AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-27%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
130 € 179 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Belvina Beurk
▌ Messages : 54
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Herbert Beurk

QUI SUIS-JE?
Baguette: 26,7 cm, aile de fée & bois de noisetier
Camp: Mal
Avatar: Meryl Streep

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeJeu 13 Aoû - 17:30

Nightmare, sweet nightmare
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Belvina avait quelques courses à faire. Il est vrai qu’elle aurait pu envoyer l’elfe de maison le faire, mais étant donné qu’elle était seule, et qu’elle n’avait pas Amos à garder, elle avait eu envie de faire une petite sortie. Pour également s’aérer un peu. Belvina évitait de trop sortir d’une manière générale, surtout si elle était seule, ou que la nuit commençait à tomber. Des restes de l’attaque qu’elle avait vécue. Même si c’était il y a des années, autant que comptait l’âge d’Aristide, certaines peurs, et certaines angoisses n’avaient pas disparues.

Aujourd’hui, il n’y avait pratiquement aucune chance pour qu’elle se fasse attaquer, mais sait-on jamais. A l’époque, jamais elle n’aurait pu penser qu’une telle chose se produirait. Et pourtant… enfin, là n’était pas la question. Elle était capable d’aller effectuer seule quelques achats. Elle savait que Herbert n’aimait pas trop qu’elle vagabonde seule dans les rues, mais elle n’allait pas non plus rester enfermée. Et puis même si l’hiver était bien présent, il y avait quelques rayons de soleil pour ce jour, alors autant en profiter.

Elle se désolait toujours pour la tournure qu’avait pris sa famille. A y regarder de plus près, il n’y avait quasiment rien de beau à voir. Herbert et Kenneth qui étaient autrefois les meilleurs amis du monde se faisaient la guerre, Orpheus avait sa femme en prison après qu’elle ait essayé de le tuer et peinait à réveiller la magie d’Amos, Theodosia avait choisi de faire la guerre à son frère, et Aristide… avait beaucoup changé et pas forcément en mieux, et il restait Aristide. En soit, rien n’allait, et Belvina ne pouvait absolument rien y faire en plus de cela. La cause commune à tous leurs problèmes, sauf un, était tout de même Despina. Elle avait toujours été très proche de sa belle-fille, mais elle ne cautionnait pas son geste. Elle ne prendrait jamais parti contre Orpheus, et elle savait qu’il ne voulait pas faire de mal à Amos, il aimait profondément son fils. Et Belvina ne comprenait pas cependant pourquoi il continuait d’aimer Despina après ce qu’elle avait fait, mais bon, elle n’avait pas vraiment son mot à dire. En tout cas, cela était bien loin d’être réglé, et ça ne le serait peut-être jamais.

Elle fut assez brutalement sortie de ses pensées quand elle aperçut un visage qu’elle aurait préféré ne jamais revoir. Elle ne pouvait pas en être certaine, le temps avait passé, les années s’étaient écoulées, et pourtant… cet homme qu’elle voyait au loin lui rappelait un cauchemar. Son principal cauchemar. Elle était presque certaine de l’avoir déjà vu, une fois, le soir de son agression. Elle serait incapable de dire s’il avait fait parti de ceux qui l’avaient agressé, puisqu’elle avait préféré fermer les yeux, mais elle était à peu près sûre cependant qu’il était là. Il n’était qu’à quelques pas d’elle, et elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire, se contentant de le fixer.

black pumpkin

_________________

- Belvina Beurk -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Bill Beresford
▌ Messages : 137
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Isabel Beresford

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Mal
Avatar: Mark Strong

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeJeu 13 Aoû - 18:08


Nightmare, sweet nightmare
B

ill avait beau faire, déployer tout son réseau et se donner du mal, Seth semblait avoir littéralement disparu de la circulation. Au fond, il devrait sans doute l'accepter et faire avec, mais leurs retrouvailles lui avaient laissé un arrière-goût d'inachevé. L'une de ses principales motivations, à sa sortie de prison, avait été de régler enfin ses comptes avec le jeune homme, et voilà qu'il s'évaporait dans la nature. Certes, Bill n'avait pas dit son dernier mot, mais dans l'attente, il n'en était pas moins agacé et frustré. Depuis son retour de prison, rien ne se déroulait précisément ainsi qu'il l'aurait souhaité. Ne serait-ce que parce qu'il avait dû admettre que les élucubrations de Seth concernant la magie n'en étaient finalement pas....

