AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Second chance + Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 174
Humeur :
Second chance + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Second chance + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : C'est compliqué.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Second chance + Rose Empty
Message#Sujet: Second chance + Rose   Second chance + Rose Icon_minitimeDim 4 Avr - 23:30



Second chance
Rose & Tibérius
Une journée de plus à courir dans tous les sens, à la recherche d’indices et de réponses sur l’enlèvement de Gaia. A vrai dire, Tibérius ne peut pas y faire grand-chose ; ils ne peuvent d’ailleurs pas y faire grand-chose collectivement non plus. Ça ne l’empêche pas d’essayer de savoir comment avance l’enquête et s’il peut faire quelque chose de son côté, mais c’est plus pour se maintenir occupé qu’autre chose. Lorsqu’il est seul, il ressasse, et ses pensées se font encore plus sombres qu’elles ne le sont déjà. Il imagine les pires scénarios et issues possibles. La pensée qu’il ne reverra peut-être jamais sa sœur le terrorise. Paradoxalement, ce colis atroce qu’ils ont reçu a presque été un soulagement pour Tibérius, donc : parce qu’il veut dire que jusqu’à là, tout en mauvais état qu’elle soit, elle est vivante. Alors, si la police fait bien son travail, s’ils s’activent, ils pourront la retrouver, et ses ravisseurs…ses ravisseurs, il s’en chargera lui-même. C’est sa famille, et une question d’honneur. Ils s’en sont pris à sa sœur, et s’il a été impuissant à la protéger, alors il se doit au moins de la venger. Les pensées, de plus en plus sanglantes au fur et à mesure que le temps passe. Curieusement, imaginer mille manières dont il fera payer ces types qui ont osé toucher à un seul cheveux de Gaïa l’apaise.

Le reste du temps, Yaxley le passe avec sa mère ou ses frères et sœurs. Quoique les circonstances soient terribles, elles les ont étrangement rapprochés et ressoudés. C’est que lorsqu’il s’agit de faire front et lorsqu’on s’en prend à l’un des leurs, ils savent faire front, comme s’ils avaient conscience qu’il ne reste plus qu’eux. Tendant son chapeau à un elfe, Tibérius tombe nez à nez avec une Marciana a l’air éteint. Il est déjà assez tard, et il fronce les sourcils en la voyant dans cet état. A part Circé, c’est sans doute la plus affectée d’eux tous, quand bien même lui-même n’a pas bonne mine. Il est stressé, paniqué, et mortellement inquiet pour Gaïa, mais une fois le premier instant de panique passé, le jeune patriarche s’est un peu repris. Et quoiqu’il ne soit vraiment doué pour être patient et doux qu’avec Pulchra, il fait de son mieux pour apaiser les autres. Alors il pose gentiment une main sur l’épaule de sa sœur, et lance doucement : « Rose est là ? Ça va, toi ? » Il n’obtient qu’un regard plein de larmes en retour, alors il passe un bras autour de ses épaules : « Chut, chut. Elle est vivante, on sait au moins ça, va te reposer, d’accord ? » Il la berce un moment, la laissant se calmer, et finit par obtenir un petit : « Rose est encore au salon, oui, Darius vient de coucher Pulchra. Elle tombait de sommeil. » Patient, il la pousse gentiment vers l’escalier menant à l’étage et aux chambres : « D’accord, d’accord. On se voit demain matin ? Je pense qu’on aura des nouvelles. »

