AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une chute serait dommageable... [Oly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▌ Messages : 39
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... C'est compliqué...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de chêne et croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie... Quelque chose

Message#Sujet: Une chute serait dommageable... [Oly]   Ven 10 Sep - 13:33

Assise dans son lit, Ginny soupira pour la énième fois en laissant sa tête basculer en arriver, la faisant regarder malgré elle le dessus de son lit en baldaquin. Rien à faire, encore une fois le sommeille refusait de venir la voir. Elle avait tout essayée pourtant, elle avait mit une chemise de nuit confortable, avait prit une douche pour se relaxer avant de dormir, et avait même lue un peu au coin du feu, mais non, niete, elle ne dormait que trop peu et surtout trop rarement, ce qui forcement lui mettait encore plus les nerfs en pelote. Peut-être que l’infirmière accepterait de lui donner des potions de sommeil si elle lui en demandait en expliquant qu’elle était prise d’insomnie ? Non, trop risqué, cela pourrait attirer l’attention sur elle, après tout quelle raison avait-elle pour ainsi passer des nuits blanches ? Aucune, officiellement du moins... Sauf peut-être les BUSE ? Elle garda tout de même l’idée pour plus tard...

Aux alentours de quatre heures du matin, elle décida qu’elle avait assez admirée les murs du dortoir et écouté les respirations de chacune, il fallait qu’elle sorte prendre l’air pour calmer le mal de crane qui lui prenait à cause du manque de sommeille. Encore une nuit partie en fumée sans qu’elle ne puisse rien faire. Vivement qu’ils trouvent un moyen de rentrer chez eux avant qu’elle ne se jette du haut des toits de Poudlard. Non, bien sur, tout cela n’était que des billevesées, jamais elle n’irait jusqu’à là, elle tenait à la vie, du moins dans le cas présent. Mais par contre aller sur les toits était une bonne idée, au moins elle était sure que personne ne la trouverait là-bas et qu’elle pourrait profiter de quelques heures de solitude avant que son enfer quotidien ne reprenne.
C’est dans un silence absolue qu’elle enfila son uniforme de sorcière auquel elle rajouta quand même son écharpe de gryffondor et un bonnet dont la couleur pouvait laisser penser qu’il avait subit un processus de caramélisation... Elle n’avait pas non plus les moyens d’avoir mieux, alors elle s’en contenterait, et puis, la couleur caramel, dans le fond c’est jolie... Par réflexe elle prit quand même son sac de cours, vu qu’elle n’avait pas grand appétit à cause de tout le stresse qu’engendrait ce voyage temporelle pour elle, peut-être sauterait-elle le petit déjeuné pour ainsi profiter plus longuement de sa solitude, après tout il fallait toujours prévoir un coup d’avance...

De la tour des gryffondors, le chemin pour accéder au toit n’était pas long, tant mieux car ainsi Ginny n’eut pas à se soucier du bruit qu’elle pouvait faire, et puis vu l’heure il ne devait plus avoir de ronde depuis longtemps, même le concierge devait être depuis longtemps au pays des rêves (ou des cauchemar, au choix) et Merlin seul sait à quel point elle l’enviait tant ses yeux fatigués lui demandait le repos, chose à laquelle sa conscience se refusait.
La journée, malgré tout, elle arrivait à paraitre plus ou moins normal, cachant son mal sous sa mauvaise humeur (allez savoir si c’était une bonne chose) mais là, alors que personne ne la voyait, elle était bien trop fatiguée pour quoi que ce soit, et son visage ne reflétait donc qu’un air maussade et une détresse qu’elle se refusait de montrer à qui que ce soit. Il fallait qu’elle soit forte, ce n’était surement qu’une question de temps avant leurs départs... Sauf si Harry se butait dans son idée d’amorcer dans la mesure du possible la création du Voldemort de leur époque, mais Ginny n’y croyait pas, elle avait vue ce dont il était capable à travers le journal déjà dans sa jeunesse, à son avis il était déjà trop tard, bien trop tard...

