AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lamb among wolves + Warwick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 122
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeJeu 1 Oct - 0:02



Lamb among wolves
Warwick & Finn
Rafa toque à la porte du bureau de Finn, et entre sans attendre la réponse : « Patron ? » Plongé dans une atmosphère étouffante de tabac, Callahan ne daigne pas répondre. Les pieds sur son bureau, il révise son texte pour la première d’Hamlet. Des brouillons de lettres inachevées trainent sur son bureau et parasitent ses pensées, l’empêchant de se concentrer : c’est qu’il ne sait plus quoi écrire pour espérer obtenir enfin une réponse de Eve, quand bien même Rafa ne cesse de lui conseiller de la laisser tranquille. Ce n’est que quand ce dernier insiste qu’il finit par relever la tête pour l’écouter : « Patron, y a un type qui veut vous voir. Il dit que c’est Eve qui l’envoie. » En fait, c’est la mention de Ivy qui fait sursauter Finn. La conversation devient soudainement passionnante : « Te demande pardon ? Eve envoie qui ? » Rafa hausse les épaules : c’est qu’il a soupé d’envoyer des hiboux et de tenter de dissuader son chef de prendre des initiatives épistolaires toutes plus désastreuses les unes que les autres. « C’est ce qu’il a dit. Je crois que vous devriez laisser tomber votre lettre, pour l’instant. Enfin, comme toutes les autres, notez, mais celle là particulièrement. » Finn reste stupéfait : « Non mais…je rêve ! Elle se fout de ma gueule !» Pour qui elle le prend, à l’ignorer et à envoyer ce…d’ailleurs, qui est ce type ? Bondissant sur ses jambes, il remet sa veste, désignant le porte-manteau à Rafa : « File moi ma cravate…il veut quoi ? Il est seul ? »

Il faut reconnaitre ça à Finn Callahan : en situation de crise, il a du sang froid, quand bien même son sang bouillonne et qu’il brule de demander des comptes à Eve, ce qui semble rassurer Rafa. Il n’a pas totalement perdu le boss. « On l’a à l’œil, mais je crois pas qu’il tentera quoi que ce soit. Il dit qu’il a une proposition à vous faire. Moi je lui trouve une gueule de flic, mais c’est peut-être parce qu’il est anglais, notez. » Nouant sa cravate, l’acteur ne dissimule pas un rictus amusé. Il voit ce que Rafa veut dire, parce qu’il partage ce même mépris irlandais des envahisseurs anglais. « Une proposition, hein ? C’est pas un gars de Chouvalov, des fois ? » Eve pourrait très bien avoir changé d’avis et lui avoir envoyé un type pour lui causer des emmerdes. Soit qu’elle soit vraiment agacée par ses lettres soit parce qu’ils n’ont toujours aucune raison de se faire confiance. « Ben, je crois pas, ou c’est pas un qu’on connait. Je lui dis quoi ? » D’un autre côté, le type est tout seul. Et s’il peut gratter un business juteux, Finn ne dit pas non.  « Tiens le à l’œil, c’est tout. Je descends. T’as dit qu’il s’appelait comment ? » Il écoute distraitement la réponse, fouillant dans son bordel : « Grant, son nom. Le prénom, j’sais pas.  Bon, je redescend. A tout à l’heure, boss. »

