AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-27%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
176 € 240 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Do the damage + Eve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 233
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, mais aucun d'entre eux n'est vraiment au courant.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeVen 12 Mar - 22:23



Do the damage
Eve & Finn
L’impression qu’on lui transperce le crâne avec une vrille, ou peut-être le soleil printanier qui cogne à travers les rideaux fermés des rideaux, tire un grognement épuisé à Finn. Ayant échappé une fois de plus à la surveillance vigilante de Rafa, la soirée précédente s’est passée à boire plus que de raison en compagnie d’un Ludovico ravi de tenir compagnie à son cousin, écoutant d’une oreille attentive, mais qui n’a rien d’altruiste. A coup de « ah oui, tu repars aux USA quelques temps », et de « laisse là un peu », il hoche la tête, compatit en apparence, et ressert whisky sur whisky. En réalité, il joue pour lui, mais Callahan ne s’en rend pas compte. Il est trop mal pour ça. Eve est partie, il ne sait pas quoi faire, et il s’en veut. Il boit trop et il sort trop. Quand il s’arrête de boire, ses journées ne sont plus que des gueules de bois, il n’a envie de rien et il lui semble que tout se qu’il se passe autour de lui n’a aucun sens ou importance, alors il retourne boire, délaissant un peu la gestion de ses affaires à Rafa, se montrant juste assez pour qu'on sache qui est encore le patron, chose indispensable depuis la révolte des trois imbéciles. Et lorsqu’il se réveille le matin, comme là, il ne lui reste plus rien sinon des souvenirs flous de la veille et un sentiment de vide. Chaque réveil est un instant de plus où il réalise douloureusement que Eve n’est pas endormie à ses côtés.

Un gémissement douloureux s’échappe de ses lèvres. C’est fou comme on peut prendre l’habitude de la présence physique de quelqu’un, c’est fou comme tout peut vite s’écrouler également.

Il faut qu’il bouge. Un brusque mouvement le prend, de colère, de lutte, de résistance. Tu ne peux pas te transformer en épave. Rafa n'a pas tort, là-dessus, et Finn en a conscience, alors il se laisse un peu moins aller concernant le Cohan, mais il fait ce qu'il peut. Même s'il a repris du poil de la bête en allant donner une leçon à l'autre con. Se lever, c'est déjà un progrès, et il s'est repris un peu. Assez pour se lever, et élaborer un plan. A pas précaires, Finn ouvre la salle de bain pour s’asperger le visage d’eau. Une fois rasé et douché, il a un peu meilleure mine, mais pas forcément moins mal au crâne, et son humeur n’est pas meilleure. Pour être tout à fait exact, elle est même plutôt atroce.  Abandonnant l’idée de manger, l’acteur se laisse glisser sur le sol du salon.

Il faut qu’elle l’écoute. Eve ne peut pas être partie. Il ne peut pas l’avoir perdue comme ça, aussi…aussi connement. A force de ruminer, l’irlandais en est tout de même arrivé à la conclusion que s’il a déconné et que c’est sa faute, si seulement elle l’accepte de l’écouter, il pourra lui prouver que rien n’est irrattrapable et qu’elle est la seule qu’il compte. Oui, il a déconné, oui, il n’aurait pas du faire ça, mais non, il ne l’a pas trompée, non ce n’est pas pareil avec Xena, oui, Eve est la seule qui compte vraiment. Dans son esprit encore embrumé par l’alcool, la conversation est cohérente et ça ne peut que bien se passer, comme en témoigne le hochement de tête méditatif que l’irlandais adresse à un Shane au regard vitreux et plus intéressé par les œufs aux bacon que Callahan ne semble pas décidé à manger.

Il faut qu’elle comprenne. Ils ne sont pas obligés de se perdre. Ils peuvent encore tout recommencer. Persuadé qu’il peut encore tout arranger, Finn se prend soudainement d’une bonne humeur précaire et hyperactive, à la hauteur de la réconciliation mélodramatique mais facile qu’il imagine. Juste le temps de régler quelques affaires : quelques points pour l’enlèvement, le projet de haras qui suit son cours en Irlande et dont les bâtiments se construisent, d’ailleurs il faudra qu’il emmène McGregor quand ce sera fini, il a encore trop reporté sa visite, mais Nikolai et Ludovico ne sont pas faciles à avoir, et les USA, par précaution, pour se tirer, au moins un temps…tiens, il pourrait proposer à Eve de partir avec lui. Aucune querelle, aucune rupture, ne peut résister au soleil de la Californie, si ?

Un instant plus tard, le voilà parti pour le Poplar. C’est que Finn n’a pas vraiment envie de demander l’aide de Rafa pour l’accompagner sur le Chemin de Traverse, voulant régler les choses tout seul et sans avoir besoin d’aide, ce qui serait humiliant, et se disant que ça ne concerne pas (chose rare) son second. S’il est honnête, le mafieux n’a pas tellement envie non plus d’entendre l’avis de son second sur son idée, que lui juge excellente, mais que Rafael désapprouverait peut-être, chose dont Callahan ne veut même pas entendre parler. Non, il attendra des heures, voir des jours, s’il le faut, tant pis. Eve finira bien par revenir.

Surveillant la maison des parents de la jeune femme depuis sa voiture, il s’endort par moment, perdant le fil du temps. Finn s’apprête d’ailleurs à abandonner quand il aperçoit une lumière s’allumer dans son rétroviseur. « Attends… » Murmure-t-il, éteignant le moteur. « Attends… » Non, il n’a pas rêvé, c’est son jour de chance, elle est bien là. Un signe que ça ne peut que bien se passer, n’est-ce pas ?

En un instant, Callahan a bondit hors de la Bentley et tambourine à la porte de la jeune femme : « Eve ! » Que ce ne soit pas la bonne méthode et qu’elle puisse le vivre comme une quasi-agression ne lui vient pas à l’esprit, et le silence ne l’encourage qu’à continuer : « Eve, ouvre-moi, c’est moi, je sais que tu es là ! » Il frappe de nouveau à la porte, un peu moins fort tout de même, quoique peu soucieux de déranger les voisins. Puis sa voix ne se fasse suppliante, lorsqu’il réalise d’un coup qu’il est possible qu’elle ait tout simplement décidé de l’ignorer : « S’il te plait, Eve, juste cinq minutes. Je veux simplement te parler… » Finn recule d’un pas, hésite, se débat avec lui-même. Ne vaudrait-il pas mieux revenir plus tard ? « S’il te plait…écoute, je sais que tu m’entends derrière la porte, pourquoi est-ce que tu ne m’ouvres pas cinq minutes ? Je m’en irai après, si tu veux, mais ça ne te coute rien de me parler et d’au moins entendre ce que j’ai à dire… » Il réavance d’un pas, pose sa main sur le battant de la porte d’entrée, comme si cela suffisait pour que la porte s’ouvre. Dire qu’elle est peut-être là, à un pas de lui, de l’autre côté du bois ! Ça le désespère, mais il ne veut pas renoncer. Dans un éclair de lucidité rare qui lui dit que ça n’aiderait pas ses affaires, et peut-être parce qu’il a un peu trop mal au crâne pour se lancer là-dedans, il renonce à l’idée de défoncer la porte et se contente de lâcher : « Bon, j’attendrai, alors. » Et Finn s’assoit sous le porche, bien décider à effectivement patienter jusqu’à ce que Eve se décide à ouvrir, n’ayant absolument aucune idée de ce qui l’attend en réalité.
(C) CANTARELLA.

_________________
ABATTOIR BLUES

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 364
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeVen 12 Mar - 23:39

❝ Finn & Eve ❞Do the damageCombien de temps est passé depuis qu’Eve est sortie du Cohan en trombe en se jurant qu’elle ne reverrait plus jamais Callahan. Des jours ? Des semaines ? La notion du temps lui a échappé, les mauvaises nouvelles se sont enchaînées alors que les jours eux se ressemblent. Fatiguée, plus qu’elle ne l’a jamais été, même en temps de guerre, Eve a fini par envoyer un hibou pour prolonger sa semaine de congé. Revenir dans le monde sorcier ? Non, elle n’en a pas la force. La résistance ? Ils n’ont qu’à se débrouiller sans elle. Tout ce qu’elle veut, c’est du calme, du silence et de la sérénité. Des choses impossibles à trouver dans son état, mais n’est-on pas toujours à la recherche de ce qu’on ne peut obtenir.

Après avoir quitté Xena, alors qu’elle cherchait où aller, la simple pensée du monde sorcier et du cagibi qui lui sert de logement sur le Chemin de Traverse lui a donné la nausée. Confusément, elle a senti le besoin de retrouver quelque chose de familier et ses pas l’ont portée dans le Poplar. Là, dans son vieux voisinage, elle sent sa nervosité se calmer.

