AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-20%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 15,6″ ASUS TUF Gaming A15
599.99 € 749.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeJeu 9 Jan - 17:31

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey en avait déjà marre. Il n’avait qu’une envie, c’était de rentrer chez lui. Mais Melissa avait insisté, et soutenu que cela pourrait être un bon moyen pour lui de se montrer et d’avoir plus de chances d’obtenir rapidement une promotion. Pourquoi ? Parce que son directeur serait sûrement présent et donc il pourrait lui cirer les pompes. Quelle belle idée de sa charmante épouse, sauf que non, son directeur n’était pas là. Il avait décommandé parce qu’il était tombé malade. Super. Déjà qu’il n’avait pas envie de venir, maintenant il était agacé.

En tout cas, il était certain qu’il n’allait pas camper ici. Il allait rester un peu, dire deux trois bonsoirs, faire deux trois faux compliments, et ça irait bien. Il n’avait aucune envie de socialiser avec les abrutis du Ministère et leur famille. Il le faisait déjà assez toute la journée, quand il n’avait pas le choix, il n’allait pas en plus se l’imposer hors heures de travail.

Melissa avait rencontré un de ses amis, et Geoffrey s’était vite eclipsé. Melissa avait parfois des amis étranges. En fait, il ne supportait aucun d’entre eux, alors autant qu’il s’éloigne, il n’en serait que mieux. Il se dirigea vers le buffet et prit une coupe de champagne. Pendant qu’il était là, autant boire. Il balaya la salle du regard, pour voir qui était présent, et qui ne l’était pas. Il remarqua la présence d’Harfang, entouré de toute sa famille. Le pauvre. Il n’avait aucune envie d’être à sa place. Il était d’ailleurs bien dommage que ce dernier soit prisonnier, Geoffrey aurait bien passé le temps avec lui, mais bon tant pis.

Il continua son inspection, et fut surpris de voir Agrippine. Il ne pensait pas qu’elle serait là. Mais ce n’était pas pour lui déplaire, au contraire. Il savait qu’elle était la fille du Ministre évidemment, mais il savait aussi qu’elles ne s’entendaient pas. Enfin soit, maintenant qu’il avait vu qu’elle était présente, et qu’elle était seule, rien ne l’empêchait d’aller discuter avec elle. Il s’assura brièvement que Melissa était toujours avec ses amis et s’approcha tranquillement de la jolie rousse.

« Bonsoir, je ne m’attendais pas à te voir ici. Mais c’est un plaisir, cette robe te va à ravir. »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeJeu 9 Jan - 18:43


Comprendre ses origines
A

grippine sirotait son verre de champagne, et elle observait. Juste ça, et ça lui suffisait. Elle trouvait à ce genre de rassemblements une irrésistible artificialité. Tout sonnait faux entre ces murs, les rires, les accolades, les poignées de main, les regards, tout, et cela réjouissait Agrippine. Parce qu'elle n'appartenait pas à ce monde, elle n'y appartenait plus. Considérer la scène en tant que spectatrice sans avoir besoin d'y prendre part si ce n'est pour semer un tant soit peu la discorde, ça rendait n'importe quelles festivités un rien pompeuse beaucoup plus distrayantes. Et puis, le champagne était gratuit, alors tant qu'à faire...

Son regard passait d'un convive à l'autre. Sa mère était en grande conversation avec elle ne savait quel grande pompe qui n'oubliait pas de lui cirer les bottes. Est-ce qu'elle avait des regrets à ne pas être allée jusqu'au bout, à ne pas avoir laissé éclater la vérité à la face de tous ses convives, juste pour le jeu, juste pour le plaisir de l'humilier publiquement ? Un peu, oui... mais si elle pouvait sans scrupule faire cela à Wilhelmina Tuft, elle ne pouvait pas faire cela à son frère. Il avait beau s'être rangé de son côté, elle avait vu sa peur et ses réticences, elle n'avait pas pu lui faire ça. Pas grave, elle n'avait pas l'intention d'avoir perdu sa soirée pour autant. Surtout qu'elle n'était pas fini.

Du regard, elle chercha la prochaine personne qui saurait la divertir. Beaucoup de visages lui étaient inconnus, pas tous cependant. Plusieurs hommes qui avaient été ses amants prenaient soin de ne pas tourner leur regard vers elle tandis qu'ils supportaient à leur bras le poids mort qu'étaient leurs épouses. Beaucoup dont elle découvrait le visage pour la première fois. Et pour le coup, elle comprenait pourquoi ils avaient ressenti le besoin d'aller voir ailleurs.

Une nouvelle gorgée de champagne, et avant d'avoir eu le temps de se décider sur son prochain interlocuteur, celui-ci s'imposa de lui-même. En parlant d'amant, tiens. Elle adressa un grand sourire, heureuse de revoir Geoffroy, ça faisait un moment. Il était étonné de la voir, logique, elle-même ne se serait pas forcément vu participer à cette petite sauterie si elle n'avait pas récemment appris les infidélités passées de sa mère et ses mensonges de toujours.

-Merci,
dit-elle quand Geoffroy la complimenta sur sa tenue, convaincue de sa sincérité. Je n'aurais manqué cette soirée pour rien au monde. Jamais je ne me permettrais de passer à côté d'une occasion d'humilier ma mère publiquement. Mais c'était un sujet qu'elle n'avait plus envie d'aborder maintenant qu'elle avait son interlocuteur sous les yeux. L'entraîner dans sa chambre cloturerait cette soirée en beauté, mais elle se doutait qu'il n'était pas venu seul, et en effet, elle repéra Melissa non loin. Tu n'as pas peur que ta femme nous aperçoive en grande conversation ? le charria-t-elle, le regard pétillant.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 9 Fév - 12:48

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey était bien content qu’Agrippine soit là. Cette soirée était définitivement moins barbante qu’elle ne l’avait été jusqu’à présent. Cela faisait un petit moment qu’il n’avait pas vu sa maîtresse, alors évidemment, la voir maintenant était un réel plaisir pour lui. Il appréciait beaucoup Agrippine, un peu trop même, et cela lui remontait toujours le moral de la voir, même si cela ne finissait pas en coucherie à la fin. Il savait profiter de sa présence, sans avoir à profiter de son corps, même si mélanger les deux était définitivement un cocktail dont il ne se lassait pas.

Croiser des guignoles en costume dont il ne connaissait que le nom, ce n’était définitivement pas quelque chose qu’il appréciait. Geoffrey n’était pas un fervent défenseur de la lèche. Il savait y faire avec l’hypocrisie, il n’y avait aucun souci avec cela, mais ce n’est pas pour autant que cela lui faisait plaisir d’en user durant toute une soirée. C’était encore une chance qu’aucun de ces abrutis ne soit venu lui briser les tympans avec le registre des loups-garous, et c’était encore mieux que Daichi ne soit pas présent. Vraiment, les soirées mondaines, il n’appréciait pas cela du tout. Il était bien mieux chez lui, avec personne pour venir l’emmerder.

Alors évidemment, croiser Agrippine le mettait de bonne humeur, surtout lorsqu’en plus, elle lui souriait de cette façon. Elle semblait heureuse de le voir, alors évidemment, cela lui faisait plaisir. Il la trouvait sincèrement magnifique, mais en même temps, Agrippine avait toujours été séduisante à ses yeux, elle ne serait pas son amante sinon. Il espérait qu’ils allaient pouvoir passer du temps ensemble. Il préférait de très loin rester avec elle, plutôt que de subir une discussion entre Melissa et ses amis. Ce n’était pas parce qu’ils étaient mariés, qu’ils devaient rester collés l’un à l’autre.

De toute façon, Melissa était bien entourée, ce n’était pas comme s’il l’avait laissée seule parmi la foule. Il n’aurait tout de même pas agi de la sorte. Melissa était son épouse, et cela ne se voyait peut-être pas, mais il avait tout de même du respect et de l’affection pour elle. Mais il n’était pour le moment, plus question de Melissa, mais d’Agrippine. Ce qui avait tout pour le ravir.

-Merci. Je n'aurais manqué cette soirée pour rien au monde. Jamais je ne me permettrais de passer à côté d'une occasion d'humilier ma mère publiquement. Tu n'as pas peur que ta femme nous aperçoive en grande conversation ?