Cette phrase, mille fois répétée comme un mantra, a perdu toute forme de sens, et il ne sait plus lui-même s’il la répète par habitude ou parce qu’il y croit. La fatigue le gagne une fois Marciana partie et il se dirige vers le salon où Rose lit un livre seule. Toquant à la porte, pourtant ouverte, pour signaler sa présence par politesse, il lui adresse un sourire fatigué lorsqu’elle lève les yeux vers lui. « Bonsoir. Comment ça va ? Et Pulchra ? » Ouvrant le mini-bar, il se sert un verre de whisky pur-feu d’une main lasse, avant de se laisser tomber sur le divan, à ses côtés, pour continuer la conversation. « Vous avez mangé ? Je n’ai pas pu demander à Marciana, elle avait l'air assez mal, je l'ai envoyée se coucher. J’ai avalé un sandwich au bureau. Tu veux un verre ? » Ce n’est peut-être pas le moment de le remarquer, mais il lui semble que leur conversation s’est un peu apaisé, depuis quelques temps. Et quand il est avec Rose et Pulchra, la panique reflue un peu. Elle s’en sort bien, s’est dit plusieurs fois Tibérius. Mieux que lui. Sans doute est-ce parce que ce n’est pas directement sa fratrie, mais tout de même, il est admiratif. Et il apprécie ces moments où ils se tiennent mutuellement compagnie, Pulchra jouant de son côté sans trop s’occuper d’eux, ce qui leur laisse le loisir de discuter. Sans qu’il n’ait rien fait pour, trop paniqué et obsédé par l’enlèvement de sa sœur, ils ont plus de facilité à échanger. D’une certaine manière, il en est heureux, tout autant qu’il est reconnaissant à Rose de les avoir aidé et de rester avec eux. Après tout, au vu de leur relation, elle ne lui doit rien, pas plus qu’à Gaïa. Qu’elle ait pris cette hauteur et la peine de les aider, c’est quelque chose qui compte, et il voudrait pouvoir lui rendre la pareille. Alors c’est avec sollicitude, comme il ne peut faire mieux, qu’il demande : « Tu veux y aller ? Tu as l’air fatiguée aussi, et tu en fais déjà beaucoup, Rosie. Tu as le droit de souffler, il me semble. Je peux m’occuper de Pulchra demain si tu veux rentrer. »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.




Dernière édition par Tibérius Yaxley le Sam 10 Avr - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 664
Humeur :
Second chance + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Second chance + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Second chance + Rose Empty
Message#Sujet: Re: Second chance + Rose   Second chance + Rose Icon_minitimeLun 5 Avr - 15:26

❝Tibérius & Rose ❞Second ChanceSeule dans le salon des Yaxley, Rose songe à quel point sa vie a changé en peu de temps. Les jours ont passé, mais le choc de l’enlèvement de Gaïa, lui, est toujours là. Qui aurait pu croire qu’on s’attaquerait à eux de cette façon ? La situation lui paraît parfois iréelle tant ça lui semblait impossible. Pourtant, il faut se rendre à l’évidence, sa cousine a bien disparu et quoique les raisons ne soient pas certaines, Rose, comme le reste de la famille, devine que c’est une vendetta en bonne et due forme. La Police Magique fait de son mieux, la jeune femme peut en témoigner, pourtant, aucune piste claire ne se dessine et les suspects sont intenables pour le moment. La surprise macabre qu’ils ont reçue l’avant veille au petit-déjeuner leur a redonné un regain espoir. Gaïa, où qu’elle soit, est vivante. Blessée, certes, mais on envoie pas ce genre de chose si on n’en désire pas une autre en retour, ce qui induit que ses ravisseurs ont tout intérêt à la garder vivante.

Ce n’est pas facile pour autant. Si cette épreuve les a rapprochés, ils peinent tous à garder le moral. Certains plus que d’autres. Ryhiad, Marciana et Circé sont parmi les plus touchés et ils ne peuvent qu’essayer de les soutenir et les empêcher de sombrer en cette période difficile. Pulchra est un bol d’air frais. Bientôt en âge d’entrer à Poudlard, elle comprend que la situation est grave même si ses aînés se sont bien gardés de tout lui expliquer. Son innocence et sa candeur illuminent le manoir et leur donnent souvent ce boost dont ils ont besoin pour continuer la journée.

