AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11221
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Dim 17 Avr - 0:03

    L’infirmière ne fit pas de difficultés à Tom quand celui-ci sous-entendit qu’il ne souhaitait pas la présence de Pomona. Certes, par le ton de sa voix, elle avait clairement su lui faire comprendre qu’elle observait ses exigences comme des caprices, mais au fond, elle ne pouvait rien rétorquer, Tom avait fait preuve d’une logique tout à fait élémentaire, et Mrs Sparkley, qu’il savait attachée à son règlement n’avait pas d’autres choix que de demander à la vert et argent d’attendre dehors. La concernée ne se sentait, de toute évidence, pas particulièrement offensée par cet ordre implicite, elle semblait bien trop heureuse de se soustraire au regard du jeune homme. Tom pouvait sentir son effroi, qui la rendait moins assurée qu’à son habitude, beaucoup plus fragile…Il pouvait l’intimider sans rien avoir à faire, elle n’avait jamais été vraiment très à l’aise en sa compagnie, maintenant elle ne l’était plus du tout. C’était bien là l’effet qu’il escomptait.

    Une fois Pomona partie, l’infirmière l’examina un moment, pour le plus grand déplaisir de Tom. Il n’appréciait pas d’être ainsi jaugé, observé de haut en bas, comme s’il n’était rien d’autre qu’un rat de laboratoire. Il valait pourtant tellement plus que cela. Mais il se laissa faire, c’était la contrepartie d’un possible rétablissement, et au stade où il en était, il ne pouvait pas le rechigner. Il se laissa donc faire, avec la seule satisfaction que l’infirmière serait le seul témoin de ce qu’il considérait comme une humiliation, et elle n’irait sûrement pas s’en vanter, au cours de sa carrière, elle avait déjà dû en voir beaucoup d‘autres, et sûrement des bien pires. Au terme de cet examen détaillé, elle en vint à l’analyse suivante. Il était surmené. Surmené, lui! L’idée était risible. Comme s’il pouvait véritablement avoir un seuil de tolérance, il n’en avait pas, et il n’en voulait surtout pas, jusqu’ici, il ne s’était jamais senti fatigable. Elle lui prescrivit avant tout une bonne dose de sommeil, sur un ton qui laissait entendre qu’il n’avait que ce qu’il méritait. Elle n’avait pas entièrement tort, sur ce dernier point, il ne devait l’état dans lequel il se trouvait à l’instant présent qu’à lui-même, et il trouvait cela tant mieux, il voulait être maître de tout, et même de sa propre maladie. Tom la laissa parler sans la reprendre, il y avait bien des choses qu’il aurait voulu rétorquer à l’infirmière, mais il s’était abstenu, il avait bien plus à gagner à conserver son attitude d’élève modèle auprès de l’infirmière, il préférait ne pas s’en départir. Il se contenta donc de l’écouter, et d’acquiescer de temps à autres, et rien de plus. Elle lui prescrivit, en plus de nombreuses heures de sommeil, quelques vitamines, que Tom se promit d’utiliser à l’excès, si elles pouvaient lui permettre de guérir plus rapidement. El une fois ces formalités achevées, il s’en alla, adressant un « au revoir et merci » à l’infirmière qui était, bien sûr, on ne peut plus hypocrite, mais qui n’en avait pas l’air.

    Il sortit ensuite de la pièce, plutôt satisfait que cette entrevue n’ait pas duré trop longtemps, il n’avait que peu de temps à perdre avec ce genre de choses. Il s’était attendu à tomber, à la sortie, sur Pomona, mais il s’avéra que la jeune fille n’était plus là. Avait-elle fui? Ce fut en tous cas l’idée première qui traversa l’esprit de Tom en observant son absence. Mais pour une fois (il vous dira qu’il fallait véritablement un heureux hasard pour qu’il se trompe) il aurait tord. Alors qu’il avait fait quelques pas dans les couloirs du troisième étage, passant à côté de la salle où avait généralement lieu le cours d’Histoire de la magie, il sentit soudainement quelque chose agripper son bras et l’entraîner à l’intérieur de la salle en question. Passé l’instant de la surprise, il put se rendre compte de qui l’avait entraîné jusqu’ici. Pomona n’avait pas fui. Elle se tenait en face de lui, visiblement mal à l’aise, mais tout autant déterminée. Un léger sourire étira les lèvres de l’Héritier. Les choses allaient devenir intéressantes.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Mer 20 Avr - 10:13