Mais il lui restait fort heureusement des constantes, qui n'avaient tout de même absolument rien de négligeables pour leur part, à commencer par Isabel, qui confirmait à merveille son rôle d'épouse soumise et docile, et qui exauçait ses souhaits tout en lui garantissait la sécurité financière dont il avait besoin le temps que les affaires reprennent. L'autre constante, c'était lesdites affaires. Se remettre en selle après tant d'années à l'ombre n'avait pas été chose facile, mais il avait pu finalement recontacter quelques vieux amis qui l'avaient rapidement remis dans le bain. Et grâce à ses années derrière les barreaux, il s'en était également fait de nouveau, des contacts, qui pour certains ne manquaient définitivement pas d'intérêt.

C'était avec un des contacts en question que Bill avait eu rendez-vous, d'ailleurs. Il était supposé le rencarder au sujet de Seth, mais ça n'avait jamais été qu'un coup d'épée dans l'eau, un de plus. Qui justifiait que Bill soit présentement d'une humeur massacrante. Certes, il l'était plus ou moins toujours en temps normal, mais peut-être un peu plus que d'habitude encore. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire à présent, et c'était rentrer chez lui, tout simplement. Et éventuellement passer ses nerfs sur sa chair et tendre épouse si cette dernière avait eu la sagesse de bel et bien être à la maison.

Il avançait donc dans la rue, sans franchement prendre garde à ce qui l'entourait quand il sentit un regard posé dans sa direction. Une femme relativement âgée le dévisageait, l'air terrifié. Est-ce qu'il reconnaissait en elle une de ses anciennes victimes ? Pour être honnête, non, il y en avait tant eu... Et le temps comme la prison avait rendu ces souvenirs insignifiants. Comme quoi l'on peut marquer à tout jamais la mémoire d'autrui sans qu'autrui ne laisse aucune trace de passage dans sa vie propre.

-Qu'est-ce qu'il y a ? Tu veux ma photo ?
lui dit-il brutalement en s'avançant vers elle, constatant qu'elle le dévisageait toujours, ce qui ne lui disait rien qui vaille.

C'est que les circonstances l'avaient rendu un rien paranoïaque.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Belvina Beurk
▌ Messages : 54
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Herbert Beurk

QUI SUIS-JE?
Baguette: 26,7 cm, aile de fée & bois de noisetier
Camp: Mal
Avatar: Meryl Streep

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeSam 17 Oct - 9:51

Nightmare, sweet nightmare
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Belvina ne pouvait pas être sûre à cent pour cent que cet homme avait fait parti de ses agresseurs. Certaines victimes pourront déclarer que le visage de leur agresseur restait à jamais graver en mémoire, mais Belvina n’était pas aussi catégorique. Il faisait sombre, ils étaient plusieurs, et c’était il y a plusieurs décennies. Ce n’est pas pour autant qu’elle serait capable d’oublier. Il y a des choses qui ne s’oubliaient pas. La peur ressentie, la douleur, la honte, l’humiliation, leurs voix, les cris, la sensation… il y a tout un tas de choses que son subconscient, comme son conscient gardaient parfaitement dans un coin, mais elle avait tout de même l’impression que cet homme n’était pas un inconnu.

Elle ne pouvait pas être sûr qu’il était moldu, mais elle ne pouvait pas ignorer son impression. De toute manière, ce n’était pas comme si elle allait aller le confronter. Des années après, elle sentait la même peur la paralyser, ce qui la rendait folle de rage. C’était tout bonnement ridicule, ce n’était pas comme si quoique ce soit pourrait lui arriver maintenant, mais les traumatismes n’étaient pas explicables. Elle ne savait pas quoi faire cela dit, et ne pouvait rien faire non plus. Elle était incapable de le confronter, mais elle n’était pas non plus capable de reprendre son chemin, et de l’ignorer. Parce que s’il avait fait partie des hommes qui l’avaient agressée, elle refusait qu’il s’en tire comme ça.

