AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au coeur de ces ténèbres-là

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1365
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Au coeur de ces ténèbres-là   Ven 24 Sep - 13:33

"La terre paraissait un autre monde. Nous sommes accoutumés à regarder le corps entravé d'un monstre vaincu, mais là-bas - là-bas on avait sous les yeux une chose monstrueuse, et en liberté. C'était un autre monde, et les hommes étaient - non, ils n'étaient pas inhumains. Eh bien, voyez-vous, c'était ça le pire - se douter qu'ils n'étaient pas inhumains. Ça vous venait tout doucement. Ils hurlaient et bondissaient, et tournoyaient et faisaient d'horribles grimaces ; mais ce qui vous faisait frémir, c'était précisément l'idée de leur humanité - semblable à la vôtre - la pensée de votre lointaine parenté avec ce tumulte effréné et passionné. Affreux. "


Pomona leva les yeux de son volume, agacée. Sa lecture avait été interrompue par des cris et gloussements particulièrement désagréables qui provenaient des salles de bain et des dortoirs.

Très rapidement, les gloussements se firent plus prononcées, et plusieurs jeunes filles, vêtues étrangement, avaient fait leur entrée dans la salle commune des serpentards, où, dans son coin, Pomona lisait "Au coeur des ténèbres" de Joseph Conrad pour la deuxième fois (le meilleur livre qu'elle ait lu depuis longtemps).

Pomona fronça les sourcils, que faisaient-elles toutes en ogresses (bizarrement attirantes, parce qu'elles ne pouvaient sûrement pas se résoudre à être moches) , diablesses, zombies et squelettes? Il fallut un léger instant à Pomona pour se rappeler que c'était ce soir.

Ils avaient été nombreux à s'en réjouir, de ce bal, et Pomona avait bien envie, contre toutes attentes, d'y assister, elle aussi, même si ce n'était certainement pas pour les mêmes raisons. Cependant, il n'en demeurait pas moins que, si peu concernée par cet événement, elle avait oublier qu'il était ce soir-là.

Elle y voyait une occasion en or, celle d'observer cette petite communauté s'épanouir dans un cadre différent, c'était souvent dans ce genre de soirées que le véritable caractère des gens se révélait, au-delà de toutes l'hypocrisie que cela pouvait impliquer.

Elle posa délicatement son ouvrage sur la table de bois qui lui faisait face. Le bal allait bientôt débuter, donc. Il fallait qu'elle se prépare, apparemment. Au milieu de toutes ces idiotes superficielles qui se couvraient mutuellement les joues de blush en poussant d'effrayants petit cris d'animaux. Ce qu'elles pouvaient avoir l'air idiotes (en plus de l'être effectivement)!

Elle monta les marches qui menaient à son dortoir. Elle n'avait pas prévu le moindre costume. Se conformer à ce genre de règles établies, c'était dors et déjà jouer les moutons dociles, et Pomona était bien la première à se défendre d'en être un.

elle ne voulait pas pour autant se rendre au bal en "civil", trop attirer l'attention sur elle, c'était risquer de ne pas pouvoir rester tranquillement dans son coin, et Pomona ne voulait assister à cet événement que pour mieux pouvoir observer les autres en toute tranquillité, sans que personne ne vienne la déranger.

Entrée dans le dortoir, elle regarda un moment tout autour d'elle afin de se trouver une solution, et la solution s'imposa finalement à elle. Elle enfila rapidement jupe plissée noire et chemisier blanc et, d'un geste de sa baguette, se renversa un liquide couleurs sang sur le visage, la poitrine et le ventre. On aurait à présent cru qu'elle avait au moins commis un quadruple homicide. Cela ferait tout à fait l'affaire.

Elle attendit que la foule d'élève surexcités ait décidé de lever le camp pour elle même quitter le dortoir, récupérant au passage son précieux roman.

Quand elle rentra dans la grande salle, la fête avait bien commencé, la piste de danse était envahie par quelques élèves dépourvus de tout amour propre qui se dandinaient d'une manière affreuse.

Il était encore trop tôt pour que le spectacle ne commence, sans doute, mais il suffisait de voir la part d'élèves en train de danser, et celle d'élèves attablés au buffet pour pouvoir déjà définir un schéma correct de ce début de soirée.