Geoffrey hocha la tête, concernant sa mère. Il savait que la relation entre la mère et la fille était houleuse, mais il ne pensait pas de voir s’en mêler. D’autant plus qu’il sentait que la jeune femme n’avait pas envie d’en parler. Et puis peu importe pourquoi elle était ici, l’important, c’était qu’elle y était. Geoffrey sourit en coin, quand elle mentionna Melissa. Non, il ne craignait pas qu’elle les voit, pas du tout même.

« Pas vraiment. Elle est elle-même en grande conversation. Et puis, il parait qu’il faut que je me sociabilise, alors c’est ce que je fais. Mais si ma présence te dérange, je peux tout à fait aller sociabiliser ailleurs, mais sache que j’en serait très déçu. »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 9 Fév - 18:38


Comprendre ses origines
G

eoffrey ne semblait pas plus dérangé que cela par la perspective d'être surpris en grande conversation avec elle par sa femme, et l'indifférence avec laquelle il considérait la situation lui plaisait énormément, elle devait bien le dire. Certes, ils ne faisaient techniquement rien de mal, et tout comme Melissa Waldman pouvait bien sociabiliser avec l'un ou l'autre invité de cette petite sauterie, il en était de même pour l'homme marié. Oui. Mais. Agrippine était convaincue que Melissa s'adressait à l'heure actuelle à des fréquentations triées sur le volet, qui n'entacheraient certainement pas sa réputation, on ne pouvait pas en dire autant de Geoffrey.

Sur le papier, il n'y avait rien de mal à faire la conversation à la fille de la ministre, surtout que c'était en l'honneur de cette dernière que cette petite soirée avait été organisée, mais dans les faits... Agrippine n'était pas en odeur de sainteté en ces lieux, et elle avait sa petite réputation, qu'elle était ravie d'entretenir. Sans oublier le fait que Melissa la connaissait, bien sûr... Et Agrippine était bien placée pour savoir que l'épouse trompée ne la portait pas dans son coeur. Il y avait de quoi, en même temps, Agrippine n'avait rien fait pour être aimée de cette femme, ce serait même tout l'inverse, plutôt.

-Je n'ai aucune envie de te décevoir,
répondit Agrippine dans un sourire, le regard toujours plongé dans celui de Geoffrey, avant de vider d'une traite sa flute de champagne.

Elle n'avait aucune intention de rembarrer son interlocuteur, non. Au contraire, elle était ravie de passer du temps avec lui. Il était de ces amants qui, contre toute attente, étaient capables de lui manquer. Parce qu'au-delà du fait d'être son amant, il était aussi un homme avec qui elle aimait parler. Le genre d'homme qu'elle trouvait intéressant, et donc oui, tant qu'il ne serait pas rappelé à l'ordre par sa femme ou par n'importe lequel de ses collègues, elle avait bien l'intention de tenir la jambe de Geoffrey. Au sens figuré faute de pouvoir le faire au sens propre. Pour le moment en tout cas. Une fois le contenu de son verre vidé, elle le déposa nonchalamment sur la table la plus proche avant de concentrer de nouveau son attention sur Geoffrey.

-Tu m'invites à danser ?
suggéra-t-elle en désignant la piste de danse d'un signe de tête.

Elle avait très envie de jouer avec le feu. A voir si Geoffrey consentirait à s'y brûler, même un peu, ou préférerait rester à l'écart des flammes.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 1 Mar - 16:24

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’était en aucun cas dérangé par la possibilité que Melissa le voit en train de parler avec Agrippine. Il ne faisait rien de mal, il discutait avec la fille de la Ministre, il se faisait chier à une fête à la con, et il tentait donc de s’occuper. Et c’était une chance pour lui, il avait trouvé la meilleure occupation possible. C’était presque un miracle, de voir Agrippine ici. Cela faisait tout de même un moment qu’il ne l’avait pas vue, et elle lui avait manqué. D’autant plus, qu’elle était absolument magnifique, ce soir. Elle l’était tout le temps, mais il devait bien avouer qu’en tenue d’apparat, elle ne laissait personne indifférent.

De plus, il n’avait absolument aucune idée du fait que les deux femmes se connaissaient, et que Melissa savait qu’il était infidèle. Donc qu’elle pourrait faire le rapprochement, mais dans tous les cas, il ne faisait rien de mal. Il parlait à qui il voulait, que cela plaise ou non à Melissa. Elle parlait bien avec ses amis, et il ne disait rien, alors il ne voyait pas pourquoi il devrait se retenir de faire ce qu’il voulait.

-Je n'ai aucune envie de te décevoir.

Geoffrey sourit, en observant la jeune femme. Pas du tout gêné d’avoir son regard plongé dans le sien, au contraire. Il pourrait passer beaucoup de temps à la regarder, ce n’était pas quelque chose qui risquait de le lasser. Il aurait peut-être préféré pouvoir la retrouver dans un contexte un peu plus… intime, mais bon, il se contentait de ce qu’il avait. Au pire, ils pourraient éventuellement faire un détour par son bureau, quand personne ne regarderait, mais ils verraient bien, pour le moment, ils pouvaient tout à fait se contenter de discuter.

-Tu m'invites à danser ?

Geoffrey fut un peu surpris par la demande. Il n’était pas vraiment un homme qui appréciait danser, sans surprises. Il avait dansé le jour de son mariage, et à d’autres occasions, quand vraiment il n’y avait pas trop le choix. Une ou deux fois pour faire plaisir à Melissa aussi, mais la liste n’était pas bien longue. Néanmoins, il n’avait pas vraiment envie de dire non à Agrippine. Déjà parce que la proposition était tentante, mais aussi parce qu’il n’avait pas envie qu’elle aille poser la question à un autre homme. Il n’avait pas envie qu’ils se quittent pour le moment. Il jeta un bref coup d’œil à Melissa, voyant qu’elle était toujours occupée à discuter, il termina lui aussi sa coupe de champagne et posa le verre sur la table. Il attrapa la main d’Agrippine et l’entraîna sur la piste de danse. Gardant sa main dans la sienne, il posa son autre main sur sa taille et lui adressa un petit sourire.

« Ce que tu me fais pas faire… »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 1 Mar - 16:46


Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
A

grippine aimait beaucoup danser. En règle générale, elle ne choisissait pas ce genre de lieu pour ça, cela dit, elle préférait de loin les atmosphères moins guindées et les pas de danse moins codifiés, mais elle ne s'en sortait pas trop mal, même dans ce genre de cadres très conventionnels. C'est qu'à son corps défendant, elle avait tout de même été élevée par les Tuft, et même si elle avait été particulièrement difficile - pour d'excellentes raisons, à ses yeux -, elle avait conservé certains des savoirs qu'on lui avait inculqués.

Donc oui, Agrippine était une bonne danseuse, et c'était une activité qu'elle adorait. La danse n'était pas une chose anodine, tout participait d'une certaine intimité, d'une certaine séduction, du moins dans sa façon de l'aborder. La proximité des corps, les regards qui se soutiennent... ce n'était pas innocent. Ou en tout cas, ça ne l'était jamais quand Agrippine la menait, cette danse.

Elle s'attendait à moitié à ce que Geoffrey refuse sa proposition. D'une part parce qu'elle se doutait que ça ne devait pas être sa tasse de thé, d'autre part parce que Melissa, même si elle se trouvait actuellement en pleine conversation, ne se trouvait tout de même pas bien loin. Elle était prête à insister, voire à déployer des trésors d'argumentation afin de convaincre son amant de lui céder, mais elle n'eut guère besoin de cela. Geoffrey accepta immédiatement sa proposition, et une fois sa coupe de champagne vidée, il lui attrapa la main et l'entraîna sur la piste de danse.

Portés par la musique, elle se calqua très vite sur les pas de son cavalier et afficha un sourire amusé quand l'homme prononça ce "qu'est-ce que tu ne me fais pas faire" qui était loin de lui déplaire. Elle aimait assez ce que cela sous-tendait, notamment le fait qu'il ne se laisserait pas entraîner sur la piste de danse par n'importe qui et lui faisait cette faveur, parce que c'était elle. C'était un rôle qu'elle n'avait aucun droit de s'octroyer, mais elle aimait tenir une place privilégiée dans la vie d'autrui, surtout dans celle de ceux qui lui faisaient autant d'impression que Geoffrey, qui lui aussi avait une place à part pour elle.