Très naturellement et à la demande de son cousin, Rose a commencé à s’occuper de l’enfant. Les autres sont peu disponibles ou pas en état de le faire. Ayant elle-même une petite sœur en bas âge, elle a une certaine expérience et une relation de confiance et d’affection s’est développée entre elles. Progressivement, elle a fini par dormir au manoir. Fatiguée à la fin d’une journée, on lui a proposé de faire préparer la chambre qu’elle utilisait étant enfant. Résultat des courses, elle n’est pas rentrée chez elle depuis quatre jours. A Yaxley’s House, tout le monde semble trouver ça naturel et leur vieille dynamique s’est progressivement remise en place.

Après le départ de Darius, parti couché sa sœur, Rose ouvre un livre qu’elle pioche au hasard dans la bibliothèque de ses cousins. C’est un traité juridique qui doit appartenir à Thaddeus ou Tibérius, mais elle se plonge dedans, ne serait-ce que pour se changer les idées et occuper son esprit. Ses yeux ne quittent l’ouvrage que lorsqu’elle entend qu’on toque à la porte. Elle referme le livre et offre un sourire las à son cousin tandis qu’elle vient s’installer à ses côtés, un verre à la main.

- Elle va bien. Je crois qu’elle s’ennuie un peu, ce n’est pas simple pour une enfant de dix ans de rester à l’intérieur comme ça.

Depuis l’enlèvement, les Yaxley ont drastiquement réduit leurs déplacements. Pulchra pourrait être une cible potentielle, sans compter Octavia, qui, depuis le début des vacances, n’est plus protégée par les murs de Poudlard. Une inquiétude qui ne fait que s’ajouter à une situation déjà tendue. Quant à elle, la question ne mérite pas de réponse. Elle est formulée par habitude, ils savent tous les deux ce qu’il en est. Personne ne va bien, mais ils font tout ce qui est nécessaire pour donner le change.

- Darius a mangé avec tes sœurs tout à l’heure, mais ta mère n’a pas voulu descendre. J'ai demandé qu’on lui fasse monter un plateau. Je crois qu’elle ne voulait pas montrer à Pulchra qu’elle avait pleuré.

Circé n’est pas toujours maîtresse d’elle-même depuis le départ d’Augustus. Dans la maison, chacun le sait et lui pardonne. Personne ne songerait d’ailleurs à le lui reprocher. Marciana par contre, n’a pas les mêmes excuses. Gaïa a beau être sa moitié, elle voudrait parfois que sa cousine puisse surmonter sa peine et ne pas s’effondrer comme elle le fait. Rose a bien conscience que cette pensée est peu charitable. Dans le fond, elle rêve aussi d’égoïsme et aimerait avoir le luxe de se laisser aller et se reposer sur les autres comme le fait Marcia, mais elle est trop aristocratique pour ça. Malgré la détresse qu’elle éprouve, il lui semble inconvenant de l’imposer aux autres. Pas alors qu’il y a des personnes plus fragiles qu’elle et que des décisions doivent être prises. Son inquiétude ne se manifeste que lorsque les portes de sa chambre sont refermées, simplement parce que c’est ce qu’on lui a appris à faire.

- Ne te lève pas, je prendrais le tiens, dit-elle en joignant le geste à la parole.

Rose lui ôte gentiment le verre des mains et en boit une gorgée avant de le rendre à son cousin. Entre eux, les choses se sont considérablement détendues. L’incertitude dans laquelle ils vivent à effacer leur dissensions. Rose ne lui a rien pardonné, mais elle a décidé qu’il était nécessaire de mettre sa rancœur de côté pour se concentrer sur l’essentiel. Du reste, son cousin semble fatigué, plus qu’elle. La jeune femme se serait pas étonnée s’il faisait des nuits blanches. Elle lui tapote la jambe amicalement avant de répondre :

- Je rentrerai demain, tes elfes m’ont fait préparer mon ancienne chambre. C’était plus facile que de faire les aller-retour, explique-t-elle consciente que Tibérius ne l’a probablement pas remarqué. C’est plutôt toi qui devrais te reposer, tu as des cernes à faire peur. Des nouvelles de Leach ?
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 174
Humeur :
Second chance + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Second chance + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : C'est compliqué.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

