AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cette nuit, c'est la bonne {Sujet unique}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11684
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Cette nuit, c'est la bonne {Sujet unique}   Ven 7 Jan - 23:29

    C’est ici que s’achève ce journal,
    Il m’aura finalement été plus utile que je ne l’aurais pensé.
    Et qu’ils ne l’avaient imaginé. 

    Tom apposa la pointe de sa baguette sur la page ouverte, et aussitôt, les inscriptions qui y étaient notées tantôt disparurent, comme si le papier avait absorbé toute l’encre noire qui venait de s’y déposer. Il se chargerait du reste plus tard. Le vert et argent referma aussitôt son journal, le rangea dans son sac en même temps que sa plume et se leva lentement et progressivement du lit où il était assis tantôt, de sorte de faire le moins de bruit possible. Autour de lui, rien ne bougeait, pas le moindre bruit. Ses camarades de dortoir dormaient profondément, comme il l’avait souhaité. Il était quatre heures du matin, il n’y avait de ce fait que peu de risques pour que qui que ce soit ne se réveille ou remarque son départ. Quand ils se lèveraient, son absence passerait inaperçu, Tom se levait toujours à l’aube, même le samedi matin, à l’heure où ses camarades préféraient s’accorder plusieurs heures de sommeil encore, ils étaient habitué au fait qu’il soit levé depuis assez longtemps déjà pour qu’ils ne le voient pas au réveil. Ils n’auraient pas le temps de se soucier de son absence... Olive se chargerait rapidement de prendre le relais. Il n’avait donc plus qu’à s’en aller.

    Il se dirigea vers la salle de bain, où il enfila rapidement une tenue moldue, neutre. Son voyage devait passer le plus inaperçu possible. Il jeta un coup d’oeil à son reflet, dans le miroir. Malgré l’heure plus que matinale, son visage ne reflétait pas la moindre fatigue. Pas de cernes, pas de teint pâle (du moins, plus pâle que son teint de peau qui tirait naturellement vers le blanc), ni le regard dépité de celui qui aurait voulu dormir plus longtemps. Bien au contraire, fixant résolument son image dans le miroir, il arborait un air tout à fait réveillé. Et satisfait. Ce jour ci, c’était le bon, et ça allait recommencer... Il avait attendu ce moment, il avait voulu qu’il arrive. Il était peut-être trop tôt pour déjà enclencher le processus, mais Tom avait dors et déjà l’impression de n’avoir que trop attendu. L’impatience était la plus forte. Il saurait attendre pour les prochaines fois, fort de cette première expérience, mais pour le moment, il ne voulait ni ne pouvait prendre son mal en patience. D’autant plus qu’il ne voyait aucune raison de ne pas commencer immédiatement. Les risques, il les gèrerait, il avait déjà tout planifié. Tout se passerait comme il l’espérait. aujourd’hui, c’était le début. Ce jour, oui, était le bon. Tom pointa sa baguette en direction de sa tempe; et sous l’effet d’un sortilège, la forme de son visage changea quelque peu. Un menton plus allongé, un nez plus aplati, ses yeux étaient passé de noir ébène à bleu ciel. Rien de bien significatif, mais l’ensemble de ces faibles changements le rendait difficilement reconnaissable.

    Ces quelques modifications faites, il quitta avec précaution la salle commune, puis le château. Il ne rencontra personne, absolument chaque recoin de Poudlard était désert et le château tout entier semblait plongé dans une douce léthargie dont il ne se réveillerait certainement pas avant quelques heures. Il put donc sans aucun problème, et sans être repéré par qui que ce soit, quitter le château. Le parc tout entier était enveloppé dans une épaisse obscurité, rendue dense par les trombes de pluies qui l ‘arrosait. Tom mit la capuche de sa veste sur sa tête et s’aventura dans l’herbe humide. Il lui faudrait plus d’une heure de marche pour se retrouver à l’abris du regard de tout sorcier. A l’heure, sans doute, où le monde s’éveillerait enfin, il serait assez loin pour que personne qui puisse le compromettre n’ait eu vent de son départ.

    ***

    « Charing cross road, s’il vous plaît. »

