait se servir d’une arme, et qu’elle se débrouille même plutôt bien. Sur le moment, occupé à tirer sur tout ce qui bouge et à éviter les sorts, il n’en tire aucune conclusion. Zigzaguant pour éviter les sorts, il décharge son revolver. Une balle, un homme. Une deuxième, qui manque son frère – malgré tout, Finn ne veut pas que Rory l’oublie. Plus de balles, merde. Assommant un des hommes de son ainé avec le flingue prêté par Rafa, il l’abandonne ensuite derrière lui.  Finn gagne la sortie, pendant que ses hommes battent en retraite progressivement. Le passage se libère, pendant que ses hommes tirent aussi.  Il continue à reculer, atteint la sortie, entrainant Eve dans son sillage. Ouvrant la portière, il s’engouffre à l’intérieur, y laissant la jeune femme et lançant pour ses hommes : « M’attendez pas, on se retrouve au QG ! »

Lui, il a une fuite à organiser. Et des flics à éviter. Ou des sorciers furieux, car il en voit déjà quelques uns sortir du bar dans le rétroviseur. Serrant les dents, il se concentre un instant sur sa conduite, démarrant sur les chapeaux de roues. Béni soit son permis américain et son amour des cascades qui le rendent bon conducteur et qui permettent à Finn de se diriger à travers un Londres encombrés à pleine vitesse. Pendant un moment, il en oublie même Eve, avant qu’elle ne daigne se rappeler à son bon souvenir d’un ton plus qu’agressif. « Quoi ? Qu’est-ce que… » Surpris, il sursaute, et n’évite pas à temps la gifle. Déstabilisé, il perd un instant le contrôle du volant avant de revenir dans la bonne voie. « Aie ! » Plus que la douleur, c’est le choc qui fait réagir l’Irlandais. « Ça va pas, non ? » Proteste-t-il avec véhémence, portant une main à sa joue légèrement rougie par la claque. « Pour qui tu te prends, à la fin ? Bon Dieu, oui, tu pourrais me remercier, et pas qu’un peu ! On a failli tous y passer avec tes conneries…et tu viens encore de manquer de nous tuer ! » Vrai, son plan a lui était parfait, il a fallu qu’elle s’en mêle…pour faire quoi, exactement ? Callahan aimerait bien le savoir, d’où le sens de sa question suivante, plus qu’inquisitrice : « Et tu es quoi, exactement, toi, à la fin ? » Le numéro de la jeune fille apeurée, il n’achète plus, et il aimerait bien comprendre dans quoi il met les pieds.  

Enfin, ce qu’est Eve est le moindre de ses problèmes si elle meurt dans la voiture. Il lui jette un coup d’œil en diagonale, observant en même temps qu’elle qu’une balle l’a sans doute touchée. Le regard toujours sur la route, il serre les dents. La situation devient quelque peu critique. Pourtant, elle persiste à lui donner des ordres. Incrédule, il ricane :  « En plein Londres moldu ? Après avoir fait exploser la moitié d’un bar ? Et en t’étant pris une balle ? » Même s’il ne connait pas la notion de désartibulation, Finn doute que ce soit bon pour Eve : autant dire qu’il ne cherche pas à cacher son scepticisme. Il secoue la tête négativement : « Hors de question. Ça va attirer les flics. Et même sans rien y connaitre, je pense pas que t’y survivras non plus. » Il devine, plus qu’il ne voit, le Beretta pointé sur lui. Avec agacement, Finn s’exclame : « Ah, non, ça suffit, maintenant ! Donne-moi ça ! » D’autorité, il saisit l’arme.  Profitant de sa force physique et de la faiblesse de Eve, qui commence à marquer le pas à cause de sa blessure, il lui tord le poignet jusqu’à ce qu’elle lâche. La lutte, confuse, ne dure qu’un instant. Un peu dépassé, il aboie à son tour : « C’est trop te demander de te tenir tranquille une minute ? » Haletant, il garde le revolver à la main, le plus loin possible d’elle. Au moins, ils sont à égalité, maintenant. Le regard mauvais qu’il lui lance se heurte à la même colère. Essayant de prendre sur lui, il continue : « On va sortir de Londres, et tu transplaneras à ce moment là. » Ce qui lui semble un bon compromis ; à vrai dire, il ne tient pas non plus à profiter de la compagnie d’Eve plus longtemps que ça…« Tiens, prends ça. Il faut que t’essaie d’éponger un peu le sang. » Il détache sa cravate, avant de la lui passer, se justifiant d’un ton un peu trop bourru pour être tout à fait honnête : « Tu vas foutre du sang partout dans la voiture, sinon. » Il est moins détaché qu’il n’y parait, mais Eve ne fait pas grand-chose pour l’aider, sur ce coup là…

Un moment, Finn continue à rouler en silence, gagnant les faubourgs de Londres, dont ils étaient déjà proches. Comme la tension semble un peu retombée, il reprend la parole avec un brin de curiosité : « Je retire ce que j’ai dit sur le fait que tu n’es pas une bonne actrice, tu es plus douée que ce que je pensais… » Il tourne la tête pour l’interroger, mais trop tard : elle s’est littéralement jetée sur lui pour saisir le volant. « Eh mais ! Non ! Lâche le volant, lâche ! » La voiture commence à faire des embardées, et Finn perd le contrôle alors qu’il lutte pour repousser la jeune femme. Sans succès, et trop tard : une secousse de plus fait dévier la Bentley de la route, et la collision est inévitable.
(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeMer 29 Juil - 23:50

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forPendant un bref instant, tout ce qu’on entend, ce sont les cris, les hurlements et le bruit des tirs agrémenté par celui des sorts lancés par les sorciers qui accompagnent les deux Callahan. Il y a longtemps qu’Eve ne s’est plus retrouvé dans une situation pareille. Un moment, elle ressent des tremblements et le bruit ambiant lui donne l’impression d’entendre de l’allemand, elle voudrait fuir, mais elle a une mission. Une respiration plus tard, l’impression est passée et puisqu’elle ne peut pas se replier vers Rory pour le moment, elle continue de se défendre jusqu’à ce que Finn l'entraîne à sa suite dans sa fuite.

