AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours du Vendredi 01 Novembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le vieux fou citronné. Mr Lemon.
avatar
▌ Messages : 412
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Fumseck

QUI SUIS-JE?
Baguette: Baguette de Sureau
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Cours du Vendredi 01 Novembre   Dim 24 Oct - 4:53

Cours de Métamorphose du Vendredi 1er Novembre à 10h

Professeur Albus W.P.B. Dumbledore

Music: Porco Rosso - Jidai no Kaze

Un bruit de goutte à goutte, une atmosphère humide et sombre. Il était évident que les toilettes des filles n'étaient plus employées et nettoyées depuis l'année dernière. Depuis que Mlle McGrow avait été victime de cette tragédie et surtout depuis que son âme avait élu domicile ici. Le cœur du vieux professeur se serra: quelle pitié. Un esprit aussi jeune bloqué à jamais ici et ce pour une durée plus qu'indéterminée. La mort l'avait surprise et ne lui avait pas laissé le temps de réaliser, de comprendre que la mort l'accueillait. Quelque part Dumbledore était furieux contre lui-même. Il ne savait toujours pas ce qui avait pétrifié cette élève dans une éternelle expression d'horreur. Des idées lui étaient passé dans sa tête de génie et il y en avait une plus cohérente que d'autre. Mais aucune preuve si ce n'était son formidable instinct, rien de concret à part des suppositions. Des soupçons qui l'amenait à penser que Tom Jedusor n'y était pas étranger et qu'il pouvait trouver des réponses sur le lieux du crime. Adossé aux robinets, il inspectait et analysait toutes les indices qu'il avait déjà en sa possession. Il aurait voulu parler avec la jeune Myrtle, mais elle n'était pas là. Il soupira en pensant que le nouveau fantôme devait encore hanter cette élève de sixième année. Si Horace ne faisait rien en tant que directeur de Serpentard, il devrait avoir une petite discussion avec lui et peut-être devrait-il intervenir. Enfin... il se releva et fit quelques pas, ses bottes claquant sur le carrelage et sa cape écartant l'eau qui se trouvait au sol grâce au sortilège d'imperméabilité. Perdu dans ses pensées, il ne vit pas le petit serpent sculpté sur le robinet où il s'était appuyé. A moins que, pour d'obscures raisons, ce ne soit volontaire. Comment savoir avec Albus Dumbledore? Le sorcier mit sa main dans la doublure de sa cape et en sortit une étrange montre à douze aiguilles. Neuf heures cinquante-huit... Les élèves n'allaient pas tarder à transiter du cour de botanique à la salle de métamorphose. Dans un bruissement de cape et un claquement de botte, le professeur Dumbledore quitta les toilettes du deuxième étage.

L'ambiance de Halloween était encore omniprésente dans le château. Le bal s'était déroulé sans encombre la veille et il ne doutait pas que certains élèves s'était couché plus tard que de raison. Aussi avait-il concocté un cour de son cru pour garder les survivants du bal éveillé. Laissant ses pensées sombres de côté, il sourit à cette dernière idée. D'ailleurs cela lui rappela que la salle de métamorphose était elle aussi décorée. Les elfes de maison n'avaient pas lésiné cette année et avait été dans tout les recoins du château, parfois à sa grande surprise. Aussi la salle de métamorphose n'avait pas échappé à cette règle. Il pensa au magnifique chaudron qui trônait au fond de la classe et qui était garnie des friandises de la veille, avec bien entendu quelques petits rajouts personnel du vieux gourmand. Il entra dans la salle d'un pas enjoué, un sourire tranquille derrière ses lunettes en demi-lune. Impossible de savoir que le vieux sorcier continuait de cogiter sur ses petites théories. Il laissa la porte ouverte et alla s'asseoir derrière son bureau. Il sorti une plume et un encrier venant de trouver une nouvelle idée sur les propriétés de sang de dragon, qu'il inscrivit d'une écriture fine et verte sur un parchemin. Et oui quand on est Albus Dumbledore on fait toujours plus de deux choses en même temps. Il redressa la tête en souriant lorsqu'il entendit les premiers élèves arriver.



[Si vous arrivez en retard il faudra en assumer les conséquences. Sinon vous pouvez faire comme si vous aviez suivi le cours depuis le début. A vous de voir. Bon Rp!]https://www.youtube.com/results?search_query=porco+rosso+jidai+no+kaze&aq=f


Dernière édition par Albus Dumbledore le Mar 4 Jan - 20:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 2790
Humeur :
80 / 10080 / 100

En couple avec : Lexie (chut !)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de pommier et bave de crapaud cornu
Camp: Mal
Avatar: Megan Prescott

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Lun 25 Oct - 18:18

    Pouah!! Dur dur, le réveil des lendemains de fête! Melody lutta un moment contre le bruit insistant de son réveil, jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible pour elle de l’ignorer... et que tout le monde soit réveillé autour d’elle, s’agitant dans tous les sens. Non mais vraiment! Quelle idée d’organiser un bal la veille d’une journée de cours. Et d’une journée de cours qui pour elle démarrait à 8h tapantes, en plus! C’était de la torture et rien de plus. Si seulement le 31 octobre avait pu tomber un vendredi ou un samedi. Ou si seulement leur premier novembre était férié (il lui semblait très vaguement que c‘était le cas, quelque part en Europe - elle avait retenu cette information uniquement parce qu‘elle lui donnait un prétexte pour râler joyeusement à chaque lendemain d‘Halloween). Les personnes qui organisaient leur calendrier en Angleterre ne devaient pas avoir de vie sociale, sinon ils auraient forcément compris à quel point les lendemains de fête comme celui-ci étaient sacrés et nécessitaient une sieste d’au moins vingt-quatre heures (cérémonie dludienne oblige). Melody se tourna et retourna dans son lit à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il ne lui fut plus possible d’ignorer le mouvement qui se faisait tout autour d’elle, et qui l’invitait implicitement à se lever, elle aussi. Elle s’étira longuement avant d’enfin accepter de se redresser sur son lit, ses draps tombant à la hauteur de ses cuisses. Quelle nuit! Elle avait l’impression de ne pas avoir dormi du tout... et cette impression était plutôt fondée étant donné qu’il était 7h du matin, et qu’elle n’avait rejoint son dortoir qu’aux environs de 4h. Certes, sachant qu’elle devait avoir botanique le matin-même, elle aurait tout à fait pu se montrer raisonnable et ne pas attendre la dernière minute pour quitter la fête, mais Melody n’était pas quelqu’un de raisonnable, au contraire, moins les choses étaient raisonnables, plus elles lui plaisaient, même si le lendemain, elle devait assumer les conséquences de ses actes et ne s’en prendre qu’à elle-même si elle se sentait exténuée et tenait à peine debout.