Posant un pied sur les tuiles légèrement glissantes, Ginny prit le plus grand soin de bien poser ses pieds avant d’avancer, et ne regretta pas sa prudence quand une énorme bourrasque se leva, lui faisant à moitié perdre l’équilibre avant qu’elle ne s’accroupisse pour ne pas tomber... Il serait préférable d’éviter de faire une chute de cette hauteur, surtout que tout le monde penserait que c’était un suicide de la part de la rouquine, et ça, c’était inadmissible. Elle avançant encore un peu avec une prudence extrême, juste pour être assez loin de l’entrée, mais pas trop pour si jamais une pluie venait à arriver.
Il faisait presque nuit noir encore, le soleil n’était pas décidé à se lever avant une ou deux heures, tant mieux. Elle avait l’impression d’être dans un calme absolue et terriblement reposant. Pour la première fois depuis son arrivée ici elle était sereine dans cet endroit où il n’y avait personne pour la voir, et où elle se savait parfaitement seule et où elle ne craignait pas de faire une rencontre désagréable. Regardant un peu en dessous d’elle, elle fut prise d’un soudain vertige en voyant le parc si loin, heureusement qu’elle s’était assise... Même si le soleil n’était pas présent, la lune elle éclairait parfaitement bien les lieux, et Ginny trouva que sous le reflet de l’astre lunaire, le parc avait un coté mystique. Il y aurait pu y avoir une bacchanale qu’elle n’en aurait pas été surprise, se contentant surement de regarder joyeusement les nymphes et les satyres danser ensemble. Mais non, il n’y avait rien à part le silence qui régnait en maitre sur les lieux. Pourtant cette idée fit naitre un léger sourire sur les lèvres de la rousse qui en se concentrant pouvait presque imaginer la musique festive d’une fête antique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss condiments. Le pantin particulier. Modératrice ultime.
avatar
▌ Messages : 3701
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Sorbier, 30.75 cm, Crochet de Basilic.
Camp: Mal
Avatar: Natalie Portman

Message#Sujet: Re: Une chute serait dommageable... [Oly]   Lun 13 Sep - 19:08

Music: Ferme tes jolis yeux - Sylva Berthe


    Elle ne savait pas vraiment où elle allait notre Olive préférée, et pour tout dire, elle s'en fichait éperdument. Tout ce qui lui importait en ce moment, c'était de ne surtout pas tomber face à face avec Tom. Les minutes, ou bien les heures, elle ne savait pas trop, qui s'étaient écoulées dans la Salle sur Demande avaient été les pires de cette année. Et pourtant, elle se doutait au fond d'elle même que l'horreur ne faisait que commencer. Elle était descendue du septième étage directement au cinquième par les Escaliers Mouvants, sans trop prendre la peine de réfléchir. Tom était sûrement descendu à la Salle Commune des Verts et Argents vu qu'il n'avait rien d'autre à faire... Du point de vue de la miss en tout cas. De son côté, la demoiselle se contentait de vagabonder dans les couloirs au hasard, ne s'approchant guère des derniers étages, les yeux dans le vague et ses pensées bloquées. Sans doute était-ce le contre coup des traitements qu'elle venait de subir. Réfléchir lui faisait un peu mal à la tête, alors elle évitait cet exercice, tout simplement. Tant mieux dans un sens... Comme cela, la septième année ne se rendait pas pleinement compte de la terreur qui naissait peu à peu en elle, s'inspirant des peurs que Tom Jedusor lui inspirait et s'insinuant un peu partout dans son esprit.

    Sincèrement, Olive se demandait comment elle faisait, pour n'être pas particulièrement fascinée par le sixième année, que tout le monde trouvait beau, intelligent, sympathique, charmeur, et tant d'autres adjectifs qualitatifs. Parmi tout ceux qui composait son groupe, il lui semblait qu'elle était le vilain petit canard. Lou, qui était désespérément tomber amoureuse de lui et était complètement sous son charme. Daniel, qui lui vouait une admiration sans borne et dont l'unique but dans la vie toute entière semblait de lui donner satisfaction le mieux et le plus efficacement possible. Gloria, qui malgré son jeune âge, semblait déjà graviter autours de lui. Et tant d'autres, dont elle ignorait encore l'existence... Oui... Vraiment, elle avait l'impression de ne pas être dans le jeu. Une jeu de pétanque, durant lequel chaque participant cherche à se rapprocher de Tom Jedusor, le Cochonet en Chef, et qu'elle, stupide boule de pétanque, n'a rien compris au jeu et cherche désespérément à l'éviter. Oui. Car il faut avouer qu'elle n'y aurait pas été naturellement. Et même si elle n'avait pas la volonté farouche d'Inès de s'opposer à lui, elle se contentait de l'ignorer simplement. Jusqu'à ce qu'elle devienne sa chose.