-Ca c'est rien encore,
dit-elle avec amusement, je suis sûre que je pourrais te faire faire des choses que tu ne te serais jamais imaginé, ajouta-t-elle sans clarifier son propos, pour le plaisir de laisser son imagination s'égarer. Tu danses pas si mal que ça, observa-t-elle ensuite.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeSam 4 Avr - 11:12

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey prenait peut-être des risques, en dansant avec Agrippine, vis-à-vis de Melissa. Mais même si elle le voyait danser avec la jeune femme, ils ne faisaient rien de mal. Et d’autres couples étaient eux aussi en train de danser, ils n’étaient pas le centre du monde, et cela lui allait très bien comme ça. Geoffrey n’aimait pas que l’attention soit portée inutilement sur lui. Que chacun s’occupe de ses affaires, lui n’allait pas fouiller dans celles des autres, parce qu’il n’en avait strictement rien à faire, de tout cela.

En tout cas, il était au moins heureux de pouvoir passer un moment avec Agrippine. Sa présence avait commencé à lui manquer quelque peu, ce dont il n’était pas accoutumé. En tout cas, il passait un excellent moment, même si la danse n’était pas son activité favorite. Il trouvait cela un peu futile, surtout ce qui se dansait à ce genre de soirée, mais comme c’était avec Agrippine, il faisait un effort, pour lui faire plaisir.

Ce qui était tout de même quelque chose de notable. Geoffrey ne faisait jamais d’effort si cela ne lui rapportait rien en échange, et encore moins pour le simple plaisir de quelqu’un. Mais Agrippine avait un effet différent sur lui, et force était de constater qu’elle n’était pas n’importe qui. Il avait développé une affection toute particulière pour elle, et il se montrait plus souple, et plus permissif avec elle. Acceptant certaines choses qui ne passeraient pas du tout avec d’autres. Il ne savait pas si elle en avait conscience, mais ce n’était pas si important que cela, en vérité.

-Ca c'est rien encore, je suis sûre que je pourrais te faire faire des choses que tu ne te serais jamais imaginé. Tu danses pas si mal que ça.

Geoffrey eut un léger sourire, quand elle fit remarquer qu’elle pourrait lui faire faire d’autres choses. Peut-être, mais il ne fallait tout de même pas pousser Geoffrey trop loin. Même pour Agrippine, il y avait certaines choses qu’il ne ferait pas. Il avait des limites, et elles étaient vite atteintes, pour tout dire mais peu importe. Il voulait bien le lui laisser croire, si cela lui plaisait. Il haussa ensuite un sourcil, quand elle admit qu’il ne dansait pas si mal que ça. Comme s’il était quelque peu offusqué, alors que ce n’était pas du tout le cas.

« Tu sembles surprise que ce soit le cas. Tu crois vraiment que j’aurai accepté de me ridiculiser rien que pour tes beaux yeux si j’étais un piètre danseur ? »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeSam 4 Avr - 11:33


Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
A

grippine était-elle vraiment surprise de découvrir les talents de danseur de Geoffrey ? Pas vraiment. Elle se contentait évidemment de le taquiner, ni plus ni moins. Même si elle n'aurait pas non plus parié sur ses compétences en la matière, comme elle était assez convaincue que l'on ne parierait pas forcément sur les siennes non plus. Elle n'imaginait pas vraiment Geoffrey en grand habitué des pistes de danse et elle supposait, si elle l'avait bien cerné (mais ce n'était pas si certain), qu'il préférait rester en retrait la plupart du temps. Forcément, c'était plaisant de se dire qu'il rompait avec ses habitudes pour elle, même s'il se défendait clairement très bien quand il s'agissait de... mener la danse. Et pas seulement dans ce genre de contexte, elle en savait quelque chose.

-Et pourquoi pas ?
répondit Agrippine, un sourire malicieux aux lèvres. Dis tout de suite que je n'en vaux pas la peine, répondit-elle, faisant mine de s'offusquer à son tour quand bien même ce n'était évidemment pas le cas du tout.

Bien sûr qu'il ne prendrait pas le risque de se donner en spectacle juste pour elle. C'était normal qu'il soit un minimum prudent - même si danser avec elle avec sa femme dans le coin n'était pas un exemple de prudence non plus. Mais ce n'est pas pour autant qu'Agrippine ne ferait pas mine de prétendre le contraire. Elle ne se pensait pas si importante pour Geoffrey, certainement pas au point qu'il prenne des risques inconsidérés pour elle, et d'ailleurs elle ne lui demanderait rien de tel.

-D'ailleurs, tu aurais tout à fait pu te ridiculiser avec moi, j'aurais pu être une horrible danseuse et te marcher sur les pieds constamment.
Ceci dit, si ça avait été le cas, il aurait sans doute déclaré forfait très vite et aurait arrêté le massacre avant qu'il n'attire beaucoup trop l'attention. Tu sais, j'ai toujours pensé que la danse, c'était comme des préliminaires. Tout dans le regard, les gestes, l'attente, le contact. Elle se mordilla légèrement la lèvre inférieure. J'adore ça.

Forcément, elle en rajoutait un peu, mais elle ne mentait pas, c'était effectivement de cette manière qu'elle envisageait la danse. C'était un dialogue des corps un peu différent, et qu'elle trouvait particulièrement agréable.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeVen 29 Mai - 9:17

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’aurait pas pris le risque d’être ridicule aux yeux de l’assistance. Même si au final, il n’était pas vraiment certain qu’on leur porte de l’attention. Après tout, tout le monde était en train de régler ses petites affaires, de faire des sourires hypocrites, des compliments faux. Il n’était pas certains donc que quiconque se soucie vraiment de ce qu’il se passait sur la piste de danse. Et c’était tant mieux. Geoffrey avait horreur qu’on veuille se mêler de ses affaires quelles qu’elles soient, et il était libre de faire ce qu’il voulait. Il n’y avait rien de mal à danser avec Agrippine, cela ne voulait rien dire, et il n’enfreignait aucune règle.

-Et pourquoi pas ? Dis tout de suite que je n'en vaux pas la peine.

Il sourit légèrement. Agrippine valait la peine de beaucoup de choses à ses yeux. Mais pas de se rendre ridicule, personne ne le ferait se mettre dans une position inconfortable. Il ne fallait pas non plus trop lui en demander. Mais il ne pensait pas avoir besoin de se justifier plus que cela, étant donné qu’elle n’était pas vraiment sérieuse. Après tout, elle n’avait aucune raison de l’être, objectivement.

« C’est maintenant que je fois affirmer que je ferai n’importe quoi pour toi et que je suis ton humble serviteur ? »

Chose qu’il ne dirait jamais, bien évidemment. Mais il aimait bien la taquiner, parce qu’elle le lui rendait bien. Evidemment, il n’affirmerait jamais qu’il ferait n’importe quoi pour elle. Mais en réalité, Geoffrey était tout de même bien plus souple avec Agrippine qu’il ne pouvait l’être avec la plupart des gens, même Melissa. Il se pliait davantage, se montrait plus conciliant, et il adorait la faire sourire.

-D'ailleurs, tu aurais tout à fait pu te ridiculiser avec moi, j'aurais pu être une horrible danseuse et te marcher sur les pieds constamment. Tu sais, j'ai toujours pensé que la danse, c'était comme des préliminaires. Tout dans le regard, les gestes, l'attente, le contact. J'adore ça.

Geoffrey l’observa quelques instants, réfléchissant à ce qu’elle lui disait. Il n’avait pas vraiment d’avis, parce qu’il ne dansait quasiment pas. Et que le genre de danses que l’on dansait dans ces soirées n’avaient rien de sensuel. C’était toujours très guindé, très classe, très décent. Mais Agrippine trainait un peu partout, c’était un fait, alors elle devait avoir d’autres expériences. Néanmoins, il voyait là où elle venait en venir. Il afficha un petit sourire de circonstance.