Second chance + Rose Empty
Message#Sujet: Re: Second chance + Rose   Second chance + Rose Icon_minitimeSam 10 Avr - 19:12



Second chance
Rose & Tibérius
Si la conversation se fait aussi naturellement entre Rose et Tibérius, c’est peut-être tout simplement parce qu’ils n’ont pas le temps ou le loisir de penser à ce qu’est actuellement leur relation. Par exemple, concernant Yaxley, il est bien trop têtu, et bien trop épris, de la jeune femme, pour vraiment en être capable ; cela ne correspond tout simplement pas à sa personnalité. A l’inverse, quand bien même il a bien du mal à l’accepter, il est assez peu probable que Rose lui ait soudainement pardonné, ce qui ne correspondrait pas plus à la personnalité de celle-ci, ce dont, s’il est honnête, il a conscience. Simplement, leur éducation leur impose de remettre l’église au centre du village et d’avoir le sens des priorités. Aucun d’entre eux n’était sans doute prêt à une telle crise, pas plus Tibérius que les autres malgré son rôle de patriarche. Cependant, l’éducation des sangs purs qui consiste, peu importe les inimitiés et dissensions qui peuvent régner entre eux, mais à faire front uni face aux difficultés et au monde extérieur les sert. C’est que leur communauté, fermée et secrète, fait leur force autant que leurs faiblesses : ne pouvant compter que sur eux-mêmes, ils sont obligés de passer outre en cas de crise. Paradoxalement, l’enlèvement de Gaïa est peut-être le meilleur moyen qu’ils se rapprochent, de façon honnête, du moins de côté de Tibérius. Cette fois il n’y a pas de manœuvre de sa part ou de calcul pour voir ou se réconcilier avec Rose. Il n’a tout simplement pas la tête à ça, quoiqu’il soit heureux qu’elle soit là. C’est que de son côté, il n’a pas grand monde à qui parler : il aimerait avoir le loisir de craquer, mais il ne peut pas. Après tout, si lui n’est pas là pour soutenir ses sœurs et sa mère, personne ne le sera. Certainement, personne n’avait préparé Tibérius a un tel rôle ni à une telle crise, mais il sait, instinctivement, ce que son attitude doit être.

Avec Rose, cependant, il peut être plus honnête. Peu importe leurs disputes, le fait qu’elle ne soit pas une membre directe de la famille lui donne l’occasion d’être plus libre dans ce qu’il dit avec elle. Pas au moins de craquer, il ne saurait pas le faire, mais avec elle, il a l’impression de pouvoir partager ses doutes et le sentiment d’impuissance qui le gagne parfois, sans compter que Rose est une meilleure observatrice que sa fratrie, en ce moment, en témoigne ses remarques sur sa sœur et sa mère. Pensif face aux nouvelles qu’elle lui annonce, il soupire en buvant une gorgée de sa boisson :  « Je sais. Je n’ai pas de meilleure solution pour le moment, que ce soit pour elle ou Octavia. » Bien sûr que c’est terrible pour Pulchra et pour Octavia et il aimerait faire autrement, mais la vérité est qu’il n’a pas le choix : autant Octavia peut le comprendre, autant c’est plus difficile pour Pulchra, il le sait, mais il est coincé. Qui que soient les ravisseurs de Gaïa, ils savent à présent que c’est en lien avec l’affaire Greene-Colton : ses sœurs sont donc particulièrement exposées, comme leur mère, d’autant plus que l’état de Circé n’est pas meilleur. Il faut dire que cela fait beaucoup, pour elle : la mort de leur père a été un choc, risquer de perdre sa fille, c’est sans doute trop pour elle : « Je vois. Je monterai la voir demain matin, je suppose... » Soupire Tibérius. Gérer les angoisses des autres le tient occupé, c’est vrai, mais qui s’occupe de la sienne, qui le bouffe sans qu’il n’en dise rien ?