Ce n’est qu’une fois dans la maison qui a abrité ses parents, la porte fermée, qu’elle a enfin pu se laisser aller. Les larmes qu’elle n’a pas réussi à verser ont coulées à torrent. La jeune femme n’aurait pas su dire combien de temps elle est restée postrée, les yeux dans le vide, sans prendre la peine d’essuyer ses larmes, mais au matin, c’est les yeux rougit et le coeur lourd qu’elle décide de se rendre de nouveau au Cohan.

Loin de la rassurer, sa discussion avec Rafa lui laisse un goût amer. Fatiguée, peu sûre d’elle, le doute finit par l’atteindre et après quelques jours, elle se décide à consulter un médecin. Le verdict est sans appel et la situation d’une ironie sans nom. A-t-on déjà vu une fille de médecin s’étonner d’être dans une “situation intéressante” alors qu’elle n’a jamais pris de précautions pour prévenir le danger.

Orpheline à l’âge tendre de dix-sept ans, Eve n’a eu personne pour la guider dans son passage à l’âge adulte. Le SOE, trop occupé à les envoyer se faire charcuter pour la patrie ne s’en est pas chargé, et tout ce qu’elle sait, elle l’a appris à la dure. En réalité, c’est un miracle que la chose ne soit pas arrivée avant.

Abasourdie, la journaliste a pour une fois une information dont elle ne sait que faire. Pourtant, maintenant qu’elle en a la confirmation, Eve se demande comment elle a fait pour ne pas le deviner tant les signes étaient évidents. En réalité, malgré son rire, l’inquiétude de Rafa devait être réelle et la jeune femme ne lui a envoyé aucune nouvelles.

Quand, au retour d’une course, la voix de Finn lui parvient, Eve se dit qu’elle ne devrait pas être surprise. Après tout, l’irlandais sait où elle habite et a fait du harcèlement une raison de vivre. La jeune femme n’est pas prête à lui passer ses caprices pour autant. N’ayant aucune envie de le voir ou de lui parler, la porte claque à sa figure sans qu’elle daigne répondre.

Bien déterminée à l’ignorer, elle tente de vaquer à ses occupations. Une bonne résolution qui tourne vite court puisqu’elle n’a absolument rien à faire. Finalement, elle jette un œil par la fenêtre et Finn est toujours là, fumant une cigarette. Un soupir plus tard, la porte s’ouvre et sans le regarder, d’un ton sec, Eve déclare :

- Entre.


La porte se referme sur eux et sans un mot, elle lui tourne le dos prenant la direction du salon. En cette fin de soirée, un feu ronflant brûle dans l’âtre. Il y a peu de lumière dans la pièce où le désordre règne, témoignage de la semaine de déprime de la jeune femme. Finalement, elle s’assied dans un grand fauteuil, le plus loin possible du mafieux et tire un plaid sur elle. Un frisson la parcourt et elle augmente l’intensité du feu d’un coup de baguette.

- Ne t’emballe pas. Je n’ai aucune envie de te voir, pas plus que je ne veux de tes explications, mais je suppose que tu me les donneras quand même alors fait le qu’on en finesse.

Les explications de Finn ? Eve s’en passerait bien. Il n’y a plus de retour en arrière possible et quoiqu’il dise, les choses ne seront plus jamais comme avant alors à quoi bon essayer de justifier l’injustifiable. Finalement, sans pouvoir s’en empêcher, elle le regarde et son cœur se serre parce que malgré tout, elle sait qu’il lui manque. Détournant le regard, elle fixe le feu et finalement murmure probablement trop bas pour qu'il l'entende :

- Moi je dois te parler.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 233
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, mais aucun d'entre eux n'est vraiment au courant.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeDim 14 Mar - 18:59



Do the damage
Eve & Finn
Une chose étrange que l’amour. Finn n’y a jamais beaucoup cru, regardant d’un œil intrigué les grandes romances du théâtre ou du cinéma, en se demandant comment il est humainement possible de se foutre autant en vrac, ou dans de telles emmerdes, pour qui que ce soit. Sûrement qu’Hollywood a tout exagéré parce que c’était plus vendeur, aussi, et que pour faire passer l’émotion au public, il faut un peu surjouer. Maintenant, vu le flot de larmes qui a coulé ces derniers jours et le whisky qu’il a englouti, difficile de nier qu’il n’est qu’un type comme les autres et que les mythes comportaient plus qu’un fond de vérité. Mais il en tout de même encore à se demander comment ça a pu lui tomber dessus, tout ça, alors qu’il attend à la porte. Bizarrement, Callahan a l’impression qu’un vide brulant est en train de se creuser en lui du fait de l’absence de Eve. Drôle de chose que l’amour, alors, si c’est ça. Il donnerait n’importe quoi pour ne plus se sentir comme ça. Alors il attend, cigarette aux lèvres, les yeux fixés sur la porte. Elle va bien ouvrir. Il faut qu’elle ouvre. Il ne peut pas la perdre. Il ne veut même pas l’envisager. Pourtant, au bout d’un moment et de sa énième cigarette, Finn commence à désespérer. C’est que Eve est aussi obstinée que lui, à sa manière. Pourtant, alors qu’il n’y croit plus beaucoup et que la déprime refait surface, la porte s’ouvre enfin, et il cligne des yeux en la voyant apparaitre, presque surpris lorsqu’elle lui dit d’entrer. C’est que Finn se serait attendu à se faire chasser ou hurler dessus, alors il est un peu déstabilisé. Mais peu importe, Eve est finalement là. Un moment, alors qu’il fait un pas dans l’entrée, il pourrait presque croire qu’ils pourront tout recommencer. Une drôle de sensation, mêlée d’amour et d’espoir, vient se nicher dans sa poitrine et il en faudrait peu pour que le mafieux cède à la tentation d’embrasser la jeune femme et de la serrer dans ses bras en oubliant tout le reste.

Mais Eve reste à bonne distance, alors il se contente de la suivre sagement dans le salon, s’arrêtant à bonne distance d’elle et la laissant prendre du champ. Mains croisées derrière le dos, Finn se dit que ça ne s’annonce pas trop mal : elle ne l’a pas envoyé paitre. Et puis, songe-t-il en observant le désordre et en lui jetant un regard à la dérobée, elle n’a pas vraiment meilleure mine de lui. Il craignait qu’elle s’en moque, inconsciemment, et ça le rassure presque de savoir que ce n’est pas le cas. Mais alors qu’il ouvre la bouche pour parler, Eve douche tous ses espoirs. Il referme la bouche et détourne les yeux lorsqu’elle croise les siens, Finn manque encore une fois de renoncer, mais change encore une fois d’avis. S’il part maintenant, il a la sensation qu’il le regrettera toute sa vie et qu’il ne pourra pas le supporter. Non, il faut qu’elle l’écoute, alors il se lance, entendant mais sans vraiment comprendre, ce qu’elle lui dit.  Retenant une grimace, il se lance : « Je suis pas venu pour me battre, mais je peux pas renoncer, tu me manques, Eve, c’est vrai, il faut que tu m’écoutes, s’il te plait… » Et puis, les mêmes mots que la dernière fois : « Je sais de quoi ça a l’air, mais ce n’est pas ça. » Pourtant, il sait bien qu’il a déconné, sinon il ne se sentirait pas autant coupable et il ne se justifierait pas autant. Mal à l’aise avec lui-même, Callahan enchaine :  « Comment j’étais supposé savoir que…si le reproche c’est que je n’ai pas vu le problème, oui, c’est vrai, je ne l’ai pas vu. Mais ce n’est pas la même chose. Je ne vais pas nier que Xena est importante pour moi, là je mentirais, mais ce n’est pas la même chose qu’avec toi. Elle est…j’en sais rien. C’est compliqué. On se comprend, disons. » Il serait incapable de l’expliquer plus avant, ça supposerait de parler de certains traumatismes d’enfance en profondeur, pourtant c’est vrai, et il insiste, parce qu’il voudrait bien qu’elle le comprenne et que c’est important. « J’aurais pas du jouer au con, je veux bien entendre que j’ai pas été clair ni avec toi ni avec elle et je comprends que tu m’en veuilles de ça… »

