AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
Battlefield 2042 (Xbox One) – Précommande à -25%
52.80 € 69.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 We're all mad here {Gabrielle}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 77
Humeur :
We're all mad here {Gabrielle} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100We're all mad here {Gabrielle} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitimeLun 20 Juil - 14:51

We're all mad hereEuphemia x GabrielleLe rapport qu'entretenait Euphemia avec ces lieux était particulièrement ambivalent. Par certains aspects, et même si elle savait qu'elle devait être une exception en la matière, elle aimait profondément cet hôpital. Car c'était à cet endroit qu'elle avait donné naissance à ses trois merveilleux enfants, et en même temps, ses visites constantes, comme celle qui avait lieu en cet instant, lui rappelaient son état de santé déclinant... Et c'était toujours difficile que d'admettre, dans ses plus grands moments de lucidité, qu'elle devenait sans doute folle.

Euphemia réalisait de plus en plus que ses instants de clarité étaient ceux qu'elle détestait le plus, et ce n'était sans doute pas pour rien si ces derniers se faisaient de plus en plus rares. Quand, comme maintenant, elle réalisait parfaitement sa situation, le fait que son fils était mort et ne lui reviendrait jamais, elle se sentait creuse, elle se sentait vide, et une partie d'elle avait envie de revenir à cet état de douceur et de brume, où elle pouvait sentir le poids, la densité d'Aegir, tout contre elle, quand elle pouvait croiser son regard avec la certitude que ce regard était ce qu'elle avait de plus précieux au monde...

Elle se sentait parfaitement consciente, parfaitement en deuil, alors qu'elle venait de faire sa visite mensuelle à Sainte-Mangouste. Son médicomage attitré ne l'avait pas toujours vue dans un si bon état. Elle le savait, ce dernier considérait qu'elle devrait être internée, le temps d'aller mieux une bonne fois pour toutes, mais il n'en était pas question, surtout si cela devait l'éloigner de Loke et Edda, sans compter que Tarben s'y opposait fermement. Elle n'était que de passage, et pour une fois, la visite n'avait pas été trop éprouvante, loin de là, même.

Elle pourrait repartir tout de suite, mais puisqu'elle était là, elle voulait en profiter pour passer un peu de temps avec Gabrielle. Depuis leur première rencontre dans les couloirs de ce même hôpital, elle avait le sentiment que personne ne l'avait jamais mieux comprise qu'elle, et son amitié, née dans les plus étranges circonstances, lui était devenue indispensable. En la cherchant dans sa chambre, on lui avait appris qu'elle se trouvait à la cafétéria, et c'était en effet le cas, elle se rapprocha et alla s'installer à sa table, avec un large sourire aux lèvres.

Bonjour Gabrielle. Comment tu te sens aujourd'hui ?


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 639
Humeur :
We're all mad here {Gabrielle} Left_bar_bleue90 / 10090 / 100We're all mad here {Gabrielle} Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: Re: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitimeSam 7 Nov - 11:33

We're all mad here
Elle n’avait pas souvent l’occasion de sortir de sa chambre de Sainte Mangouste, surtout ces derniers temps. On ne pouvait pas réellement dire que l’état de Gabrielle s’améliorait tant que cela, surtout depuis la mort de Raziel, c’était comme si elle s’enfonçait de plus en plus. Par moment, elle oubliait l’endroit où elle se trouvait, elle oubliait que son époux était mort et que son fils se trouvait sous la garde d’autre personne. Mais dans d’autres moments, elle avait bien conscience de ce qui était arrivé, du fait qu’elle n’avait plus son époux à ses côtés, qu’elle vivait à longueur de temps dans l’hôpital magique et qu’elle ne pouvait pas voir son fils grandir. Oh, elle ne remettait en aucun cas en doute le fait que Lucretia prenait soin de Augustus (même si c’était évident qu’elle devrait le faire), mais elle se sentait par moment jalouse que la femme puisse profiter de son fils sans elle.

