AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
FAGOR – Appareil combiné 3 en 1 Raclette ...
Voir le deal
42.49 €

Partagez | 
 

 Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitimeMer 18 Nov - 22:12

❝Archibald & Rose ❞Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autresIl avait fallu quelques secondes à Tibérius pour passer le feu de chez elle au Manoir Yaxley et il avait fallu des heures à la jeune femme pour retrouver un semblant de contenance. Alors qu’elle lui tourne le dos, lui ordonnant de partir, elle espère encore qu’il fera demi-tour et viendra s’excuser, lui dire que tout ça n’est qu’un malentendu. Evidemment, ses espoirs sont vite déçus et peut-être est-ce mieux ainsi. La jeune femme connaît bien son cousin et elle le sait persuadé d’être dans son bon droit. Or, si de son côté, elle aurait très bien pu arrêter le conflit en s’écrasant et en se rangeant à son avis, Rose n’en avait aucune envie. La suite a rendu la chose impensable. Si elle peut pardonner les mouvements d’humeur, elle refuse de faire la moindre concession concernant les tromperies.

Il faut dire qu’elle ne s’attendait pas à ça. En s’engageant avec Tibérius, la jeune femme savait qu’il y avait une forte probabilité que les choses se terminent à un moment. Elle-même n’a pas vraiment prévu de se marier et Tibérius étant l’héritier de sa famille, Rose a toujours su qu’il devrait un jour se passer la corde au cou. Néanmoins, elle avait imaginé leur séparation d’un commun accord. Quelque chose d’amical qui leur permettrait, entre adultes raisonnables et conscentants de rester amis. Autant dire que cette perspective est partie en fumée beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’avait pensé.

La semaine qui suit, Rose est l’ombre d’elle-même. C’est qu’en cette période, elle est particulièrement isolée. D’habitude, elle serait allée chercher du soutien auprès de Gaïa, Marciana ou encore Thaddeus, mais la situation l’empêche de le faire. Peu désireuse de faire subir son malheur et son humeur aux autres, elle se sent soudain timide à l’idée de parler d’elle.

Sans se l’avouer, elle cherche donc un certain réconfort auprès d’Archibald quand elle arrive chez lui. Son petit cousin n’est pas un grand fan de Tibérius et pour le moment, le simple fait de le savoir lui procure une certaine satisfaction. Evidemment, la jeune femme n’a pas l’intention de s’étendre sur ses malheurs parce que dans le fond, pourquoi s’attarder sur ses propres problèmes alors que l’on peut s’occuper de ceux des autres.

Néanmoins, malgré les efforts qu’elle a fait, son visage est tiré, sa mine un peu défaite et même Garrick - qui ne manque jamais une occasion de lui lancer une pique - se contente de la saluer sans la provoquer. Rose passe dans l’arrière boutique et monte à l’étage pour rejoindre l’appartement où habite Archie. Poliment, elle toque avant d’entrer.

- Je ne te dérange pas ?,
demande-t-elle en guise de salutation. Je suis passée chez Florian Fortarôme et j’ai pris de la glace, dit-elle en posant un sachet sur la table du salon.

Elle s’assied et adresse un sourire un peu distrait au jeune homme :

- Tu travaillais peut-être ?

Il faut dire que depuis quelques mois, Archibald est encore plus occupé que d’habitude, mais Rose sait qu’il ne l’est jamais trop pour la voir alors elle en profite.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Re: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitimeMer 18 Nov - 23:04

Se Voiler La Face En S'Occupant Des Problèmes Des Autres
ft. Rose Ashford-Selwyn
L’appartement d’Archibald était relativement petit, surtout en comparaison du manoir de son père où il avait grandi, mais le jeune homme s’y sentait bien et, plus important encore, il s’y sentait chez lui. C’était Garrick qui lui avait permis d’investir l’endroit, qui n’était au départ qu’une sorte de débarras où son oncle stockait le surplus de baguette et de bois. Archie en avait fait un petit nid, un endroit rassurant et chaleureux. Il n’y recevait presque jamais personne, pourtant : c’était un peu comme son jardin secret, son antre. Peu y avait accès et, bien évidemment, Rose faisait partie des heureux élus.