« J’ose espérer que tu n’aurais tout de même pas pris le risque de me ridiculiser. Des préliminaires… est-ce que c’est une demande implicite ? »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeVen 29 Mai - 17:42


Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
E

st-ce qu'Agrippine aurait été capable de ridiculiser Geoffrey intentionnellement ? A vrai dire non. Ridiculiser publiquement les uns et les autres, ce n'était absolument pas un problème la jeune femme (la preuve, c'est qu'elle était ici dans le but quasi-exclusif de ridiculiser sa génitrice, en l'occurrence), mais envers les personnes qu'elle appréciait vraiment. Elle tenait à lui, elle n'avait pas spécialement envie de ruiner sa réputation en quoi que ce soit -même si en soi, accepter de danser avec elle, c'était déjà prendre un risque. Donc oui, il n'avait pas réellement eu à s'en faire. Mais avec elle, il fallait s'attendre à tout. Elle était imprévisible, et quiconque devait espérer l'avoir cernée pour de bon serait sans doute déçu au bout du compte. Ou bien c'était Agrippine qui serait déçue d'elle-même en fin de compte, car elle n'aimait pas vraiment que l'on puisse présumer de ce qu'elle était capable de faire ou non.

Quand elle parlait de préliminaires, il y avait un sous-entendu évident dans ses paroles, bien sûr, mais elle ne faisait malgré tout que dire ce qu'elle pensait. Et à ses yeux, une danse n'avait pas besoin d'être lascive ou sensuelle pour ressembler à des préliminaires. Un regard qui en disait long, pour Agrippine, c'étaient déjà des préliminaires, une main effleurée de même. La danse, qu'elle soit de salon ou plus agitée, incluait un rapport de proximité, une focalisation sur l'autre et uniquement sur l'autre. et une sensualité qui n'avait pas besoin d'être explicite. Ceci dit, il était vrai qu'Agrippine était une personne très directe en règle générale, donc il ne fallait pas s'attendre à ce qu'elle se montre forcément subtile. Elle pouvait l'être, en certaines occasions, encore fallait-il un bon prétexte pour cela.

-Je ne sais pas trop,
répondit-elle dans un sourire mutin, le regard plongé dans le sien. J'avais le sentiment que c'était plutôt explicite, précisa-t-elle.

Autant dire que c'était une invitation pure et simple. Bien sûr, ce n'était ni l'endroit, ni le moment. Ils se retrouvaient au beau milieu de l'atrium du ministère de la Magie, entourés de tout le gratin du monde des sorciers, ce n'était définitivement pas le lieu idéal pour ce genre de choses, d'autant plus que l'épouse de Geoffrey se tenait non loin. Mais justement, toutes ces raisons faisaient qu'Agrippine avait d'autant plus envie de braver tous les interdits pour écouter ses envies, décuplées, justement, par les interdits en question.

-Tu sais, j'ai toujours voulu voir l'endroit où tu travailles.
C'était complètement faux, elle s'en fichait royalement, mais passons, ce n'était jamais qu'un prétexte. Tu crois que tu pourrais me montrer ton bureau ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 23 Aoû - 16:16

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’était pas le genre d’homme à se laisser ridiculiser. D’ailleurs, il ne se mettait jamais dans une situation qui pourrait provoquer une telle chose. Il n’était pas stupide, jamais il ne se mettrait en danger. Le monde des sorciers était truffé d’ennemis en tous genre. Désireux de faire tomber leurs compatriotes. Geoffrey prenait donc un grand soin à éviter toutes ces situations qui pourraient le mettre dans l’embarras. Mais avec Agrippine, il reconnaissait qu’il était un peu plus souple. Cette femme faisait naître des sentiments inavouables chez lui, alors il était un peu plus conciliant. Il ne pensait que c’était quelque chose de mal, en tout cas. Enfin, il n’avait rien à se reprocher. Même s’il était marié. Il se sentait u peu coupable évidemment, mais cet état disparaissait vite quand il était en compagnie d’Agrippine. Ce dont elle n’avait pas conscience, mais ce n’était pas plus mal. Il ne voulait pas qu’elle sache.

Il se doutait bien que ce qu’il y avait entre eux ne devait pas admettre de sentiments. Et ce n’était pas une mauvaise chose. Lui était marié, et Agrippine n’avait sûrement aucune envie de s’embarrasser de cela, mais il n’y pouvait rien, c’était comme ça. Cependant, il gardait tout cela pour lui, et jamais il n’aurait s’as l’idée de lui en dire quoique ce soit. A elle comme à quelqu’un d’autre. Il ne tenait pas à ce que cela se sache. Et surtout, il n’avait pas envie de la perdre. Tout lui avouer en reviendrait à mette un terme à leur relation, ce qu’il ne souhaitait en aucune façon.

-Je ne sais pas trop. J'avais le sentiment que c'était plutôt explicite.

Il sourit légèrement. En effet, venant d’elle, c’était assez explicite. Et ça ne le dérangeait pas à dire vrai. Au contraire. Il appréciait cette franchise, cette assurance qu’elle dégageait. Agrippine était sans gêne, et sans tabou, et Geoffrey aimait cela. C’était une partie importante de sa personnalité et il l’avait totalement accepté. En tout cas, il n’était pas du tout choqué par ce genre de comportement . Ça lui plaisait.

-Tu sais, j'ai toujours voulu voir l'endroit où tu travailles. Tu crois que tu pourrais me montrer ton bureau ?

Voilà une proposition qui ne se refusait pas. Il reconnaissait que ce ne serait pas raisonnable. Melissa était là et elle remarquerait son absence, en même temps, cette fête craignait et il avait bien envie de s’amuser avec la jeune femme. Ça faisait quand même un moment qu’il n’avait pas été intime avec Agrippine. Et c’était quelque chose qui lui faisait vraiment très envie. Il adressa un sourire à Agrippine.

« C’est une idée, je te retrouve aux ascenseurs dans deux minutes. »

Il la laissa et se rendit auprès de Melissa. Juste pour lui dire qu’il en profitait pour aller chercher un dossier dans son bureau, au moins, elle ne partirait par à sa recherche. Il quitta ensuite la salle de réception et soupira de soulagement quand le calme se fit entendre. Il marcha tranquillement jusqu’aux ascenseurs pour rejoindre son amante.

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeDim 23 Aoû - 19:29


Comprendre ses origines
A

grippine savait qu’elle avait une bonne chance d’encaisser un refus de la part de son interlocuteur. Après tout, il y avait du monde, autant de chances d’être surpris qu’il y avait de convives, sans oublier le fait que parmi les dits convives, il y avait évidemment Melissa, l’épouse trompée. S’ils disparaissaient tous les deux en même temps après avoir dansé ensemble, il était bien probable que la couturière se pose des questions plus que légitime. Mais évidemment, ce n’était pas le problème de la rouquine qui comptait quoi qu’il en soit agir selon son envie. Elle ne prendrait pas ombrage du refus qu’elle avait présumé, car elle aurait compris qu’il y avait des risques que Geoffrey n’avait pas envie de prendre, mais ce dernier la surprit agréablement en acceptant bel et bien de la suivre et donc de poursuivre des préliminaires un peu plus appuyés que ceux que permettait une danse au milieu du beau monde.

Elle acquiesça seulement quand son amant lui donna rendez-vous près des ascenseurs quelques minutes plus tard, le tout accompagné d’un sourire entendu qui en disait plus que long. Elle laissa Geoffrey rejoindre sa femme, sans doute afin de lui servir un prétexte qui justifierait qu’il prenne congé d’elle, quant à elle, puisqu’elle n’avait personne envers qui elle ait grand besoin de se justifier (si ce n’est Ignatius, peut-être, mais il pourrait bien se passer de lui un moment, pas vrai ?), elle rejoignit directement les ascenseurs en question.

Geoffrey ne fit pas languir la jeune femme bien longtemps, et cette dernière afficha un grand sourire ravi en le voyant. Loin du bruit, de la foule et de tout, elle se sentait bien, déjà davantage dans son élément, et elle était impatiente de la suite. C’est qu’elle n’avait jamais été que de passage au ministère, et elle n’avait jamais eu l’occasion de vraiment… s’y amuser. Elle avait la ferme intention d’y remédier, à présent. Elle s’approcha de lui.