Quand elle allait par moment un peu mieux, elle avait le droit de sortir de sa chambre afin de marcher un peu et voir du monde. C’était le cas aujourd’hui, on lui avait permit de se rendre à la cafétaria. Cela ne semblait pas grand-chose en soit, parce qu’elle ne quittait pas l’enceinte de l’établissement et qu’on ne la laissait pas entièrement sans surveillance non plus (il ne faudrait pas qu’elle fasse du mal à quelqu’un ou qu’elle s’en fasse), mais c’était déjà énorme pour Gabrielle. Elle voyait d’autres personnes, elle entendait des discussions, elle voyait des couples heureux, elle voyait des familles réunis.

Pendant qu’elle était dans son coin en cet instant précis, assise à une table à boire une grande tasse de thé. Elle ne resta cependant pas longtemps toute seule, puisqu’on vint la trouver. Quand Gabrielle leva les yeux sur Euphemia, elle afficha un grand sourire. Elle était sincèrement heureuse de la voir.  

« Bonjour Euphemia ! » Dit-elle avec enthousiasme. « Je me sens bien et toi ? » Demanda-t-elle sans perdre son sourire. Elle se leurrait peut-être un peu en disant qu’elle se sentait bien. Techniquement parlant, elle ne se sentait pas plus mal qu’à d’autres moments, mais si elle se sentait réellement bien, la jeune femme ne serait plus à Sainte Mangouste. Cela dit, Euphemia la connaissait suffisamment pour que Gabrielle n’ait pas besoin de dire plus que ça. Et elle n’avait juste aucune envie de dire plus que cela.

Elle était simplement sincèrement heureuse de voir un visage familier et amicale. Euphemia était une amie, elles ne se connaissaient pas depuis très longtemps, mais Gabrielle avait rapidement eu énormément d’affection pour elle. Sans doute parce qu’elle se ressemblait énormément, parce qu’elles avaient des histoires qui se ressemblaient et une fragilité mentale égale. Ce qui ne voulait pas dire que c’était une bonne chose qu’elles s’entendent bien cela dit, il vaudrait mieux qu’elles ne s’encouragent pas. Mais Gabrielle ne se rendait pas compte qu’elle pouvait très bien se retrouver dans un cercle vicieux.
Code by Gwenn



Désolée du temps de réponse We're all mad here {Gabrielle} 759847 We're all mad here {Gabrielle} 759847

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 77
Humeur :
We're all mad here {Gabrielle} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100We're all mad here {Gabrielle} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: Re: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitimeDim 8 Nov - 10:17

We're all mad hereEuphemia x GabrielleGabrielle accueillit sa présence avec un large sourire. Apparemment, Euphemia n'était pas la seule à être dans les meilleures dispositions possibles aujourd'hui. Il arrivait que l'une aille relativement bien quand l'autre était au plus bas, il arrivait aussi que toutes les deux se retrouvent au comble de l'expression de leur folie latente... plus rares étaient les occasions où toutes les deux allaient bien et pouvaient se sourire sans avoir à complètement forcer leur était d'esprit ou leur nature, sans avoir à mentir, ou en ne mentant que partiellement, en tout cas.

Euphemia n'était pas entièrement dupe : même si Gabrielle lui affirmait qu'elle allait bien, c'était forcément dans les limites de sa fragile santé mentale. Car si elle allait vraiment bien, et pour de bon, Gabrielle ne serait plus à Sainte-Mangouste, elle serait autorisée à rentrer chez elle et à retrouver son fils. Euphemia était impatiente de voir ce jour arriver pour celle dont elle s'était fait une amie. Elle ne pouvait que concevoir la douleur de ne pas pouvoir prendre ses enfants dans ses bras, d'être séparée de la chair de sa chair. Elle l'avait expérimenté de façon beaucoup trop forte et brutale. Donc Gabrielle pourrait aller mieux, mais elle l'avait vue dans des états bien pire, et Euphemia se sentait encouragée par le sourire de son amie. Si elle réussissait à dépasser de décès de son époux et tous ses tourments psychologiques, alors Euphemia le pouvait également. Elles étaient capables d'aller mieux, toutes les deux.

"Je suis heureuse de l'entendre"
, répondit Euphemia, son sourire s'élargissant, avec la plus totale sincérité.

