AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Logitech Souris Gamer G502 Hero + Tapis de souris G240
Voir le deal
39.99 €

Partagez | 
 

 « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeLun 7 Aoû - 11:53

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Quand on a peur des gens, qu'on aime pas le bruit, qu'on préfère les livres et la solitude à toute forme de communication avec d'autres êtres vivants, on se retrouve souvent rapidement à vivre seul. C'est ce qui m'est arrivé. Vivre à Pré-au-Lard m'a tout de suite semblé être une bonne idée. Pas trop de monde comme à Londres, un lieu que je connais bien déjà grâce aux sorties scolaires, donc en gros, une absence totale d'aventure bien comme je les aime. Sans compter qu'en étant proche de l'école, je garde un œil protecteur sur mon petit frère adoré qui a tendance à s'attirer trop d'ennuis à mon goût.

Aujourd'hui, malheureusement, je vais devoir sortir de mon petit appartement modeste. Aller me mêler aux gens. Supporter la foule d'inconnus que je n'aime pas et qui me fait si peur. La raison ? Elle est bien simple ! Je n'ai plus de bonbons. Vous comme ça, vous vous dites probablement que ça n'a rien de grave, mais je ne peux pas me passer de sucre. Vraiment pas. Guimauves, sucettes, bonbons, friandises... Il n'y a qu'un seul endroit où trouver tout ça, et c'est juste en bas de chez moi : chez Honeydukes. Cette boutique, c'est le paradis des gourmands. Le choix y est inhumain. Je m'y rend donc, emmitouflée dans une épaisse écharpe qui remonte jusque sur mon nez, un bonnet de la même laine enfoncé sur la tête et mes mains fourrées dans les poches de mon énorme manteau. Oui...je suis frileuse, aussi.

Dans la rue, peu rassurée, je presse le pas vers la boutique. Une fois la porte passée, la chaleur et les parfums sucrées m'enveloppent dans un cocon de sécurité et de douceur. Je ferme les yeux un instant en inspirant les effluves de fraise, réglisse, cannelle, vanille et menthe. En rouvrant les yeux, j'aperçois du coin de l’œil une silhouette familière, juste à côté. Un moment, j'hésite à aller lui parler, mais finalement je craque et fait le premier pas...un exploit pour moi.

« Salut Clyde. Toi aussi tu es en panne de sucreries ? » Dis-je avec un petit sourire amical.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeVen 11 Aoû - 21:05



C

lyde adorait les sucreries. Bon, d'accord, ce constat n'avait absolument rien d'exceptionnel, n'importe qui d'un tant soit peu sensé, selon Clyde, adorait les sucreries, c'était dans la nature humaine. Ceci dit, ce n'était pas non plus quelque chose dont il abusait... contrairement à tout le reste, le sommeil et l'alcool en priorité, bien sûr, cela va sans dire. Il lui arrivait de grignoter de temps à autres, mais il n'était finalement pas si gourmand que ça, ce qui expliquait sans doute qu'il ait su rester si mince alors qu'il ne levait presque jamais son auguste postérieur de son (tout aussi auguste) canapé. Ceci dit, aujourd'hui, on remarquera qu'il avait fait une exception et s'était rendu exprès chez Honeydules, ce qui, observons-le, lui avait forcément demandé un effort considérable. Et figurez-vous que ce n'était même pas pour lui ! Noël était passé (Clyde avait un train de retard), et il n'avait rien offert à personne, sans le moindre scrupule, mais quand même, il s'en était voulu de ne pas avoir apporté ne serait-ce qu'un petit quelque chose à sa soeur.

Il avait décidé de lui offrir un assortiment de bonbons. Pas très original, c'est vrai, mais en même temps, elle aimait les bonbons (comme tout le monde, quoi), donc il se disait que ça passerait quand même. Il était pressé de faire son choix pour pouvoir retrouver vite fait le confort de son appartement (même si l'ambiance y était plutôt... tendue, récemment, depuis les révélations de sa chère et tendre épouse), mais c'est alors qu'il était proche de faire son choix qu'il fut abordé par une figure connue.

-April, ça fait plaisir de te voir ici, dans une boutique, avec des gens qui pourraient peut-être t'adresser la parole,
plaisanta-t-il en guise de salutation. Clyde connaissait la difficulté maladive que rencontrait April à sociabiliser avec les autres, et il s'en amusait un peu, c'est vrai, mais pour son bien, toujours, il trouvait dommage qu'elle ne cherche pas à sortir un peu de sa coquille. Ceci dit, sa présence ici et le fait qu'elle l'ait abordé, c'étaient des petits exploits en soi. Je cherche un cadeau pour Abby, ajouta-t-il dans un haussement d'épaules, considérant que sa présence ici n'avait définitivement rien de réellement digne d'intérêt pour son interlocutrice, si bien qu'il passa vite à autre chose. Alors, comment ça va ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeDim 22 Oct - 15:23

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Même si je me suis rapprochée un peu pour saluer Clyde, je garde une distance de sécurité avec lui par réflexe. Il faut dire qu'il a toujours eu la sale habitude de m'asticoter lorsque nous étions à Poudlard. Je suis consciente qu'il n'agissait pas par méchanceté, bien au contraire, mais ça ne me rend pas plus à l'aise en sa compagnie pour autant. Un fin sourire sur les lèvres, je dois néanmoins admettre que sa remarque est amusante. Et oui, il est en effet surprenant de me trouver ici, volontairement présente dans un endroit " hostile ". Je sais bien que j'ai l'air ridicule avec mes névroses, mais ce n'est pas une chose que je peux contrôler. Disons que tant que Clyde s'en tient à ce genre de petites piques, je ne suis pas inquiète. Après tout, il a raison de se moquer, si je ne m'affligeais pas autant, je rirais également de moi-même.