    Levant les yeux, elle se rendit compte qu'elle se trouvait non loin de l'infirmerie, un endroit qu'elle évitait d'ordinaire comme la peste, faisant même parfois des détours pour ne pas avoir à passer devant et à se faire par pur malheur interpelée par Miss Sparkley. Secouant la tête devant sa bêtise, Olive prit, lasse, la direction de son dortoir. Et puisqu'il faut un peu de bonheur dans la série de déboires, il s'avéra qu'elle put traverser la Salle Commune, le cœur et l'estomac jouant à qui sautait le mieux au trampoline à chaque fois qu'elle voyait une silhouette ressemblant de près ou de loin à Tom le Sadique, sans rencontrer la source de ses effrois.

    Nerveuse, les doigts tremblants alors qu'elle se remémorait quelques détails de la soirée, elle finit par abandonner l'idée de se déshabiller pour enfiler s chemise de nuit, et se laissa tomber de tout son poids sur son lit, sous l'œil surpris de Pomona. En guise de réponse, elle se contenta d'hausser les épaules. Pff. Qu'elle pense ce qu'elle veuille. Fermant les paupières, sans réussir à s'endormir toutefois, Olive fut sortie de sa torpeur par un cri strident.


    - Je suis ton piiiiiiire cauchemar!!!! Diiis, devine qui c'est qui ne vas pas encore dormir de la nuit? Non, mais je sais que ça te fait absolument plaisir de m'écouter, Olive. N'est-ce pas que ça te fait plaisir?

    Et sur ce, l'élève la moins aimée de toute sa courte et non terminée scolarité à Poudlard se mit à chanter d'une manière fort peu juste un air de Sylva Berthe, une Moldue qui était rapidement devenue insupportable aux yeux d'Olive, pour la simple et très bonne raison qu'elle avait inventée la chanson favorite de Myrtle. Ferme tes jolis yeux... Quel nom stupide. Brefle, toujours est-il qu'Olive finit, toujours inquiète de ses problèmes actuels, par se lever et sortir de son dortoir, suivie par la fantômette et par les regards reconnaissants de ses colocataires.
    Brefle... N'étant pas vraiment d'humeur à supporter la petite Myrtle pendant toute la fin de la nuit, Olive décida de passer au plan F. F pour formidable bien sûr. Celui qui, aussi sûrement qu'un aspirateur enlève la poussière, nous débarrasse de Myrtle. Bon après, pour la poussière, un simple Recurvite suffit largement, mais c'était pour que vos pauvres petits esprits moldus puisse associer une chose physique au départ du fantôme immatériel.