Pourtant, il ne peut s’empêcher d’avoir un sourire, le premier depuis des lustres dont il ne s’aperçoit pas tout de suite, lorsque Rose s’empare de son verre un instant pour en boire une gorgée. Le geste est tellement naturel et familier qu’il semble renvoyer à une époque, pourtant pas si lointaine, où tout allait bien, et il réalise que ça lui manque. Quand tout cela sera fini, songe-t-il, en espérant que cela se finisse bien, il ne veut pas y renoncer. Alors quand Rose lui dit qu’elle ne repart le lendemain, alors qu’il lui propose de repartir se reposer, il ne peut s’empêcher de remarquer : « Ça fera plaisir à Pulchra. Elle t’aime bien, tu sais. On devrait peut-être te garder ici plus souvent pour t’occuper d’elle. » Est-ce qu’il vient de plaisanter, esquissant même un nouveau sourire ? Yaxley ne sait pas trop ce qui le surprend le plus : qu’il soit capable de rire, ou le geste affectueux de Rose lorsqu’elle lui tapote amicalement le genoux ?

La fatigue l’empêche de réfléchir et d’être un peu gêné, aussi, et il oublie momentanément qu’il ne sait plus trop où il en est avec Rose, en ce moment. « Je crois que ça fait un moment que je n’ai pas dormi. Peut-être deux ou trois jours, je ne sais plus. » A vrai dire, Tibérius a un peu perdu le compte, et ça ne lui parait pas très important de toute façon. « Je suis moins doué que toi pour les potions de sommeil. Et je crois que je ne préfère pas, de toute façon. On ne sait jamais, il faut bien que quelqu’un soit debout si des nouvelles arrivent en pleine nuit… je vais tenir le choc, ne t’inquiète pas. »

C’est qu’il est tout le temps sur le qui-vive et qu’il ne peut supporter l’idée de manquer quelque chose et de ne pas pouvoir réagir à temps si des informations étaient découvertes. Alors il navigue, tournant en rond au Manoir, ou au Ministère, et il fait des aller-retours pour s’occuper, conscient qu’il n’est aucune utilité, ce qui l’agace et accentue une humeur déjà maussade : « Non, aucune. Rien ne filtre. Soit il n’a rien du tout, ce qui m’étonnerait tout de même puisque maintenant, il y a au moins des éléments concrets, ou alors il veut me maintenir hors de l’enquête. Je n’en sais rien. Comme si j’allais compromettre son enquête, alors que je ne suis pas sûr qu’il se fiche de la retrouver morte ou vivante, et il vient faire des leçons… » Son discours se perd alors qu’il se fait de plus en plus agité, et c’est la mine un peu inquiète de Rose qui l’arrête. Tibérius se fend d’un sourire désolé : « Excuse-moi. Je fatigue. Peut-être que je ferais bien d’essayer de dormir un peu, après tout. »

Il se frotte les yeux, et peu désireux de rester sur ce sujet ou qu’on s’apitoie sur son sort, change de sujet sans aucune transition : « Je n’ai pas eu l’occasion de te remercier, d’ailleurs. Tu n’étais pas obligée de rester, et je pense que je parle au nom de tout le monde si je dis que nous te sommes tous reconnaissants. » Il lui prend la main avec douceur, comme par réflexe – et c’en est peut-être un, qui revient avec une vitesse et une honnêteté aussi désarmante que les mots qu’il prononce : « Ça rend les choses moins pénibles de t’avoir ici. Alors merci. »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 664
Humeur :
Second chance + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Second chance + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Second chance + Rose Empty
Message#Sujet: Re: Second chance + Rose   Second chance + Rose Icon_minitimeDim 11 Avr - 22:04

❝Tibérius & Rose ❞Second Chance- Ne t’inquiète pas trop pour Circé. Elle ne va pas plus mal que ce à quoi on s’attendait, commente Rose.

Elle sait que ses paroles, peut-être un peu trop pragmatique, ne sont pas de nature à soulager ou rassurer Tibérius, mais la jeune femme n’a pas mieux à lui offrir. En réalité, compte tenu des circonstances, il lui semble que la matriarche des Yaxley tient le coup bien mieux qu’ils n’auraient pu l’espérer. Fragile depuis des années, Rose s’attendait à ce que la disparition de sa fille aînée ait des répercussions bien plus grave sur le psyché de sa tante. De son point de vue, il est heureux qu’elle ait assez de lucidité pour épargner le spectacle de sa détresse à sa cadette.

