AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez | 
 

 Sweet Nightmare {Tarben}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeMer 15 Juil - 15:28

Sweet NightmareEuphemia x TarbenUn cri. Puissant, déchirant, à vous détruire les tympans. Un cri de douleur et de désemparement. Un cri d'abandon. Euphemia se redressa brusquement dans son lit. Elle était convaincue de ne pas avoir rêvé. Elle en eut la confirmation quand le cri retentit encore, si sûrement à son oreille qu'elle refusait de croire qu'il puisse être purement et uniquement Le fruit de son imagination. Son cœur s'engageait dans un course effréné, brusqué par le souffle qu'elle retenait tant bien que mal, l'oreille aux aguets.

Maman.

C'était elle qu'on appelait. Pour Euphemia, ça ne faisait plus aucun doute. Elle abandonna ses draps, elle crut percevoir du mouvement à côté d'elle, où Tarben devait jusque-là dormir d'un sommeil que ses hallucinations nocturnes allaient troubler une fois de plus. Elle n'y prêta pas garde. Elle était tentée de le réveiller pour qu'il l'accompagne, mais le cri se faisait plus puissant, plus insistant. Aegir ne pouvait pas attendre que son père se réveille. Quelque chose n'allait pas, il souffrait, elle le percevait dans la puissance de son cri, la manière dont sa voix se brisait, à s'évertuer à l'appeler.

C'était sa voix, elle la reconnaissait parce qu'elle l'entendait trop souvent. Et chaque fois qu'elle l'entendait, elle oubliait, elle s'oubliait. C'était trop réel pour n'être qu'un songe. Ces moments de lucidité passés à pleurer son fils décédés devenaient le cauchemar, ces moments devenaient la réalité. Ce fut à tâtons qu'elle s'extirpa de la chambre et se précipita jusqu'à celle d'Aegir... celle qu'ils avaient abandonnée, celle qu'Euphemia n'avait jamais voulu que l'on retouche où que l'on rénove.

Au moment d'ouvrir la porte, elle eut une légère appréhension. Elle craignit un instant, juste une fraction de seconde, d'ouvrir et qu'il n'y ait personne. Elle eut ce moment de sincère lucidité. Mais au moment d'ouvrir, il était là. Euphemia était partagée entre un profond soulagement et une sincère détresse. Elle le voyait, présent, tangible, terré dans un coin de la pièce, il sanglotait, il semblait inconsolable, mais il n'avait l'air ni blessé ni en danger. Elle se précipita vers lui, fit l'impossible en le prenant dans ses bras.

Tout était réel pour elle, elle sentait son parfum, entendait sa voix; C'était un enfant de huit ans, imaginaire, blotti dans ses bras. L'âge qu'il aurait eu, l'âge qu'elle parvenait à se convaincre qu'il avait. Et elle demeurait là, à bercer un être invisible, le souffle saccadé de sanglots, se basculant d'avant en arrière, murmurant avec douceur à l'oreille de l'enfant-fantôme.

Je suis là... Tout va bien... je suis là.


Et elle répétait ces mots, véritable rengaine à laquelle ne pourrait couper court que l'intervention salvatrice de son époux.


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeJeu 17 Sep - 14:05

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Tarben avait eu une journée difficile, et surtout longue. On n’avait cessé de le solliciter pour de multiples raisons, et il avait aussi eu le droit à des réunions pénibles, et interminables. Il savait que cela faisait partie intégrant de ses fonctions, mais ce n’est pas pour autant qu’il les exécutait toujours avec envie, et avec motivation. Mais il était tout de même heureux, et fier d’être à la place qu’il occupait. Il avait un rôle important, et pouvait se targuer d’avoir réussi sa vie professionnelle.

Alors quand il était rentré chez lui, il avait eu envie de repos, et de calme. Les enfants étaient à Poudlard, alors pour ce qui était du calme, il n’y avait pas trop de soucis, mais l’ennui, c’est qu’il ne savait jamais dans quel état serait Euphemia, quand il rentrerait. Même si l’elfe de maison avait ordre de le prévenir s’il y avait le moindre souci, il restait tout de même anxieux. La situation était compliquée pour tout le monde, et parfois, Tarben traînait le plus possible pour ne pas rentrer. Il savait que c’était égoïste, et qu’Euphemia n’était pas responsable, mais il était constamment stressé, et anxieux, et cela devenait de moins en moins vivable pour lui.

Mais par chance, elle avait été calme, normale. Il avait retrouvé comme elle était à son habitude. Mais au fond de lui, il savait que ce n’était qu’un sursis. Il savait que tôt ou tard, elle aurait à nouveau un changement de comportement, des hallucinations, et tout ce qui allait avec. Ce n’était pas comme si subitement, elle allait de nouveau être la femme qu’il avait toujours connue. Son mal était incurable, c’était ainsi.

