AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -38%
Disque Dur Externe – WD Elements™ – ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez | 
 

 To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 155
Humeur :
To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Left_bar_bleue100 / 100100 / 100To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Empty
Message#Sujet: To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg   To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Icon_minitimeSam 2 Jan - 0:39



To the people lors and lonely in the fortress of their mind
Greg & Finn
Il est dans la salle d’attente de chez Benson, et il attend. Finn n’a dit à personne où il était. Il lui semble que ça ne regarde personne. Il n’a pas non plus envie qu’on le regarde comme un dingue. Ce serait mauvais pour les affaires, sa réputation, et son autorité. Personne ne respecte les dingues, et aller voir un psychanalyste lui semble quelque chose de honteux, comme s’il avait un problème, une maladie, qu’il était bizarre. On le pointerait du doigt, on le regarderait avec dégout, et ce sont des choses qu’il hait par-dessus tout. Qu’on se moque de lui. C’est qu’il a de l’orgueil, et finalement moins de confiance en lui qu’il n’y parait. Qu’on le craigne parce qu’il est colérique et qu’il cogne pour un rien ne dérange pas Callahan, au contraire, parce que son monde est régi par la crainte : c’est le plus violent et celui qui inspire le plus de terreur qui gagne à la fin. Mais qu’on le sache traumatisé, qu’on le voit pleurer, fendre l’armure, en somme, c’est une faiblesse et une humiliation. On ne le craindrait plus, il perdrait tout. Et ça, il ne le supporterait pas.

Même à Rafa, il n’a rien dit. Et encore moins à Eve, alors qu’il y aurait bien des choses à dire à Greg à propos d’elle, pour une raison encore différente : c’est déjà tellement compliqué entre eux, est-ce qu’elle voudrait encore fréquenter un malade mental ? Est-ce qu’il lui inspirerait autre chose que du dégout ? La perspective terrifie Finn. Plus qu’il ne veut l’admettre. Et ce qui le terrifie encore plus, c’est bien ce que Benson va pouvoir encore lui dire, ou peut-être même lui faire dire. C’est sans doute pour cela qu’il a longuement hésité à revenir alors même qu’il lui avait donné rendez-vous et qu’il était prêt à revenir. Mais il était plus facile ensuite d’oublier à quel point il était mal et à quel point il était hanté au moment où il parlait à Gregory. Il l’est encore d’ailleurs, le traumatisme est tellement profond qu’il est devenu une partie de lui, mais Finn ne pourrait pas le voir ou l’avouer seul même s’il le voulait. S’illusionner est devenu une partie de lui. Il faut dire qu’affronter chaque blessure nécessite un courage qu’il n’est pas sûr d’avoir.

Pourtant il est là. Malgré la cuite qu’il s’est mise, ou peut-être à cause d’elle, la veille. Histoire de contrôler sa terreur, peut-être. Peut-être qu’il a plus de courage qu’il ne le pense. Peut-être a-t-il essayé de suivre le conseil de Gregory Benson et de ne pas repousser les mains tendues qu’on lui tend. Il ne sait pas. Mais l’acteur est là, dans son coin de la salle d’attente, enfoncé dans son manteau à col de fourrure, mal à l’aise dans son costume bordeaux hors de prix, évitant le regard de la secrétaire. Et quand Benson débarque enfin, c’est toujours aussi mal à l’aise que Callahan/Gallagher se lève pour le saluer : « Bonjour. » Lance-t-il prudemment. Le mafieux ne sait toujours pas trop comment il se sent par rapport au médecin. Gregory avait réussi à l’apaiser, mais il lui a dit beaucoup de choses sans le vouloir et la méfiance reste de mise, le tout se matinant d’une sorte de reconnaissance étrange et inavouée. « Je suis revenu. » Ajoute-t-il en le suivant. Comme s’il guettait une forme d’approbation. Il se rassure en se disant qu’il n’était pas obligé et qu’il peut repartir quand il veut, ou se taire. « Je…euh. Vous avez dit qu’il fallait que je revienne. Je ne sais pas vraiment pourquoi. » Le silence le perturbe, et Finn est méfiant. Parce qu’il a a demandé à Greg s’il pouvait l’aider, et que le médecin n’a pas vraiment répondu, sauf pour lui dire qu’il avait progressé. Mais par rapport à quoi ? Et vers quoi ? S’il a peur, c’est aussi pour ça. Au final, il ne comprend toujours pas plus ce qui lui arrive, même si entre les évenements de ces derniers temps, surtout avec Eve, et son enfance, Benson a sans doute raison : ils en ont pour un moment.
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Gregory Benson
▌ Messages : 65
Humeur :
To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Left_bar_bleue50 / 10050 / 100To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Right_bar_bleue