Sur ça, il ne peut rien nier. Mais Finn ne voyait réellement pas le problème. C’est plus fort que lui, de draguer toutes les filles qu’il croise, alors que clairement, il n’y avait pas d’amour entre Xena et lui et que ça ne lui viendrait même pas à l’idée. Au mieux, l’embrasser, c’était un jeu, une provocation, rien de sérieux ni de comparable à sa relation avec Eve. Il n’a pas idée non plus qu’on peut être ami avec une femme sans la draguer à un moment ou un autre. Pas plus que, parce que c’est la première fois qu’il s’engage là-dedans, il n’avait pas idée de ce que ça impliquait sur ce plan là, une relation, ce qu’il rappelle d’un ton presque suppliant : « Mais bordel, Eve, on n’avait fixé aucune règle, juste dit qu’on se voyait. Tu ne peux pas m’en vouloir pour quelque chose dont on n’a jamais parlé ! » S’ils avaient abordés la question, si elle le lui avait dit, cela aurait-il été suffisant ? Peut-être. Vu ce qu’il s’est passé avec Bob, Finn étant tout aussi jaloux, sans doute aurait-il demandé la réciproque. Mais naïvement, pour lui, il allait de soi que Eve était à part et qu’elle le savait. Et la réciproque ? Après tout, est-ce qu’elle l’aurait accepté, elle ? Est-ce qu’elle a cessé de voir ces types dont elle lui disait qu’elle couchait avec pour des informations, comme Rory ? Finn ajoute donc :  « Je t’ai jamais posé de questions, moi. Et en ce qui me concerne, j’ai jamais couché avec elle. Et quand bien même ! Je pourrais me faire toutes les filles du monde que ça ne changerait rien de toute façon. Crois-moi ou pas et je ne suis pas sûr de le comprendre moi-même, mais aucune fille n’est toi de toute façon, il n’y en aucune - aucune, tu m’entends ? - avec qui j’ai ce qu’on a, toi et moi. » Eux, c’est à part, est-ce qu’il doit encore le prouver ? Il s’agite, s’énerve, s’affole, faisant les cent pas devant elle, montant un peu le ton ou se faisant suppliant tour à tour. « C’est trop con de finir comme ça, c’était juste une connerie. Et oui, j’aurais pas du l’inviter, oui j’aurais du savoir que tu viendrais, mais ça change rien, y a rien entre Xena et moi. Pas ça, en tout cas. » Evidemment, la chronologie ne plaide pas en sa faveur, et il s’est laissé débordé par sa colère, ne supportant pas qu’elle l’ignore. Pourtant Finn ne ment absolument pas.

Désarmé, il finit par s’arrêter, écartant les bras dans un geste désespéré :  « Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ? Que je ne vois plus aucune fille pour que tu me crois ? Je le ferai, s’il le faut, je te jure, mais s’il te plait… » Mais elle l’écoute à peine, il le voit bien, le regard fixé sur la cheminée – ce qu’il fait chaud, d’ailleurs ! De nouveau suppliant, Finn insiste encore : « Tu veux vraiment pas m’écouter ? Si tu penses que je ne regrettes pas, tu te trompes. Allez, Eve… » Il veut encore y croire, et son cerveau mouline à toute allure pour trouver quelque chose.

Toujours plus agité, et ayant de plus en plus l’impression de mourir de chaud sans savoir si c’est la panique ou le feu, l’irlandais se souvient brusquement d’un détail, auquel il se raccroche en désespoir de cause : a-t-il rêvé, ou Eve voulait elle aussi lui parler ? « Attends, tu voulais dire quelque chose, je n’ai pas rêvé ? Qu’est-ce que… tain, il fait beaucoup trop chaud. » S’interrompt-il brusquement, cependant. Tirant un mouchoir en soie de sa poche, l’acteur s’éponge le visage, ayant l’impression de fondre, avant de lancer : « Pardon, mais est-ce que la cheminée, c’est vraiment indispensable ? Il fait une chaleur à crever, là, c’est insupportable, tu ne veux pas baisser un peu ?  Tu te rends compte qu’on est presque déjà en j… » Il s’apprête à lui dire qu’il l’a vu faire d’un coup de baguette, mais soudainement, il voit la mine de Eve, et ne peut que froncer les sourcils : « Eh…Ça va, dis ? » La sollicitude efface le reste d’un coup. Soudainement, Callahan s’aperçoit en effet que la jeune femme n’a pas seulement l’air fatigué, triste, ou en colère, mais vraiment malade, et ça l’inquiète. « Laisse moi… » Il fait un pas vers elle, tend la main pour la toucher, mais un regard foudroyant de Eve l’en dissuade. Levant les mains en signe de paix, Finn reprend : « D’accord, d’accord, je reste là, mais tu n’as pas l’air bien du tout…tu ne veux pas…euh…un médecin ? ce serait bien, non ? »  
(C) CANTARELLA.

_________________
ABATTOIR BLUES

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 364
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeDim 14 Mar - 21:48

❝ Finn & Eve ❞Do the damageEn ouvrant sa porte, des sentiments contradictoires envahissent Eve, si bien qu’une pensée fugace lui traverse l’esprit : elle n’a pas besoin de ça. Pas maintenant. Pourtant, il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur. Qu’elle le veuille ou non, la jeune femme doit parler à Finn et s’il n’était pas venu faire le pied de grue devant sa porte, il y a fort à parier qu’elle aurait fini par aller au Cohan elle-même. Tout bien réfléchi, les choses sont donc pour un mieux. La discussion qu’ils doivent avoir est sérieuse et Eve préfère qu’elle se fasse dans l’intimité de sa maison plutôt que dans le brouhaha du bar.

La journaliste le laisse donc rentrer chez elle, sans se soucier du désordre régnant, mais elle reste à distance. Ca lui semble plus raisonnable. Pour elle, la situation n’est pas facile. Du coin de l'œil, elle voit la silouhette familière du mafieux et, dans un élan de faiblesse qui lui ressemble peu, elle aimerait aller se blottir contre son torse pour respirer son odeur familière et oublier ses tracas.

S’il y a bien un constat détestable qu’elle a fait cette semaine, c’est que malgré leurs disputes constantes, ils étaient arrivés à une espèce d’équilibre dans leur relation qui ne lui déplaisait pas. Privée de celle-ci, la jeune femme se sent vide, un peu comme si elle avait du mal à respirer. A sa plus grande stupeur, il lui a bien fallu admettre que Finn lui manquait. Un constat amer, mais pas aussi amer que celui qu’elle a avoué à demi-mot à Xena : elle l’aime.

Dans le fond, les signes étaient visibles pour qui sait les lire et Eve comprend mieux l’exaspération constante de Rafa en les voyant. Après tout, ils n’y avaient qu'eux pour ne pas le comprendre. Un constat amer, d’autant plus qu’il ne change rien à la situation. Situation qui ne fait d’ailleurs que empirer à mesure que le mafieux parle. Finn, comme toujours, ne sait pas quand il doit se taire. Maintenant serait le moment, songe Eve. Peu de chance que ça arrive puisque celui-ci parle sans discontinuer.

- Ce n’est pas comme si j’avais le choix, murmure Eve quand il la supplie de l’écouter.

C’est qu’en réalité, elle sait que tant que Finn ne lui aura pas donné les explications qu’il juge nécessaire, il ne l’écoutera pas elle. Or, elle a besoin qu’il écoute parce qu’elle-même est perdue. Quant à ses justifications, Eve les écoute d’une oreille presque distraite tant elle est concentrée sur ses propres problèmes. Au regard de ce qu’elle a appris cette semaine, la scène de la semaine passée dans le Cohan lui paraît presque anecdotique.

Finalement, à la fin de sa tirade, elle n’a toujours pas réagit. Pourtant, l’envie est bien présente et quoiqu’elle se sente de plus en plus nauséeuse, la  jeune femme n’a qu’une envie s’est dire ses quatre vérités à l’irlandais. Finalement, il semble comprendre qu’en effet, il n’est pas juste là pour faire son plédoyer.

D’un ton sec, elle lance :

- Si tu as trop chaud tu peux toujours sortir, la porte n’est pas loin !

Elle le fusille du regard alors qu’il tente d’approcher et elle se débarrasse du plaid, se levant pour lui faire face.

- J’ai déjà vu un médecin.

Eve le fixe un instant sans rien dire. Elle n’a que trois mots à dire, pas plus, pourtant, il reste accroché au fond de sa gorge comme si rien ne voulait sortir. C’est probablement le cas. En parler, c’est rendre la chose réelle et même si elle doit le faire, Eve voudrait pouvoir continuer à nier le problème. Décidant de fuir plutôt que de se lancer, elle se concentre sur qu’elle peut contrôler sa colère et avec un moment de retard, elle répond à Finn.