Son humeur ne s’améliore pas alors que la voiture de Finn démarre en trombe. Son kidnappeur conduit bien, mais ça ne l’empêche pas de faire un écart et d’avoir l’air surpris lorsqu’elle lui assène une baffe bien sentie. Son étonnement ferait presque rire la jeune femme si elle n’était pas autant en colère.

- Te remercier, crache-t-elle outrée. Pour quoi exactement ? T’être mêlé de ce qui ne te regardait pas ? Il ne t'est pas venu à l’esprit un seul instant que je n’étais pas aussi bête que j’en avais l’air ? Non évidemment, le rôle de la femme en détresse marche toujours aussi bien.

Il y a du dédain dans sa voix. Dans le fond, elle serait bien idiote de se plaindre. C’est justement parce que c’est une technique qui marche qu’elle a pu approcher quelqu’un comme Rory. C’est simplement que ça a trop bien marché et dire que pendant un moment, elle a cru le cadet plus fin que l’aîné, autant dire qu’elle s’est trompée. De façon prévisible, son compagnon d’infortune se demande qui elle est. Il n’est pas le premier et ne sera pas le dernier. Néanmoins, s’il espère une réponse, il a frappé à la mauvaise porte puisque Eve n’a de toute évidence aucune intention de lui répondre. Elle se contente d’un très exaspérant :

- Pas ce que tu pensais apparemment !

Nul doute qu’il voudrait bien la cuisiner un peu plus, mais la jeune femme a d’autres chats à fouetter et surtout une blessure à soigner. L’adrénaline qu’elle ressent supprime une partie de la douleur - pour le moment - et elle voudrait bien transplaner tant qu’elle est sûre de pouvoir le faire sans se désartibuler. Evidemment, il lui oppose un refus retentissant lorsqu’elle lui ordonne, plus qu’elle ne lui demande, d’arrêter la voiture.

- Par Merlin, arrête de t’occuper de ma survie et occupe toi de la tienne. Crois-moi, je disparaîtrais de façon bien plus discrète que tu ne peux le faire et je n’ai pas fait exploser un bar, moi !, s’exclame-t-elle.

Le ton monte encore d’un cran et la dispute s'envenime tandis qu’il cherche à récupérer son arme. Eve ne veut pas céder, mais elle a mal et ne veut pas perdre plus de sang qu’elle n’en a déjà perdu en se battant pour un Beretta dont elle ne fera rien pour le moment. Elle le laisse récupérer son arme en lui jetant un regard noir pour l’occasion. Pas le premier de la soirée, ni le dernier. En particulier parce qu’il refuse de s’arrêter. Hors de question qu’elle attende qu’ils soient sortis de Londres, elle risque de ne plus être en état de le faire et elle ne fait pas assez confiance à Finn pour croire qu’il l’aidera. Surtout s’il estime qu’elle est responsable du capotage de son plan. Eve le regarde un peu incrédule lorsqu’il lui tend sa cravate et elle se retient de lui expliquer qu’elle ne risque pas d’arrêter le sang avec un aussi petit bout de tissus, mais elle le pose tout de même contre sa blessure pour faire bonne mesure.

L’ancienne Serdaigle a bien l’intention de lui fausser compagnie aussi vite que possible, mais elle préfère qu’il la pense mater pour le moment. Une partie du trajet se déroule en silence et la jeune femme en profite pour se reposer un peu. Lorsque Finn décide de briser le silence, elle voit là l’occasion de reprendre le contrôle du véhicule puisqu’il semble distrait. C’est sans compter sur ses blessures qui ne lui donnent pas la force nécessaire pour maîtriser le volant et Finn qui fait preuve d’une force insoupçonnée. La voiture dévie de sa trajectoire et il n’en faut pas plus pour qu’ils prennent le poteau les assommant à moitié au passage. Elle reprend conscience rapidement - ce n’est pas son premier accident - Finn a la tête sur le volant, du sang coule de son front, elle s’extrait avec difficultée du véhicule et se traîne jusqu’à son compagnon, elle pose deux doigts sur son cou et pousse un soupir de soulagement en sentant un poul plus ou moins régulier. C’est qu’il ne lui manquerait plus qu’un mort à son actif pour avoir une soirée parfaite. Il reprend conscience à son tour et elle l’aide laborieusement à sortir de la voiture et l’éloigne de celle-ci. Discrètement, elle a récupéré le Beretta (on ne se refait pas). Elle le pointe sur Finn qu’elle tient toujours et siffle.

- Maintenant, tu restes tranquille et tu me laisses faire.

Elle lance un bombarda et la main de Finn toujours dans la sienne, elle transplane sans le prévenir. Un peu par sadisme, mais aussi parce qu’elle ne veut pas qu’il tente de s'échapper, se désartibulant au passage. Ils arrivent dans une petite pièce au mur gris et nu. Eve lâche la main de Finn, allumant la lumière au passage.

Il n’y a pas grand chose dans la pièce, un lit de fortune, une petite cuisinière au gaz avec quelques provisions, un vieux fauteuil qui a vu des jours meilleurs et surtout, ce qui intéresse Eve, de quoi pratiquer les premiers secours. On pourrait s’en étonner, après tout, c’est une sorcière, mais elle n’a jamais été douée avec les sortilèges de soins. Elle peut soigner une coupure et encore. Question de principe, elle préfère la méthode moldue, pendant longtemps, elle a rêvé de suivre les traces de son père et de devenir médecin, elle a commencé à apprendre, mais la mort de son père met un terme à ses débuts. C’est au SOE qu’on lui apprend des choses utiles comme retirer des balles ou amputer un membre en urgence.

Elle tourne le dos ostensiblement à Finn tandis qu’elle cherche de quoi retirer la balle. Elle entend du bruit derrière elle, mais ne s’inquiète pas.

- La porte est fermée, crois-moi, tu n’arriveras pas à l’ouvrir.


Elle se retourne et lui lance du désinfectant.

- Aide-moi pour retirer la balle et je guérirai une ou deux coupures, je m’en voudrais de gâcher ton joli minois pour le cinéma.