Prenant le temps d’allumer une cigarette, avant d’ajuster un de ses Beretta à sa ceinture. Il reste immobile un instant, indécis, et puis se lance : l’appât du gain et la prudence commandent d’aller se rendre compte par lui-même. Son ton est calme lorsqu’il interpelle Cohan, le gérant du bar, derrière son comptoir, en descendant tranquillement les escaliers : « Tu peux ranger la Winchester, Liam, sinon tu vas finir par blesser quelqu’un. Pareil, Rafa. » La salle du bar est comme figée, et l’ambiance est électrique. Ses hommes, crispés, semblent attendre un ordre, que Callahan ne compte pas donner pour l’instant. Son regard se pose sur l’unique inconnu de la salle, avant qu'il ne lui tende la main : « Grant, pas vrai ? Callahan. » D’un geste, il calme le jeu pour l’instant. Méfiant, mais pas hostile, il essaie de se faire une opinion sur Warwick Grant. Pas flic, de son point de vue. Jeune, sur la défensive aussi. Pas étonnant vu l’ambiance, ce que Finn ne fait rien pour arranger, sous couvert d’une politesse tranquille. Il est en position de force, alors il laisse venir. « Ce n’est pas souvent que je reçois de la visite de gens que je ne connais pas. Installe-toi. Tu veux une bière ? » Il désigne un siège à Warwick, après avoir fait signe à Liam de les servir. « Ne fais pas attention à eux. On n’aime juste pas beaucoup les nouvelles têtes, dans le coin. Surtout quand elles sont anglaises. » Insulte ou constat ? Un peu des deux.  « Rafa me dit que tu viens avec une proposition. C’est gentil, ça. Tellement que je vais peut-être bien l’écouter. » Cette attitude de parrain, soigneusement travaillée, est aussi naturelle qu’une seconde peau chez Finn. « C’est Eve qui t’envoie, alors… Tu viens d’où, Grant ? Que je sache à quoi m’en tenir. »  Il est curieux. Et un peu en rogne, aussi.
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Warwick Grant
▌ Messages : 106
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Le genre qui fonctionne à la poudre à canon
Camp: Bien
Avatar: Logan Lerman

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeJeu 1 Oct - 13:05

Warwick savait pourtant qu’il s’approchait d’un homme prudent et trempant jusqu’au cou dans les magouilles, mais jamais il n’aurait imaginé que la situation puisse se dégrader autant et aussi vite dès qu’il aurait mis un pied dans le bar.

Or, Warwick a plusieurs soucis. Son apparence, déjà -sa tenue civile du type propre sur lui et sans histoire, qui ne choque personne dans les rues de Londres, dénote un peu au milieu de tous ces potentiels gangsters Irlandais. Ensuite, son attitude -il a beau travailler à adopter une démarche plus discrète, on ne se débarrasse pas si facilement d’années à marcher au pas. On sent encore dans ses gestes une précision et une discipline qui peuvent trahir son passé sous le drapeau. Et enfin, bien-sûr, son accent -de toute évidence, sa tentative de parler vite pour le cacher n’a trompé personne, ce qui lui vaut maintenant d’être debout dans la plus parfaite immobilité en attendant que l’un des types aille chercher son patron.

Debout, il est utile de le préciser, avec un fusil braqué sur la tête depuis le bar. Il a d’ailleurs bien cru qu’il allait se faire plomber sans explications, avant de mentionner Eve. Le nom de la jeune femme a agi comme une formule magique -jeu de mot intentionnel- sur l’attitude des hommes du bar. Malheureusement, cela n’avait pas suffi à convaincre le type derrière le comptoir de braquer son arme autre part.

Warwick n’avait pas paniqué. Il n’est pas du genre à s’émouvoir à la simple vue d’un flingue -les armes, c’est son domaine, c’est même pour ça qu’il est là, alors c’est presque rassurant de voir qu’ils en ont. Pour autant, il est aussi bien placé pour savoir quel effet une balle a sur un corps humain, alors depuis qu’il est dans cette situation, il ne joue pas au plus fin, loin de là.

Voilà qu’un nouveau type arrive. Assuré, bien habillé, grand et plutôt charismatique. Tous ces détails, ajoutés à la façon dont il s’adresse aux autres, assurent immédiatement au jeune résistant qu’il a affaire au patron.

Dans les moments de stress, il arrive que l’esprit humain se fasse des réflexions absurdes et déplacées. C’est ce qu’il se passe quand le nouvel arrivant dit au dénommé Liam de ranger la Winchester. Et que Warwick, détaillant son interlocuteur, repère le revolver à sa ceinture. Ces types ont vraiment des goûts démodés en matière d’armes, c’est pas croyable. Ils vont me refourguer du matériel du Far West. Pas que l’armée britannique soit la plus moderne dans tous les domaines -Warwick se souvient d’avoir vu de nombreux officiers avec un revolver- mais ces types semblent cultiver une passion du rustique.