En couple avec : Lisbeth Benson

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Neutre
Avatar: Daniel Craig

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Empty
Message#Sujet: Re: To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg   To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Icon_minitimeSam 2 Jan - 10:19


To the people lost and lonely in the fortress of their mind
J

amais il ne viendrait à l'esprit de Gregory de remettre en question ses talents pour la psychanalyse. Si certains patients se montraient réticents, agressifs, peu réceptifs et devaient parfois décider de ne pas réitérer l'expérience, il n'estimait en aucun cas y être pour quelque chose. Il considérait plutôt que ses patients étaient tout simplement hermétiques, ou n'étaient pas prêts, et c'était après tout à eux-mêmes qu'ils faisaient du tort en décidant de ne pas revenir dans son cabinet. Qu'en était-il au sujet de Finn Gallagher ? Gregory n'en savait encore trop rien. Il avait été à peu près convaincu qu'il reviendrait, mais n'en avait pas eu la certitude. Même si leurs conversations lui permettaient, doucement mais sûrement, de mieux le cerner, l'acteur restait relativement inconstant, insaisissable, et Gregory ne pouvait rien forcer avec lui. Il le rendait curieux, il regrettait de ne plus le compter dans sa patientèle - parce qu'il voyait en lui un cas intéressant, pas parce qu'avoir un célèbre acteur parmi ses clients pouvait forger sa réputation... il fallait qu'il se garde d'en parler de toute manière, secret professionnel oblige, et c'était une chose qu'il respectait vraiment.

Il n'était donc pas entièrement surpris de le retrouver dans sa salle d'attente mais n'aurait pour autant mis sa main à couper quant à cela. Il le salua avec toute la politesse de rigueur alors que Finn ajoutait que Gregory avait demandé à ce qu'il revienne, même si lui-même ne savait pas vraiment pourquoi. Une parade classique, et qui n'avait plus rien pour surprendre le psychanalyste. Il y avait souvent le droit, et dans le cas de Finn, il était évident que cela faisait partie de son mécanisme naturel et primaire de défense. Ce qui se passait dans ce bureau ne devait pas être de son fait, quelque part c'était positif, cela signifiait que dans cet espace, il acceptait de ne pas être totalement en contrôle, ce qui était plus que nécessaire s'ils escomptaient progresser. D'un autre côté, c'était aussi une manière de se dédouaner en partie de tout ce qui pourrait être dit au sein de son cabinet. En bref, c'était à double tranchant, mais Gregory se focalisait sur ce que cette situation avait de plus encourageante. S'il revenait à lui, c'est que, que cet état de fait soit conscientisé ou non, il admettait la nécessité et l'intérêt de leurs séances. Et en effet, il progressait. Et progresserait encore.