Pomona prit place sur une chaise auprès du buffet et rouvrit la page de son livre là où elle s'était arrêtée, tout en oubliant pas de lever les yeux autour d'elle, afin de ne pas malencontreusement manquer un détail important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Dim 3 Oct - 0:24

(Une autre fan de Conrad, j't'aime déjà <3)

Zeld' avait hésité à venir à ce bal. Qu'est-ce qu'elle irait y faire, sérieusement? Elle avait passé l'âge de ce genre d'amusements bidons, et même quand elle avait eu l'âge, ça ne lui plaisait pas tant que ça. Franchement, Dippet abusait, ces derniers temps, tous ces bals organisés à la chaîne allait lui crever tous ses élèves. Et c'était double dose de travail pour elle, à tous les coups. Parce que c'est chez qui qu'ils iraient pleurer s'ils se foulaient la cheville en dansant, glissaient sur un apéritif, choppaient le tetanos ou se soulaient avec un punch à peine alcoolisé? Chez Bibi, bien sûr! Oui elle aimait son travail, mais franchement, elle avait pas besoin d'heure supp, tout ce joyeux bordel, c'était déjà assez compliqué à gérer comme ça en temps normal, et même si elle avait Pomona de temps en temps pour la seconder. En plus, jusqu'ici, le soir d'Halloween, ça avait été le moment privilégié qu'elle passait avec Louisa, sa fille (elle passait traditionnellement la soirée à lui lire des récits d'horreur. C'est comme ça qu'on forge un caractère, voyons!), et là, ça faisait exception. Louisa avait onze ans, maintenant, s'était fait des amies à Poudlard, et avait maintenant mieux à faire que de trainer avec sa pauvre maman. Et comme elle avait été impatiente, pour ce bal! "Maman, tu me prêteras ton maquillage?" "Maman, tu m'achètes un beau costume?" "Maman, ti sais danser, toi?" A vous rendre folle... Il fallait vraiment qu'elle l'aime, cette petite! Et c'est aussi parce qu'elle l'aimait beaucoup que Zelda avait hésité à venir. Elle n'avait pas envie de foutre la honte à sa fille devant tout le monde en squattant son premier bal.

Ouais bon, c'était c'qu'elle allait faire quand même, mais par conscience morale avant tout, si un minot venait à tomber dans les vappes, au moins elle serait sur place, ce serait déjà plus simple pour agir. Et puis, si qui que ce soit avait même l'idée d'approcher ses sales pates un peu trop près de sa fille, au moins elle serait là pour intervenir, et tant pis si elle lui fichait la honte. Elle mit pas de costume, elle avait passé l'âge pour faire des fantaisies pareil, elle avait juste mis une robe noire, histoire d'être un peu dans les tons.

Elle arriva avec un peu de retard mais c'était pas comme si elle craignait vraiment de louper quelque chose. Et de toute façon, il faudrait attendre que la soirée soit plus avancée pour qu'elle commence à avoir des patients sur les bras. Et c'était vrai, quand elle entra, tout le monde dansait tout gentiment, et personne ne semblait en danger. Sauf peut-être l'autre, là, assise dans son coin en train de lire, le nez plongé dans son bouquin. Elle était toute tâchée de sang. Misère, pourvu que ce soit une plaisanterie! C'en était une, quand la fille en question leva le nez de son livre, Zeld' reconnu Pomona, sa petite protégée et assistante à l'infirmerie, ce genre d'accoutrement lui ressemblait bien. Voyant que l'élève avait repéré sa présence, elle sourit et s'approcha d'elle, jetant au passage un coup d'oeil au livre qu'elle était en train de lire : Heart of Darkness, un de ses livres préférés, dis donc (IRL, j'adore ce livre ^^), elle l'avait lu petiote, et ça l'avait marqué (j'l'avais mis dans sa présa en plus, j'crois).


"Bon choix de lecture."

Zeld' s'installa à une chaise à côté d'elle.

"Comment va?"
Aucune remarque sur le fait qu'elle lisait au beau milieu d'un bal, comme si c'était tout à fait naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1365
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Jeu 7 Oct - 11:12

( ooh toi aussi?? )

"Bon choix de lecture."


L'ethnologue en devenir, ou en action, qui sait, leva les yeux du Coeur des Ténèbres pour mieux pouvoir regarder celle qui venait de lui adresser la parole, bien qu'elle l'ait reconnu à sa voix.

C'était Zelda Sparkley, et on pouvait, en quelque sorte, dire qu'elle était son mentor, et une sorte de modèle pour elle. Depuis qu'elle l'assistait à l'infirmerie, elles étaient devenu assez proches. Même si, bien sûr, cela ne se remarquait qu'à certains détails à peine perceptible, parce qu'elles étaient de la même trempe toutes les deux.