Elle aurait pu le laisser là dans le fond, elle ne sait pas vraiment pourquoi elle l’a fait transplaner avec lui. Peut-être simplement cette histoire de cravate …

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeJeu 30 Juil - 19:06



What we stay alive for
Eve & Finn
Une douzaine de vacheries viennent à l’idée de Finn pour répliquer à Eve. Se mêler de ce qui ne le regarde pas ? Mais c’est son frère. Évidemment, que ça le regarde. Et puis quoi, il lui a quand même sauvé la mise, quand même, donc effectivement, elle pourrait être reconnaissante, sans quoi, à l’heure actuelle, elle serait encore entre les mains de son frère, et sans doute dans un sale état (enfin, dans un plus sale état qu’elle n’est actuellement). Il pourrait même lui en vouloir, car elle a fait échouer sa propre vengeance. Et puis, au fond, Finn aimerait bien lui dire aussi que ce qu’elle est, son petit jeu, à ce moment là, ça ne l’intéressait pas. Il n’est pas venu pour Eve, et à partir de là, ladite Eve ne l’intéressait pas. Pour Finn, c’était un élément du décor, un dommage collatéral, et ça en serait resté là si elle n’avait pas décidé de s’en mêler. C’est peut-être cynique ou égoïste, mais il s’en fiche, gageant que de toute façon, la rousse n’en a pas grand-chose à faire non plus de lui. Et maintenant ? Il n’aurait pas dû écouter sa sympathie, ni se faire attendrir par ce pseudo-statut commun de victime de Rory. Eve n’a en effet rien à voir avec le gamin qu’il a été et se faisait martyriser par son ainé. Et là, en réalité, elle commence même à l’agacer un peu, alors la réplique ne se fait pas attendre, acide : « La faute à qui ? Il était très bien, mon plan. Mais il a fallu que quelqu’un se croit très malin en me piquant ce putain de revolver. Et tout ça pour quoi ? Finir par te faire casser la gueule par Rory ? C’est ça qu’il fallait que je te laisse faire ? » En parlant de revolver, il voudrait bien récupérer le sien, ce qu’il finit par réussir à faire. Elle s’en remettra, juge Finn. En revanche, c’est moins sûr pour la balle qu’elle s’est prise, s’ils ne font rien. Cela lui tire-t-il malgré tout une pointe de sympathie ? Il le nierait, bien évidemment. Callahan n’est pas de ce genre. Et s’il veut sortir de Londres, c’est pour qu’on ne les repère pas, et pouvoir se débarrasser d’elle, enfin, car il la trouve définitivement insupportable. D’autant plus que comme elle refuse de lui répondre, Finn ne sait toujours pas qui elle est. Mais cette attitude détachée serait nettement plus crédible s’il ne proposait pas un compromis et s’il ne lui tendait pas sa cravate, ce qui reste mieux que rien, pour éponger le sang…Pourquoi ? Peut-être simplement parce qu’elle l’intrigue, autant qu’elle l’agace, ou qu’elle a soudainement, justement, cessé d’être un élément du décor.

Pensant que le silence de la rousse vaut son accord, Finn est moins méfiant lorsqu’il essaye de réengager la conversation, toujours pour en apprendre plus, d’ailleurs. Mal lui en prend, car il perd le contrôle en essayant de lui reprendre le volant. La Bentley heurte violemment un poteau, pour ne plus repartir. Sans ceinture et sans airbag, Finn est projeté en avant sous l'effet du choc. Sa tête heurte le cadran et le volant brutalement, l’assommant sur le coup. Lorsqu’il rouvre les yeux, il a du mal à faire le point. La tête lui tourne, et il a du sang sur le visage. Encore, se dit l’irlandais. C’est que ça devient une manie, entre sa rencontre plus que violente avec Xena Hart, et cet accident. Pourtant, quand Eve l’aide à sortir de la voiture, il se laisse faire, n’étant pas réellement en état de résister. Il cligne pourtant des yeux, surpris. A son tour, Callahan a envie de lui demander pourquoi elle s’est décidée à l’aider. Trop désorienté pour être méfiant lorsque Eve le menace encore avec son Beretta, il se borne à râler tout bas : « Putain, non, pas encore… » Surtout qu’il ne voit pas bien ce qu’ils peuvent faire. Vu leurs états respectifs, pas grand-chose. Quant à la Bentley, lorsqu’il essaye d’y voir quelque chose, titubant un peu, elle lui semble complètement morte. « La voiture… » Bégaye-t-il d’ailleurs, sans pouvoir finir.

Le transplanage, Finn ne s’y attendait vraiment pas, et le moins qu’on puisse dire, c’est que pour une personne qui n’en a pas l’habitude et qui vient de subir un accident de voir, ce n’est pas recommandé du tout. Ça ne dure qu’un instant, mais la panique qu’il ressent est réelle, sans parler de la sensation immonde d’étouffement et d’oppression qu’il ressent, comme si son corps était passé sous un rouleau compresseur. Il manque de tomber quand tout s’arrête enfin, constatant que Eve, elle, n’a pas l’air affectée plus que ça par le processus. Pour Callahan, même le sol lui semble instable, et il ferait presque pitié à voir, alors qu’il n’est pas le plus à plaindre – lui n’a pas pris de balle, même si l’accident ne l’a pas épargné. Luttant pour garder son équilibre, l’acteur glisse lentement contre le mur, livide et incapable de parler. A vrai dire, il comprend à peine ce que lui dit Eve – pour partir, il faudrait être en état de le faire – ou ce qu’elle lui veut. Ce n’est pas qu’il ne voudrait pas l’aider, mais au final, la seule chose qu’il arrive à faire, c’est se pencher sur l’évier, en assez mauvais état d’ailleurs, pour rendre tout ce qu’il a pu avaler dans la journée.