Warwick serre la main qu’on lui tend, et accepte la bière. Pas sûr que boire maintenant soit judicieux, mais ça lui fera du bien, et il vaut mieux de ne pas refuser quand un irlandais vous offre une bière. La remarque sur les Anglais fait mouche. Bien-sûr, il y a des antécédents que les deux hommes vont devoir apprendre à surmonter. Warwick lui-même ne voue pas franchement d’affection aux indépendantistes irlandais, mais les affaires sont les affaires, et il est résistant maintenant, alors il lui faut revoir certains de ses principes.

Ça y est, le moment de se présenter est arrivé. Il va falloir y aller prudemment -il n’a pas bien compris à quel point Callahan est impliqué dans le monde magique -de toute manière, il n’est jamais prudent d’afficher trop visiblement son statut de résistant, encore plus en tant que Moldu. Quant à son passé de soldat de sa Majesté, il va attendre un peu avant de le mentionner -il ne s’agirait pas de se faire abattre et d’être l’étincelle mettant le feu aux poudres entre l’armée britannique et les Irlandais.

-C’est Eve qui m’a donné ton contact, oui. Je suis en train de monter un petit groupe, et on a besoin de flingues. Pour assurer notre sécurité, je pense que tu comprends l’idée. Il glisse un regard vers le revolver à la ceinture de son interlocuteur. De toute évidence, le bonhomme est favorable au port d’arme.

Bon, ce n’est pas tout à fait un mensonge. Son groupe ne contient qu’un seul membre, les sorciers ayant leur baguette, mais dans l’idée, ce n’est pas tout à fait faux. Encore que, Eve sera peut-être contente s’il peut lui prêter une arme de temps en temps, alors mettons que ça fait deux membres à son groupe fictif.

_________________
Lamb among wolves + Warwick 4MBQ

Je combats, tu combats, nous combattons,
Chacun doit entrer dans la ronde,
Je termine ainsi ma présentation :
Je suis un soldat des deux mondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 122
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeLun 19 Oct - 22:24



Lamb among wolves
Warwick & Finn
Un moment Finn fixe Warwick Grant sans rien dire, essayant de déterminer s’il a bien entendu la proposition du jeune homme. Dans d’autres circonstances, ce serait une offre alléchante. Des armes, Finn Callahan passe sa vie à en vendre et à en échanger. Comme d’autres font commerce de livres ou de journaux, son fond de commerce tourne autour des gros calibres. Dans le milieu où il évolue, c’est un marché juteux, car tout le monde a besoin d’un (ou de plusieurs, parce qu’on n’est jamais trop prudent) flingues. Mais voilà, il ne connait pas Warwick Grant, et il est méfiant. L’offre pourrait devenir rapidement un piège. C’est que l’insulte ne vient pas de nulle part : il n’a aucune confiance dans aucun anglais. Grant n’a pas l’air d’être flic, mais il a bien l’air anglais et tous les anglais sont un peu flics, alors ça ne change rien. Mais de toute façon ça ne change rien. Il pourrait être irlandais que le mafieux freinerait tout de même des quatre fers. C’est le fait de rien savoir sur ce type qui compte, d’où qu’il vienne – c’est la seule chose qui empêche Finn de commencer à poser plus de questions sur le deal proposé. La paranoïa prime toujours sur l’argent : c’est qu’il s’agit de survivre, même en avoir plein les poches est le but de sa vie.

Lentement, il boit une gorgée de bière, maintenant le silence jusqu’à ce qu’il devienne insoutenable. « Ouais, je vois à peu près. » Il ne dit ni oui ni non. Callahan n’a pas d’avis, pour l’instant. La mention de Eve a éveillé son attention, assez pour faire baisser la tension, mais pas suffisamment pour qu’il baisse totalement sa garde. Quand bien même il guette toute occasion d’avoir des nouvelles, il a aussi conscience que Eve pourrait – en dehors de toute considération personnelle, du moins il l’espère – aussi vouloir le liquider pour une raison X ou Y. Cependant, la manière d’agir de Grant montre qu’il n’a pas les codes. Parmi les possibilités qui s’offrent à Finn, celle de le bétonner sans plus chercher à comprendre perd donc du terrain et l’idée d’écouter ce que le gamin peut lui dire fait son chemin. Alors il se décide à faire un cours accéléré à son interlocuteur : « Le truc, mon gars, c’est qu’on n’est pas à la foire aux bestiaux, ici. » Il écarte les bras d’un air désolé en manière d’excuse, se rejetant en arrière sur sa chaise : « Rien de personnel, tu sais. Je me méfie juste. J’aurais l’air de quoi, si je vendais des armes à un type et qu’il les retournait contre moi ? » D’un con, et surtout d’un foutu cadavre. Finn ne tient pas spécialement à entrer dans une de ces cases. Et même s’il commence à admettre que Warwick n’est ni un flic ni un concurrent, il reste méfiant : « Autant que je sache, je suis même pas sûr que tu connaisses vraiment Eve. » Les noms ne suffisent pas à prouver la fiabilité – de toute façon, de l’autre côté, il faudrait que Warwick soit parfaitement idiot ou tout à fait cintré, pour lui faire confiance comme ça.