-Si vous êtes ici, c'est que vous devez tout de même en avoir une petite idée
, répondit posément Gregory tout en l'invitant à prendre place dans son bureau et à s'installer sur l'un des fauteuils se trouvant dans la pièce. De quoi voulez-vous me parler, monsieur Gallagher ? reprit-il une fois lui-même installé.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 155
Humeur :
To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Left_bar_bleue100 / 100100 / 100To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Empty
Message#Sujet: Re: To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg   To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Icon_minitimeMar 19 Jan - 0:04



To the people lors and lonely in the fortress of their mind
Greg & Finn
Finn garde un regard d’appréhension à Greg. On pourrait se dire qu’il a fait le plus gros en venant ici , mais à vrai dire, la partie est loin d’être gagnée. A force d’adopter différents masques, ils sont devenus une partie de lui. La plupart du temps, il se contente d’être ce que les gens veulent voir et ça suffit à obtenir ce qu’il veut. Parfois au point qu’il est devenu difficile de dire ce qu’il veut lui. Gagner ? Survivre. Le mot clef serait survivre. Ou ne plus jamais avoir faim. Ne jamais être celui qui prend de coups. Même si ça signifie être seul, même si ça signifie que c’est lui qui les donne. Peu importe. La violence fait partie de lui, mais la peur…la peur, il a appris à l’ignorer, mais parfois elle revient, puissante au point de l’immobiliser, autant que la colère, d’ailleurs – celle qu’il ne maitrise pas, celle qui est réelle, pas celle qu’il utilise de façon trop policée pour qu’elle soit autre chose qu’un outil pour mener ses affaires – il ne sait pas trop s’il veut la regarder en face. Quand bien même il ne peut pas rester comme ça. Pourtant, effectivement, c’est bien pour ça qu’il est là. Parce qu’il ne la maitrise pas, qu’il a peur quand même, et un peu honte. Mais comme de la colère et de ce qu’elle lui fait faire.

Son expression passe de l’appréhension à l’étonnement quand Greg lui dit qu’il doit bien avoir une idée de pourquoi il est venu. Et qu’il le laisse choisir. Non qu’il ne sache pas, mais il manque de mots pour dire les choses – quelque part, la colère et la peur sont les seules choses qui lui appartiennent, comme les rôles que Finn s’invente. Surtout, il n’est pas non plus bien sûr de savoir dire les choses. Allumant une cigarette, il lance avec un petit rire amer : « Je ne sais pas par où commencer, vous savez. J’en sais rien. » Puis, pensivement : « C’est drôle. On m’a toujours dit que je parlais trop. Maintenant je ne sais plus quoi dire. » Non, c’est un mensonge. Les gens qui t’aiment bien disent que tu es bavard, Finn ; celui qui disait que tu parlais trop, c’était Rory. Et à chaque fois que quelqu’un le répète ou partage un des jugements de son frère, ça le blesse. Comme si l’acteur ne pouvait que finir par ramené, confronté, à l’idée qu’il n’était tout simplement pas assez. Comme si son frère, et son père par extension, parce que seule l’absence de coups distinguaient Eamon de Rory, il ne faut pas s’y tromper, définissaient tout ce qu’il était. Moins que rien, un échec.

Il n’a pas envie de parler d’eux. D’être juste ça. Mais pourtant, c’est à chaque fois cela qui conditionne son manque de confiance dans le reste du monde, son apparent détachement, et la façon dont il s’accroche férocement aux gens, comme il les abandonne l’instant d’après. Et finalement, c’est une autre conséquence de son enfance qu’il aborde encore lorsque l’acteur finit par parler : « On s’est encore battus. Avec Eve, je veux dire. » Finn soupire. Il a soudain l’air malheureux comme les pierres. Penaud, il maugrée, les yeux baissés : « Enfin…C’est plutôt moi qui l’ai cognée, elle, elle s’est plutôt défendue. » Et puis, avec un sourire lumineux, qui ne retient que le positif qui est advenu après  : « Elle m’en veut pas, vous vous rendez compte ? Enfin, je crois pas. Vous en connaissez beaucoup, des filles comme ça ? » Personne de censé, du moins personne ne connaissant bien Eve, ne parlerait d’elle en la parant d’autant de vertus. Lui, si, mais il n’est sans doute pas objectif, quand bien même Callahan évite soigneusement de penser à la révélation que Greg lui a fait la dernière fois. Cependant, il sait bien qu’il y a un problème quelque part. Alors en désespoir de cause, il finit par ajouter maladroitement : « Je ne veux pas…elle n’est pas comme les autres. Je veux juste qu’elle reste…pas lui faire du mal. Mais je ne sais pas faire autrement qu’essayer de la retenir… »
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
Gregory Benson
▌ Messages : 65
Humeur :
To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Left_bar_bleue50 / 10050 / 100To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Right_bar_bleue