Ainsi, Zelda Sparkey aimait elle aussi l'oeuvre de Conrad, roman moldu s'il en est pour autant. Mais ni elle, ni Zelda ne portait vraiment d'attention à la différence qui pouvait exister entre les nés-sorciers et nés-moldus, elles étaient au-delà de toutes ces sortes de distinction.

"Un périple qui se transforme en lent éloignement de la civilisation et de l'humanité vers les aspects les plus sauvages et les plus primitifs de l'homme. Conrad était quelqu'un de très perspicace." fit elle dans un sourire.

Elle rangea le marque-page à la page où elle s'était arrêtée pour ne se concentrer que sur son interlocutrice, chose que Zelda pouvait très bien considérer comme un honneur, car Pomona n'était pas le genre de personne à préférer abandonner sa lecture pour entretenir une conversation avec qui que ce soit, il n'y avait qu'avec Zelda qu'elle se permettait cet effort, et c'était bien parce que sa présence ne la dérangeait pas, tout au contraire.


"Comment va?"


Avec l'infirmière, Pomona avait toujours l'impression que cette question comportait un sous-entendu, après tout, c'était son métier que de se soucier du bien-être d'autrui, même si elle le faisait parfois d'une manière singulière, et qui pouvait prêter à interrogations.

Apparemment, sa question, pour le moment, n'était intervenue dans la conversation que par pure politesse, même si elle aurait très bien pu s'interroger par rapport aux tâches de sang qui couvraient son ensemble... Enfin, l'infirmière était assez intelligente et compétente pour reconnaître que si autant d'hémoglobines s'étaient échappées d'elle, elle serait bien incapable de débattre sur la littérarité de l'oeuvre de Conrad.


"Je vais très bien, merci. En dépit du spectacle ridicule qui s'offre à quelques mètres de nous."

D'un geste de la tête, elle désigna la piste de danse en face d'eux, où chacun se trémoussait sans réaliser son ridicule.

Passées ces civilités, Pomona déposa Le coeur des ténèbres sur la table à proximité, après avoir bien évidemment vérifié qu'aucun aliment, aucune boisson n'irait tâcher son précieux volume.


"Vous attendez qu'un élève se soule au punch et passe de vie à trépas?" Elle sourit. "Ma foi, on peut toujours espérer."

En effet, Pomona n'avait que peu de considération pour ses camarades, à quelques exceptions près. Si en effet, quelqu'un aurait bel et bien un malaise, elle observerait sûrement ce spectacle assez froidement, et n'y verrait qu'un cas clinique parmi tant d'autres.

Attendant que Zelda lui réponde, elle observa la piste de danse en détail, il y avait matière à ajouter quelques notes à son carnet mais elle s'en dispenserait pour le moment. Elle préférait donner la priorité à Zelda.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Lun 11 Oct - 22:08

Zelda sourit en écoutant Pomona commenta l’oeuvre de Conrad. Zeld’ trouvait Pomona tout simplement incroyable, pour une gamine de son âge. Elle était intelligente, lucide, et surtout, elle ne se nourrissait pas des opinions des autres pour décider de comment elle devait juger les choses, ce qu’elle devait faire ou comment elle devait agir. Elle faisait ce qu’elle voulait, disait ce qu’elle voulait, et avait toujours un regard et un avis très juste sur ce qui l’entourait. Zeld’ se revoyait un peu en elle. A son âge, Zeld’ était un peu comme Pomona : en marge, à toujours regarder tout le monde et à juger tout le monde. Sauf que elle, quand elle était jeune, elle était beaucoup moins juste que Pomona, elle trouvait tous les gens qui l’entouraient parfaitement détestables et contrairement à la serpy, il lui serait jamais venu à l’idée d’aller analyser tout ce petit monde pour voir ce qui pouvait bien en ressortir. Elle opina du chef pendant tout le commentaire de la jeunette avant qu’elle change de sujet.

ça aussi, elles l’avaient en commun : un humour un peu grinçant, voir morbide. C’était pas forcément qu’aucune d’entre elles ne le pensait vraiment, mais c’était plus facile de se protéger des autres et des sentiments qu’on pouvait avoir pour eux en se créant une carapace et en faisant comme si tout ça, ben ça nous atteignait pas. Mais au fond, c’était pas vraiment crédible. Si Zeld’ était devenue infirmière, c’était pour aider les autres en les soignant, alors bon, si elle en avait vraiment rien eu à fiche, elle aurait pas fait ce métier là, mais ça l’empêchait pas de vraiment pas avoir la personnalité la plus agréable et la plus facile en ce bas monde (tout au contraire).