« Il faut croire que les sucreries sont un bon moyen de pression sur mes traumatismes... » Je répond non sans une petite grimace honteuse.

Pour le moment, mes addictions au sucre et à l'alcool n'ont pas eu d'incidence sur ma santé, mais je crains le jour où je ne pourrai plus enfiler mes vêtements parce que j'aurai pris des fesses et des hanches. Enfin il sera temps de s'en inquiéter quand ce sera le cas. Pour l'instant le stress et les angoisses chroniques suffisent à me faire mincir. Qui a dit qu'être névrosée n'avait pas de point positif ? Vu comme je me donne des crampes d'estomac, je risque pas de beaucoup grossir. Je hoche la tête quand Clyde me dit qu'il cherche un cadeau pour Abby. C'est un bon choix, au fond. Je ne connais pas très bien sa sœur, mais les sucreries fonctionnent presque toujours sur les filles. J'en suis la preuve vivante. Je suis plus intéressée par la question de mon interlocuteur.

« Moi ? Oh, comme d'habitude. Les aventures et les rebondissements c'est pas tellement ma tasse de thé tu sais. J'ai rarement des trucs à raconter... » Je répond en prenant un air embarrassé.

Je me racle la gorge. Je sais bien de quoi j'ai l'air. La fille triste et sans intérêt, qui vit seule et ne travaille pas... C'est un bon départ pour finir en vieille femme aigrie vivant avec trente-sept chats. Pourtant il faudra bien que je me trouve un mari, même si ce n'est pas aisé. Disons que ce serait plus confortable à deux, même s'il faudra beaucoup beaucoup d'efforts pour que je m'habitue au fait de rester tous les jours avec une autre personne.

« Et toi ? Bonnie va bien ? » Je demande en souriant gentiment.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeLun 23 Oct - 19:11



C

lyde se contenta de sourire comme à une bonne blague des propos de son interlocutrice quand cette dernière lui répondit que les sucreries étaient un bon prétexte à dépasser ses traumatismes. Non pas que ce soit franchement drôle, l'agoraphobie à un tel stade, c'était plus alarmant qu'hilarant, mais Clyde n'était clairement pas de nature à se prendre la tête, et encore moins psy, donc il préférait se contenter de cette réponse sans chercher plus loin, tout comme il ne cesserait sans doute jamais de s'amuser des appréhensions d'April tout en cherchant à la faire sortir de sa coquille comme si son attitude était la conséquence d'un simple caprice et ne dissimulait pas tout autre chose.

Elle ajouta ensuite que les aventures et les rebondissements en tout genre n'avaient pas grand-chose à voir avec son quotidien ni n'étaient sa tasse de thé. Soit, Clyde ne pensait pas qu'il y ait besoin d'avoir vécu des choses d'une grande intensité pour pouvoir se raconter. La preuve, s'il le décidait, il pouvait se montrer tout à fait bavard à son propre sujet alors qu'il aura passé sa journée, si ce n'est sa semaine, à épouser la forme de son canapé, partagé entre la contemplation amorphe du plafond et le sirotage d'un nombre incalculable de bouteilles de bière. Bon, ceci dit, depuis qu'il avait intégré la résistance, et même si son canapé et l'alcool restaient des amis fidèles, il y avait quand même plus de mouvements et de bouleversements dans sa vie... trop sans doute. Clyde considérait que les vies prétendument monotones étaient les plus agréables entre toutes. Elles avaient le mérite d'être peinardes. Il était sûr que April avait plus de choses à raconter que ce qu'elle pouvait bien croire, et il avait bien l'intention de ne pas lâcher l'affaire, mais puisque la jeune femme lui retournait sa question, il allait prendre quand même la peine de répondre avant de lui retourner sa question.

-Bonnie se porte comme un charme, elle n'a jamais été heureuse,
répondit-il alors d'un ton détaché, presque amusé.

Et effectivement, c'était la vérité. Ce qu'il ne disait pas en revanche, c'est que si Bonnie se portait si bien, c'était parce qu'elle avait trouvé un amant, ce dont Clyde ne se cachait pas d'être au courant au point de la couvrir (et ce qui l'ennuyait le plus dans l'affaire, c'est qu'il devait déployer pour cela un effort qu'il n'aimait pas devoir fournir).

-Elle a de quoi, il faut dire,
ajouta-t-il comme s'il pouvait avoir quoi que ce soit à voir là-dedans. Et je vais très bien aussi, j'ai décidé de prendre des vacances. Comme s'il n'était pas constamment en vacances au final. Faudrait que je pense à prévenir mon patron, d'ailleurs.

Vu qu'il ne s'était pas pointé au bureau depuis trois jours, hein.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeMer 11 Juil - 21:02

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Je ne sais pas trop comment se portent Clyde et Bonnie au quotidien, il faut dire que je ne les connais probablement pas assez pour savoir de quoi est faite leur relation. Je connais Clyde depuis un moment, mais l'amour serait bien le dernier sujet que je pourrais aborder avec lui, surtout que nous avons surtout passé le plus clair de notre temps à nous chamailler lorsqu'il tentait en vain de me faire sortir de ma coquille. J'aimerais pourvoir dire qu'il m'agace, mais en vérité je crois que j'admire un peu sa nonchalance et sa façon de voir la vie. On dirait que rien ne l'inquiète, rien ne l'atteint, rien ne crève sa bulle. Alors que moi, tout me fait peur. C'est un peu mon opposé spirituel. Je lui envie son calme olympien, d'autant plus lorsqu'il m'annonce sans la moindre angoisse dans la voix qu'il a décidé de prendre des vacances sans prévenir son patron.

