AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
REALME C21 64 Go Cross Black
109.91 € 196.57 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 No pain, no game - Xena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
Reha Shafiq
▌ Messages : 272
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeLun 21 Sep - 16:07

❝ Xena & Reha❞No pain, no game-Jones, chambre 406 ?
- Les bandages sont changés, c’est Maria qui s’en est occupée.
- On a reçu une demande de la fille de monsieur Trevor, elle voudrait voir si elle peut venir voir son père avant qu’il ne passe en jugement.
- Renvoyer là vers la police magique, c’est eux qui gère ce genre de chose, pas nous.
- Il y a un journaliste qui voudrait bien vous parlez au sujet de l’affaire de la petite Joan.
- Non, on ne parle pas aux journalistes, la direction a été claire à ce sujet et quiconque le fera recevra un blâme. Autre chose ?
- Non, je crois qu’on a tout couvert. Ah si ! Ethan est malade, c’est Lizzie qui s’occupe de ses patients aujourd’hui.
- Très bien, la réunion est terminée dans ce cas.


Alors qu’elle se lève en rassemblant ses papiers, Reha regarde ses collègues sortir de leur salle de réunion tout en songeant que les dernières semaines n’ont pas été très stimulante. C’est même tout l’inverse et aux yeux de la jeune femme tous les jours se ressemblent. Si on excepte l’hospitalisation de la jeune Joan Colton, rien de notable ne s’est passé que ça soit au boulot où dans le cadre de sa vie privée et c’est avec un certain ennuis que la mangemort aborde la journée à venir.

Il faut dire qu’elle déteste l’inaction. C’est probablement ce qui a motivé son choix de carrière. Elle n’aurait jamais pu rester assise derrière un bureau toute la journée, pas plus qu’elle n’aurait pu enchaîner les visites de complaisances et perdre son temps en bavardage inutile autour d’une tasse de thé. Il lui manque la diplomatie et le tact inhérent à son rang pour ça. Oh bien sûr, elle a été éduquée de la même façon que ses consoeurs sang pur et s’il faut vraiment se plier aux convenances, l’ancienne Gryffondor le fait avec une certaine aisance. Elle s’en dispense juste dans la vie de tous les jours, au grand désespoir de sa mère dont c’est le fort.

Plus à sa place dans les couloirs de Sainte-Mangouste que dans les salons mondains, elle en arpente les couloirs tel un général. Sa montée en grade s’est faite assez naturellement, elle aime les responsabilités et être sous les ordres des autres n’est pas ce qu’elle préfère. Fonceuse, on ne s’étonne pas de l’avoir vue au poste de batteuse lorsqu’elle était plus jeune. A défaut d’avoir pu continuer le Quidditch, c’est grâce au duel qu’elle vide son esprit quand le besoin se fait sentir.

On serait donc mal avisé de sous-estimer ce petit bout de femme. Si Reha est souvent de bonne humeur, toujours un bon mot, elle est vite contrariée et prompte aux explosions de colère. C’est probablement ce que Xena Hart a oublié lorsqu’elle débarque au niveau 4 de Sainte-Mangouste avec la tête de celle qui souffre sans vouloir l’avouer. On l’a prévenue au détour d’un couloir que “La petite te cherche”. Pour une autre que la mangemort, ça ne voudrait pas dire grand chose, mais elle est habituée à voir Xena débarquer dans son service pour lui dire avec discrétion que Nobby s’est encore fait amoché et nécessite ses soins. Il pourrait appeler Jill dans le fond, c’est sa femme, mais soyons honnêtement, qui a envie de se faire engueuler pendant qu’il se fait rafistoler. On pourrait arguer que Reha l’engueule généralement tout autant, si pas plus, mais c’est un jeu pour eux, leur amitié ne fonctionnerait pas sans ça. Et puis ça le change des récriminations habituelles de sa femme.  

- Qu’est-ce que c’est que cette tête ?, demande-t-elle d’un ton peu amène en entrant dans la pièce où se trouve Xena. La semaine passée c’était Leach, maintenant toi. Est-ce que vous pouvez passer une semaine sans vous vous faire écharper ou est-ce que c’est trop demander ?

Au ton de Reha, on ne le dirait pas, mais les deux femmes s’apprécient. La différence d’âge ne fait pas d’elles des égales, mais nul doute qu’elles partagent le même humour et un caractère probablement similaire sans compter un goût prononcé pour la moquerie, en particulier quand celle-ci cible Nobby.

- Godric ton arcade … je suppose que ce n’est pas tout. Comment tu t’es fais ça ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Xena Hart
▌ Messages : 119
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aubépine, crin de Sombral, rigide, 25,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Brianna Hildebrand

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeMar 22 Sep - 0:48

No Pain, No Game
ft. Reha Shafiq
Au début, Xena avait juste ignoré le problème, comme d’habitude. La douleur, elle connaissait et elle n’était pas douillette. Oui, ses mains la tiraillaient quelque peu ; oui, son arcade sourcilière se mangeait une méchante cicatrice – qu’elle avait par ailleurs eu assez de mal à expliquer à Nobby ; et, pour finir, oui, elle avait du mal à effectuer certains mouvements sans ressentir une gêne au niveau des côtes. Mais rien d’insupportable, avait-elle pensé, son corps allait se remettre de l’altercation avec Finn en un rien de temps, il avait déjà vécu pire.

Sauf que son corps avait refusé de se remettre. A toujours forcer physiquement, Xena avait tendance à penser que son corps pouvait encaisser presque sans limite. Seulement, la vérité était différente : à force d’être maltraité, son corps s’était fragilisé et, aujourd’hui, alors qu’elle avait à peine vingt-huit ans, il avait déjà du mal à effectuer un processus de guérison correct en étant livré à lui-même. Alors, pour remédier à cela, Xena avait essayé de se rafistoler elle-même. Peine perdue : ses sortilèges étaient quasiment inefficaces, non seulement parce qu’elle ne pouvait pas correctement se les lancer, mais aussi parce qu’elle n’avait jamais été une experte.

