AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
119.97 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1276
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 7 Oct - 22:46

    Arriver en retard à son propre mariage était une chose qui aurait sans doute été inconcevable pour le commun des mortels, mais certainement pas pour Clyde... Il avait été à deux doigts de le faire, et on ne devait sa ponctualité qu'au parents du jeune homme, qui avaient veillé à sa présence devant l'autel. L'ancien Poufsouffle, à peine une heure avant que ne commence la cérémonie, était allongé dans son lit, en caleçon, les yeux perdus dans le vide, divagant sur les soi-disant lutins volants qui défilaient sous le plafond. Oui, Clyde avait un peu bu la veille au soir. Steve et lui avaient passé la soirée de la veille dans un rade de Glasgow, à enchaîner les verres. Steve n'étant pas de sang pur, il n'était pas invité aux noces, l'ancien jaune et noir lui avait donc proposé de fêter son mariage avec Bonnie en avance. Ce que, en somme, on appelle un enterrement de vie de garçon. Il s'était donc couché quand le soleil s'était déjà levé depuis un bon moment, et il n'était pas franchement frais et dispo pour se faire passer la bague au doigt. Mr et Mrs Hornby avaient dû user de tous les stratagèmes pour que le futur époux soit malgré tout présentable. Plusieurs potions anti gueule de bois plus tard, Clyde ressemblait vaguement à quelque chose, même si, quand il se regarda dans le miroir, fort lui avait été de constater qu'il ne se ressemblait pas. Il avait de lourdes cernes sous les yeux, il portait un costard (autant dire que ce genre de choses ne lui arrivaient absolument jamais) et il avait l'air soucieux... Car oui, il l'avait plutôt bien caché, jusque là, mais à présent que l'heure approchait, il devenait de plus en plus compliqué de prendre la chose à la légère. Il allait se marier. On allait lui passer une fichue corde autour du cou. Bonnie allait... misère... s'appeler Mrs Hornby. Ils allaient tous les deux vivre sous le même toit. Clyde allait définitivement perdre sa liberté. Il avait tenté d'en rire le temps qu'il avait pu... mais à présent... Merlin sait qu'il avait du mal à goûter plus longtemps à la plaisanterie.

    Il su malgré tout reprendre contenance et n'avoir l'air de rien. Quand il ne fut plus seul dans sa chambre, son éternel sourire du type qui n'en a absolument rien à battre était reparu sur son visage, il ne le quitta pas quand il s'avança vers l'autel, quand bien même il devenait de plus en plus tentant de s'en aller et de transplaner hors de l'église non sans adresser, avant de se faire, un bras d'honneur de circonstance à tous les crétins venus assister à l'événement... Il ne se retenait que pour une chose : ll avait besoin de l'argent de ses parents s'il ne voulait pas vivre en misérable clochard.

    La cérémonie se déroula comme elle avait été supposé l'être, conformément à la répétition de mariage auquel Clyde, à son corps défendant, avait dû assister quelques jours plus tôt. Le manque de motivation des deux promis s'avéra plutôt évident. Clyde ne mit aucun enthousiasme dans ses propos, et s'accorda même un temps de réflexion trèèès long (pour faire stresser ses parents, surtout) avant de dire oui au traditionnel « voulez-vous prendre pour épouse... ». Quant à ses vœux... eh bien, il avait, sans surprise, eut la flemme de les rédiger, ils avaient donc été extrêmement concis et à la limite du déplacé (« Bonnie, il y a mieux que toi, mais il y a pire aussi, alors puisqu'il faut se marier, pourquoi pas ? »)...
    Et voilà... ils s'étaient passé la bague au doigt. Beuh... est-ce qu'il était vraiment supposé garder cet anneau toute sa vie ? Ils pouvaient toujours rêver.

    Tous les convives (ou presque) quittèrent l'église, Clyde n'adressa aucun regard à son heureuse épouse quand ils furent bien obligés de rejoindre côte à côte la demeure des Hornby pour le vin d'honneur. Certes, elle n'était pas désagréable à regarder et – c'était très ironique de l'admettre – sa robe de mariée lui allait à ravir, mais il aurait toute la vie (soupir) pour la voir, alors autant s'en lasser le moins rapidement possible.

    Un gigantesque buffet avait été installé dans la salle de réception des Hornby, où tous les invités se trouvaient à présent.
    Un verre. Vite... Il lui fallait un verre... Atteindre le buffet n'était malheureusement pas une mince affaire. Le jeune homme se faisait sans cesse féliciter, par des gens qui, pour la plupart, était de sombres inconnus à ses yeux. La soirée promettait d'être longue... très longue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
[†] Purdey W. Potter
▌ Messages : 245
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Angus James Potter (décédé)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 23, 5 cm, bois de chêne, cheveu de leprechaun. Baguette élégante et ouvragée.Nerveuse et solide, pratique pour le duel.
Camp: Bien
Avatar: Eve Myles

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeSam 13 Oct - 19:45

Il peut arriver des choses surprenantes dans une vie, par exemple recevoir un hibou de la famille Hornby invitant les Potter au mariage de leur fils Clyde avec un Bonnie Adams. Surprenant quand on sait que, sans se détester cordialement, les deux familles ne s'apprécient guère. La cause est bien évidemment la différence claire de point de vue sur la pureté de sang, les Camron comme les Potter n'y accordaient que peu d'importance au contraire de la famille Hornby.
L'invitation avait donc de quoi surprendre, Purdey la mit soir sue le compte de la politesse pure et simple soit sur l'envie des Hornby d’afficher à leur mariage la chef des Warden avec sa magnifique babiole autour du cou. Par politesse, Purdey choisit d'y aller et annonça à ses marmots qu'ils étaient de la partie aussi. Rhian ne dit rien, se contentant de hausser les épaules, signe évident qu'il s'en tamponnait les oreilles avec des babouches, Cenlyn râla comme à son habitude mais Purdey crut déceler une pointe d'envie. Cenlyn aurait-elle donc des côtés vraiment féminins ? Même sa mère serait surprise de ça mais ca serait une bonne chose.

Bref, Purdey fut réveillé le jour même par son elfe de maison qui frappait une louche sur une casserole et chantait Minnie the Moocher. Charmant...à cet instant précis Purdey crut qu'elle allait en faire du pudding. Elle se réveilla donc péniblement et descendit à la cuisine pour prendre un solide petit-déjeuner à l'anglaise, le truc qui lui avait le plus manqué durant son "séjour" sur le continent. Les français ont beau dire mais leur petit-dèj était bien trop léger pour les Wardens qui avait fini par aller du côté allemand puis par demander au premier ministre de quoi faire des petit déjeuner décent. Après ce copieux repas elle prit sa douche puis se coiffa. Elle râla, pesta, poussa des cris de douleurs et de rage mais parvint à un résultat acceptable. Elle s'habilla simplement (enfin à la Purdey), une chemise blanche avec un serre-taille noir, une pantalon noir et des bottines noirs. Elle compléta le tenue par un long manteau violet et des mitaines en résille noir. La galloise donna les instructions à son elfe de maison pour réveiller les petits et partit au chemin de traverse à la recherche d'un cadeau de mariage.