Accroché audit évier, Finn aspire de grandes bouffées d’air. Ça va un peu mieux, mais nerveusement, il cherche tout de même la flasque de whisky qu’il garde dans la poche de sa veste. Alors seulement, il se rappelle que Eve lui a parlé, et il croasse difficilement : « Je…» Avalant une grande rasade d’alcool, l’irlandais parvient enfin à se ressaisir un peu.  Avec un geste presque suppliant, il ajoute : « Deux minutes. » Il doit faire un peu pitié, et Finn a d’ailleurs assez honte. Un instant, la belle façade s’écroule, et maladroitement, il tente de se justifier.  « J’ai jamais…jamais… » En réalité, il a déjà dû faire du transplanage d’escorte enfant, mais il ne s’en souvient guère, et il n’a pas envie de parler de son père de toute façon. L’eau qu’il verse dans l’évier efface les traces de ce fâcheux incident, même si l’humiliation reste présente. Et il ne suffit pas de grand-chose - croiser le regard de Eve, et sa mine indéchiffrable – pour que Finn veuille lui faire payer celle-ci : « Je ne connais même pas le mot, merde, à la fin ! Mais ne viens pas me donner des leçons si c’est pour faire ce genre de chose sans me demander mon avis après ! » C’est reparti pour un tour, comme s’il voulait effacer son moment de faiblesse – qui est entièrement la faute de la jeune femme, selon le mafieux. « T’as détruit ma voiture, bordel ! Tu sais combien ça coute, une Bentley de ce style ? » C’est la voiture de luxe la plus chère du marché, pour l’époque : pas rien, donc. « Et je ne sais même pas où on est ! » Il faut dire qu’il regarde pour la première fois autour de lui depuis qu’ils sont arrivés. Secouant la tête, il ne se radoucit que lorsqu’il constate que malgré tout, elle a les mains pleines de sang. « Je veux bien t’aider, mais après, je ne veux plus entendre parler de toi. » Par contre, qu’elle le rafistole, ça oui, il veut bien. Sérieusement, il aurait mieux fait de se casser une jambe aujourd’hui, vue la nature de cette rencontre.

(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeJeu 30 Juil - 21:46

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forUn observateur honnête regardant Eve Talbot et Finn Callahan dans le fond de cette cave londonienne jugerait les deux protagonistes pathétiques. On ne pourrait d’ailleurs pas lui donner tort. Entre l’homme se voulant viril, désormais livide, rendant son dîner par dessus un évier rouillé et la jeune femme à la robe déchirée, tachée de sang, peinant à se tenir debout, un arme en main, il n’y a rien de glamour ou d’intéressant à voir. Peut-être que malgré toute sa méfiance Eve s’en rend compte ou peut-être est-ce parce qu’elle se sent enfin en terrain familier, mais soudain, elle s’adoucit un peu.

C’est que sans y penser, elle a fait transplaner un type qui ne l’a probablement jamais fait. Il faut avouer qu’elle n’a pas vraiment réfléchit. La jeune femme a vu des sorciers avec Callahan et a simplement assumé qu’il devait être habitué. Apparemment, ce n’est pas le cas et elle comprend la sensation qu’il ressent. Elle se souvient de sa peur avant son premier essai et de la sensation nauséeuse qu’elle a ressenti par la suite tandis qu’elle s'assurait que tous ses membres étaient encore en place. Elle s’approche et tapote maladroitement son dos tandis qu’il essaie de reprendre ses esprits et puis s’écarte de nouveau, méfiante.

- Respire un bon coup et arrête de parler, ça ira mieux dans quelques minutes.

Elle a la bonne grâce de ne pas faire de commentaire sur son état tandis qu’elle éponge ce qu’elle peut de sang. Si elle commence à éprouver un peu de sympathie pour son compagnon d’infortune de la soirée, sa compassion s’évapore vite puisque la première chose qu’il fait en retrouvant ses esprits, c’est l'invectiver. Elle lève les yeux au ciel tandis qu’il lui sert sa litanie et se contente d’un :

- Transplaner,c'est le mot que tu cherches et je t’ai demandé ton avis de la même façon que tu m’as demandé le mien quand tu m’as traîné dans ta voiture.

Elle hausse les épaules avec désinvolture, la douleur la frappe sans pitié et elle se dit qu’il faudrait tout de même qu’elle arrête de jouer la provocation, mais la tentation est trop grande. Il y a quelque chose chez ce type qui l’exaspère et à chaque fois qu’elle le trouve un tant soit peu sympathique, il finit par tout gâcher en ouvrant la bouche.

- C’est vrai que c’était une belle voiture, dit-elle songeuse. J’aurais bien aimé en conduire une, une fois, ajoute-t-elle comme si elle n’avait pas justement donné le coup de grâce au véhicule. Elle se tourne vers Finn, pas vraiment compatissante face à la perte du bolide. Je ne m’inquiète pas pour toi, je suis sûre que tu pourras en racheter une, de toute façon, je ne saurais pas te la rembourser, si elle admet sans peine être en faute, elle ne se voit en revanche pas dédommager son chevalier du dimanche. Sans vouloir te vexer, j’ai autant confiance en toi que tu as confiance en moi et je ne me voyais pas attendre qu’on sorte de Londres pour que tu me déposes au milieu de nulle part quand je n’aurais plus été capable de transplaner.

La tension - qui n’a jamais vraiment quitté la pièce - remonte pour retomber quelques instants plus tard. C’est que pour le moment, ils sont dépendant l’un de l’autre et Eve sent qu’elle perd de plus en plus de sang. Si elle peut retirer la balle toute seule, elle doute arriver à se recoudre elle-même. Elle accepte d’un hochement de tête la proposition de Finn et lui montre une caisse du doigt.

- Regarde la dedans, il doit y avoir un pantalon propre et une chemise. Donne les moi et aide-moi à retirer la robe, si tu veux bien,
ajoute-t-elle en essayant d’être polie.

Avec son aide, elle retire le chiffon qui lui sert de robe et se retrouve sans la moindre gêne en sous-vêtement devant Finn. Elle saisit une pince et du désinfectant du kit de secour qu’elle a ouvert prêt d’elle et après avoir balancé sommairement de quoi nettoyer la plaie, elle entreprend de déloger la balle qui, heureusement pour elle, ne semble pas avoir touché les côtes. Si ce n’est pas la première fois qu’elle le fait - la magie efface les cicatrices à merveille - ça reste tout de même douloureux et son front commence à perler de sueurs tandis qu’elle retirer le laiton qui martyrise ses chairs. Elle se mord la lèvre et se retient d’injurier la terre entière, ne voulant pas donner se donner en spectacle, comme si la situation présente n’était pas déjà assez humiliante. Elle parvient enfin à extirper la balle et un cris de douleur lui échappe. Elle ferme les yeux quelques secondes et reprend sa respiration qu’elle retenait à moitié. Elle chasse les larmes qui lui sont monté aux yeux et elle tend une aiguille et un fil à Finn tandis qu’elle nettoie le sang.

- J’espère que tu sais coudre, mes mains tremblent trop pour que j’arrive à le faire correctement.