Petit à petit, la seule solution envisageable s’était imposée à Xena, mais elle l’avait d’abord repoussé avec une grimace. Aller à Sainte Mangouste maintenant, dans cet état, aurait été aussi plaisant que de sauter du haut de la Tour d’Astronomie, et Xena n’avait vraiment pas envie de s’infliger un remontage de bretelles en bonne et due forme dans l’immédiat. Alors elle avait encore laissé traîner en longueur.

Aujourd’hui, pourtant, alors qu’elle se trouvait enfin dans le hall du grand hôpital sorcier de Londres, Xena ne pouvait plus ignorer ce que son corps lui criait : il ne pourrait pas se remettre sans une aide extérieure et, surtout, expérimentée.

Habituée des lieux, tout comme son supérieur, Xena passa les secrétaires de l’accueil avec aisance et fila directement jusqu’au quatrième étage. Elle n’y trouva pas Reha. Elle interrogea rapidement quelques infirmières qui stagnaient dans un couloir et ces dernières lui expliquèrent que la Médicomage était en réunion, mais qu’elle ne devrait plus trop tarder. Super, c’était bien sa veine, ça. Malgré tout, Xena fut conduite dans une salle où on l’invita à patienter et la jeune femme se résolut à faire preuve d’une patience qu’elle n’avait pas.

La suite n’allait certainement pas être une partie de plaisir… Reha était une Médicomage extrêmement compétente, mais s’il y avait bien une chose qui l’exaspérait, c’était de voir Xena ou Nobby débarquer comme une fleur, la bouche en cœur, pour des soins de dernières minutes. Dans le cas de la jeune femme, c’était même encore pire : elle avait laissé à ses blessures le temps de cicatriser, mais de mal cicatriser, et Reha allait sûrement devoir reprendre tout le travail depuis le début. Sincèrement, ça n’allait pas être agréable, Xena en avait déjà conscience, et elle appréhendait autant les soins en eux-mêmes que le sermon qu’allait, à n’en pas douter, lui servir Reha.

Ce fut d’ailleurs sur cette pensée que la porte s’ouvrit, laissant entrer la Médicomage. Malgré elle, Xena se crispa un tantinet. Elle grimaça.

- Bonjour à toi aussi Reha, ravie de te voir, comment vas-tu ? maugréa la jeune brigadière, ayant la très tenace impression de redevenir une enfant et de se faire sermonner par un adulte.

Affichant un petit sourire à la fois moqueur et un poil contrit, Xena haussa les épaules face aux questions de la Médicomage.

- J’imagine que c’est trop demandé ? répondit-elle, avant de rapidement se reprendre. Non, bon, je sais. Je sais bien que y’a mieux comme façon de passer ses après-midis mais, hé, j’y suis pour rien moi !

Enfin, « pour rien »… C’était une question de point de vue, et, de celui de Xena, elle n’avait fait que se défendre face à une agression. Certes, Finn en avait aussi largement pris pour son grade, mais s’il n’était pas venu lui chercher des noises en premier lieu, rien de tout ça ne serait jamais arrivé ! Tout était de la faute de Finn… Ce mafieux… D’ailleurs, quand est-ce qu’il comptait lui donner des nouvelles, au juste ? Avait-il oublié leur plan, ou alors lui fallait-il vraiment autant de temps pour remettre la main sur ce presque moldu qu’était Frédéric Hart ?

Enfin, ce n’était pas le moment de penser à ça. Pour le moment, mieux valait tenter d’apaiser un peu le dragon qui menaçait de la griller d’un instant à l’autre… Mais comment calmer Reha alors qu’elle n’avait pas encore vu la moitié de l’étendue des dégâts ? Très bonne question ça, tiens.

- Euh… Non, c’est pas tout. Y’a aussi… mes côtes. Et, euh…

Xena leva ses mains en grimaçant. Elles étaient couvertes d’écorchures encore roses et de vilaines cicatrices. Et elles tremblaient. C’était ténu, mais Xena le sentait : ses mains étaient fragilisées. Elle avait vraiment tout donné, dans cette rixe contre Finn, sans même s’en rendre compte.

- Ça avait pas l’air si grave que ça, sur le moment, tenta de se justifier la jeune femme.

Elle mentait sans vergogne et nul doute que Reha allait très vite s’en rendre compte, mais tant pis. Mieux valait tenter de calmer le jeu, parce que la suite allait encore moins bien passé que le reste, c’était certain. Xena n’avait pas envie de raconter à Reha ce qu’il s’était passé avec Finn. Pas parce qu’elle ne lui faisait pas confiance, mais parce qu’elle savait que la Médicomage allait une fois de plus lui faire la morale et Xena en avait assez de se sentir comme une enfant. Son entourage avait trop tendance à oublier qu’elle se rapprochait dangereusement de la trentaine.

Xena grimaça. Enfin bon… Il allait bien falloir en passer par là, après tout. Et la jeune brigadière n’avait pas la foi d’inventer un mensonge. Alors… A la une, à la deux…

- Y’a… quelques jours, en rentrant chez moi... Un type m’attendait dans ma rue. J’ai pas bien compris ce qu’il me voulait au départ, mais… Enfin… Il a mentionné mon… paternel, lâcha-t-elle avec une profonde grimace de dégoût. Une question d’argent, apparemment. J’ai voulu partir, le type m’a retenu. Je me suis défendue.

A n’en pas douter, Reha ne se contenterait pas de ça. Si Xena ne lui avait jamais réellement parlé de ses antécédents familiaux, elle savait que Reha avait largement eu de quoi s’en faire une idée. Depuis que la jeune femme était entrée dans la brigade, la plus âgée suivait son dossier et elle avait plus d’une fois eu l’occasion d’admirer les traces laissés par les coups de Frédéric Hart sur le corps de Xena. Il ne fallait pas être une experte pour faire le lien.

- Mais c’était un gros malentendu, au final, poursuivit la jeune femme. Il a essayé de me soigner mais…

Xena se tut brusquement, se traitant mentalement d’idiote. Qu’est-ce qu’elle était en train de faire, au juste ? Dédouaner Finn ? Non mais, et puis quoi encore ? Elle voulait bien le couvrir, parce qu’elle avait besoin de lui pour retrouver l’autre enfoiré, mais fallait pas quicher non plus !