Choisir un cadeau pour des personnes qu'on ne connaît ni d'Eve ni d'Adam est un exercice particulièrement difficile. Purdey fit plusieurs magasins sans rien trouver et finit par porter son choix sur deux médaillons. Elle fit donc faire deux médaillons en argent massif avec sur une face les armoiries des Hornby et sur l'autre l'armoirie des Adams, des deux côtés il y avait le nom des mariés et la date. Elle rajouta un cadeau personnel pour Bonnie et acheta Défense des droits de la femme de la moldue Mary Wollstonecraft, un ouvrage écrit en 1792 mais qui restait une référence selon Purdey. Une fois ses achats faits, elle retourna au château.

Cenlyn et Rhian était en train de jouer au Quidditch dans la cour quand leur mère arriva. Purdey les regarda en souriant, ils firent de grand signes à leur mère qui leur répondit en souriant.
- Rhian ! Cenlyn ! Il est temps de se préparer pour le mariage !
- Oui maman


La petite famille se prépara. Purdey mit une magnifique robe de soirée dos nu noir qu'elle compléta avec un châle pour cacher son hideuse cicatrice à l'épaule, elle mit le discret bandeau bleu qui remplacait le lourd collier de l'Ordre de Merlin. Sa fille portait une belle robe de sorcière et son fils portait un magnifique smoking. Les Potter transplanèrent jusqu'à l'église. Purdey salua un grand nombre de personnes, certaines qu'elle ne connaissait même pas.
La cérémonie était belle, les mariés très beau malgré leur non-motivation évidente. Purdey se rappela de son propre mariage, elle avait eu beaucoup de chance quand elle y repensait. Le mariage entre Angus et Purdey était certes arrangés mais ils avaient eu la chance d'être tombés amoureux l'un de l'autre assez rapidement. Le mariage n'avait que validé une relation déjà existante depuis quelques années. Les Camron tenaient aux bonheurs de leurs filles et avait attendu de voir l'homme qui lui plaisait pour arranger un mariage.
Le mariage terminé, elle se dirigea chez les Hornby comme le reste des invités. Ses enfants jouaient innocemment avec les autres pendant que leur mère discutaient de choses variées et souvent inintéressantes avec des gens. La chose qu'elle supportait le moins restait ceux qui venaient lui demander de parler et de la guerre, ils voulaient le récit du duel entre Dumbledore et Grindelwald par un témoin de première main. A chaque fois elle répétait la même chose 'je n'ai rien j'étais trop occupée à me défendre et à coordonner mes hommes », elle songeait ensuite « ...et à regarder ma sœur mourir ». Elle songea un moment à présenter ses félicitations au jeune couple mais le mari semblait tellement vouloir de la tranquillité qu'elle n'osa pas avancer. Elle resta donc dans un coin à surveiller ses enfants en sirotant un verre de champagne...

_________________
There's not a second goes by when I'm not thinking of you in some way. I want to see your face, feel your hands in mine, feel you against me. But I know that will never be, you left me and I can't get you back. I move like I imagine the damned do, cursed. And I feel like it's only a matter of time. I don't know why I'm writing this, I don't know what can come of it. I know I can't get you back.
Mot écrit par Purdey après la mort de de son mari. Elle le porte toujours avec elle.

Actuelle Directrice des Gryffondors

Une rose par Jo Bennett, Clyde Hornby (si si je vous assure il s'est levé pour m'offrir une rose) merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
[Last] Bonnie G. Hornby
▌ Messages : 495
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue40 / 10040 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 14 Oct - 0:51

Tout n'avait été que sourires béas et souvenirs émus. Détrompez-vous, il ne s'agissait pas du mariage mais de la soirée que Bonnie avait passé pratiquement enfermée avec sa mère, la veille de la cérémonie. Bonnie avait dû écouter au moins trois fois l'histoire du mariage de ses parents, quel ennui ! Madame Adams était un genre de femme très répandu, celui qui n'aspire qu'à la robe blanche. Et Bonnie s'en foutait royalement de savoir que sa mère avait choisi des lys pour son bouquet de mariée ou du chocolat blanc pour le fourrage de la pièce montée. Elle se foutait aussi de son propre mariage. Elle avait toujours été contre.
Mais sa mère ne l'avait pas lâchée d'une semelle depuis qu'elle était rentrée de Poudlard. Elle avait dû affronter le moment tant redouté des essayages de robes. En soi, ce n'était pas désagréable d'essayer des robes qui vous donne l'impression d'être une princesse mais Madame Adams n'avait pas des goûts similaires à ceux de sa fille. Et impossible de discuter avec une femme pareil, votre avis ne comptait pas. Sauf que Bonnie n'avait pas voulu que les invités la confondent avec le gâteau. Malheureusement elle avait enchaîné beaucoup, beaucoup de robes « meringues ». Toutes aussi ridicules les unes que les autres. Quelques haussements de voix plus tard, Bonnie avait eu gain de cause. Elle allait se marier dans une robe qu'elle avait choisie : une longue robe en soie blanche, resserré à la taille par un corsage en dentelle. Pas de tulle, pas de manches bouffantes. Sa mère lui avait même dit, chose extraordinairement rare, qu'elle était belle à couper le souffle.

C'est donc habillée de cette somptueuse robe que Bonnie affronta son mariage. Affronter, oui, car elle avait espéré qu'il n'aurait jamais eu lieu. Elle n'avait pas été exaucée... Son promis était même arrivé à l'heure, certes, avec une gueule de bois indissimulable, mais à l'heure. Elle allait vraiment l'épouser. Pas d'échappatoire possible. Ce serait jusqu'à ce que la mort les sépare. Il y a quelques mois à peine, elle se prenait encore à rêver de voyages. Aujourd'hui elle allait se marier avec Clyde Hornby, la personne la plus horripilante que Bonnie connaissait. Mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle était incapable de se dresser contre sa famille...
A l'image de la répétition, la cérémonie se déroula sans encombres. Hormis un « oui je le veux » qui se fit attendre du côté de Clyde et des vœux plus que douteux, qui n'étonnèrent pas Bonnie. Elle resta quant à elle indifférente du début à la fin, tout comme Clyde. Ses vœux à elle avaient été plus que banals et les avaient expédiés avec un débit plus que rapide.

Une fois les alliances échangées, ils quittèrent l'église pour se rendre chez les Hornby. Pas un mot, pas un coup d’œil. De toute façon, Bonnie était bien trop occupée à se dire qu'elle était mariée pour se rendre compte de ce qui l'entourait. Une fois arrivée au vin d'honneur, elle fût assaillie par de parfaits inconnus qui la félicitèrent et la complimentèrent. En balayant la foule des yeux elle entraperçut son époux, très séduisant dans son costume, tentant vainement d'aller au buffet alors qu'on était en train de le féliciter. Et ce n'était sûrement pas pour goûter aux petits fours. Un verre n'aurait pas été de refus d'ailleurs, mais Bonnie savait très bien que sa mère l'épiait, là quelque part, vérifiant que sa fille se comportait correctement. Cette femme faisait vraiment froid dans le dos.

