AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
My Hero Academia : où acheter le Tome 39 ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:42

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Il avait mis longtemps avant de débusquer sa tanière, des heures et des heures à explorer la forêt interdite de fond en comble sans rien trouver sinon des traces de son passage. Des traces de son passage, c'était déjà beaucoup, mais ce n'était pas assez. C'était la créature qui avait laissé ces empreintes qui l'intéressaient. Déjà quand il était élève à Poudlard, il avait entendu dire qu'un chaporouge avait élu domicile dans la forêt interdite entre autres créatures illicites. Combien de fois avait-il parcouru ces bois de fond en comble dans l'espoir de le trouver... mais finalement, jamais rien. Jusqu'à l'autre soir, où il avait trouvé ce qui ressemblait à s'y méprendre à un abri de chaporouge. Ce soir, il était bien décidé à guetter près de cet abri dans l'espoir d'entrapercevoir son propriétaire. Mais il n'avait pas l'intention d'y aller seul. Pas par crainte, non, mais parce qu'il se disait qu'il en connaissait quelques-uns qui seraient assez heureux de sa découverte.

Il avait tout d'abord envisagé d'entraîner Rubeus avec lui, il aurait été satisfait de recueillir ses impressions, mais ça ne lui sembla pas une bonne idée finalement. Pour toute l'affection qu'il avait pour le jeune demi-géant, on ne pouvait pas dire qu'il soit un as de la discrétion. En plus d'être excessivement grand par nature, il était assez... pataud. Par contre, son jeune élève, Adrian, serait clairement ravi de sa trouvaille. C'était dangereux, c'est sûr, mais on ne se passionnait pas pour les créatures fantastiques sans, à un moment ou à un autre, accepter l'idée de se mettre un petit peu en danger. Et puis il était là, il supervisait, il ne pouvait rien arriver de grave. Au pire, ils se blesseraient très légèrement, pas de quoi fouetter un fléreur. Donc il avait envoyé au jeune serdaigle (qui devait être en pleine période d'examens, mais et alors ?) un courrier pour lui demander de le rejoindre à la lisière de la forêt interdite après le couvre-feu. Et à l'heure dite, le brave neveu du grand Norbert Dragonneau était bel et bien là.

"Parfait, tu as pu venir !"
s'exclama-t-il. "Allez suis-moi, on a pas de temps à perdre."
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeJeu 15 Nov - 23:54

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
C’était les examens de fin d’année et mine de rien, les élèves de Poudlard ne manquaient vraiment pas de travail. Adrian ne manquait pas de travail donc, il planchait tant bien que mal sur ses révisions afin de ne pas se faire avoir et éviter de rater ses examens. On ne pouvait pas dire que l’année d’Adrian avait été particulièrement simple pour être assidu en classe et dans les révisions. Alors, clairement, le jeune homme avait donc du retard à rattraper et il n’avait pas l’intention de ménager ses efforts. Parce qu’il comptait quand même réussir ses examens, il fallait qu’il passe en année suivante, qu’il prouve à ses parents (parce que maintenant il avait deux parents), qu’il s’en sortait bien. Et ce malgré… eh bien, malgré tout ce qui se passait. Entre la disparition de Hyppolite qui avait quand même pas mal ébranlé la famille avant qu’il ne soit retrouvé, entre son père qui arrivait si soudainement dans sa vie, son histoire avec Aulne qui n’était pas possible… oui, on faisait vraiment mieux pour se concentrer.

Mais comment se concentrer quand on recevait un message du Professeur Brûlopot qui nous demandait de se rendre à l’orée de la forêt interdite après le couvre-feu ? Impossible, on ne pouvait pas le faire. Ce n’était pas forcément raisonnable, au vu du fait qu’il se retrouvait dans une période de travail intense. Et il fallait quand même reconnaître que ça n’avait rien de sûr non plus. Le fait de se rendre dans la forêt interdite, qui ne portait pas son nom pour rien, en pleine nuit, ça n’avait rien de serein, c’était évidemment dangereux. Sauf qu’il serait en compagnie d’un professeur, alors il n’avait rien à craindre non ? Dans tous les cas, Adrian n’avait pas l’intention de se retenir de s’y rendre, il était bien trop curieux pour refuser le rendez-vous du Professeur Brûlopot. Alors, à l’heure du rendez-vous, Adrian fut là où il devait être.

« Bonsoir Professeur. » Dit-il simplement quand il mentionna le fait qu’il avait pu venir. Évidemment qu’il avait pu le faire. Bon, il aurait pu se faire attraper une ou deux fois à trahir le couvre-feu, mais il était arrivé à bon port. Sans perdre de temps, en tout cas, Adrian suivi l’homme jusqu’à l’intérieur de la forêt interdite, non sans avoir un milliard de question pour ce dernier. « On va où Professeur ? » Demanda-t-il vivement, ne cachant rien de l’enthousiasme qu’il ressentit en cet instant précis. Simplement parce qu’il se trouvait en compagnie de son professeur préféré et qu’ils se rendaient dans la forêt, dans le but sans doute d’aller trouver une créature ? À quoi bon sinon ? L’homme n’aurait eu aucune raison de lui demander de venir sinon. « Vous m’emmenez voir une créature ? » Il avait tant et tant de question qu’il devait se contenir de les poser toutes.
Code by Gwenn


_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeVen 4 Jan - 11:30

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Alors qu'ils faisaient tranquillement chemin vers le repère que le professeur de soin aux créatures magiques avait vraiment hâte de montrer à son jeune élève, ce dernier lui posa toutes les questions qu'il était en droit de formuler dans ces circonstances, car c'est vrai que Silvanus l'entraînait dans l'inconnu, sans aucune hésitation ni scrupule quant à l'idée qu'ils violaient totalement le réglement de l'école de magie et que ça pouvait leur retomber dessus. Silvanus se tourna vers le bleu et bronze et lui adressa un sourire.