- Enfin bref, un con, quoi.

Voilà. Ça c’était mieux.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Reha Shafiq
▌ Messages : 272
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeMar 22 Sep - 16:00

❝ Xena & Reha❞No pain, no gameReha elle-même ne le nierait pas, elle manque de patience. Un constant que n’importe qui, qui la connaît un temps soit peu, pourrait faire sans même qu’elle lève les yeux au ciel en signe de mauvaise foi. Bien entendu, elle a de la patience - dans le cadre de son métier - et c’est bien pour ça que dès que l’on sort du dit cadre, ce qui peut bien lui rester de patience fond plus vite que de la neige au soleil pour laisser place à un torrent d’émotion. Le sens de la mesure n’est pas plus familier à la jeune femme que la patience dans sa vie privée. Elle est à la fois joyeuse, fonceuse, bruyante, brillante et encombrante. On l’aime où on la déteste, mais il y a rarement un entre deux la concernant. Cela dit, peu importe où on se situe, tout le monde s’accorde à dire qu’il vaut mieux l’avoir de son côté que l’inverse.

On se demanderait donc pourquoi la médicomage perd patience dès le départ avec la pauvre Xena, probablement parce qu’elle considère que rien de tout ça ne fait partie de son travail. Si c’était le cas, la jeune femme ne serait même pas dans son service à attendre des soins en passant devant d’autres patients. Reha estime donc que le prix de ses services vaut bien son absence de patience. De toute façon, Xena a l’habitude et ce n’est pas comme si elle avait un caractère plus aimable que le sien.

- Je vais très bien et j’irai encore mieux quand je n’aurais pas des agents de la police magique imprudents qui viennent me voir la queue entre les jambes parce qu’ils ne savent pas faire attention.

Aimable ? Oh elle l’est tout à fait pour le moment. Reha râle pour le plaisir de râler, parce que c’est sa façon de communiquer, mais ça ne veut pas dire qu’elle est fâchée pour autant. Si on est honnête, on peut même souligner que l’ancienne Gryffondor s’embarrasse rarement de mots quand elle est en colère et privilégie plutôt l’action aux interminables discussions. D’ailleurs, la tentative de Xena lui tire un sourire, mais elle se garde bien de le montrer à la jeune femme et prépare son matériel pendant qu’elles discutent.

- Pour rien, pour rien. C’est ce que Nobby me dit à chaque fois et il est toujours un peu fautif. Honnêtement, je trouve qu’il a une mauvaise influence sur toi.


Du haut de ses vingt-huit ans, la jeune femme aurait bien raison de rappeler à Reha que la différence d’âge entre elle n’est pas si grande et qu’il n’y a donc pas de raison que celle-ci continue de la traiter comme une enfant. Il faut dire qu’elles se connaissent depuis longtemps et la mangemort a souvent été mise à contribution par Nobby pour soigner les blessures de la jeune femme qui n’étaient pas toutes dues aux rigueurs qu’imposent la Police Magique.

Les habitudes ont la vie dure et quoiqu’elle fasse, il est possible que Xena semble toujours être aux yeux de Reha - comme de Nobby - une enfant. En attendant, enfant ou non, son amie a beau protester qu’elle n’y est pour rien, Reha n’en croit pas un mot, tout comm, à voir les mains tremblantes de la jeune femme, elle se doute que les choses sont plus graves que prévus. En silence, elle examine les mains et l'arcade sourcilière de la jeune femme.

- Qu’est-ce que c’est que CA !
, exige-t-elle de savoir. Qui est l’espèce d’inconscient qui t’a charcuté comme ça … Tu ne me feras pas croire que tu as fais ça toute seule ...

Une grimace se fait sur le visage de Reha lorsque Xena évoque son père. Il faut dire que la mangemort n’est pas une fan de la première heure du géniteur de son amie et nul doute que celui-ci lui a apporté bien plus d’ennui qu’autre chose au cours de sa vie. Elle se garde bien de faire le moindre commentaire, après tout, elles se connaissent bien et Xena sait ce qu’elle en pense.

- C’était qui ce type exactement ?,
demande-t-elle pendant qu’elle lance un sort pour prendre la température de la jeune femme. Tu es à 39° de fièvre et c’est seulement maintenant que tu viens ? Tu dois avoir une infection, ce n’est pas normal. Déshabille-toi et fais-moi voir tes côtes, exige-t-elle d’un ton qui souffre pas de désobéissance.

Une fois les vêtements ôtés, la médicomage l’invite à s’allonger et pousse une exclamation de dégoût avant de regarder précautionneusement la plaie.

- Je n’en reviens pas que tu ais attendu aussi longtemps, c’est de l’inconscience. Tu as des os fêlé dans les mains et probablement une côte fêlée aussi. Ça doit faire atrocement mal. Je ne sais pas qui t’a “soigné”, mais je mettrais ma main à couper qu’il a essayé de te tuer.


Elle se penche de nouveau vers l’arcade de la jeune femme et septique, regarde les fils qui dépassent.

- Tu as des fils dans le visage. Xena, c’est un moldu qui t’a fait ça ? Aucun sorcier digne de ce nom, même inconscient n’oserait prétendre que ce sont des soins. Je vais devoir les enlever.

Et autant dire que rien de tout ça ne va être agréable, mais la jeune femme n’a pas besoin de le préciser, Xena le sait probablement déjà.

- Bon, je vais m’occuper de ça. Tu es consciente que tu en as au moins pour deux jours de convalescence le temps que l’infection soit sous contrôle ? Pendant ce temps là, tu vas pouvoir me dire qui est ce type et on va aller lui rendre visite avec Nobby.