    Elle finit par se lever complètement, tentant d’aplatir sa tignasse rousse , qui ne tenait jamais en place quand elle dormait (et encore moins après un sommeil certes court mais pour le moins agitée), avec la paume de sa main. Elle sentait déjà qu’elle devait se trouver dans un état lamentable, le miroir de la salle de bain lui en donna la confirmation. Ce n’était pas Melody qui la regardait, là, de l’autre côté de la glace, mais une pâle copie d’elle-même, presque aussi blanche qu’Olive au naturel, le contour des yeux bruni par de lourdes cernes. Rattraper les dégâts s’annonçait devoir être une tâche difficile, que Melody essaya tout de même d’effectuer, toujours très attentive à son image. Aidée par le maquillage qu’elle avait chipé à sa mère avant son départ (bien que cette-dernière soit absolument contre le fait que sa fille de 14 ans se maquille déjà, ça faisait mauvais genre, selon elle), elle parvenait déjà à un résultat un peu plus convenable (quoi que les dégâts n’étaient pas complètement rattrapables), qui fut encore aidée par les quelques breloques que la jeune fille déposa un peu partout sur son sac, ses vêtements, ses chaussures... tout ce qu’elle portait, en gros. Melody refusait de s’habiller comme tout le monde, et même lorsqu’elle devait porter l’uniforme, il fallait toujours qu’elle y ajoute une touche de couleur... Quelques pompons, bouts de ficelle, pins et autres venaient toujours égayer ses tenues. Et ça la mettait elle-même de meilleure humeur quand elle était un peu morose (ou tout simplement fatiguée comme maintenant).

    Une fois convenablement habillée, et un peu rafraichie par sa douche matinale, Melody s’empressa d’aller prendre un copieux petit-déjeuner en compagnie des deux amours de sa vie : j’ai nommé Lysandre et Linus. Le simple fait de pouvoir bavarder un peu avec eux avait le pouvoir de la ragaillardir, et elle se sentait presque en forme lorsqu’elle se rendit en direction des serres de botaniques, la peau caressée par le vent frais de ce début de novembre, qui avait l’effet bénéfique d’achever de la réveiller. Le cours de botanique se passa sans trop de problèmes, si ce n’est que Melody eut à plusieurs reprises la tentation de piquer du nez... et même si elle se sentait toujours aussi vannée, Melody avait retrouvé tout l’enthousiasme qui la caractérisait. Après tout, c’était qu’un mauvais moment à passer, tous ces cours. Ce soir, ce serait le week-end, et elle aurait tout son samedi et son dimanche pour rattraper son sommeil.

    C’est forte de cette conviction qu’elle monta les marches qui menaient au premier étage afin d’assister au cours de métamorphose. Une chance pour elle, les cours du vendredi matin n’étaient de loin pas les pires de la semaine, et même si Melody n’était pas l’élève la plus brillante qui soit en métamorphose, elle avait toujours beaucoup de plaisir à assister aux cours de Dumbledore. Ce prof arriverait à rendre n’importe quoi intéressant. C’était son opinion, en tous cas. Elle entra dans la salle de classe, accompagna son « bonjour » au professeur de métamorphose d’un large sourire et alla s’installer à sa place de prédilection (au fond, près de la fenêtre) attendant d’être rejointe par Linus ou Lysandre, qui étaient habituellement ses voisins de table, en tous cas ses préférés.

_________________
- A glimmer of hope -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1638
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Mar 2 Nov - 11:18

Pomona ouvrit un oeil, puis l'autre. Elle s'était réveillée avant que son réveil ne s'en charge. Ce n'était pas pour déplaire à notre misanthrope qui détestait par dessus tout être levée par le cri strident de son réveil.

Elle l'éteignit avant qu'il ne sonne, afin qu'il ne perturbe pas le sommeil de ses voisines. Elle n'avait pas particulièrement de respect pour elle, mais elle n'avait pas envie d'avoir avec elles une conversation matinale et forcément déplaisante juste parce qu'elle avait eu la bêtise de les réveiller. Qui plus est, elle ignorait si elles avaient ou non dans l'intention de se lever ce matin.

Pomona n'en était pas convaincue. Après tout, pour beaucoup, la soirée de la veille avait été plutôt mouvementée, et personne n'a envie de se réveiller un lendemain de fête. Personne à part Pomona, peut-être. ça ne la dérangeait pas, et d'ailleurs, elle se sentit aussi bien réveillée que si elle avait pu dormir plus longtemps encore.

Elle avait du temps devant elle (elle ne prenait jamais de petit déjeuner), elle aurait donc peut-être le temps de finir le livre qu'elle était en train de lire avant d'aller à son premier cours de la journée.

S'emparant du fameux livre (Le portrait de Dorian Gray, O. Wilde), de son sac de classe préparé la veille et de son uniforme, elle quitta son dortoir, et après s'être douchée et habillée, elle se dirigea vers la salle commune.

A part quelques élèves encore un peu endormis (ou qui s'étaient peut-être endormis là sans avoir le courage de monter jusqu'à leurs dortoirs à la fin du bal) ça et là, la salle commune était vide. Tant mieux, Pomona pourrait ainsi profiter d'une agréable solitude.

Elle se positionna sur un fauteuil et entre deux regards à sa montre, elle finit de lire son livre. Elle eut exactement le temps qu'il fallait pour pouvoir le terminer, quand elle en lut le point final, sa montre lui indiquait qu'il était grand temps qu'elle se rende en cours.

Elle mit son livre dans son sac et quitta la salle commune. Tous les couloirs étaient également déserts, il n'y aurait apparemment pas beaucoup d'élèves en cours aujourd'hui, toutes des petites natures. Pomona aussi, se sentait un peu plus fatiguée que d'habitude, mais étonnamment bien. Sa soirée, elle l’avait passé à seconder celle qu’elle pouvait qualifier de mentor à ses yeux, Zelda Sparkley, et pour elle, c’était une bonne soirée.

Arrivée au premier étage, elle constata en effet qu’il n’y avait que peu d’élèves présents pour le moment, et que la salle ne se remplirait sans doute pas beaucoup plus.


"Bonjour monsieur!"

Sans un mot de plus ni un autre regard à Dumbledore, elle alla s’installer un peu en arrière, à sa place de prédilection, qui lui permettait d’avoir une vue d’ensemble de la pièce et de pouvoir observer un peu tout le monde.

Elle déposa ses affaires sur la table, et tout en jetant un coup d’oeil aux élèves déjà présents, elle attendit que le cours commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11689
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Lun 8 Nov - 11:33


    Tom n'avait jamais besoin de beaucoup de sommeil, il était habitué à veiller tard, bien après que tout le monde se soit endormi, et à se lever tôt, bien avant que tous les autres soient réveillés. Il n'avait jamais le sentiment d'être fatigué, peut-être parce que son corps était habitué à un minimum de sommeil, et avait renoncé à en réclamer plus. Il était donc le dernier que la nuit précédente, aussi agitée avait-elle pu être, pouvait incommoder. Il en était d'ailleurs plutôt satisfait, de cette soirée. Il avait pu parler à Olive, il avait trouvé une raison pour anéantir Daniel un peu plus que d'habitude (ce qui était, il devait bien l'admettre, l'un de ses passe-temps préféré). Seul bémol : Lou... Dans des moments comme celui d'hier, il regrettait largement d'avoir voulu s'embarrasser d'une petite amie. A présent, il devait fournir des efforts idiots pour rassurer l'esprit de la jeune fille, qui était parvenue, allez savoir comment, à se faire des films au sujet de lui et de Lou. Oh bien sûr, il aurait tout simplement pu se séparer d'elle et en chercher une autre, mais ce serait un gaspillage d'effort profondément inutile. D'autant plus que Lou était la petite amie idéale, pour lui : trop aveugle pour réaliser la stupidité de ses sentiments, au point de s'imaginer par moments des scénarii pour le moins insensés.