    Et on voit donc Olive, sortir de sa salle commune. Le hic du plan F? Il n'est réalisable que lorsqu'on est rapide, et parfois un peu chanceux. Car traverser tout le château de bas en haut, avec une Myrtle chantonnante sur les talons, tout en évitant préfets et concierge, c'est pas de la tarte. On dirais que les chansons de myrtle dans le château froid et silencieux les attire comme des mouches. Pourtant, ce n'est pas pour la qualité sonore qu'ils débarquent, croyez moi sur parole... Et ce fut en alternant mini-courses dans les escaliers mouvants et passages secrets faisant gagner du temps qu'olive Hornby arriva en haut du château en un temps record. Plan F, exécuté admirablement. Car Myrtle venait de lancer un regard haineux à Olive avant de faire un salto aérien et de s'enfoncer dans le sol comme dans de l'eau. Une chance pour Olive qu'à part les toilettes, la fantômette évite comme la peste tout endroit faisant penser à la Mort. Les toitures, les suicides, ça devait faire partie des projets de Myrtle lorsqu'elle se retrouvait humiliée... Peu désireuse d'aller loin sur ce terrain glissant, la demoiselle s'assit dès que les premières tuiles firent leurs apparitions. Et lorsque, levant la tête vers la nuit étoilée, elle vit face pour la première fois à ses pensées, des larmes se mirent à couler, sans qu'elle ne parviennent à les retenir. Tom Jedusor... Le fait qu'il avait créé la panique de l'année dernière. Le meurtrier de Myrtle, alors que c'était elle qui en subissait les frais, le Serment Inviolable, la clause qui indiquait qu'elle doive tuer quelqu'un un jour, la Sale sur Demande, l'incursion dans ses souvenirs, la douleur qui en avait résulté. C'en était trop, et cela venait tout simplement de déborder. La peur qu'elle éprouvait lorsqu'elle pensait à ce qu'il tentait d'obtenir, sa ténacité qui ne le ferait pas dévier, quitte à commettre des choses horribles... Un frisson la parcourut, alors que ses doigts tremblants essayaient tant bien que mal d'essuyer correctement les coulées salées.
    Un reniflement un peu trop bruyant.
    Un mouvement sur les toits, un peu plus loin.

    Et puis se rendre compte qu'on était observée.
    Et enfin avoir un mouvement de recul, sans bouger trop pour autant.
    La fatigue, qui rendait tout plus gros, mais aussi tout plus simple.
    Juste le fait d'être humaine, et d'avoir des sentiments.
    Juste le fait d'être humaine, et de pouvoir comprendre ceux qui souffrent...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌ Messages : 39
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... C'est compliqué...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de chêne et croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie... Quelque chose

Message#Sujet: Re: Une chute serait dommageable... [Oly]   Lun 29 Nov - 6:05

Au bout d’un moment, un frisson glacé vint parcourir l’échine de la jeune fille. Étouffant un juron, Ginny s’entoura de ses bras mais ne se leva pas pour autant, profitant encore un peu de cette solitude avant les cours dans quelques heures… Hum, après de longues minutes sans bouger dans la fraicheur et l’obscurité de la nuit, c’était prévisible qu'elle finisse par mourir de froid. Ginny regretta même de n’avoir pas pris sa cape, qu’elle idiote de n’avoir enfilée que son uniforme. Qu’avait-elle eut dans la tête pour oublier que les températures étaient si basses en ce début d’octobre… Ramenant ses jambes à elle, Ginny posa pensivement sa tête sur ses genoux… En plus, bientôt, c’était le bal d’halloween… Un bal… Il à quelque mois la rouquine aurait été excité à l’idée d’une telle fête, mais maintenant c’etait juste de la lassitude qui perçait dans son esprit. Évidement elle ne se présenterait pas au bal, parce que lui c’était certain qu’il y serait, et donc il était impossible pour elle d’y aller, déjà qu’elle se faisait violence jour après jour pour suivre les cours le plus naturellement possible… Mais plus les semaines passaient, et plus son masque se fendait en deux, elle le savait, les remarques de Luna dénuées de toute hypocrisie le prouvaient…