« T'es pas sérieux là ? » Dis-je en ouvrant mes yeux grands comme des soucoupes.

Il n'a pas peur de se faire engueuler ? De perdre son travail ? Que d'autres jugent ses actes ? Bien sûr que non, suis-je bête. C'est Clyde. Perdre son travail serait sûrement une bénédiction à ses yeux. Plus de temps pour se vautrer dans un canapé. Mais tout de même... Je ne pourrais pas supporter cette pression à sa place. Très certainement parce que j'ai tendance à augmenter toute seule cette pression. D'ailleurs, je commence à trouver qu'il y a trop de monde dans cette boutique. J'aimerais vraiment payer mes sucreries et rentrer chez moi, mais en même temps je n'ai pas trop envie de laisser Clyde. C'est malgré tout agréable de revoir une tête connue.

« Je ne sais vraiment pas comment tu fais pour être aussi détendu. Moi à ta place je serais mortifiée. »

Et je ne mâche pas mes mots. Mais je n'oublie pas, dans un petit coin de ma tête, que Clyde a perdu sa sœur il n'y a pas si longtemps que ça. Peut-être que derrière son attitude je-m'en-foutiste se cache une grande douleur qu'il ne souhaite montrer à personne. Si je ne craignais pas de mettre les deux pieds dans le plats et de lui faire plus de mal que de bien, je poserais des questions au sujet d'Olive. Mais je me connais. Je ne saurais pas avoir les bons mots. Ces mots qui réconfortent vraiment. Je doute de toute façon que quelque chose puisse consoler ce genre de malheur, hormis le temps.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeJeu 12 Juil - 18:03



C

lyde afficha un sourire amusé accompagné d'un haussement d'épaules quand son interlocutrice s'offusqua de la décontraction avec laquelle il lui apprenait qu'il avait décidé de sécher le travail sans prévenir personne. Il pouvait comprendre que ce genre de situation paraisse stressant à d'autres (et à plus forte raison pour quelqu'un qui n'avait pas besoin de cela pour se sentir naturellement stressé en société), mais il en faudrait clairement bien davantage au jeune homme pour s'inquiéter de la situation dans laquelle il avait choisi sciemment de s'empêtrer. Est-ce qu'il en craignait les retombées ? Pas le moins du monde, s'il était vraiment dans sa nature que de se soucier des conséquences de ses actes, ça se saurait. Et puis, ce n'était pas comme si c'était la première fois que ça arrivait. C'était un peu devenu une habitude pour Clyde que de choisir ses horaires de travail à la carte, si bien que l'on n'avait pas tardé à ne lui attribuer que des tâches accessoires, qui n'avaient rien d'urgentes ou concernant lesquelles d'autres pourraient prendre le relais (sachant qu'il n'était pas forcément beaucoup plus productif quand il prenait la peine de se déplacer jusqu'au ministère). Ceci dit, la réaction d'April était assez amusante à voir, il devait bien le reconnaître. C'est sûr, elle aurait tout intérêt pour sa part à ne pas se mettre dans une situation identique à la sienne, mais en même temps, on faisait difficilement tempéraments plus différents que les leurs.

-Crois-moi, je rends un fier service à mes collègues en ne restant pas dans leurs pattes, je suis certain qu'ils sont plus productifs quand je ne suis pas dans les parages,
sourit-il, tout à fait détendu.

Le pire, c'est que c'était sûrement vrai. Clyde était un véritable boulet, et si le jeune homme ne bénéficiait pas de l'appui (de moins en moins insistant ceci dit) de son paternel, on se serait débarrassé depuis bien longtemps. En tout cas, non, il n'avait vraiment pas l'intention de s'inquiéter outre mesure de la situation.

-Du coup, ça doit faire un moment qu'ils charbonnent à mort,
ajouta-t-il, ne se lassant pas de tourner en dérision une situation qui devrait pourtant le "mortifier", effectivement. Mais quand on devenait fier d'être un tir-au-flanc, il n'y avait plus grand-chose à faire. T'en fais pas, je suis un vrai chat, je retombe toujours sur mes pattes.

Et surtout, il passait sa vie à pioncer.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeDim 12 Aoû - 22:50

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Il est vrai qu'en y réfléchissant, Clyde et moi sommes si différents qu'il est stupide de croire qu'il pourrait réagir comme moi. Bien sûr que rater le travail sans prévenir son patron ne le mortifie pas. Je vois mal ce garçon ressentir une quelconque angoisse et ce peu importe le motif. Il est comme il est, et je suppose que c'est l'un des avantages à être Clyde, justement. Un fin sourire aux lèvres, je hoche la tête quand il m'explique les raisons plus précises de son absentéisme au ministère. Là dessus, je me vois mal le juger. Je serais moi-même un poids pour mes collègues si j'avais un travail. Je ne veux pas imaginer ce que ça donnerait si je me retrouvais à sa place, coincée dans un bureau avec plein d'inconnus et de bruits assourdissants. Si je devais bosser quelque part ce serait chez moi, à distance. Mais en l’occurrence je n'en ai pas besoin. C'est un confort que certains ne peuvent pas se permettre et je suis désolée pour eux.

« Oui je vois tout-à-fait ce que tu veux dire, je ne suis franchement pas mieux. Tu m'imagines dans un bureau, dans les pattes d'inconnus ? Autant crier à la catastrophe. » Dis-je avec un humour légèrement amer.