Cela ne le dérangeait pas du tout de satisfaire à sa curiosité. C'était même tout l'inverse, il était impatient d'y aller de ses propres précisions sur la question, et il était convaincu qu'Adrian serait aussi enthousiaste qu'il l'était lui-même. Il avait peut-être tort de le penser et projetait peut-être un peu trop sur ce garçon l'image de son oncle ou encore celle de l'adolescent qu'il était à son âge, et qui arpentait déjà la forêt interdite sans vergogne, au risque d'y perdre une jambe ou deux.

"Je crois que j'ai découvert un repère de chaporouge"
, lui apprit-il, une excitation non dissimulée dans la voix, le regard pétillant.

Il espérait vraiment ne pas se tromper sur la question, car sinon, la déception allait être immense, mais en attendant, c'était peut-être une occasion en or d'observer en temps réel cette créature certes dangereuse, mais vraiment fascinantes.

Ce n'était pas le genre de créatures qu'il était autorisé à montrer en cours, alors il avait forcément envie de sauter sur l'occasion, vous imaginez bien. Il guetta la réaction de son interlocuteur, en espérant qu'Adrian serait aussi impatient que lui d'arriver sur les lieux. Ils tenaient là une chance unique d'observer le bien souvent inobservable. Impossible de ne pas le prendre avec enthousiasme, pas vrai ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeVen 15 Mar - 17:26

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian ne pouvait pas s’empêcher d’y aller de ses questions et il se doutait que ça n’était pas quelque chose qui déplaisait tant que cela à son professeur. C’était un peu comme avec son oncle, Norbert appréciait quand il lui posait des questions, parce qu’il était incapable de ne pas avoir envie de répondre à ces questions et parler des heures des créatures. Le jeune homme retrouvait clairement cela chez son professeur et d’ailleurs ce n’était pas la seule chose qu’il trouvait similaire chez son professeur et son oncle. Ils avaient le même goût pour le risque par exemple, ne se retenant pas d’approcher des créatures, se retrouvant donc marqué… même si Norbert l’était beaucoup moins que Brûlopot.

Il n’avait donc aucune raison de se retenir de poser ces questions et il attendait avec impatience la réponse de l’homme, qui ne tarda pas. Ce dernier lui apprit donc qu’il avait peut-être découvert le repère de chaporouge. Le jeune homme ne put s’empêcher d’afficher de grands yeux brillants à cette remarque, se laissant clairement envahir par l’excitation. Celle que son professeur ressentait aussi, clairement… ça se voyait.

« Des chaporouge ?! » Lança-t-il, non sans se retenir de crier tout de même. Il avait parfaitement compris les propos de son professeur, il ne cherchait pas confirmation. C’était simplement un moyen de montrer sa surprise, une très bonne surprise. « Génial ! » Adrian avait conscience que ces créatures étaient dangereuses, mais ça ne lui faisait pas peur. En grande partie parce qu’il se trouvait auprès de son professeur et surtout, parce qu’il savait bien que s’il voulait se lancer dans la même carrière que son oncle, il allait devoir apprendre à prendre des risques. « Ne tardons pas ! » Dit-il alors en pressant le pas, même s’il devait surtout suivre son professeur.

Il n’avait aucune raison de donner le moindre ordre à son professeur, mais il était juste bien trop impatient de s’y rendre pour se retenir. Il avait hâte d’y être, il avait hâte de pouvoir profiter de ce… cours particulier avec Brûlopot. Le jeune homme savait bien que ce n’était pas donné à tout le monde quand même de se retrouver dans sa position, que tout le monde n’avait pas la chance (parce que oui, il voyait ça comme une chance) de recevoir un message du professeur de soin aux créatures magiques l’invitant à une virée dans la forêt interdite. Bon, ce n’était pas sans danger et sans doute que l’homme enfreignait plus d’une règle de l’école de magie, mais clairement il n’en avait que faire en cet instant précis.
Code by Gwenn


_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMer 27 Mar - 11:20

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Une lueur enthousiaste brilla presque immédiatement dans le regard d'Adrian quand Silvanus évoqua le chaporouge, et le professeur de soin aux créatures magiques en fut plus que satisfait. En même temps, il n'attendait pas vraiment une autre réaction de la part de son élève. Après tout, ils s'entendaient très bien tous les deux sur ce point : toute observation était bonne à prendre, peu importe le degré de danger. Ce n'était pas pour rien si le professeur tenait à partager l'événement avec l'adolescent. Tant qu'à faire, il voulait que ce soit en compagnie de quelqu'un qui soit à même de réellement apprécier le caractère exceptionnel de la situation.

L'instant d'après, portés par une motivation commune, le professeur et l'élève s'engouffraient dans la forêt interdite, Silvanus avançant d'un pas sûr. Il arpentait sans cesse la forêt interdite, de long en large. Aussi, il connaissait les lieux par coeur, et il n'avait aucun mal à guider Adrian jusqu'au lieu convoité. Il gardait sa baguette à la main, précaution qu'il ne prenait pas toujours mais considérait nécessaire dans ces circonstances. Silvanus était du genre inconscient, et en agissant comme il le faisait, il mettait forcément la vie de son élève en danger, mais il parvenait à faire abstraction de ces considérations sous le prétexte qu'il s'imaginait apte à les défendre contre n'importe laquelle des bestioles magiques qui pourraient éventuellement croiser leur chemin. Et pour ce qui était du chaporouge, qui était effectivement une créature violente, il avait dans sa poche une fiole de potion de beauté de laquelle ils pourraient l'asperger si besoin... si la bête devait être neutralisée, ils seraient prêts. Mais dans l'idéal, ils ne se feraient pas voir.

Après avoir marché plusieurs longues minutes, ils arrivèrent au niveau du repère de chaporouge. Il s'était établi dans une sorte de grand terrier, près duquel un cadavre de centaure avait été retrouvé il y a plusieurs années. On entendait du mouvement depuis le repère... Silvanus était fébrile. Apparemment, la créature était là. Il invita son élève à se dissimuler derrière les arbres les plus proches. Il s'agissait de se faire discrets, à présent.