- Je peux t’en vouloir pour ce que je veux. Oui, on avait pas fixé de règle, ça ne t’a pas empêché de foncer sur Bob comme un forcené pour le plaquer à terre que je sache. Ca ne peut pas être à deux vitesses, Finn. Pourquoi est-ce que tu aurais le droit d’être jaloux comme si j’étais ta propriété alors que moi je ne pourrais pas ?  Du reste, tu aurais pu coucher avec la moitié de l’Angleterre pour ce que j’en ai à faire, ça ne m’aurait fait ni chaud ni froid. Tu crois que je n’ai vu que toi, demande-t-elle tant elle a envie de lui faire mal à son tour. Non ! Par contre, moi, c’était toujours professionnel. Pas toi, non, toi, tu l’aimes.


Sans s’en apercevoir, le ton de sa voix à progressivement augmenté et elle a crié les derniers mots. Les larmes lui viennent aux yeux dans qu’elle puisse y faire quoique ce soit. Elle les essuie d’une main rageuse avant de continuer.

- Je m’en foutais de savoir avec qui tu couchais, mais ça non. Et ne vient pas me dire qu’on avait quelque chose, de toute évidence on avait rien et c’est la preuve. A elle, je n’en veux même pas, elle avait l’air d’en savoir autant que moi.

A bout de souffle et épuisée par son accès de colère, elle se laisse tomber dans le fauteuil, la tête entre ses mains. Elle ne veut plus rien savoir, elle ne veut pas parler, c’est trop dur. La journaliste se sent incroyablement seule en cet instant, mais c’est une femme rationnelle et elle sait qu’il ne sert à rien de reculer le moment fatidique.

- Ce n’est pas de ça dont je voulais te parler de toute façon. Ça n'a pas d’importance. Ça n'en a plus.

Levant les yeux, elle regarde de nouveau Finn qui n’a pas l’air en meilleur état qu’elle. Les mots ont du mal à sortir, mais finalement, elle réussit tout de même à dire de façon plus ou moins intelligible.

- Je suis enceinte. Un médecin me l’a confirmé, ça fait plus ou moins trois semaines.

Et finalement, elle fond en larmes.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 233
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, mais aucun d'entre eux n'est vraiment au courant.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeDim 14 Mar - 23:51



Do the damage
Eve & Finn
Paradoxalement, la réplique acerbe de Eve soulagerait presque Finn puisqu'elle est capable de lui répondre. Sentiment qui ne dure guère, car, l’instant d’après, elle se met en devoir du répondre, et cela tient du jeu de massacre. Et s’il ne fait plus les cent pas, l’irlandais a de plus en plus de mal à encaisser les coups sans répondre. Au fur et à mesure qu’elle parle, il tente de protester et réexpliquer. « Ce n’est pas ce que j’ai dit, ce n’est pas ce que j’ai dit ! » Proteste-t-il donc avec véhémence lorsqu’elle lui lance rageusement que ça ne peut pas être deux poids deux mesures et qu’il ne peut pas lui interdire de lui en vouloir. Mais le problème de Finn, c’est qu’il ne sait pas renoncer, dans une dispute : caler ne lui est pas possible, et il veut avoir le dernier mot. Le problème, c’est qu’il n’est pas très à l’aise avec lui-même sur la question, alors il ne sait pas très bien comment répondre à Eve, qui continue d’ailleurs à lui asséner ses quatre vérités, pour le moins amères d’ailleurs. Et fatalement, comme il se sent acculé, Callahan est aux abois, et le ton monte :  « Bob, ça a été réglé en vingt-cinq secondes et je ne serai pas parti ! » Gronde-t-il,  alors qu’au départ, renverser les accusations était la dernière chose qu’il voulait, prêt, pour une fois, à assumer ses torts…du moment que Eve lui pardonnait, ce qui parait à l’heure actuelle compromis.

D’ailleurs Finn ne cherche pas à nier qu’il a été lui-même jaloux, ni qu’il a eu tort de s’emporter ainsi concernant Robert : pour lui, ça ne confirme qu’une chose, qu’ils auraient du fixer des règles. Et tout ça, ils auraient pu l’éviter en parlant, ce qui lui fait dire que c’est un sacré gâchis, ce qui explique aussi pourquoi il refuse aussi catégoriquement de renoncer. Pourtant Finn n’a plus beaucoup d’argument, et la diatribe de Eve le submerge peu à peu. Même gueuler ne sert à rien, et il recule d’un pas comme s’il pliait sous les coups, affolé, tente de se répéter : « Je sais que j’ai déconné, je te l’ai dit, je n’ai pas été clair avec vous deux, mais ce n’est pas… » Et puis une phrase, une de trop, le fait hurler de nouveau : « Mais qu’est-ce que tu racontes, est-ce que tu as au moins écouté ce que j’ai dit ? C’est une amie, je sais pas t'expliquer ce qu'il y a entre nous, mais ce n’est pas comme avec toi. Ce n’est pas elle que j’aime, c’est… » Toi, espèce d’idiote, c’est toi que j’aime, voudrait-il hurler, il y a même un psy qui l’a dit. Il n’y a personne d’autre, mais il faudrait avoir le temps de le formuler, ce que Eve ne lui laisse pas. Presque aussi en colère qu’elle et en tout cas aussi désespéré, il vocifère de toute ses forces : « Non ! Non, ce n’est pas vrai ! » Il a envie de cogner le mur en face de lui, ou de se cogner de lui, de s’arracher les cheveux de désespoir quand elle dit que vu comportement à lui, ils n’avaient rien. Ça fait mal, cette accusation qu’il ne peut pas combattre, plus même que lorsqu’elle a dit qu’elle a vu d’autres hommes, et les larmes lui montent aux yeux :  « Eve, bordel, si ce n’était rien du tout, toi et moi, pourquoi est-ce que je serai là, pourquoi est-ce que je serai venu te voir ? »

Et puis au final il abandonne, tant ce qu’il dit n’a pas de prise sur elle. Il n’a presque plus de voix de toute façon et les larmes coulent sans qu’il puisse les retenir. Il voudrait s’approcher d’elle et la prendre dans ses bras. Si les mots ont échoué, cela fonctionnera peut-être. Mais, un peu sonné, Finn se contente de se laisser dans un fauteuil, de l’autre côté de la table basse des parents de Eve, et d’essuyer ses larmes. C’est qu’il est un peu sous le choc et ça ne va pas aller en s’arrangeant.

Au départ, il ne comprend pas ce que Eve lui dit, comme si son cerveau refusait d’assimiler ce que la jeune femme annonce. Soufflé, il ne sait pas quoi dire. Il faut un peu de temps pour que les mots se frayent un chemin dans son esprit. Je suis enceinte. Il cligne des yeux d’un air étonné, et incrédule, murmure : « Quoi ? » Et puis, comme si une digue cédait, cette simple petite phrase emporte tout sur son passage. « Mais…je…comment ça… comment ça, enceinte ? » Incapable de prononcer une phrase construite, Finn reste muet, alors que son cerveau mouline à tout allure, alors qu’il essaye de comprendre et d’assimiler la nouvelle. Deux à trois semaines. Elle est enceinte. Il ne demande pas de qui, ça ne lui vient même pas à l’idée, si Eve lui en parle, c’est forcément que c’est de lui qu’elle l’est.

Ça ne lui est jamais arrivé, à sa décharge, mais il est vrai qu’à force, Finn aurait du s’y préparer et se douter que ça pouvait se produire un jour. Surtout avec Eve puisqu’ils se sont vus, y compris au lit, assez assidument ces derniers temps, sans jamais faire preuve de beaucoup de prudence, trop pris dans l’enthousiasme de leurs ébats. Fin regrettait ceux ci le matin même, mais maintenant…maintenant, il ne reste plus rien sinon ce qui apparait comme un problème immense, un problème qui leur pète à la gueule et que Callahan a encore du mal à comprendre et analyser.

Incapable, pour le moment, de réaliser toutes les implications que tout cela peut avoir et qui se font jour progressivement, très progressivement dans son esprit, il s’aperçoit enfin que Eve pleure à chaudes larmes, et cette fois, contourne la table basse pour la prendre dans ses bras : « Schh, non, viens là. Arrête, Eve, arrête, tu ne peux juste pas rester comme ça. » Elle proteste et se débat un peu, mais Finn persiste, la berçant doucement. « Tu m'engueuleras plus tard, d'accord, viens là, pour le moment. » Murmure-t-il. S’installant par terre, contre le fauteuil, il l’incite à s’installer à côté de lui sur le sol et passe de nouveau un bras autour de ses épaules, avant de poser son menton sur le sommet de son crane. Puis il ne dit plus rien, la laissant se calmer. Un sentiment de vertige prend soudainement Callahan. Elle est enceinte.