Pour l’instant, la situation est encore gérable. La découverte macabre à laquelle ils ont eu droit est certes choquante, mais a le mérite de faire savoir que Gaïa est toujours en vie. Encore une fois, de façon purement pragmatique, Rose estime que c’est mieux que rien. Tant pis si ça la fait paraître insensible. Un doigt, conservé correctement, se guérit voir se remplace dans le pire des cas. Peu importe l’état de Gaïa, tant qu’elle est envie, ils peuvent encore faire quelque chose.

Ce sont des choses qu’ils n’ont pas besoin de dire à haute voix, tant elles relèvent de l’évidence. A la place, en cette fin de journée, ils tentent plutôt de se changer les idées même si l’enlèvement n’est jamais très loin de leurs pensées. Comment pourrait-il en être autrement ?

- Tu tentes de me reconvertir en gardienne d’enfants ? Merlin, j’espère que tu sais que je prends largement plus cher qu’un elfe, Tibérius ?, déclare-t-elle en souriant. J’ai toujours été plus douée que toi avec les enfants, je crois que je les effraie moins, continue-t-elle moqueuse.

En réalité, Pulchra est bien loin d’être effrayée par ce grand-frère qu’elle voit plutôt comme un père. Rose peut même affirmer que c’est sûrement celle qui, dans la famille, prend le plus de liberté avec le patriarche. Ce n’est pas difficile parce que son frère ne peut - comme le reste de la famille - absolument rien lui refuser. Loin d’en faire une enfant gâtée, Pulchra a en réalité vraiment bon caractère si bien qu’on se demanderait presque si elle est réellement une Yaxley. Sa sœur mise à part, Tibérius n’est pas un grand favori auprès des enfants. Il a pour eux, peut-être un peu plus de patience qu’avec les adultes, mais de peu.

- Ça ne me dérange pas d’être ici. C'est toujours mieux que chez moi à tourner en rond et puis ça me rappellerait presque de bons souvenirs si les circonstances n’étaient aussi dramatiques, soupire-t-elle.

Difficile de ne pas garder des souvenirs attendris de leur enfance dans les couloirs du Manoir. Tibérius et Thaddeus étaient déjà des adolescents, proches de l’âge adulte quand Rose est arrivée au Manoir pour la première fois, elle leur a mené la vie dure en compagnie de Marciana, Gaïa et Darius. Si Rose ne regrette pas d’être devenue adulte, elle revivrait volontiers une journée d’insouciance, en particulier ce soir alors que l’inquiétude ne les quitte pas.

- Tu devrais vraiment te forcer à dormir. Ça n'aidera personne si tu es à bout de force. Tes sœurs ont besoin de voir que tu vas bien pour aller bien elles-mêmes. Je peux te faire une potion de sommeil légère. Rien qui ne t’assomme, mais juste pour faciliter ton sommeil. Penses-y ça ne te fera pas de mal.

Mais elle connaît son cousin et Rose est certaine qu’il se contentera de dire qu’il va y penser sans jamais lui demander d’en faire une. Si elle désapprouve son attitude, il n’empêche que Tibérius est un grand garçon à qui elle n’a pas d’ordre à donner. Il n’y a pas grand chose qu’elle puisse réellement faire à part l’aider à se calmer, en particulier quand ils parlent de l’enquête de Leach qui semble patiner. La botaniste ne remet même pas en cause la bonne volonté du Chef de la Police Magique, simplement les résultats obtenus proche du zéro absolu à leurs yeux.

- Ce n’est rien. Je sais que c’est frustrant de ne pas avoir de nouvelles. Je suppose qu’il ne dit rien parce qu’il y a toujours une possibilité que l’enlèvement soit intrafamilial. Entendons-nous bien, je trouve ça grotesque, mais je suppose qu’il ne peut pas exclure la possibilité, c’est un né-moldu après tout, conclut-elle comme si ça expliquait tout.