Elle n’avait jamais été porté plainte, et elle ne le ferait jamais. Ce serait bien trop honteux, et si les autres l’apprenaient, certains pourraient commencer à s’interroger sur la paternité d’Aristide, et avec raison. C’était son secret, sa honte, qu’elle partageait avec son mari et son fils aîné certes, mais aucune autre personne ne devait être au courant. De toute manière, il existait d’autres manières d’avoir justice que celle qui était légale, et elle en savait quelque chose. Elle avait toujours soutenu sa famille, même quand les choses n’étaient pas très claires.

-Qu'est-ce qu'il y a ? Tu veux ma photo ?

Belvina eut un léger sursaut, et sentir un frisson d’angoisse la parcourir. Elle resta aussi calme que possible. Elle n’aimait pas son ton, ni cette manière qu’il avait de s’adresser à elle. Cette voix… elle lui disait définitivement quelque chose. Elle avait tellement été frustrée de ne pas pouvoir se venger que son esprit tentait peut-être tant bien que mal de trouver un coupable en l’associant à ses souvenir, il n’avait peut-être rien fait du tout, cet homme, mais elle devait s’en assurer.

« En aucune façon. J’ai l’impression de vous avoir déjà vu, il y a longtemps de ça, c’est tout. »

black pumpkin

_________________

- Belvina Beurk -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Bill Beresford
▌ Messages : 137
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Isabel Beresford

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Mal
Avatar: Mark Strong

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeSam 17 Oct - 23:20


Nightmare, sweet nightmare
B

ill jaugeait de haut en bas celle qui avait été sa victime sans qu'il soit capable de s'en souvenir. Une sur une longue liste d'individus qui avaient tous d'excellentes raisons de vouloir sa mort... même si beaucoup n'étaient plus vraiment en état de prononcer ce souhait de vive voix. Elle disait penser le reconnaître, l'avoir déjà vu il y a longtemps de cela - sans doute avant son séjour à l'ombre, donc, ce qui justifierait très largement qu'il n'ait pas gardé le moindre souvenir d'elle. Peut-être n'était-ce qu'une impression de déjà-vu, peut-être n'était-ce rien du tout... Mais il y avait quelque chose dans son regard, quelque chose qu'il associerait presque à de la peur, et qui lui laissait s'imaginer que si elle l'avait vu autrefois, c'était dans des circonstances qui avaient largement laissé paraître sa part la plus sombre, celle qu'il ne parvenait à dissimuler qu'à moitié, bien trop souvent rattrapé par un tempérament sanguin qui avait tendance à être accentué par les circonstances.

-Dans ce cas, arrête de me regarder comme ça,
répliqua-t-il. Il resta un moment fixe, à continuer de l'observer. Cela dit, maintenant que tu le dis, c'est vrai que tu me dis quelque chose.

Il mentait, il ne remettait vraiment pas cette femme, mais elle serait peut-être plus facilement prête à lui donner des indices sur les circonstances de leur première rencontre s'il la jouait de cette manière. Ce qui ne lui posait pas franchement problème au passage... C'était une stratégie comme une autre, après tout. Dernièrement, il avait le sentiment qu'on l'épiait. Seth ou quelqu'un d'autre, va savoir, mais il avait bien conscience de devoir se montrer sur ses gardes, et par conséquent, même une rencontre aussi anodine, et qui ne devrait lui laisser aucune impression particulière, se devait d'être creusée. On ne sait jamais.

-Où et quand est-ce que tu penses m'avoir rencontré ?