Comment est-ce qu’ils sont censés gérer ça ?

N’entendant plus Eve pleurer, il la libère de son étreinte et s’installe à bonne distance, n’ayant pas la moindre idée de ce qu’il faut faire. « Je…je sais pas quoi te dire. » Ni quoi faire. Alors hésitant, il demande : « Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? » Et puis, surtout, parce que qu’ils le veuillent ou non, ils sont deux dans cette histoire :  « Et qu’est-ce que tu veux faire, toi ? » Qu'est-ce qu'on va faire, au fond. Paumés qu'ils sont tous les deux, liés l'un à l'autre, vu ce qui se profile, quoiqu'il se passe, et bizaremment, Finn est trop effondré et incapable de penser correctement pour s'en réjouir.
(C) CANTARELLA.

_________________
ABATTOIR BLUES

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 364
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeLun 15 Mar - 0:55

❝ Finn & Eve ❞Do the damagePersonne ne qualifierait de discussion l’échange de reproches qui est en train de se dérouler dans le salon d’Eve. Pas même Rafa, pourtant habitué aux “discussions” vigoureuses avec le patron dans ses mauvais jours. C’est un règlement de compte dans les règles qui a lieu. Une synthèse de leurs frustrations, mais également de leurs craintes. Finalement, Eve, comme Finn, a peur. Peur de l’engagement, de ses sentiments, de la façon dont tourne les choses, de l’absence, mais surtout de la perte Voilà des années que Eve n’a plus rien perdu. Il n’y avait plus rien à perdre de toute façon, elle s'en était assurée. Maintenant, elle se sent trahie par Finn et la jeune femme a l'impression de, de nouveau, devoir faire un deuil. Un gouffre s’ouvre sous ses pieds et elle a bien peur de ne pas savoir comment gérer ce qu’elle va devoir faire.

Face à ce constat, n’est-il pas plus facile de se voiler la face et de crier ? Si probablement. C’est ce qu’ils font. Avec beaucoup de brio pourrait-on ajouter, mais c’est bien la seule chose qu’ils font correctement et ce, sans pouvoir en tirer la moindre fierté. Il faut dire que c’est également le festival de la mauvaise foi et chacun y va, ajoutant ses propres épices à une situation qui l’est déjà un peu trop.

- Vingt-cinq secondes, vraiment, s’entend-elle ricaner. Et parce que tu crois que partir ou rester c’était la question ? Je ne pouvais que partir après ça, je ne comprends même pas que je doive te l’expliquer. Tu aurais préféré que je cogne ta copine comme une idiote ?

A la réflexion, c’est un combat dont elle n’aurait pas pu deviner l’issue. Eve est un bon juge de caractère ( sauf quand ça concerne Finn) et la force brute qu’elle a perçu chez ce petit bout de femme est loin d’être à sous-estimer. Non, décidément, elle préfère laisser Finn rouler les mécaniques comme un imbécile, ce genre de comportement, très peu pour elle. Si la violence sans réflexion ne l’attire pas, ça ne l’empêche pas de faire montre d’une très grande idiotie sur le reste. En continuant à s’égosiller avec Finn en premier lieu.

- Moi aussi j’en ai connu des “amis”. Tu peux lui donner le titre que tu veux, ton regard ne mentait pas. La façon dont tu, …

Elle s’interrompt, saisie par les paroles du mafieux. Pendant un moment, son cœur fait un raté et sa respiration se coupe. La journaliste a peur de ce qu’il pourrait dire, partagée entre l’envie de connaître la fin de sa phrase et celle, encore plus urgente, de l’interrompre pour ne pas l’entendre. C’est trop tard. Est-ce qu’elle n’a pas déjà assez mal comme ça ? Plutôt que d’avoir le cœur brisé une nouvelle fois, elle préfère renchérir. Tant pis si ce n’est pas constructif, de toute façon, cette discussion n’est pas destinée à l’être.

- Tu es venu parce que tu es incapable de ne pas avoir le dernier mot. Tu détestes avoir le mauvais rôle alors te voilà pour que être absous de tes péchés, mais je ne suis pas un prêtre Finn et je n’ai pas besoin de te pardonner.

Le pardon ? En réalité, qu'y a-t-il à pardonner ? La jeune femme ne sait pas trop. Comme il l’a dit, ils n’ont pas défini de règles et une partie du problème vient de là. En théorie, elle ne devrait pas lui en vouloir, il n’a rien fait de mal. Pourtant moralement, quelque chose ne tourne pas rond. Il le sait et elle le sait. Ironique venant de deux personnes pour qui la morale est un accessoire dont ils se passent depuis bien longtemps.

Au bout d’un moment, ils tournent en rond, il n’y a plus de reproches à faire qu’ils ne sont pas déjà faits. Eve n’a plus le choix et il faut qu’elle arrive à vocaliser ce qu’elle refuse d’admettre. Seulement voilà, c’est plus dur à dire qu’à faire et ces trois petits mots lui ôtent tout ce qui lui restait de courage. La jeune femme s’effondre et les larmes coulent sans qu’elle puisse les arrêter.

Son premier réflexe, c’est de repousser Callahan. Elle peut se débrouiller toute seule pense-t-elle, mais force est de constater que ce n’est pas le cas et finalement elle se laisse faire et le rejoint au sol. Elle enfouit sa tête dans son torse, presque heureuse de ce contact familier et réconfortant tandis qu’elle sanglote sans pouvoir se rattraper. A ce moment-là, elle n’est plus journaliste, ni résistante, ni espionne. Juste une adolescente de vingt-six ans, au prise avec une situation qu’elle ne sait pas gérer. Personne ne lui a jamais appris. Personne n’était là pour la mettre en garde et la guider. Elle a dû devenir une adulte seule, mais également une femme sans même savoir ce que ça impliquait. Evidemment qu’elle risquait de tomber enceinte et pourtant, jusqu’à présent, la chose lui avait toujours semblé tellement impossible que la surprise est un choc qu’elle ne sait pas gérer.

Cinq, dix minutes ou une demi-heure plus tard peut-être, les pleurs se calment et ils se séparent. C’est presque douloureux physiquement et la partie irrationnelle d’elle-même voudrait protester tant elle ressent ce besoin de ne pas être seule, mais elle ne dit rien et prend ses distances.

- Je ne sais pas non plus.



Sa voix est rauque d’avoir sangloté, ses yeux sont rouges et gonflés.

- Je ne sais pas ce que je peux faire. Je suis perdue.

Il y a un moment de silence et elle ajoute, comme si ce n’était pas évident :

- Ce n’était pas prévu.
Elle lève les yeux pour regarder Finn et demande : Et toi, qu’est-ce que tu veux faire ?

Parce qu’au final, il a aussi un peu voix au chapitre, non ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 233
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, mais aucun d'entre eux n'est vraiment au courant.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeMar 16 Mar - 0:19



Do the damage
Eve & Finn
Finn voudrait dire encore des milliers de choses. Que Xena n’est pas sa copine. Que oui, en parlant avec Bob, en deux phrases et plusieurs bouteilles, c’était réglé. Que par partir, il entendait partir définitivement, comme le plan qu’Eve lui fait, et qu’il ne peut pas l’accepter, parce qu’elle est la meilleure chose qui lui soit jamais arrivé. Qu’il ne regarde aucune fille comme elle, parce qu’il n’y a qu’elle qui compte. Qu’il se fout éperdument du mauvais rôle ou du bon rôle qu’il pourrait avoir, depuis toujours, et que ce n’est pas aujourd’hui qu’il va commencer à s’en soucier. Que par contre, il se soucie vraiment que de ne pas la perdre. C’est moche, d’avoir gouté ainsi au bonheur. Quand on le perd, ça laisse exsangue, et on ferait n’importe quoi pour le récupérer. Tout et n’importe quoi, c’est d'ailleurs précisément ce que Finn serait prêt à dire si jamais ça pouvait faire changer d’avis Eve.

Mais elle ne l’écoute pas, et puis soudainement ça n’a effectivement plus aucune importance. Bien qu’il soit assis et que la jeune femme soit dans ses bras, Callahan a l’impression que le sol s’est ouvert sous lui. Seuls les pleurs de Eve le ramènent un peu à la réalité et l’obligent à se concentrer. Elle a l'air tellement fragile, soudain, tellement gamine aussi, que ça lui brise le coeur. C'est qu'à la connaître si fière et indépendante, Finn oublie parfois l'âge de sa compagne. Les pleurs de la jeune femme le lui rappellent, et il comprend qu'elle ait l'impression que 'd ciel lui tombe sur la tête. Par réflexe, il caresse gentiment son dos en espérant l’apaiser un peu.  Ce contact familier ne l’aide pas vraiment à se concentrer et ne fait qu’accentuer le manque et sa détresse, mais au moins il a l'impression qu'elle se calme, c'est déjà ça de pris.