Il avait tout de même passé une agréable soirée, et avait pu aller se coucher. Il s’était endormi quasiment tout de suite, et n’avait été réveillé que parce qu’il avait senti du mouvement. Quand il avait ouvert les yeux, Euphemia n’était plus à côté de lui. Avec un soupir, il se redressa, laissant ses yeux s’adapter à l’obscurité, il y avait plusieurs raisons pour qu’elle se soient levée, et avec un peu de chance, elle avait juste eu besoin d’un verre d’eau, ou autre, mais son intuition lui disait tout de même d’aller vérifier.

Il se leva et marcha tranquillement, il entendit ensuite une voix, celle d’Euphemia, et il savait très bien d’où elle provenait. Il se dirigea donc vers la chambre qui fut autre fois celle d’Aegir, et qui maintenant ne servait plus à rien, sinon à abriter son fantôme, étant donné qu’Euphemia refusait qu’on y touche. Il ouvrit la porte et observa son épouse.

-Je suis là... Tout va bien... je suis là.

Ce n’était pas la première fois qu’il assistait à cela, et ce ne serait pas la dernière, malheureusement. Il savait très bien à qui il parlait. Il savait très bien qu’elle pensait le voir. Il n’y avait pourtant personne, leur fils n’était pas là, ils l’avaient enterré, et il ne serait plus jamais là. Mais Euphemia n’arrivait pas à l’accepter. Il ne savait pas vraiment quoi dire ou faire, même si c’était une habitude, il se sentait à chaque fois démuni.

« Euphemia, qu’est-ce que tu fais ? »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeLun 21 Sep - 9:19

Sweet NightmareEuphemia x TarbenLa voix de Tarben semblait comme surgie de ténèbres lointaines, si bien qu'Euphemia ne fut pas tout à fait certaine qu'il soit bel et bien là, dans l'encadrement de la porte. En cet instant, tout ce qui était le plus vrai paraissait irréel, tout ce qui était irréel semblait vrai. Il n'y avait rien de plus vrai, de plus certain, de plus absolument sûr que l'enfant qu'elle tenait dans ses bras. Tous ses sens l'induisaient en erreur alors qu'elle le sentait vraiment s'agiter tout contre elle. Son parfum... elle le reconnaîtrait entre mille, et c'était bien le sien, cette odeur de la prime enfance, inexplicable autrement. Elle ne pouvait pas l'inventer.

Mais finalement, elle leva les yeux et constata que son mari était effectivement là. Elle lui adressa un regard tendre tout en poursuivant de bercer l'enfant imaginaire contre elle, le mouvement était réconfortant. Sa question était brusque, devait la ramener au moment présent et à la dure réalité, mais le fait est qu'elle n'était pas encore prête. Pas prête du tout, même. Non, même si une part d'elle revenait doucement à elle et comprenait sans doute ce qui se passait, une autre se cramponnait fermement à ses illusions. Non, elle n'inventait rien de tout ça. Oui, Aegir était bien là à ses côtés. Ce n'était pas un rêve, un mythe, une illusion. C'était la réalité. Il le fallait. Si ce n'était pas le cas, ce serait comme faire une chute vertigineuse, tomber de dix étages, ne jamais se relever... Impossible, inconcevable. Hors de question. Non...

Aegir a fait un cauchemar
,
dit-elle d'une voix douce, légèrement brisée, presque éthérée, en tendant sa main vers lui pour qu'il la prenne et l'accompagne, s'assoit à côté d'elle et l'aide à consoler leur fils. Tu ne l'as pas entendu m'appeler ?

Elle n'était plus forcément dupe de son propre manège, l'intervention de son mari avait en partie brisé l'illusion, mais pas suffisamment pour qu'elle y renonce malgré tout. Non, elle n'avait pas envie d'y renoncer, pas tout de suite. C'était encore trop tôt. Et Aegir était trop réel, là, entre ses bras. Il fallait qu'il le reste, au moins encore un petit peu.


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeMer 25 Nov - 19:31

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
C’était une scène à laquelle Tarben avait déjà assisté, et à laquelle il assisterait encore, malheureusement. Ce n’était pas toujours le même scénario, pas exactement, mais cela arrivait tout de même bien trop à son goût. Il ne pouvait rien faire contre cela, il en avait conscience, et cette impuissance rendait la situation d’autant plus ingérable. Il n’était pas en colère contre Euphemia, il savait bien que ce n’était pas sa faute, mais tout de même… il ne savait plus vraiment ce qu’il devait faire, ou non pour arranger les choses, pour espérer qu’elle aille mieux, et qu’elle accepte enfin la mort de leur fils. Ce qui ne semblait pas être gagné.