Cela avait été loin d’être une décision facile, à vrai dire, dans le court laps de temps que lui avaient accordé les circonstances pour réfléchir, elle avait le sentiment d’avoir changé d’avis au moins des dizaines de fois.

Il y avait tant de démons qui la préoccupaient, chaque jour, ils semblaient être plus nombreux, et envahir son esprit, il fallait qu’elle s’en débarrasse, si elle voulait retrouver un mode de vie sain, ou du moins un mode de vie qui se rapproche davantage de celui qu’elle avait avant d’en savoir trop.

Pomona avait vraiment cru qu’elle réussirait à oublier, à faire abstraction, et ce jusqu’à ce que sa crainte disparaisse, ou en tous cas s’apaise, mais cela lui était impossible. Chaque jour était un peu plus difficile à subir.

Pour exorciser tous ces démons, elle n’avait pas le choix, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était accepter de se confronter à la réalité… et accepter de se confronter à lui, elle avait besoin de ce tête à tête, de cette conversation où elle n’aurait pas l’avantage.

C’était cette curiosité malheureusement trop développée chez elle qui l’y poussait, elle avait besoin de savoir, au mépris de toutes les souffrances qu’il lui avait fait endurer, et de tous les périls qu’elle affronterait certainement à l’avenir.

Elle voulait comprendre ce qu’il avait de si important à cacher, pourquoi tout ce mystère, ce qu’il avait bien pu faire subir à Olive, ce qu’il avait bien pu faire subir à Jo, et à elle… Et enfin, elle voulait savoir ce qu’il s’était fait subir à lui-même, ce qu’était ce faisceau de lumière rouge qu’elle avait aperçu dans son regard.

Elle savait que c’était pur folie, oh combien maintes avaient été les fois où elle s’était dit qu’elle n’aurait qu’à le laisser passer à côté de la salle, sans chercher à le retenir.

Mais quand le moment arriva, quand elle entendit les pas du préfets se rapprocher, très contradictoirement, son courage s’ intensifia, et quand elle vit son ombre se rapprocher de la porte, elle l’attira par le bras à l’intérieur de la salle d’Histoire de la magie où elle s’était réfugié en attendant que Tom quitte l’infirmerie.

Si elle avait fait preuve de beaucoup de courage et de détermination en faisant ce geste qui pouvait sembler simple, mais lui était paru extrêmement compliqué, elle sentit celle-ci fondre comme neige au soleil au moment-même où le vert et argent posa ses yeux sur elle.

Il ne semblait que moyennement surpris, comme si lui aussi avait compris l’évidence et l’éminence d’une telle confrontation. Il l’appréhendait, de toute évidence, avec beaucoup plus de calme qu’elle, un mince sourire était même apparu sur son visage. Elle se sentit trembler.

Y arriverait-elle seulement? Et pourtant, il était hors de question qu’elle abandonne, pas en si bon chemin, elle ne voulait pas perdre la face en face de lui.

"C’était quoi, tout à l’heure?" parvint-elle à articuler.

Elle avait essayé de le regarder dans les yeux quelques instants, mais elle ne parvint à soutenir son regard.