Pour moi, heureusement, le problème de trouver un travail ne se pose pas. Mais ça ne veut pas dire que je suis sortie de l'auberge. Mes parents s'impatientent, ils veulent un gendre fortuné pour leur faire de beaux petits enfants. L'ennui c'est que je suis aussi à l'aise en amour que pour tout le reste.

« Tu sais, c'est dommage que tu n'aies pas un métier qui te plaise et te donne envie de travailler. » Je rajoute sans réfléchir.

Enfin mais qu'est-ce-que je raconte ? C'est Clyde. Travailler est un mot capable à lui seul de lui filer des boutons. Quel intérêt pour lui de trouver un métier plaisant ? Un métier qui lui permet de faire la sieste et de prendre des congés n'importe quand, c'est très certainement ce qui lui convient le mieux au final. La file d'attente pour payer avance et je m'y faufile sans pour autant délaisser mon interlocuteur. Égoïstement, me concentrer sur une personne me permet d'oublier un peu toutes les autres.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeLun 13 Aoû - 19:54



C

lyde ne put s'empêcher d'afficher un sourire mi-amusé, mi-moqueur, quand son interlocutrice évoqua ce que ce serait si elle-même travaillait dans un bureau. Elle n'avait pas besoin de lui faire un dessin, le jeune homme n'avait absolument aucun mal à l'imaginer, et en effet, ce ne serait vraiment pas beau à voir. Ce n'était pas contre elle, c'était juste un constat. Il était assez évident qu'elle n'était pas faite pour ce genre de choses... tout ce qui avait trait au contact humain. D'aucuns proclameraient que la confiance en soi et la sociabilité, ça se travaillait, mais le jeune homme était d'avis qu'il fallait laisser les gens être ce qu'ils étaient. Que les expansifs restent expansifs, que les timides restent timides, que les procrastinateurs restent procastinateurs. C'était sa philosophie, en tout cas. Et elle lui venait sans aucun doute du fait que le fait de changer exigerait de sa part un effort tel qu'il était tout bonnement inenvisageable. En attendant, ça restait tout de même sacrément amusant que d'imaginer April aux prises avec des collègues de bureau, complètement paniquée à l'idée de subir tant d'interactions à la fois (ce qui était totalement compréhensible.

-Un métier qui me plaît ?
répéta Clyde, incrédule, à la suggestion qu'il puisse se diriger vers un travail qui sache réellement lui convenir. Est-ce que ce genre de métier existait seulement ? A vrai dire, ce serait fort probable, mais ce n'est pas comme si Clyde prendrait la peine d'aller le chercher par ses propres moyens, il ne s'agirait pas de trop lui en demander non plus. C'est un oxymore, ça, miss.

D'où est-ce qu'il connaissait le terme "oxymore" ? Posez-lui donc des questions auxquelles il était capable de répondre. il connaissait, c'est tout. Ce n'est pas pour autant qu'il s'en servait autrement que pour chambrer les autres. Dans tous les cas, et même s'il devait faire le travail le plus agréable et le plus reposant du monde, il s'arrangerait sans doute pour le trouver beaucoup trop épuisant pour lui. On ne se refait pas. Et Clyde, comme dit précédemment, n'avait dans tous les cas aucune envie de se refaire.

-Un métier qui paye, c'est bien, déjà,
ajouta-t-il en s'étirant.

Même si pour le travail qu'il fournissait, il ne méritait clairement pas d'être rémunér en quoi que ce soit, mais que voulez-vous, le système...




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeLun 5 Nov - 15:55

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Je hoche la tête en réponse à la remarque de Clyde. Il a raison, ma question était bien idiote. Clyde est comme moi au moins sur ce point, il n'est heureux que sur un matelas avec des coussins et de la bouffe. Enfin...je suis plus heureuse avec un verre plein qu'avec de la bouffe, mais ça c'est mon problème pas le sien. Je comprends le point de vue de mon camarade. Le seul avantage d'avoir un travail, c'est d'avoir des sous en échange, et s'il peut avoir la carotte sans faire d'efforts, je ne peux que l'en féliciter. Peut-être que je devrais me chercher un travail moi aussi ? Histoire de pouvoir tourner le dos à la pression de mes parents pour que je me trouve un mari plein aux as. Si je cessais de vivre à leurs crochets, ils n'auraient plus de leçons à me donner sur ma vie. Seulement...quel travail conviendrait à une handicapée sociale comme moi ?

« J'aimerais avoir ta chance. Moi tout ce qu'on me propose pour avoir de l'argent, c'est d'épouser un type. » Je dis en soupirant.

Pourquoi devrais-je partager ma vie avec quelqu'un ? Je suis très bien toute seule dans mon appartement. Je n'ai pas envie que quelqu'un prenne la moitié de la place dans mon lit. J'aime dormir en travers du matelas, c'est comme ça. Même Carlotta qui est ma meilleure amie, je ne pourrais pas la supporter au quotidien, alors passer mes journées avec quelqu'un que je connais à peine...hors de question, je deviendrais folle.

« Je devrais peut-être songer à faire un truc à domicile. Artiste peut-être ? J'aime bien créer des trucs, mais j'ai jamais pensé à les vendre. » Je songe à voix haute.