Même s’il lui demandait ce qu’elle faisait, Tarben savait pertinemment ce qu’elle allait lui dire. Elle allait probablement lui dire qu’Aegir l’avait appelée, ou quelque chose dans ce genre-là… il avait de moins en moins de patience face à tout cela, et il était de moins en moins doux avec elle, quand il s’agissait de la ramener à la réalité. Ce n’était pas contre elle, mais au bout d’un moment… il n’était pas infaillible non plus. En tout cas, il tentait de garder un maximum son calme. Il ne voulait en rien la brusquer plus qu’elle ne l’était déjà.

Aegir a fait un cauchemar. Tu ne l'as pas entendu m'appeler ?

Tarben se retint de soupirer. Il avait eu la réponse à laquelle il s’était attendu, malheureusement. Maintenant… il allait devoir gérer ça tout seul, et il espérait que ce ne serait pas trop compliqué. Il ne savait jamais à l’avance à quel point sa femme était embarquée dans son délire, et ce n’était pas toujours simple de l’en sortir, même s’il comptait bien insister jusqu’à que ce soit le cas. Il prit la main qu’elle lui tendait et s’accroupit en face d’elle. Il l’observa et tenta de parler avec le plus de douceur dont il était capable en cet instant.

« Euphemia, tu sais bien que c’est dans ta tête. Personne n’a appelé, Aegir est mort. »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeJeu 3 Déc - 15:23

Sweet NightmareEuphemia x Tarben
L'illusion s'évaporait petit à petit, mais Euphemia ne voulait pas la laisser lui échapper. Elle voulait encore la retenir, juste un peu, rien qu'un tout petit peu. Dans ses moments de plus grande lucidité, elle savait admettre qu'il ne fallait pas qu'elle se laisse embarquer par ces délires, qu'ils empêchaient à la mère éplorée de faire convenablement son deuil, elle savait reconnaître qu'elle ne pouvait pas continuer ainsi et qu'elle ne devait surtout pas oublier qu'Aegir était parti, qu'il ne reviendrait plus, et que c'était mieux ainsi...

Mais elle n'était pas complètement lucide, et même si elle retrouvait davantage prise avec ce qui était réel grâce à la présence de Tarben, à sa voix qui la ramenait à la réalité, elle ne voulait pas partir, revenir à son état "normal". Dans la vie normale, Aegir était mort, pourquoi voudrait-elle revenir à un état où son fils ne respirait plus quand elle pouvait rester ici, avec ses illusions si tangibles, dans un monde où elle pouvait prendre son fils dans ses bras. Est-ce que c'était si mal que ça ? Ce qui était douloureux, c'était de revenir aux faits... elle était si bien dans son illusion.

Alors elle savait, oui, qu'Aegir était mort, mais en cette seconde, elle n'avait pas envie de l'accepter. Elle adressa à Tarben un regard embué de larmes où se laissait percevoir un fond de colère. "Aegir est mort", y avait-il manière plus violente de le formuler ? Bien sûr, c'était la vérité, et il fallait bien (peut-être) qu'elle accepte elle aussi de prononcer ces mots si crument, mais dans ces circonstances elle ne l'acceptait pas. Tarben avait été doux, et elle savait combien il était autrement patient avec elle. Quand elle était en mesure de culpabiliser, elle s'en voulait de lui faire endurer tout ça. Mais dans l'état où elle était maintenant, elle n'était tout simplement pas prête. Et elle n'avait pas envie de l'être non plus.

Ne dis pas ça, pas comme ça...
Elle retourna son regard vers ses bras vides. Plus de trace d'Aegir, il n'était définitivement plus là. Tu l'as fait fuir. Tu ne pouvais pas juste me laisser le garder encore un peu, juste un peu... ? ajouta-t-elle avec dans la voix une colère qui finirait par la déserter.

Et plus tard, quand elle repenserait à cet épisode, elle s'en voudrait terriblement de s'être comportée ainsi avec son mari. Mais elle ne s'en rendait pas compte pour le moment. Et en elle, il n'y avait qu'un profond sentiment d'injustice.



:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeVen 19 Mar - 17:52

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
On pourrait penser que Tarben était dur, et trop peu délicat avec Euphemia. Mais il savait bien qu’aucune méthode n’était meilleure qu’une autre. Il avait déjà fait plusieurs tentatives, et la réalité, c’était qu’Euphemia était toujours déboussolée. Il manquait probablement de patience, mais sa patience s’était usée, et s’usait encore, jour après jour. Il n’y pouvait rien, c’était ainsi. Il savait qu’elle ne le faisait pas exprès, et il ne lui en voulait pas. Mais c’était difficile pour lui aussi, et en plus de gérer son deuil, il devait gérer celui de son épouse également, ce qui n’avait rien de simple.