    Comme à son habitude, Tom s'était donc réveillé avant les autres, exploit d'autant plus facile et évident ce matin là que, de toute évidence, ceux qui partageaient sa chambre étaient fermement décidés à ne pas se lever. Tant mieux, s'épargner la compagnie d'au moins quelques abrutis serait une excellente chose. Il quitta le dortoir aux environs de 6h. Il n'y avait rien d'utile à se lever aussi tôt, mais il était naturellement habitué à des réveils aussi matinaux (même plus matinaux en temps normal). Dormir, à ses yeux, était une perte du temps inutile, un moment de faiblesse induite par cette condition d'humain qu'il détestait par dessus tout. Lorsqu'il dormait, il était vulnérable, et cette idée le répugnait. Il ne dormait que d'un demi sommeil, et s'était épargné l'idée de rêve depuis bien longtemps. Ses nuits étaient noirs et vides, juste ponctuées des bruits extérieurs dont il ne faisait jamais abstraction. Pour beaucoup, cette situation aurait sans doute été insupportable, pour lui, elle était la meilleure qui soit, et elle lui permettait un temps de solitude que beaucoup préféraient combler par un somme. Il s'était installé dans la salle commune, avait gratté deux trois informations sur un parchemin, à l'aide de sa plume. Il mettait en place les derniers détails de son projet... qui ne tarderait plus à aboutir, à présent. La salle commune demeura vide un long moment. Certains allaient et venaient, d'autres décidaient de rester, mais ce n'était que pour s'affaler sur un fauteuil et se rendormir aussitôt, rien qui ne puisse le déranger.

    Un peu plus tard, Pomona Fitz fit également son entrée dans la salle commune. Elle s'était posée dans un coin, et avait ouvert un livre. De toute évidence, elle n'avait pas remarqué sa présence, ou bien elle avait tout simplement décidé de l'ignorer, comme c'était souvent le cas. Intrigante Pomona. Tom l'aurait jugé assez intelligente pour pouvoir le rejoindre, mais de toute évidence, elle n'était fidèle qu'au carnet qu'elle baladait toujours avec elle, et se méfiait de lui, tandis qu'elle avait l'air de chercher à se rapprocher de tous ceux qui l'entouraient. Un élément comme elle avec lui lui aurait été d'une aide précieuse, mais la jeune fille n'ayant pas l'air véritablement conciliante, c'était une idée que Tom avait finit par abandonner. Le temps s'écoula à son rythme, ponctué par l'incessant passage d'élèves à l'air égaré, qui tantôt s'effondraient sur un canapé, tantôt cherchaient à se réveiller à l'aide des grands verres de jus de citrouilles qui les attendraient dans la grande salle, et enfin, il fut l'heure de se rendre en cours.

    Tom était toujours partagé, quant au cours de métamorphose. Même avec toute la mauvaise volonté du monde, il était bien forcé d'admettre que les cours de Dumbledore était excellent. Le problème venait du professeur en soi, Tom ne le supportait pas, il ne le supportait pas parce qu'il était l'un des seuls à comprendre ce qui se passait, et de quoi il était capable, et le serpentard était convaincu que Dumbledore avait plus que des doutes au sujet de la chambre des secrets. Il n'aimait pas Dumbledore parce qu'il devait faire avec lui des concessions qu'il s'épargnait avec tous les autres. La suffisance de l'héritier lui permettait généralement de s'affirmer bien plus intelligent et puissant que n'importe qui.... mais Dumbledore n'était pas n'importe qui, il était tout aussi, voire peut-être même plus (et cette idée le répugnait au plus haut point) puissant que lui. Un adversaire de taille qui, qui plus est, paraissait voir clair dans son jeu.

    Entrant dans la salle de cours, cela n'empêcha pas à Tom d'adresser à Dumbledore un
    "bonjour professeur" du ton le plus poli (hypocrisie, quand tu nous tiens) du monde avant d'aller s'installer à sa place habituelle. Vers l'avant, puisque c'est ce que font les élèves propres sur eux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1200
Humeur :
60 / 10060 / 100

En couple avec : Lysandre

QUI SUIS-JE?
Baguette: 17.5 cm en Vigne avec un crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Aaron Taylor-Johnson

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Lun 8 Nov - 22:05

    Linus se leva ce matin avec un mal de tête, mais ce qui était plutôt logique, aprés la soirée qu'ils avaient tous passé à danser et à s'amuser. Mais bon le matin, avec la reprise des cours, n'était pas du meilleur gout, surtout pour la tête du pauvre Linus. Déjà qu'il avait du mal à se concentrer en temps normal, alors avec ce mal de tête. Peut-être devrait-il passer à l'infirmerie prendre une potion pour le revigorer. Il soupira et s'extirpa du lit, pour aller prendre une douche et se préparer pour aller en cours. Aprés s'être lavé et habillé, il se rendit dans la grande salle, et comme à son habitude, pris le petit déjeuner avec Lysandre et Melody...

    Puis, il alla à son cours d'Arithmancie, pendant que Melody et Lysandre allait à leur cours de Botanique, ensuite ils se retrouveraient pour le cours de Métamorphose avec le Professeur Dumbledore. Le jeune homme aimait bien ce professeur, il était un des rares à lui donner une chance, et à tenter de lui faire prendre confiance en lui... Aprés le cours d'Arithmancie, il descendit vers le premier étage pour arriver au cours du professeur Dumbledore. En chemin, il croisa une autre élève du cours, mais c'était une Serpentard, et il n'aimait pas particulièrement les élèves de cette maison, sauf Pomona qui avait toujours était une bonne amie pour lui, même si ces derniers temps, elle se faisait distante, depuis le début de l'année en fait...

    Il s'arrêta devant la porte de la salle, et répéta dans sa tête,

    *Courage, chance, confiance*
    Puis il entra dans la salle de classe, et vit que plusieurs élèves étaient déjà là, il souhaita le bonjour au professeur Dumbledore, et aperçut Melody, il se dirigea droit vers elle, et posa ses affaires sur la place de libre à ses côtés. Il sourit et s'installa prés d'elle, avec un parchemin sur sa table, une plume à la main, prêt à prendre toutes les notes qu'il faut pour son cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 4143
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : ...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Lun 15 Nov - 21:17

    Luna s'étirait de long en large, tout en poussant un bâillement si aigu qu'il eut pour effet de réveiller à peu près toutes ses voisines de chambre. Luna s’en moquait un peu. Oh elle n’avait jamais eu l’intention d’être vraiment méchante avec elles, mais toutes, autant qu’elles étaient, elles le lui rendaient trop bien pour que Luna ait encore envie de se soucier d’elles (si on oublie Lena, qui était un cas un peu particulier.. voir trop particulier pour que Luna ait vraiment eu l’occasion de savoir si elles s’entendaient ou non). Apparemment, elles la trouvaient bizarre... Il y avait des choses qui ne changeaient pas, quelque soit l’époque, la seule différence avec les années 90, c’est que dans les années 40, sa bizarrerie attirait la sympathie de certains alors que dans l’époque qui lui était propre elle attirait avant tout de la moquerie. Comme elle n’attaquait pas, la jeune fille préférait ignorer, et quand on lui râlait dessus ou lui lançait des oreillers au visage, elle faisait comme si de rien n‘était. C’est donc tout à fait stoïque qu’elle quitta son lit, sous le regard ébété de quelques unes de ses camarades, qui de toute évidence avaient un léger coup dans l’aile.