    Le chauffeur de taxi acquiesça, mais attendit que Tom ait déposé l’argent moldu nécessaire au creux de sa main pour faire démarrer le véhicule. S’il avait déjà accompli la majorité du voyage, le trajet allait encore être long, mais Tom s’en moquait. S’il n’aimait ni le véhicule moldu qui le conduisait jusqu’à destination, ni son chauffeur, qui se perdait en bavardages inutiles, il acceptait de faire avec, au non de ce qui arriverait bientôt. Ce qui allait tout changer... Alors, patient par obligation, il observait le paysage qui défilait sous ses yeux. La lumière du soleil s’adoucissait à mesure que progressait le véhicule. Une longue journée de voyage, en somme. Oh, Tom avait bien songé à des moyens de voyage moins contraignants et plus rapides, mais le transplanage était hors de question, il préférait éviter que sa trace puisse être retrouvée via le réseau de cheminette (il imaginait Dumbledore bien assez vicieux pour se soucier de ce genre de détails), quant aux balais... eh bien, petite confidence. Le vol sur balai devait être, au monde, l’une des seules choses que le futur maître des ténèbres ne maitrisait pas du tout. Le trajet était long, rendu fastidieux par le récit peu passionnant de la vie de son compagnon de voyage forcé, mais il faisait avec, il n’avait pas le choix. Impossible de transplaner. Il n’avait malheureusement pas eu l’occasion de s’y exercer encore... sans compter qu’il y avait cette fichue trace. Une complication dont il se serait bien passé... Une complication qui l’invitait sans doute à attendre avant de commettre un acte aussi complexe et irréparable. Mais loin de l’arrêter, la perspective de ces quelques difficultés n’avaient fait que l’encourager, au nom du plaisir qu’il avait de planifier... et il y avait longtemps, depuis la mort de son père, à vrai dire, qu’il n’avait pas eu l’occasion de planifier... pour quelque chose qui satisfasse directement ses ambitions, et non la nécessité d’être discret.

    Le jour était presque tombé quand enfin, la voiture s’arrêta.
    Le choix de l’endroit où le faire avait fait partie de ce qui fut le plus compliqué pour lui. Il avait d’abord songé à la chambre des secrets, ce qui, certes, lui aurait évité bien des heures de trajet, mais commettre un acte tel que celui-ci, sous le nez même de Dumbledore n’aurait pas été bien judicieux... Depuis l’affaire de la chambre des secrets, il le surveillait de trop près, et il s’en était déjà trop permis à Poudlard, entre l’ouverture de la chambre et le serment inviolable avec Olive pour vouloir tenter le diable encore une fois. Cette fois-ci était beaucoup plus importante, bien plus que n’importe quelle autre, il ne pouvait pas se permettre de la voir être gâchée. Le faire en dehors de Poudlard, c’était donc son objectif. Mais intervenait alors le problème de la trace. Où se rendre, en toute discrétion.? Un lieu où la magie était d’usage courant, où personne ne se poserait de questions. Un lieu, si possible, où la magie noire était chose quotidienne au point de finir par être ignorée par tous. Un lieu tel que celui-ci, il en existait bel et bien un, où Tom avait déjà eu l’occasion de s’aventurer : l’allée des embrumes.

    Il n’eut aucun de mal à s’y rendre, descendu du taxi. A cette heure-ci, le chaudron baveur était si rempli que personne ne prit la peine de remarquer sa présence. Il put sans encombres se rendre jusqu’à l’allée des embrumes. Là, tout était d’une simplicité enfantine. Personne n’osait regarder personne, là-bas, chacun s’occupait de ses propres affaires, et évitait soigneusement de savoir quoi que ce soit de l’autre. Il obtint une chambre dans un hôtel miteux sans qu’on ne lui demande une seule seconde de décliner son identité.

    ***

    C’était une chambre sombre, étroite, éclairée d’une seule fenêtre, salie par une épaisse couche de poussière. Tom ne s’alarma pas un seul instant de l’état de décrépitude du lieu. Il avait bien mieux à penser. Il déposa son sac sur le lit dont les draps n’avaient apparemment pas été changés depuis un temps contestable, et en retira le journal. Il le tint un moment entre ses mains, planté au milieu de la chambre, sans bouger. Il était si près d’y arriver, si proche... Un sourire mauvais, mais satisfait illumina son visage. Alors, il commença.

    Ailleurs, n’importe où ailleurs, ses cris de douleur auraient sans doute alarmé les autres résidants, mais personne ne vint à son secours. Tant mieux. Il n’y avait pas de secours à donner, et en dépit de la profonde douleur qu’il ressentait à l’instant même, Tom n’aurait sûrement pas supporté une telle humiliation. Assis par terre, ses poings serrés si fort que ses ongles lui arrachaient la chaire, il avait le sentiment que cent poignards étaient venus lui transpercer la poitrine en même temps. Des minutes de souffrance, de faiblesse... Puis un calme soudain, comme si rien ne s’était passé. Les yeux fermés, l’adolescent savoura un instant cette accalmie soudaine, qu’il pensait ne plus voir arriver, soudainement submergé par une immense fatigue.
    Quand il rouvrit les yeux, un éclair rouge traversa son regard.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cette nuit, c'est la bonne {Sujet unique}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [JOUR 5] - "Le ciel est rouge, beaucoup de sang a coulé cette nuit."
» Astre de nuit [Libre]
» Travailler ou non cette nuit [Livre 1 - Terminé]
» La Nuit me rappelle ce jour .... |Avec Constelation d'Hiver |
» L'atelier ou il fait nuit... [FERME]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: L'allée des embrumes
-