C’était sans doute naïf de sa part, ou peut-être même complètement stupide, mais il continuait de nourrir l’espoir qu’Euphemia finisse par redevenir lucide tout le temps, qu’elle n’ait plus ces moments d’absence, de délire, ou quoique ce soit d’autre. Les médecins lui avaient répété qu’il n’y avait pas de remède, et qu’à moins d’un miracle, cela ne s’améliorerait pas, mais c’était de son devoir de continuer à croire qu’elle pourrait s’en sortir, et avoir une vie normale. Pourtant, la mort de leur fils remontait à quelques années à présent, et rien n’avait changé, rien ne s’était amélioré, mais peut-être qu’un jour… qui sait.

-Ne dis pas ça, pas comme ça...

Il n’y avait pas d’autre façon de le dire. C’était la stricte vérité, même si elle était difficile, et cruelle à entendre. Mais Aegir était mort, il ne reviendrait jamais et il fallait continuer d’avancer. Vivre dans le passé, ou dans un monde illusoire, ce n’était pas la solution. Euphemia ne gagnerait rien à s’enfoncer dans ses crises, la réalité serait juste beaucoup plus dure à accepter, à chaque fois. C’était aussi pour cela que Tarben tenait à la « réveiller » quand il le pouvait, quand il était présent.

-Tu l'as fait fuir. Tu ne pouvais pas juste me laisser le garder encore un peu, juste un peu... ?

Non, il ne pouvait pas. Ça ne servirait strictement à rien. Ça ne changerait rien. En soit, il pourrait abandonner et la laisser avoir ses épisodes psychotiques, mais cela reviendrait à l’abandonner elle, et en tant qu’époux, il ne pouvait se résoudre à une telle chose. C’était impensable. Même si ce n’était pas le grand amour entre eux, même s’ils ne s’étaient pas choisis, elle était sa femme, et il avait un grand respect pour elle, ainsi que de l’affection. Et il ne pouvait pas s’en détourner.

« Tu sais bien que non, Euphemia. Ce n’est pas bon pour toi, tu ne dois pas t’enfoncer dans tes hallucinations, ça ne te fera que davantage souffrir. Je ne l’ai pas fait fuir, il n’a jamais été là, et tu le sais au fond de toi. »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeLun 22 Mar - 15:27

Sweet NightmareEuphemia x Tarben
Les mots glissaient sur elle comme la pluie. Elle ne voulait pas les entendre, elle s'obstinait à ne pas les entendre. L'énergie qu'elle déployait à faire taire la douleur et à conserver l'illusion l'épuisait profondément. Elle préférait être prise pour folle et se défendre de l'être que d'admettre ses inventions. C'était si douloureux, quand la réalité prenait le pas sur les hallucinations charmantes qui semblaient bien plus douces, bien plus acceptables que la vérité la plus nette, atroce, impénétrable. Non, "elle ne savait pas bien" que non, pas sur le moment.

Euphemia était dans un état qui dépassait ce qu'elle savait ou non, elle n'était pas tout à fait elle-même, et quand on la poussait à se ressaisir, elle se sentait comme tirée vers la surface d'un monde qui semblait trop implacable, trop cruel. Dans les abysses, sous la surface, il faisait sombre et il était difficile de réussir à même respirer, mais elle se sentait elle-même, elle avait l'impression de réussir à vivre bien, à vivre mieux. Pas longtemps, mais c'était si bien quand elle pouvait sourire à son fils, et que son fils lui souriait en retour.

Euphemia dévisagea un moment Tarben sans parler. Petit à petit, le monde se structurait autour d'elle, un monde plus tangible, moins vaporeux, tout prenait de la densité, une certaine forme de réalité. Mais ce n'était pas agréable du tout, comme constat. Au contraire, même. C'était une souffrance... Et une souffrance aussi de constater combien son mari ne voyait plus en elle qu'un cas désespéré, non, désespérant surtout.

Elle sentit les larmes lui monter aux yeux, qu'elle ferma comme pour empêcher ce retour au réel qui était trop éprouvant, trop inacceptable. Mains plaquées contre ses oreilles, paupières clauses, elle essayait de se déconnecter, d'invoquer l'image de son fils. Juste un peu, encore un petit peu...

Je te déteste, je te déteste, je te déteste...