Et puis il faut parler. Là, il préférait presque quand ils hurlaient. Maintenant, Finn comprend la détresse de Eve quand elle lui dit qu'elle ne sait pas. Lui n’a pas vraiment de solution, parce qu’il est tout aussi perdu qu’elle. Ce n’était pas du tout la conversation qu’il avait imaginé, alors il est complétement déstabilisé. Il sourit donc tristement : «  Ce que je veux moi ? Moi je venais te voir parce que début juillet, je vais devoir partir aux USA trois semaines, et que je voulais pas le faire sans savoir si je te retrouverai en rentrant ou pas. Je m’étais dis que je te proposerai de venir avec moi, alors tu vois, je suis un peu pris de court. » C’est une des autres choses qu’il voulait dire pour la convaincre : sans être capable de lui dire qu’il l’aime, Finn pensait que ça au moins, ça prouverait à Eve que c’était le cas. Mais c’est dire aussi s’il était loin d’imaginer ce qui se passerait. Vues les circonstances, cependant, il commence à se dire que ça aurait précisément l’effet inverse et qu’en disant cela il a l’air de vouloir la laisser seule à son sort, alors l’acteur s’empresse d’ajouter : « Je reviendrai même si tu fais la gueule, tu sais, et je partirais pas avant qu’on ait décidé, je te laisse pas affronter ça toute seule, mais j’ai pas le choix, pour le moment. » C’est ça, ou la prochaine fois qu’ils parleront, ce sera sans doute pour lui présenter un môme au parloir, mais ça, ce n’est peut-être pas le moment de lui dire.

Une chose à la fois, cependant, ce n'est pas la priorité. Mais Callahan peine à trouver une réponse. C'est que Finn n’a jamais imaginé qu’Eve pouvait tomber enceinte. Naïvement et peut-être égoïstement, il pensait qu’elle l’aurait arrêté s’il y avait eu une période à risque. Il n'en dit rien car il ne veut pas lui faire de reproche, mais il se disait que Eve savait, parce qu’on lui a enseigné que ce genre de choses, ce sont les femmes qui s’en occupent, ce qui est totalement surestimer l’éducation sexuelle qu’on donne aux jeunes filles. Mais sur ce point, l’éducation de Finn est elle aussi assez sommaire et se résume en réalité : si une fille avec qui tu couches tombe enceinte, tu l’épouse. Une hypothèse totalement surréaliste. Inenvisageable, comme il le remarque d'ailleurs au haute voix : « Je suppose que ma mère et ton oncle auraient été d’accord pour dire qu’il faut que je t’épouse et qu’on le garde mais euh…enfin, si je me fie à ce que tu m’as dit il y a dix minutes, t’as pas trop l’air de vouloir que je t’épouse, si ? Désolé si je remue le couteau dans la plaie, je te jure que je ne le fais pas exprès. » Ce serait presque comique si la situation n’était pas désespérée. Qui irait les imaginer, lui et Eve, mariés, avec une maison, un môme, et un chien ? Et puis quand on voit sa famille à lui, son père et son frère, bon dieu, qu’est-ce qu’il pourrait être, lui, comme père ? Il n’a jamais envisagé de l’être, d’ailleurs, justement pour cette raison, se disant qu’il ne pourrait que reproduire les erreurs familiales. La violence est tellement ancrée en lui, et son environnement tellement inadapté, qu’il ne l’a jamais envisagé. Pour les autres, oui, pour lui, la vie de famille, c'est impossible.

Pourtant, s’il regarde les choses en face, au-delà des considérations philosophiques et de ses appréhensions, il faut bien qu’il réponde à Eve. Ce qu’il veut, il n’en sait rien, mais ce qu’ils peuvent faire, Finn en a une assez bonne idée, (en excluant le mariage, à l’évidence) : « Il n'y a pas trente-six options, pour moi. Ou on le garde, ou on ne le garde pas. Dans le premier cas, je ne sais pas du tout comment gérer ça, dans le second, c’est dangereux pour toi, sauf si dans le monde sorcier ça se passe mieux qu’ici. » Dans le monde moldu, c’est illégal, d’où le fait qu’il en ait une assez bonne connaissance, mais c’est dangereux, fait par des médecins véreux au mieux, par des femmes avec des aiguilles à tricoter, au pire. Rien de réjouissant. Mais le garder ? Finn se prend la tête dans les mains un instant : « Je n'ai pas de bonnes solutions. Je n'ai jamais réfléchi à ça, pas plus que toi… » Il ne le lui reproche pas, comment le pourrait-il ? Au fond, il a participé activement aussi et il lui semble que ce serait injuste de laisser Eve porter les choses toute seule. Après tout, songe-t-il soudainement en réalisant combien il a été idiot, elle a perdu tôt sa mère, qui pouvait lui expliquer ? Personne…

En attendant, ça ne résout toujours pas le problème et Finn a beau se torturer l’esprit, il ne trouve aucune réponse satisfaisante, alors ce sont les réflexions qui lui viennent qu’il partage avec Eve au fur et à mesure : « J’essaie de nous voir avec un gosse, je sais pas si j’arrive à analyser la vision…Je vois bien que là comme ça, toi non plus. Je veux dire, tu y arrives, toi, à nous imaginer élever un môme ? » Et pourtant, le simple fait de verbaliser la question montre que Finn gamberge et y réfléchit. Il a toujours rêvé d’avoir une famille, tout au fond de lui. Une famille à lui. Pas le désastre à la Dickens de son enfance, qui donnerait envie à n’importe qui d’être orphelin que de se trainer une telle bande de dingues.

Pourtant, il sait. Leurs vies respectives ne leur permettent pas d’élever un enfant, et puis à Eve, est-ce qu’il peut lui imposer ça ? C’est une chose de s’aimer, de se voir, de coucher ensemble, d’avoir une relation même, mais un enfant, c’est se lier à la vie à la mort, quoiqu’il se passe, et même s’ils ne se revoyaient plus dès aujourd’hui. C’est un gros sacrifice, alors il se demande s’il est prêt à lui imposer ça, à lui demander même, sans savoir s’il en serait capable lui-même. Pourtant, quelque chose l’arrête, lui tire un gémissement inquiet : « Mais la manière dont ça se passe, les avortements…c’est glauque, putain. » Il a peur de la perdre, en réalité, si elle passe sur le billard, et ça le tétanise. Une autre solution serait d’abandonner le gosse, une fois né, à quelqu’un qui s’en occuperait, qui serait mieux armé que les paumés qu’ils sont pour ce faire. Mais ça, le mafieux est incapable de l’imaginer, ça lui parait inconcevable.

Alors son cerveau ricoche entre les deux hypothèses – garder le bébé, ne pas le garder, ce choix surréaliste, déjà, comment Eve peut-elle être enceinte, ça n’a aucun sens en soi - encore et encore. Il a besoin d’une cigarette, d’un verre. Ou de la prendre dans ses bras, qu’elle sache qu’ils sont deux et qu’il est là, quoiqu’elle croit, que ce soit pour le bébé ou pour le reste, mais il n’ose pas. L’irlandais a du mal à réfléchir, mais il se dit que franchir encore une fois les limites de la distance physique qui s’est installée entre eux, en tout cas trop vite, ce ne serait pas bien.

Alors timidement, il se contente de prendre sa main, tournant la tête vers Eve pour murmurer : « Ce n'est pas moi qui décide, à la fin, je crois, c’est toi, moi je ne peux que donner mon avis. » Sur le moment, il le pense, même si une drôle de sensation l’agite lorsque ses yeux s’attardent sur Eve, puis sur son ventre, maintenant. Son enfant. Elle porte son enfant. Finn ne sait même pas quoi faire de l’information, tant elle parait…dingue ? Problématique, incompréhensible, impossible, mais aussi, même s’il refuse de se l’avouer…étrangement satisfaisante. Alors pour combattre cela, il entend la part rationnelle de son esprit dire, alors qu'il la regarde enfin droit dans les yeux : « Peut-être qu’on a besoin de réfléchir, chacun de notre côté. Je ne sais pas. Et de se retrouver après, et on discute, quand tu seras prête. Je suis là si tu as besoin de moi, mais je pourrais comprendre, si tu ne veux plus me voir un moment… » C’est la meilleure chose à faire. Lâcher sa main, et partir, pour le moment, en espérant la revoir avant les USA. Mais c'est dur, et Finn ne sait plus trop s'il veut partir ou rester.
(C) CANTARELLA.