Tandis que la jeune femme passait la porte de la boutique un étage plus bas, Archibald avait encore le nez plongé dans l’immense grimoire qui mangeait la moitié de son bureau, actuellement. L’autre moitié était occupé par des parchemins, des plumes, et d’autres livres. Une quantité astronomique de livres, à vrai dire, bien plus que le bureau ne pouvait en supporter. Mais Archie, trop occupé qu’il était à étudier l’usage du sang de Sombral dans ce livre tiré de l’Allée des Embrumes, n’en avait rien à faire. Son bureau aurait bien pu s’écrouler qu’il ne s’en serait pas rendu compte.

C’est pour cela qu’il n’entendit pas tout de suite Rose toquer à sa porte. En réalité, il ne se rendit compte de sa présence que lorsqu’elle ouvrit la porte et que la lumière de l’extérieur se posa directement sur son ouvrage. Il releva alors vivement la tête, refermant brutalement le livre qu’il étudiait une seconde plus tôt. Un sourire étira ses lèvres.

- Rose ! Si je m’attendais à te voir débarquer ! Entre, je t’en prie, tu sais bien que tu ne me déranges jamais, ajouta-t-il en se levant.

D’un mouvement de baguette, le jeune homme remit de l’ordre sur son bureau : la plupart des ouvrages partirent rejoindre sa chambre et le reste s’ordonna, soulageant Archibald. Il n’aurait pas aimé que Rose tombe sur ce qu’il était en train d’étudier. Il savait que, peu importait les excuses qu’il aurait pu se trouver, elle n’aurait pas approuvé. Et puis, de toute évidence, la jeune femme n’avait pas besoin de ça pour le moment.

- Hum… Chocogrenouille, Patacitrouille… Dis-moi, tu as dévalisé le magasin ? demanda-t-il, relevant la tête du sac, un sourire au coin des lèvres. Ne t’y trompe pas hein, j’apprécie ! lança-t-il ensuite en se dirigeant vers la cuisine. J’adore quand on débarque chez moi avec du sucre en pot !

Ce n’était tout de même pas courant, surtout venant de la part de Rose. Oh, ce n’était pas la première faire qu’ils se faisaient ce genre de moment, mais, généralement, c’était davantage Archie qui débarquait avec la glace, pas l’inverse. Et certainement pas pour les mêmes raisons : les peines de cœur, Archibald ne connaissait pas. C’était lui qui brisait le cœur des autres, malheureusement, pas l’inverse.

Il revint vers sa cousine avec deux cuillères, sourire aux lèvres. Il se laissa alors tomber sur le canapé, juste à côté de Rose, les pieds sur la table. Il lui tendit sa cuillère.

- Oh, t’inquiète pas pour ça, balaya-t-il d’un revers de la main. Mes recherches, encore et toujours. Des compositions à base de métal sur lesquelles je travaille depuis quelques temps. Mais, tu sais quoi ? J’avais justement besoin d’une pause…

Il pointa sa cuillère en direction de Rose, soudain plus sérieux.

- Et, de toute évidence, toi aussi. Comment tu te sens ? Tu as l’air très fatiguée… Beaucoup de boulot en ce moment ?

Archie avait rarement vu Rose aussi défaite. Elle qui était si forte, si vibrante, d’habitude… Le jeune homme avait toujours aimé les belles choses et, à son humble avis, Rose avait l’âme la plus belle qu’il ait jamais vu. Alors qu’est-ce qui avait bien pu la ternir à ce point ?