-Enfin seuls
, dit-elle avec un sourire malicieux aux lèvres. Elle déposa sur les lèvres de son amant un baiser langoureux. Elle contenait une envie monstrueuse, et elle brûlait à présent de l’assouvir sans l’ombre de la moindre retenue. Tu as déjà fait ça dans un ascenseur ? demanda-t-elle en jetant un regard dans son dos.

Dans l’ascenseur, dans son bureau, partout où il était indécent de s’abandonner à la luxure et à la lubricité. Elle se sentait d’humeur joueuse, et elle savait qu’elle pouvait compter sur Geoffrey pour rejoindre la partie.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeMar 3 Nov - 17:52

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey savait qu’il n’avait jamais autant joué avec le feu qu’en cet instant, mais tant pis. Il pensait vraiment que Melissa ne se douterait de rien, en même temps, comment elle pourrait tout deviner comme ça ? C’était improbable. Et puis, cette soirée était vraiment merdique et elle l’avait traîné de force ici pour rien, autant qu’il la rentabilise avec Agrippine. Et il savait pertinemment qu’en présence de la belle rousse, les choses ne pourraient pas mieux se passer. Il avait envie de passer du temps avec elle de manière plus intime, et étant donné qu’elle en avait également envie, il ne voyait aucune raison de s’en priver. On résistait difficilement à la jeune femme, surtout Geoffrey. Elle agissait comme une drogue sur lui, et il n’avait aucune envie de débuter un sevrage, ni maintenant, ni plus tard.

Quoiqu’il en soit, Geoffrey ne traîna pas pour rejoindre sa maîtresse, même s’il ne précipitait pas non plus. Mais ils s’étaient suffisamment cherchés, et même s’il n’était pas nécessaire d’abandonner les préliminaires, il ne pouvait pas se permettre de se montrer aussi proche et tactile qu’il le voulait avec elle devant tout un public. Il avait envie de pouvoir la toucher, et l’embrasser comme il en avait envie, et pour cela, ils devaient être à l’abris des regards. Il lui rendit son sourire quand il la vit.

-Enfin seuls.

Geoffrey partageait totalement cet état d’esprit. Il n’aimait pas la foule de manière générale, mais là encore plus qu’en temps normal. Il accueillit le baiser de la jeune femme avec plaisir, et y répondit avec la même envie qui brûlait ses reins. Il n’avait jamais connu une femme plus désirable qu’Agrippine, et elle en était très probablement le paroxysme. Et elle avait certainement conscience de cela, ce qui ne lui enlevait rien de son charme, bien au contraire. Geoffrey était sans doute un peu trop accroché à elle, mais il n’avait aucune envie d’y penser trop longtemps.

- Tu as déjà fait ça dans un ascenseur ?

La question ne le surprenait pas vraiment, parce que cela ressemblait à Agrippine. Toujours à vouloir expérimenter de nouvelles choses, ce qui était loin de lui déplaire, évidemment. Il fallait bien avouer qu’elle mettait dans sa vie le piquant qui lui manquait. Avec un sourire il tendit le bras pour appuyer sur le bouton permettant d’appeler l’ascenseur, gardant l’autre autour de la taille de son amante. Une fois les portes ouvertes, il la fit reculer à l’intérieur tout en embrassant encore une fois ses lèvres tentatrices, pour ensuite ne les décoller sur de quelques millimètres.

« Non, jamais et toi ? Mais je pensais que tu voulais voir mon bureau ? »

Il décida par la suite de glisser ses lèvres dans son cou, goûtant le parfum de sa peau qu’il connaissait par cœur mais dont il ne se lassait pas.

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeMar 3 Nov - 18:47


Comprendre ses origines
A

grippine se laissa entraîner dans l'ascenseur, ses lèvres aimantées à celles de Geoffrey, ravie de la tournure que prenait cette soirée. Elle n'avait pas exactement su à quoi s'attendre en se pointant au ministère ce soir-là, son intention première avait surtout été d'emmerder sa mère un maximum et d'apporter un certain soutien moral à son frère (même si elle l'abandonnait plus ou moins lâchement en cet instant), et elle pensait y avoir réussi brillamment, mais elle était ravie de la récompense qu'elle pouvait s'octroyer à présent, et qui était plus que prometteuse.

Elle fit non de la tête, un sourire mutin aux lèvres, quand Geoffrey lui retourna sa question. Agrippine avait fait beaucoup de choses, en matière de plaisirs de la chair, elle pensait n'avoir de leçons à prendre de personne, mais il est vrai qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de s'adonner à cet exercice précis. Il faut dire que des ascenseurs, elle n'avait pas l'occasion de s'en servir si souvent... et même si ça avait été le cas, le fameux ascenseur du ministère, ce n'était pas la même chose, c'était quelque chose de bien différent. C'était symbolique.

-L'un n'empêche pas l'autre,
répondit Agrippine avec malice quand Geoffrey remarqua qu'elle avait dit vouloir voir son bureau.

Et c'était le cas, elle avait vraiment très envie de voir l'endroit où son amant travaillait. Elle était très curieuse, et elle trouvait particulièrement excitante l'idée de le prendre sur son lieu de travail... alors que sa femme n'était pas loin. Le sentiment d'interdit, la peur d'être surprise, tous les critères étaient combinés pour lui procurer un frisson optimal. En plus de celui qu'elle se plaisait à laisser mourir dans son échine alors que son amant explorait le creux de son cou de ses lèvres.

Ils n'auraient sans doute pas le temps de faire grand-chose dans cette ascenseur à moins de l'arrêter exprès, quoi qu'il en soit, mais ça ne les empêchait pas spécialement de se faire plaisir, et de faire monter la température d'un cran. Chose que la rouquine ne manquait pas d'encourager en glissant sa main dans le pantalon de son amant, caressant son entrejambe par-dessus son sous-vêtement, prenant le soin de laisser grimper en flèche une excitation qu'elle voulait croire déjà présente, ne serait-ce que parce qu'elle espérait que leur danse, leurs regards et leurs baisers suffisaient à l'enflammer comme elle-même l'était déjà plus que largement en cet instant.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeLun 25 Jan - 14:29

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Jamais Geoffrey n’aurait pensé que la soirée prendrait cette direction totalement inattendue, mais il allait être le dernier à s’en plaindre. Il était bienheureux qu’Agrippine ait décidée de venir, et il était bien content d’avoir fini lui aussi par accepter de se traîner au Ministère. La soirée s’était annoncée comme être d’un ennui mortel, mais au final, Geoffrey avait su trouver la plus délicieuse de toutes les distractions, et il comptait bien en profiter comme il se le devait. Il aurait pu avoir des scrupules concernant Melissa, mais il n’y pensait même pas, à dire vrai. Toutes ses pensées, toutes ses envies étaient concentrées sur Agrippine, et seulement elle.

Le risque était présent, n’importe qui pourrait les surprendre en cet instant, et ce n’était pas du tout ce que souhaitait Geoffrey. Mais en même temps, il se disait que personne ne devrait venir fouiner par ici à cette heure, et puis, Agrippine représentait une trop grande tentation pour qu’il réussisse à agir de manière rationnelle et raisonnée. Il avait juste envie de profiter de sa présence, et de sa compagnie, et les choses s’annonçaient de la meilleure des façons.

-L'un n'empêche pas l'autre.

La réflexion lui décocha un sourire. Certes, elle n’avait pas tort, et pour être honnête, ce genre de remarque ressemblait bien à la jeune femme. Agrippine n’avait jamais eu froid aux yeux, à la connaissance de Geoffrey, et c’était une chose qu’il appréciait chez elle, et qui lui plaisait beaucoup. Cette effronterie, cette volonté de toujours repousser les limites, cela faisait partie intégrante de son charme, et Geoffrey était loin d’y être insensible. Il ne savait pas si c’était cela qui l’attirait autant chez Agrippine, mais ce n’était pas si important, en fin de compte.

Il étouffa une plainte de plaisir contre sa peau, en sentant la main de la jeune femme s’aventurer dans son pantalon, augmentant l’excitation et le désir qu’il avait pour elle de manière déjà conséquente et visible. Il la fit doucement reculer contre une des parois de l’ascenseur, pressant son corps contre le sien. Ses lèvres s’emparèrent à nouveau des siennes, dans un mouvement désireux et passionné. Sa main remonta la jambe de la jeune femme contre sa hanche et remonta sa robe par la même occasion afin de pouvoir goûter à la peau douce et lisse de sa cuisse. Il entendit à peine la voix de l’ascenseur les informer qu’ils étaient arrivés à l’étage où Geoffrey se rendait tous les matins, pour des activités bien moins sympathiques que celle-ci.