En couple avec : Lisbeth Benson

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Neutre
Avatar: Daniel Craig

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Empty
Message#Sujet: Re: To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg   To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Icon_minitimeMar 19 Jan - 18:02


To the people lost and lonely in the fortress of their mind
L'

acteur semble avoir bien du mal à articuler ses pensées en mots, et aux yeux du psychiatre, c'était en vérité bon signe. Si le bavard Finn Gallagher se montrait plus frileux à s'exprimer, c'est qu'il ne comptait pas faire dans le verbiage hasardeux, qui n'aurait vocation qu'à noyer le poisson sans finalement rien dire d'important ou d'éloquent. On pourrait penser que les gens bavards sont du pain bénit pour ceux qui exercent la psychanalyse, ce n'était pas tout à fait vrai. Un long discours, s'il n'était prononcé que dans l'intention superficielle de combler un silence, pouvait vous apprendre beaucoup de choses, mais vous obligeait à isoler de vous-même ce qui pouvait, devait être le plus pertinent, et ce n'était pas toujours si évident à observer. En revanche, dans l'économie de mots, chacun des mots en question avait du sens, de l'importance, et il était plus simple, par conséquent, d'en tirer un bénéfice, ou du moins un sens, quelque chose qui permette au patient de progresser, et au psychiatre, bien sûr, de faire raisonnablement bien son travail.

Il s'était battu avec Eve, lui apprit-il, ou plutôt avait-il levé la main sur elle, et cette dernière avait-elle riposté. Le propos était alarmant sans être surprenant. Il n'y avait pas besoin de creuser en profondeur la psyché de l'acteur pour deviner qu'il portait en lui une violence plus importante que la moyenne, qui devait aller, comme c'est bien souvent le cas, avec une douleur elle aussi plus profonde que celle que la plupart devait expérimenter. Gregory portait un regard très sévère sur ceux qui levaient la main sur le sexe opposé. Il en avait vu des victimes, de ce genre d'hommes, défiler dans son bureau, y compris celle qui était devenue son épouse, d'ailleurs. Mais il gardait son jugement personnel pour lui. Il y avait dans l'évocation qu'il faisait de cette jeune femme, ce quelque chose qui poursuivait de convaincre Gregory que cette jeune femme devait jouer un rôle essentiel dans la thérapie de son interlocuteur. Encore faudrait-il qu'il ne se saborde pas lui-même, ce qui semblait faire partie des spécialités de son interlocuteur.

-Vous en parlez comme si la seule solution pour préserver cette jeune femme était de l'éloigner de vous, pas de faire en sorte d'être une personne qu'elle pourrait garder dans son sillage.
Il laissa passer un temps de silence. Pourquoi avoir levé la main sur elle ? demanda-t-il, toujours en réservant son jugement.

Rien au monde, selon lui, ne pouvait justifier que l'on lève la main sur une femme (mais sur une femme seulement, bien sûr, sur un homme il savait arguer que ça pouvait se justifier), mais il ne fallait jamais pour autant occulter la notion de circonstances atténuantes.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Empty
Message#Sujet: Re: To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg   To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

To the people lost and lonely in the fortress of their mind + Greg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Benson (Londres)
-