Le ton de Bill était directif, et il ne lâchait pas cette femme du regard, il voulait qu'elle se sente prise au piège, obligée de répondre à ses questions, que cela lui plaise ou non. Qui sait ce qui en découlerait, au moins il saurait un peu mieux à quoi s'en tenir avec cette femme qui nageait peut-être simplement en plein délire et avait tendance à confondre tous les chauves qui croisaient sa route (il en avait croisés d'autres, des comme ça)... ou qui avait peut-être de bonnes raisons de le reconnaître et de s'inquiéter de qui il était.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Belvina Beurk
▌ Messages : 54
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Herbert Beurk

QUI SUIS-JE?
Baguette: 26,7 cm, aile de fée & bois de noisetier
Camp: Mal
Avatar: Meryl Streep

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeMar 29 Déc - 10:07

Nightmare, sweet nightmare
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Belvina ne savait pas si c’était une bonne idée, elle n’avait aucun plan d’action, aucune certitude. Mais cet homme lui était familier, du moins, quand elle l’observait, quand elle tentait de se rappeler où elle l’avait déjà vu, elle était renvoyée à cette partie de sa vie qu’elle voudrait oublier. Elle pouvait se tromper, il se pouvait qu’il n’ait rien à voir avec cette histoire, mais elle voulait tout de même écouter son instinct. S’il s’avérait qu’il faisait bel et bien parti du groupe d’hommes qui l’avait agressée il y a de cela des années, elle ne savait pas du tout ce qu’elle comptait faire par la suite. Elle ne se sentait pas capable de lui faire quoique ce soit, parce que malgré les années passées, elle sentait la peur la paralyser. Elle détestait cela, mais elle n’arrivait pas à la combattre. Son seul réconfort, c’était de se dire qu’il ne lui ferait probablement plus rien à présent, qu’ils étaient en plein jour et que de nombreux passants étaient autour.

-Dans ce cas, arrête de me regarder comme ça. Cela dit, maintenant que tu le dis, c'est vrai que tu me dis quelque chose.

La sorcière serra les dents, n’appréciant pas du tout la manière dont il lui parlait. S’il se souvenait d’elle, c’était bien qu’il était responsable. Quand bien même il n’ait pas participé activement, il avait tout de même été présent, c’était déjà trop. Elle avait la sourde envie d’attraper sa baguette et de lui lancer elle ne savait quel sort, mais ce ne serait pas la solution, et cela pourrait avoir des répercussions sur elle, sur sa famille. Après tout, il était moldu. Elle faisait de son mieux pour garder son calme, ce qui n’était pas une chose facile, loin de là.

-Où et quand est-ce que tu penses m'avoir rencontré ?

Est-ce qu’il était vraiment en train de lui donner des ordres ? Si c’était le cas, les choses n’allaient pas se passer comme ça. Belvina n’avait aucune envie de le laisser prendre le dessus sur elle. Malgré sa peur, elle avait envie de faire face, elle ne se laisserait pas dominer, c’était hors de question. Elle n’avait pas non plus en vie de parler avec lui de cette fameuse nuit. Elle hantait assez ses cauchemars pour qu’elle en parle. D’autant plus avec un des responsables présumés.

« Je vous prierai de me parler sur un autre ton, vous n’avez rien à exiger de moi. »

black pumpkin

_________________

- Belvina Beurk -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Bill Beresford
▌ Messages : 137
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Isabel Beresford

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Mal
Avatar: Mark Strong

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeMar 29 Déc - 17:43


Nightmare, sweet nightmare
T

oute peureuse cette femme lui avait-elle semblé, voilà qu'apparemment il lui poussait des ailes, à présent, tandis qu'elle s'octroyait en son nom le droit de lui imposer ce qu'il pouvait faire ou non. Dans le monde de Bill, les choses ne fonctionnaient pas comme cela. Il pouvait tout attendre des autres, et les autres ne devaient rien attendre de lui. C'était ainsi, et il ne comptait certainement pas y déroger. La toisant de toute sa hauteur, il la toisa avec un souverain mépris mêlé d'autorité. Il pouvait tout exiger d'elle, c'était ainsi qu'il voyait les choses. Pour cela, il suffisait qu'il demande, qu'il ordonne, qu'il impose, et c'était dans sa nature.