"Qu'est-ce que tu dirais de l'attirer à l'extérieur ?"
suggéra-t-il en parlant le plus bas possible.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeSam 22 Juin - 15:35

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian était vraiment fébrile, mais dans le bon sens du terme, en marchant dans la forêt interdite en compagnie de son professeur. Ce n’était pas la première fois qu’il s’y rendait, le professeur Brûlopot l’avait déjà convié à des expéditions de ce style. Mais à chaque fois, c’était la même chose, Adrian se sentait vraiment fébrile, comme un enfant qu’on emmenait dans un magasin de jouet. En même temps, se rendre dans la forêt interdite c’était mieux que des jeux pour Adrian, c’était une passion qu’il ne cachait pas avoir. Il avait de la chance d’avoir un professeur acceptant ce genre d’expédition, quand bien même le bleu et bronze se doutait que l’homme risquait quand même gros à faire ce genre de chose. Mais ce n’était pas un souci, parce qu’ils n’allaient pas se faire prendre.

Cela dit, alors qu’ils avançaient dans la forêt interdite, Adrian avait quand même pris sa baguette dans sa main. Il ne pouvait pas forcément rivaliser avec son professeur pour les sauver d’une mauvaise situation au cas où qu’il se passe quelque chose, mais Adrian osait croire qu’il connaissait quand même quelques sorts, il était mine de rien en sixième année et il n’était pas un inculte. Alors, au cas où, il avait bel et bien sa baguette en main.

Le trajet fut long, Adrian ne sut pas exactement combien de temps ça dura et surtout si sa perception du temps était réelle ou non – puisqu’il avait grande hâte d’arriver au but –, mais ils finirent bel et bien par arriver au but. Adrian observa les yeux, il n’avait pas toutes les informations de son professeur, mais il ne demandait qu’à apprendre. Qu’à en découvrir plus et encore plus. Il observa le terrier où se trouvait la créature, jusqu’à ce que son professeur l’invite à se cacher. Adrian savait bien qu’ils devaient se montrer prudent, parce que les chaporouge n’étaient quand même pas les créatures les plus pacifiques du monde, bien au contraire.

« Oui, comment on s’y prend ? » Demanda-t-il la voix basse, alors qu’ils étaient cachés afin de ne pas prendre trop de risque.

Adrian avait bien sûr lu des théories, il savait que la potion de beauté avait de l’effet sur les chaporouges, mais il ne demandait qu’à apprendre comment ils pouvaient s’organiser en cet instant précis, comment ils allaient faire pour faire sortir la créature. Le jeune homme savait bien qu’il ne pouvait pas être entièrement acteur de la situation, puisqu’il était surtout là en tant qu’observateur, mais ça ne changeait rien au fait qu’il était plus qu’à sa place. Du moins, il se considérait vraiment là où il devait être.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMar 25 Juin - 9:16

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


La réponse d'Adrian était affirmative. En même temps, Silvanus n'avait pas douté un seul instant du fait qu'il approuverait sa proposition, sans quoi il n'aurait même pas pris la peine de la formuler pour commencer. Il ne servait à rien de lorgner un repère de chaporouge s'ils n'en voyaient même pas le bout de l'horrible nez. Bien évidemment, l'attirer à l'extérieur comprenait des risques, mais on ne choisissait pas de s'intéresser aux créatures fantastiques si on n'acceptait pas les risques. Et il était là, il avait le dispositif nécessaire pour empêcher le chaporouge de leur faire du mal, mais tout se passerait bien, c'était justement ce frisson supplémentaire qui rendait son métier si exaltant, après tout.

"Eh bien..."
Il fouilla dans sa sacoche en bandoulière et en sortit deux pièces de viande saignantes enveloppées dans du papier. "Il faut espérer qu'il ait faim", décréta-t-il alors.

Il aurait pu jouer les professeurs, attendre qu'Adrian lui donne ses suggestions sur les méthodes qu'il imaginait les plus appropriées, mais les circonstances ne se prêtaient pas vraiment à cela, déjà que chaque mot devait être chuchoté pour que le chaporouge n'ait pas immédiatement vent de leur présence. Il serait toujours temps plus tard pour l'interroger sur les enseignements qu'il tirerait de cette expérience. Même si ce n'était pas unee forme très conventionnelle d'enseignement, Silvanus considérait cette expédition dans la forêt interdite comme une sorte de cours privé. Même si Albus ne l'entendrait pas de cette oreille s'il découvrait ce qui se tramait là... s'il ne le savait pas déjà. Albus avait toujours ce fichu don de tout savoir.

Il se rapprocha avec précaution de l'entrée de la tannière et déposa les morceaux de viande rouge au sol avant de repartir aussitôt en sens inverse pour rejoindre l'endroit où Adrian et lui étaient postés jusqu'ici. Il retint son souffle. Peut-être que son entreprise aura été vaine. Peut-être que ça ne mènerait nulle part, et si c'était le cas... il serait vraiment déçu, tout ça pour rien.

Mais sa petite stratégie eut l'air de porter ses fruits, le mouvement à l'intérieur s'intensifier, et finalement, l'hideuse créature pointa le bout de son nez à l'extérieur.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeJeu 26 Sep - 15:25

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian avait énormément de question à poser à son professeur, et il se retenait de mes poser. Il n’avait pas réellement le choix, il avait conscience qu’il ne pouvait pas débattre avec son professeur sur la créature qu’ils cherchaient à voir. Il avait envie de parler, mais il ne pouvait pas prendre le risque de faire trop de bruit. Il n’avait aucune envie de gâcher ce moment en prenant la peine de parler bêtement. Il allait donc se contenter de poser des questions plus tard, il allait d’abord attendre de voir ce que ça allait donner.

Il attendit donc de savoir auprès de son interlocuteur ce qu’ils allaient faire, et le professeur affirma en sortant deux morceaux de viandes qu’il fallait espérer que la créature ait faim. C’était un peu frustrant en un sens de se reposer sur la chance comme cela, mais ce n’était pas non plus comme s’ils avaient le choix. Et Adrian avait conscience que c’était une grande part du travail de magizoologiste, il fallait énormément de patience, il ne fallait pas se frustrer bêtement. Alors c’était ce qu’il allait tenter de faire.