Un soupire. Un autre. Combien en avait-elle poussée depuis de début de la nuit ? Depuis son arrivé ici ? Elle ne les comptait plus, elle n’en avait plus rien à faire à vrai dire. D’un air las et fatiguée, elle finit par s’allonger sur les tuiles ce qui finissa de mouiller son uniforme. Aller, avec un peu de chance elle tomberait assez malade pour louper quelques jours de cours... Couverte par la nuit qui la cachait de son obscurité presque parfaite, Ginny se sentie presque bien malgré la fraicheur de l'air et la froideur des tuiles. Que les étoiles étaient belles… C’est fou comme le seul fait de les regarder ne faisait qu’accroitre le sentiment de solitude de Ginny. Elles, elles brillaient ensemble dans ce ciel si beau. Alors qu'elle, elle ne faisait que s’éteindre à petit feu, dans le plus grand des silence. Il ne fallait pas qu’on s’inquiète, il ne fallait pas qu’on est pitié d’elle, cette idée la révulsait trop pour cela d’ailleurs. Et puis, il ne fallait pas non plus qu’Harry finisse par se rendre compte que la décrépitude de la rouquine était de sa faute. Et puis non, secouant la tête violemment, la jeune fille s’enleva cette idée de la tête pour la vingt-cinquième fois. Il n’y était pour rien, il avait juste voulu sauver son parrain, et arrêter Voldemort, tout était de sa faute à lui, pas à Harry. Mais elle avait beau se le dire souvent, il la terrifiait tellement depuis qu’elle devait vivre chaque jour en le croisant dans les couloirs avec la même apparence que dans ses souvenirs, que ça semblait plus simple d'en vouloir à Harry, Voldemort était si loin en ce moment…

Mais Ginny n’eut pas le temps d’aller plus loin dans ses pensées de rancune et de médisance. Un reniflement, juste un, la sortie de sa torpeur semi onirique. Sans s’en rendre compte elle avait failli s’endormir, et en fut la première surprise. Le toit avait-il un effet apaisant sur elle ? Ou alors était-ce ses pensées à donner une migraine à un centaure qui avait fini par assommer sa peur ? Elle n’en savait rien, mais cette dernière c’était en tout cas totalement réveillé maintenant : Il y avait quelqu’un sur le toit. Se levant brusquement, elle n’en sentie que plus sa fatigue qui l’accablait. Il fallait vraiment qu’elle trouve un moyen de dormir dans les jours à venir…
Se mettant sur ses jambes, elle avança prudemment et méfiante sur le toit, allant doucement vers la source du bruit. S’il y avait quelqu’un, il fallait qu’elle sache qui, histoire de voir si elle pouvait rester ou si fuir était une meilleur idée. D’ailleurs quand elle atteignit enfin cette personne, elle fut surprise, oui, surprise, ne s’étant absolument pas attendue à la voir, elle, ici, surtout à cette heure aussi tardive… Ou matinal… Au choix. Elle semblait aussi fatiguée qu’elle, et Ginny devina que le reniflement qu’elle avait entendu n’était surement pas là à cause du froid… Mais elle ne fit aucune remarque, comme elle n’aurait pas aimée la pitié de quelqu’un, elle imaginait qu’il en était de même pour les autres… Alors, sans un mot, elle se posa à côté de la serpentard, regardant les étoiles à nouveau, comme pour mieux se rappeler sa propre solitude.

Alors,insomnie passagère ou Mimi n’a pas voulue te laisser dormir un peu?

Demanda-t-elle quand même, d'une voix ironiquement amical, plus pour lancer une conversation que pour avoir une réponse. Autrefois peut-être se serait-elle inquiétée, peut-être même aurait-elle criblée de question Olive, mais la fatigue et la peur constante dans laquelle vivait Ginny l’avait bien changée en si peu de temps, la rendant plus… Réservée sur ses émotions quand il ne s’agissait pas de s’énerver sur tout le monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss condiments. Le pantin particulier. Modératrice ultime.
avatar
▌ Messages : 3701
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Sorbier, 30.75 cm, Crochet de Basilic.
Camp: Mal
Avatar: Natalie Portman

Message#Sujet: Re: Une chute serait dommageable... [Oly]   Lun 27 Déc - 11:40



    Elle ne savait trop quoi faire... Alors elle restait ici, sur les tuiles glacées du château, à regarder droit devant elle. Car en ce moment précis, Olive était perdue. Perdue dans ce qu'elle vivait, perdu dans ce qu'elle ressentait, perdue... Les étoiles devenaient floues, et, après un passage de mains essuyeuses, légèrement plus nettes, si l'on peut dire que les étoiles ont u jour été nettes...

    Elle avait renoncé à essuyer ses larmes, l'eau salée rendant ses mains plus vulnérables au léger vent glacial qui soufflait à cette hauteur... Et deux ruisseaux salés prenaient leurs sources au bord de ses yeux, dégoulinaient le long de ses joues pour finir par faire le grand saut dans le vide au niveau de son menton...