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeLun 25 Jan - 17:37


Comprendre ses origines
A

grippine était ravie de constater que ses caresses faisaient leur petit effet sur son amant. En même temps, elle pensait, à force de partager son lit, s'y entendre plutôt bien pour savoir à quoi Geoffrey était susceptible ou non de se montrer sensible. C'était un des avantages qu'elle trouvait aux amants qu'elle acceptait de garder plus d'une nuit. Ils l'obligeaient à forcer un certain détachement émotionnel de crainte que l'un d'entre eux s'attache un peu trop (raison pour laquelle elle avait toujours préféré les hommes mariés), mais en attendant, ils apprenaient suffisamment du corps de l'autre pour savoir de quelle manière faire monter la température.

Geoffrey, à son tour, se montrait plus entreprenant, et Agrippine n'envisageait certainement pas de bouder son plaisir alors qu'il la plaquait doucement aux parois de l'ascenseur, ses lèvres collées aux siennes. Elle le laissa faire avec plaisir quand il glissa une main sous sa cuisse pour la rapprocher de sa hanche, le contact de ses doigts contre sa peau, sous sa robe, donnant naissance à une multitude de frissons qu'elle prenait plaisir à sentir également mourir dans son échine.

Son rythme cardiaque légèrement emballé, elle retint un grognement de frustration en entendant la voix de l'ascenseur annoncer l'étage qui était donc celui où travaillait Geoffrey. Agrippine était très tentée de prolonger le plaisir un peu plus longtemps et d'appeler n'importe quel autre étage pour grapiller un peu de temps à l'intérieur, mais ce serait manquer tout l'intérêt de cet exercice. Le plaisir s'appréciait d'autant mieux qu'il se savourait sur une durée très courte. Pour ce qui était de le prolonger, ils auraient tout le loisir de le faire dans des conditions tout aussi exaltantes, puisque le bureau du directeur du Service de gestion des loups-garous leur tendait les bras.

La porte de l'ascenseur s'ouvrit, les lèvres de la jeune femme abandonnèrent à peine celles de son amant tandis qu'elle les entraînait à l'extérieur en agrippant ses hanches. Elle ne daigna interrompre leur baiser que pour plonger son regard, où brillait une lueur assumée de malice, dans celui de son amant.

-Alors, il est où, ce fameux bureau ?
souffla-t-elle contre ses lèvres.

Qu'ils puissent prolonger les festivités comme il se devait. Ses grands yeux se détournèrent un instant pour examiner les lieux. C'était étrange de voir tout un étage du ministère à ce point vide, étrange mais tout sauf déplaisant. Si elle s'écoutait, elle s'appliquerait à souiller le moindre bureau de cet étage, peu importe l'énergie qu'il lui faudrait déployer à la tâche. Mais il était préférable, tout de même, de ne pas s'éparpiller.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeVen 23 Avr - 15:53

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’aurait pas pensé que la soirée puisse s’avérer être aussi agréable, et divertissante. Evidemment, il ne devait cela qu’à la présence d’Agrippine, et il était très heureux qu’elle ait décidé de venir, quelles que soient ses raisons, ce n’était pas très important. Pour l’heure, son attention était totalement captivée par la rousse flamboyante, qui ne cessait de faire grimper un peu plus son désir, et son excitation. Il est vrai que ce n’était pas la première fois, qu’il se montrait intime avec la jeune femme, et il aurait pu se sentir lassé de leurs ébats, plus ou moins réguliers, mais ce n’était pas le cas. Outre l’attachement qu’il avait pour elle, la jeune femme savait exactement comment faire pour attirer l’attention et le désir chez ses camarades masculins, et Geoffrey ne dérogeait pas à la règle. En même temps, il percevait mal comment il serait possible d’être lassé d’Agrippine.

Dans tous les cas, la question ne se posait pas, et encore moins en ce moment. Il répondait à chacun de ses baisers avec envie, savourant chaque contact qu’ils partageaient, chaque caresse, et chaque baiser. Il se laissa entraîner sans broncher à l’extérieur de la cabine, après qu’ils furent arrivés au bon étage, suivant la jeune femme tout en restant accroché à ses lèvres, très peu désireux de s’éloigner d’elle, bien au contraire.

-Alors, il est où, ce fameux bureau ?

Geoffrey lui offrit un petit sourire, avant d’embrasser ses lèvres à nouveau. Le service était désert à cette heure-ci, ce n’était pas comme si quelqu’un pouvait les surprendre, alors autant en profiter, et le sorcier n’avait absolument aucune raison de s’en empêcher. Il glissa ses mains sous ses cuisses et la souleva sans grande difficulté. Il relâcha ses lèvres et glissa quelques baisers dans le creux de sou cou, avant de se diriger vers son bureau tout en la portant.

Arrivés devant la porte de son bureau, Geoffrey la déverrouilla rapidement et la reverrouilla tout de suite après qu’ils furent entrés. L’endroit était plutôt grand, hormis le bureau qui trônait fièrement, il y avait tout un tas d’étagères qui comportaient des dizaines de dossiers, tous parfaitement rangés, parfaitement à leur place, et un canapé dans un coin. Geoffrey était un homme ordonné, et légèrement maniaque sur les bords. Il aimait que tout soit en control, et cela se ressentait dans l’aménagement de son bureau.

Il s’avança et la déposa doucement sur le bureau, restant entre ses cuisses. Il l’observa d’un regard légèrement brillant et glissa ses mains dans sa chevelure rousse tout en déposant un énième baiser sur ses lèvres.

« Bienvenue. »

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeVen 23 Avr - 18:06


Comprendre ses origines
A

grippine ne su retenir un sourire amusé quand Geoffrey se proposa de la porter jusqu'à son bureau, mains posées sur ses cuisses, lèvres au creux de son cou. Elle devait bien reconnaître que ça l'amusait énormément. Pas seulement le geste de Geoffrey, mais l'entièreté de cette situation. Oui, effectivement, il lui en fallait peu, il n'empêche qu'elle trouvait cette situation particulièrement plaisante par bien des aspects, pas seulement parce qu'elle se trouvait en compagnie d'un amant de qualité, mais aussi parce qu'elle adorait s'abandonner à la luxure dans les lieux les moins appropriés à cela, et quoi de mieux que le ministère de la Magie pour ce faire ? Ce n'était pas juste un bureau vide, le ministère, c'était l'endroit dont son abhorrée génitrice était supposée être l'autorité absolue. Alors forcément, s'abandonner à ce genre de jeu à son insu, c'était un bonus qui n'était pas négligeable.

Geoffrey fit tout de même preuve d'une certaine prudence en la faisant pénétrer dans son bureau, prenant soin de le verrouiller sitôt qu'ils furent rentrés. Elle devait reconnaître qu'elle aurait préféré qu'il laisse la porte ouverte, par simple goût du danger... Mais bien sûr, il avait d'excellentes raisons de se montrer prudent. Elle, elle ne risquait pas grand-chose si elle était découverte. Sa réputation était déjà faite, dans tous les cas. Mais Geoffrey, lui, était sur son lieu de travail, et qui plus est, sa propre femme déplorait la disparition impromptue de son époux quelques étages plus haut, il y avait de quoi faire preuve du minimum requis de prudence, effectivement. Tant pis pour le petit piment supplémentaire, il y en avait déjà bien assez à cette situation dans tous les cas pour qu'Agrippine sache s'en satisfaire malgré tout.

Elle jeta un regard circulaire au bureau de Geoffrey tandis qu'elle le posait sur le bureau le meuble qui y trônait. Tout était rangé, rien ne traînait. C'était beaucoup, beaucoup trop ordonné pour la volcanique Agrippine qui avait une très forte envie de mettre le bordel dans ces dossiers bien rangés et dans... tout, en fait. Mais elle allait être sage, elle allait s'abstenir.