Rafa, qui n’a pas perdu une miette de l’échange, s’approche pour murmurer à son oreille :« Il a dit qu’il avait une lettre, boss. On lui a pris. » Imperturbable, et sans quitter son interlocuteur du regard, Finn rétorque, avec un claquement de doigts impérieux : « Oh, vraiment ? Donne-la donc. »  

Méditatif, il lit la lettre de bout en bout, comme si Warwick n’était pas là. Un sourire se fait jour sur son visage, parce qu’à travers l’encre, il lui semble entendre la voix familière de Eve, un peu moqueuse, un peu sévère à son encontre. Mais elle parle de Rory, aussi. S’il avait un doute sur l’authenticité de la lettre, le voilà convaincu : il n’y a que Eve qui emploierait cet argument, pas un faussaire. Mais quelle drôle de fille, quand même, qui ignore toutes ses lettres pour lui adresser brièvement un courrier pour monter une association de malfaiteurs visant à échanger illégalement des armes et à tuer son frère. Elle lui dira sans doute que c’est parfaitement raisonnable, mais il reste un peu désorienté par son sens des priorités.

Cependant, Eve a sans doute prononcé les seuls mots ayant une valeur de garantie suffisante aux yeux de Finn. Il plie soigneusement la lettre, silencieusement. Puis d’un coup, il aboie un ordre ferme : « Très bien. Dehors, tout le monde. »  Avantage de l’autorité, on s’exécute dans la minute, y compris son second, qui pourrait être utile dans l’affaire. « Pas toi, Rafael. » C’est que si Finn s’est décidé en quelques secondes, il ne comprend quand même pas grand-chose au monde sorcier, dont il a bien l’impression qu’il est en cause, ici. Autant dire que son second pourrait être utile.

Abrité derrière sa cigarette, Finn tire une bouffée de tabac, avant de lancer : « Bon, alors, Warwick. » Au moins, il aura appris le prénom de son interlocuteur dans cette fichue lettre. « Mettons que je sois d’accord. Comment est-ce que la résistance sorcière va me payer ? » Inutile de tourner plus longtemps autour du pot ; il peut jouer franc jeu. Le monde sorcier, il le connait, certes mal, mais il le connait, et en dehors de la résistance, Eve n’a aucune raison de lui demander de l’aide. C’est un deal intéressant, sans doute, mais il ne s’y engagera pas les yeux fermés. D’autant que si toute occasion de voir Eve est bonne à prendre, Callahan a l’impression vague que c’est un plan un peu foireux. Il se demande donc dans quoi la jeune femme s’est embarquée, et malgré lui, il s’inquiète. « Je suppose que t’es pas sorcier, vu ce que tu me demandes. Et je suis à peu près sûr que la résistance n’a pas besoin de calibres pour mettre une pilée aux sang purs. » Finn ne mâche pas ses mots, mais il veut que les choses soient claires. C’est essentiel, pour la confiance. « Alors dis moi, qu’est-ce qu’un…je sais pas ce que tu es ? cracmol, comme moi ? Moldu ? comme toi, en tout cas, vient foutre dans ce bordel ? »