"Tes yeux…" 

Elle se rendait compte que ses propos étaient quelque peu incohérents, mais elle espérait qu’il comprendrait… et qu’il se sentirait vulnérable, d’une façon ou d’une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11221
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Lun 25 Avr - 16:55

    Pomona n’avait pas l’air bien sûre d’elle. De toute évidence, elle avait agit sous le coup de l’impulsion, et elle commençait dors et déjà à regretter son acte irréfléchi. Il était d’ailleurs assez curieux d’observer ce soudain élan d’irréflexion de la part de quelqu’un comme elle, pourtant connue pour être beaucoup trop réfléchie. En ce sens, tous deux se ressemblaient beaucoup, ils n’étaient pas impulsifs, bien au contraire, ils avaient tendance à tout calculer, ils refusaient d’ignorer quoi que ce soit… et c’était très certainement ce refus de l’ignorance, qui l’avait poussé à faire ce qu’elle venait de faire. Elle voulait des réponses, elle refusait cet état de vulnérabilité où elle se trouvait. Au fond, la réaction de Pomona devait le rassurer, cela lui prouvait qu’elle était en position de faiblesse. Si elle agissait ainsi, c’est parce qu’elle ne trouvait pas de réponses. Elle n’en trouvait pas, et elle n’en aurait pas davantage que celles qu’elle avait dors et déjà pu tirer d’Olive. Même si son attitude était pour le moins gênante et agaçante, Tom devait bien admettre que sa détermination était pour le moins remarquable, et qu’elle était déjà arrivée loin. Mais plus elle essayait de fouiller là où il ne fallait pas, plus elle prenait de risques. Qu’elle sache qu’il était lié à Olive, d’une manière ou d’une autre, c’était une chose, mais là, il ne s’agissait pas de cela. Il s’agissait d’une affaire qu’i la dépasserait plus encore. Sur ce point, il était sûr et certain d’être tranquille, il n’en avait parlé à personne, pas même à Daniel, Vincent ou Olive, personne ne savait… et en l’occurrence, il préférait que personne ne sache, à ce sujet, il préférait ne faire confiance à personne, pas même à ceux qui lui avaient par cent fois prouvé qu’il pouvait avoir toute leur confiance.

    Le seul à avoir un début d’idée de ce qui se passait exactement, et encore, il était loin de s’imaginer toutes les circonstances de ses actes, et de ses propos, surtout, c’était Slughorn, et il savait que de ce côté, il n’avait pas à s’inquiéter, il ne tarderait pas à regagner sa confiance, il comptait très sérieusement sur la fête qu’il organiserait à Noël pour s’entretenir avec lui et mettre les choses au clair. Qui plus est, il s’était soigneusement débarrassé de l’unique ouvrage de la réserve qui acceptait de mentionner les horcruxes. Tout cela pour dire que le seul moyen que Pomona n’avait, pour obtenir des information, que le seul moyen de s’adresser directement à lui, et d’espérer des réponses de sa part. Evidemment, Tom ne lui en fournirait aucune, et il était convaincu que la jeune fille en avait conscience. C’était un combat d’avance, pour elle, d’autant plus que Tom, convaincu de l’avantage qu’il avait sur elle, était bien plus à l’aise que son interlocutrice. Il ne voyait aucun mal à nourrir certains de ses soupçons, à en faire disparaître d’autres, à brouiller les pistes… à jouer avec elle, tout simplement. Il avait trouvé en sa personne un adversaire et une victime de choix, il comptait bien en profiter.

    « Je ne sais pas à quoi tu fais allusion. » répondit-il tout innocemment.

    Il se moquait bien que Pomona ne soit pas complètement convaincu, ou plutôt, il voulait qu’elle ne le soit pas. La mener en bateau, lui embrouiller l’esprit - mais toujours la maintenir à distance, et surtout, nourrir cette peur qu’elle avait de lui, la nourrir jusqu’à l’obsession, jusqu’à ce qu’elle n’ait d’autres moyens que de s’en guérir, en oubliant… un coup de pouce du destin, le tour était joué. En matière de torture psychologique, Tom n’était pas en restes.