Reha, adepte de la justice expéditive ? Si peu. Elle est d’ailleurs intimement persuadée qu’avec les bons arguments, elle arriverait à convaincre Leach de faire de même.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Xena Hart
▌ Messages : 119
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aubépine, crin de Sombral, rigide, 25,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Brianna Hildebrand

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeMer 23 Sep - 16:31

No Pain, No Game
ft. Reha Shafiq
C’était vrai qu’à bien y regarder, Reha avait toutes les raisons du monde de perdre patience. Bon, peut-être pas dans tous les moments de sa vie, mais au moins dans ce genre de situations précises. Nobby avait l’habitude de venir se faire rafistoler ici déjà bien avant que Xena n’intègre la Police Magique. La jeune femme avait souvent dû l’escorter dans le dédale de couloirs pour régler une arcade entaillée, un bras cassé ou pire. Et puis, petit à petit, c’était elle qui avait repris le flambeau – flambeau que, par ailleurs, Nobby détenait encore et ne semblait pas près à passer. Alors elle avait commencé aussi à venir voir Reha, comprenant qu’elle pouvait faire confiance à la Médicomage. Au final, cette dernière s’était retrouvée avec deux boulets incapables de faire attention et qui passaient au moins la moitié de leur temps à stagner dans sa salle d’attente.

Alors oui, dans une certaine mesure, Xena pouvait comprendre. Mais elle tenait à insister : ce n’était pas sa faute. La plupart du temps, elle ne faisait que son travail. Avec un brin de zèle, parfois, certes. Mais elle ne faisait que son travail. Nobby aussi, même si, lui, il était vraiment du genre tête brûlée quand la cause lui semblait juste – donc, en un sens, il était un peu fautif. Non, vraiment, pour ce qui était de Xena, ce n’était que des dommages collatéraux.

Enfin… Sauf pour cette fois-ci, elle voulait bien l’admettre. Certes, Finn lui était tombé dessus alors qu’elle ne faisait que rentrer tranquillement chez elle, mais elle n’avait pas perdu de temps pour répliquer. Alors face aux accusations plus que légitimes de Reha, Xena eut le bon goût de grimacer et de détourner le regard.

- Oui enfin bon, on fait comme on peut... Enfin, désolée, on essaie de faire attention, ajouta-t-elle plus haut. Mais bon, là, ça a un peu rien à voir avec le travail, je t’avoue…

Xena savait que les soins ne seraient pas une partie de partie de plaisir et elle se demandait même si, avec tout ce qu’elle allait expliquer à Reha, cette dernière n’allait pas prendre grand soin de rendre ça le plus pénible possible. Enfin bon, c’était par là qu’il fallait en passer, après tout. Elle comme Nobby avaient appris à ne pas trop faire cas des remontrances de Reha et, encore une fois, Xena n’écouta vraiment que d’une oreille, souriant légèrement quand la Médicomage critiqua l’influence de Nobby sur la vie de la jeune femme.

- A part me couver comme la pire des mère-poules, et occasionnellement fourrer son nez d’un peu trop près dans mes affaires, Nobby ne fait rien de si terrible, tu sais.

Et j’en connais une autre comme ça… pensa la jeune femme en regardant fixement Reha. Car sous ses airs un peu rudes, c’était bien de l’inquiétude que ressentait Reha. Xena la voyait assez souvent dans les yeux de Nobby pour savoir la reconnaître ailleurs. Ça la touchait, au fond, bien plus que ce qu’elle ne voulait bien admettre. Voir ces deux personnes se soucier d’elle… Oui, ça touchait profondément Xena. Mais ce n’était pas une chose sur laquelle elle voulait s’appesantir pour le moment. Elle avait suffisamment à faire avec Reha…

- Eh bien… Une partie, si. J’ai fait… ce que j’ai pu ? Ça avait pas l’air si terrible que ça, bougonna-t-elle légèrement.

Finalement, comme elle s’y attendait, la discussion s’orienta sur celui qui avait effectué ce travail de boucher. Xena grimaça.

- Je… sais pas trop, en fait. Il faisait affaire avec Fred, et y’avait une question d’argent. Il s’appelle Finn.

Parler du mafieux avec Reha laissait une drôle d’impression à Xena. Comme si c’était déplacé, que ça n’avait rien à faire là. C’était sûrement le cas, et pourtant… la jeune femme avait l’impression qu’on lui tirait les vers du nez, sans trop savoir pourquoi. Elle avait rapidement compris, de toute façon, que rien n’était logique quand on avait à faire à Finn.

A l’annonce de sa température, Xena fut surprise. Elle n’avait pas eu l’impression d’être affaiblie à ce point… Et pourtant. Voilà que la fièvre s’ajoutait à la douleur. Parfait. Sincèrement, elle espérait que Finn était au moins aussi mal fichu qu’elle à cet instant, sinon, elle prendrait grand soin qu’il le soit la prochaine fois. Docile, elle se déshabilla et s’allongea, attendant la suite. Elle ne put s’empêcher de lâcher un petit rire face à la réaction de la Médicomage.

- Je t’avoue que c’est pas une partie de plaisir mais, sans vouloir faire de zèle, j’ai connu pire… Et je pense qu’il a fait de son mieux avec ce qu’on avait sous la main : s’il avait voulu me tuer, il avait un superbe Beretta à la ceinture qu’il aurait pu utiliser à tout moment.

Pourquoi est-ce qu’elle cherchait encore à défendre ce type ? Ce qu’elle disait n’était pas faux, mais ça sonnait comme tel en sortant de sa bouche. A vrai dire, Xena ne savait pas encore exactement que penser de Finn. Il avait l’air fiable, à sa façon, et elle avait découvert de nombreux points communs entre eux. Malgré elle, la jeune femme se retrouvait en lui.

- Un moldu ou un cracmol, je t’avoue que je ne sais pas. Il avait l’air de quand même s’y connaitre un minimum puisqu’il a réussi à me retrouver dans le monde magique. Moi qui pensais y être tranquille… Oui, vas-y, fais ce qu’il faut, ajouta la jeune femme.

Elle avait déjà eu des points de sutures, et ce depuis qu’elle était enfant. Ce n’était jamais très agréable, mais, avec la magie, ça devrait sûrement être plus que supportable. Cependant, ce qui promettait d’être moins supportable, c’était les jours de convalescence. Face au diagnostic de la Médicomage, Xena se redressa sur ses coudes, tout sauf ravie.

- Quoi ?! Et mon travail ? Je peux pas manquer deux jours, je vais faire quoi moi pendant tout ce temps ? C'est vraiment pas le moment en plus...