Il se contenta donc d’un signe de la tête et ne dit aucun mot alors que le professeur allait déposer les morceaux de viande devant la taverne du chaporouge. Brûlopot revint à ses côtés, toujours dans le plus grand silence. Et ils attendirent. Ils n’avaient pas réellement d’autres choix non plus, ils devaient juste attendre et attendre…

Et apparemment, ça payait. Au bout d’un moment, il y eu des bruits plus forts, et finalement le chaporouge sortie de sa tanière. Adrian senti un frisson parcourir son échine, il était excité par la situation. Il n’en revenait pas, il se trouvait en face d’une tanière de chaporouge et ce dernier se trouvait même devant lui.

« Incroyable. » Dit-il dans un souffle en tentant de ne pas faire le moindre bruit, mais il ne pouvait pas contenir le mot plus longtemps.

Le jeune homme n’osa pas bouger, il avait conscience que s’ils se faisaient repérer par le chaporouge, ce dernier n’allait pas se retenir et il allait partir se cacher. Ça serait donc une perte de temps pour eux, ils auraient fait tout cela pour rien. Alors le jeune homme ne devait pas faire trop de bruit, pas de mouvement brusque. La créature attrapa les morceaux de viande et commença à les manger. Par chance, il n’avait visiblement pas l’intention de retourner dans sa tanière dans le but de manger, ce qui était une bonne chose.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeLun 30 Sep - 11:55

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Parmi les qualités que le professeur appréciait chez son élève, il y avait en premier lieu la patience. Ce n'était pas avec n'importe quel adolescent qu'il aurait vraiment pu se permettre d'agir comme il le faisait. Certes, normalement, il ne devrait le faire avec aucun de ses élèves... mais il créait et encourageait une vocation, il estimait qu'il n'y avait aucun mal à ça. Donc, Adrian était patient, et c'était très bien, car il sut rester silencieux et attendre que la créature pointe le bout de son nez. C'était une bonne chose. Si le serdaigle avait dû se montrer trop curieux ou bavard directement, il aurait très bien pu tout gâcher, et ça aurait été franchement dommage.

Le professeur de soin aux créatures magiques afficha une esquisse de sourire, fier de son effet, quand Adrian souffla un "incroyable" qui venait du coeur. Sans avoir cherché à impressionner son élève, il était heureux de reconnaître chez le jeune homme la même passion qui s'illustrait aussi chez son oncle et qui faisait de lui le meilleur magizoologiste au monde (Silvanus était particulièrement objectif sur la question). Le chaporouge se délectait des morceaux de viande rouge. Il ne tarderait peut-être pas à retourner dans sa tanière... L'approcher davantage et signaler leur présence serait prendre un trop grand risque, mais sur le moment, c'était très tentant.

"N'est-ce pas ?"
souffla le professeur, ravi d'entendre qu'Adrian partageait son opinion sur la question.

Pour le coup, c'était préférable, surtout qu'ils étaient coincés ici jusqu'à ce que le chaporouge se remette à l'abri, s'ils choisissaient de s'en aller maintenant, ils allaient attirer l'attention de la créature, et le moins que l'on puisse dire concernant ces bêtes-là, c'est qu'elles n'étaient pas spécialement amicales. Ce serait prendre un risque démesuré, et pas nécessaire.

C'était aussi un risque démesuré et pas nécessaire (donc dans les habitudes de Silvanus, qui en prenait constamment, et encore maintenant en poussant Adrian à enfreindre toutes les règles de l'école de magie) de faire, après plusieurs longues minutes d'observation silencieuse, un pas en avant pour se rapprocher. Et il lui coûta cher car sa jambe de bois heurta une branche dans un craquement qui fit se retourner la bête dans leur direction.

"Je crois qu'il va falloir courir."


Une soirée normale dans la vie de Silvanus Brûlopot.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeSam 8 Fév - 11:38

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian ne perdait pas son sourire alors que son professeur confirmait le fait que c’était incroyable. Définitivement, le bleu et bronze adorait le fait que le Professeur Brûlopot l’apprécie au point de l’emmener à ce genre d’expédition, il était aux anges. Oh, il avait conscience du danger bien sûr, mais ce n’était pas parce que le danger était présent qu’il ne devait pas profiter du moment. Surtout qu’en soit, il y avait des dangers bien plus importants. Son oncle avait eu l’occasion de se retrouver devant des créatures bien plus dangereuses qu’un chaporouge, c’était une part du métier. Et Adrian osait croire que c’était ce qu’il allait faire aussi, quand il deviendrait officiellement un magizoologiste. Et quand il se trouvait dans une telle situation avec son professeur, Adrian avait la conviction que c’était bel et bien ce qu’il allait faire plus tard.

Le jeune homme avait envie de s’approcher, mais il avait conscience qu’ils ne devaient pas faire le moindre mouvement. Les chaporouges n’étaient pas des créatures aimables, il valait mieux éviter de s’attirer leurs foudres. Ils pouvaient l’observer et sans doute qu’ils allaient devoir attendre que la créature rentre de nouveau dans sa tanière pour s’en aller. Au moins, il était sûr et certain que c’était bien un repère de chaporouge, ils en avaient la preuve sous les yeux puisque celui qu’ils observaient mangeait la viande. Adrian se retint de prendre son carnet de note, pour éviter de faire du bruit.

Mais son professeur fit un pas, et sa jambe de bois heurta une branche. Dès le craquement, le chaporouge tourna la tête vers eux et il ne pouvait que les voir maintenant. Ça n’avait rien de rassurent d’entendre le professeur affirmer qu’ils allaient devoir courir, mais franchement ce n’était pas vraiment sur la manière que le jeune homme se questionna. En fait, il ne se questionna pas et se mit à courir. Le chaporouge ne tarda pas à les suivre, muni d’une sorte de grande branche qu’il brandissait sans doute dans le but de les attaquer. Adrian ne pouvait pas s’empêcher de lancer quelques regards en arrière, parce que franchement… on ne voyait pas un tel spectacle tous les jours. Mais en même temps, il ne pouvait pas ralentir le rythme ou alors le chaporouge allait le rattraper. Par réflexe, le jeune homme avait pris sa baguette dans la main, mais il n’avait aucune idée de quel sortilège il pourrait bien lancer, sans évidemment faire de mal à la créature.