Ses oreilles bourdonnaient, sa tête lui faisait mal et la tiare que sa mère avait savamment coiffée dans ses cheveux commençait à être lourde. Quelle idée de se transmettre une tiare dans la famille ? Elle était très jolie mais pas du tout portable. Bonnie voulait déjà que tout ça soit fini. Les gens avec qui elle discutait, du moins faisait semblant, n'étaient pas du tout intéressants et elle ne savait même pas comment ils s'appelaient. Mais elle allait devoir jouer la comédie toute la journée durant. Sauf que Bonnie ne tiendrait pas deux minutes de plus. Elle prétexta donc aller voir quelqu'un de toute urgence mais à peine s'était-elle éloignée que quelqu'un d'autre accourra pour lui souhaiter plein de bonheur à elle et à son époux.
Elle était à présent Madame Hornby.

_________________
I know, what I want
You get yours, I'll get mine, then we run out of time, you're the only one that I desire, 'cause I love to play with fire. When I'm down, I'll let you know, when I'm done, I'll let you go. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
[†] Purdey W. Potter
▌ Messages : 245
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Angus James Potter (décédé)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 23, 5 cm, bois de chêne, cheveu de leprechaun. Baguette élégante et ouvragée.Nerveuse et solide, pratique pour le duel.
Camp: Bien
Avatar: Eve Myles

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 14 Oct - 22:24

Purdey vit du blanc passer devant dans elle dans un bruissement de tissu. Bonnie Adams, pardon Hornby venait de passer rapidement comme un éclair blanc. L'ex-auror regarda attentivement la jeune femme, si elle affichait un fort beau sourire ses yeux trahissait une profonde tristesse. Le mariage était outrageusement arrangé et il ne fallait pas être grand clerc pour voir que les mariés n'avait aucun sentiment l'un envers l'autre, ils ne s'accordaient pas un regard même pas une oeillade. S'ils ne portaient pas les plus beaux vêtements on n'aurait absolument pas cru que c'était leur mariage. Vu leur tête on se serait même cru à des funérailles, seules les parents semblaient prendre plaisir à cette cérémonie.

Le cœur de Purdey se serra à la vision de la lassitude de la jeune fille. Elle se jura intérieurement de laisser sa fille se marier avec l'homme qu'elle aimait, jamais elle ne pourrait supporter de voir Cenlyn comme ça. De toute façon il était hautement probable qu'elle ne se soucierait absolument pas de l'avis de sa mère sur ce point, à 11 ans Cenlyn était relativement indépendante alors 10 ans plus tard imaginez le tableau. Purdey finit son verre de champagne et se dirigea vers la mariée, elle prit la parole sur ton doux :
- Je m'apprêtais à vous féliciter pour votre mariage mais je crois que ça serait stupide. Votre lassitude et votre tristesse se lit sur votre visage...oh mais j'oublie toutes mes manières je m'appelle Purdey Potter

La galloise sourit gentiment à Bonnie. Elle sortit alors de son sac à main le livre bien emballé dans un papier cadeau rouge et le tendit à la mariée. Sans doute que ce cadeau la toucherait bien plus que les médaillons qu'elle avait fait faire et qui attendait dans une boite magnifique sur la table des cadeaux.
- Ouvrez-le maintenant, ce cadeau n'est que pour vous...je pense qu'il vous plaire plus que ce je ne pensais.

Pour l'anecdote, ce livre était le premier que Purdey avait lu sur la condition féminine, elle avait alors 12 ans. Si elle avait par la suite lu des ouvrages plus pointus et plus récent celui-ci avait été déterminant pour elle tant elle avait eu le sentiment qu'il était fait pour elle.

_________________
There's not a second goes by when I'm not thinking of you in some way. I want to see your face, feel your hands in mine, feel you against me. But I know that will never be, you left me and I can't get you back. I move like I imagine the damned do, cursed. And I feel like it's only a matter of time. I don't know why I'm writing this, I don't know what can come of it. I know I can't get you back.
Mot écrit par Purdey après la mort de de son mari. Elle le porte toujours avec elle.

Actuelle Directrice des Gryffondors

Une rose par Jo Bennett, Clyde Hornby (si si je vous assure il s'est levé pour m'offrir une rose) merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Daniel Chaser
▌ Messages : 1768
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : la plus belle. Ines.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de hêtre, ventricule de dragon.
Camp: Mal
Avatar: Drew Fuller

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeJeu 18 Oct - 23:46

Dan n'avait pas d'affection particulière, que ce soit envers le frère attardé d'Olive ou envers cette ignoblement Gryffondor de Bonnie, mais on ne lui avait pas demandé son avis, alors il était venu au mariage des deux tourtereaux. Franchement, il s'en serait bien passé. S'il y avait bien un spectacle dont il se serait passé sans aucun problème, c'était bien celui-là : celui de deux adolescents parfaitement incompatibles se passant la bague au doigt de force, avec un manque d'enthousiasme évident. Le brun et la blonde avaient l'air de vouloir être n'importe où sauf là, et même si Dan aimait savourer le malheur des autres et n'avait aucune sympathie envers les jeunes époux, il ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine gêne... presque de la compassion, envers ce couple formé de force. Il ne pouvait pas s'empêcher de s'imaginer à la place de Clyde. Normal, ils avaient le même âge, et ils appartenaient à la même classe sociale, l'ex serpentard aurait facilement pu être à la place du marié, devant cet autel, parce que ses parents l'y auraient forcé. Ce qui, jusqu'ici, lui avait épargné l'horreur d'un mariage était que son épouse avait semblé toute trouvée, et convenait à tout le monde. Mais il n'était plus avec Ines... alors peut-être que son heure allait venir.

À propos d'Ines... Dan savait qu'elle devait être là. Il ne l'avait pas repéré, dans la foule, mais il savait qu'elle devait ne pas être très loin, et cette idée ne lui plaisait vraiment pas. Espérant ne pas avoir à affronter la situation gênante qui adviendrait forcément s'ils se croisaient, il n'avait fait que regarder ses pieds durant la cérémonie, et il ne les quittait des yeux que pour accorder son attention aux petits fours qu'il ingurgitait mécaniquement, à présent, alors qu'il se retrouvait dans la salle de réception des Hornby. Amy, sa sœur, lui collait aux basques, visiblement, elle non plus ne savait pas où était sa place. Les parents Chaser avaient tenus à féliciter les jeunes mariés, Dan ne les avait pas suivi. Ça aurait été d'une hypocrisie sans nom.

Alors il attendait que le temps passe, et que ce temps semblait horriblement long ! Et pas un visage ami à l'horizon (bon, en même temps, les amis de Daniel... ). Il aurait aimé croire que ce serait vite terminé, et qu'ils allaient pouvoir rentrer chez eux. Mais bien sûr, c'était en espérer beaucoup trop de la part de tous ces gens qui feraient s'éterniser ce moment jusqu'à ce qu'ils meurent tous d'ennui.

Au moins ils ne mourront pas de faim* songea-t-il en se goinfrant d'un nouvel amuse-gueule. Par pitié, que quelqu'un le sorte de là !