Et un sens, c’est le cas puisque Leach ne comprendra jamais qu’une trahison pareille dans une famille comme la leur est littéralement impossible. Néanmoins, ce n’est pas l’heure d’avoir un débat animé sur ce qui différencie les sang pur des né-moldus. Ni Tibérius, ni sa cousine n’ont l’énergie pour ça ce soir. A la place, la jeune femme approuve d’un hochement de tête lorsqu’il évoque l’idée d’aller dormir, persuadée que ça ne peut que lui faire le plus grand bien.

- Ne me remercie pas, il n’y a rien de plus naturel. Je suis certaine que vous auriez fait de même. Peu importe à quel point on peut se brouiller, Gaïa reste ma cousine et je ne serais jamais assez mesquine pour faire passer ma fierté avant mes liens de sang.

Gaïa comme Tibérius l’ont blessées et l’affront que chacun lui a fait est difficilement pardonnable, mais il y a des choses plus importantes que son orgueil. Fatigué, ils finissent le verre de Tibérius a deux avant que Rose ne force le juge a aller se coucher. Elle ne reste pas debout longtemps et plonge dans un profond sommeil. Ce n’est que quelques heures plus tard qu’elle se réveille, tirée du lit par une petite main qui la secoue sans ménagement. Il lui faut un moment pour comprendre qui lui chuchote à l’oreille et à moitié endormie, elle murmure :

- Par Salazar, Pulchra, tu sais quelle heure il est ?

La voix de l’enfant achève de la réveiller tant elle sent les pleurs contenus dans celle-ci.

- J’ai fait un mauvais rêve.
- Qu’est-ce qui s’est passé ?, demande gentiment la jeune femme, maudissant le sommeil qui la quitte.
- J’ai rêvé qu’ils avaient tous disparu, que plus personne n’était là à part moi.
- Comment ça tous ?, encore à moitié endormie, elle ne comprend pas tout de suite où l’enfant veut en venir.
- Gaïa, Octavia, Darius, …, dit-elle en énumérant tous ses frères et sœurs.

Rose retient un soupir et regarde l’enfant d’un air attendri. A dix ans, Pulchra veut jouer au grande, mais elle est encore, à bien des égards, une enfant. Probablement honteuse de ses larmes, et ne voulant pas déranger sa mère qu’elle sait fragile, c’est Rose qu’elle est venue trouver, sachant que celle-ci ne la jugerait pas. La botaniste murmure un Lumos et essuie les larmes de la petite avant d’enfiler un peignoir de satin  par-dessus sa longue robe de nuit.
Viens, dit-elle en lui tendant la main. On va vérifier qu’ils sont tous là et puis tu viendras dormir avec moi si tu veux. Par contre, il faudra être silencieuse, tu ne veux pas les réveiller, n’est-ce pas ?

A pas de loup, elles font le tour des chambres et l’enfant est rassuré de voir que sa fratrie est bel et bien là. Il n’y a, évidemment, que Gaïa pour manquer à l’appel. Reste la chambre de Tibérius à vérifier, mais la jeune femme répugne a le faire tant elle sait que son cousin a besoin de sommeil. Pourtant, Pulchra insiste et Rose finit par céder. Doucement, elle ouvre la porte de la chambre de Tibérius, son ombre est visible et elle s’apprête à faire sortir la petite quand elle s’aperçoit que celui-ci est réveillé.

- Désolé, chuchote-t-elle, je ne voulais pas te réveiller, mais ta sœur voulait vérifier que tu étais bien là.

Ne voulant pas froisser l’enfant, elle ne précise pas que celle-ci a fait un mauvais rêve, même si elle sait que son frère le devinera.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Second chance + Rose Empty
Message#Sujet: Re: Second chance + Rose   Second chance + Rose Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Second chance + Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Village Hentaï
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Yaxley ( Angleterre, Cambridgeshire)
-