« Vous avez une potion de beauté sur vous professeur ? » Demanda-le jeune homme entre deux lourdes respirations. C’était ce qu’il avait appris, les chaporouge avaient horreurs des potions de beauté, de tout ce qui était lié à la beauté d’une manière générale. Alors, c’était sans doute le meilleur moyen de se sortir de cette situation. Du moins, c’était ce que Adrian ferait… s’il en avait une sur lui évidemment, en théorie c’était sans nulle doute la meilleure des manières. Sauf qu’il manquait cruellement de pratique au jeune Adrian.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMer 12 Fév - 13:48

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Dans l'idéal, le professeur de soin aux créatures magiques préférait fuir que d'affronter la créature. Ce n'était pas de la lâcheté, non, Silvanus avait d'ailleurs plutôt tendance à être courageux au point de se montrer vraiment beaucoup trop téméraire. Mais il y avait une grande différence entre le fait d'observer des créatures fantastiques et s'y confronter directement. Silvanus se plaçait en position de contemplateur et d'analyste, il ne voulait interragir avec les créatures qu'à distance si ces dernières étaient hostiles à l'homme (elles ne l'étaient jamais sans raison). Alors oui, la fuite était pour lui le meilleur moyen.

Mais un moyen qui manquait finalement d'efficacité, ainsi que le professeur de soins aux créatures magiques était bien contraint de le remarquer, car le chaporoge ne lâchait rien, il ne se contentait pas de protéger son territoire, il les poursuivait, littéralement, armé d'un bâton. Silvanus savait que les chaporouges étaient des créatures moins rapides que les humains, mais en revanche endurantes. Qui plus est, à courir ainsi au beau milieu de la forêt interdite, ils prenaient le risque d'attirer l'attention d'autres créatures qu'il serait préférable de ne surtout pas attirer.

Alors oui, la potion de beauté, c'était sûrement la solution... En fait, c'était la seule solution face à un chaporouge. Enfin, certains sortilèges classiques fonctionnaient également, mais ils pouvaient être plus nocifs, la potion de beauté avait le mérite d'avoir des effets qui n'étaient que temporaires, et qui se résorbaient avec le temps, ce qui était préférable. Et Adrian pensa la même chose. Silvanus lui adressa un sourire en retour. Ce n'était pas pour rien s'il était son élève préféré (en dehors de son lien familial avec le grand Norbert Dragonneau), il était brillant, et il avait une bonne mémoire, et une bonne gestion du stress et de l'urgence.

"Continue de courir"
, lui suggéra-t-il quand lui-même se stoppa net et se retourna. Il n'aimait pas franchement en arriver là, même pas du tout, mais aux grands maux les grands remèdes. Quand il n'y avait pas d'autre choix, c'était comme ça.

Il fit face à la créature qui, enragée, lui montrer les dents. Elle eut le temps de lui frapper et mordre le bras le temps qu'il l'asperge de la potion. Ce n'étaient jamais que quelques cicatrices supplémentaires qui s'ajouteraient à toutes celles qu'il avait déjà.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeDim 14 Juin - 14:37

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian ne pouvait pas garantir avoir la solution parfaite, mais c’était celle qui lui venait à l’esprit. Les chaporouge avait horreur de la beauté, on leur avait apprit que la potion de beauté était le moyen le plus efficace et le moins dangereux aussi de se débarrasser d’une telle créature. Alors c’était sans doute ce qu’ils devaient faire maintenant, mais le jeune élève ne savait pas si son professeur avait ce qu’il fallait sur lui. Oh, il se doutait quand même que Brûlopot avait prévu le coup, qu’il n’était pas venu ici sans s’être quand même un peu préparé. Ce qui était le cas, l’homme avait sûrement ce qu’il fallait sur lui puisqu’il lui affirma qu’il devait continuer de courir, quand lui-même se stoppa net. Adrian courut un peu, mais pas beaucoup, avant de s’arrêter et de se cacher derrière un tronc d’arbre pour observer la scène. Il ne devrait pas rester et il devrait continuer de courir comme son professeur lui avait demandé de faire, mais sa curiosité était trop grande. Il n’avait aucune envie de laisser son professeur faire tout cela seul.

Il l’observa donc faire face au chaporouge, qui ne se retint pas de le frapper et de lui mordre le bras. Adrian eut envie d’intervenir, de faire quelque chose, il ne savait pas quoi, mais… en même temps, il n’avait pas envie de gêner son professeur qui donnait le sentiment d’avoir les choses en main quand même. Enfin, en quelque sorte. Puisqu’il parvint quand même à lancer cette potion de beauté sur la créature, quand bien même son bras en souffrait maintenant. Enfin, c’était sans doute le risque du métier. Adrian observa attentivement la scène, le chaporouge n’apprécia pas du tout de se faire asperger par cette potion. Il poussa un cri, avant de détaler dans l’autre sens. Adrian n’était pas sûr qu’ils aient beaucoup de temps devant eux, mais en tout cas la créature n’était plus là, ils avaient un peu de temps devant eux sans doute.

« Professeur, vous allez bien ? » Demanda-t-il en s’approchant de l’homme, même si c’était peut-être un peu risqué. Enfin, il ne pensait pas prendre trop de risque non plus, parce que le chaporouge était parti et puisqu’il venait de recevoir de la potion de beauté sur lui, ils devaient quand même avoir un peu de temps devant eux. « Votre bras ? »

Parce qu’il avait vu la créature le mordre quand même et… bon, ce n’était jamais bon de se faire mordre. Même si c’était quelque chose sans doute de naturel quand on avait à faire aux créatures, il suffisait de voir l’état du professeur Brûlopot, ou encore des mains de son oncle Norbert. Au moins, Adrian savait quand même à quoi s’attendre, il avait conscience qu’il risquait quand même d’avoir quelques traces sur le corps quand il allait côtoyer un peu plus les créatures.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMer 17 Juin - 10:48

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Alors que Silvanus regardait la créature détaler en courant, plus fasciné qu'horrifié par la scène qui venait tout juste de se produire, il entendit la voix d'Adrian dans son dos. Apparemment, le jeune serdaigle n'avait écouté ses directives qu'à moitié, en tout cas, il n'était pas parti bien loin. Est-ce que le professeur de soin aux créatures magiques avait l'intention de le lui reprocher ? Pas réellement, en réalité, il comprenait sa position, lui non plus n'aurait pas résisté à l'envie d'observer la scène, même d'un peu loin. Et pour le coup, il ne pouvait pas vraiment se permettre de faire la morale à son élève alors qu'il le mettait singulièrement en danger en organisant ces sorties improvisées en pleine forêt interdite alors que l'accès, comme son nom l'indique, en était interdit, pour d'excellentes raisons, qui ne devraient normalement échapper à personne, encore moins après ce qui venait de se passer. Donc non, il n'allait pas le réprimander. En revanche, il allait vite se charger de rassurer le jeune Serdaigle, qui n'avait aucune raison de s'inquiéter outre mesure pour lui.