Bill estimait que certains individus étaient nés pour diriger, d'autres pour se laisser diriger. Il appartenait sans conteste à la première catégorie, et il ne visualisait pas son interlocutrice autrement que dans la seconde... Ce n'était pas elle en particulier, et ça n'avait rien à voir avec les circonstances de leur première rencontre qui ne lui revenaient d'ailleurs toujours pas en mémoire. Mais elle était une femme, d'une, relativement âgée, de deux, et cela suffisait très largement à Bill pour ne la trouver ni intéressante, ni menaçante.

Et plus elle chercherait à lui tenir tête, plus lui-même réagirait en conséquence. Il ne comptait pas changer de ton ou de verbe, et n'attendait que de savoir à qui il avait affaire, soit dans quelles circonstances ils s'étaient déjà rencontrés, parce qu'il devenait de plus en plus clair et certain dans l'esprit du Moldu que leurs chemins s'étaient en effet déjà croisés. Sans doute dans des circonstances peu glorieuses. C'est ce qui était à soupçonner quand sa seule présence suscitait ce genre de réactions. Auquel cas, cette bonne femme devait au moins se féliciter d'être toujours en vie. Elles n'avaient pas toutes cette chance.

-C'est toi qui n'a rien à exiger de ma part,
répliqua Bill d'un ton qui ne négligeait pas d'être menaçant.

Les circonstances ne lui permettaient pas de se laisser obéir de la bonne manière. La rue était passante, il y avait des témoins, et c'était bien la seule chose qui le retenait de lui faire comprendre sa supériorité de manière, disons, plus active. Quand on le cherchait, on le trouvait. Certes, il avait tout intérêt à se tenir à carreau, surtout qu'il avait la police dans le collimateur et que certains attendaient le moindre faux pas de sa part pour le voir retourner derrière les barreaux.

-Maintenant, tu vas répondre à ma question sans faire d'histoires.

Inutile, après tout, d'envenimer une situation qui n'avait aucun besoin de l'être, pas vrai ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Belvina Beurk
▌ Messages : 54
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Herbert Beurk

QUI SUIS-JE?
Baguette: 26,7 cm, aile de fée & bois de noisetier
Camp: Mal
Avatar: Meryl Streep

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeLun 12 Avr - 11:01

Nightmare, sweet nightmare
 
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Belvina n’avait aucune envie de se sentir paralaysée par cet homme. Elle avait déjà été totalement impuissante des années auparavant, elle ne voulait pas que cela se reproduise. Mais elle n’y pouvait rien, son corps se tendait de lui-même, agissait tout seul. Elle n’aimait pas cela, et elle aimait encore moins le ton agressif de cet homme. Elle n’était pas surprise, quand bien même il n’avait pas fait parti de ceux qui l’avaient directement agressée, il avait fait partie du groupe qui avait observé et qui avait trouvé la situation très amusante. Elle aurait voulu se montrer forte, et prendre sa revanche, mais elle ne se sentait pas capable de quoique ce soit, et pourtant, cet homme n’était qu’un moldu.

Il devrait être insignifiant, ne représenter aucune menace valable pour elle. Elle était capable de lui envoyer quelques sorts qui devraient réussir à le mettre définitivement hors d’état de nuire. Pourtant, elle se sentait incapable de se saisir de sa baguette, et de le menacer directement. Elle se sentait ridicule, idiote, et pathétique. Elle détestait cette situation, et elle regrettait d’avoir attiré l’attention de cet homme.

-C'est toi qui n'a rien à exiger de ma part.

Ce n’était sans doute pas une bonne chose, d’énerver cet homme, mais Belvina se devait de tenter, au moins un peu, de lui tenir tête. Elle ne se sentait pas réellement en mesure de le faire durant longtemps, surtout s’il se mettait à devenir réellement agressif, mais elle ne se laisserait pas non plus faire. Elle ne voulait pas reproduire la même chose que la fois passée. Elle se doutait bien qu’il ne lui ferait rien, en réalité. Qu’ils étaient en public, et que ce serait stupide de sa part, mais sa raison n’était pas au meilleur de sa fonctionnalité, en cet instant précis.