Elle prend un briquet et brûle le bout de l’aiguille avant de remettre une rasade de désinfectant sur la plaie à vif. Elle gémit et tend le nécessaire à son compagnon. Des anti-douleurs ? Il y en a, mais ils sont trop puissant et elle n’a vraiment pas envie d’être à la merci de l’acteur, alors ça sera à vif. Elle le voit hésitant et elle lance à moitié pour plaisanter.

- Ne te tracasse pas, je serais plus délicate avec toi, je vois que tu as l’air douillet.

Parce que oui, provoquer le type qui va vous recoudre, c’est généralement l’idée du siècle.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeVen 31 Juil - 1:16



What we stay alive for
Eve & Finn
Est-ce un éclair de gratitude qui passe dans le regard de Finn lorsque Eve lui donne un ou deux conseils pour reprendre contenance, lorsqu’elle esquisse un geste qui ressemble à de la compassion ? Ou bien de surprise, en ce qu’elle continue à l’aider en retour – on peut se demander de quoi, d’ailleurs, car à part Finn lui-même, objectivement, personne ne jurerait que Callahan lui a vraiment rendu service - alors qu’elle n’a concrètement aucune raison ou obligation valable de le faire ? Lui-même ne saurait pas donner de réponses. Le mélange de panique et de nausée qu’il vit n’aide pas à réfléchir, et le coup qu’il vient de prendre à l’ego non plus. Il lui en veut une botte, ce qu’il ne manque pas de lui faire savoir, parce qu’après tout, c’est sa faute, à elle, et à son mauvais caractère, mais n’en rajoute pas outre mesure. Mine de rien, c’est la preuve que Finn est capable d’écouter un peu la jeune femme. En continuant à respirer calmement,  il finit par se calmer, digérant un peu ce qu’il vient de se passer. Tant qu’elle ne le refait pas transplaner, et vu l’état dans laquelle elle est, Callahan se dit qu’il devrait être capable de supporter Eve. Il se contente donc de supporter en silence les autres provocations : il est vrai qu’elle n’a pas que tort, au fond, c’est œil pour œil, dent pour dent, s’il est honnête. Mais se remettre en cause et présenter des excuses, ce n’est pas le fort de Finn Callahan. Qu’il se taise, c’est déjà une victoire suffisante, et il ne lui concédera pas plus de terrain, principalement parce qu’il n’est pas en état de le faire. Même si ce n’est pas l’envie qui lui en manque. Le ridicule ne tue peut-être pas, mais il fait mal, et il se sent ridicule : en conséquence, il faut bien que quelqu’un paye et Eve fait une bonne coupable.  

Finn lui en veut pour la voiture, aussi, même si objectivement, il peut difficilement le lui reprocher. A sa place, il aurait sans doute fait pareil qu’elle, stratégiquement. Et, mine de rien, elle réussit à lui tirer un sourire. Aussi, quand il l’entend dire qu’elle aurait bien aimé conduire un tel engin, il se contente d’un : « Ben, dans un sens, c’était presque le cas. Enfin, si on peut parler de conduite. » Cette fois, il y a moins d’agressivité dans le ton de l’acteur. A bien l’écouter, on pourrait presque y voir une blague. En tout cas, s’il ne retrouvait pas un ton plus grave juste après, grognant d’un ton presque offusqué, comme si Eve insultait son intelligence :  « Mauvais calcul. Pas que je tienne spécialement à toi, mais ça n’a aucun intérêt d’avoir un cadavre sur le dos. Je ne t'aurais pas laissé crever dans un coin...» Finn n’a effectivement aucune confiance dans la jeune femme, et il comprend qu’elle l’envisage sous le même angle. Il l’abandonnerait à la première occasion s’il le pouvait ou que ça servait ses intérêts. Mais un cadavre peut, contrairement aux apparences qui veulent faire croire qu’une personne définitivement muette ne vous cause plus d’ennuis, être bien plus problématique qu’une personne vivante. Surtout quand vous sortez d’une fusillade, et que vous êtes coincé, sans issue, avec cette personne.

Voilà au moins une chose sur laquelle ils se comprennent. La règle est tacite, mais commune à tous ceux qui pratiquent l’illégalité. Les bons rapports se fondent sur une maxime : si tu ne me poses pas de questions, je ne t’en poserais pas non plus. En l’occurrence, ce n’est pas tellement comme si Finn et Eve avaient le choix. Il commence à douter qu’elle consente à lui expliquer à un quelconque moment où il est et qui elle est vraiment, mais le mafieux est assez intelligent pour comprendre qu’il est tombé sur quelque chose dont il se porte mieux en l’ignorant. Moins il en sait, et plus vite ils se séparent, et mieux ça vaudra pour tous les deux. Au moins, ils ont un marché qui se tient.

Essuyant le sang qui coule de la blessure qu’il a au front, il acquiesce d’un hochement de tête lorsqu’elle lui demande de lui passer des vêtements propres.  Il était sans doute plus facile de remarquer que la rousse était une jolie fille avant que ne survienne le chaos, mais curieusement, la pensée perce malgré tout dans l’esprit de Finn alors qu’il l’aide à retirer la robe – on ne se refait pas. De son côté, la tête lui tourne un peu moins, mais le sang coule toujours de sa plaie, alors il l’éponge avec un peu d’eau, surveillant Eve du coin de l’œil. Elle l’a laissé tranquille, un peu, alors qu’il se remettait de ce transplanage impromptu, alors l’acteur se dit qu’il lui doit bien la réciproque. Au demeurant, il a l’occasion d’observer qu’elle ne s’en sort pas si mal que ça. Comme quelqu’un qui a l’habitude de se battre, en tout cas. A nouveau, il se demande d’où elle sort, mais se résigne pour le moment. Pour avoir déjà pris quelques balles, surtout dans sa période IRA, Finn sait que la souffrance est assez insupportable, alors il est disposé à faire une trêve.