Elle répétait ces mots, encore et encore, de façon lancinante, comme une incantation. Pourtant, elle ne le pensait pas du tout. Elle aimait son mari, et quand elle aurait consenti à reprendre pleinement ses esprits, elle s'en voudrait terriblement d'avoir osé prononcer des mots pareils. Déjà que le pauvre devait supporter sa folie, ses humeurs, ses accès qui devaient l'empêcher lui-même de faire convenablement le deuil de leur fils, il devait en plus l'écouter dire les pires horreurs, à son sujet.

Elle ne pensait vraiment rien de cela, pourtant. Non, non, elle ne détestait pas Tarben. C'était tout l'inverse, même. Elle l'aimait, elle lui était, dans ses moments de pure lucidité, reconnaissante au possible de tout ce qu'il faisait pour elle. Oui, elle l'adorait, mais elle n'arrivait pas à le dire ou même à le penser, tout de suite. Elle ne comprenait pas elle-même, elle n'était pas elle-même.


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeVen 20 Aoû - 20:23

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ces situations étaient toujours difficiles à vivre, surtout que Tarben devait enrôler le rôle du méchant. Celui qui devait à nouveau, faire part de la réalité à Euphemia, comme s’il devait lui annoncer la mort de leur fils, encore et encore. C’était épuisant, aussi bien moralement, que physiquement, mais il n’y avait pas vraiment le choix. Il ne pouvait pas la laisser dans ses délires, cela n’allait pas l’aider, bien au contraire. Cependant, il aimerait bien avoir un peu de répit, que les crises ne soient pas trop rapprochées, mais il avait l’impression qu’elles étaient bien trop nombreuses, sans compter qu’il ne pouvait pas exactement savoir ce qu’il se passait quand il n’était pas avec elle.

Il ne préférait pas l’imaginer. Peut-être qu’il devrait se résoudre à écouter ce que lui disait les médicomages, mais il trouvait cela bien trop dur, ce serait comme l’abandonner, et affirmer qu’il n’y avait plus d’espoir. Il ne pouvait pas laisser sa femme être enfermée, vivre sa vie entre quatre murs, c’était beaucoup trop cruel. Surtout qu’il ne savait pas ce qu’ils lui feraient, alors ce n’était pas la peine qu’il y songe.

Quoiqu’il en soit, pour le moment il fallait surtout qu’Euphemia retrouve ses esprits, et cela ne semblait pas vraiment être le cas. Cela prenait parfois un peu plus de temps, et il préférait quand elle revenait vite à elle, évidemment, mais ça ne dépendait pas que de lui. Et même après, une fois qu’elle était revenue à la réalité, ce n’était pas non plus une partie de plaisir. Pourtant, il y avait des moments où elle était bien, consciente, où ils arrivaient à passer de bons moments, mais parfois, Tarben avait l’impression qu’ils se faisaient de plus en plus rare.

Je te déteste, je te déteste, je te déteste...

Ça non plus, ce n’était pas la première fois qu’il l’entendait. Ça ne faisait jamais plaisir, évidemment, mais il ne lui en voulait pas. Ça ne servirait à rien, dans l’état dans lequel elle était, il était inutile de lui rajouter davantage de culpabilité. Il avait appris à s’y faire, à ce genre de paroles. Non pas que maintenant, ça ne lui faisait plus rien, mais il savait qu’elle lui disait ça sans réellement le penser. Enfin, oui, elle le pensait, mais quand elle était lucide, elle s’excusait toujours, alors qu’elle n’avait pas besoin de le faire. Il savait très bien ce qu’il en était. Au final, il poussa un nouveau soupir avant de s’approcher d’elle, et de la prendre contre lui, dans un geste tendre, tentant de l’apaiser.

« Euphemia s’il te plaît, il faut que tu te calmes à présent. Tout va bien… »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeMer 25 Aoû - 7:53

Sweet NightmareEuphemia x Tarben
Dans un premier temps, quand Tarben la prit entre ses bras, elle eut la tentation de vouloir se dégager et de se débattre, ce qu'elle fit, mais de plus en plus faiblement à mesure qu'il la gardait captive de ses bras. Il savait comment la calmer, il savait qu'il fallait attendre que la crise passe et qu'il n'y avait pas grand-chose de plus, de mieux à faire, c'était malheureusement l'unique chose à faire, dans ces circonstances, c'était d'attendre ce que ça passe. Il ne servait à rien de précipiter, de brusquer les choses, ça ne mènerait forcément nulle part.

Mais si le geste d'Euphemia pouvait réussir à la rassurer, ce n'était pas le cas de ses paroles. "Il faut que tu te calmes", vraiment ? Il osait lui dire ça ? C'était un ordre, un impératif, c'est ça ? Mais ce n'était pas elle qui décidait de ce genre de choses, ce n'était pas elle qui décidait de se calmer ou pas. Elle n'était pas en mesure de dire quoi que ce soit. Elle avait besoin que ce soit lui qui la calme, que ce soit lui qui l'apaise, et pour l'heure, ça ne fonctionnait absolument pas. Le contact de ses bras lui faisait du bien, oui, mais ses paroles, elles, lui faisaient l'effet de lames tranchantes qui viendraient ciseler son coeur en milliers de morceaux.