Il n’a pas tellement de problème à avouer ce qu’il est – il en tire même une certaine fierté. Cependant, il ne voit pas pourquoi un moldu se mêlerait des affaires des sorciers. Il faut être profondément idiot, héroïque, ou suicidaire, ce qui revient au même, pour faire ça. Ça le rend donc curieux à propos de Warwick lui-même. « Comment tu connais Eve, déjà ? » Bon, ça, c’est peut-être une forme de jalousie inconsciente qui parle, parce que le fait que Grant connaisse, fréquente, parle même, à Eve, alors que lui ne peut le faire agace l’acteur de façon inimaginable. La seconde question que l’acteur pose est plus intéressée et plus rationnelle. Le ton est plus méfiant, aussi : « Parait qu’il faut que tu ressortes vivant d’ici, vu ton métier, aussi. T’as dit que tu faisais quoi, comme boulot, déjà, Grant ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Warwick Grant
▌ Messages : 106
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Le genre qui fonctionne à la poudre à canon
Camp: Bien
Avatar: Logan Lerman

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeSam 24 Oct - 18:52

Warwick commence enfin à se détendre lorsque Callahan renvoie ses hommes de main, après avoir lu la lettre. Oh, il ne baisse pas sa garde -il est loin d’être tiré d’affaire- mais il lui semble que la situation est devenue moins critique dans l’immédiat. Il se redresse légèrement, déterminé à ne pas se montrer impressionné, avant de répondre aux questions du trafiquant :

-On a de l’or. Assez en tout cas pour quelques pétoires.

Le budget qui lui est alloué ne permet pas franchement de monter une armée, mais il devrait être en mesure de se procurer trois ou quatre armes et un peu de munitions pour voir venir ; il n’en demande pas plus pour l’instant.

-J’espère que l’or sorcier te convient, comme paiement. J’ai entendu dire que tu avais des gens de ce monde de ton côté, tu dois bien avoir les moyens d‘accepter ce genre de monnaie, non ?

Il fixe un instant le dénommé Rafael. L’imposant fusil à pompe ne semble pas le ranger parmi les sorciers, mais qui sait ? Peut-être est-ce tout autant un camouflage que la baguette de bois rangée dans la manche du soldat. Un camouflage particulièrement létal cependant…

-Tu as vu juste, je ne suis pas sorcier. Mais je vis parmi eux, maintenant.

Enfin, pas en permanence, mais assez pour qu’il en sache un peu sur le monde magique -peut-être plus que son interlocuteur, même. Il note mentalement que son interlocuteur est un cracmol. Bien-sûr, ce n’est pas lui qui va juger quelqu’un sur ses pouvoirs magiques, mais il est toujours bon de collecter quelques infos sur les gens, surtout des infos qui peuvent se révéler aussi croustillantes dans la société dans laquelle il vit désormais à temps partiel.

-J’ai décidé d’apporter ma pierre à l’édifice. Je ne suis pas particulièrement adepte des théories des… de certains groupes de sorciers. Mais comme tu t’en doutes, j’ai besoin de puissance de feu, parce que tous ces sorciers, ils ont leur baguette capables de mille prodiges, mais les gens comme toi et moi, sans poudre… On est un peu à poil. Quant à Eve je l’ai connue il y a quelques années, pendant la guerre. On s’est fréquentés quelques temps, puis on s’est perdus de vue un moment avant de se retrouver dernièrement.

Il espère que les informations qu’il vient de livrer subtilement à Callahan ne vont pas se retourner contre lui. Si le voyou comprend qu’il tient à Eve, il pourrait essayer de faire jouer sa propre relation avec la jeune femme -dont la nature échappe d’ailleurs à Warwick- pour influencer leur échange. Warwick se promet d’être prudent, tout en se sentant pris au piège à la prochaine question. La dernière phrase de la lettre d’Eve est à double tranchant. Cela peut dissuader Callahan de s’en prendre à lui, mais si ça ne suffit pas, le voilà contraint à révéler son métier à l’homme, une information qui ne jouera dans tous les cas pas en sa faveur -ce genre de population n’apprécie en général pas les figures d’autorités gouvernementale, et l’armée est généralement bien placée dans la liste des symboles qu’ils détestent. Il se force à sourire :

-Quand je vais te le dire, ça ne va pas te plaire, commence-t-il. Il ajoute ensuite rapidement : je ne suis pas flic, et de toute manière mon métier n’a rien à voir avec ma présence ici.