Cependant, Eve reprend rapidement du poil de la bête, puisqu’elle revient déjà à la provocation. S’asseyant à côté d’elle, Finn médite rapidement une petite vengeance. Alors, après s’être emparé de l’aiguille,  il répond sur le même ton : « Non, je me disais juste que tu es un peu trop optimiste par rapport aux capacités d’un homme qui n’a appris à coudre que pour les besoins d’un tournage.  » Un instant, il a le plaisir de voir une véritable inquiétude dans le regard de la jeune femme, assez pour la distraire pendant qu’il plante l’aiguille d’un coup sec, lui tirant un nouveau cri de douleur. « Je sais, je sais. Désolé, mais prévenir, ça n’aide pas, en général. » Commençant le travail, il s’applique du mieux qu’il peut, sans pour autant chercher à éviter la douleur – de toute façon, il n’y a pas grand-chose à faire. Concentré sur la plaie, il commente de façon moins provocatrice. « Je plaisantais, ne t’en fais pas. Je sais soigner des blessures par balles, c’est bon. Madame n'a pas le monopole du savoir médical. » Préciser en quelles circonstances il a appris n’est pas utile. S’interrompant un instant, il garde l’aiguille dans une main, et lui tend sa flasque de l’autre : « Et je sais aussi que toi, tu devrais boire ça. » Eve le regarde suspicieusement, alors Finn se sent obligé de préciser : « C’est du whisky. » Comme elle n’a pas l’air de le croire, il insiste : « Tu m’as vu en boire tout à l’heure. » De toute façon, il n’a pas intérêt à le faire, ne sachant même pas qui il se mettrait à dos : « Et je ne vais rien te faire. Tu l’as dit toi-même, je ne peux pas sortir. » S’il la tue ou qu’il lui fait du mal, il restera bloqué ici jusqu’à ce que mort s’ensuive, donc bon… A elle de décider, possibilité qu'il lui laisse pendant qu'il reprend son ouvrage. « Je suppose que tu ne comptes toujours pas me dire ce que tu es, pas vrai ? » C'est plus par curiosité qu'autre chose. L'occasion de la distraire un peu aussi de sa douleur  : il aurait l'air malin si elle s'évanouissait. « J’ai presque fini, de toute façon. »

Brulant le bout du fil avec le briquet pour le couper, il observe son travail d’un air mitigé. La plaie est propre, mais certainement pas belle. « Voilà. Ce n’est pas formidable, mais ça fera l’affaire. » Sans animosité, plutôt interrogateur, il ajoute : « Je t’aurais trouvé un vrai médecin, si tu m’avais laissé faire… Ça va aller ? » Il suggérerait bien un peu de repos, ce n’est pas comme si lui était à l’agonie et il peut attendre, mais curieusement, il doute d’être entendu.


(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 67
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeVen 31 Juil - 16:14

❝ Finn & Eve. ❞What we stay alive forIl y a quelque chose d’étrange dans cette situation. Etre à la fois méfiante et dépendante de son ennemis n’est pas une circonstance dans laquelle Eve évolue généralement. Il semble peut-être un peu exagérer de dire que Finn est un ennemi, mais ce n’est certainement pas un ami. Il pense la même chose d’elle et à raison. Encore maintenant, elle ne sait pas très bien pourquoi est-ce qu’elle l’a aidé à s’extirper de la Bentley. Au fond d’elle, quelque chose lui dit que c’était la chose sensée à faire parce que peu importe à quel point elle a pu faire des choses horribles pour la raison d’Etat, peu importe les types louches qu’elle fréquente, les rôles qu’elle prétend jouer, elle reste du côté de la raison et de la loi.

Si Callahan ne le sait pas, il n’empêche qu’il comprend comme elle qu’ils ont besoin l’un de l’autre, pour le moment en tout cas. Il sera toujours temps de se faire des reproches plus tard, même si dans le meilleur des cas, ils ne se reveront pas. Une espèce de trève silencieuse s’installe entre eux et la jeune femme en soupirerait presque de soulagement. Malgré toutes ses bravaches, elle est fatiguée par la soirée qu’ils viennent de vivre et ses blessures. Parler à Finn l’épuise parce que lui non plus ne veut pas lui laisser le dernier mot. A ce titre, ils se ressemblent probablement plus que ça ne leur plairait de le savoir. Heureusement, ils sont bien trop absorbés par la situation présente pour y prendre garde.

Elle ne fait même pas attention aux yeux de l’acteur qui s’attarde sur son corps pendant qu’il l’aide à se déshabiller. Elle est trop épuisée pour ça et il faut dire qu’elle n’en a cure. Eve n’a jamais fait partie de ses femmes qui épprouve le besoin de séduire. Pour elle, son corps est un outil comme un autre et elle n’y pense jamais en dehors du travail. Par contre, l’air qu’aborde Finn alors qu’il s’apprête à la recoudre l’inquiète. C’est qu’il semblerait presque s’amuser à l’idée de lui faire mal. Si elle ressent une petite frayeur, elle refuse de lui dire pour autant et se contente de badiner avec lui.

- Ne te diminue pas, je suis sûre que tu fais de très joli …


Elle n’a pas de terminer sa phrase qu’elle pousse un cris de douleur puisque son compagnon a commencé à la recoudre sans crier gare.

- Oh putain, halète-t-elle le souffle coupé par la douleur. Avoue que tu prends ton pied.

C’est qu’elle ne lui en voudrait presque pas. A sa place, elle ferrait probablement pareil. En attendant, elle préfère parler pour essayer de ne pas être concentrée sur la douleur ce qui la rend probablement plus bavarde que d’habitude.

- Je n’ai jamais dis que j’avais le monopole, je suppose que tes vendredi soir finissent souvent en pugilat ? Je ne sais pas si on te l’a dis, mais il paraît que ça réduit fortement l’espérance de vie.

Encore une fois, ce n’est pas lui qui est en sous-vêtement en train de se faire recoudre dans ce qui est de toute évidence une planque un peu douteuse, mais qu’importe ! Elle est moins amusée lorsqu’il lui tend sa flasque jurant que celle-ci ne contient de l’alcool. Ce n’est même pas contre lui, mais Eve a l’habitude d’être suspicieuse de tout et tout le monde et qui sais ce qu’il peut bien y avoir dedans. A l’inverse, elle l’a en effet vu boire juste après leur transplanage, elle prend la flasque de mauvaise grâce et la renifle tout de même par acquis de conscience avant d’en boire une gorgée. La jeune femme n’est pas adepte des alcools forts et encore moins du whisky. Elle prend une trop grosse rassade, le liquide lui brûle la gorge avant de réchauffer son ventre et elle tousse sans aucune élégance en rendant le breuvage à son compagnon.

- C’est dégueulasse, lâche-t-elle.