"Il faut bien que quelqu’un se soucie de leur santé puisqu’ils sont pas capables de le faire eux-mêmes."

C’était pas faux, dans ce genre de soirée, ils buvaient trop, se croyaient les maîtres du monde et faisaient n’importe quoi. Les hommes en particulier... évidemment: Jamais capable de se tenir correctement. A force d’enchaîner des excès bien idiots et puerils, ils finissaient le bec dans l’eau (dans l’alcool, si on veut être plus exact) et c’était elle qui devait accourir pour leur sauver la mise. J’vous jure! Même pas capables de se prendre en charge. C’était désespérant de voir un tel laisser-aller de la part de gamin si jeunes. Même si le fait qu’ils étaient jeunes ça expliquait sans doute deux-trois trucs. Quand elle elle était plus jeune, elle se soulait pas la gueule pour un rien, elle avait pas besoin de ça pour s’amuser. Ah ces jeunes, j’vous jure. Ouais bon, elle était pas si jeune que ça, mais ça fait toujours du bien de radoter comme une vieille et de dire que tout était mieux avant (aaah le passé, la vie sans la guerre, les suffragettes. La belle vie, quoi. Enfin sur certains points, et vite fait. Y‘a encore du chemin à faire...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1365
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Ven 15 Oct - 17:34

"Il faut bien que quelqu’un se soucie de leur santé puisqu’ils sont pas capables de le faire eux-mêmes."

Pragmatique, un manque apparent de compassion et un goût prononcé et assumé pour le sarcasme et l'humour noir, c'est ainsi qu'était l'infirmière de Poudlard, et c'est ainsi que Pomona l'appréciait.

Pomona aurait aimé avoir cette répartie et cet humour cinglant. Très souvent, elle avait en tête de ces remarques acides qui feraient sans doute pâlir Zelda d'envie, mais jamais ses pensées n'étaient mises en pratique, et pourtant, ce n'était pas faute d'en avoir envie. Seulement, étant consciente que son attitude pour le moins négative l'éloignait déjà de ses camarades, elle se rendait bien compte qu'il valait mieux pour elle qu'elle n'en rajoute pas.

Elle ne voulait pas être l'ennemie de tous ces gens, même si elle observait la plupart d'entre eux avec la plus plate indifférence et la plus grande des réserves. Une observatrice qui ne peut voir au plus près ce qu'elle observe, qui doit se contenter de scruter l'horizon lointain et à peine perceptible avec ses jumelles, n'est pas une bonne observatrice. Elle tenait à faire son travail proprement et consciencieusement.

En effet, pour elle, il s'agissait d'un travail comme un autre, d'un devoir qu'aucun prof ne lui avait demandé de faire mais qu'elle avait choisi par elle-même. Ethnologue serait son métier, un métier conjugué à celui d'écrivain. Mais plus (ou moins, à vrai dire) qu'un métier, pour le moment, il s'agissait d'un rêve. C'était un rêve magnifique, étincelant, mais qui volait haut, bien haut par dessus elle, et pour l'atteindre, il lui faudrait bien plus que quelques convictions bien placées. Il fallait qu'elle s'entraîne, que chaque jours elle note, note, note encore, arrache des feuilles, trace des schémas, jusqu'à ce qu'enfin elle atteigne le patron parfait, qui modéliserait à la fois son art et son avenir.


"Si vous avez besoin de main d'oeuvre ce soir, je n'ai rien prévu de particulier."

Rares étaient ceux qui, comme Pomona, pouvaient affirmer, un soir d'Halloween, et qui plus est au beau milieu d'un bal ne rien avoir à faire mais c'était son cas, ou du moins c'était presque son cas. Ce qu'elle disait n'était pas tout à fait vrai, elle avait bien prévu de faire quelque chose ce soir : analyser, et au préalable finir sa relecture du coeur des ténèbres, mais ces deux activités étaient à présent si quotidiennes...

Elle aimait les moments qu'elle passait à l'infirmerie aux côtés de Mrs Sparkley, à plusieurs reprises, d'ailleurs, Zelda avait presque réussi à la faire douter de sa voix, elle qui pourtant la voyait toute tracée, irrémédiablement tracée, vers une destination qu'elle avait choisi depuis toute petite.