Frustrée, la jeune femme se laissa retomber sur la table d’auscultation. Parfait. Parfait ! Il ne manquait vraiment plus que ça ! Mais malgré toute l’irritation que la nouvelle avait provoquée en elle, Xena ne put que la regarder disparaître en un clin d’œil face à la réplique de Reha. Une fois de plus, Xena lâcha un sourire.

- Tu veux embarquer Nobby dans une petite vendetta ? J’ai hâte de voir ça, tiens, ça pourrait être drôle. Mais sinon… Je sais presque rien de ce type. Et, sincèrement… je crois pas avoir envie de le retrouver.

Oh, ce n’était pas totalement vrai. En réalité, Xena n’avait pas envie que Nobby mette la main dessus, plutôt. Après tout, Finn était chargé d’une mission, si on pouvait réellement utiliser ce terme. Quand bien même Reha semblait prête à tomber sur le mafieux à tout moment, Xena savait que son empressement avait des limites. Jamais elle n’aurait accepté ce que la jeune femme avait l’intention de faire. Xena le savait parfaitement et il lui fallait donc garder ça secret. Et pour y parvenir, il fallait protéger Finn, tout dérangeant que cela puisse être.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Reha Shafiq
▌ Messages : 272
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeMer 30 Sep - 22:52

❝ Xena & Reha❞No pain, no gameOn fait comme on peut … La phrase balancée avec ce que Reha appelle, du haut de ses trente-trois ans, l’inssouciance de la jeunesse la fait presque bondir. Pour être honnête, il en faut généralement peu pour faire bondir la jeune femme. En dehors du travail, elle est connue pour son caractère que l’on dira, par courtoisie, “peu facile”. Bien entendu, elle est la première à reconnaitre qu’elle peut s’énnerver facilement. Néanmoins, il lui semble toujours que les sorciers, en particulier lorsqu’ils ne sont pas sang pur, ont tendance à jouer avec leur santé. Habitué à ce que la médecine sorcière soit bien plus efficace que ce que peut proposer la moldue, ils oublient qu’on l’on peut également mourir d’une blessure mal soignée et que la magie ne peut pas faire de miracle.

Cette désinvolture envers leur propre santé lui donne un surplus de travail et Reha n’a rien d’une sainte. Si la jeune femme est bonne dans ce qu’elle fait, on peut d’ailleurs même dire qu’elle apprécie son métier, elle ne le fait pas par charité. C’est donc à se demander comment Nobby et Xena ont finis par pouvoir venir se faire soigner au pied levé en faisant fi des procédures les plus élémentaires. Il faut d’ailleurs souligné qu’une bonne partie du temps, leurs blessures ne relèvent même pas de sa spécialité et qu’ils pourraient tout aussi bien se faire soigner par un autre service que le leur.

Au cours des années, c’est développé, probablement une grande surprise à tous les trois, une amitié un peu atypique. Nobby, tout comme Reha, refusera de la nommer comme tel mais, dans le fond, personne n’est dupe. Ca leur a donné un espèce de passe droit qui leur vaut d’être encore en bon état malgré les multiples vexations que la médicomage estime subir de leur part.

- Parce que ce n’est pas lié au boulot en plus ?, derrière le ton très mesuré de la médicomage, on sent poindre le sarcasme. Et peut-on savoir qui tu dois remercier pour ce séjour à l’hôpital ?

Oui, Reha manque de subtilité, mais elle n’a jamais vu l’intérêt de faire des ronds de jambe. Quand elle veut savoir quelque chose, elle le demande avec la franchise qui la caractérise et quand on ne veut pas lui dire ce qu’elle veut savoir, elle se contente d’insister de façon vraiment désagréable. Que se passe-t-il quand on refuse de lui donner l’information qu’elle désire ? Elle serait bien en peine de le dire, peu s’y risque et ceux qui le font sont des amis de longues dates qui savent qu’ils peuvent se permettre de la contrarier. Xena fait-elle partie de cette catégorie de privilégier ? Dur à dire. Elle n’a jamais encore fait affaire avec Reha dans ce genre de situation. Les deux femmes sont généralement alliées contre Nobby qui se demande souvent si c’était une bonne idée de les présenter. En tout cas, elles sont assez proches pour que la jeune femme se permette de se moquer d’elle sans subir son ire.

- C’est amusant, mais j’ai l’impression que tu essaies de me faire passer un message. Je m’en voudrais de ressembler à Nobby donc je peux tout à fait te laisser gérer la guérison de tes blessures seules si tu veux. Après tout, continue-t-elle avec un sourire qui paraîtrait aimable, l’oisillon doit sortir du nid et apprendre à se nourrir seul.

Si l’ancienne Gryffondor ne nie pas que le chef de la Police Magique a une tendance mère poule, elle refuse d’appliquer ce qualificatif à elle-même. Elle estime simplement que les gens se portent mieux quand ils viennent directement faire soigner leur blessure plutôt que de se prendre pour des apprentis médicomage. Pire encore, il lui semble irresponsable de faire appel à des méthodes moldues, ce que Xena a de toute évidence fait. Certes, comparé à il y a un siècle ou deux, la médecine moldue a un peu évolué. De ce qu’elle en sait, ils ont arrêté de tuer les leur en les saignant à mort sous prétexte que ça permet d’évacuer la maladie - concept grotesque s’il en est - mais reste tout de même qu’on ne peut pas leur faire confiance.

- Pas si terrible que ça ? Tu vois ça ? , demande-t-elle en montrant une des blessures recousues de la jeune femme. Je ne sais pas avec quel nécessaire de couture tu as décidé de faire ça, mais ce n’était pas désinfecté correctement et là, l’aspect un jaunâtre, ça veut dire que tu fais une infection. Il va falloir découdre de toute façon et nettoyer ça.

Elle ne réagit pas tout de suite en entendant parler de Fred. Il s’avère qu’elle n’est pas sa première fan, mais elle s’abstient généralement de faire des commentaires.

- Je vois, c’est vraiment de bon augure si Fred est impliqué. Finn, tu dis ? Un nom de famille qui va avec ?