    « La curiosité est un vilain défaut, je pensais que tu l’aurais compris. »

    Oui, il avouait plus ou moins. Il n’avait aucune raison de nier les faits, Pomona savait très bien ce qu’il en était, elle était quelqu’un d’intelligent. Si elle n’avait pas été aussi butée, Tom aurait même pu trouver en elle un membre utile pour son camp (qui sait, il n’était pas encore trop tôt pour que cela arrive?). Ceci dit, il n’avait bien sûr pas la bêtise de le dire franchement, il le faisait à demi-mots, sachant pertinemment que le message aurait d’autant plus d’impact. Le but était d’effrayer la jeune fille, et de toute évidence, il n’avait pas beaucoup d’efforts à fournir pour y parvenir.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Jeu 28 Avr - 11:25

"Je ne sais pas à quoi tu fais allusion."


Jedusor conservait un calme et une impassibilité à toute épreuve, rien ne semblait pouvoir l’ébranler.

Pour Pomona, c’était tout le contraire, soutenir le regard de son adversaire lui était devenu impossible, et il lui fallait user d’une concentration intense afin de ne pas bafouiller, ne pas commettre d’impairs, avoir l’air assurée quand elle prenait la parole.

Il avait clairement l’avantage sur elle, ne serait-ce que verbalement, et bien que les preuves étaient contre lui, et que Pomona avaient mille preuves certes non matérielles, mais qui s’imposaient à son esprit avec une force qui ne laissait aucun doutes, elle ne faisait pas le poids en face de lui, elle s’en rendait bien compte.

Pomona ne pouvait pas croire Jedusor, quand celui-ci affirmait qu’il ne savait pas à quoi elle faisait allusion, il le savait parfaitement bien, de toute évidence, mais il ne voulait rien lui dire. Par-dessus le marché, il semblait prendre un malin plaisir à lui laisser miroiter le fait qu’elle pourrait découvrir quelque chose;

Il est vrai, la verte et argent voulait découvrir, comprendre… mais elle voyait bien qu’il lui faudrait faire face à bien des difficultés, sans doute plus rudes que ce qu’elle était capable d’imaginer, pour peut-être y parvenir (et il s’agissait encore là d’une supposition qui n’avait rien d’évidente).


"La curiosité est un vilain défaut, je pensais que tu l’aurais compris."

Il la narguait, il prenait un malin plaisir à s’avouer coupable de ses crimes, sans pour autant délivrer le moindre élément qui puisse l’inculper directement.

Pomona se sentait très mal à l’aise. Elle voyait sa désinvolture, ce sang-froid implacable, elle ne faisait pas le poids en face de lui. Théoriquement, elle savait quelle attitude elle aurait dû adopter, mais elle n’était pas capable d’une telle froideur.

Elle ne voulait pas lui faire le plaisir de lui faire comprendre à quel point elle avait peur, elle avait tout de même cette fierté et cette dignité qui caractérisait les serpentards. Ceci dit, elle faisait difficilement illusion, les yeux sombres de son interlocuteur semblaient mieux la percer à jour qu’elle-même, qui jamais n’avait osé faire son introspection, préférant analyser les autres.

Que répondre? Elle laissa un silence pesant s’installer quelques instants, elle n’arrivait pas à savoir ce qu’il attendait d’elle. C’était elle qui avait voulu cette conversation, c’était elle qui aurait dû la mener, et pourtant, Tom tenait les rennes, en l’espace de quelques mots, il avait su prendre le dessus sur elle, elle n’était pas de taille à lutter contre lui.

Elle n’avait jamais ignoré le fait qu’elle avait affaire à un adversaire redoutable, mais jusqu’ici, la situation avait été plus simple à gérer; jusqu’ici, elle ne s’était jamais retrouvé seule face à lui.


"Tu as peur de moi, n‘est-ce pas? Sinon tu ne t’en serais pas pris à moi."

Elle tentait de retourner la conversation. Son ton était assuré, et pourtant, elle ne l’était pas du tout, elle pensait s’évanouir de peur, elle devait être aussi pâle qu’un fantôme. Elle ne croyait par ailleurs pas réellement à ce qu’elle disait, elle voulait s’en convaincre, pourtant.

"… parce que tu sais que je sais des choses à ton sujet. Et je viens de découvrir autre chose, pas vrai?"