Elle ne pouvait se mentir à elle-même, au milieu des médicaments, des seringues, et des bandages, elle avait le sentiment d'être bien, et d'être également dans son élément. Elle était peut-être faite pour être médecin? Non, Pomona se refusait à toute forme de réflexion de ce genre. Cela laisserait entendre qu'elle n'est pas seule à choisir son devenir, c'était une théorie qu'elle trouvait tout au moins amusante, mais fausse également, elle ferait ce qu'elle avait choisi de faire, et il y avait trop longtemps qu'elle avait décidé de devenir ethnologue pour se permettre de penser à d'autres possibilités. Sa fierté était en jeu, après tout, elle n'admettait jamais se tromper, alors elle n'admettrait jamais qu'elle avait pu se tromper sur quelque chose d'aussi important.

Il ne s'agissait de toute façon que d'un doute infime, et le bonheur qu'elle avait à examiner à la loupe ses camarades lui rappelait rapidement où était sa place. Là, au milieu d'une foule d'énergumènes qui n'attendaient que d'être jugés d'un revers de plume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Dim 17 Oct - 12:04

Pomona proposa son aide à Zelda. Bah ma foi, Zeld' était pas franchement contre. Dans ce genre de soirées, on était vite surbookés. Il y avait ceux qui buvaient trop, bien sûr, en première ligne. Ceux qui mangeaient trop, aussi, ceux qui se foulaient la cheville sur la piste de danse, ceux qui finissaient par se balancer des poireaux dans le nez (pour des raisons vachements obscures, mais les jeunes sont les jeunes, alors y'a rien à y faire). L'aide de Pommy ne sera pas du luxe, tout au contraire. Elle était du genre impliquée et travailleuse, elle lui était toujours d'une aide précieuse, alors dans des soirées comme celles-là, franchement avoir une main secourable, c'était carrément pas du luxe. Mais en même temps, elle pouvait pas obliger Pompom à aller bosser avec elle, même si apparemment ça la dérangeait pas des masses. Les ados normaux avaient pas envie d'aller bosser un soir d'JHalloween... sauf que ouais, c'est sûr, Pomona Fitz était pas une élève comme une autre. C'était aussi pour ça que Zeld' l'aimait autant, parce qu'elle était pas comme tous ces autres gamins qui l'horripilaient autant.

"C'est toi qui vois, je voudrais pas te priver de ta soirée."
déclara-t-elle de son ton hâché de d'habitude.

C'est vrai, fallait bien qu'elle le dise - le pense, hein? , la soirée serait beaucoup plus supportable si elle devait pas guérir ces grands blessés toute seule. Oh elle en était tout à fait capable, mais même si Zeld' était de nature solitaire, elle était jamais contre de la compagnie quand cette compagnie était agréable. A Poudlard, il était plutôt comique de voir qu'en fait, au final, sur les trois connaissances qu'elle aimait bien fréquenter, ben y'avait une gosse. Mais elle avait l'air largement plus mâture que les autres fgamins de son âge, alors parfois, Zeld' oubliait même le fait qu'elle était encore toute jeune. ça lui revenait juste quand, dans leur conversation, elle se faisait appeler Mrs Sparkley. Que ça pouvait la vieillir, et puis en plus, son mari ayant passé l'arme à gauche, Miss était encore d'actualité (mais ça aurait été super bizarre).


"De toute façon, c'est très calme, pour le moment."

Pas un seul malaise à l'horizon. Ici, en tous cas. Si quelqu'un était en train d'agoniser ailleurs, bah elle était ici, et c'était un peu gênant, m'enfin bon, d'une manière ou d'une autre, tout le monde réussissait à la trouver quand y'avait un malaise alors bon, elle pouvait bien se séparer de sa précieuse infirmerie de temps en temps. Elle chercha un truc à grailler sur la table histoire de s'occuper la bouche en attendant qu'il se passe quelque chose. Finalement, elle était là que pour ça. La fête et tout le toutim, ça n'avait pas du tout d'intérêt pour elle autrement. Elle avait passé l'âge pour toutes ces choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1365
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Mer 20 Oct - 12:56

"C'est toi qui vois, je voudrais pas te priver de ta soirée."
Un léger sourire se déposa sur le visage de Pomona. Zelda était bien la seule à pouvoir la mettre d'aussi bonne humeur. Mrs Sparkley n'avait pas cherché à dissuader Pomona de l'aider, tout au contraire, et le ton de sa voix n'eut pas l'air très convaincant quand elle lui dit qu'elle pouvait toujours rester ici.