Comment tu peux dire que tout vas ? Comment tu peux même penser une chose pareille ?
répliqua-t-elle en repoussant son mari avec une agressivité renouvelée, ou en essayant, du moins, de se dégager de ses bras. Peut-être que c'est facile pour toi, peut-être que pour toi tout va bien dans le meilleur des mondes, mais ce n'est pas le cas. Tu l'as dit toi-même : notre fils est mort, il ne reviendra pas. Alors tout ne va pas bien.

Elle marqua une pause, elle avait un goût amer au creux de la gorge, et qui ne la quittait pas, le goût du venin qu'elle répandait à tort et à travers, peut-être, mais c'était un fait : retrouver sa lucidité ne réduisait pas sa douleur au silence.

J'imagine que tu t'en fiches, que ça t'est égal, mais si c'est si facile pour toi d'oublier notre fils, ne t'attends pas à ce que ce soit le cas pour moi.


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeVen 11 Fév - 10:36

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Tarben était devenu accoutumé de ces… épisodes. Pourtant, ce n’était pas pour autant que cela ne lui faisait plus rien. A chaque nouvelle crise, il avait le sentiment que c’était de plus en plus dur, et qu’il était de plus en plus impuissant face au désarroi de son épouse. Il faisait tout ce qu’il pouvait pour l’aider, mais il était conscient que cela ne suffisait pas. Les médicomages n’étaient pas optimistes quant à l’amélioration de l’état d’Euphemia, il le savait, mais il ne pouvait tout de même pas s’empêcher d’espérer qu’elle aille mieux. Même si à chaque fois qu’elle semblait se remettre, elle rechutait dans la foulée.

Il devait mixer en ce qu’il devait dire et ses propres réactions. Même si parfois, il se retrouvait à agit mécaniquement, ce n’était pas simple pour lui, loin de là. Il savait bien qu’Euphemia n’était pas toujours consciente de ce qu’elle pouvait dire, mais c’était tout de même difficile à entendre. Cela arrivait souvent, qu’il passe pour le méchant de l’histoire, parce qu’il ne la suivait pas dans ses délires, ou qu’il tentait de la ramener à la réalité. Mais il apprécierait parfois, ne pas avoir à jouer ce rôle-là. Il y avait des moments, parfois, où les nuits étaient calmes, et où Euphemia restait maîtresse d’elle-même, mais il avait le sentiment que c’était de plus en plus rare, malheureusement.

Comment tu peux dire que tout vas ? Comment tu peux même penser une chose pareille ? Peut-être que c'est facile pour toi, peut-être que pour toi tout va bien dans le meilleur des mondes, mais ce n'est pas le cas. Tu l'as dit toi-même : notre fils est mort, il ne reviendra pas. Alors tout ne va pas bien.

Tarben ne la retint pas, quand elle le repoussa. A quoi bon, il n’allait pas se battre avec elle. C’était difficile à entendre. Il ne savait pas si elle le pensait, ou si elle disait cela sous le coup de la douleur, ou de la colère, mais cela restait tout de même difficile à entendre. Et il trouvait cela un peu injuste. Sous prétexte qu’il n’était pas au fond du trou, ne voulait pas dire que la mort de leur fils le laissait indifférent. Mais il ne pouvait pas se permettre de se laisser aller. Il devait garder le cap, pour leurs enfants qui étaient toujours en vie, pour leur famille.

J'imagine que tu t'en fiches, que ça t'est égal, mais si c'est si facile pour toi d'oublier notre fils, ne t'attends pas à ce que ce soit le cas pour moi.

Il fronça les sourcils, la trouvant terriblement injuste. Il savait qu’il valait mieux qu’il ne réagisse pas, mais il trouvait tout de même que c’était terriblement injuste. Mais cela commençait à être beaucoup à supporter. Il ne voulait pas se disputer avec elle, mais c’était tout de même lourd, de devoir accepter qu’elle soit la seule à avoir le droit de fléchir parce que si le reste de la famille le faisait ce serait le chaos. Tout le monde prenait sur lui pour elle, et elle le rendait de manière complètement égoïste.