Euphemia avait toujours été quelqu'un de très empathique, elle se souciait sincèrement du sort des autres, et c'était d'ailleurs cette trop grande empathie qui l'avait entraîné dans cette sorte de cercle vicieux, porté par un deuil des plus insurmontables.

"Je vais bien, je reviens de mon rendez-vous avec mon médicomage. Il était plutôt satisfait, donc c'est bon signe, même s'il s'obstine à penser qu'il serait préférable que je séjourne ici..."
Mais les diagnostics variaient vraiment d'une séance à l'autre. "Mais tu sais... je me sens parfois plus heureuse quand on m'estime le plus malade que le reste du temps."

Elle savait que ce n'était pas sain, que cela faisait du mal à Tarben et à ses enfants. Mais dans ces instants de grâce où elle savait se convaincre qu'Aegir était toujours en vie, elle avait l'impression de goûter de nouveau à un bonheur autrement perdu. Sans cela, il y avait ce vide sans nom. Ce creux profond dans son coeur.

"Est-ce que ça veut dire que tu vas bientôt pouvoir sortir ?"

Si elle allait mieux, c'était la suite logique, n'est-ce pas ? Euphemia le souhaitait de tout coeur à Gabrielle.



:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabrielle Rookwood
▌ Messages : 639
Humeur :
We're all mad here {Gabrielle} Left_bar_bleue90 / 10090 / 100We're all mad here {Gabrielle} Right_bar_bleue

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: Re: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitimeDim 4 Juil - 14:58

We're all mad here
Quand Euphemia affirma à Gabrielle qu’elle était heureuse d’entendre qu’elle allait bien, la jeune femme afficha un nouveau sourire un peu plus grand. Il n’était pas toujours facile pour la sorcière de sourire aussi sincèrement, mais en cet instant précis, elle ne trouvait rien de plus simple. En tout cas, Gabrielle n’avait pas spécialement l’intention de perdre ce sourire, encore moins alors qu’elle entendait son interlocutrice affirmer qu’elle allait bien également. Mine de rien, se retrouver en compagnie d’une personne qui allait bien, ça ne pouvait qu’avoir des vertus positives sur elle. Euphemia venait de voir son médicomage, qui s’était montré satisfait. C’était une si bonne chose, au vu de tout ce que la femme devait traverser. Gabrielle n’était pas en reste de son côté, mais elle devait bien avouer qu’elle n’osait pas imaginer une seule seconde ce que devait vivre Euphemia. ,

Même si son médecin aimerait bien quand même qu’elle séjour un temps ici… Ça ne voulait pas dire que c’était une mauvaise chose, Gabrielle avait conscience qu’elle avait besoin d’être ici, que sans cela, il était évident que les choses auraient pu très mal tourner (encore pire que ce qu’elles devenaient déjà en réalité). Mais en soit, il était évident que si Euphemia pouvait ne pas avoir besoin de venir, ça serait beaucoup mieux pour elle. Quand bien même, elle ajouta que parfois, elle ne se sentait jamais plus heureuse que quand on considérait qu’elle était dans le pire de sa maladie. Gabrielle ne pouvait que comprendre ce qu’elle entendait par là, par moment il était plus simple de continuer de se bercer d’illusion.

« Je suis contente pour toi si ton médicomage s’est montré satisfait. » Dit-elle toujours avec le même sourire sur les lèvres. Elle était sincère, elle avait vraiment à cœur que Euphemia aille bien, même s’il était évident qu’elle était sans doute la moins bien placée pour juger de la santé mentale d’une personne. « Je… » Gabrielle marqua une pause quand elle reprit la parole, voulant répondre à la question de son amie. Elle ne savait pas vraiment quoi répondre. « J’aimerais bien, mais je ne suis pas sûre que ça arrive de sitôt. Ils me considèrent encore trop… instable pour m’en sortir toute seule. » Et Gabrielle aimerait bien répondre qu’elle était parfaitement stable, mais en même temps elle avait conscience elle-même qu’elle ne serait pas capable de s’en sortir en dehors de ces murs. « Même si… l’absence de mon fils me tue à petit feu. » Ajouta-t-elle, toujours un sourire aux lèvres même si ses propos pouvaient sembler bien sombre. Elles l’étaient, elle se sentait par moment disparaître à petit feu à force d’être loin de sa famille. « Mais… ça va finir par aller mieux. Je croie. » Elle l’espérait, il fallait que ça soit le cas pour qu’elle puisse retrouver un jour Augustus. « Est-ce que Tarben s’occupe bien de toi ? » Demanda-t-elle alors à son interlocutrice.