    Luna n’était pas particulièrement fraîche non plus, elle avait passé tant de temps à danser de façon particulièrement absurde en compagnie de Lauraleen qu’elle avait l’impression qu’il n’existait aucun muscle dans tout son corps qui ne lui fasse pas mal... Rien que marcher était déjà une épreuve très douloureuse, mais Luna la surmontait avec le sourire. ça avait valu la peine, et puis, il y a des choses qui font beaucoup plus mal que ça. Elle se souvenait d’un des derniers articles du Chicaneur qu’il lui avait été donné de lire, un sorcier du Missouri s’était fait dévorer le bras par un Groggiddle. Lui, il devait avoir bien plus mal qu’elle. D’autant plus que ces bestioles ont de toutes petites dents, le temps que le bras soit entièrement arraché, il devait avoir eu le temps de souffrir. Le coeur de Luna se serra un peu à la pensée de cette anecdote, pas à la pensée de ce pauvre type amputé du bras, de toute manière, à l’heure qu’il était, il possédait encore techniquement tous ces membres, mais à celle que le Chicaneur, à cette époque, n’existait purement et simplement pas. Ne pas recevoir son chicaneur au petit déjeuner faisait partie de ces rituels qui lui manquaient terriblement, parce que par extension, cela la rappelait au fait que son père lui manquait, bien sûr, mais pas seulement, ça la rendait nostalgique de beaucoup de choses. Etre nostalgique du futur... Quand on y pense, c’est assez étrange, tout de même, beaucoup plus étrange, en tous cas, que ce qui passait pour étrange aux yeux de beaucoup et faisait qu’on traitait Luna de folle. Il y aurait sans doute de quoi écrire des choses intéressantes, là dessus, en fait, il faudrait qu’elle fasse quelque chose, là-dessus. La situation n’était pas toujours amusante, ici, mais dans le fond, qui pouvait espérer vivre un truc pareil? Et puis, il y avait des bons côtés, elle avait vraiment passé une excellente soirée, la veille. En fait, cet Halloween là devait bien faire partie des meilleurs qu’elle ait passé.

    ... Et puis, même si elle devait se lever tôt le lendemain, peu importe, elle aimait bien la journée du vendredi, la botanique était une matière qui avait toujours éveillé son intérêt, quant à la métamorphose eh bien... avoir Dumbledore pour professeur était autant un privilège que quelque chose qui semblait tellement surréaliste à la serdaigle qu’elle n’en revenait pas encore, même après deux mois de cours. Dumbledore était évidemment un excellent professeur, mais plus que cela encore, il était la présence rassurante qui semblait comme le point d’attache leur permettant de ne pas complètement se perdre dans cet autre poudlard. A chaque fois qu’elle allait à son cours, elle avait cette légère impression d’être de retour, d’être chez elle, et rien ne pouvait lui faire plus plaisir. C’était donc un peu fatiguée et très courbaturée mais particulièrement enthousiaste que Luna était allée en cours de botanique et qu’elle se rendait à présent en métamorphose.


    « Bonjour, bonjour! » salua très largement Luna avant de s’installer au hasard des tables libres, après s’être assurée que Ginny ou un autre voyageur ne se trouvait pas déjà là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6427
Humeur :
85 / 10085 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Mer 8 Déc - 14:34

(avant le cours privé de Tom!)

    Jo ne s'était pas couché trop tard malgré la bal. Sans doute parce qu'il avait vite coupé court aprés le spectacle assez pathétique, il fallait le dire, que Lou avait offert à tout le monde. La jeune Serpentard, se doutait que ce n'était pas facile de sortir avec un garçon tel que Tom, surtout aprés ce que lui avait sa cousine. Mais elle ne pouvait pas le dire, elle sentait que la jeune fille avait trop parlé. Elle avait les yeux ouvert, et regardait le plafond de son dortoir, il fallait se lever et aller en cours, mais aprés ce serait le week-end, et elle pourrait se reposer. Elle sortit les pieds du lit et les posa doucement sur le sol, elle étira ses bras et se leva, pris quelques affaires, et alla dans la salle d'eau pour prendre une douche et s'habillait.

    La douche lui fit du bien, et la réveilla un peu. Les autres filles de son dortoir n'étaient plus là quand elle en sortit. Elle crut avoir raté l'heure et commença à paniquer, mais elle avait encore le temps de se rendre dans la salle du professeur Dumbledore pour son premier cours, malheureusement, elle devrait faire l'impasse sur le petit déjeuner. Elle brossa en vitesse ses longs cheveux, pris son sac, et s'élança dans le couloir pour atteindre la salle de cours. Elle reprit sa respiration, et se calma un peu avant d'entrer dans la classe, la plupart des élevés étaient déjà là. Jo entra dans la pièce et salua le professeur.

    "Bonjour, professeur"! . Elle sourit et se mit en quête d'une place pour assister au cours. Elle s'installa à une table toute seule, et sortit ses affaires pour prendre des notes, plumes, parchemin, et encre. Heureusement que tout est toujours dans son sac ou presque... Elle croisa ses bras sur la table, et attendit tranquillement que le cours commence, en sentant son petit ventre gargouillait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux fou citronné. Mr Lemon.
avatar
▌ Messages : 412
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Fumseck

QUI SUIS-JE?
Baguette: Baguette de Sureau
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Ven 7 Jan - 1:13


    Dumbledore prit le temps de noter que dans un cas bien particulier de nouvelle lune, une nuit où Orion se trouve à la droite de Jupiter le sang de dragon était... Après tout, Hagrid était incapable d'amener volontairement un autre élève à une mort certaine, l'aveuglement et le besoin d'un bouc émissaire était quelque chose d'impressionnant lorsqu'on y repensait... Ainsi le sang de dragon permet à quiconque l'emploi dans un tel cadre... Horace avait l'air perturbé ces derniers temps, il trouvait cela intriguant, qu'est-ce qui pouvait le pousser à laisser de côté son vin d'hydromel aussi longtemps?... Prendra alors une belle couleur or, cette étape primordiale de la création d'une... Ces nouveaux élèves lui avait amené avec eux un nombre incalculable de questions. Il fallait aussi qu'il pense à trouver un moyen de les renvoyer chez eux au plus vite. Merlin... Il y avait tellement de choses à faire. Pour sûr il ne pouvait pas mourir d'ennui, quand bien même il le souhaiterai. Ce qui n'était bien entendu pas le cas. Il termina sa phrase d'un geste précis, net, et releva des yeux malicieux de son parchemin.

