AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 L'art du lèche-vitrine | Andromeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Ginevra Prewett
▌ Messages : 55
Humeur :
L'art du lèche-vitrine | Andromeda Left_bar_bleue90 / 10090 / 100L'art du lèche-vitrine | Andromeda Right_bar_bleue

En couple avec : Alastor Prewett, son époux.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, crin de licorne, 32.6 cm.
Camp: Neutre
Avatar: Kate Beckinsale

L'art du lèche-vitrine | Andromeda Empty
Message#Sujet: L'art du lèche-vitrine | Andromeda   L'art du lèche-vitrine | Andromeda Icon_minitimeDim 22 Mar - 12:56


L'art du lèche-vitrine
Q

ui aurait pu penser que la famille Fawley pouvait cacher un si terrible, si dangereux secret ? La fratrie nombreuse, et pourtant soudée, au moins en apparence, des enfants de l'ancien Ministre, n'avait jamais rien laissé transparaître. Douze enfants, dont un bon nombre de filles, toutes mariées, sauf la cadette. Ginevra se disait parfois qu'ils avaient de la chance, dans leur malheur, qu'Andromeda soit la dernière. Cela aurait été vraiment suspicieux, si ils avaient mariés des filles Fawley plus jeunes avant Andro. Par Merlin, ses parents avaient choisis d'arrêter de procréer après sa naissance.

Oui, qui aurait cru le lourd secret qu'ils portaient ? Lorsqu'on voyait Ginevra et Andromeda, marcher bras dessus bras dessous dans l'allée marchande du Chemin de Traverse, parée comme deux sorcières de la haute société... Tout semblait normal.

Et la plupart du temps, Ginevra préférait penser comme ça, que tout était normal, que le secret n'existait pas et que sa petite sœur était la plus normale possible. Elle était une terrible menteuse, mais ce secret, elle avait appris à le garder au plus profond d'elle, fermé à triple tours, loin des rgards médisants. Il fallait bien. Que ce soit pour le bien-être d'Andro, la réputation de sa famille et son propre mariage -elle redoutait la réaction d'Alastor, s'il apprenait qu'elle lui avait caché ceci.

« Prête à faire des folies, Meda ? » demande-t-elle avec enthousiasme à sa sœur, alors qu'elles avancent tranquillement. C'était une sorte de petite tradition qu'elles avaient, que de faire du shopping ensemble, depuis des années. Elles avaient toutes les deux la même passion des emplettes, pouvaient passer des heures à essayer des tas de vêtements, à dépenser des fortunes en accessoires, bijoux, de quoi faire explorer leurs garde-robes déjà pleine à craquer (heureusement que la magie permettait de leur donner une contenance quasi infinie). Ginevra pouvait sans hésiter affirmer que le shoppin était son plaisir favoris, et encore plus en compagnie de sa petite sœur.  

Et puis, lorsqu'elles étaient ensembles, elle pouvait s'assurer que tout se passe bien. Qu'Andromeda n'ait pas à utiliser la magie pour une tâche quotidienne qu'il aurait été simple d'accomplir... Si elle n'avait pas été différente.

Cracmol, un mot que Ginevra n'avait jamais osé prononcé à haute voix. Auquel elle ne voulait même pas penser. Un mot qui la terrifiait.

« Par quoi veux-tu commencer ? »



code by Mandy


_________________

Ginevra Prewett - mother, wife, woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Andromeda Fawley
▌ Messages : 85
Humeur :
L'art du lèche-vitrine | Andromeda Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'art du lèche-vitrine | Andromeda Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: /
Camp: Neutre
Avatar: Emilia Clarke

L'art du lèche-vitrine | Andromeda Empty
Message#Sujet: Re: L'art du lèche-vitrine | Andromeda   L'art du lèche-vitrine | Andromeda Icon_minitimeMar 12 Mai - 12:16