Ou qui ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Re: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitimeMer 18 Nov - 23:34

❝Archibald & Rose ❞Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autresQuel soulagement de savoir qu’il y a un lieu où l’on est toujours bien accueilli ! C’est qu’au delà de la peine qu’il lui a fait, Tibérius a aussi, à sa façon, rejeté Rose. Certes, c’est Rose elle-même qui a initié la rupture, mais elle l’a fait forcée par son compagnon. C’est que dans le fond, après ce qui c’était dit, il n’y avait pas d’autre option possible. Personne ne resterait en se voyant bafoué de la sorte. En tout cas, Rose, elle ne l'envisage pas un seul instant. Au milieu de sa tristesse, une question la taraude : que lui manque-t-il ? Tibérius lui a dit qu’il n’attendait pas ça d’elle, mais qu’attendait-il dans le fond ? Il n’a pas su ou pas voulu lui répondre et Rose se retrouve dans le flou, chose qu’elle déteste. La jeune femme peu sûre d’elle en amour, ne peut pas s’empêcher de se sentir profondément dévaloriser. Qu'ont les autres de plus qu’elle ? Il doit bien y avoir quelque chose puisque son cousin n’a pas envisagé un seul instant de s’en passer par égard ou par affection pour elle.

Bien entendu, même dans son malheur, la jeune femme a sa fierté. Elle a bien tenté de se convaincre qu’il valait mieux ne pas y penser. Après tout, on ne peut pas revenir en arrière et Rose, bien que irrationnelle par moment, sait que ça ne doit pas être le cas. Néanmoins, ce n’est pas le travail qui arrive à détourner ses pensées de Tibérius. Pire que ça, il semble que tout lui rappelle le chef des Yaxley. Elle a évité le département de la justice magique comme la peste depuis qu’ils se sont séparés de peur de le croiser.

C’est sa faute, songe-t-elle. Elle n’a jamais pensé à lui en ces termes avant. Pourtant, il a insisté et plaidé son cas avec la persuasion qui le caractérise et Rose a fini par céder parce qu’à force son amitié s’est transformée en autre chose. Quelque chose qu’elle ne préfère pas examiner de trop près ou même nommer de peur de ce que ça pourrait représenter.

Alors qu’elle pénètre dans l’antre d’Archie, elle remarque à peine le désordre ambiant. Aucune remarque sur le bureau qui manque de s’écrouler, pas de livre saisi au vol pour voir sur quoi travaille son cousin en ce moment. A la place, elle se contente d’un sourire, aussi sincère qu’elle le peut devant la joie que Archie a à la voir. Ça la nourrit et la soulage un petit peu et c’est déjà ça.

- J’avais envie de quelque chose de réconfortant,
commente-t-elle alors qu’elle se laisse tomber dans le divan les jambes repliées nonchalamment sous sa robe de sorcière.

Elle saisit la cuillère que lui tend le jeune homme sans cérémonie et prend le pot de Patacritrouille qu’elle entame d’un coup de cuillère vengeur. Les recherches d’Archibald l’intéressent toujours, ils sont pareil elle et lui, toujours plongé dans leurs livres et leurs expériences, mais aujourd’hui, elle serait bien en peine de lui poser la moindre question pertinente. A la place, elle se contente de hocher la tête tout en commentant :

- Je comprends, moi aussi, je n’arrivais à rien aujourd’hui.

Tellement qu’elle a étonné l’ensemble de ses collègues en prenant son après-midi sur le coup de midi. Soudainement, elle a eu l’impression de suffoquer au Ministère et le besoin de voir quelqu’un qui ne la juge pas et la soutienne s’est fait trop fort que pour y résister. Elle plonge encore une fois sa cuillère dans son pot de glace et aujourd’hui, il n’y a plus grand chose de la réserve habituelle de Rose quand elle répond :

- Pas vraiment beaucoup de boulot, mais ce n’est pas la grande forme cette semaine,
sa voix se brise et elle regarde de nouveau le pot de glace. Elle voudrait parler, dire les choses à haute voix, mais elle n’y arrive pas. Pas même devant Archibald, alors discrètement, ce sont les larmes qui commencent à couler.