Pourquoi est-ce-que je parle de ça à Clyde ? Je vois mal quelqu'un de moins approprié que lui pour me conseiller sur le plan professionnel. Carlotta serait une personne plus à même de trouver les bonnes solutions. D'autant que connaissant les idées progressistes de mon amie, le principe de mariage arrangé devrait lui hérisser autant le poil que moi. La file d'attente avance à nouveau et je fais de même en prenant soin de ne bousculer personne. Ou plutôt de ne me faire bousculer par personne.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeLun 5 Nov - 19:48



C

lyde ne savait pas trop s'il pouvait être considéré comme quelqu'un de chanceux. Il avait certes un travail qui ne lui demandait aucun effort, mais il s'y ennuyait à mourir malgré tout. Il n'en faisait certes qu'à sa tête, mais il subissait tout de même une forte pression parentale qui faisait qu'il était bien contraint d'obéir et de faire bonne figure, ne serait-ce qu'un peu, pour qu'on ne lui coupe pas les vivres (car s'il n'avait toujours pas perdu son job à l'heure actuelle, c'était bien grâce à son père, il ne faut pas se leurrer). Il donnait l'impression de se foutre de tout et tentait de s'en convaincre lui-même, mais ce n'était sans doute pas complètement vrai, sans quoi il se serait remis sans mal de la mort de sa soeur, sans quoi il n'aurait pas accepté la main tendue par Pomona quand cette dernière lui avait proposé de rejoindre la résistance. Enfin, il était marié, mais le couple qu'il formait avec Bonnie était loin d'être représentatif de l'image que l'on se fait du bonheur conjugal.

En bref, non, si on devait décerner le prix de l'homme le plus chanceux du monde, Clyde ne l'emporterait pas haut la main, mais en même temps, certains autres subissaient tant d'emmerdes à la minute qu'il voulait bien croire ne pas être si mal placé que cela non plus sur la liste... Dans tous les cas, c'était pas le genre de Clyde de se plaindre ou de s'apesantir sur son sort. Et même si sa vie n'avait rien de parfaite, il fallait quand même le reconnaître, il l'aimait sacrément.

Il se contenta d'un haussement d'épaules peut-être un peu défaitiste quand son interlocutrice observa que de son côté, on imaginait que pour gagner et réussir sa vie, la meilleure voire seule option, c'était de se marier. Il aimerait bien la contredire, mais en même temps, c'était leur satanée fierté qui était fichue comme ça. Et puisque lui-même avait été l'acteur d'un mariage d'intérêt, il n'y avait pas grand-chose qu'il puisse en dire. Ceci dit, April avait de la suite dans les idées, et des projets, quelque part, qui lui iraient effectivement très bien pour peu qu'elle soit un peu doué... Ce que Clyde ne pouvait pas juger en l'était puisqu'il n'avait jamais eu l'occasion de la voir à l'oeuvre. Mais apparemment, la miss créait bel et bien.

-Je savais même pas que tu créais. Tu fais quoi ? Tu peins ? tu sculptes ? tu... artistises quoi ?


L'air de rien, il l'avait intrigué, avec sa remarque.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeVen 1 Fév - 14:27

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Je n'aurais peut-être pas du réfléchir à voix haute devant Clyde. Franchement, artiste...je ne suis pas certaine que ce soit un bon plan. Bien sûr ça m'éviterais d'avoir à sortir de chez moi et côtoyer des collègues de bureau, mais ces produits il faudra le vendre et pour ça il faut avoir un talent commercial. Et puis je ne crois pas que ce que je fais est assez bien pour être vendu à des gens. Qui voudrait acheter des trucs pareils ? Personne, sans doute. Ou alors je suis encore en train de me dévaloriser sans raison, ce qui ne me surprendrais pas vraiment. D'ailleurs je m'attends à tout instant à ce que mon interlocuteur me lance une vanne dont il a le secret, mais je suis extrêmement surprise en découvrant que j'ai piqué son intérêt. Qui aurait cru possible d'attiser la curiosité de Clyde Hornby avec de l'art ?

« Je fais de la poterie depuis quelques années. Tu sais... des vases, des tasses, des théières, des assiettes... ce genre de choses. » Je réponds en rosissant un peu.

Je ne suis vraiment pas douée pour vanter mon art et mes produits. Une chose est certaine, si je veux vendre ce que je crée, il va me falloir quelqu'un pour se charger du contact avec la clientèle. L'ennui c'est que je ne vois pas bien qui pourrait s'en charger. Le peu de gens que je connais et tolère autour de moi ont déjà un travail qui leur convient.

« C'est sûr qu'avec ce genre de boulot à domicile, je serais plus tranquille. Mais il reste le soucis des échanges avec les clients. »

Je ne sais pas trop pourquoi je partage mes inquiétudes avec Clyde. Je ne crois pas que ça l'intéresse vraiment, peut-être qu'il voulait juste être poli en posant la question. Dans ce cas, je devrais peut-être lui offrir une porte de sortie au cas où, qu'il ne se sente pas obligé de chercher une solution à mon problème ou même y répondre d'une façon ou d'une autre.

« Enfin ce n'est pas bien important. J'ai le temps d'y songer. » J'ajoute par sécurité.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeVen 1 Fév - 18:47



D

onc, April faisait de la poterie... Clyde n'en pensait pas grand chose, le fait est que ce genre d'art (car oui, c'en est) n'éveillait pas grande pensée en lui. De manière générale, Clyde était totalement insensible à la moindre forme d'art, il faut dire, il n'y avait que la musique qui, à la limite, l'inspirait davantage, mais ce n'était quand même pas au point qu'il ait une opinion ou des connaissances très tranchées sur la question. Au moins, elle avait choisi de se lancer dans un art que l'on peut estimer utile. Ses oeuvres avaient matière à se vendre, puisqu'elles pouvaient être utilisées au quotidien.

Après, quelle était leur plus-value, est-ce qu'il était possible de proposer un rapport qualité-prix digne de ce nom lié à ses ouvrages ? Est-ce que ses créations étaient seulement commercialisables ? Il n'en avait pas la moindre idée. Et d'ailleurs, même si la jeune femme lui mettait ces poteries en question sous le nez, il ne serait certainement pas capable d'en estimer la qualité... à moins bien sûr que ce soit vraiment, vraiment très laid. Mais il se disait que si April faisait l'effort d'oser en parler (ce qui ne devait pas être une mince affaire pour elle), c'est que ses créations devaient en réalité être plus que convenables.