« Je m’en fiche ? Fais bien attention à ce que tu dis Euphemia, ma tolérance à ses limites. Qu’est-ce que tu crois ? Que tu es la seule à souffrir ? Ce n’est pas parce que je ne m’enferme pas dans un monde . Je n’ai rien oublié du tout, mais si je me comportais comme toi, notre famille irait droit dans le mur. »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeMer 16 Fév - 8:16

Sweet NightmareEuphemia x Tarben
Sa tolérance avait ses limites... eh bien soit ! Il avait donc mis les mots sur ce qu'était leur relation à présent. Il ne l'aimait plus, il la tolérait, il la supportait, et il ne la supportait pas dans le sens où il la soutenait, il la supportait dans le sens bien moins glorieux où il acceptait de faire montre d'une vague patience qui avait ses limites. Il s'en fichait, d'elle et de ses états d'âme, il voulait juste se prouver à lui-même qu'il était un mari exemplaire, et oh qu'on le plaindrait, lui et sa folle de femme ! Quel homme, quel exemple !

Est-ce que Euphemia pensait tout ça ? Pas réellement, pas en son for intérieur, mais quand elle était en pleine crise, elle ne parvenait pas à raisonner convenablement. Quand elle aurait totalement recouvré ses esprits, elle s'en voudrait atrocement d'avoir dit une chose pareille, c'était l'évidence la plus pure, et elle s'en voudrait aussi d'avoir dit ce genre de choses, mais pour le moment, elle n'arrivait pas à voir les choses de cette manière.

"Oh pauvre de toi, tu souffres ! EH BIEN GENIAL, J'IMAGINE QUE MA SOUFFRANCE A MOI N'EST PLUS LEGITIME, DANS CE CAS !"

Elle ne parlait plus posément, elle hurlait, complètement hystérique. Elle pensait s'être calmée, mais avoir réussi à faire perdre son calme à Tarben faisait jaillir ses pires aspects. Et en attendant, contradictoirement, est-ce que ce n'est pas ce qu'elle avait voulu ? Qu'il réagisse, qu'il s'emporte, qu'il lui prouve que justement, il ne s'en fichait pas ? Si, et sur ce point, ça avait été efficace. Mais ça ne l'aidait pas à se sentir mieux malgré tout. Elle avait les larmes aux yeux.

"Pauvre Tarben qui porte à lui seul le poids de toute notre famille. Tu crois que je le décide, d'être comme ça ? Tu crois que je suis heureuse ? Que je le fais exprès ? Que c'est un caprice ?"
Elle grinça des dents. "Mais si je suis un tel boulet, une telle menace pour notre famille, arrête les frais et interne-moi. On sait tous les deux que c'est uniquement ta fierté qui t'empêche de le faire."

Elle pleurait toutes les larmes de son corps. Elle n'arrivait pas à contrôler ce flot lacrymal.



:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Tarben Travers
▌ Messages : 57
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Euphemia Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: 31 cm, bois de chêne, crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Tom Ellis

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeDim 26 Juin - 18:29

Sweet Nightmare
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La situation était en train de dégénérer, et Tarben savait qu’il ferait mieux de passer l’éponge, et de ne pas répondre à ce que pouvait lui dire Euphemia, parce qu’elle était en pleine crise, mais cela devenait compliqué de tout encaisser sans rien dire, et il était fatigué, lui aussi. Devoir porter seul sa famille, avec le comportement d’Euphemia qui était de plus en plus difficile à gérer, cela commençait réellement à peser lourd. Euphemia allait loin dans ses propos, qu’elle les pense ou non, et il n’était pas capable de rester sans réagir.

Evidemment, son but n’était pas de blesser Euphemia, mais il y en avait assez qu’il serve de défouloir à sa peine. Elle devait comprendre qu’il ne vivait pas forcément bien la mort de son fils non plus. Et que son deuil était difficile à faire, puisqu’il devait gérer celui d’Euphemia, et qu’il ne pouvait donc pas passer à autre chose. Il ne lui en voulait pas, il savait qu’elle ne faisait pas exprès, mais il ne pouvait pas la laisser dire qu’il s’en moquait, ou que cela ne lui faisait rien, que leur fils soit mort.

"Oh pauvre de toi, tu souffres ! EH BIEN GENIAL, J'IMAGINE QUE MA SOUFFRANCE A MOI N'EST PLUS LEGITIME, DANS CE CAS !"

Tarben fronça les sourcils. Euphemia était en pleine crise d’hystérie, et peut-être que la chose à faire était de l’ignorer, mais il n’avait pas les nerfs assez solides cette fois pour s’y résoudre. Il était à bout de tout, et en plus, elle interprétait ce qu’il lui disait n’importe comment. Mais bon, c’était idiot d’attendre d’elle de la logique et du bon sens quand elle était dans cet état-là.