_________________
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Troubl11

Je suis comme un chien mouillé, qui peut se prendre tous les coups
Les plus belles dérouillées, et suivre son maître partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss condiments. Le pantin particulier. Modératrice ultime.
[†] Olive Hornby
▌ Messages : 3701
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue10 / 10010 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Sorbier, 30.75 cm, Crochet de Basilic.
Camp: Mal
Avatar: Natalie Portman

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 21 Oct - 20:05




« De cette main, je dissiperai votre tristesse... »



    Elle est une ombre. Vous ne la voyez pas, ou si peu. Vous ne la connaissez plus vraiment. Certains prétendent l'aimer, mais en vrai, qu'est-ce que l'amour? Cette illusion si douloureuse? Alors elle n'aime pas. Elle n'aime plus. Elle n'est qu'une ombre, que certains suivent. Vous dites l'aimer, mais vous la détestez. Ou du moins, vous la détesterez. Elle file à travers la foule, son regard mort fixé dans la direction où ses pas la guident. Elle n'espère plus rien, à vrai dire. Juste une délivrance qui tarde à venir et qu'elle se sait incapable de s'infliger. Arrêter d'aimer, à défaut de pouvoir arrêter de vivre. Elle se nourrit de vous, de vos fantasmes, de vos soupirs, de vos rires. De vos émotions, qu'elle s'interdit de ressentir à nouveau. Elle se nourrit de vos rêves, à défaut de pouvoir vivre les siens. Et quand vous n'aurez plus rien à lui offrir, et bien elle vous délaissera, pour prendre ceux d'un autre. Vivre par procuration, pour que le malheur des autres ne l'atteigne pas. Pour que la douleur ne la touche plus. Ne la touche pas plus. Car elle se sait incapable de supporter davantage.

    Ainsi va la vie. Vous ne pouvez avoir ce que vous désirez, et elle ne peux avoir ce que elle désire.

    Vous la détesterez peut être pour ça à l'avenir, mais vous l'oublierez. Elle n'est plus qu'une ombre qui passe après tout. Qui passe, qui prend, qui s'en va. Elle prend ce que vous lui offrez, vos rêves, vos rires et vos désirs. Elle les prend et elle part. Elle les prend et elle fuit, comme elle sait si bien le faire. Elle les prends et elle oublie. Elle vous oublie, vous qui lui offrez tout ce que vous avez. Elle n'est qu'une ombre maintenant, alors vous vous en remettrez.

    Avec du temps. Beaucoup de temps. Il n'y a qu'une personne qu'elle n'oublie pas. Celle qui ne lui a rien offert, mais qui lui a tout pris, en un seul regard. Celle pour qui elle donnerait tout mais pour qui elle n'est plus rien. Celle qu'elle aime, mais qui ne peut plus l'aimer. La seule personne qui compte, la seule qui reste dans son esprit, elle qui n'est plus qu'une ombre, puisqu'elle lui a tout pris. C'est de sa faute à elle, alors elle ne dit rien. Il a prit son âme lorsqu'elle lui a prit sa vie.

    Elle a besoin de vous pour exister à présent. Elle existe à travers vous, vos rêves et vos soupirs, vos fantasmes et vos rires. Vous l'aimez, la détestez, puis l'oubliez. Elle l'aime. Elle ne veut ni le détester, ni l'oublier.

    Elle n'existe plus que pour, par et à travers les autres. Alors qu'elle ne voudrait exister que pour, par et à travers lui.

    Elle a finit de bouger. Lentement, Olive s'assit sur une chaise vide, pose son verre plein sur sa robe. Elle ne le boira pas, elle le sait. Tout cela n'est qu'une comédie. Ses lèvres pâles restent closes, alors qu'autour d'elle, les éclats de rire et les conversations fusent. Elle a l'impression d'être encore vivante, à les entendre ainsi. Alors elle avale leurs mots, leurs émotions. Elle s'imprègne de leurs sourires, pour essayer de ressentir un peu de leur gaieté. Et pourtant, elle sent sa poitrine se serrer. Elle aurait aimé que ce soit lui qui sourit ainsi. Alors son regard se voile de nouveau, et elle se remet à fixer son verre. Son verre et le tissu vert pâle de cette robe que sa mère lui a choisie.





HJ/ Pfffoouu, j'ai l'impression que je vais finir par faire une dépression à écrire ce genre de choses @_@ Ca m'réussit pas d'écrire alors que j'ai mal à la tête on dirait. °° A la relecture c'est... Bizarre. xD

_________________
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Signat13


Dernière édition par Olive Hornby le Lun 29 Oct - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Lou Hamilton
▌ Messages : 548
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Abraxas Malefoy

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Elliot Page

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeMar 23 Oct - 17:42

Je sais, c'est idiot, mais Lou aimait les mariages. À chaque fois qu'elle assistait à ce genre de cérémonies, elle se sentait comme une petite fille.

Lou aimait les mariages parce qu'elle aimait l'idée d'aimer – et celle d'être aimée, surtout, qu'elle n'avait jamais fait qu'effleurer.

Même si elle était suffisamment lucide pour savoir que la plupart des cérémonies auxquelles elle assistait n'étaient que de vastes comédies, parfaitement absurdes, et qui ne reposaient sur aucun sentiment d'aucune profondeur, elle aimait les mariages parce qu'elle imaginait le sien. Et que n'étant pas du tout une féministe dans l'âme, être une femme mariée était une perspective d'avenir qui lui suffisait largement.

Alors elle ne pu s'empêcher de verser une larme légèrement émue quand les deux tourtereaux s'étaient passé la bague au doigt, quand bien même leurs vœux n'auraient pas pu être plus faux, leurs sentiments moins sincères, et leur détresse plus grande.

Bonnie et Clyde étaient tout sauf un couple assorti, et ils seraient certainement malheureux et frustrés toute leur vie. Ce n'était pas leur union en elle-même, qui émouvait Lou, c'était plutôt... l'acte d'union. Les mots que l'on prononçait en ces journées, ce qu'ils symbolisaient.

Quoi ? Était-elle la seule à croire encore au mariage et à en apprécier les valeurs ? Je sais, elle aurait dû être la dernière à les apprécier tant, sachant que l'homme qu'elle aurait voulu pour époux ne lui demanderait certainement jamais de partager sa vie avec lui... Mais n'était-ce pas une raison supplémentaire pour au moins rêver à cela ? Sans rêves, que restait-il, après tout ?

La réception organisée en l'honneur des jeunes mariés était grandiose. Les Hornby savaient inviter.

Faute d'avoir quoi que ce soit à dire aux mariés, qu'elle ne connaissait pas outre mesure, Lou décida d'aller à la rencontre de la belle-soeur. Si elles avaient été en froid un bon moment, la jeune femme ne pouvait pas demeurer étrangère à la douleur de l'une de ses meilleures amies quand elle était si manifeste.

Lou était certainement la seule dans tout Poudlard à avoir su qu'Olive était amoureuse de Morgan Ciallmhar. Et même si Lou n'avait aucune affection particulière pour ce dernier ni ne l'avait pleuré à sa mort, elle était capable de suffisamment de compassion pour savoir que la vie ne devait pas être facile pour elle, entre son frère qui se mariait... et Morgan que l'on enterrait.

Elle vint donc à sa rencontre, lui adressant un regard mi-amical, mi-gêné.