L'art du lèche-vitrine
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Andromeda était bien contente, de cette sortie entre sœurs. Voilà un moment déjà qu’elle n’avait pas passé de temps avec Ginevra. Mais c’était compréhensible. Elle avait un mari, une maison, des enfants… elle était donc occupée. Toutes ses sœurs étaient mariées, et mères, il n’y avait qu’elle qui était seule. Et cela ne devrait pas changer. Parce qu’elle était l’erreur de la famille, l’enfant de trop. Personne ne lui avait jamais dit les choses comme ça, mais elle savait que c’était le cas. Être née cracmole avait été la pire chose qu’elle ait commise, même si elle aurait voulu être une sorcière, et elle ne pouvait changer sa nature, malheureusement.

Enfin, au moins, sa famille ne lui avait pas tourné le dos, et ils ne l’excluaient pas non plus. Elle espérait que cette journée serait une bonne journée, mais il n’y avait pas de raison pour que les choses se passent mal. Du shopping avec sa grande sœur, tout était réuni pour qu’elles sachent s’amuser. Elle avait de la chance de pouvoir avoir d’aussi bonnes relations avec sa famille. Rien ne garantissait qu’elle puisse être proche d’eux, mais c’était le cas.

« Prête à faire des folies, Meda ? »

Andromeda afficha un petit sourire. Elle savait combien sa sœur aimait le shopping, combien elle aimait dépenser surtout. Ginevra avait toujours été dépensière, déjà petite, dès que leurs parents lui donnaient un galion, elle le dépensait quasiment dans la minute. Pour ça, elle avait eu de la chance de se marier avec un homme fortuné. Mais leur père n’aurait jamais marié ses filles à des hommes qui n’avaient pas une très bonne situation. Il avait toujours choisi des bons partis, et sa sœur semblait heureuse de son mariage, pour ce qu’elle en savait, alors Andromeda était contente pour elle, évidemment. Pour sa part, c’était l’argent que lui donnait ses parents qu’elle dépensait, mais ils étaient tout de même assez généreux avec elle, donc elle n’avait pas à se plaindre.

« Par quoi veux-tu commencer ? »

La jeune femme prit le temps de réfléchir. Après tout, elles n’avaient pas de raison de se presser. Elles avaient tout leur temps. Elle fit courir son regard sur les différentes échoppes qui se profilaient. Elles avaient de la chance qu’il n’y ait pas beaucoup de monde, elles allaient pouvoir faire leurs emplettes sereinement, sans avoir besoin de jouer des coudes pour avancer, ce qui pouvait arriver, et qui n’était jamais très agréable.

« Nous n’avons qu’à commencer par le commencement. » Elle entraîna ensuite sa sœur dans la première boutique sur leur gauche. « Alors dis-moi, comment ça va avec Alastor, et les garçons ? »

black pumpkin

_________________

- Andromeda Fawley -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ginevra Prewett
▌ Messages : 55
Humeur :
L'art du lèche-vitrine | Andromeda Left_bar_bleue90 / 10090 / 100L'art du lèche-vitrine | Andromeda Right_bar_bleue

En couple avec : Alastor Prewett, son époux.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, crin de licorne, 32.6 cm.
Camp: Neutre
Avatar: Kate Beckinsale

L'art du lèche-vitrine | Andromeda Empty
Message#Sujet: Re: L'art du lèche-vitrine | Andromeda   L'art du lèche-vitrine | Andromeda Icon_minitimeDim 31 Oct - 13:39