:copyright: 2981 12289 0


Dernière édition par Rose Ashford-Selwyn le Ven 20 Nov - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Archibald Ollivander
▌ Messages : 89
Humeur :
Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Re: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitimeJeu 19 Nov - 0:04

Se Voiler La Face En S'Occupant Des Problèmes Des Autres
ft. Rose Ashford-Selwyn
Archibald se rappelait que, enfant, il avait du mal à se faire des amis. C’était toujours plus ou moins le cas, d’ailleurs, mais disons qu’il avait gagné en sociabilité depuis le temps. Enfant, il était plutôt solitaire, hanté par l’ombre d’une mère qu’il n’avait jamais connu. Et puis, du jour au lendemain, on lui avait présenté Rose et… et ça avait tout changé. Tel un poussin suivant sa maman, Archie s’était pris d’une affection toute puissante pour sa cousine et son admiration était née de là : à partir du moment où elle était entrée dans sa vie, Rose avait été là pour lui. Il lui avait sûrement rendu la pareille en lui fournissant un appui – tout faible qu’il ait pu être quand il n’avait encore que six ans – dans ce monde tout nouveau pour elle. Mais voilà, depuis ces après-midis où il la suivait partout, cherchant son attention et ses sourires, Archibald n’avait jamais perdu une once de l’affection qu’il éprouvait pour elle, au contraire. Rose était plus qu’une sœur pour lui.

Alors, malgré l’acharnement de sa cousine à ne rien laisser paraitre, le jeune homme avait senti que quelque chose n’allait pas. Outre le caractère exceptionnel de la situation, il y avait cette sorte de chape de plomb qui semblait peser sur les épaules de Rose, cette ombre qui semblait l’écraser, elle, d’habitude si forte. Alors, en s’installant à ses côtés sur le canapé, Archie lança la conversation, essayant de comprendre, sachant qu’elle ne dirait rien d’elle-même. En un sens, ça lui faisait chaud au cœur de savoir que c’était vers lui qu’elle se tournait quand elle avait besoin d’une famille prête à l’écouter sans rien en retour. Il le lui avait toujours dit : quoi qu’il lui arrive, il serait là.

- Rien de plus réconfortant qu’un pot de glace, un bon feu et des oreilles attentives, n’est-ce pas ? demanda-t-il gentiment, poussant la jeune femme à se confier d’elle-même avant de devoir, il le savait, entamer lui-même l’interrogatoire.

Il attrapa le pot de Chocogrenouille – son préféré, Rose y avait pensé – et l’entama, écoutant sa cousine.

Mais il n’y eut pas grand-chose à écouter, au final. Si Archibald avait bien senti que Rose n’allait pas bien – pas bien du tout – il ne s’était pas attendu à cette cassure dans sa voix, à cette détresse si inhabituelle chez elle. Le pot qu’il venait de prendre retourna bien vite sur la table et, à la vue des larmes qui se mirent bientôt à rouler le long des joues pâles de Rose, Archibald ne put se retenir : il passa un bras autour de ses épaules et la serra contre lui, une main sur son genou, inquiet.

- Hé, Rose… Qu’est-ce qui t’arrive… ? demanda-t-il de la voix la plus douce qu’il put produire.

Il se laissa tomber du canapé et se plaça devant elle, à genoux, lui prenant les mains. Ça lui faisait mal de la voir comme ça, et il se sentait totalement impuissant face à la détresse de sa cousine. Il aurait aimé qu’elle lui parle, mais il savait comme ça lui était difficile. Alors il ne lui demanda rien, ne la força pas. Au lieu de ça, il porta ses mains à ses lèvres, les embrassa.

- Ça va aller Rose. Je suis là. Si tu veux me dire pourquoi tu pleures, je t’écoute, et sinon, je suis là quand même. Tu peux compter sur moi, d’accord ?

Il tendit une main, effaça ces larmes qui les faisaient souffrir tous les deux et lui fit un maigre sourire.