En tout cas, c'était une piste qu'il ne pouvait que l'encourager à exploiter. Tout le monde devrait être autorisé à vivre de sa passion. Malheureusement, dans les faits, on en était loin. Dans le cas contraire, Clyde serait payé à dormir, mais aux dernières nouvelles, ce n'était pas possible (encore que vu le temps qu'il consacrait à la sieste au ministère, il n'était pas loin du compte). Même si, en effet, cela exigeait un contact avec le client qui ne pouvait certainement pas être le fort d'April.

-Ouais
, répondit-il alors simplement, en fourrant les mains dans ses poches, quand son interlocutrice affirma qu'elle avait le temps d'y réfléchir. En effet, elle n'avait aucun besoin de prendre une décision trop précipitée, ça n'avait rien de bien nécessaire. Au pire, t'auras qu'à trouver quelqu'un pour collaborer avec toi et se charger des clients, et vous vous partagerez les recettes. Y a toujours moyen de moyenner.

Mais ce n'était pas sur Clyde qu'il fallait vraiment compter en termes de stratégies commeerciales.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeMar 14 Mai - 17:22

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Un sourire amusé étire mes lèvres quand Clyde propose que je collabore avec quelqu'un qui sera chargé de l'aspect commercial et social de la vente. En soi, j'y avais déjà songé. Mais ça me rassure un peu qu'une autre personne que je connais pense à la même chose. Peut-être que ce n'est pas une si mauvaise idée en vérité. Mais où trouver quelqu'un doué pour la vente et en qui je puisse avoir une confiance aveugle ? Moi qui ai de gros problèmes avec les gens, je ne suis pas sûre de pouvoir faire passer des entretiens d'embauche aux candidats sans me sentir l'envie irrépressible de disparaître dans un trou de souris.

« C'est ce que je me suis dit aussi. Encore faudrait-il trouver quelqu'un que ça intéresse, et qui soit compatible avec ma personnalité un peu... spéciale. » Je réponds naturellement.

Spéciale, c'est le mot. Je ne crois pas avoir déjà croisé quelqu'un avec la même phobie que la mienne. Ou en tout cas pas au même niveau. D'ailleurs, même en compagnie de mon camarade, je commence à me sentir vraiment oppressée et mal à l'aise dans cette boutique. D'un coup d’œil, j'observe la file d'attente qui avance au ralentis. Elle va s'endormir sur son plan de travail cette caissière ou quoi ? Ce serait pas mal qu'elle s'active un peu. J'ai les mains moites et quelques plaques rouges de stress couvrent l'intérieur de mes bras. J'aimerais sortir d'ici, rentrer chez moi, écouter de la musique et faire de la poterie dans le calme.

« Tu crois qu'on va devoir camper là pour la nuit ? » Je dis avec un sarcasme agacé.

Les gens avant et après nous n'ont pas vraiment l'air plus satisfaits par le fait de devoir patienter de la sorte. Ca me rassure un peu de me dire que je ne suis pas la seule à détester cette situation, même si je ne me voile pas la face. Ma réaction dépasse de beaucoup celle des autres. Je suis la seule à en faire une crise d’urticaire. D'un coup d’œil, je regarde le sachet de bonbons dans ma main. Même avec mon amour pour le sucre, je serais tentée de les reposer en rayon et sortir en courant. Tant pis pour la gourmandise, après tout, mon poids ne s'en porterait pas plus mal...





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeMar 14 Mai - 20:52



C

omme quoi, finalement, Clyde n'avait toujours pas de si mauvaises idées que ça. En plus de donner du crédit à son idée, April affirmait qu'elle aussi y avait pensé. Evidemment, les décisons professionnelles ou autre d'April ne changeraient pas sa vie, mais quelque part, il appréciait de la voir pousser ce genre de réflexions aussi loin, ce qui signifiait donc qu'elle pourrait être effectivement prête à sauter le pas pour peu qu'on lui confère l'impulsion nécessaire...

Bon, si cette impulsion advenait bel et bien. Car en effet, il fallait faire avec le caractère de son interlocutrice. Clyde, par exemple, ne serait pas un bon choix. Il n'avait pas de soucis à aller vers les autres, en revanche, cet exercice lui demanderait une énergie qu'il préférerait largement consacrer à autre chose. Dans tous les cas, même s'ils s'entendaient bien, tous les deux, en collaboration, ce serait une catastrophe... si elle voulait d'une personnalité compatible avec la sienne, il fallait pour son propre bien qu'elle évite tous les Clyde qui existent... comme n'importe qui devrait le faire d'ailleurs. Et au passage... un seul Clyde suffisait largement à cette planète.

-J'en sais rien,
répondit Clyde d'un ton décontracté, qui ne voyait pas le temps passer de la même manière que April, visiblement.

Il n'était pas forcément plus fan que n'importe qui d'autre du concept de faire la queue, ceci dit, il n'était pas du genre à s'ennerver pour autant. Son flegme naturel lui faisait très vite oublier toute forme d'agacement. Et advienne que pourrait. Ceci dit, connaissait April, il sentait bien qu'elle était en train d'atteindre sa limite, une limite que toutes les sucreries du monde ne sauraient lui faire oublier.