"ça va aller ?" demanda-t-elle d'un ton réellement concerné.

_________________
There's a difference between knowing the path and walking the path...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Jo Benett
▌ Messages : 6455
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeVen 26 Oct - 13:00

    Jo et ses parents étaient bien sûr venus au mariage de son cousin Clyde. C'était vraiment trés bizarre de le voir se marier, alors qu'il venait juste de sortir de l'école. La petite Serpentard se demanda si elle aussi, elle se marierait comme ça, aussi rapidement. Elle voulait vivre tant de choses avant d'en arriver là. Elle était un peu dubitatif, fallait-il vraiment être heureux pour Clyde qui épousait une fille qu'il n'aimait pas. Et elle, aussi, n'aimait pas forcément Clyde. Il faut dire que le jeune homme est un peu particulier dans son genre. Elle repéra Olive de loin, qui ne semblait pas en grande forme. Abby, qui semblait "gesticuler" dans tous les sens comme à son habitude. Et puis Clyde aux côtés de .... Bonnie. Jo n'avait pas la moindre idée de qui était cette jeune fille. Elle repéra Lou, et fit aussitôt demi-tour, à cause de ce qui s'était passé dans les toilettes des filles, il y a peu de temps. Jo ne savait pas trés bien si elle devait en parler ou non, et surtout à qui? Elle n'avait pas franchement plus d'amis. Et elle doutait qu'à la rentrée ça puisse s'arranger.

    Elle prit un verre dans ses mains et resta aux côtés de ses parents. Elle savait que sa mère trouverait ça louche, qu'elle n'aille pas auprès d'Olive ou de ses amis. Mais elle ne dirait rien maintenant, mais sans doute ce soir, quand elles seraient toutes les deux. Son père, parlait avec animation, avec l'un de ses collègues qui étaient lui aussi venu assister au mariage. Il faut dire que ce n'était pas tous les jours, qu'une famille aussi prestigieuse mariés un de ses enfants. Jo se demanda avec qui Olive se marierait quand ce serait son tour. Sean Benett, depuis la mésaventure Everad, semblait s'être calmé pour trouver un époux pour sa fille. Mais Jo savait que ce n'était que partie remise. Elle soupira et trempa ses lèvres dans son verre, et ne s'intéressa plus à ce que son père racontait. Non, elle était déjà loin dans un monde où elle avait beaucoup d'amis, et un chouette amoureux à ses côtés.


_________________
Étudiante à la GELP en Allemagne (Grande École des Langues Perdues)De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Jo_sig10
Ma fiche - Mes RPS - Mes liens - Mon Journal

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] 0p453 - De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] OWxYl
L'amitié et l'amour grandit les cœurs et les âmes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantôme
Myrtle McGrow
▌ Messages : 20
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue


De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 28 Oct - 16:42

    Hornby... ce qu'elle pouvait haïr ce nom ! Elle le détestait, du plus profond de son âme. Olive Hornby avait rendu la vie de Myrtle impossible, quand celle-ci était encore en vie, et maintenant, le fantôme le plus détestable de tout Poudlard avait la ferme intention d'employer sa mort à rendre impossible la vie de celle qu'elle considérait comme la pire pimbêche de l'école de magie ait jamais accueilli entre ses murs. Son idée était simple. Hanter la jeune femme jusqu'à ce que sa vie devienne un enfer (si elle avait su qu'Olive n'avait absolument pas besoin d'elle pour ça... elle aurait sûrement continué, mais c'eut été moins drôle). Et en un an, elle s'y était très sérieusement appliquée. Presque toute les nuits, elle venait la narguer dans son dortoir, il lui était même arrivé de passer des journées entières à la suivre partout. Malgré ses nombreux efforts, la fantôme n'était pas vraiment certaine d'être parvenue à ses fins... elle commençait même à se lasser de ce petit jeu sordide, qui n'avait, pour le moment, pas réussi à faire céder la vert et argent.

    Et maintenant ? Comment allait-elle faire ? Se venger de la jeune femme était l'une des seules choses qui rendait sa mort un brin agréable... et moins vaine... et Olive allait quitter Poudlard. Oh, bien sûr, rien n'interdisait à Myrtle de se déplacer hors de l'école, mais il serait moins évident de mettre à bien ses plans machiavéliques avec la demoiselle hors des murs de l'école. Pour la peine, Myrtle avait déjà songé à une alternative : s'en prendre à une autre jeune femme qui portait le même nom qu'elle, la sœur de son ennemie jurée : Abby Hornby. D'accord, le fantôme n'avait rien de particulier à reprocher à la jaune et noir, mais peu importe, si elle pouvait blesser Olive, ne serait-ce qu'indirectement, alors elle n'allait certainement pas s'en priver.

    À propos de s'en prendre à la fratrie Hornby... Une occasion en or s'était présentée récemment, et Mimi Geignarde n'avait pas voulu s'en priver. Elle avait appris, il y a peu, que le frère de la demoiselle allait se marier. Une occasion en or de venir gâcher la vie des Hornby au grand complet. Il ne lui avait pas été difficile d'apprendre où et quand auraient lieu la cérémonie et le vin d'honneur (l'avantage, lorsqu'on est un fantôme - et un fantôme fouineur, qui plus est – est qu'il était aisé de laisser traîner une oreille de ci de là pour entendre ce que l'on avait envie d'apprendre).

    Elle fut d'abord tentée de venir gâcher les épousailles de Bonnie et Clyde en s'incrustant directement à la cérémonie, mais consciente qu'annuler le mariage des deux anciens élèves serait plus leur rendre service que gâcher leur plaisir, elle préféra faire plus humiliant encore, et s'inviter au vin d'honneur – ce qui lui permettrait, par la même, de visiter la demeure de sa pire ennemie, chose qu'elle rêvait de faire depuis longtemps.

    Alors que toute la haute société se félicitait d'une si belle union et bavassait autour des petits fours. Myrtle fit son entrée, une entrée qu'elle voulait spectaculaire, et qu'elle agrémenta donc, pour la peine d'un rire qui se voulait machiavélique. Elle traversa plusieurs des convives jusqu'à flotter au centre de la pièce.


    « Vive les mariés ! Personne n'a encore porté de toast ? Je suis la première ? »
    Elle s'éclaircit la gorge. Myrtle aurait préféré s'y prendre différemment, et se contenter de balancer des objets tranchants à la figure de tout le monde, mais elle n'avait pas réussi à convaincre Peeves de venir avec elle, et elle n'était pas capable de porter le moindre objet. Elle se consolait en se disant que son apparition aura fichu la trouille à quelques convives, et que son petit discours suffirait à mettre la famille Hornby dans l'embarras. « Mes félicitations aux jeunes mariés, puissent-il perpétrer la tradition de leur famille et conduire d'autres élèves innocents à l'échafaud ! » déclama-t-elle de son habituelle et désagréable voix suraigue.

    Si elle savait ! Bien sûr, Olive n'était pas pour grand chose dans la mort de Myrtle, même elle le reconnaissait, elle l'avait juste poussé à se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, mais peu importe, tout ce qu'elle voulait, c'était faire subir à son ancienne camarade la même humiliation que celle qu'elle lui avait fait vivre.