L'art du lèche-vitrine
C

[size=13]e n’était pas évident, de jongler entre sa vie de mère, femme au foyer et sœur… Surtout quand on avait une fratrie aussi importante que la sienne ! Certes, elle n’entretenait pas les mêmes relations avec tous ses frères et sœurs, mais la famille était tellement importante pour elle que Ginevra s’assurait de ne jamais rester trop longtemps sans face à face avec eux. Elle avait changé de nom de famille, mais ça ne coupait pas tous les liens existant dans le passé ! Elle était fière d’être une Prewett, mais n’oubliait pas les Fawley. Alors se retrouver juste avec sa plus jeune sœur, pour une journée entre filles à faire tout ce qu’elles voulaient sans la moindre responsabilité… C’était exaltant. Ginevra tenait à peine en place, retombant presque en enfance à chaque fois que le shopping était dans le chaudron…C’est qu’il n’y avait rien de plus agréable au monde, que de dépenser ses galions pour la bonne cause… Que de refaire sa garde-robe ou y faire un ajout, pour se sentir plus belle, plus femme, plus, tout simplement. Bien que Ginevra aime bien tirer son monde par la baguette, quand il s’agissait de shopping elle aimait tellement tout qu’elle n’avait pas besoin de planifier à l’avance. Ça ne la dérangeait pas de laisser Andromeda choisir pour commencer.

Ce n’était pas un jour de soldes, ce qui promettait un peu plus de sérénité qu’en tant normal. Pas que Ginevra soit au-dessus de jouer des coudes et des sortilèges du saucisson pour obtenir ce qu’elle désirait… Pour le shopping, il n’y avait pas de sang-pur qui tienne. Elle balançait toute dignité à la forêt interdite pour avoir le dessus sur ses rivales… La sorcière pouvait être assez… hargneuse, quand il le fallait.

« Tissard et Brodette, excellent. » répond-elle, enjouée, quand Andromeda fait son choix. C’est avec un sourire complice qu’elle l’accompagne. C’est vrai que pourquoi choisir, quand elles pouvaient toutes les faire ? Sa sœur n’avait certes pas le même niveau de vie qu’elle, puisqu’elle dépendait du bon vouloir de leur père, mais elle restait une Fawley. De toute manière, Ginevra n’avait pas, et n’aurait jamais la moindre notion d’argent ou d’économies. Ça n’existait pas dans son monde… Un monde qui se met à briller de mille feux dès qu’elles entrent dans la boutique de prêt-à-porter luxueuse, sa préférée. Ses propriétaires étaient tous deux français, et on ne parlait pas pour rien de la classe à la française.

« Très bien. Enfin, tu connais les garçons, ils sont toujours aussi têtes brûlées, mais ils sont absolument adorables malgré leurs bêtises. Tu devrais passer, ce soir, tu leur manque. »  Alastor ne détestait pas Andromeda, donc la faire venir chez elle pour passer du temps avec ses neveux ne risquait pas de poser problème. « Par contre, je ne serais pas contre que mon époux soit un peu plus tête brûlée avec moi, de temps en temps… Si tu vois ce que je veux dire. » Elle chuchote sur un ton de confidence, de peur qu’on entende leur conversation.

code by Mandy


_________________

Ginevra Prewett - mother, wife, woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Andromeda Fawley
▌ Messages : 85
Humeur :
L'art du lèche-vitrine | Andromeda Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'art du lèche-vitrine | Andromeda Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: /
Camp: Neutre
Avatar: Emilia Clarke

L'art du lèche-vitrine | Andromeda Empty
Message#Sujet: Re: L'art du lèche-vitrine | Andromeda   L'art du lèche-vitrine | Andromeda Icon_minitimeSam 18 Juin - 10:05