Dégueulasse, oui, mais ça fait aussi du bien, même si elle ne le dira pas tout haut. Elle laisse Callahan reprendre ses exercices de couture et si elle pousse un gémissement étouffé de temps à autre, elle peut tout de même témoigner qu’il semble faire du mieux qu’il peut. Elle secoue la tête lorsqu’il lui demande qui elle peut bien être et c’est sans agressivité qu’elle répond :

- Je suppose que sorcière ne t’a pas suffit ? Honnêtement, je crois que ça ne te servirait pas à grand chose que je te le dise. Je crois que ça vaut pareil pour moi, mais je peux bien te donner mon nom. Eve, Eve Talbot.


Traduction : tu te porteras mieux sans le savoir et moi aussi. La torture prend fin et si Eve n’a pas moins mal pour autant, elle sent qu’elle peut au moins bouger calmement sans perdre des litres de sang.

- Non, ça ira pour le moment. Merci.


Elle est sincère, pour une fois. Elle se lave les mains et essuie rapidement le sang qu’elle a sur elle avant d’enfiler péniblement, avec des gestes raides qui témoignent de la douleur qu’elle ressent, les vêtements que Finn à trouver pour elle.

- Ca ira, je suis plus solide que j’en ai l’air, répond-elle quand il lui demande si ça ira.

En réalité, elle a vécu bien pire même s’il n’y a plus de cicatrices sur sa peau pour en témoigner. Etre capturée, tenir plusieurs jours sans manger avec à peine de quoi s’hydrater, les coups, ce n’est pas une petite balle qui la mettra à terre. La jeune femme lui fait signe de s’asseoir sur la chaise tandis qu’elle prend sa baguette. Si elle est incapable de soigner des blessures par balle avec des sorts, elle peut par contre facilement refermer les coupures que l’acteur aborde sur son visage. Une façon de le remercier pour les services rendus. Elle le voit trésaillir du coin de l’oeil tandis qu’elle prend sa baguette et la pointe sur lui.

- Du calme, tu avais l’air moins peureux que ça quand tu jouais les jolis coeurs tantôt. Je vais juste enlever les blessures que tu as sur le visage.

Il ne lui faut que quelques sorts pour que le visage de Finn semble aussi séduisant que quelques heures plus tôt. Contente du résultat, elle affiche un sourire innocent pour la première fois de la soirée. A l’aide d’un sort, sans prévenir, elle ouvre la porte et entraine son compagnon avec elle. Une fois la porte de nouveau vérouillée - elle viendra vider la planque plus tard - elle se tourne vers Finn qui a récupéré son arme entre temps. La trève est presque terminée et lui comme elle le sent.

- Bon Callahan, je crois qu’on peut se dire au revoir, j’imagine que tu n’as pas plus envie que moi qu’on se recroise donc autant ne pas s’éterniser avec des adieux larmoyants, non ?


Elle s’approche de lui et lui donne une liasse de billet tout en lui subtilisant discrètement le Beretta -petit acte de vengeance mesquin - et s’écarte prestement. Elle lui montre l’arme et avec un petit sourire ajoute :

- Tu devrais avoir assez pour le taxi et moi je garde ça en souvenir.


Avec un clin d’oeil, elle transplane, le laissant seul dans les rues de Londres.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 43
Humeur :
What we stay alive for - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100What we stay alive for - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitimeVen 31 Juil - 23:31



What we stay alive for
Eve & Finn
Finn finirait-il presque par s’amuser de la situation ? Le léger sourire qui apparait sur ses lèvres alors qu’il commence à recoudre la blessure de Eve dément totalement la dénégation qu’il apporte : « Moi ? C’est mal me connaitre. » Il pourrait jouer de façon très crédible les offusqués et prendre un air de dignité blessé, mais à vrai dire, il n’a même pas envie de s’embarrasser de ça. Oui, c’est une vengeance un peu mesquine parce que Eve l’agace définitivement, avec sa manie d’avoir toujours raison et de prétendre savoir mieux que lui quoi faire : en attendant, lui ne s’est pas pris de balles et elle n’a pas le choix que de compter sur lui. Se réjouir de la souffrance des autres, c’est mal ? Mais qu’est-ce qu’il en à faire, lui, de la notion de bien et de mal ? D’autant que par définition, recoudre une blessure, c’est douloureux, alors ce n’est pas entièrement sa faute. Cependant, il essaye de s’appliquer, histoire que les choses ne durent pas, chose qui n’est pas forcément facile alors que du sang goute encore à rythme régulier de sa propre blessure. Au demeurant, il commence lui-même à fatiguer, et il n’est plus assez en colère – trop secoué, trop à bout – pour ne pas compatir un peu à la douleur de la jeune femme. Ce qui se traduit un peu rudement par un nouveau conseil bourru : « Reste tranquille, ça te fera plus mal si tu bouges à chaque fois. » Tiens toi tranquille, voilà qui va définitivement résumer toute leur relation. Une manière comme une autre de communiquer, se dit Finn, si tant est qu’on puisse appeler ça de la communication.

Finn se retient de lever les yeux au ciel lorsqu’elle lui dit qu’il finira par y passer en continuant ce style de vie – ce qu’il sait bien, mais qu’il a choisi. Au moins, elle ne pose pas de questions contrariantes : il n’est pas tout à fait certain de vouloir parler de l’IRA. Continuant son ouvrage, il se contente donc de commenter d’un ton sarcastique : « Tu ferais bien de t’occuper de la tienne, c’est pas moi qui me fait recoudre, là. » C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité, même si elle l’a assez bien cerné. Mais Eve a beau dire, si les choses ont foiré, ils sont dans le même bateau, et elle ne s’en sort pas mieux que lui du tout, toute brillante et donneuse de leçon qu’elle puisse être. Provocateur et égocentrique jusqu’au bout, pour sa part, il continue à railler : « Depuis quand ça t’inquiète, mon espérance de vie, d’ailleurs ? » Après tout, ce n’est pas réellement comme s’ils tenaient l’un à l’autre, puisqu’ils ne sont liés que par le fait que pour l’instant, ils ne peuvent compter que sur eux – quand bien même il aurait peut-être été plus simple qu’elle le laisse en plan, ce qu’il a du mal à comprendre.