_________________
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Mimi_s10

Been the bathroom ghost since the night I fell
It’s not so bad if you ignore the smell
I was sorry to go
But there’s one thing I know
Olive Hornby is burning in hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss condiments. Le pantin particulier. Modératrice ultime.
[†] Olive Hornby
▌ Messages : 3701
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue10 / 10010 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Sorbier, 30.75 cm, Crochet de Basilic.
Camp: Mal
Avatar: Natalie Portman

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeMer 31 Oct - 15:04




« De cette main, je dissiperai votre tristesse... »



    Le bruit de fond était en somme plutôt reposant. Si Olive continuait à lui préférer le calme silence de sa chambre, elle ne pouvait nier qu'elle se sentait plus vivante au milieu de toute cette foule même si, paradoxalement, ce monde l'évitait. Et cela lui convenait. Tenir une conversation lui était devenu difficile. Elle préférait écouter les autres parler. Les regarder agir. Observer leurs mouvements, deviner leurs intentions, percevoir le léger bruissement des robes de soirée sorties pour l'occasion. Et elle restait, inaccessible, dans une espèce de bulle. Mais pas pour tout le monde visiblement. Lorsqu'une silhouette vint se poster près d'elle, Olive leva son visage vers elle. D'un regard distant elle reconnu le visage de Lou sans trop de problème.

    Amitié retrouvée dans la douleur, dans la souffrance. A croire que Lou s'en voulait même de l'avoir embêter avec des histoires d'adolescentes maintenant que le pire était tombé sur Olive.

    - ça va aller ?

    Ah. Effectivement, elle savait. Pour elle. Pour Morgan. Cette pensée lui serra la gorge et elle baissa les yeux brièvement. Elle aurait préféré ne pas penser à ça. Et surtout, surtout, ne pas en parler. C'était peut être idiot. Ca ne ferait peut être qu'empirer les choses. Mais c'était ce qu'elle désirait. Lou savait. Et, conséquence logique, elle devait s'inquiéter.

    L'éclat douloureux et un tant soit peu vivant qui s'était allumé dans ses yeux venait de s'éteindre à nouveau. Un visage aux traits impassibles tourné vers Lou. Les coins de ses lèvres qu'Olive forçait à se tendre, formant l'ébauche d'un sourire. Avant que Myrtle ne vienne détruire sa piètre tentative.

    Le fantôme n'avait rien trouver de mieux. Avec tout ce qui s'était passé depuis le début des vacances, Olive avait complètement oublié Myrtle. Et dans le train, elle avait naïvement cru que l'ancienne étudiante allait la laisser tranquille, sa scolarité à Poudlard terminée. Cruelle désillusion. Olive la suivit des yeux, sans mot dire, alors qu'elle effrayait quelques invités en leur passant au travers.

    - Vive les mariés ! Personne n'a encore porté de toast ? Je suis la première ?

    Ses yeux ternes la regardèrent, elle, le fantôme translucide, posté au beau milieu de la salle. Elle qui se raclait la gorge. Et une pensée, qui voltigea dans sa tête. Ses parents n'allaient pas apprécier...

    - Mes félicitations aux jeunes mariés, puissent-il perpétrer la tradition de leur famille et conduire d'autres élèves innocents à l'échafaud !

    Olive encaissa le coup. Ou plutôt ne réussit pas à l'encaisser. Ses yeux écarquillèrent, de surprise d'abord, de douleur ensuite. Myrtle l'avait harcelée toute l'année durant. L'empêchant de dormir. La faisant se sentir vaguement coupable de l'avoir poussée à se rendre aux toilettes. Rendant ses amitiés au sein du dortoir, voire de l'ensemble des Serpentard vacillantes. Olive l'avait supporté, bon gré mal gré. Faisant comme si au fond, cela ne l'atteignait pas plus que ça. Prenant sur elle. Pestant dans le dos du fantôme. Se venger ne l'intéressait même pas. Certes, Myrtle lui rendait la vie infernale, mais au fond, c'était elle qui était morte, et non Olive. Et elle n'avait jamais été trop loin. Là, celle que tous appelaient Mimi Geignarde venait de renverser une bouteille entière d'alcool sur une plaie à vif. Elle venait de l'atteindre, profondément. Sans même le savoir. Sans que quiconque dans la pièce ne puisse s'en rendre compte. Bien plus profondément qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant.

    C'était devenu son point faible. La faiblesse dans son masque d'impassibilité. Et Myrtle venait de donner un coup à cet endroit précis, faisant tout voler en éclat.

    Sa gorge et son estomac s'étaient noués dans un bel ensemble, alors que ses yeux, devenus subitement humides étaient sur le point de verser des larmes. Non, quelque chose n'allait pas bien chez elle, et quiconque y faisait attention pouvait le voir aisément... Lorsque les larmes s'élancèrent sur ses joues, Olive réagit. Elle se leva brusquement, sans faire attention au verre qu'elle tenait sur ses jambes et qui voltigea au sol se briser, éclaboussant dans le même temps le tissu de sa robe et le sol. La tête baissée, Olive se fraya un chemin à travers la foule, parfois poussant légèrement ceux qui ne lui laissait pas la place nécessaire pour sa fuite. Elle monta les escaliers quatre à quatre, sans se soucier un seul moment de la tenue à adopter lors d'une fête de ce genre ou du qu'en dira t-on. Elle ferma derrière elle la porte de sa chambre avant de se laisser glisser au sol. Se roulant en boule, elle laissa enfin échapper ses sanglots.





_________________
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Signat13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1276
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 4 Nov - 11:15

    Le temps ne passait pas. C'était infernal. Et en plus, il devait se taper la causette avec un type qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam... un espèce de vieillard arthritique aux airs de serial killer (enfin, ça, c'était sûrement son imagination) qui blablatait depuis dix bonnes minutes au sujet de son mariage, après l'avoir chalereusement félicité. Clyde avait beau multiplier les tentatives afin de se débarrasser de lui, aucune n'était efficace. Il aurait donné n'importe quoi pour qu'on le sorte de là, n'importe quoi pour quitter cette pièce, ces gens, sa... femme... et ce verre de champagne qu'il avait déjà rerempli trois fois.
    N'importe quoi... ou pas. Il avait peut-être pensé trop vite (et pour que Clyde Hornby pense trop vite, il fallait vraiment y aller)... Car quand Mimi Geignarde fit son apparition et vint flotter au-dessus des invités en proférant des insanités, il se dit que son taré d'interlocuteur n'était peut-être pa si mal. Clyde n'ignorait pas, bien sûr, que le fantôme avait prit pour habitude de hânter sa soeur, mais il n'avait jamais prit très au sérieux le harcèlement que subissait Olive... jusqu'à maintenant. L'ancien jaune et noir avait évidemment pensé que le fantôme lâcherait prise une fois que sa soeur aurait quitté Poudlard. Visiblement non. Que Myrtle McGrow choisisse de venir ruiner son vin d'honneur, ça ne dérangeait pas Clyde outre mesure, bien au contraire. Il aurait même trouvé son intervention bienvenue et amusante, si ses propos n'avaient pas su réveiller ce qu'il avait – miraculeusement - de fibre fraternelle (oui, oui, de fibre fraternelle, vous avez bien lu). Que le spectre décide de gâcher la soirée, c'était merveilleux, qu'il accuse Olive de crime...