"C'est rien, il en a vu d'autres"
, répondit Silvanus avec un sourire rassurant.

Sa blessure lui faisait quand même sacrément mal, mais cela restait malgré tout vrai qu'il en avait vu d'autres, et des plus terribles. Certaines de ses mésaventures lui avaient valu plus que quelques bandages d'ailleurs, preuve en était de sa jambe en moins, dont il s'était accomodé avec le temps malgré tout. Son bras en avait vu d'autres et en verrait d'autres. En revanche, il valait mieux éviter que la plaie ne s'infecte. On ne savait pas où les dents de ce chaporouge avait traîné, après tout. Dans le doute, il restait préférable de ne pas prendre de risques.

"Est-ce que tu connais quelques sorts de soins ?"


Lui-même en connaissait un rayon, mais c'était le bras qui tenait sa baguette qui avait été touché, et il ne pensait pas lancer des sorts aussi efficaces de la main gauche que de la main droite. Il pourrait bien se traîner un bras en écharpe jusqu'à l'infirmerie, c'était une autre option, mais il n'avait pas forcément envie de faire face à la vindicte de l'infirmière, qui irait sûrement se demander où il était encore allé traîner, la connaissant. C'est qu'elle n'était pas commode, la Sparkley ! Et s'il pouvait s'éviter que les détails de leur petite escapade fasse le tour de Poudlard, il n'allait sûrement pas dire non.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeSam 12 Sep - 23:32

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian ne fut qu’à moitié rassuré en entendant son professeur affirmer que son bras en avait vu d’autre. Oui bien sûr que c’était le cas, l’homme en avait vu d’autre assurément, puisqu’il avait quand même une jambe en moins, ce n’était pas… rien. Son oncle aussi avait de nombreuses cicatrices, même s’il avait eu la chance de ne pas perdre un membre. Adrian se doutait que c’était un peu le lot de toutes les personnes qui approchaient des créatures magiques et donc que ça risquait de lui arriver, mais ça ne lui faisait pas peur. Quand bien même, le bleu et bronze ne menait pas non plus large devant la blessure de son professeur.

Surtout que l’homme lui demanda s’il connaissait des sorts de soin. D’accord, c’était quand même une sacrée responsabilité tout d’un coup qui se trouvait sur ses épaules, puisque son professeur attendait quand même de lui qu’il soit capable de le soigner.

« Eh bien… oui, j’en… j’en connais. » Répondit-il, en tentant de se montrer le plus assuré possible.

Adrian ne s’était jamais vraiment considéré comme très bon dans sa scolarité, mais il osait quand même croire que débrouiller un minimum. Cela dit, ce n’était pas rien de soigner quelqu’un, il fallait vraiment s’en sortir comme il le fallait. Il n’avait pas le droit à l’erreur. Mais… en même temps, il avait aussi à cœur de prouver qu’il était capable de s’en sortir, qu’il était capable de faire quelque chose et que Brûlopot avait clairement bien fait de l’emmener avec lui. Il avait envie d’être à la hauteur de la décision du professeur de soin aux créatures magiques. Alors, le jeune homme pointa sa baguette vers le bras de son professeur.

« Vous… vous êtes prêt ? »
Demanda-t-il, en regrettant presque aussitôt la question qu’il posait. Le jeune homme devait se montrer bien plus confiant que cela, il devait prouver à son professeur qu’il était quand même capable de faire quelque chose.

Enfin, dans tous les cas, ils étaient là et Adrian n’avait aucune intention de laisser son professeur dans la panade. Alors, il se lança et lancer deux trois sorts de soin qu’il connaissait, dans le but d’empêcher la blessure de Brûlopot de s’infecter et de devenir plus grave qu’elle n’était. Ça semblait donner un résultat plutôt positif, même si Adrian espérait que ça ne soit pas qu’une apparence.

« J’espère que ça sera suffisant. » Il ne put s’empêcher de le préciser. S’il le fallait, peut-être que son professeur irait voir l’infirmière de l’école, ce serait peut-être mieux d’ailleurs.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMer 16 Sep - 11:21

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


Silvanus savait bien qu’il en demandait beaucoup au jeune sorcier, il mettait sur ses épaules un poids qu’il n’avait pas à porter, mais il ne voulait pas non plus lui demander de faire quelque chose avec quoi il ne se sentirait pas à l’aise. Silvanus aurait très bien compris qu’il refuse, ou lui dise qu’il ne se sentait pas assez confortable avec cette idée. Et même s’il acceptait et que le sort ratait, il ne lui en voudrait pas pour autant, vraiment. Un sort mal exécuté, ça se soignait, ce n’était pas bien grave, mais plus tôt on prendrait en charge sa blessure, moins les risques d’infection seraient importants, alors autant tenter le tout pour le tout. Et finalement, Adrian accepta de se plier au jeu.

Silvanus voyait bien que le bleu et bronze cherchait à l’impressionner, et il aimait bien ce trait de caractère. Ça pouvait passer pour de la lèche pure et simple, mais le professeur de soin aux créatures magiques ne l’interprétait pas du tout de cette façon, non, il voyait plutôt chez son interlocuteur une grande volonté, un besoin forcené de faire ses preuves et de montrer de quoi il était capable. Et c’était armé d’une volonté de la sorte qu’on allait loin de la vie. Adrian Goldstein deviendrait un grand magizoologiste, et dans ce métier, s’y connaître en sorts de soins n’était pas du luxe.