Alors que Xena s’allonge, la médicomage s’active à enlever les fils, à la main, la magie risquant d’abîmer la peau dans le cas présent, elles continuent de discuter. Le processus n’est pas douloureux, ou en tout cas pas trop, puisque la médicomage a tout de même lancer un sort pour réduire la douleur. Néanmoins, son pronostic est juste puisque c’est du pus qui sort lorsqu’elle a finit de découdre.

- Un quoi ?, demande-t-elle interloquée quand Xena évoque un Beretta.

C’est que Reha, toute compétente qu’elle soit n’y connaît absolument rien en armes moldues et l’avoue sans honte. Si à la base, elle ne fait pas partie des sang pur extrếmistes, elle ne s’est jamais intéressé aux moldus et à leur monde pour autant. Elle a toujours su qu’elle n’y mettrait jamais les pieds et n’a jamais vu l’intérêt de s’y intéresser. Le moment de cauchemar qu’elle y a passé la guerre a conforté son opinion sur le sujet et depuis, la mention des armes moldues lui donne le haut coeur. Tant de barbarie. De son point de vue, les sorciers n’ont jamais fait pire.

- Qu’il soit cracmol ou moldu, ce n’est pas normal qu’il ait accès à notre monde, s’entend-elle répondre avec une pointe d'inquiétude bien réelle cette fois. Elle arrête momentanément ce qu’elle fait pour regarder Xena, toute trace d’humour disparue à présent. Si c’est un cracmol, il a eu de l’aide. Ils sont peu à avoir assez de pouvoir pour s’ouvrir le passage vers notre monde et ceux là reste généralement ici dans des postes de peu d’importance. Si c’est un moldu, c’est réellement inquiétant. C’est une infraction aux secrets magiques. Nobby le sait ?

Si c’est le cas, mais elle se doute que Xena le sait aussi, les oubliators doivent être de la partie. Néanmoins, à l’expression de la jeune femme quand elle en parle, Reha doute que les autorités soient au courant.

- Tu noteras que ce n’est jamais le moment d’être alitée et pourtant … , note-t-elle sans la moindre compassion. Elle s’abstient pourtant d’enfoncer le couteau dans la plaie.

De son côté, avant de livrer le coco aux oubliators, elle en profiterait bien pour lui dire deux trois mots et surtout lui faire passer l'envie de blesser les gens. De son côté, Xena ne semble pas très encline à lui donner des informations, mais Reha ne lâche pas le morceau pour autant.

- Je suis sûre que, comme moi, Nobby serait particulièrement intéressé de le rencontrer. Toutes blagues mises à part, un moldu ou un cracmol capable de blesser un sorcier est un homme dangereux et s’il l’a fait une fois, peu importe ce qu’il t’a dit, il le refera une seconde fois. On ne blague avec la sécurité du monde sorcier.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Xena Hart
▌ Messages : 119
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aubépine, crin de Sombral, rigide, 25,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Brianna Hildebrand

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeJeu 29 Oct - 1:17

No Pain, No Game
ft. Reha Shafiq
On pouvait dire que Nobby et Xena étaient, chacun à leur façon, des têtes brûlées. Si la jeune femme n’était pas aussi impulsive que son patron – du moins, pas dans son travail, étant donné qu’elle possédait un sens de la justice proche du néant – elle avait une relation à son corps si compliqué que les soins représentaient à eux seuls une torture presque plus importante que les blessures en elles-mêmes. Ses allers-retours fréquents à l’hôpital, elle ne les faisait pas de gaieté de cœur, en témoignait sa présence ici aujourd’hui. Généralement, c’était justement parce qu’elle laissait souvent les choses s’empirer qu’elle était ensuite obligée de revenir souvent, pour ne pas avoir à s’arrêter de travailler. Heureusement, malgré son irritation, Reha ne les laissait jamais sur le carreau, ni elle ni Nobby. Comment la médicomage était-elle devenue leur médecin attitré ? Xena n’en avait aucune idée. Elle avait l’impression que Reha avait toujours été là et qu’elle serait toujours présente.

Mais, malgré tout, il ne faut pas trop tirer sur la queue du dragon. Xena s’en voulut immédiatement d’avoir laissé échapper l’information comme quoi elle ne s’était pas blessée au travail. Désormais, elle devait s’expliquer. Reha n’allait pas gentiment la rafistoler si Xena ne s’expliquait pas un minimum.

- Hum…

Par contre, elle n’avait aucune idée d’où commencer son récit. Comment expliquer simplement et calmement qu’un mafieux l’avait cueillie devant sa porte, qu’ils s’étaient battus à s’en mettre à terre et qu’elle lui avait ensuite ouvert en grand la porte de sa maison ? Reha la tuerait en entendant les premiers mots de cette histoire somme toute rocambolesque. Et, quoi que cela puisse paraître étrange, Xena tenait à sa vie.

Heureusement, ce fut Nobby qui lui sauva temporairement la mise. Enfin… Au moins en partie. Xena lâcha un rire un peu crispé.

- T’as pas passé un serment où tu jures de soigner ce qui en ont besoin, ou un truc dans le genre ? Non parce que « l’oisillon » aurait quand même besoin d’un coup de baguette ou deux.

Reha ne la laisserait pas en plan comme ça. N’est-ce pas ? Xena avait-elle poussé le bouchon trop loin ? La jeune femme se dit soudain que, même elle, à la place de la Médicomage, aurait pété un câble. Et depuis bien longtemps. Les gens avaient beau dire, Reha avait plus de patience qu’il n’y paraissait. Du moins, avec les deux flics dont elle semblait avoir la charge.

Xena grimaça.

- J’ai lancé un sort antiseptique, mais bon, apparemment… Pas très efficace. J’ai pas l’habitude de ce sort, d’habitude, je désinfecte à l’alcool.

Que Reha ne fasse pas l’étonnée. Ce n’était pas la première fois que Xena venait la voir après s’être rafistolée elle-même. Mais, d’habitude, c’était pour des blessures de moindre importance. Aujourd’hui, de toute évidence, ça avait l’air plus sérieux.