    -Bien, nous allons pouvoir commencer.

    La porte de la salle se referma d'elle-même. Enfin presque, il semblait qu'elle ne s'était pas très bien claquée et elle s'était rouverte légerement. Les retardataires pourraient se faufiler dans la salle et peut-être qu'avec un minimum de discrétion échapperai aux yeux du vieux professeur. Ce dernier s'était levé de sa chaise et posait un regard bleu pétillant sur ses élèves, sans se soucier de ladite porte. Il s'avança de quelques pas. Albus adorait faire cours. Pas parce qu'il était le centre de l'attention ou quoi que ce soit de ce genre. Mais tout simplement parce qu'il aimait enseigner et qu'il prenait un malin plaisir d'entremêler les connaissances qu'il possédait et ses convictions.

    -Je vous souhaite donc une bonne journée. Certains d'entre vous ont, je crois, eu une nuit que je qualifierai de courte...

    Il adressa un petit sourire aux élèves qui commençaient déjà à repiquer du nez. Ils avaient la force ou le réflexe mécanique de venir en cours. Ils avaient déjà remporté une grande partie de leur journée.

    -Je vous demanderai donc d'avoir l'amabilité de ne pas vous endormir lors de mon cours. Ou du moins d'avoir la courtoisie de le faire silencieusement en évitant ronflements et autre bruits de la même espèce.

    Tout en continuant de parler il avait marché le long des rangées de pupitre pour faire un rapide tour de la salle, afin de s'assurer (bien inutilement il le savait bien) que rien ne manquait pour réaliser sa petite leçon de la journée et aussi pour apercevoir les rayons du soleil qui parvenait difficilement à percer les nuages de ce premier novembre.

    -Le week-end n'est plus si loin, et je ne doute pas que vous pourrez tenir jusqu'à l'heure libératrice. Auquel cas je pourrais toujours me faire un plaisir de vous y aider.

    Son sourire s'élargit lorsqu'il croisa le regard fatigué mais déterminé de la jeune Melody Farsworth. Il porta de nouveau son regard sur la classe et reparti vers son bureau.

    -Les termes du contrat de la matinée étant fixé...

    Il se retourna faisant voltiger sa cape et ses cheveux mi-argentés, en donnant un petit coup de baguette.

    -... il est grand temps de débuter ce cours pratique.

    Apparu sur le bureau du professeur une citrouille toute banale comme les élèves en voyait depuis quelques jours. Enfin toute banale si ce n'était la taille de la citrouille. Celle-ci faisait bien la taille d'un petit poney et Dumbledore la regarda d'un air satisfait en laissant courir ses doigts fin sur sa peau orangée. Cela lui faisait penser qu'il avait une bouteille de jus de citrouille maison qu'il se ferait un plaisir de boire frais lorsque le temps redeviendrait plus clément.

    -Nous avons déjà vu le sort du Veraverto: transformer une souris en verre à pied.

    Un sort qu'il enseignait régulièrement et qui faisait parti des classique de la métamorphose. Un sort élémentaire en somme mais qui donnait toujours autant de mal aux élèves. Il était toujours satisfait de voir leur mines réjoui alors qu'il parvenait à une coupe ou un verre tout à fait acceptable. Chacun pouvait y parvenir, même Hornby. La serpentard avait réussi à faire de son corbeau une coupe de plumes noires ce qui, vu ses difficulté en métamorphose, était un exploit.

    -Aujourd'hui nous allons appliquer le même principe de transformation, sur un niveau légerement plus élevé et complexe. Une chose qui sera indispensable pour tout sorcier qui souhaite s'améliorer, s'élever vers de nouvelle sphère de maîtrise.

    Dumbledore avait dit cela sur un ton grave, emplit de signification à qui voudrait les prendre. Il laissa planer sur la classe un court silence, les rares élèves assoupis s'étaient redressés lentement en entendant le ton du professeur.

    -Aussi transformer une citrouille en calèche sera votre objectif de la matinée.

    Toute dramatisation, tout impression d'instant grave et important avait été brisé par la bonne humeur du professeur, son ton enjoué, limite enfantin et le sourire rayonnant qu'il affichait. Un vieux fou au final ce prof... En décomposant son mouvement afin que tous puisse le voir il dirigea sa baguette sur la citrouille.

    -"Ferit Media"

    La tige de la citrouille se mit à bouger et descendit du bureau doucement se développant à toute allure, s'entortillant dans tout les sens avant de prendre des formes rondes, qui devinrent le siège du cocher et les roues du futur carrosse. Tout en faisant cela la citrouille elle-même prit une forme plus régulière, plus lisse, se creusa pour former des sièges élégant et visiblement confortable. Un petit carrosse qui ne pouvait abriter qu'un futur professeur Flitwick se tenait désormais au pied du bureau de Dumbledore. Avec un petit haussement de sourcil, la couleur orange de l'ancienne citrouille s'estompa pour devenir un mélange de vert et de violet. De fine gravure courait sur le coche et Albus avait prit la fantaisie de faire quelques menues décorations à l'intérieur et à l'extérieur du fiacre.

    -Halloween est passé prenons d'autre gamme de couleurs.

    Il se retourna vers l'assemblée, un regard doux et espiègle sur le visage. Les choses intéressantes allaient débutée

    -Mesdemoiselles Quibler et Bennet auriez-vous la gentillesse de sortir de cette armoire -une porte s'ouvrit- les courges que vous distribuerez à votre rangée. Pendant que Monsieur Jedusor et Mademoiselle Fitz distribueront celle de ce placard-ci -une autre porte s'ouvrit- Je vous remercie...Vos sujet d'exercice ne sont pas aussi imposants que le cucurbitacée que j'ai employé. Votre véhicule devra donc pouvoir tenir sur votre pupitre. Ayez de l'imagination, mais qu'elle ne vous envahisse pas et brouille le travail que vous voulez tout d'abord accomplir.

    Il retourna s'assoir derrière son bureau.

    -Bien entendu, je passerai dans les rangs. Oh! et n'hésitez pas à vous servir dans ce superbe chaudron. Ces bonbons sont sublimes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 2790
Humeur :
80 / 10080 / 100

En couple avec : Lexie (chut !)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de pommier et bave de crapaud cornu
Camp: Mal
Avatar: Megan Prescott

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Dim 9 Jan - 0:47

    A peine le professeur de métamorphose avait-il commencé à parler et à introduire son cours que Melody, déjà, sentit ses yeux se fermer d’eux-mêmes. Elle avait voulu être là, c‘est vrai, mais maintenant qu‘elle était assise, rattrapée par sa paresse, elle s‘interrogeait, pourquoi est-ce qu’elle était là? Pourquoi ne s’était-elle pas contentée d’être restée dans son lit comme n’importe quel individu normalement constitué après un lendemain de fête? Oui, Melody était quelqu’un d’enthousiaste, mais cet enthousiasme avait finalement ses limites... une limite appelée sommeil. Elle jeta un regard en biais à Linus, qui était allé s’asseoir à côté d’elle, dans l’espoir qu’il lui apporterait un peu du soutien moral dont elle avait bien besoin... ou que, faute de lui apporter le soutien qu’elle espérait, il lui montre qu’elle n’était pas la seule à rêver qu’un gigantesque oreiller vienne remplacer son cahier de cours. Elle évita de faire ce qu’elle faisait toujours dans ce genre de situations, à savoir s’octroyer une bonne paire de claque afin de se réveiller un peu. Elle aurait peut-être dû boire un peu plus de café ce matin. Du mieux qu’elle pouvait, elle fixait Dumbledore, évitant au possible de cligner les yeux, de peur que le moindre battement de cil ne la fasse sombrer dans un sommeil dont elle n’arriverait pas à se délivrer. Le professeur de métamorphose ne méritait tout de même pas qu’elle s’endorme en plein cours. D’autant plus qu’elle l’appréciait beaucoup, elle n’aurait pas aimé le décevoir... déjà que ses résultats en cours étaient loin d’être véritablement brillants dans cette matière. Melody se fit d’autant plus un devoir de tenir le choc que Dumbledore sembla s’adresser à elle en personne, quand il encouragea tout le petit monde réuni dans cette salle de cours de ne pas céder à la fatigue avant le week-end.