L’adolescent pointa sa baguette sur son bras meurtri et mordu. Le sortilège de soin fonctionna bien. Il ressentait déjà un grand soulagement au niveau de son bras. Il observa le membre blessé avec satisfaction. Il allait quand même falloir qu’il surveille ça, juste au cas où. Et si nécessaire, il ferait face à Sparkley, même si cette perspective ne lui plaisait pas spécialement. Au moins, la plaie était nettoyée, le risque d’infection amoindri.

"C’est parfait, Adrian. Je te remercie."


Il lui adressa un sourire qui était mêlé de gratitude et de fierté. Il voyait son jeune élève toujours plus digne de l’héritage de son oncle, et il était ravi de voir que ce qu’il avait perçu chez lui n’était pas juste une sorte de transfert qu’il avait fait, reflet de son admiration pour le grand Norbert Dragonneau.

"Ton comportement a été admirable. Tu feras définitivement un grand magizoologiste, un jour."



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeDim 18 Avr - 10:36

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian n’était pas complètement sûr de lui, il avait envie de faire les choses bien et il espérait avoir soigné son professeur comme il le fallait, mais on n’était jamais à l’abris d’une mauvaise manipulation d’un sort. Le jeune bleu et bronze avait bien compris que les sorts de soins étaient importants dans la carrière qu’il espérait embrasser, il suffisait de voir les mains de son oncle et le… corps de son professeur pour comprendre qu’il valait mieux savoir se soigner en cas de problème. Mais en même temps, il n’avait pas encore fini ses études et il n’avait pas non plus eu l’occasion d’utiliser ces sorts pour de vrai. Il avait vu la théorie, la pratique aussi en cours, mais ce n’était pas pareil d’être en cours et d’utiliser ces sorts pour de vrai dans une situation… réelle.

Mais quand l’homme leva son regard vers lui après avoir longuement observé sa plait, en lui affirmant que c’était parfait, Adrian se sentit soulagé. Il adressa un sourire en retour à celui de son professeur, lui faisait un signe de la tête quand il le remercia. Le professeur n’avait pas besoin de le remercier, il avait juste fait ce qu’il fallait du mieux qu’il avait pu. Mais c’était quand même agréable de recevoir les remerciements de son professeur. Encore que… ça n’était rien du tout en comparaison de ce que l’homme lui affirma ensuite. Son comportement avait été admirable, déjà c’était juste très agréable d’entendre une telle chose. Mais ensuite, quand son professeur affirma qu’il fera un grand magizoologiste un jour, il ne pouvait qu’en être particulièrement touché, presque ému même.

« Je… je n’ai rien fais. » Dit-il ne pouvant pas s’empêcher de répondre modestement. Il appréciait sincèrement les compliments bien sûr, mais à côté de cela il n’était pas entièrement sûr de les mériter. Pas qu’il ait fait quelque chose pour ne pas les mériter mais… en fait, il ne savait pas trop. « Vous… vous pensez vraiment que je… que je peux être un bon magizoologiste ? »

C’était le rêve de Adrian, mais plus la fin de ses études approchaient, plus il espérait ne pas faire d’erreur. Parce qu’en soit, s’il avait envie de suivre cette voie, c’était simplement parce que son oncle était le plus grand de ce domaine, et qu’il l’avait très clairement influencé. Peut-être que s’il avait connus son père depuis son enfance, il aurait eu envie de devenir boulanger. Alors… il se posait des questions, il espérait qu’on ne lui disait pas seulement ça parce qu’il avait de la chance de faire parti de la famille de Norbert Dragonneau et qu’il avait donc quelques… facilités dans ce domaine. Il voulait vraiment faire les choses bien, prouver qu’il était à la hauteur.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeMer 21 Avr - 8:16

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


En plus d'avoir été brave, Adrian se payait le luxe de se montrer particulièrement modeste. Ce n'était peut-être que de la fausse modestie, mais dans tous les cas, il appréciait l'humilité comme trait de caractère (lui-même en manquait souvent vraiment beaucoup), vraiment beaucoup, car c'était un signe de maturité et d'intelligence, chose dont beaucoup d'adolescents n'étaient pas capables, du haut de leurs dix-sept ans. Logique, ils n'avaient que dix-sept ans. L'air de rien, c'était tôt pour décider du chemin que l'on allait emprunter et des choix de vie que l'on allait faire.

Bien sûr que si, il avait été très actif dans cette situation. Il avait eu les bons réflexes en présence du chaporouges, il l'avait aidé à soigner sa blessure (même si un détour par l'infirmerie ne serait clairement pas un moindre luxe, mais ça aurait été le cas peu importe qui aurait décidé de le soigner), et s'il s'était retrouvé seul dans cette situation, il l'aurait tout aussi bien géré. S'il décidait, à l'exemple de son oncle, de parcourir le monde afin d'aller observer diversité de créatures fantastiques, il le ferait très brillamment et il reprendrait le flambeau du célèbre Norbert Dragonneau, qui ne devait pas être peu fier de ce que neveu était devenu. Même s'il n'apprécierait pas forcément que son professeur de soin aux créatures magiques entraîne Adrian dans des situations plus compliquées et plus dangereuses les unes que les autres.

"Bien sûr que je le pense"
, répondit Silvanus avec enthousiasme et volonté. Il ne s'agirait pas qu'Adrian puisse avoir des doutes ou penser le contraire.

Silvanus était ravi de voir Adrian s'intéresser autant à sa matière, à sa passion. Lui qui était déçu de voir à quel point le fils de son héros se fichait assez royalement des créatures magiques et du métier de son père, il aimait voir que, a contrario, son neveu, lui, prenait la chose vraiment très à coeur et tenait vraiment à en faire un choix de carrière. A l'approche de la fin de sa scolarité, peut-être commençait-il à douter, mais il ne le devait pas, vraiment pas. Il avait prouvé à l'instant, plus que jamais, que ce pouvait être pour lui un don autant qu'une vocation.