Alors Xena passa à table et se mit à raconter ce qui s’était passé. Ça n’allait pas plaire à Reha, mais bon, malgré le peu de manières que pouvait parfois avoir Xena, elle savait qu’elle ne pouvait décemment pas se pointer là, exiger des soins et se taire, juste comme ça. Déjà, Reha ne l’aurait pas laissé faire – limite si elle n’aurait pas été chercher une bouteille de véritasérum pour lui faire cracher la vérité – et puis Xena avait bien envie de parler de ce qui s’était passé. Dans une certaine mesure, bien évidemment.

- Ouai… C’est jamais bon quand ce salaud est impliqué, répondit Xena face au commentaire de son amie. Et non, il m’a juste dit son nom. D’un autre côté, j’avais pas envie ni besoin d’en savoir plus, à ce moment-là, tu vois.

Elle mentait. Xena n’y prenait aucun plaisir, mais c’était nécessaire. Reha ne devait pas trop en savoir. Quelque chose était en route, quelque chose que seul Finn pouvait mener à bien à cet instant, et il était hors de question que Reha vienne interrompre le processus. Xena pouvait presque toucher sa vengeance du doigt et elle ne laisserait personne la lui prendre.

Toute prise qu’elle était à son explication des faits, Xena fut surprise par la question de la Médicomage, avant de se rappeler que Reha n’avait pas grandit dans le même monde qu’elle. Evidemment qu’elle ne savait pas ce qu’était un Beretta, encore moins une arme à feu.

- Oh, euh… Un Beretta, c’est… Une arme. Une arme qui fonctionne avec des projectiles remplis de poudre explosive et qui les propulse à une très grande vitesse sur l’adversaire à l’aide d’une gâchette. C’est mortel si on se fait toucher au mauvais endroit, mais si on est pris en charge à temps, ça se soigne bien.

Reha ne connaissait rien au monde moldu et Xena ne l’avait jamais mise au parfum. Pourquoi faire ? Depuis onze ans, la jeune femme avait fait sa vie dans le monde sorcier et n’avait jamais pensé remettre un jour le pied du côté moldu. Pour elle, ça faisait partie de son passé. Et pourtant, la vérité lui explosait de nouveau à la figure : elle ne pourrait jamais rompre avec cette part d’elle-même. Parfois, elle aurait aimé pouvoir être comme son amie : juger ce côté de la barrière sans rien en savoir, juste parce qu’elle pouvait juger.

- Oh, oui, il a bien eu de l’aide, précisa Xena. Il était avec un sorcier. Pas bien doué, mais suffisamment pour le mener jusqu’ici. C’était une sorte de second : il n’est pas intervenu. Je sais pas dans quel genre de milieu ils trempent, tous les deux, et tant qu’on me dit pas d’enquêter sur eux, ça m’intéresse pas le moins du monde. Et… Non. Nobby n’en sait rien. Tu es la première à qui j’en parle, avoua la jeune femme.

Xena se redressa un instant, se rapprochant de Reha.

- Ne lui dit rien, s’il te plait. Si quelqu’un doit le faire, c’est moi. Et je pense pouvoir dire sans trop me tromper que ces deux gus étaient là par pure obligation : ils ont décampé aussi sec une fois qu’ils ont compris qu’ils n’avaient plus rien à faire là.

Son comportement pouvait paraître étrange, mais Xena ne voulait pas qu’on retrouve Finn. Ce qu’il faisait, elle s’en fichait pas mal, tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il retrouve Fred.

Malheureusement, Reha avait activé le mode « maman poule » et elle était prête à lancer la vendetta contre le mafieux. Un instant, Xena eut envie de rire, avant de retrouver le sérieux qui convenait mieux à la situation. Elle se tut pendant un petit moment, écoutant sagement Reha, sa main la faisant doucement souffrir. Finalement, elle reprit la parole.

- J’ai toujours pensé qu’en intégrant la Police Magique, je laissais une part de mon passé derrière moi. Et aujourd’hui, voilà qu’il déboule même là. Je n’ai pas envie d’en parler, Reha. C’est trop personnel. Je préfère l’avoir à l’œil, gérer ça sans… Sans que ça empiète sur tout le reste. Je mettrai peut-être Nobby au courant, mais j’aimerais que ça ne soit pas rendu officiel.

Elle tourna la tête vers son amie.

- J’ai peut-être grandi dans le monde moldu, mais c’est de ce côté de la barrière que j’ai ma vie. J’ai pas envie que ça change. Aïe !

Une grimace étira brusquement le visage de la jeune femme. Nom d’un chien ! Ça faisait mal ! Quel karma pourri !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Reha Shafiq
▌ Messages : 272
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeDim 8 Nov - 13:47

❝ Xena & Reha❞No pain, no gameContrairement à ce qu’on pourrait croire, Reha n’aime pas vraiment les gens. Un constat que personne, pas même ses amis proches feraient. Ca ne veut pas dire qu’elle déteste tout le monde, mais la plupart du temps, ils lui sont indifférents. C’est quelque chose qu’on ne soupçonne pas puisque la cadette des Shafiq est joviale, toujours partante pour une fête, amicale avec la plupart des gens - et ce en dépit de leur statut de sang - pourtant, si elle est amicale, elle est intime avec peu. Bien entendu, il y a ses amis de Poudlard, des amitiés qu’elle a formé avant de devenir mangemort et quand le statut de sang n’avait pas, pour elle, la même importance que maintenant. En phase avec ses propres contradictions, elle sait qu’elle laisse ses amis bénéficier d’une indulgence qu’elle n’appliquerait plus à présent envers d’autres.

Si elle aime peu de gens, elle est par contre parfaitement consciente qu’elle a besoin d’eux. L’homme est un animal social et n’est pas fait pour vivre seul. Les sang pur ont beau arguer qu’ils peuvent vivre entre eux, Reha sait que c’est impossible. Alors elle est entourée d’une multitude de gens, elle n’est pas proche de la plupart d’entre eux, mais certains font partie de ce qu’on pourrait appeler un cercle rapproché, c’est le cas pour Xena.

Ce n’était pas vraiment prévus. La première fois qu’elle l’a vue en compagnie de Nobby, Reha a trouvé qu’elle avait l’air d’un chat famélique un peu agressif. Ca ne venait pas de son apparence, mais plus de son attitude, une méfiance qu’elle a directement senti chez la jeune femme et la suite à confirmé l’impression de Reha.