-Maintenant, tu vas répondre à ma question sans faire d'histoires.

Elle fronça les sourcils. Elle ne savait pas si de réelles menaces étaient dissimulées ou non dans ses paroles, mais cela ne lui plaisait pas vraiment. Elle n’avait aucune envie de partir dans la confrontation, mais si cela s’était peut-être déjà engagé. Quoiqu’il en soit, elle avait bien compris qu’elle n’obtiendrait pas plus de respect de cet homme. Cela ne l’étonnait pas, à dire vrai. Il faisait parti des hommes de la pire espèce, alors il n’y avait rien à attendre de lui. Elle lui lança cependant un regard aussi froid, et mécontent dont elle était capable.

« C’était il y a longtemps, près de trente ans. Vous n’étiez pas seul, vous étiez avec toute une bande de… dégénérés. »

black pumpkin

_________________

- Belvina Beurk -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Bill Beresford
▌ Messages : 137
Humeur :
Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Right_bar_bleue

En couple avec : Isabel Beresford

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Mal
Avatar: Mark Strong

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitimeLun 12 Avr - 17:39


Nightmare, sweet nightmare
E

lle daigna enfin lui répondre, lui adressant au passage un regard ô combien glacial qui laissa Bill de marbre. Quand on faisait le choix de s'engager sur la voix qui était la sienne, on ne s'embarrassait pas de considérations superflue, on oubliait la possibilité d'être apprécié du plus grand nombre. Cela restait un sentiment agréable, et qui flattait votre ego, bien sûr, mais un sentiment qui n'avait absolument rien d'indispensable malgré tout. Il y avait par ailleurs quelque chose de plaisant dans le fait d'être craint et / ou détesté, y compris par une totale inconnue (ou du moins qui en était une pour lui), et cette manière qu'elle avait de le toiser lui conférerait presque un sentiment de puissance que le criminel prétendument repenti était loin, bien loin de trouver déplaisant.

Il obtenait gain de cause quoi qu'il en soit, et c'était ce qui importait. A l'évidence, il lui avait laissé un souvenir durable, à cette femme, puisque ce qui suscitait tant d'inquiétude et de haine chez elle était le fruit d'une chose qui s'était passée il y a trente ans... Trente ans... Oh, sa vie était bien différente, alors, il n'avait pas même encore rencontré son épouse, alors, la première, celle qui avait causé ses plus grands émois en même temps que sa perte. Les souvenirs que Bill gardait de cette époque étaient relativement flous, à présent, ils avaient l'air, même, d'appartenir à un autre homme.

Il faut dire qu'il en avait fait, du chemin, depuis, y compris durant son long séjour en prison, qui n'avait que partiellement mis sa vie entre parenthèses mais ne l'avait pas empêché d'évoluer vers l'homme qu'il était à présent. Il y a une trentaine d'années, il était un jeune homme dans sa vingtaine, et à l'époque, effectivement, il était rare de le voir sans la bande qu'il avait fédérée autour de lui... Pas vraiment le bon vieux temps. Ils étaient brouillons et peu ambitieux, alors. Bill n'avait plus de nouvelles de la grande majorité de ces hommes. Beaucoup avaient fini en prison, comme lui. D'autres étaient morts. Sélection naturelle.

-Me souviens pas
, répondit Bill, indifférent. Trente ans, c'est loin. Il va falloir que tu te montres plus spécifique que ça.

Il voulait qu'elle lui parle, oui, de ce qu'ils lui avaient fait subir. Bien sûr, il en avait une bonne idée, il se souvenait de comment ça marchait, à l'époque, et si cette femme était encore en vie, c'est qu'ils avaient sans doute voulu s'accaparer son corps autrement quand le supprimant. Quoique Bill ne faisait pas ce genre de choses, même à l'époque. En revanche, il n'hésitait absolument pas à laisser faire.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Empty
Message#Sujet: Re: Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina   Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-