_________________
ABATTOIR BLUES

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 364
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeMar 16 Mar - 8:54

❝ Finn & Eve ❞Do the damageQuand les larmes commencent à couler, pour une fois, Eve ne cherche même pas à les arrêter. Elles coulent comme un flot ininterrompu si ce n’est par les caresses de Finn pour tenter de l’appaiser. Ce n’est pas la première fois qu’elle pleure. La dernière semaine a été riche en émotions, mais quoique sa rupture avec Finn lui fasse mal, ce n’est rien face au choc qu’elle a ressenti quand le médecin lui a annoncé la “bonne nouvelle”. Ce sont les craintes de Rafa qui ont éveillé les siennes et soudain, des signaux qui lui avaient semblé négligeables deviennent questionnables. Le verdict était sans appel. Pas de doute possible. Elle porte désormais la vie quand sa mission est de l’ôter. Une ironie qui n’est pas perdue chez la jeune femme, mais qui n’arrange rien à la situation actuelle. La journaliste s’est abîmée dans la déprime des jours durant. Ne sachant pas comment gérer la nouvelle, Eve a préféré se concentrer sur sa colère contre Finn. Voilà quelque chose qu’elle peut maîtriser. C’est rassurant, familier et elle a besoin de ça en ce moment.

Une fois la nouvelle lancée, plus de retour en arrière possible. Le sol s’ouvre sous leur pied et tout espoir que tout cette situation ne soit qu’un mauvais rêve disparaît. Alors les larmes coulent, celles qu’elle retenait depuis des jours. Pendant un moment, plus rien ne compte si ce n’est le soulagement de pouvoir exprimer sa peine, sa tristesse et surtout l’angoisse qui la prend. Au bout d’un moment, les pleurs se calment et ils se séparent. Dans un moment de faiblesse, Eve voudrait presque le retenir, elle ne veut pas être seule, pas tout de suite, mais elle ne dit rien, ça ne ferait qu'empirer les choses.

Les USA ? Le premier réflexe d’Eve est de hocher la tête en signe de négation. Non, elle n’ira pas sur le nouveau continent. C’est une question de principe, mais plus que ça, Eve est liée au royaume de sa majesté. Elle fait partie, comme nombre de ses collègues, de la sécurité intérieure et elle ne peut pas quitter le pays comme ça. En particulier pour si longtemps. Des choses impossibles à expliquer à Finn qui ne les comprendrait de toute façon pas.

- Non, même si on avait été en bon terme, je n’aurais pas pu partir avec toi. Je …, elle hésite à lui dire qu’elle ne peut pas quitter l’Angleterre comme ça, mais ça soulèverait trop de questions alors elle choisit la simplicité. Ma place est ici.

Il pensera probablement qu’elle parle de la résistance et un sens, il n’a pas tort, mais ça va bien plus loin que ça. Dans le fond, Finn verra peut-être ça comme une garantie. Oui, elle sera toujours là même si bien des choses peuvent se passer en trois semaines. Ca ne veut pas dire qu’elle le verra, mais elle n’aura pas disparu dans la nature.

Du reste, les paroles du mafieux la touchent plus qu’elle ne peut le dire. C’est que dans le fond, en lui disant, elle avait également peur de sa réaction. Eve a vu assez de fois, à l’époque où son père était médecin, des hommes se détourner des “problèmes de bonnes femmes” dès que celles-ci étaient dans une condition intéressante pour savoir que son compagnon aurait très pu dire que ce n’était pas ses affaires et la laisser se débrouiller. Si d’habitude, Eve se fait une fierté de pouvoir se débrouiller toute seule, la jeune femme est bien obligée d’admettre qu’elle est perdue et ne sait même pas par où commencer

- Pourquoi est-ce que tu pars ?

Eve ne sait pas bien pourquoi est-ce qu’elle pose la question. Est-ce qu’elle a peur que tout ça soit des paroles en l’air malgré tout ? Peut-être pourtant, il y a une semaine de ça, elle aurait pu affirmer sans doute que sa confiance en Finn était illimitée. C’est ce qui faisait le plus mal, par un truchement qu’elle ne peut pas s’expliquer, elle s’était mise à lui faire confiance plus qu’à n’importe qui. La désillusion fut rude et Eve retrouve ses anciens réflexes. Et s’il mentait ?

La suite la laisse bouche bée. Le mariage ? La mention de son oncle la fait paniquer et elle se dit qu’en effet, Finn n’a pas tort, mais eux mariés comme un couple traditionnel. Non décidément, Eve n’arrive pas à se le figurer. Pour elle, malgré la situation, ce n’est absolument pas une option et son visage doit l’indiquer puisqu’elle fait une grimace. Cela dit, c’est avec un sentiment d’urgence qu’elle commente :

- Nikolaï ne doit pas l’apprendre. Jamais, tu m’entends ! Pas si tu tiens à ta peau et pas si je tiens à la mienne.

Parce que si elle est persuadée que Finn en prendra pour son grade, Eve n’est pas certaine que l’indulgence de son oncle s’étendra à elle aussi. La journaliste a beau mettre de la distance entre elle et ce qui lui reste de famille, Nikolaï reste son oncle et il s’est mis en tête de veiller sur elle à la place de ses parents. Autant dire que la situation ne risque pas de réjouir le vieux traditionaliste qu’il est. Penser à son oncle, c’est également penser à son père et à sa mère. Qu’auraient-ils dit de la situation ? Elle les imagine tellement déçue et ce constat lui brise le cœur. Néanmoins, si elle est honnête, il est probable que l’ensemble de ce qu’elle soit devenue ne soit pas le rêve que ses parents avaient pour elle. Préférant ne pas s’attarder sur des pensées qui la rendent plus triste encore, elle revient sur la discussion initiale : que faire ? Finn n’a pas l’air de le savoir plus qu’elle et la jeune femme l’écoute parler sans savoir que répondre. Finalement, d’une petite voix, elle dit :

- Je ne sais pas si je peux le garder. Je ne saurais même pas comment m’en occuper. Je n’ai pas le temps, je ne suis jamais là, je n’en ai pas les moyens. Qu’est-ce qu’on donnerait comme exemple à un enfant avec le sang qu’on a sur les mains, même si on parvenait à s’entendre ?

Parce que Eve est jeune, qu’elle a une mission et qu’il lui semble inconcevable de l’abandonner, même pour un enfant. Elle n’est pas prête. Néanmoins, la mention de l’avortement la remplit d’effrois. La jeune femme connaît la théorie et Finn ne l’aide pas en soulignant certains détails que personne ne veut savoir. Dans un geste presque instinctif tant elle l’a vu reproduit sur d’autres femmes, ses mains se portent sur son ventre encore plat, comme si elle pouvait percevoir la vie qui s’y développe et elle murmure :

- Je ne sais pas comment ça se fait du côté sorcier. Je ne crois pas que ça soit autorisé, ils sont trop peu. Ce n’est pas dans leurs mœurs et de toute façon, personne ne doit savoir.

Or le monde sorcier est petit, des membres de la résistance travaille à Sainte-Mangouste et somme toute tout le monde serait rapidement au courant. Non, les choses doivent se faire ici, dans leur monde à eux, mais ça la terrifie. Elle pense vaguement à Nobby dont la femme est médicomage, peut-être que lui pourrait l’aider, ça vaudrait le coup de demander. La main de Finn se loge dans la sienne et interrompt sa réflexion. Si elle est surprise, elle ne le repousse pas pour autant. Toute blessée qu’elle soit, elle a désespérément besoin de ce contact.

- Je crois que j’ai besoin de temps pour réfléchir. Je ne sais pas quoi faire pour le moment.

Non décidément, aucune décision ne sera prise aujourd’hui et en réalité, Eve voudrait juste arrêter le temps pour ne jamais avoir à la prendre.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 233
Humeur :
Do the damage + Eve Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Do the damage + Eve Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, mais aucun d'entre eux n'est vraiment au courant.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitimeMer 17 Mar - 23:28



Do the damage
Eve & Finn
L’acteur hoche lentement la tête en entendant Eve dire qu’elle ne peut pas partir. « D’accord. » Finn ne peut pas nier qu’il est un peu déçu quand Eve refuse sa proposition, mais ça n’a plus guère d’importance et pour l’instant, ce n’est clairement pas la priorité. Alors il n’insiste pas, pour une fois. Signe de maturité, ou d’inquiétude réelle : mais il faut dire que par rapport aux problèmes qui viennent, même leurs querelles lui paraissent d’une importance mineure.