On la jour modeste, ou plutôt grandiloquente ? Allez, on tente un entre-deux :


-Tu as devant toi le sergent Grant de l’armée britannique, décoré par Sa Majesté.

_________________
Lamb among wolves + Warwick 4MBQ

Je combats, tu combats, nous combattons,
Chacun doit entrer dans la ronde,
Je termine ainsi ma présentation :
Je suis un soldat des deux mondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 122
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeMer 28 Oct - 23:57



Lamb among wolves
Warwick & Finn
Finn Callahan n’est pas sûr de comprendre le projet qui se forme devant lui. Il se méfie du monde sorcier et le croit irréformable. On ne peut pas battre le système, juste s’en accommoder. Pourquoi, dès lors, accepter même d’écouter Warwick et son projet qui lui semble suicidaire ? Callahan répondrait bien que c’est l’argent. Parce qu’il ne joue que pour lui-même et que malgré tout, l’affaire pourrait rapporter. « Peut-être. Comptant, le fric, dans tous les cas. » C’est ce qui motive la réponse, souriante mais distante, qu’il donne à Grant, réponse des plus évasives car il ne fait certainement pas confiance à son interlocuteur. Hors de question de lui dire de quels bords sont ses hommes.  D’un autre côté, il continue à écouter, patiemment, sous l’œil inquiet de Rafa, avec un demi-sourire qui n’annonce rien de bon. Même si Callahan ne se mêle plus de politique et qu’il ne comprend pas l’héroïsme inutile de Warwick, il songe de par lui-même que ça foutrait quand même un beau bordel dans le monde sorcier, toutes cette histoire. Le temps où il était révolutionnaire est loin et fini. Mais il a toujours eu un côté dynamiteur. Et faire payer au monde sorcier les brimades qu’il a subi lui plait.

A vrai dire, cependant,  et s’il était honnête, Finn admettrait qu’il n’y a qu’une raison qui le fait écouter Warwick, et que cette raison se nomme Eve Talbot. Sans qu’elle ne soit présente, la jeune femme est entre eux et son influence se fait sentir jusque dans les questions que Callahan pose. Le mafieux est sensible au fait qu’elle ait pensé à lui, même si ce n’est que sur un plan pratique et qu’il aurait définitivement préféré voir de ses nouvelles concernant ce qui ressemble fort à une invitation ou à un rendez-vous. Mais s’il écoute et qu’il songe à répondre positivement, l’humeur de Finn prend une tournure massacrante car il n’aime guère les explications de Grant.  Ni ce qu’il croit comprendre de la relation de Eve et de Warwick. Même s’il ne saurait guère verbaliser explicitement cette jalousie, car c’en est, même s’il nierait, elle ressort de toute son attitude, qui s’est considérablement assombrie : « Fréquentés pendant la guerre, ah oui ? Tu m’en diras tant… »

De passif-agressif et lourd de sous-entendu, le ton devient franchement méfiant lorsqu’il en vient à des questions pourtant d’usage s’il veut savoir à qui il a affaire. Haussant les sourcils, Finn reste un instant muet de stupéfaction : comment est-ce que Eve a pu croire une seconde que ça pourrait bien se passer ? Et comment est-ce que ce type a pu croire qu’il pouvait dire ça comme ça sans que personne ne réagisse ? D’ailleurs, Rafa a bondi. « Je vais le descendre. Je vous jure, patron, on n’a pas le choix, il faut…» Il faut qu’il se lève lui-même et qu’il arrête son second : en une poignée de secondes, le moment, déjà tendu, est devenu explosif. « Putain, Rafa, du calme ! » Siffle Finn, alors que celui-ci profère : « Votre copine nous a envoyé un putain de soldat anglais, d’ici à ce que ce soit les flics ou toute l’armée, c’est qu’une question de temps. Il faut…» La main sur le pistolet que son second a sorti, Callahan murmure d’un ton pressant, et un peu indigné : « Si elle avait voulu se débarrasser de moi, ou de nous, ça fait longtemps qu’elle l’aurait fait. Et ce n’est pas ma copine. Maintenant, range ça. Range ça, j’ai dis. On a plus à perdre à le buter qu’autre chose. »