-C'est... Beaucoup trop rangé à mon goût
, ne put-elle s'empêcher de commenter entre deux baisers. Mais je ferai avec, décréta-t-elle comme si ça pouvait vraiment lui poser la moindre difficulté.

Alors, le regard ancré dans le sien, une lueur malicieuse dans le regard elle s'appliqua à déboutonne sa robe pour la laisser glisser jusqu'à ses hanches, avant de se débarrasser aussi, dans la foulée, de son soutien-gorge. Ils avaient tout le temps qu'ils voulaient devant eux, bien sûr, mais Agrippine estimait qu'elle était restée bien trop habillée bien trop longtemps.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeLun 18 Oct - 11:28

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Le risque était grand, c’était un fait. Mais Geoffrey n’avait absolument aucune envie de revenir en arrière à présent. Cela ne lui ressemblait pas vraiment, mais il avait tout de même envie de retirer quelque chose de cette soirée, et un moment intime avec Agrippine était le mieux qu’il y ait à trouver. D’une manière générale, Geoffrey ne loupait jamais une occasion pour passer du temps avec elle, mais il devait bien reconnaître qu’il y avait quelque chose de nouveau, et d’excitant, à l’idée de le faire ici, au Ministère, et qui plus est dans son bureau. Sans aucun doute, il aurait un souvenir agréable pour les prochains jours où il viendrait travailler. Et en soit, il trouvait que c’était une excellente chose. Même s’il n’avait pas besoin de ce genre de choses pour venir au Ministère sans traîner des pieds, Geoffrey appréciait plutôt son travail.

Ce n’était pas très juste pour Melissa. Et une partie de Geoffrey se sentait tout de même un peu coupable, pour ce qu’il était en train de faire, et ce qu’il s’apprêtait à faire mais elle n’était absolument pas assez présente, et forte pour le faire tout arrêter. Son désir pour Agrippine était bien trop prononcé. Et la voir ainsi, sur son bureau, lui faisait oublier tout ce qu’il pouvait y avoir d’accessoire. Tout le reste lui paraissait accessoire. Il n’avait pas envie de réfléchir davantage, il valait juste profiter du moment présent. Et il n’avait aucun doute que c’était ce qui allait se passer. Evidemment, à ce stade, il ne pouvait se douter des conséquences que ce moment allait avoir sur sa vie, et sur celle d’Agrippine. Mais il n’avait aucun moyen de le savoir.

-C'est... Beaucoup trop rangé à mon goût. Mais je ferai avec.

Quiconque connaissait un peu la jeune femme, ou était déjà allé chez elle n’était pas surpris par ses paroles. Et Geoffrey faisait partie de cette catégorie. Il est vrai que cela devait la changer, Geoffrey était très ordonné. Trop diraient certains, mais il n’avait pas l’intention de changer. Il aimait savoir où se trouvait chaque chose, chaque objet, ou chaque information. Il lui offrit un petit sourire amusé, sans prendre la peine de répondre quoique ce soit, d’autant plus qu’elle commença à se déshabiller.

Il la laissa faire, n’ayant aucune raison ou envie de l’en empêcher. Même si ce n’était pas la première fois qu’ils avaient ce genre de rapports, Geoffrey était toujours admiratif devant la beauté d’Agrippine, et très réceptif à ses charmes. Il ne perdit pas de temps pour laisser ses paumes glisser sur la peau découverte. Explorant un corps qu’il connaissait déjà mais qu’il ne se lassait pas de redécouvrir. Il caresse ses flancs, son ventre, sa poitrine, avec lenteur et douceur. Il prit ensuite son visage en coupe et l’observa un instant, glissant son pouce sur ses lèvres avant de lui donner un nouveau baiser passionné, agrippant presque ses cheveux d’une main, tout en la maintenant fermement contre lui de l’autre.

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeLun 18 Oct - 17:38


Comprendre ses origines
A

grippine ne supportait pas ce qui était trop propre, trop ordonné. Elle avait besoin que les choses soient dérangées, elle avait besoin que rien ne soit à sa place, parce qu'après tout, qu'est-ce qui décidait de ce qui devait être à telle place. C'était forcément arbitraire, et elle, ce qu'elle aimait, c'était intervenir en dehors des codes et bouleverser l'ordre établi. Rien de plus simple dans bien des circonstances, il suffisait souvent de souffler un tout petit peu, et même pas si fort, pour voir le château de cartes s'effondrer. Et donc, ce bureau bien rangé, elle avait très envie d'y mettre le bordel, tout comme elle n'avait pas vraiment de scrupules à mettre le bordel dans la vie bien rangée de Geoffrey Waldman.

Est-ce qu'elle devrait avoir des scrupules ? Peut-être bien, en effet. Après tout, l'homme était marié, et sa femme se trouvait présentement dans le même bâtiment... pourtant, elle ne se sentait honnêtement saisie d'aucune once de scrupules. Et pourquoi en aurait-elle d'ailleurs ? Geoffrey était un grand garçon, il prenait seul ses décisions. Elle, elle était libre comme l'air, elle ne trompait personne, et surtout, elle n'avait jamais mis à Geoffrey le couteau sous la gorge pour le pousser à coucher avec elle, il l'avait toujours fait de son plein gré. A partir de là, elle ne comptait certainement pas bouleverser des habitudes qu'elle trouvait si agréable, d'autant qu'elle était convaincue du fait que Geoffrey aussi y trouvait son compte.

Preuve en était de la manière dont son regard s'attardait sur chaque millimètre carré de sa peau, de son corps. Elle le savait, il la trouvait belle, et elle aimait quand les hommes, comme lui, savaient honorer sa beauté (péché d'orgueil ? Peut-être bien... elle n'en ressentait aucune forme de scrupule pour autant).

De son regard bien sûr, mais aussi de ses mains, qui parcouraient son ventre, ses seins... avec une avidité qu'elle lui reconnaissait bien. Les battements de son coeur s'accéléraient sûrement alors qu'il déposait en plus ses lèvres sur les siennes. Elle avait définitivement besoin de plus. De beaucoup, beaucoup plus.

Profitant que leurs corps soient pressés l'un contre l'autre, Agrippine défit la ceinture de son amant pour pouvoir plus facilement glisser sa main dans son pantalon. Sans jamais trop éloigner ses lèvres des siennes, elle s'appliqua à flatter la zone la plus sensible de son anatomie.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeSam 9 Avr - 11:52

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey devenait un peu plus empressé, en même temps, il était compliqué de résister à Agrippine. Non pas qu’elle était la plus belle femme du monde, ce serait peut-être exagéré, mais elle avait une grande prestance, et un grand charisme. Cela jouait beaucoup. Ajouté au fait que les sentiments de Geoffrey à l’égard de la jeune femme n’étaient pas non plus innocents, alors cela ajoutait un peu plus d’attractivité. Geoffrey n’allait pas se plaindre, de pouvoir passer du temps avec une femme qui lui plaisait autant qu’Agrippine. Certes, il était marié, et ce n’était pas très vertueux, mais bon, ce n’était pas maintenant qu’il allait avoir des remords, ce n’était pas la première fois qu’il couchait avec Agrippine après tout, alors, autant juste profiter du moment.

Dans tous les cas, il était trop tard pour jouer les coupables… ou trop tôt. Quoiqu’il en soit, ça n’allait pas avec l’ambiance générale du moment, et il n’avait aucune envie de la gâcher. Il n’avait pas envie de penser à quoique ce soit d’autre que son amante pour le moment. Geoffrey n’était pas le genre d’homme à vivre le moment présent, sans réfléchir, mais il s’accordait parfois quelques exceptions. Même s’il avait toujours envie que tout soit bien rangé, et sous contrôle, il admettait tout de même que parfois, de temps en temps, cela faisait du bien de se lâcher un peu. De ne pas chercher à contrôler la situation, et à juste profiter.

Et on pouvait dire qu’il en profitait présentement. Occupé à laisser courir ses mains et ses lèvres sur la peau accessible de la jeune femme, il appréciait grandement la sentir contre lui. D’ailleurs, il sentait qu’Agrippine aussi, semblait se montrer un peu plus pressante. Il ne tenta pas de l’arrêter, quand elle défit son pantalon pour glisser sa main entre les pans. Sa respiration se coupa un instant, tandis qu’elle caressait la partie la plus sensible de son anatomie.