Pour le moment, elle avait même réussi à faire preuve d’une certaine prétention, celle-ci risquerait ceci dit fort de disparaître, dehors, elle faisait de son mieux pour que rien ne se voit, à l’intérieur, elle pensait mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11221
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Lun 2 Mai - 1:10

    Téméraire, Pomona l’était bien plus qu’elle ne le laissait croire, en elle, et cela se voyait, ou du moins Tom le devinait-il ainsi, se déroulait une lutte intérieur, une lutte de chaque instant. Rester ou fuir? Courage ou lâcheté? À l’instant où elle s’engageait sur la voie du courage (qui tenait bien plus de la folie, car Tom était capable de la manger toute crue, et ne la craignait pas une seule seconde), tout en elle laissait deviner un élan vers la lâcheté. Il était plutôt satisfait que Pomona ne cède pas à l’impulsion qui aurait pu la conduire à faire marche arrière et à s’en aller, elle pouvait presque avoir l’air d’une adversaire à sa taille, si du moins il existait véritablement en ce bas monde un adversaire qui puisse rivaliser avec lui (à part Dumbledore, bien sûr mais ça, c’était une autre histoire). Elle lui mettait certes des bâtons dans les roues, mais que serait la voie de la victoire, si elle n’était pas par moments parsemée d’embuches? Pomona supposait qu’il avait peur d’elle. C’était tout à fait risible. Et y croyait-elle seulement? Tom n’avait peur de rien , ni de personne, ce n’était certainement pas une verte et argent un peu trop curieuse qui allait lui faire perdre tous ses moyens. Non, il ne la craignait pas, il était juste prudent, Pomona était intelligente, elle était tout à fait capable de deviner les faits à partir de ce qu’Olive lui avait avoué. Il était hors de question qu’elle lui cause le moindre ennui, chaque fois que sa curiosité serait susceptible de l’affecter, Tom riposterait un peu plus fort jusqu’à ce que, finalement, elle ne soit pas de taille à lutter contre lui.

    Certes, elle voyait juste, en comprenant que toutes ces découvertes qu’elle faisait à son sujet, plus ou moins volontairement, contrariaient fort le jeune homme. Ceci dit, elle pimentait quelque peu le jeu, jeu qui était devenu un peu plus calme depuis qu’il était parvenu à atteindre si rapidement l’objectif qu’il s’était fixé plutôt. Ne pouvant agir davantage pour le moment, il ne pouvait rien faire, sinon enrôler le plus possible de futur mangemorts, préparer des méfaits qu’il ne pourrait pas accomplir, malheureusement, avant d’avoir quitté Poudlard, et surveiller ceux qu’il fallait surveiller, Myrtle, Hagrid, ces nouveaux venus, autour desquels le mystère s’épaississait de plus en plus…. Et Pomona bien sûr, qui à ce rythme, devenait un des freins principaux à ses projets. Non, elle ne lui faisait pas peur, elle était juste une gêne, une gêne pas forcément déplaisante, puisqu’elle confortait Tom dans son infini complexe de supériorité. Il était tellement convaincu d’avoir l’avantage sur elle de toutes les manières qu’il ne voyait là qu’un jeu, peut-être un brin dangereux, mais que serait la vie sans un brin de danger, du moment que tout demeurait sous contrôle?

    « Oui, bien sûr, tu me terrorises. » ironisa l’Héritier, car évidemment, il ne pouvait pas prononcer une phrase telle que celle-ci en la pensant vraiment. « De quoi devrais-je m’inquiéter? Je n’ai rien à me reprocher ». Ajouta-t-il tout innocemment, en haussant les épaules.

    Une fois de plus, Pomona ne la croirait pas, mais il savait pouvoir mentir effrontément et garder l’avantage malgré tout. Il se rapprocha un peu plus d’elle, conscient de l’angoisse que ce simple geste pourrait provoquer chez elle.

    « Qui de nous deux est effrayé? Tu as si peur de moi que tu me diabolises. »

    Evidemment, elle n’exagérait rien, elle était même en dessous de la vérité, elle avait bien raison de le diaboliser, puisque Tom était le diable en personne, le mal incarné. Il se rapprocha encore un peu plus, il était si simple d’avoir l’avantage sur elle.