    Melody réprimait un bâillement tandis que le professeur de métamorphose leur expliquait en quoi consisterait le cours. En d’autres circonstances, Melody aurait véritablement apprécié l’exercice, et la démonstration du professeur, qui venait de leur offrir un spectacle assez grandiose aurait été tout à fait à son goût. Malheureusement, elle était un peu trop endormie pour réussir à l’apprécier à sa juste valeur. La première pensée qui lui vint à l’esprit fut qu’elle faisait peut-être un rêve vaguement tordu qui mélangerait quelques divagations de contes de fée à une situation connue... la seconde fut qu’elle ne serait jamais capable de faire la même chose que leur professeur. En même temps, c’était une réflexion qu’elle se faisait assez systématiquement. Logique, l’élève qu’elle était savait bien qu’elle ne dépasserait jamais le maître.

    Pendant qu’on leur distribuait le matériel nécessaire à leur exercice, Melody agrippait sa baguette. Elle tentait de se concentrer au maximum sur ce qu’elle devait faire, sur le sortilège que Dumbledore venait de prononcer. Quand une courge lui arriva sous le nez, elle n’avait toujours pas abandonné sa lutte contre Morphée. Un oreiller... ce qu’elle rêvait d’un oreiller... Non. Pas d’oreiller. Il fallait qu’elle se concentre. Qu’elle se concentre. Ou peut-être qu’elle aille se chercher un bonbon. Non. Concentration. Fera medi. Euh. Non. Medio Fere. Zut. Elle n’allait quand même pas lui demander de répéter la formule. Mince, elle n’avait pas arrêté de se la répéter il y a quelques secondes, pourtant. Heureusement pour la jeune fille, bientôt, tous les élèves se mirent au travail, et la formule se fit entendre de toute part. Ferit Media. Ferit Media. Allez, un peu de concentration et...


    « Ferti meer.. » Elle retint au dernier moment la grossièreté qu’elle était sur le point de prononcer.

    Il fallait qu’elle se ressaisisse. ferit Media. C’était facile. Aucune raison pour que sa langue fourche. Une nouvelle fois, elle orienta sa baguette en direction de la courge.


    « Ferit Media. »

    Cette fois, elle avait prononcé la bonne formule. Seulement, sous l’effet de la confusion et de la précipitation, elle n’avait pas une seule seconde réfléchi au résultat qu’elle souhaitait obtenir. ça se voyait. Puisqu’au final, sa courge ne ressemblait à rien. Ou si, à un oreiller qui avait l’air affreusement confortable, surmonté de deux roues qui semblaient avoir la douceur et la mollesse de rondelles de shamallows. Bon. Ok. Oui. D’accord. Autant dire que ce n’était pas vraiment concluant. Pas du tout concluant. Raa zut. Zut et rezut. Il avait vraiment l’air trop confortable, cet oreiller.

_________________
- A glimmer of hope -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1638
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Ven 14 Jan - 16:00

"Bien, nous allons pouvoir commencer.Je vous souhaite donc une bonne journée. Certains d'entre vous ont, je crois, eu une nuit que je qualifierai de courte...Je vous demanderai donc d'avoir l'amabilité de ne pas vous endormir lors de mon cours. Ou du moins d'avoir la courtoisie de le faire silencieusement en évitant ronflements et autre bruits de la même espèce. Le week-end n'est plus si loin, et je ne doute pas que vous pourrez tenir jusqu'à l'heure libératrice. Auquel cas je pourrais toujours me faire un plaisir de vous y aider. Les termes du contrat de la matinée étant fixé, il est grand temps de débuter ce cours pratique."

Pomona jeta un rapide coup d'oeil autour d'elle, comme elle se plaisait souvent à le faire. Loin d'être affairés, la plupart des élèves peinaient déjà à garder les yeux ouverts. Ce cours promettait des résultats intéressants, et la serpentard était curieuse de découvrir ce qui les effets de la fatigue pouvaient avoir comme influence sur un sortilège de métamorphose.

"Nous avons déjà vu le sort du Veraverto: transformer une souris en verre à pied. Aujourd'hui nous allons appliquer le même principe de transformation, sur un niveau légerement plus élevé et complexe. Une chose qui sera indispensable pour tout sorcier qui souhaite s'améliorer, s'élever vers de nouvelle sphère de maîtrise. Aussi transformer une citrouille en calèche sera votre objectif de la matinée."


Elle-même était curieuse de savoir quels seraient ses propres résultats. Elle n'était pas plus fatiguée que cela, mais s'étant tout de même couché plus tard qu'à l'accoutumé, elle devrait ressentir, d'une manière ou d'une autre, les effets de la fatigue. Tout était une question de physiologie. Etant un être humain, elle n'était pas exempte de ce genre de contraintes.


"Mesdemoiselles Quibler et Bennet auriez-vous la gentillesse de sortir de cette armoire -une porte s'ouvrit- les courges que vous distribuerez à votre rangée. Pendant que Monsieur Jedusor et Mademoiselle Fitz distribueront celle de ce placard-ci -une autre porte s'ouvrit- Je vous remercie...Vos sujet d'exercice ne sont pas aussi imposants que le cucurbitacée que j'ai employé. Votre véhicule devra donc pouvoir tenir sur votre pupitre. Ayez de l'imagination, mais qu'elle ne vous envahisse pas et brouille le travail que vous voulez tout d'abord accomplir. Bien entendu, je passerai dans les rangs. Oh! et n'hésitez pas à vous servir dans ce superbe chaudron. Ces bonbons sont sublimes."

Quand Dumbledore demanda à Pomona de distribuer les courges qui se trouvaient dans le placard qu'il venait d'ouvrir, la jeune fille s'exécuta sans poser de problèmes. L'obéissance et la docilité n'étaient pas les choses qui lui plaisaient le plus, mais pour Dumbledore, c'était le genre de concessions que la verte et argent n'avait aucun problème à faire.