Heureusement pour lui, Finn Callahan résiste bien à la pression et il a toujours su réfléchir vite. La balance penche donc rapidement sur le fait qu’il ne faut pas tuer Warwick Grant : pragmatiquement, Eve a raison, ils n’ont tout simplement pas les moyens de se mettre à dos l’armée britannique. Celle-ci n’a pas l’air au courant – ou alors ils auraient déjà une compagnie aux trousses – et mieux vaut que ça reste ainsi : par conséquent, tuer Warwick et attirer leur attention est la dernière choses à faire. Tendu, Finn grogne : « T’as aucune putain de conscience de ce que tu dis, hein, Warwick ?  D’à qui tu parles ? T’as bien failli te faire buter trois ou quatre fois depuis que t’as débarqué ici. » Bordel, lui-même ne sait pas trop ce qu’il pense de ça. Comme Irlandais, il a un peu l’impression de trahir sa nation en n’exécutant pas ce type sur le champ. Mais au Diable l’Irlande. Il ne doit rien non plus à ce pays. Surtout pas à : Eve, et du fric. Alors Finn lance tranquillement : « Assis, Rafael. » Il se rassoit lui-même. « Si le sergent Grant voulait nous causer des ennuis, il ne serait pas venu seul. Nous allons donc considérer qu’il est, quoiqu’un peu suicidaire et trop grande gueule pour son propre bien alors qu’il se trouve dans un bar irlandais, de bonne fois, et discuter de sa proposition. Et il repartira vivant, sinon nous aurons tout un régiment à nos trousses. Vu ? » Le ton est détaché et nonchalant : en un instant, la pression retombe, sans disparaitre pour autant.

Presque amical, du ton de l’ainé qui connait tout de la vie et donne des conseils, le mafieux se fend d’un sourire : « T’es allé t’embarquer dans une sacrée galère, gamin. T’aurais mieux fait de rester chez toi, de prendre ta retraite, le fric que t’auraient donné tes chefs, et de te trouver une casbah peinarde à la campagne. Là où t’as foutu les pieds, ton grade, il vaut plus grand-chose. J’en sais un truc, tu sais. J’ai été sergent chef pendant la guerre d’Espagne. » Au final, il est redevenu amer, comme s’il voulait le convaincre de renoncer : « Les médailles, ça protège pas des balles. Encore moins des sorts. » Mais revient l’idée de l’argent, et brusquement, le ton redevient guilleret : « Mais bon, c’est pas mon problème, tant que tu payes. Puis si ça peut aider Eve…» Rafa, qui reste sur la défensive, ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel : son chef a beau dire, il ne trompe personne. Mais l’acteur continue de son côté, indifférent :   « Pouvez bien vous foutre sur la gueule tant que vous voulez tant que vous me payez. »

Il y a un moment de flottement. Et une nouvelle saute d’humeur, car Finn songe soudainement à quelque chose qui ne lui plait guère : « Par contre…essaye seulement de faire un truc contre moi, et je te jure que sorciers, résistance ou pas, je te ferai bouffer tes dents. » Le regard s’est fait assassin, ne cherchant même plus à dissimuler les menaces qui couvent : « Je le fais parce que c’est Eve qui demande. Et qu’on soit bien clair : dans toute cette histoire, s’il lui arrive quoique ce soit, je te jure que je te tiendrai pour responsable. Vu ? » Le temps que le message s’imprime, il fixe Warwick avec un air de défi, sans se rendre compte de ce que ses paroles disent de sa relation avec Eve. De façon toute aussi erratique, la conclusion du mafieux est presque étonnante tant le volume sonore est redevenu acceptable et aimable : « De quoi t’as besoin, alors ? » Et il attend, fumant tranquillement sa cigarette. Comme si de rien n’était.

(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM


Dernière édition par Finn Callahan le Ven 30 Oct - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Warwick Grant
▌ Messages : 106
Humeur :
Lamb among wolves + Warwick Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lamb among wolves + Warwick Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Le genre qui fonctionne à la poudre à canon
Camp: Bien
Avatar: Logan Lerman

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitimeJeu 29 Oct - 9:00

Warwick recommence à respirer quand le dénommé Rafael accepte de se rassoir. Il a joué un jeu risqué, mais il est encore en vie, et il a prouvé à ses interlocuteurs qu’il en avait, alors sa manœuvre n’a pas été tout à fait vaine.