L'art du lèche-vitrine
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Andromeda n’était pas vraiment de nature dépensière, ni même une acheteuse compulsive, mais elle devait bien avouer que ses journées étaient longues, et qu’elle s’ennuyait rapidement, alors le shopping avait été une activité bienvenue, pour combler quelques heures, et s’occuper l’esprit. Il était connu que les femmes aimaient bien s’adonner à ce genre de choses, alors ce n’était pas quelque chose d’exceptionnel, et puis elle devait reconnaître que ses sœurs avaient toujours été un peu comme ça, d’aussi loin qu’elle s’en souvenait, même si Ginevra avait été toujours la plus accro, mais les choses étaient différentes pour elles. Elles avaient une vie, un mari, des enfants, Andromeda n'avait rien de tout cela, et ça ne risquait pas de changer. Alors tout ça, cela semblait tout de même un peu inutile pour la jeune femme, mais son existence n’avait rien d’utile, et elle était condamnée à garder cette vie jusqu’à la fin de ses jours. Oui, ces journées avec ses sœurs, c’était toujours réconfortant pour elle, parce qu’elle adorait passer du temps avec sa famille, et qu’elle les aimait tous sincèrement, mais c’était aussi douloureux, parce que c’était voir tout ce qu’elle n’aurait jamais à cause de sa condition.

Mais elle n’en laissait toujours rien paraitre. Elle devait déjà s’estimer heureuse que sa famille l’acceptait, malgré son statut de cracmol, et qu’ils aient décidé de ne pas la renier. Bon en réalité, toute sa fratrie n’était pas aussi proche d’elle, et certains oubliaient un peu son existence, mais elle pouvait au moins compter sur quelques-uns d’entre eux.

« Tissard et Brodette, excellent. »

Il n’y avait aucune raison particulière à ce choix, mais il fallait bien commencer par quelque chose. En général, les jeunes femmes allaient toujours un peu dans les mêmes boutiques, parce que cela correspondait au style de vêtements qu’elles aimaient porter, mais il était toujours bien de se diversifier avec les nouvelles collections, et d’ajouter quelques pièces bien choisies, et valorisantes. Même si Andromeda était d’avis que Ginevra pourrait bien porter ce qu’elle voulait, elle serait toujours aussi belle.

« Très bien. Enfin, tu connais les garçons, ils sont toujours aussi têtes brûlées, mais ils sont absolument adorables malgré leurs bêtises. Tu devrais passer, ce soir, tu leur manque. »

A défaut d’avoir un jour des enfants, Andromeda avait au moins une ribambelle de neveux et de nièces, ce qui faisait chaud au cœur. Elle ne pouvait pas les voir tous les quatre matins évidemment, mais elle chérissait chacune de leurs rencontres, et tentait toujours de bien s’entendre avec eux. Fabian et Gideon étaient encore petits, et elle le trouvait absolument adorables, alors les voir ne serait pas du tout une corvée pour elle.

« Avec plaisir, ils me manquent aussi, et je suis certaine qu’ils ont encore bien grandi depuis la dernière fois. »

« Par contre, je ne serais pas contre que mon époux soit un peu plus tête brûlée avec moi, de temps en temps… Si tu vois ce que je veux dire. »

Andromeda comprenait où voulait en venir sa sœur, elle n’était pas complètement idiote, mais elle ne savait pas trop quoi lui répondre. Ce n’était pas comme si elle pouvait lui donner le moindre conseil, étant donné qu’elle n’avait jamais connu d’homme ou de relation, et que cela ne risquait pas de changer de sitôt. Elle afficha un petit sourire, tout en regardant ce qui était exposé sur les présentoirs.

« Oui, je vois. Mais je ne peux pas vraiment t’être d’une aide quelconque sur ce point. »

black pumpkin


HJ : Désolé du retard, encore un bug de liste L'art du lèche-vitrine | Andromeda 494191

_________________

- Andromeda Fawley -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

L'art du lèche-vitrine | Andromeda Empty
Message#Sujet: Re: L'art du lèche-vitrine | Andromeda   L'art du lèche-vitrine | Andromeda Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'art du lèche-vitrine | Andromeda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» RP's d'Andromeda
» Liens d'Andromeda
» Pas de pouvoirs ? Pas de problèmes ! (pv Andromeda)
» Le destin peut mettre parfois du temps, mais il fait toujours son oeuvre. (Andromeda)
» « In extremis. » | Balthy & Andromeda
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse
-