Rien ne tourne comme il avait prévu et tout ce qu’il pensait est remis en cause. Il n’y a pas si longtemps, la perspective de prendre le champ paraissait à Finn presque agréable tant il souffrait des évenements. L’enlèvement lui donnait un bon prétexte pour fuir, mais maintenant ? Maintenant, il voudrait rester avec Eve, mais il n’a pas le choix. A sa question, il ne sait pas vraiment quoi répondre. Non qu’il ne fasse pas confiance à Eve, bien au contraire, à sa grande surprise, mais selon l’acteur, moins elle en sait, mieux c’est. Il ne veut pas lui rajouter d’angoisses inutiles, surtout relatives au fait qu’il est en affaire avec le monde sorcier. Sans compter qu’elle essaierait probablement de l’en dissuader, ou elle le jugerait, ou ça finirait en dispute : tout ce dont Finn ne veut pas. Alors il opte pour une demi-vérité et reste évasif. « Les affaires, tu sais comment c’est. Il y a une en particulier qui risque de faire un peu de grabuge, donc je vais prendre un peu le large et puis je reviendrai quand ce sera calmé. Peut-être que ça ne bardera pas, mais on ne sait jamais, je préfère ne pas attirer l’attention des flics. » Il a bien conscience que ce n’est pas satisfaisant. Ne voulant pas que la rousse croit qu’il se débine, l’acteur ajoute : « Je t’en dirai plus quand je reviendrai, d’accord ? Pour le moment, je vais essayer de ne pas t’attirer plus d’ennuis que ceux qu’on a déjà. » Après tout, à ce moment là, ce sera passé et normalement, il saura s’il risque d’y avoir ou non des conséquences. En attendant, il ne tient vraiment pas à aller en prison, surtout que lâcher Robert n’est plus vraiment possible. Avec urgence, parce que ça lui semble important, Callahan ajoute : « Je reviendrai vraiment, Eve, d’accord ? tu me crois ? »

Il lui semble que c’est ce que sa question sous-entendait, mais pour lui ça tient de l’évidence. Il ne veut pas laisser Eve toute seule, pas du tout. Ce serait peut-être la chose la plus pragmatique à faire, oublier cette histoire et prendre ses distances,  mais malgré sa panique, Finn ne l’envisage pas un instant. Après tout, il est venu pour essayer de se réconcilier avec la jeune femme, ce n’est pas maintenant qu’elle a besoin de lui – et il est manifeste qu’elle a du mal à gérer toute seule - qu’il va partir, ça ne lui semble pas logique. Il n’a pas vraiment de solution, il n’est pas sûr qu’il y en ait de bonnes, d’ailleurs, alors être là, c’est le mieux qu’il puisse faire. Assumer les conséquences de ses actes n’a pourtant jamais été son point fort, pas plus qu’il n’est habitué à lire les situations autrement que froidement et en pensant à son intérêt. Preuve de maturité, ou d’amour, alors, lorsqu’il s’essaye à proposer des solutions ? Un peu des deux, peut-être, même si pour être honnête, Finn n’a guère plus de solutions que Eve.

Que faire, donc ? Il ne sait pas. La question s’installe, alors qu’il a de la peine à se projeter. Pas de mariage, pas Nikolai. Ça, c’est sûr, et il tente de calmer un peu Eve là-dessus : « Eh, eh, du calme. D’accord, je ne comptais pas aller le voir pour m’en vanter, tu sais. » Mais ça ne règle rien. Que faire ? Que faire ? A vrai dire, aucune option n’est bonne ; il aurait fallu que ça n’arrive pas. Mais maintenant que c’est fait, Finn se sent coincé et il voit bien, aux larmes qu’elle a eu, que son angoisse n’a pas de commune mesure avec celle de Eve. C’est que peu importe le bout par lequel il le prend, elle lui parait trop choquée, trop jeune, trop fragile, pour réussir à s’en sortir si cet enfant venait à naitre. Et il ne peut qu’approuver lui-même : « Je sais. Même à deux, je ne suis pas sûr que je saurais faire non plus…ce n’est pas une grande réussite, l’éducation, dans ma famille. » Ce n’est pas mieux de son côté. Pour la première fois de sa vie, Finn en viendrait presque à regretter ne pas juste être un acteur. Les choses seraient plus faciles s’il n’était que Finn Gallagher et pas ce bon vieux Finnegan Felix Callahan. Non, songe-t-il, tu te mens à toi-même. Il n’aurait pas rencontré Eve s’il n’était que Gallagher, et ça, malgré toutes leurs disputes et les fois où ils se sont battus, il n’arrive pas à la regretter. Mais il n’empêche, en d’autres circonstances…non, se reprend-il. Non, ce ne serait pas possible. On ne change pas le passé. Et lui, vu sa famille, il a soudainement affreusement peur d’être encore plus pitoyable que son père et Rory.

Alors, ne pas le garder ? Mais ce que dit Eve sur le monde sorcier ne le rassure pas non plus, et tant qu’à faire, il préférerait être là et venir avec elle, mais les techniques du monde moldu lui font tout autant peur qu’à elle. Ce sont les filles du Cohan qui gèrent ça, pour ce qu’il connait et Florence lui a fait comprendre clairement qu’il valait mieux qu’il ne s’en mêle pas, alors il a gardé ses distances, mais il y a une raison pour ça, justement. « Je peux essayer de trouver au moins un médecin, je vais me renseigner…je t’accompagnerai, s’il n’y a pas d’autres solutions. » Mais il la voit terrorisée, et ça lui fait mal. Et peur aussi. Et puis il y a ce réflexe, comme si elle voulait instinctivement protéger l’enfant qu’elle porte, qui est tout aussi douloureux pour Finn, presque autant qu’il est touché, chamboulé au-delà du compréhensible, par cette vision de Eve. L’imaginer en mère est une idée étrange mais elle a quelque chose d’attirant et de dangereux, ce qui n’est pas plus raisonnable qu’une perspective d’un avortement clandestin.  

A l’évidence, ils n’ont pas avancé d’un pouce, et à l’évidence, la décision ne lui revient pas vraiment. Il lui semble qu’ayant largement contribué à mettre Eve dans cette situation, quelque soit la porte de sortie qu’elle choisit, au final, il ne pourra faire qu’être là – tout simplement parce qu’il ne veut pas la perdre et qu’il veut être là pour elle. Mais en l’état actuel, de toute façon, Callahan n’est pas d’une aide phénoménale. Encore sous le choc lui-même, il a probablement aussi besoin d’un peu d’air et de réfléchir seul dans son coin. « Ok. Je vais…je vais y aller, alors, je suppose. » Pourtant, il ne bouge pas, il serre même un peu plus fort la main de la jeune femme. Finn n’a pas vraiment envie de partir, au fond. Ça lui semble même une des choses les plus dures qu'il ait jamais eu à faire. C’est qu’il ne sait pas quand il reverra Eve, à présent, s’il s’en va, alors il trouve les moyens qu’il peut pour s’attarder, et il parle, encore : « Tu as besoin de quelque chose, avant que je m’en ailles ? » Et puis il l’aide à se relever, avec une précaution inhabituelle : « Tu veux que je t’aide à monter te coucher ? Je crois que dormir un peu, dans un lit, ça te ferait du bien. Et après je m’en irai. » Il la scrute d’un œil inquiet. C’est qu’il la devine à bout et épuisée, vulnérable à tous les assauts, avec ses yeux rougis par les larmes, alors il tente de la rassurer : « Je ne serai pas parti longtemps. Et en attendant, tu sais où me trouver. Quand…quand tu voudras me voir…quand tu auras décidé. Ou avant, si jamais tu veux me voir. Tu n’auras qu’à m’appeler. »  Peine perdue, car l’acteur a la voix un peu rauque et des larmes apparaissent de nouveau au coin de ses yeux. Elle lui manque déjà, sa petite Eve, aussi, songe douloureusement le mafieux, et elle pourrait recommencer à l'accuser de s'être comporté comme un con qu'il penserait la même chose.. Il baisse les yeux pour la regarder, résistant à l’envie de poser une main sur son ventre, qui l’attire avec une fascination craintive, et finit par dire : « Ça va s’arranger. On va trouver une solution...viens là. » Et il ouvre les bras pour l’inciter à s’y blottir. Finn n’y croit pas beaucoup lui-même, au fait que ça s’arrange, mais il lui semble que ce soir, ils ont tous les deux besoin de l’entendre.

(C) CANTARELLA.

_________________
ABATTOIR BLUES

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Do the damage + Eve Empty
Message#Sujet: Re: Do the damage + Eve   Do the damage + Eve Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Do the damage + Eve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-