Pour autant, il faut bien admettre qu’il s’est fait une sacrée frousse. Il n’avait pas réalisé que ces hommes en apparence si posés puissent se montrer aussi passionnés. Il décide de se méfier du second : celui-là est vraiment instable. Callahan, qu’on devine retors, vient de prouver qu’il est malgré tout plus lucide -ce qui ne signifie pas que le jeune sous-officier va le prendre à la légère. Il enjoint à son tour le mafieux au calme :

-Je suis ici pour faire affaire avec toi. Quelle importance que je sois Anglais et toi Irlandais ? Nous ne sommes pas là pour parler de politique. J’ai de l’or, et toi des armes.

Les avertissements de Callahan, qui semble maintenant presque lui souhaiter du bien, résonnent étrangement en Warwick. Qu’est-ce qu’il est allé foutre ici ? Qu’est-ce qui l’a poussé à venir ? Son désir de reconnaissance ? La patrie ignore, pour son bien, ses agissements. La crainte de s’ennuyer ? C’est irréaliste, il aurait pu se contenter d’une armée en paix pour se maintenir occupé.

-Bah, à voir la vie que tu mènes, je dirais qu’on est un peu faits pareils, toi et moi. Tu voudrais t’enterrer à la campagne peinard, toi ?

Le ton se fait presque malicieux, comme s’il taquinait son interlocuteur. Maintenant que la conversation a pris un tournant plus personnel, il s’agirait de suivre le rythme. Il tente de rebondir sur le point commun qu’il vient de se découvrir avec l’homme pour détendre l’atmosphère :

-Sergent-chef ? Dans quelle armée ?

Décidément, Eve est une formule magique plus efficace que le plus grand maléfice, dans ce bar. Il entreprend cependant de rassurer le trafiquant :

-Je cherche à m’armer pour combattre des sorciers, je n’ai aucun intérêt à me retourner contre toi. Quant à Eve, c’est une grande fille, elle se gère toute seule ; je n’ai pas prévu de l’embarquer dans mes histoires, je me constitue ma propre équipe pour ça.

Equipe qui ne compte qu’un seul membre pour l’instant, mais il s’agit de rester optimiste. Il lui reste à espérer qu’Eve n’ait pas la bonne idée de se faire tuer en mission, car il est maintenant clair que ça lui retomberait dessus -en tant que chef d’une section, Warwick est habitué à commander, gérer et être responsable de vies humaines, mais en général les vies en question sont plus disciplinées et moins fuyantes que la jeune femme.

Pour autant, Warwick commence enfin à comprendre pourquoi Eve lui ouvre tant de portes. De toute évidence, Callahan tient à elle -et sans qu’il se l’explique, il ressent une pointe de jalousie. Eve partage-t-elle ces sentiments ? Elle lui a dit qu’elle n’avait personne en vue, alors peut-être que cet intérêt que le mafieux porte à la résistante est à sens unique. Cela ne le concerne plus, en théorie, mais l’intrigue quand même. Pour autant, il est l’heure de passer enfin aux choses sérieuses.

-Ça dépend un peu de ce que tu as. Tu vois le genre d’armes qu’on utilise à l’armée ? Fusil de combat, pistolet-mitrailleur… Tu as ce genre de matériel ? Et si tu n’as pas, tu as autres choses que des fusils à pompe ?

Il doute qu’il y ait beaucoup d’armes militaires britanniques sur le marché, mais peut-être peut-il se procurer des variantes étrangères aux capacités similaires. Et il préfèrerait éviter de s’en remettre à des armes imprécises et à son goût peu raffinées comme les Winchester portées par les hommes de main de l’Irlandais.

_________________
Lamb among wolves + Warwick 4MBQ

Je combats, tu combats, nous combattons,
Chacun doit entrer dans la ronde,
Je termine ainsi ma présentation :
Je suis un soldat des deux mondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Lamb among wolves + Warwick Empty
Message#Sujet: Re: Lamb among wolves + Warwick   Lamb among wolves + Warwick Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Lamb among wolves + Warwick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-