    "Quelqu'un veut bien faire taire ce résidus de scroutt à pétard?"
    demanda-t-il à voix haute (puisqu'il ne la ferait évidemment pas partir de lui-même).

    Fichu fantôme! ...En fait, ce n'est pas tant les stupides accusations de Myrtle qui avaient agacé, voire révolté (oui, Clyde était révolté, je sais, c'est dingue) que la réaction qu'elles entraînèrent. Voyant Olive quitter précipitemment la pièce, et ne sachant exactement pourquoi, il décida de partir à sa suite (l'amour fraternel, si dissimulé soit-il, se manifestait parfois dans des situations inattendues), sans un regard pour son psychopathe d'interlocuteur, pour sa femme, pour ses parents ou pour toutes les personnes qu'il bouscula en cherchant à rejoindre sa soeur.

    Il monta quatre à quatre les marches qui menaient à la chambre d'Olive. Une fois devant la porte, il comprit à quel point son initiative était hasardeuse. Il n'était de loin pas le grand frère de l'année, et il n'avait jamais été doué que pour exaspérer Olive, pas pour la consoler, alors... D'un autre côté, allez savoir pourquoi, il ne pouvait pas se résoudre à la laisser seule dans sa chambre. Il toqua donc à sa porte, espérant qu'elle lui ouvre.
    Faute de vouloir croire qu'il agissait en bon grand frère, pour une fois, il préférait croire qu'il préférait être n'importe où plutôt qu'à ce fichu vin d'honneur, quand bien même cela ne se faisait pas, et quand bien même il avait été des plus malvenus que de quitter des convives qui, paraitrait-il, étaient venus en grande partie pour lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
[Last] Bonnie G. Hornby
▌ Messages : 495
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue40 / 10040 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 11 Nov - 19:18

Cela faisait quoi, une demie-heure, une heure ? Toute cette mascarade commençait à être vraiment pénible. Bonnie en avait assez d'arborer un sourire crispé, ses joues devenaient douloureuses. Qu'est-ce qu'elle ne donnerait pas pour s'échapper d'ici. Loin, très loin. Mais le mal était fait, elle était unie à Clyde pour la vie. Un soupir, encore un. Et ce n'était sûrement pas le dernier. Sa vie avec son époux promettait d'être tout sauf... paisible. D'ailleurs un mariage n'était pas paisible. Il y a quelques mois à peine, Bonnie était encore une élève de Poudlard, sans seul soucis que d'obtenir ses ASPICs. Pourtant cette époque lui paraissait tellement lointaine.
Elle essaya de fuir un vieux couple qui ne cessait de lui parler de décoration de table (autant dire du vent pour Bonnie) et elle réussit à s'éloigner. Ouf.


- Je m'apprêtais à vous féliciter pour votre mariage mais je crois que ça serait stupide. Votre lassitude et votre tristesse se lit sur votre visage...oh mais j'oublie toutes mes manières je m'appelle Purdey Potter

Bonnie se tourna vers son interlocutrice. Elle ne la connaissait pas et pourtant en une phrase, elle avait réussi à résumer l'état d'esprit de la mariée. C'était la première personne qui ne se forçait pas à être heureuse pour elle. Et pour le coup, ça faisait du bien de ne pas feindre le bonheur. Ce fût donc avec plaisir que Bonnie lui rendit son sourire, contente de faire sa connaissance cette fois. Bonnie jeta un coup d’œil au présent que Purdey sortait de son sac à main. Cela l'intrigua, tous les cadeaux de mariage avaient été déposés sur une table destinée à cet effet.

- Ouvrez-le maintenant, ce cadeau n'est que pour vous...je pense qu'il vous plaire plus que ce je ne pensais.

Doublement intriguée, Bonnie détacha délicatement l'emballage rouge. Elle y découvrit un livre. Un livre sur la condition féminine. Et elle fût touchée. C'était une attention vraiment particulière et qui signifiait beaucoup. Bonnie ne s'était jamais revendiquée féministe ou quoi que ce soit, elle s'imaginait qu'elle était trop immature pour avoir des opinions. Sauf quand un mariage vous grandissait instantanément.

- Je... commença t-elle, Vous avez vraiment tout compris. Merci... vraiment merci.

Bonnie la gratifia d'un sourire et d'un regard chaleureux. Elle ne s'attendait certainement pas à rencontrer une personne aussi compréhensive ici. La jeune mariée était dans tous ses états depuis hier, et qui pourrait l'en blâmer, aussi, elle ne se montrait pas loquace aujourd'hui. Ce n'était pas du tout dans ses habitudes, on connait Bonnie pour être la pire des bavardes. Mais à aujourd'hui.
Elle n'eut cependant pas l'occasion de rajouter quoi que ce soit. Myrtle McGrow, enfin son fantôme, venait de faire irruption. « Qu'est-ce qu'elle fait là?! » disaient les yeux ronds de la jolie blonde.


- Vive les mariés ! Personne n'a encore porté de toast ? Je suis la première ? Mes félicitations aux jeunes mariés, puissent-il perpétrer la tradition de leur famille et conduire d'autres élèves innocents à l'échafaud !

Bonnie n'avait strictement rien compris. Mais la sortie précipitée d'Olive Hornby était déjà un début d'explication. Elle y était forcément mêlée. Mais Bonnie ne la connaissait pas assez pour savoir ce qu'il se passait réellement entre elle et Myrtle. Elle vit passer Clyde, il allait sûrement rejoindre sa sœur. Tiens, un élan fraternel. Alors son époux pouvait avoir des sentiments ?
Au milieu de tout ce remue-ménage, Bonnie en profita pour descendre d'une traite une flûte de champagne. Personne allait y faire attention de toute manière. Elle s'en servit immédiatement une seconde. La réception prenait une tournure peu ordinaire...

_________________
I know, what I want
You get yours, I'll get mine, then we run out of time, you're the only one that I desire, 'cause I love to play with fire. When I'm down, I'll let you know, when I'm done, I'll let you go. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
[†] Purdey W. Potter
▌ Messages : 245
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Angus James Potter (décédé)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 23, 5 cm, bois de chêne, cheveu de leprechaun. Baguette élégante et ouvragée.Nerveuse et solide, pratique pour le duel.
Camp: Bien
Avatar: Eve Myles

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeLun 12 Nov - 18:23

Purdey sourit en voyant le regard et le sourire chaleureux de la jeune mariée. Elle sut instantanément qu'elle avait fait mouche et cela la ravit au plus haut point. Elle ouvrit la bouche pour répondre à Bonnie que si elle en avait envie elle pourrait passer au château quand elle voulait. Sa phrase mourut dans l'instant quand le fantôme de Myrtle McGrow surgit et soit dit en passant flingua l'ambiance déjà pourri à la base. Pour un peu, Purdey aurait applaudi, c'était un coup de grâce absolument magnifique quoique possédant la finesse d'un pachyderme.