Le seul point au sujet duquel elle aurait pu émettre des réticences était le fait qu'elle ait à accomplir cette tâche avec Jedusor. Même dans ce genre de circonstances, Pomona s'effrayait de sa présence. Elle s'effrayait, en vérité, de toute proximité avec lui, même quand cela avait l'air insignifiant comme maintenant. N'étant pas une gamine pour autant, elle ne fit aucune remarque à ce sujet, cela aurait été clairement ridicule.

Elle distribua donc les courges une à une, et tout le long de la manoeuvre, elle se chargea bien consciencieusement d'éviter le regard du préfet de serpentard.

Une fois que cela fut fait, elle se réinstalla à sa place, et se concentra sur ce que disait leur professeur.

Ce qu'il faut savoir, sur Pomona, c'est que la jeune fille est une perfectionniste. Elle accepte l'échec, oui, c'est comme cela que l'on progresse, mais de préférence, si elle peut réussir du premier coup, cela l'arrange. Aussi, elle ne perdait pas une miette des directives de leur professeur. Elle préférait réussir, si possible.

Elle se concentra donc un moment sur sa courge avant de lever sa baguette. Elle voulait réussir. Quelques secondes, elle visualisa mentalement le résultat qu'elle espérait obtenir.

Elle ne s'imaginait rien de bien particulier. Etant quelqu'un de très terre à terre, elle se laissait rarement emporter par son imagination. Elle préférait s'intéresser à ce qui était concret, et de ce fait, elle ne laissait pas beaucoup de fantaisie pénétrer dans sa vie.

Après s'être assez longtemps concentrée sur la forme d'un carrosse entièrement composé de bois (le cocher et les chevaux également), seulement décoré de quelques motifs floraux, ce qu'il y a de plus simple et de discret, elle imita le mouvement de poignet que leur avait montré Dumbledore, et lança son sort.


"Ferit Media"

Au premier essai, il ne se passa malheureusement rien, ce qui eut effet de blesser un peu Pomona dans son amour propre. Cependant, Deux nouveaux essais plus tard, la courge daigna enfin se métamorphoser, et à quelques détails près, le véhicule qu'elle avait "créé" avait à peu près la même apparence que celui qu'elle s'était imaginé. On aurait dit un des jouets en bois avec lesquels elle s'amusait, petite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6427
Humeur :
85 / 10085 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Ven 14 Jan - 16:34

    Jo avait installer ses affaires sur son bureau, et écouter le professeur à moitié endormit, sans prendre vraiment note de ce qu'il disait. Il y avait une belle citrouille sur la table, la jeune fille se perdait dans la contemplation des traits du gros légume, à moitié endormit par la soirée d'hier. Elle soupira et secoua sa tête, essayant de reprendre le fil de la conversation, enfin plutôt de la leçon de leur professeur de Métamorphose...
    .... transformer une souris en verre à pied..
    Jo sursauta et se réinstalla plus confortablement sur sa chaise, et prit sa plume dans la mains pour écrire la formule que le professeur de Métamorphose venait d'employer...
    "Ferit Media". Et elle mit une petite note à côté pour expliquer à quoi servait ce sort. Il permet transformer une citrouille en calèche. Et effectivement la grosse citrouille prés du bureau du Professeur Dumbledore, commença à se transformer doucement en carrosse. Jo regardait la transformation s'opérer, en posant sa tête sur sa main, son coude sur la table. Et sentit à nouveau la fatigue apparaitre, ses yeux se fermait tout seuls.

    -Mesdemoiselles Quibler et Bennet auriez-vous la gentillesse de sortir de cette armoire les courges que vous distribuerez à votre rangée. Pendant que Monsieur Jedusor et Mademoiselle Fitz distribueront celle de ce placard-ci! Je vous remercie...Vos sujet d'exercice ne sont pas aussi imposants que le cucurbitacée que j'ai employé. Votre véhicule devra donc pouvoir tenir sur votre pupitre. Ayez de l'imagination, mais qu'elle ne vous envahisse pas et brouille le travail que vous voulez tout d'abord accomplir.
    fit le Professeur Dumbledore, la jeune fille sursauta en entendant son nom, et se leva d'un seul mouvement, la chaise prit un rapide balancement, que la jeune Benett arrêta et prit le chemin de l'armoire, avec la jeune Aulne, à qui Jo fit un rapide sourire. Cela avait eu le réflexe de la réveiller, comme ci elle avait trouver une nouvelle énergie puisait dans ses réserves, même si elle se doutait un peu, que cela tiendrait peut-être peu de temps. Au moment la matinée, l'après midi était plus calme au niveau des cours...
    Elle prit les courges dans ses bras et les distribua à ses camarades présents, et retourna à sa place devant sa petite courge qu'elle devait transformer en calèche. Elle soupira, prit sa baguette. Elle éclaircit sa voix en toussotant légèrement, et prononça la bonne formule avec le mouvement du poignet.

    "Ferit Media". Plusieurs essais furent nécessaire, avant que la courge se décide à bouger, et à prendre doucement la forme de la calèche. Mais il y avait encore de nombreux défauts, en effet elle avait bien prit la forme désirée, mais pas du tout l'aspect. Les roues étaient toujours en courges, et de la couleur vert du légume, tout comme l'avant avec le siège en courge, Jo était sûre que sa calèche aurait aussi le gout de courgette. Mais elle avait déjà la forme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 4143
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : ...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Lun 17 Jan - 16:48

    Luna ne perdit pas une miette des explications de Dumbledore. S'il y avait une chose de véritablement positive dans ce voyage temporel, c'était ces cours avec lui. Trois fois rien, mais Luna aimait découvrir en lui l'excellent professeur qu'il était. Si Harry était plutôt proche de celui qui était le directeur de Poudlard à leur époque, ce n'était pas le cas de Luna. Jusqu'ici, ils n'avaient eu que très peu d'entrevues, et pour elle, il était seulement ce vieux barbu un peu fou, digne de respect, qui avait accompli tant de grandes choses.. C'était une figure, un symbole... un être humain à la limite, mais si peu... Ce n'était que maintenant, alors qu'elle avait l'occasion de le retrouver comme professeur deux heures par semaine, qu'elle le découvrait un peu plus, et elle aimait bien ça. Elle préférait, à vrai dire, ce Dumbledore, qui n'avait pas encore acquis toute cette popularité qui le distinguait à son époque, qui, pour la plupart, n'était seulement qu'un professeur... avec beaucoup de charisme en plus. Il avait l'air plus humain et accessible, comme ça....

    Le professeur de métamorphose la désigna, ainsi que Jo, afin qu'elle aille chercher les cucurbitacées nécessaires à son cours. Luna se leva sans faire d’histoire, et côte à côte avec Jo, à qui elle accorda un très vague sourire (elles ne se connaissaient ni ne s’entendaient plus que ça alors), de son pas sautillant habituel, elle alla jusqu’au placard, attrapa une masse de courges entre ses bras, et les déposa au hasard sur les différentes tables, où chacun, aussitôt servi, se concentrait, puis entamait son expérience. Elle-même n’avait pas encore réfléchi au résultat qu’elle espérait obtenir... mais son imagination, déjà, travaillait à sa place (elle n’avait clairement pas besoin de la forcer, celle-ci était habituée à fonctionner toute seule, presque indépendamment de la serdaigle). Elle rassemblerait les fragments d’imaginations qu’abritaient sa cervelle aussitôt qu’elle aurait également déposé pour elle une courge sur sa table et se serait installé.