Qu’est-ce qui lui était arrivé, par Merlin ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 499
Humeur :
Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Re: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitimeSam 21 Nov - 23:16

❝Archibald & Rose ❞Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autresIl ne faut pas s’y tromper, Rose aime beaucoup son cousin. A sa manière, même si elle est peu démonstrative, elle fait preuve d’affection envers lui et ne manque jamais de le soutenir quand il en a besoin. Elle n’a pas la loyauté des Gryffondor, mais pour elle, la famille a quelque chose de sacré. Néanmoins, aujourd’hui, elle n’est pas là pour le voir. Pas vraiment en tout cas. Egoïstement, elle a besoin de parler. Besoin de ne pas être seule.

On pourrait se demander pourquoi elle n’a pas fait un break avec le monde sorcier pour retrouver la campagne anglaise où vivent ses parents et ses frères et sœurs. Rose y a songé avant d’abandonner le projet. Partir, c’est renoncer, elle y associe un sentiment d’échec qu’elle refuse d’assumer. L’échec de cette relation n’est pas sa faute et elle ne veut pas prendre la responsabilité d’un évènement qui ne dépend pas d’elle.

Sans compter qu’elle ne sait pas très bien quel soutien sa famille pourrait lui apporter. Elle les aime et elle sait qu’ils l’aiment aussi, mais voilà des années qu’ils sont séparés. Rose ne revenant que pendant les vacances pour dire bonjour, peu à peu, leurs vies se sont éloignées. Elle ne voit pas comment elle pourrait leur expliquer ce qui c’est passé. De toute façon, l’étalement sentimental dont elle fait preuve pour le moment ne conviendrait pas à la retenue aristocratique de ses parents, elle se sent bien plus à l’aise ici pour évacuer sa tristesse.

Archibald l’a bien compris puisqu’il fait ce qu’il peut pour essayer de la faire parler. Elle arrive à esquisser un brave sourire entre ses larmes et retenir celles-ci quelques secondes avant de recommencer à pleurer. La jeune femme voudrait parler, en réalité, elle en meurt d’envie, mais rien n’y fait, c’est comme si les mots étaient coincés dans sa gorge. Il faut dire que le dire tout haut rend les choses encore plus réelles qu’elles ne le sont déjà et l’ancienne Serpentard n’est pas certaine de pouvoir l’accepter pour le moment.

- Je, …. Je ….,
tente-t-elle désespérément avant de finalement se taire pour pleurer en silence, évacuant toute la détresse qu’elle a laissé enfermée depuis qu’elle est revenue d’Azkaban.

Une, deux minutes passent et finalement, une dizaine de minutes plus tard, Rose commence à se calmer.

- Je suis désolée, Archie, je me donne en spectacle comme si j’avais quatorze ans, mais j’en avais besoin je crois.

C’est que Rose n’est pas habituée à se laisser aller comme ça. Maintenant que le plus gros est passé, elle s’en veut un peu d’avoir autant pleuré. Rougissante, elle reprend son pot de glace, comme si elle pouvait se cacher derrière et alors qu’elle plonge une cuillère presque vengeuse dans la Patacitrouille, elle murmure :

- J’ai rompu avec Tibérius.

Elle n’ose pas vraiment regarder le visage de son cousin parce qu’elle sait plus ou moins quelle tête il est en train de faire. Il n’a jamais été fan du juge et pour le moment, Rose ne peut pas lui donner tort.

- Je sais, je sais, je ne t’ai rien dit, mais on voulait garder ça privé, au début au moins, ne pas avoir toute sa famille sur le dos, voir où ça allait mener. Nulle part de toute évidence, conclut-elle amère.

Si ça a mené à quelque chose, c’est bien son humiliation la plus complète. Il faut dire qu’elle a toujours su que son cousin avait ses défauts, mais à ça, elle n’était juste pas préparée.

- Disons que l’honnêteté, n’est pas son point fort, ajoute-t-elle, répondant à une question silencieuse.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Empty
Message#Sujet: Re: Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald    Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Se voiler la face en s'occupant des problèmes des autres - Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Madame Irma [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Chez Ollivander
-