- Possible,
répondit-il dans un haussement d'épaules, d'un ton décontracté, comme si de rien n'était, feignant de ne pas cerner l'irritation de son interlocutrice. Exacerber cette dernière ne saurait mener où que ce soit dans tous les cas, c'était un fait. Je me disais bien que j'aurais dû prendre un sac de couchage avec moi, je ferais bien une sieste...

Et ça, en revanche, ce n'était qu'à moitié une blague. Non pas qu'il avait l'intention de piquer un roupillon directement au beau milieu de la boutique, mais il n'aurait pas été contre le fait, en revanche, de faire un petit somme. Il n'était jamais été contre cette idée, peu importe l'heure et les circonstances.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeDim 7 Juil - 18:54

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



L'avantage d'être en compagnie de quelqu'un comme Clyde, c'est que je ne peux pas vraiment m'ennuyer ou rester agacée trop longtemps. Mon angoisse de la foule s'atténue un petit peu en voyant mon camarade aussi détendu. Je suis même incapable de retenir un petit rire lorsqu'il prétend qu'il aurait pu faire la sieste ici s'il avait pris un sac de couchage avec lui. Il me suffit d'imaginer la scène pour sentir l'amusement chasser une partie de mon impatience à sortir de la boutique. Si j'avais été toute seule, je me serais probablement enfuie depuis un bon moment et tant pis pour les bonbons. Si je reste, c'est parce que Clyde est là. Nous avons eu des différents pendant notre scolarité, majoritairement parce qu'il me taquinait tout le temps avec ma phobie, mais en vérité j'apprécie sa présence. Il est mon exact opposé, mais il a un bon fond et je trouve presque sa façon d'être plus saine que la mienne. Ou alors aucun de nous deux n'est sain, mais il fait mieux semblant que moi. C'est pas impossible.

« Tu peux même dormir en public ? Vraiment ? Avec un brouhaha comme celui-ci ? » Je demande.

J'ai du mal à imaginer de genre de chose possible, moi qui ai besoin d'un profond silence pour trouver le sommeil. Déjà à Poudlard j'avais du mal à dormir parce qu'il y avait d'autres élèves dans ma chambre. Les dortoirs communs, ça n'a jamais été mon truc. J'ai peur qu'on m'observe dormir, de ronfler ou faire d'autres trucs gênants. C'est pour ça que j'ai toujours préféré dormir seule, isolée de mes amis. Les soirées pyjama, ça n'a jamais été mon fort. En fait, dormir n'est pas mon fort non plus. Une différence encore plus évidente entre Clyde et moi. Finalement, la file d'attente avance enfin de presque trois mètres. On dirait que six personnes attendaient pour un seul achat. Je déteste les gens qui font ça. Pourquoi ne pas laisser le seul qui paye faire la queue et aller l'attendre dehors ? Ce serait bien plus pratique.

« Ah ben quand même, c'est pas dommage. » Je soupire.

Avec un peu de chance, je serai donc rentrée dans mon appartement avant la tombée de la nuit. Une chance que j'habite juste à côté de la boutique.





© GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeDim 7 Juil - 23:34



L'

humour (pourtant ravageur, ne nous le cachons pas) de Clyde avait bien souvent tendance à ne pas faire mouche (allez savoir pourquoi), et ce n'était pas si souvent que le jeune homme rencontrait son public comme il se doit. Aussi, quand l'occasion se présentait, eh bien, il en était ravi. Encore plus dans ces circonstances, ravi qu'il était d'avoir déridé April, qui semblait se détendre ne serait-ce qu'un peu. C'est qu'elle avait presque failli se marrer de bon coeur ! Pour le jeune homme, c'était une petite victoire personnelle, qu'il n'oubliait pas de reconnaître comme telle au demeurant.

-Je peux dormir n'importe où, n'importe comment, mademoiselle,
répondit-il sur le ton du défi (qu'il aimerait bien pouvoir relever dans la seconde) quand la jeune femme lui demanda s'il s'estimait vraiment capable de piquer un roupillon au beau milieu de cette boutique bondée.

Bien sûr, il en rajoutait au nom de son sacro-saint sens de l'esbrouffe, mais honnêtement, il restait assez sérieux quand même. Le jeune homme était honnêtement convaincu de pouvoir dormir ici et maintenant pour peu qu'on lui propose un couchage digne de ce nom. La sieste n'attend pas, et se couper des autres pour ne plus tenir compte que de sa paresse était un don que Clyde cultivait avec le plus grand soin depuis très longtemps. Dormir en des lieux et circonstances improbables, il en avait fait son rayon de longue date. Alors il ne reculait définitivement devant aucune situation tarabiscotée quand il était question de sieste. Il n'ajouta rien de plus, la file venait de progresser quasiment miraculeusement. Et le jeune homme, de son côté, avait le sentiment que le soulagement d'April était plus que palpable.

-Ma présence est si insupportable ?
commenta-t-il en souriant, pas sérieux pour un sou, feignant de ne pas savoir quel était le vrai problème alors qu'il ne pouvait, de toute évidence, absolument pas l'ignorer. Je vais me vexer, ajouta-t-il, une fois de plus d'un ton qui n'avait absolument rien de convaincant.

Bien sûr que non, Clyde n'allait pas se vexer le moins du monde. Il en fallait beaucoup, mais alors vraiment beaucoup pour heurter l'ego tout sauf développé du jeune homme. Alors il se contentait uniquement de chambrer gentiment son interlocutrice, certainement pas de la culpabiliser en quoi que ce soit. D'autant qu'il savait que sa situation n'était pas si simple.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
April Barnett
▌ Messages : 48
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue85 / 10085 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Hippogriffe
Camp: Bien
Avatar: Kaley Cuoco

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeMar 4 Fév - 12:17

April & Clyde
La gourmandise, ça rapproche.