La sœur du marié parti en courant, Purdey leva un sourcil, signe ô combien important pour signaler le début d'une réflexion intellectuelle. Myrtle était la victime d'un des meurtres dont s'occupait Purdey en ce moment même. Olive semblait avoir quelque chose à se reprocher à ce sujet, détail qui intéressa au plus haut point l'ex-auror. Serait-ce possible que... ? Naaan ça serait un gros retournement quand même, les Hornby descendant de Salazar Serpentard ? Purdey trouvait la chose plausible les connaissant, l'examen de l'arbre généalogique de Salazar lui donnerait la réponse. Rien qu'à la pensée des rouleaux de parchemins qui attendait sur son bureau à la maison, elle eut un coup de blues et but une gorgée de champagne. Elle vit Bonnie finir son verre d'une seule traite et le reremplir derechef. Se marier sans en avoir envie devait déjà la déprimer mais en plus voir la famille qu'on vient d'intégrer se faire accuser de meurtres ca devait en fiche un coup.

En matière de fantôme, Purdey ne fut pas plus impressionné que ça. Elle vivait depuis son enfance avec des fantômes, un des nombreux qui peuplaient le château des Camron était même devenu une amie proche avant la naissance d'Afanen. C'était l'arrière-arrière-arrière-arrière tante par alliance de Purdey. Nul doute que ses parents n'avait pas vu la chose d'un bon œil, mais le fantôme avait disparu après la naissance de la petite sœur.

Bref pour en revenir au mariage, après l'élan fraternel du marié qui partit à la suite de sa sœur, l'ambiance flotta un peu. Ceux qui croyaient à une jolie fête ne savait plus sur quel pied danser, ceux qui faisaient semblant n'y arrivait plus et ceux qui n'y croyait déjà pas buvait pour se donner une contenance. Elle décida de dire à Bonnie ce qu'elle voulait lui dire au début et se tourna vers la jeune mariée :
- Avant...ça je voulais vous dire que vous êtes la bienvenue chez moi, si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à venir frapper à ma porte

Tout en parlant, Purdey tendit à Bonnie une carte avec ses deux adresses. Bien sûr par "si vous avez besoin de quoi que ce soit", Purdey parlait clairement "si vous déprimez avec votre mari ou vous sentez seul" enfin en cas de coup dur dans le couple. Au regard des concernés, elle se dit que Bonnie rappliquerait chez elle à coup sûr. Après tout, il semblerait bien que dans cette océan d'hypocrisie elle ait été la seule à être honnête avec la mariée et même à compatir. Sans doute parce qu'au milieu de ces gens Purdey était celle qui était venu plus par politesse que par réelle envie ou accointance avec la famille Hornby.

_________________
There's not a second goes by when I'm not thinking of you in some way. I want to see your face, feel your hands in mine, feel you against me. But I know that will never be, you left me and I can't get you back. I move like I imagine the damned do, cursed. And I feel like it's only a matter of time. I don't know why I'm writing this, I don't know what can come of it. I know I can't get you back.
Mot écrit par Purdey après la mort de de son mari. Elle le porte toujours avec elle.

Actuelle Directrice des Gryffondors

Une rose par Jo Bennett, Clyde Hornby (si si je vous assure il s'est levé pour m'offrir une rose) merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
[Last] Bonnie G. Hornby
▌ Messages : 495
Humeur :
De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Left_bar_bleue40 / 10040 / 100De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Right_bar_bleue

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitimeDim 10 Fév - 15:39

Qu'allait il se passer maintenant ? Personne n'osait bouger ou dire quoi que ce soit. Déjà que l'ambiance générale avant l'arrivée du fantôme n'était pas des plus festive, là c'était pire que tout. Bonnie quant à elle s'en fichait complètement. Elle était seulement intriguée par les paroles de Myrtle. Pourquoi avait-elle dit ça ? Pourquoi Olive était-elle partie précipitamment ? D'un côté, elle était curieuse de connaître le fin mot de l'histoire, mais après tout, cela ne la regardait pas. Elle ne connaissait que très peu Olive et Myrtle encore moins... Elle était juste au courant de son meurtre. En même temps, qui ne le savait pas à Poudlard ?

Après avoir terminé son second verre de champagne, la jeune mariée se focalisa de nouveau sur son interlocutrice. Purdey lui proposa de passer la voir si elle en avait besoin. Encore une fois, la jeune femme fût très touchée par cette attention. Personne n'avait été aussi attentif envers elle depuis qu'elle était rentrée de Poudlard. Toute cette préparation en vue de ce « grand jour », si on pouvait l'appeler comme ça, l'avait complètement isolée du reste du monde et surtout de ses amis. Et par Merlin, Bonnie avait horreur de se sentir seule. Elle faisait tout pour ne pas ressentir cette solitude qui l'avait gagnée depuis quelques semaines. Bien heureusement, sa rencontre avec Joshua Hoover et plus récemment Purdey, lui avait remonté le moral.


- Méfiez-vous, je pourrais vraiment le faire, lui répondit-elle dans un sourire.

Et Bonnie disait, vrai. Dans quelques temps, lorsque la cohabitation entre elle et son mari deviendrait insupportable, car elle ne se voilait pas le face, sa patience allait être très limitée, elle aurait besoin de s'échapper pendant un petit moment. Et elle sentait que Purdey Potter lui serait d'un grand secours.

- C'est très gentil de votre part, ajouta Bonnie en prenant les deux adresses que Purdey lui tendait, si vous voulez bien m'excuser, je vais profiter du chaos général pour m'eclipser. J'ai été ravie de vous rencontrer.

Elle lui accorda un dernier sourire et chercha sa famille du regard. Sa mère était rouge pivoine et était en intense conversation avec quelqu'un. Elle devait chercher par tous les moyens à se débarrasser du fantôme, trop tard puisque la fête était déjà gâchée. Quelqu'un allait sûrement se décider à intervenir, mais Bonnie s'en moquait éperdument. Si elle en avait l'occasion, elle en profiterait même pour remercier Myrtle de lui avoir sauver la mise aujourd'hui.
Ne perdant pas de temps, Bonnie se faufila discrètement parmi les invités. Personne ne faisait attention à son passage. Chacun était occupé à chuchoter sur ce qui venait de se passer ou alors ne quittait pas le fantôme des yeux. La jeune mariée trouva finalement une porte, et entravée par sa robe un peu trop encombrante, elle réussit enfin à sortir et à quitter cette absurde réception. Tout ce monde autour d'elle avait commencé à l'étouffer. Peut être parce qu'elle voulait être n'importe où mais pas ici, dans la maison de ses beaux-parents. Ce n'est qu'une fois seule qu'elle pût reprendre une respiration plus sereine. Cependant, elle ne cessait de se répéter qu'à l'image de ses noces, sa vie conjugale allait être tout aussi désagréable...


SUJET CLOS

_________________
I know, what I want
You get yours, I'll get mine, then we run out of time, you're the only one that I desire, 'cause I love to play with fire. When I'm down, I'll let you know, when I'm done, I'll let you go. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Empty
Message#Sujet: Re: De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]   De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

De cette main, je dissiperai votre tristesse [pv invités]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Les Invités de mon père [DVDRiP]Comédie dramatique
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Pollock House (Glasgow, Ecosse)
-