L'infirmière connaissait en effet assez l'élève de Serpentard pour savoir qu'elle n'éprouvait pas le moindre plaisir à demeurer ici, au milieu de tous ces individus qui au fond lui étaient si étrangers, même si elle déployait tant d'énergie à en apprendre plus d'eux que quiconque.

Il est vrai qu'elle avait trouvé un intérêt à venir là, elle voulait bien observer le comportement social de tous ces uluberlus qui était toujours au plus haut point développé quand arrivait l'heure des festivités de ce genre.

Elle trouvait cela moins amusant qu'elle ne l'aurait pensé, cependant. Elle avait pris tant de soin à observer tous ces gens depuis qu'elle était à Poudlard que plus aucun d'eux ne parvenait vraiment à la surprendre. et elle trouvait cela particulièrement triste.

Elle avait bien sûr de ces sujets d'étude qui continuaient de la passionner (Jedusor, et plus récemment les nouveaux) mais ils ne dévoilaient rien de plus en cet instant précis, même leur hypocrisie les laissait fidèles à eux-même. Il faudrait sans doute attendre que l'un d'entre eux ait un peu trop bu pour que quelques vérités amusantes puissent glisser jusqu'à ses oreilles, et dans ce cas, elle serait tout aussi bien à l'infirmerie. Là où tout pourrait se passer.


"De toute façon, c'est très calme, pour le moment."
Il est vrai, tout était calme pour l'instant, et aucune catastrophe était en préparation, fort malheureusement. Comme Pomona aurait aimé qu'il en soit autrement, cela aurait donné plus d'attraits à cette soirée qui pour le moment était on ne peut plus ennuyeuse.

"Non pas que ces rituels adolescents qui impliquent autant d'échanges de salive et de sueurs que de répliques hypocrites ne m'intéressent pas, mais je me sentirais bien plus utile à vos côtés, alors comptez sur moi."

Des paroles aussi altruistes et généreuses ne s'échappaient que rarement de ses lèvres, mais elle faisait toujours foule d'exceptions auprès de Mrs Sparkley. Atteindre le centième de ce à quoi son exemple était parvenu la rendrait satisfaite de sa propre existence. Pour le moment, elle pataugeait dans un bourbier incertain, à force de courir après les certitudes, elle en gagnait autant qu'elle finissait par en perdre, c'était sans fin. Et ce manège, ce monstre insassiable qui sommeillait dans son esprit ne lui offraient jamais de ce repos mérité que permet l'autosatisfaction.

"Comment va votre fille?" questionna Pomona, qui en dépit de son attitude latente connaissait les rudiments d'une conversation polie et civilisée.

Comme il y aurait à attendre, autant discuter entre personnes à peu près normales, même si Pomona n'était pas certaine de tenir très longtemps à ce rythme. Elle était trop peu habituée, et se confortait dans une misanthropie trop confortable pour cela.

Elle ne posait pas cette question par pure politesse, elle savait que Louisa était tout ce qui pouvait faire le bonheur de sa mère, et sachant cela, Pomona avait une affection toute particulière pour la petite serdaigle, par projection, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Dim 24 Oct - 23:32

Zeld’ était pas du tout surprise de la réponse de Pomona. En fait, ce qui l’aurait vraiment surpris, c’est qu’elle réponde un truc du type «oh mais je m’amuse tellement bien ici, c’est tellement génial de danser et de festoyer avec tous ces gens teeeellement sympathique qui nous entourent. C’est le plus beau jour de ma vie, j’adoooore les bals ». En fait, ça l’aurait pas surpris, ça l’aurait carrément choqué. Mais Pomona n’était pas comme ça, elle n’était pas tout à fait comme tout le monde, et c’est pour ça que Zeld’ l’appréciait autant. Elle était à part, Zeld’ aimait les personnes (de sexe féminin surtout - euh.. ne voir aucune ambiguité là-dessous, hein) qui se distinguaient du lot, qui se laissait pas avoir par des tyrans stupides et invisibles comme la mode et les apparences, qui vivaient pour ce qu’ils étaient et défendaient leurs convictions. Les gens comme ça étaient des gens biens. Pomona était une fille bien.

"Soit."