Raziel avait été là pour elle, à une époque… mais maintenant il l’avait abandonné.
Code by Gwenn

_________________
Oh all the tears I've cried. Oh i may weep forever more. My love will never die...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Euphemia Travers
▌ Messages : 77
Humeur :
We're all mad here {Gabrielle} Left_bar_bleue50 / 10050 / 100We're all mad here {Gabrielle} Right_bar_bleue

En couple avec : Tarben Travers

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, crin de licorne, 22 cm, idéale pour les enchantements
Camp: Neutre
Avatar: Rachel McAdams

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: Re: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitimeJeu 15 Juil - 10:12

We're all mad hereEuphemia x GabrielleEuphemia aussi voulait être heureuse du verdict de son médicomage. La vérité, un peu plus nuancée, était qu'elle n'y accordait plus vraiment de foi. Elle préférait se concentrer sur ses propres émotions, et sur ce que ces mêmes émotions lui inspiraient. Le reste, en comparaison, lui paraissait bien accessoire, pour ne pas dire qu'elle n'en avait, au fond, pas grand-chose à faire... Elle savait qu'il était préférable qu'elle se focalise sur une opinion médicale plutôt que sur son émotion forcément biaisée, mais c'était lui en demander beaucoup. Ce n'était pas comme ça qu'elle savait procéder, ni comme ça qu'elle voulait procéder. Elle préférait ne pas s'attarder sur ce qu'elle ressentait en cet instant dans tous les cas. Elle aimait mieux se concentrer sur son amie, en cet instant.

Le verdict, pour Gabrielle, n'était pas très heureux. Elle avait beau se sentir mieux, les médicomages n'étaient pas encore décidés à la laisser sortir. Cette pensée, très honnêtement, troublait et inquiétait Euphemia. Elle avait le sentiment que les choses seraient davantage dans l'ordre si Gabrielle pouvait être de retour chez elle, quitte à ce que ce soit elle, d'ailleurs, qui se retrouve coincée dans une chambre de Sainte-Mangouste, restreinte dans ses pourtant si précieuses libertés. Mais il fallait espérer que cela passerait, qu'elle pourrait finalement revenir chez elle. Même si c'était pour retrouver, dans un premier temps, une maison vide de son mari, vide de son enfant.

"C'est une torture, n'est-ce pas ? C'est comme si on vous arrachait le coeur et qu'on vous l'émiettait, encore et encore, et ça ne s'arrête jamais... Et les gens ne comprennent pas."

La douleur d'une mère privée de ses enfants. Bien sûr, Euphemia avait ses autres enfants, mais ça ne rendait pas plus facile le deuil de l'enfant qu'elle avait perdu. Elle se sentait vraiment mal, tellement mal. Gabrielle devait ressentir à peu près la même chose.

"Mais toi, tu vas vite retrouver ton fils, je le sais, je le sens."

Elle adressa à Gabrielle le sourire qu'elle voulait le plus rassurant possible, en espérant que la jeune femme le trouverait rassurant et convaincant, même si, dans le fond, elle ne savait pas du tout si c'était une bonne chose ou non.

"Tarben... Tarben est très patient avec moi, et je sais qu'il ne veut que mon bien... Il prend soin de moi, oui. Mais..."
Il fallait qu'il y ait un "mais". "Il ne comprend pas, il n'arrive pas à me comprendre, je ne suis pas sûre qu'il y arrivera un jour."


:copyright:️ DABEILLE

_________________
Sous ses yeux, un berceau vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

We're all mad here {Gabrielle} Empty
Message#Sujet: Re: We're all mad here {Gabrielle}   We're all mad here {Gabrielle} Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

We're all mad here {Gabrielle}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Hôpital Sainte-Mangouste :: Cinquième étage
-