    Cela ne tarda pas. Une fois assurée que tout le monde avait reçu son dû, elle se réinstalla à sa table, empoigna sa baguette, et fixa un moment la courge qu’elle avait en face d’elle. Enfin, elle put rassembler entre eux les morceaux d’idées, afin qu’ils n’en forment plus qu’une... au nom d’un résultat plus ou moins convaincant... qui n’avait rien d’évident, en tous cas. N’oublions pas que la jeune fille disposait d’une imagination débordante qui faisait que quand elle faisait les choses bien, ou du moins quand les choses se faisaient comme elle le souhaitait, ils avaient une forme et une apparence que peu pouvaient pour autant comprendre. Après quelques secondes, une fois qu’elle eut rassemblé ses esprits, ou du moins ses idées franchement tordues; elle imita ses camarades, et ensorcela sa courge.


    « Ferit Media. »

    Le résultat fut immédiat. Luna devait être dans une bonne phase. Ce qu’il faut en effet savoir, sur Luna, c’est que si elle est intelligente et peu se montrer tout à fait brillante, elle n’en demeure pas moins d’une grande inconstance. Ses professeurs savent rarement sur quel pied danser, tantôt, ses résultats peuvent être excellents, d’autres fois plus que médiocres. Là, elle était dans une bonne phase. D’autant plus que la présence de Dumbledore l’encourageait davantage à être dans une bonne plutôt que dans une mauvaise période, scolairement parlant.

    Le résultat des courses? Je vous l’ai dit, le sortilège était réussi. Mais le résultat n’en était pas moins particulier. C’était Luna, ne l’oublions pas. C’était bien une calèche... Mais il fallait y regarder à deux fois pour s’assurer que c’en était bel et bien une. Elle n’avait vi la forme, ni la couleur traditionnelle d’une calèche. Une forme de... de fleur, peut-être? Difficile à dire, la forme du fiacre ne semblait pas être inspirée de quoi que ce soit d’existant dans la réalité. Quant à la couleur... elle était assez indéfinissable, elle aussi, oscillant entre le bleu et le rose... La couleurs des nuages au coucher du soleil. Au centre des roues du carrosse se dessinait ce qui aurait ressemblé à un ronflak... pour quiconque aurait déjà vu un ronflak. Autrement dit, personne. Même pas Luna, mais elle s’en faisait une idée assez précise. Assez fière de son résultat, elle laissa son regard vagabonder au niveau des différentes tables, curieuses de voir les résultats obtenus par les autres élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11689
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   Ven 21 Jan - 0:14

    Tom ne fit que semblant d'écouter le long discours d'introduction que le professeur de métamorphose adressa de façon plus particulière à cette majorité d'élèves qui avait passé une nuit trop courte et en pâtissait, à présent. Evidemment, Tom ne se sentait pas concerné le moins du monde par tout ce que Dumbledore était en train de leur raconter. Il se trouvait bien évidemment au-delà de tous ces soucis qui avaient l'air, ce matin, de préoccuper à peu près tous ses "camarades", tout simplement parce qu'il devait être au-delà de ce genre de soucis. Il ne manquerait plus qu'il se fonde dans cette pathétique masse d'élèves amorphes, à la limite de la léthargie.. Alors il entendait, mais il n'écoutait pas vraiment. Bien qu'évidemment, n'oubliant pas son rôle d'élève modèle, il faisait mine d'être intéressé par ce que le vieux fou citronné leur racontait. Toute une accumulation de remarques vaines, inintéressantes, et inutiles.qui s'achevait en apothéose par la proposition d'il ne savait quel autre friandise. En même temps, il s'agissait de Dumbledore... La concentration de Tom ne s'orienta à nouveau en direction des dires du professeur qu'une fois que les mots "cours pratiques" furent prononcés... mais finalement, il fallut attendre quelques répliques de plus pour que Dumbledore en vienne au cours en tant que tel, et que Tom trouve digne d'intérêt de l'écouter.

    ...Enfin, il en vint aux faits intéressants... Enfin, intéressants.... Dans le sens où c'est là-dessus qu'il allait devoir se concentrer au cours de l'heure à venir. Transformer une citrouille en calèche. Un grand classique. Qui était devenu d'une profonde inutilité. Quand bien même on avait besoin d'un véhicule d'urgence, il était rare qu'on ait une citrouille sur soi à ce moment précis. Sans compter que se balader en calèche, de nos jours, c'était bien loin d'être discret. Autrement dit, voilà un sort qui ne leur servirait sans doute jamais, et que Tom se chargerait bien de ne garder dans un coin de sa tête que dans l'optique d'un examen, et évidemment rien d'autre. Dumbledore fit sa démonstration, et bien sûr, le résultat était tout à fait impeccable. A présent, c'était à leur tour de faire la même chose, mais en miniature, bien sûr.

    Pomona Fitz se leva en même temps que lui afin de chercher les courges nécessaires à l'opération, qui se trouvaient dans une armoire au fond de la classe. La verte et argent évitait de lui adresser le moindre regard. C'était ce qu'elle faisait toujours. Il était, d'ailleurs, assez amusant, voire satisfaisant aux yeux de Tom, de constater que cette jeune fille, qui semblait si sûr d'elle et de son principe de catégorisation, ne payait absolument pas de mine quand elle se trouvait en sa présence. Comme il savait qu'elle ne se privait pas de cuisiner tous ceux qui l'approchaient d'un peu trop près, il était assez agréable pour Tom de remarquer que quand elle était en sa présence, elle ne savait rien faire d'autre que de détourner les yeux. Une fois qu'il se fut acquitté de sa tâche, Tom regagna sa table, et comme ses autres camarades, s'apprêta à suivre les recommandations préalables de Dumbledore.

    A présent, Tom était extrêmement concentré. Oh, il avait en lui la foi incommensurable qui lui permettait de ne jamais douter du fait qu'il obtiendrait un résultat impeccable, mais pour cela, il fallait tout de même un minimum d'attention... Le peu nécessaire afin de ne pas échouer. Tom ne supportait pas de ne pas réussir du premier coup, même en cours... et encore moins quand ce cours était donné par Dumbledore. Pas question d'échouer juste en face de lui, ce serait lui faire trop de plaisir.

    Imitant le mouvement que Dumbledore avait exécuté un peu plus tôt, Tom prononça les mots - magiques, évidemment.


    "Ferit Media."

    Aussitôt (oui, parce que Tom est très doué et très intelligent, hein) la forme de la courge se modifia, se métamorphosant progressivement en une parfaite (il est très doué, je le répète) calèche miniature. Quoi qu'en apparence très simple, on pouvait remarquer, en approchant son oeil de plus près, une multitude d'infimes petits détails, quoi que discrets qui donnaient l'impression générale d'une finesse et d'une élégance discrète. Le résultat faisait l'affaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Cours du Vendredi 01 Novembre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cours du Vendredi 01 Novembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
» cours de latin
» Cours informatique
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Poudlard
 :: Rez-de-chaussée et étages :: Premier étage :: Salle du cours de métamorphose.
-