    Et bizarrement, Olive avait l'impression que cela lui faisait du bien. Que ses malheurs partaient avec les gouttes salées. Alors qu'au fond, ce n'était qu'une illusion. Sur le coup, elle se sentait peu être un peu mieux... Avant sûrement de se rendre compte que rien n'avait réellement changé dans quelques heures...

    Tom... Pourquoi avait-il fallut qu'il existe? Et s'il avait existé, pourquoi avait-il fallut qu'elle le rencontre? A ces pensées, mon cœur se remit à saigner, et ses larmes reprirent de plus belle. Et la personne qui s'approchait fini par s'asseoir à ses côtés. Sans que cela ne change grand'chose...
    Sûrement pour la première fois de sa vie, Olive se fichait de paraître faible. Sa maladie, elle l'avait toujours cachée. Elle essayait avec tant d'effort que personne ne se rende compte qu'elle fréquentait périodiquement l'infirmerie que ça en devenait presque risible. Elle s'était toujours montrée forte. Mais là.. C'était sûrement trop. A toute à ses malheurs, elle se fichait de ce qu'on pouvait penser d'elle...

    L'inconnue s'était tue. Jusqu'alors. Se contentant de rester assise à ses côtés, elle avait néanmoins fini par prendre la parole.


    - Alors, insomnie passagère ou Mimi n’a pas voulu te laisser dormir un peu?

    Et puis, le silence. Le temps que les mots montent jusqu'au cerveau embrouillé de la miss. Le temps que la serpentard connecte ses neurones et décrypte le message. Un hoquet de rire nerveux qui perce les pleurs, sans qu'elle ne puisse le retenir. Sans qu'elle en ai envie. Sans qu'en ce moment elle ne pusse mettre son masque de froideur et de cynisme sur son visage. Elle était elle, tout simplement. Sans avoir à se cacher. Sans avoir à paraître quelqu'un d'autre. Elle se força, contracta ses lèvres pour prononcer quelques mots. A peine une phrase...

    - Un peu des deux je crois...

    Elle ferma un court instant les paupières, déversant le liquide qui reposait sur ses yeux dans les ruisseaux salés. Et puis, elle les rouvrit, en reniflant légèrement.

    Ses pensées repartirent vers son malheur. Et vers les deux points culminants...
    Tom, sa maladie...
    Sa maladie, Tom...

    L'un entraînant l'autre...
    Et soudain, un constat. Un constat qui franchit ses lèvres sans aucun effort. Une constatation, adressée à la nuit en un léger murmure...


    - Ma vie est un cauchemar.

    Sa vie... Et pourtant, en y réfléchissant un peu, c n'était plus vraiment la sienne... Tom Jedusor avait maintenant tout pouvoir dessus. Alors comment vivre? Cette nouvelle réflexion réenclencha le processus... Ramenant ses pieds contre ses fesses, Olive enserra des bras ses genoux. Et, le menton posé dans le creux formé par ses genoux, elle expira longuement. Ou tacha de le faire, son expiration étant entre-coupée de petits hoquets.

    Et elle parla. Elle se confia à Meredith. Appris en échange que le Serpentard effrayait beaucoup la jeune fille également.

    Et tout d'un coup, elle s'en rendit compte. Elle était là, faible, à se confier. A confier des choses beaucoup trop importantes. A une fille qu'elle ne connaissait presque pas. A une élève plus jeune qu'elle. A une gryffondor, venue d'un autre continent. Tel un ressort, Olive se redressa d'un coup, fixa Meredith et cracha d'un coup, avant de partir précpitemment:


    - T'as pas intérêt à parler de ça à quiconque!


// Sorry, je trouve pas ça terrible... Bref. ^^'

EDIT: Bon, j'ai mis en gros ce qu'on avait décidé. Topic clôturé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une chute serait dommageable... [Oly]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une chute serait dommageable... [Oly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» lourde chute pour allan jlr
» chute du roi a EBLY
» La chute d'Arnor.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les tours et sommets du château
 :: La toiture
-