    « Je serais curieux de savoir ce dont tu m’imagines capable. »

    Et il était curieux en effet de savoir jusqu’où était capable de lui conduire sa curiosité et quel était l’étendue de ses soupçons à son égard. Bien sûr, elle ne lui dirait ans doute pas toute la vérité sur ce qu’elle pensait de lui, mais il n’aurait sûrement aucun mal à discerner ce qu’elle pensait vraiment, il lirait entre les lignes, et ainsi pourrait savoir ce qu’elle lui cachait peut-être.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Jeu 5 Mai - 14:02

« Oui, bien sûr, tu me terrorises. »
Certains utilisent l’ironie pour se défendre, ce n’était guère le cas de Tom, il était d’une sincérité confondante quand il affirmait ne pas avoir peur d’elle. Pomona aurait bien aimé qu’il ressente au moins un peu d’inquiétude face à elle, mais il avait raison. Il avait l’avantage sur elle. Elle, elle avait vraiment peur de lui.

« De quoi devrais-je m’inquiéter? Je n’ai rien à me reprocher »

Il mentait à nouveau. Et il prenait si peu la peine de masquer son mensonge que c’en était perturbant. Il ne cherchait même pas à lui cacher la vérité. Il n’avait vraiment pas peur d’elle. Mais lui…

Il se rapprocha d’elle. Elle frissonna. Elle ne supportait pas de l’avoir à proximité, elle avait l’impression qu’il fondrait sur elle… Elle se sentait mourir à chaque pas qu’il faisait vers elle.

Il ne lui ferait pas de mal, pas physiquement, du moins l’espérait-elle, mais elle n’avait malgré tout pas confiance, elle le pensait capable de tout. Auparavant, elle imaginait des limites à sa cruauté… Aujourd’hui, elle voyait bien qu’il pouvait tout faire, et le pire, surtout.


« Qui de nous deux est effrayé? Tu as si peur de moi que tu me diabolises. »

Il s’était rapproché plus encore. Quelle horreur. Elle n’arrivait plus à respirer. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux, c’était véritablement ridicule.

Elle savait bien qu’il était idiot d’avoir envie de pleurer pour si peu, elle qui, généralement ne pleurait jamais. Au contraire, elle était un vrai glaçon. Mais d’habitude, elle ne s’effrayait pas non plus si facilement. Tom avait le pouvoir de la rendre complètement vulnérable, toujours… de plus en plus.


« Je serais curieux de savoir ce dont tu m’imagines capable. »

De tout, d’absolument tout, de faire du mal pour le plaisir, de torturer de… de tuer, qui sait? À l’origine, Pomona pensait que Tom était quelqu’un de cruel, mais jamais elle ne l’aurait pensé capable de commettre un meurtre. Il n’avait que seize ans après tout.

Elle était certaine qu’il avait commis des actes abominables, envers elle et envers Jo, c’était une évidence, mais sûrement également envers Olive, et Daniel aussi, sans doute (bien que lui n’avait besoin de personne pour se faire du mal).

Les yeux baissés, elle cherchait une réponse à lui donner. Il était si proche d’elle qu’elle ne parvenait vraiment plus à remettre ses idées en place. Elle ne voulait pas lui donner raison, mais comment faire mine de ne pas avoir peur quand elle tremblait comme une feuille morte et que des larmes menaçaient de poindre au bord de ses yeux?

Elle serra les poings, le seul moyen qu’elle trouvait afin de regagner un peu de contenance. Ce n’était pas la chose la plus efficace au monde, mais elle ne disposait pas d’autres moyens. Elle leva les yeux, et ceux-ci rencontrèrent les prunelle noires de jais de son interlocuteur. C’était vraiment trop difficile.


"Je… je sais que tu caches des choses. Et je trouverais quoi."