"Tu sais faire preuve de courage, de patience, de sang froid, d'observation, tu as toutes les connaissances requises. Je suis sûre que si tu en parles avec ton oncle, il dira la même chose que toi."

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Adrian Kowalski
Adrian Kowalski
▌ Messages : 677
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeSam 30 Avr - 9:37

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Adrian ne pouvait pas s’empêcher de toujours se sentir un peu gêné quand il recevait des compliments, parce qu’il n’était pas si sûr que cela de les mériter réellement. D’autant plus quand cela concernait sa passion pour les créatures magiques et le fait qu’il ait envie de suivre les pas de son oncle. C’était bête sans doute, mais par moment, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il se contentait de suivre un chemin paternel qu’il avait connu toute sa vie, et qu’il se sentait si passionné juste parce que Norbert faisait se métier. Et si au final ce n’était pas fait pour lui ? Et s’il était juste incapable de trouver sa propre voie ? Avant, Adrian ne se posait pas réellement cette question, mais plus la fin de ses études approchait, plus c’était le cas. Et maintenant qu’il connaissait mieux son père également, il ne pouvait pas s’empêcher de se demander ce qu’il aurait décidé si jamais il avait eu la chance d’avoir Jacob dans sa vie tout le temps. Peut-être qu’il aurait juste décidé de devenir boulanger à son tour, qu’il aurait suivi son vrai chemin paternel et reprit l’entreprise familiale. Adrian ne devrait pas se poser ce genre de question bien sûr, mais l’adolescence était une période pleine de doute.

Alors entendre son professeur lui affirmer de but en blanc qu’il le pensait vraiment fait pour être magizoologiste, ça lui faisait un bien fou. Surtout qu’il se permettait de penser que l’homme se montrait suffisamment objectif et qu’il ne disait pas juste ça dans le but de lui faire plaisir. Même si forcément, c’était quand même étrange pour Adrian de l’entendre le complimenter, en lui affirmant qu’il savait faire preuve de courage, de patience et de sang-froid.

« J’espère. » Répondit-il, dans un fin sourire, quand son professeur lui affirma que s’il posait la question à son oncle, ce dernier serait du même avis que lui. Il n’avait pas spécialement envie de passer pour celui qui se contentait de faire de la fausse modestie, il espérait vraiment que son oncle penserait de la même manière que son professeur. « Je n’ai pas envie qu’il se contente d’être de votre avis pour me faire plaisir. » Il ne devrait sans doute pas exprimer ce genre de doute, mais il se sentait suffisamment en confiance avec le Professeur Brûlopot pour le faire. « Mais c’est… c’est en effet quelque chose que j’aimerais vraiment pouvoir réussir à faire ! »

Et en soit, Adrian savait bien qu’il avait de la chance d’être proche du grand Norbert Dragonneau, le meilleure magizoologiste qu’il puisse être. Il pouvait tout apprendre du meilleur et il espérait bien pouvoir tout apprendre de lui bien sûr. C’était une chance pour lui clairement, autant qu’il en profite un maximum pour en tirer tout ce qu’il pouvait.
Code by Gwenn

_________________
La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême.
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Silvanus Brûlopot
Silvanus Brûlopot
▌ Messages : 191
Humeur :
Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Châtaignier et plume de phénix, 28,75 centimètres, flexible
Camp: Bien
Avatar: Martin Freeman

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitimeLun 2 Mai - 15:30

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt


"Oh, je suis sincèrement convaincu que votre oncle n'est pas du genre à complimenter les gens, y compris son propre neveu, dans l'unique but de leur faire plaisir",
fit Silvanus de ce ton qu'ont souvent les personnes qui ont l'impression de connaître par coeur les personnes qu'ils admirent alors que ce n'est absolument pas le cas.

Certes, Silvanus a rencontré Norbert Dragonneau plus d'une fois, mais ses connaissances le concernant viennent davantage de ses ouvrages et des quelques interviews qu'il a pu accorder à la Gazette (plutôt à contrecoeur selon Silvanus). Le neveu du magizoologiste en savait forcément plus que lui sur son oncle, mais ça n'empêchait pas le concerné d'être convaincu de connaître un peu le caractère de son idole, et pour lui, il ne faisait aucun doute que jamais il n'irait donner des compliments à la va-vite sans rien y penser. Non, Norbert Dragonneau avait de la dignité à revendre, voyons, bien sûr qu'il n'était absolument pas comme ça. Et ce serait insulter son intelligence que de le voir autrement.

"Si tu veux te contenter de mon avis parfaitement objectif, tu as ce qu'il faut : tu as les connaissances requises, la curiosité intellectuelle, tu n'as pas froid aux yeux, et tu es tout à fait prêt à faire face au danger quand il le faut."

L'avis de Silvanus était en réalité biaisé, car il parlait au neveu de Norbert et qu'il ne l'ignorait pas quand il s'adressait à lui, mais ce qu'il disait, il le pensait malgré tout, il le pensait véritablement, et très sincèrement. Bien sûr que le bleu et bronze avait tout ce qu'il fallait, il le prouvait régulièrement, et encore à l'instant. Ce métier n'était pas le plus répandu, la concurrence n'était pas rude mais en même temps le métier n'était pas simple, ceci dit, il ne faisait aucun doute aux yeux de Silvanus qu'Adrian saurait briller par toutes les qualités que l'on attendrait de sa part.

"Ayez davantage confiance en vous, et rien n'arrêtera vos projets, vous avez ma parole. Pas que ma parole vaille grand-chose mais..."

Mais il disait vraiment ce qu'il pensait, à cet instant, et il espérait vraiment qu'Adrian le comprendrait et accepterait de le prendre pour argent comptant.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Empty
Message#Sujet: Re: Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]   Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt [Adrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dans la forêt, terrible forêt... [pv Lou]
» [FB] Rencontre étrange dans la forêt
» La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]
» ADRIAN & LOUISA ★ Dissimulée dans l'ombre
» Les vrais amis sont présents dans les bons moments, comme dans les mauvais | Harfang & Geoffrey
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Poudlard
 :: L'extérieur de l'école :: La forêt interdite.
-