Elle allait pas insister, elle avait pas eu cette idée une microseconde. Si Pomme était pas contre les heures de boulot qui servaient à que dalle et qu’elle aimait assister les grands, petits et moyens blessés avec elle, c’était son choix, Zeld’ allait pas la contredire mais plutôt l’encourager. Parce que y’a pas à tortiller, ça l’arrangeait carrément, surtout pendant une soirée de ce genre, où un dérapage est si vite arrivé, de pas avoir à être toute seule pour gérer tout ce petit monde. Elles seraient pas trop de deux, Zeld’ serait même tentée de dire qu’elles seraient pas assez. D’ailleurs, pourquoi il y avait qu’une infirmière à Poudlard, franchement? Vu le nombre d’élèves qui squattaient là H24, une de plus au moins, ça aurait pas été du luxe. Ouais bon, avec la magie, tout se guérit plus vite, mais elle faisait pas de miracles non plus, quoi. On pourrait quand même avoir pitié d’elle. Quand Pomona avait dit qu’elle voulait lui filer un coup de pouce, Zeld’ s’était d’abord dit qu’avoir une élève dans les pattes, c’est pas ce qui allait arranger son affaire, mais elle avait rapidement vu à quel point elle avait tort. Pomona était d’une efficacité monstre, à se demander comme elle avait pu se passer d’elle toutes ces années.

Pour faire la conversation, Pomona causa de Louisa. Zeld’ détestait par dessus tout blablater avec les autres, mais alors, quand il s’agissait de sa fille chérie, là, on ne l’arrêtait plus. C’était rare, voire impossible de voir une Zelda plus heureuse et enthousiaste que quand elle parlait de sa petiote, qui était entrée en première année cette année, qui était à la fois sa raison d’être et son bien le plus précieux. Sa fierté, et tout ce qu’il lui restait, au fond, depuis que son mari était mort quelques années plus tôt.


"Elle va bien. J’ai l’impression que je la vois encore moins depuis qu’elle est à Poudlard qu’avant. Mais ça veut dire qu’elle sociabilise, c’est pas plus mal. "


Sa fille n’avait pas de mal à se faire des amis. A se demander de qui elle pouvait bien tenir ça. Sûrement pas de Zeld’, elle et la sociabilité, ça faisait deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1365
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Mar 9 Nov - 11:19

"Soit."

Pomona sourit, c’était typique de la part de Zelda, quand la jeune fille lui promettait son aide, elle ne s’adonnait qu’à de minimes protestations qui ne venaient agrémenter la conversation que pour être oubliés quelques instants plus tard.

En même temps, Pomona était ravie que l’infirmière réagisse ainsi, devoir essuyer un refus de sa part aurait grandement déçu la verte et argent, de même qu’elle aurait rendu leur conversation à venir plus tendue. Cela aurait en effet voulu dire que Zelda ne comprenait pas Pomona, et cette-dernière se plaisait à penser que l’infirmière était justement l’une des rares personnes à y parvenir (avec Miyria).

Il n’y aurait pas de conversation tendue, cela était allé de soi, en vérité, en dépit des appréhensions de la jeune fille, qu’elle avait rapidement abandonné au profit de ce rare sourire qui n’était donné à voir qu’à un nombre limité de personnes.


"Elle va bien. J’ai l’impression que je la vois encore moins depuis qu’elle est à Poudlard qu’avant. Mais ça veut dire qu’elle sociabilise, c’est pas plus mal. "

Pomona ne se départit pas de son sourire. Elle aimait voir Zelda parler de sa fille, c’était son plaisir à elle, car l’infirmière n’avait jamais l’air aussi heureuse que lorsqu’elle parlait de sa charmante progéniture.

Pomona essayait d’imaginer ce que cela devait faire de travailler là où son enfant était scolarisé... En vérité, elle ne pouvait s’imaginer une chose pareille, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas l’intention d’avoir d’enfants à l’avenir... Tout comme elle n’avait pas particulièrement envie de se marier. Fonder une famille, devenir femme au foyer, ce n’était absolument pas son projet d’avenir.

C’était une des raisons pour lesquelles Pomona admirait Zelda, parce que même si elle avait été mariée, même si elle avait une fille, elle n’avait jamais oublié ses priorités. Pomona se demandait si la petite Louisa allait suivre les traces de sa mère. Sa curiosité naturelle la pousserait presque à s’intéresser davantage à cette petite, mais elle avait déjà trop à faire avec tous les sujets d’études qu’elle avait ces derniers temps.