Il continua durant quelques instants de caresser, et d’embrasser son corps, et ses lèvres, laissant monter un peu de frustration. Il repoussa ensuite doucement la main de son amante pour baisser quelque peu son pantalon et son sous-vêtement, puis il la pénétra avec douceur et tout de même un brin d’impatience. Ne réprimant pas un gémissement de satisfaction et de complaisance, il commença à amorcer un mouvement de va et viens.

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeSam 9 Avr - 12:23


Comprendre ses origines
L'

urgence qu'ils exprimaient tous les deux pouvaient se justifier par le caractère singulier de la situation. A tout moment, quelqu'un pourrait débarquer dans ces bureaux et les surprendre, sans oublier que non loin, la fête suivait son cours, et si l'épouse de Geoffrey n'avait pas encore constaté l'absence de son mari - ce qui était peu probable -, cela ne durerait bien évidemment pas, et si elle se décidait à partir à sa recherche, qui sait ce qui pourrait bien se passer. Pour Agrippine, cela ne rendait la situation que plus excitante encore... la possibilité de se faire surprendre était clairement ce qui motivait ses gestes fiévreux et donnait le rythme aux battements chaotiques de son coeur.

Ils en avaient tous deux conscience en cet instant, et s'en satisfaisaient très bien autant l'un que l'autre, les préliminaires ne seraient que de courte durée. Oui, le risque qu'ils puissent être surpris pouvait parfaitement justifier cet empressement, mais Agrippine gageait qu'il n'était pas question que de cela malgré tout. S'il ne s'agissait que de cela, ils prendraient d'autres formes de mesure. Non, s'ils semblaient si empressés, c'était seulement que leurs corps, qui se connaissaient par coeur à force de s'aimanter, se réclamaient l'un l'autre.

Faire monter le désir, c'était une bonne chose, bien sûr, mais il y avait des circonstances où on pouvait facilement se l'épargner, des circonstances où le plaisir en question était déjà largement alimenté par d'autres facteurs. En l'occurrence, les quelques caresses d'Agrippine entre les jambes de son amant avaient largement suffi à ce qu'elle ait une bonne idée de l'ampleur de l'excitation de l'homme qu'elle tenait à sa merci autant que l'inverse en cet instant, tous deux épris d'un besoin inassouvissable de luxure.

Alors, ce fut Geoffrey qui mit fin au supplice pour eux deux, et quand leurs corps ne firent plus qu'un, Agrippine en profita pleinement, son bassin accompagnant le mouvement de ses hanches tandis que ses bras et ses jambes s'enroulaient autour de son corps. Elle ne cherchait que moyennement à se faire discrète mais étouffa tout de même ses gémissements de plus en plus appuyés en écrasant ses lèvres contre celle de son amant, des lèvres qu'elle dévorerait presque à ainsi les embrasser et les titiller de sa langue et de ses dents.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 325
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeMer 3 Aoû - 19:10

Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’était pas le genre d’homme à rechercher le frisson, de l’excitation en plus. Les choses simples et naturelles lui convenaient. Et à dire vrai, il ne se serait jamais cru avoir des rapports sexuels sur son lieu de travail, dans son bureau, et qui plus est avec son épouse qui était quelques étages plus bas. Pourtant, il était bel et bien là. Mais Agrippine était une femme qui pouvait lui faire faire toute et n’importe quoi, il fallait bien le reconnaître. Il n’était pas vraiment simple pour lui de réprimer le désir qu’il avait pour elle, et c’était bien pour cette raison qu’il y cédait sans plus de détours.

Il voyait mal comment il était possible de résister à Agrippine, tellement elle était envoûtante, désirable… cela faisait bien longtemps qu’il ne résistait plus dans tous les cas. Ce n’était pas la première fois qu’il laisserait son corps s’unir à celui de la jeune femme, et peut-être que ce ne serait pas la dernière fois. Cela n’était jamais très régulier entre eux, mais leurs chemins pourraient très bien à nouveau se croiser. En tout cas, cela ne déplairait bien sûr pas au sorcier. Mais il valait mieux se concentrer sur le moment présent pour le coup.

Il se sentait pressé, fiévreux, sans vraiment savoir pourquoi tout lui semblait plus intense. Mais cela n’avait pas de réelle importance en fait. Tout ce qui importait, c’était qu’il soit en compagnie d’Agrippine, et qu’ils s’apprêtaient à vivre un moment fort agréable. D’ailleurs, ce fut Geoffrey le premier qui se décida à sauter le bas, et à donner à leur corps ce qu’ils réclamaient. Sans perdre de temps, il donna le rythme avec ses hanches, épousant celles de sa partenaire dans un ballet qu’il connaissait déjà mais dont il ne se lassait pas.

La jeune femme ne fut pas en reste, puisque ses hanches se mirent à accompagner les siennes. Il caressa sa cuisse d’une main, glissant l’autre dans sa chevelure de feu sans cesser de se mouvoir en elle. Il accueillit ses lèvres contre les siennes, y étouffant lui aussi quelques gémissements de plaisir. Plus les minutes passaient, plus il se faisait bestial et intense, jusqu’à finalement atteindre le point culminant et déverser son plaisir

black pumpkin

_________________

- Geoffrey Waldman -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Dragonneau
▌ Messages : 1361
Humeur :
[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Left_bar_bleue50 / 10050 / 100[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitimeVen 5 Aoû - 18:22


Comprendre ses origines
A

mesure que les minutes s'écoulaient, le mouvement de leurs bassins respectifs se faisait de plus en plus empressé, manifestation du désir presque bestial qu'ils cherchaient à assouvir l'un vis-à-vis de l'autre, l'un en l'autre, en l'occurrence. C'étaient des gémissements de plus en plus appuyés et de moins en moins discrets qu'Agrippine venait écraser contre les lèvres de son amant. Elle ne les éloignait presque pas des siennes, d'ailleurs, les embrassant avec gourmandise, sa langue caressant la sienne.

Elle se cambra légèrement au moment de sentir le plaisir la saisir par vagues successives, de plus en plus intenses, de plus en plus irrésistibles. Elle sentait qu'elle ne tiendrait plus très longtemps. Elle était emportée dans des tourbillons de jouissance qui auraient bientôt raison d'elle. Et ce fut dans un ultime gémissement d'extase qu'elle poussa sans savoir se retenir au moment d'atteindre l'orgasme tant espérée. Elle poursuivit malgré tout ses mouvements lascifs jusqu'à sentir que son amant atteignait à son tour les confins de la jouissance.

Elle se laissa alors reposer contre le torse de son amant, pantelante, le souffle court, attendant que les battements chaotiques de son coeur se calment ne serait-ce qu'un peu. Elle aimait déposer son souffle encore court contre son épiderme, et elle demeura un instant ainsi, savourant à sa juste mesure ce moment de latence. Jusqu'à décider finalement qu'il était sans doute temps de reprendre leurs esprits. A plus forte raison qu'ils pourraient bien être surpris à tout moment. Certes, cette variable avait quelque chose de particulièrement excitant, mais il ne servait tout de même à rien de jouer avec le feu plus que nécessaire. Alors, après un moment, elle se décida à se redresser, et à se relever.

-Tu ferais bien d'y retourner, ta femme va se demander où tu es passée,
remarqua Agrippine sans aucune forme de jalousie ou d'animosité mais avec une évidente malice au creux des prunelles alors qu'elle-même récupérait ses quelques vêtements répandus çà et là afin de se rhabiller le plus convenablement possible.

Elle-même ne savait pas encore ce qu'elle allait faire du reste de sa soirée. Elle allait peut-être encore en profiter un peu avant de repartir... disons qu'elle n'était pas tout à fait décidée encore.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Empty
Message#Sujet: Re: [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey   [Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue] Une maîtresse est une reine, une femme est une esclave | Agrippine & Geoffrey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pour une surprise, c'en est une | Agrippine & Geoffrey
» Le désir d'une femme est plus important que celui qu'elle suscite [Agrippine]
» La femme trompée est faite pour se venger, c'est sa vocation ✂ Agrippine
» Ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas | Agrippine, Melissa & Geoffrey
» La Reine des rumeurs - Villanelle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 8
-