Pouvoir dormir n'importe où, n'importe comment...voilà qui relève plus du fantasme que de la réalité à mes yeux. Jamais je ne pourrais m'affirmer capable d'un tel truc. C'est dans ces cas-là que la différence entre Clyde et moi est la plus limpide. Même dans le plus confortable des lits, dans le plus profond des silences, entourée du plus agréable des parfums, je ne pourrais pas fermer un seul œil tant que des gens sont près de moi. Je sais, c'est grave. Chez certaines personnes, la timidité peut être attendrissante voire donner envie aux autres d'être protecteurs envers elles. Ma phobie est un tout autre problème, mille fois plus handicapante et absolument pas attendrissante. A la limite, je peux espérer faire pitié dans les meilleurs jours. Un sourire mi-amusé mi-envieux étire mes lèvres. Je ne pense pas que Clyde réalise à quel point il est chanceux d'être aussi insouciant, aussi pleinement lui-même. Il déclenche un nouveau rire de ma part lorsqu'il fait semblant d'être vexé par ma joie de voir la file d'attente avancer.

« Ce que tu peux être bête. » Je déclare entre deux gloussements.

Levant les yeux au ciel, je lui donne un léger coup de coude. En vérité, je lui suis reconnaissante d'être là, à faire le pitre pour me dérider. D'autant plus que ça fonctionne, ce qui n'est pas donné à tout le monde ! L'humour de Clyde ne m'a pas toujours fait rire. Il me faisait surtout grimacer quand nous étions à l'école. Il faut croire que même si c'est infime, j'ai du évoluer en bien. Je suis encore loin d'être sociable et à l'aise en compagnie de quelqu'un, mais autrefois je suis consciente que gentil camarade ou pas, je me serais déjà enfuie comme une poule mouillée. La file d'attente continue à avancer, plus fluide depuis que le gros groupe est sorti de la boutique. Progressivement, l'espace à l'air sucré se vide pour mon plus grand soulagement. Petit à petit, il ne reste plus qu'une personne avant Clyde et moi, ainsi que deux derrière nous. Mon visage reprend des couleurs et je soupire d'aise. Ce n'est pas encore aussi agréable que lorsque je suis seule dans mon appartement, mais c'est clairement mieux !

« Je crois que sans toi je n'aurais pas tenu jusque là. » J'admets volontiers.

Il n'y a pas de honte à mettre en évidence l'aide que mon ami m'a apportée. Enfin il ne faudrait pas que ça devienne une habitude, je ne tiens pas à trop flatter son ego. Ego que je sais pourtant inexistant chez Clyde.





(c) GHOST

_________________

- When oblivion is calling out your name -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1281
Humeur :
« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Left_bar_bleue90 / 10090 / 100« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitimeMar 4 Fév - 18:49



A

voir su faire ainsi rire April en un temps record et dans une situation qui, la concernant, prêtait à tout sauf à la rigolade était définitivement une victoire personnelle pour Clyde, qui la prenait pour telle. Faire rire n'importe qui, d'ailleurs, aurait déjà été une victoire en soi, parce que son humour était loin d'être du goût de tout le monde, mais en l'occurrence, il en tirait une satisfaction plus grande encore. C'est qu'il l'aimait bien, April, même si elle était à peu près son exacte antithèse sur tout un tas de point, il préférait quand même la voir souriante que complètement submergée par un stress inutile.

Il se contenta de hausser les épaules tout en affichant un nouveau sourire nonchalant quand April observa qu'il était vraiment bête quand il s'y mettait. Pas un reproche, plus une taquinerie amusée, mais dont Clyde n'aurait aucun mal d'admettre un fond de vérité. Clyde reconnaissait ne pas être forcément une flèche (dans tout un tas de domaines, d'ailleurs), et ne pas chercher à l'être au passage. Il avait sa propre intelligence, du moins selon ses propres dires, et il s'en contentait très bien. Le genre d'intelligence que pourraient envier les gens intelligents... Quand leur intelligence le déprimerait assez. Les gens les plus malins n'étaient pas forcément les plus heureux dans la vie, c'était bien connu, parce qu'avoir une conscience intelligente de la vie, c'était affreusement déprimant, quand on y regardait d'assez près. Même sans y regarder de trop près, d'ailleurs.

En tout cas, il semblait avoir réussi à détendre un peu April, qui semblait beaucoup plus à son aise maintenant. Bon, elle n'allait pas commencer à danser au milieu de la foule en chantant son amour de l'humanité, mais au moins, elle passait l'épreuve avec brio, et ils n'étaient pas loin d'atteindre leur but, à présent. Clyde eut même le droit, pour la peine, à une remarque positive de la part d'April qui reconnut qu'elle ne devait son sang froid qu'à sa présence. Comme quoi, quand il le voulait, il était vraiment capable de miracles... C'était pas si courant, il fallait les attraper au vol et bien s'en souvenir, mais ils existaient.

-C'est tout un talent, ça,
répliqua Clyde avec une absence totale de modestie qui ne faisait pas pour autant de lui un flagorneur, juste un (mauvais) blagueur. J'ai le droit à des chocogrenouilles pour récompenser mes efforts ? demanda-t-il en constatant qu'il s'en trouvait près de la caisse.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Empty
Message#Sujet: Re: « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde   « La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

« La gourmandise, ça rapproche. » | April & Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Madeleine ∆ gourmandise française.
» S'éloigner de tout rapproche un peu de l'essentiel. (Luna <3)
» La mort rapproche les gens... il paraît | Aristide & Ravena
» Pas de larmes // FT. April
» Un dernier pour la route ? // April
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Honeydukes
-