Son arrêt de mort, elle signait son arrêt de mort. Elle venait de dire qu’elle poursuivrait ses recherches, si elle continuait, il la tuerait, elle en était presque certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11221
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Dim 8 Mai - 14:57

    Mais c’était que Pomona était plutôt butée dans son genre. Elle ne se démontait pas. Ou du moins si, son corps tout entier semblait sur le point de se décomposer tant sa peur de lui était perceptible, elle parvenait tout de même à conserver un semblant de dignité. Inutile, mais tout à son honneur, Tom n’aurait pas aimé que son adversaire soit une dégonflée de trop grande importance. Cela n’aurait certainement pas pimenté le jeu. Il fallait qu’elle ait peur, c’était l’arme dont l’Héritier avait besoin pour ne jamais perdre le contrôle sur la jeune fille, mais il fallait aussi, de préférence, que cette peur s’oriente de la moins bonne des façons, pour que la chose devienne ne serait-ce qu’un peu amusante, et c’était ce qui était en train de se passer. Certes, il aurait sans doute, en toute sincérité, été plus simple pour Tom que Pomona abandonne ses lubies et renonce tout simplement à en apprendre plus sur sa personne… mais puisqu’il n’obtiendrait apparemment pas cela de la jeune fille, qui n’avait pas cédé, même sous la plus violente des pressions, alors il ferait avec. Il avait tous les moyens possibles de veiller à ce que la verte et argent n’en sache pas trop, et il était convaincu qu’au fond, elle-même ne voulait pas trop en savoir, de peur de se retrouver au pied du mur, de peur d’assumer les conséquences d’actes qui la dépassaient de beaucoup trop loin. Elle avait, jusqu’ici, été étrangère à tout cela, elle n’avait aucune raison d’en apprendre plus. Prendre ce risque n’était pas sans périls. Elle le savait, c’était évident. La prochaine fois, les choses dépasseraient le stade de la simple torture physique, et Tom était bien convaincu que son interlocutrice appréciait bien trop la vie, bien qu’elle la consacrait à des activités pour le moins dénuées de sens, pour décider de tout remettre bêtement en cause. Tom se rapprocha une dernière fois de la jeune fille, un dernier pas de plus. Il ne pouvait désormais être plus proche d’elle, de sorte que sa voix pouvait n’être plus qu’un murmure à son oreille, il voulait rendre la menace qu’il se savait représenter auprès de la jeune fille de plus en plus oppressante, jusqu’à ne plus à être supportable pour elle.

    « J’attend de voir ça avec impatience. » lui souffla-t-il, une pointe d’amusement dans la voix.

    Il la mettait au défi, très clairement, au défi d’en savoir plus, au défi de contrecarrer ses plans, sans craindre un seul instant, dans ce petit jeu, de risquer de perdre l’avantage. Tout comme elle était sûrement curieuse de savoir tout ce dont Tom était capable, de savoir ce que jeune homme pouvait bien faire de plus cruel, Tom s’interrogeait sur les possibilités de la jeune fille. Jusqu’où irait-elle pour en apprendre plus? Quand sa peur l’arrêterait-elle? Quand s’arrêterait-elle, elle? Il ne pouvait s’empêcher de vouloir observer ses capacités. Certes, il savait bien que s’il voulait un jour, qui sait, l’avoir dans ses rangs, il ne pourrait pas compter sur son plein consentement. Mais il ne pouvait s’empêcher de penser que d’une manière ou d’une autre, elle pouvait sérieusement lui servir. Ne serait-ce que par que son précieux carnet recelait très certainement de secrets et d’informations diverses que Tom aurait grand plaisir à apprendre. Et elle-même était quelqu’un qui, faute d’avoir du tempérament, pouvait sûrement être influençable. Après tout, des larbins qui ne restaient auprès de lui que parce qu’ils avaient peur, il en avait, Vincent, par exemple, n’était pas loin d’en être un.