« Arrête d’hurler, je n’ai jamais dit ça. »

En soit, il était une bonne chose que leurs enfants soient à Poudlard, il aurait été encore plus dramatique qu’ils assistent à ce genre de scène, car pour eux aussi, les choses étaient loin d’être évidentes. Tarben tentait de se maîtriser le plus possible, et ne pas totalement exploser, mais cela devenait de plus en plus difficile pour lui.

"Pauvre Tarben qui porte à lui seul le poids de toute notre famille. Tu crois que je le décide, d'être comme ça ? Tu crois que je suis heureuse ? Que je le fais exprès ? Que c'est un caprice ?Mais si je suis un tel boulet, une telle menace pour notre famille, arrête les frais et interne-moi. On sait tous les deux que c'est uniquement ta fierté qui t'empêche de le faire."

Il n’aimait pas la voir dans cet état, cela lui serrait le cœur, malgré sa colère du moment. Parce qu’il savait au fond de lui qu’elle ne faisait pas exprès, et que toutes ces réactions résultaient du choc de la mort de leur fils. C’était d’ailleurs pour cette raison, qu’il s’énervait rarement contre elle, et qu’il laissait couler, mais parfois, c’était juste trop dur, tout se mélangeait, et il ne parvenait pas à ne pas réagir.

« Ça suffit Euphemia, arrête de tout déformer, je ne t’ai jamais accusée de rien, je sais que ce n’est pas de ta faute. Mais ce n’est pas une raison pour que tu te défoules sur moi à chaque fois. Je ne vois pas ce que la fierté vient faire là-dedans, je ne t’interne pas parce que je ne te considère pas come folle, et parce que tu ne mérites pas d’être enfermée entre quatre murs, bourrée de je ne sais quelles potions »

black pumpkin

_________________

- Tarben Travers -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 97
Humeur :
Sweet Nightmare {Tarben} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Sweet Nightmare {Tarben} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitimeMer 29 Juin - 10:06

Sweet NightmareEuphemia x Tarben
Elle ne pouvait pas s'arrêter de hurler, elle ne le pouvait pas parce qu'elle n'était plus tout à fait elle-même, en cet instant. Elle ne se contrôlait pas. Elle ne cherchait pas à être comme elle était. Et comme bien souvent quand lui prenaient des crises de ce genre, elle finirait par en revenir, et quand ce serait le cas, elle observerait son comportement avec autant de regret que de dégoût pur et strict d'elle-même. C'était difficile à exprimer parce que sur le moment, elle n'était pas tout à fait consciente.

C'était comme vivre la chose en étant en dehors de son corps... et en même temps, toutes les émotions, la moindre d'entre elles, se voyait décuplée à un point terrible. Elle ne pouvait pas cesser de hurler parce qu'elle ne se rendait pas compte que c'était ce qu'elle faisait, de même qu'elle ne se rendait pas compte de l'injustice des propos qu'elle servait à son époux. Elle était en pleine crise, et dans des moments comme celui-là, elle était juste incapable de se contrôler. C'était plus fort qu'elle.

Bien sûr qu'elle déformait tout, elle déformait tout parce qu'elle n'était pas en état de percevoir la réalité telle qu'elle était. C'était à peine si elle était en état de comprendre qu'elle ne tenait pas son enfant décédé dans ses bras un peu plutôt. Un "ça suffit" de la part de Tarben résonnait en cet instant dans son esprit comme un insupportable coup de semonce. Rien ne réussissait à être tolérable ou toléré quand tout la faisait à ce point souffrir. Et si Tarben ne l'accusait de rien, il n'en avait pas besoin, car en lui faisant de tels reproches, c'était en fait à elle-même qu'elle les faisait. Elle ne détestait pas son mari. Elle serait jamais capable de le détester. C'était elle qu'elle détestait. De toute son âme. Et faute de savoir se le faire payer à elle-même, c'était Tarben qui en essuyait les conséquences.

"Pourtant, je le suis", fit-elle quand Tarben répéta qu'elle n'était pas folle, qu'il ne la considérait pas comme telle. Les larmes mouillaient son visage. Elle aurait besoin de l'étreinte, de la tendresse de son époux, plutôt que de ses reproches pragmatiques qu'elle n'était pas en état d'entendre, mais elle n'osait rien réclamer. "Je suis folle, tu le vois pas ? Folle et fatiguée..." Elle baissa les yeux. "Ils ont peut-être la chance, ces fous qu'on gave de potions. Ils ne pensent plus, ils ne souffrent plus..."




:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Sweet Nightmare {Tarben} Empty
Message#Sujet: Re: Sweet Nightmare {Tarben}   Sweet Nightmare {Tarben} Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet Nightmare {Tarben}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nightmare, sweet nightmare | Bill & Belvina
» Sweet Nightmare} Manni
» Rp's de Tarben
» Liens de Tarben
» Crazy underrated | Tarben
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
-