Du moins, c’est plus facile de le voir ainsi, car dans le fond, Finn est sans doute un peu admiratif : malgré tout, Eve est dure à la douleur, et elle tient plutôt bien le choc, avec un certain flegme qui lui plait.  Ce qui lui vaut un certain respect de la part du mafieux, quand bien même ce dernier préférerait crever la bouche ouverte que de l’avouer. Et un ou deux gestes pour l’aider, comme lorsqu’il lui propose sa flasque. Ou lorsqu’il lui tape maladroitement dans le dos, récupérant sa flasque : « Doucement, doucement. » Ce serait dommage de mourir étranglée alors qu’elle vient de survivre à une balle et aux soins plus que rudimentaires qui ont suivi. Avec une pointe de mauvaise foi, Finn continue à badiner, cependant : Eve a repris un peu de couleur, preuve que le whisky lui fait du bien. « Tu n’as pas de palais, c’est tout. Critiquer le whisky irlandais, faut oser. » Lui, de son côté, il aime bien rappeler aux anglais son côté Irlandais. Pas qu’il soit spécialement patriote. Mais Finn adore emmerder son monde, s’il en a l’occasion, et les anglais sont assez souvent agacés par la question irlandaise.

En attendant, il s’applique comme il peut, et continue à faire la conversation : il ne leur reste que ça à faire, cela dit, ou presque. D’où une dernière question : il ne tient plus tellement, sur le moment, à savoir pourquoi Eve était avec Rory, puisque ce n’était pas plaisir. Comme elle dit, ça vaut sans doute mieux pour eux deux. Mais par précaution et par tranquillité d’esprit, il préfèrerait savoir à qui il a affaire, n’ayant guère envie d’affronter des conséquences fâcheuses pour son business. Même si Eve n’a pas l’air d’avoir envie de le revoir plus que ça et qu’ils ont à peu près trouvé un accord – une fois sortis d’ici, on s’oublie mutuellement – on n’est jamais trop prudents. Un nom de famille, donc, c’est mieux que rien. Bien sûr, ça peut ne rien vouloir dire : Finn en sait quelque chose, les identités sont faciles à tronquer. Mais c’est un début de piste, ça vaut donc le coup de vérifier. « Enchanté, alors, Eve Talbot. Même si c’est un peu tard pour les présentations officielles, je suppose. » Sourit-il cependant, sans rien montrer de plus. Il vérifiera, plus tard, lorsqu’ils seront sortis d’ici. Ce qui ne devrait plus tarder, maintenant qu’il a fini de rafistoler un peu la rousse. Ce n’est pas trop mal ; assez pour qu’elle tienne le choc, même s’il peut deviner qu’elle souffre encore. A son tour, il esquisse un sourire, et pour une fois, sans arrière pensée, il hoche la tête en écho à ses remerciements, manière de dire qu’il les accepte.

Sans doute que Finn devrait être reconnaissant à la jeune femme de l’aider pour ses propres blessures, mais la magie et lui ne sont pas amis, comme tout ce qu’il ne maitrise pas réellement. Callahan n’a aucune idée de l’étendue réelle des pouvoirs des sorciers, et quand il n’est pas préparé à l’utilisation de la magie, comme là, il ressent toujours une pointe d’appréhension. « M’en veux pas, mais j’ai aucune confiance en ce genre d’engin. » Déclare-t-il donc en observant d’un œil méfiant la baguette de Eve. Il savait ce qui se passerait pour Rory, là il ne sait pas et ça l’agace. Rien de plus grave qu’un picotement lorsque sa blessure se referme ne se produit, cependant. Avec précaution, Finn tâte l’endroit où se trouvait la plaie, mais il n’y a plus ni sang, ni blessure. Alors pour la deuxième fois de la soirée, il se retrouve de nouveau à sourire de façon sincère, en écho à celui de Eve – elle a un joli sourire, lorsqu’elle s’y met, d’ailleurs. Un peu gêné, l’acteur se passe une main dans les cheveux : « Ahem…merci. Je suppose. » C’est qu’il n’est pas dans ses habitudes de remercier les gens, alors forcément…

Malgré tout, heureusement, cette fâcheuse rencontre arrive à son terme, et Finn n’en est pas tout à fait fâché, vu le ton de la moitié de leurs échanges. Et malgré tout, il n’a pas oublié la voiture, ni le fait que Eve sait se battre et soigner des blessures peu communes, ce qui indique tout de même que contrairement à ce qu’elle dit, elle n’est sans doute pas une sorcière lambda. Pas une mangemorte, manifestement non plus, comme son frère, sinon elle n’aurait guère d’affection pour les armes moldues, mais quoi, alors ? Quelqu’un du Ministère de la Magie ? Non, elle l’aurait embarqué et elle se serait présentée, comme Xena Hart, au bout d’un moment du moins – techniquement, Finn suppose qu’il est aussi concerné par les lois magiques, même s’il les ignore autant que les moldues. Bah, il sera toujours temps de se poser des questions plus tard. Récupérant son Beretta, il le replace à sa ceinture, ravi de pouvoir sortir. « Non, ça ira comme ça, merci bien. Fiche-moi donc le camp, je me débrouille. » C’est un peu cavalier, certes, mais pas encore tout à fait rude. Maintenant qu’il est à l’extérieur, et qu’il reconnait Londres, il peut se permettre plus de liberté. Enfin, ça c’est sans compter sur Eve Talbot elle-même… « Ah mais non ! Certainement p… » Proteste-t-il en vain, essayant de reprendre son revolver. Trop tard, encore une fois. Il ne peut que reculer d’un bond en la voyant transplaner, ne voulant surtout pas revivre cette expérience traumatisante. « Mais qu’elle est pénible ! » S’exclame-t-il, agacé encore une fois. « Enfin… » Il ne peut rien y faire, et au moins, elle est partie. Reste encore à trouver un taxi et à rentrer. A refaire un plan pour se débarrasser de Rory, et surtout, à trouver qui est cette emmerdeuse d’Eve Talbot.



(C) CANTARELLA.

_________________
The outsider
but I don't know of a soul who doesn't maintain two separate lists of doctrines : the ones they believe they believe ; and the ones that they actually try to live by.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

What we stay alive for - Finn Empty
Message#Sujet: Re: What we stay alive for - Finn   What we stay alive for - Finn Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

What we stay alive for - Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-