    Il ne bougea pas de sa position, il attendait le moment où Pomona craquerait. Il voulait mettre un terme à cette conversation. Jusqu’à la prochaine… Mais il ne revenait bien sûr pas au jeune homme de mettre fin à cette discussion, Tom tenait à ce que Pomona s’en charge elle-même, il ne quitterait pas le premier le champ de bataille, il voulait s’accorder cette première victoire sur elle, qui était certes minime, mais plutôt agréable. Il ne doutait pas que la jeune fille ne se ferait sans doute pas prier pour se soustraire à cet entretien. Il n’y avait qu’à attendre, quelques secondes tout au plus, sans doutes, et il gagnerait cette première manche. Même si le jeu ne s’arrêterait sûrement pas là.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]   Lun 9 Mai - 10:59

« J’attend de voir ça avec impatience. »
    Son souffle à son oreille lui donnait des frissons. Pomona avait beau chercher, elle n’était pas certaine que qui que ce soit puisse lui faire abandonner son assurance. En tous cas, elle, était bien consciente de ne pas faire le poids.

    Il la mettait au défi, attendait de voir ce dont elle, également, était capable. Pomona elle-même était curieuse à ce sujet, curieuse au sujet d’elle-même.

    Jusqu’ici, il n’était jamais venu à l’idée de la jeune fille de s’interroger sur ses limites. Elle se contentait de faire ce qu’elle avait à faire, et jusqu’ici, cela s’était déroulé sans problèmes.

    À présent, elle ne savait plus. Jusqu’où pourrait la mener sa curiosité? Jusqu’où serait-elle capable de se rendre pour en savoir plus sur Jedusor? Elle avait conscience des dangers, et cela lui donnait presque envie de tout arrêter. Mais c’était également parce qu’elle avait conscience de ces dangers que le risque semblait si délicieux à prendre.

    Cependant, elle n’avait pas le courage des rouge et or, juste un peu de persévérance. Ou beaucoup de persévérance.

    Pomona acquiesça avant de reculer d’un pas. En faisant ce geste, elle se rendait bien compte qu’elle perdait tout avantage, si elle avait un jour eu l’avantage sur quoi que ce soit, sur lui.

    "Je ferais mieux de m’en aller."

    Elle recula encore un peu. Elle prenait la fuite, il est vrai, mais peu lui importait. Tout ce qu’elle voulait, c’était ne plus avoir à subir le regard du jeune homme, qui avait l’air de la transpercer de part en part.

    Finalement, ne lui accordant plus un mot, ni un regard, elle lui tourna le dos et quitta la pièce. Durant tout le temps qu’il lui fallut pour arriver dans le couloir, et qui lui parut infini, elle dût mesurer sa démarche. Elle avait l’impression de ne plus savoir marcher, elle se sentait ridicule et mal assurée à chaque pas qu’elle faisait.

    Arrivée dans le couloir, ce fut comme une libération. Tout l’air qu’elle avait eu l’impression de contenir durant le temps de sa conversation avec Jedusor, elle l’expulsa avec soulagement de ses poumons. Libre, elle était libre!

    Elle s’en était particulièrement mal sorti, elle s’en rendait bien compte, mais elle ne parvenait pas même à s’en vouloir, tant elle était ravie d’en être sortie indemne. Presque indemne, parce que cette conversation resterait sans doute longtemps dans l’esprit de Pomona.

    Qu’allait-elle faire à présent? Elle n’en savait rien. Pour le moment, elle ne songeait qu’à une chose : être le plus loin possible de lui, et le plus longtemps possible.

    Après avoir tenté d’adopter un démarche normale dans les premiers pas qui la séparaient du vert et argent, elle accéléra le pas, chaque fois un peu plus. Les derniers pas qui devaient la conduire à sa salle commune, elle les parcourut en courant. Pourvu qu’il ne la voit pas courir.

    Enfin, elle retrouva le confort de la salle commune, sans même prêter attention à ceux qui y étaient présents, elle se rendit directement à son dortoir et s’étala sur son lit, épuisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ah... Une confrontation, finalement. [pv Pommy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Confrontation
» Discussions autour de la Confrontation VI
» Discussions sur la Confrontation V !
» Les figs Confrontation de retour
» Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: La salle du cours d'histoire de la magie.
-