La jeune fille n’avait aucun commentaire à faire au sujet de Louisa, même si c’était elle qui avait introduit le sujet. elle se contenta seulement d’acquiescer tranquillement avant de laisser son regard se perdre dans la grande salle.

La piste de danse s’était un peu remplie, Aulne poursuivait sa danse tout à fait particulière, rejointe par la petite Lauraleen, plusieurs couples dansaient, Jedusor et Hornby (en somme, il se passait véritablement quelque chose d’étrange et d’inexplicable au sujet de ces deux-là), Chaser et Stinwick... un très court instant, car la jolie blonde superficielle, perturbée par on ne sait quoi, entraîna rapidement son petit ami vers le buffet.

Pomona les suivit du regard, jusqu’à ce que son regard tombe à son tour sur ce qui avait perturbé Stinwick. Hamilton, la petite amie de Jedusor, était apparemment dans un état d’ébriété avancée. Le regard de la jeune fille se tourna vers l’infirmière.


 "Il faut intervenir, vous pensez?" demanda-t-elle d’un ton détaché, se moquant bien de ce que la pauvre Hamilton pouvait endurer à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Au coeur de ces ténèbres-là   Sam 20 Nov - 15:10

Même si Zelda aimait beaucoup Pomona, et qu’en faire son ami lui aurait bien plu, il était plutôt naturel qu’elles ne trouvent rapidement absolument rien à se dire. Déjà, toutes les deux, elles n’étaient pas franchement sociales et ne parlaient pas des masses aux autres, et ensuite, il y avait la différence d’âge. C’était pas très sympa, comme pensée, ça lui donnait tout de suite la sensation d’être une vieille peau, mais c’était comme ça, Zelda était plus âgée, et elle était déjà entrée dans la vie active, elle faisait partie des adultes, elle n’avait pas à faire copain-copain avec les élèves de poudlard, et même si ces élèves étaient en dernière années et très mâtures pour leur âge. Pomona ne dit rien de plus pour agrémenter leur conversation. Logique, tout ce qu’il y a de logique. Et puis, ça devait sérieusement gaver Pomona, mine de rien, toutes ces histoires au sujet de Louisa. Pour Zelda, ça fille était un sujet de conversation intarissable, elle aurait pu passer des heures et des heures à parler à tout va de son petit ange, de son petit bijou, de son... enfin bref, c’était sa fille, et le seul être au monde qu’elle adorait autant, sa fille, quoi.

Zelda était prête à entendre un long silence suivre le cours des événements, parce qu’elles n’auraient plus rien à se dire. C’était souvent comme ça que ça se passait, l’une d’elles finirait par trouver une excuse pour prendre congé et puis voilà. Pourtant, elles aimaient bien se tenir compagnie, mais elles ne vivaient pas les mêmes choses, et puis Pomona était une fille très secrète, qui ne se dévoilait pas beaucoup, et Zeld’ avait appris d’expérience que moins on en disait, mieux on se portait, c’était comme ça. Sauf que non, la conversation ne s’arrêta pas là.

Zeld’ mit un certain temps avant de comprendre de quoi Pommy était en train de parler. Mais en suivant le regard de la jeune fille, elle comprit enfin. De l’autre côté du buffet, Hamilton, une élève à laquelle elle n’avait pas beaucoup à faire, pas l’élève à problèmes type, semblait avoir vraiment trop abusé du punch. C’était à prévoir. Dans ce genre de soirée, il y avait toujours des jeunes pour ne pas connaître leurs limites. Idiots.


"Je crains plus sur les mauvais conseils que pourraient lui donner la horde qui l’entoure que pour sa santé."


C’est vrai, Hamilton était beaucoup trop entouré, quand on est en état super avancé d’ébriété, c’est mieux d’être entouré, mais quand on est surentouré, comme elle l’était, là, c’était pas une bonne chose non plus, les mauvais conseils risquaient de fuser, et là, dans ce cas, il fallait craindre le pire.

"Tu as raison, je ferais mieux d’aller voir si tout va bien."


Elle n’invita pas Pomona à la rejoindre, elle aurait qu’à faire comme elle le voulait. Elle, elle se dirigea jusqu’à Hamilton, histoire de contacter l’ampleur des dégâts. Et elle craignait le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au coeur de ces ténèbres-là

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Au coeur de ces ténèbres-là
» Voyage au coeur des ténèbres. [Partie 2]
» Les ténèbres de mon coeur } Jo Benett
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: La grande salle. :: Le bal d'Halloween [terminé] :: Le buffet
-