Quoiqu’elle ait cette tendance à considérer la jeune femme comme plus jeune et moins mature qu’elle ne l’est vraiment, elle sait aussi que sous sa carapace, ça reste quelqu’un de fragile et de blessé pas seulement dans le sens physique du terme. Néanmoins, la subordonnée de Nobby est tétue, peut-être autant, si pas plus, que la médicomage et il lui faut du temps pour sortir de sa réserve et en dire plus à Reha alors même qu’elles se connaissent désormais depuis des années.

- J’ai fais ça moi ?, répond-elle d’un air innocent alors que Xena souligne le serrement que la jeune femme a du prononcer lorsqu’elle a été diplômée. Je ne suis pas Nobby. Je pense que les serments sont fait pour être rompu et puis tout ça c’est bon pour les autres, ajoute-t-elle sur le ton de l’humour.

Sauf que ca n’en est pas vraiment. Les serments sont en effet fait pour être rompus. Tous sauf un ! La marque sur son bras en témoigne, la trace d’une promesse, d’un engagement qu’elle a fait pour le reste de sa vie. Le seul qui mérite que l’on meurt pour lui et celui qui lui permet toutes les tromperies. Evidemment, ce n’est pas une conversation qu’elle peut avoir avec un membre de la Police Magique aussi se contente-t-elle se grimacer à la vue de ses blessures tout en commentant son absence de talent pour sa propre discipline :

- Tu ne veux pas mettre du sel par dessus aussi ? Après, je pourrais lancer un incendio histoire de te faire rôtir comme un porcelet …. De l’alcool, par Merlin qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. Je sais que ça n’en a pas l’air, mais n’est pas médicomage qui veut. Je ne pense pas que ton sort ait eu le moindre effet. C’est le genre de blessure, qui, mal soignée, peut facilement gangrener. Il n’y a que les moldus pour ne pas savoir s’en occuper, conclut-elle levant les yeux au ciel.

Même si la médicomage houspille sa cadette, ça ne l'empêche de commencer à faire le nécessaire pour nettoyer la plaie et commencer à endiguer l’infection qui menace de s’étendre. C’est qu’elle se sent toujours méfiante quand les blessures ne sont pas magiques. Après tout, ce n’est pas sa spécialité et c’est à titre gracieux qu’elle prend la peine de s’occuper de la jeune femme. Elle en profite pour commenter ce qu’elle lui dit.

- Si tu veux mon avis, et même si tu ne le veux pas note bien, on devrait toujours savoir à qui on a affaire. D’expérience, j’ai tendance à croire qu’un type qui te plante une fois le fera facilement une seconde. C’est quelque chose qu’on voit souvent par ici.

Evidemment, c’est quelque chose qui concerne plus vite les femmes mariées victimes des abus de leur conjoint que les membres de la Police Magique, mais il ne faut pas être Merlin pour savoir qu’ils ne sont pas universellement aimé. Reha regarde Xena avec une certaine suspicion quand elle lui explique ce qu’est un Beretta et fait une grimace de dégoût.

- Magnifique, ils ont de quoi faire des dégats, mais ne savent même pas comment soigner ça correctement. Barbares !

Il ne faut pas espérer attendre une autre réaction de la part de Reha. Si elle garde ses commentaires sur les né-moldus pour elle, elle ne se prive pas de charger les moldus pour qui elle éprouve un dégoût compréhensible. Sa brève expérience dans le monde moldu ne lui a pas donné envie d’étendre ses connaissances sur eux. Du point de vue de la jeune femme, leur monde ne seront jamais assez séparé à son goût.

Du point de vue de Reha, que des moldus ou cracmol aient accès à leur monde à l’aide de sorcier qui plus est, est une aberration. Il lui semble que la première tâche de la Police Magique serait de s’assurer que seule les personnes autorisées puissent y avoir accès. De toute évidence, Xena et elle ne pensent pas comme elle. Or, si Reha voit bien qu’il est inutile de discuter, pour le moment en tout cas, elle ne perd pas de vue que leur monde semble être de plus en plus infiltré par des intrus qui n’ont aucune raison d’y être. C’est exactement pour ça qu’elle a intégré les mangemorts, avoir la liberté de faire ce que leur gouvernement refuse de faire pour le bien public.

- Très bien, tu lui en parlera toi-même,
répond-elle avec une certaine raideur. Je ne m’en mêlerais pas, mais qu’on soit clair, ce genre de personne est une menace pour la population et ne devrait pas avoir accès à notre monde.

En silence, elle continue de soigner la jeune femme et même à l’aide de la magie, certaine chose prennent tout de même du temps à guérir et il semble à Reha que son ami mériterait bien un peu de repos. Elle lui tapote gentiment l’épaule quand celle-ci évoque son passé, et c’est d’une voix plus détendue qu’elle lui répond.

- Je ne te force pas, Xena. Chacun affronte ses emmerdes comme il le peut, mais quand ton passé te met à l’hôpital, je pense que ça veut dire que tu as besoin d’aide.

Elle finit d’appliquer les bandages sur la peau de la jeune femme et la regarde d’un oeil critique.

- Bon, c’est tout ce que je peux faire pour le moment. Il faudra que tu reviennes dans trois jours pour que je vérifie et fasse les derniers soins. Je te proposerai bien de rester aliter ici, mais si tu ne veux pas voir Nobby débarquer dans les dix minutes qui suivent ton admission, je pense qu’il est préférable que tu fasses ta convalescence chez toi.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Xena Hart
▌ Messages : 119
Humeur :
No pain, no game - Xena  Left_bar_bleue50 / 10050 / 100No pain, no game - Xena  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aubépine, crin de Sombral, rigide, 25,3 cm
Camp: Mal
Avatar: Brianna Hildebrand

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitimeMar 12 Jan - 22:06

No Pain, No Game
ft. Reha Shafiq
Xena, c’était comme un chaton dont les maitres n’auraient pas voulu et qu’on avait jeté à la rue sans avoir fini de le sevrer. Elle avait réussi à grandir tant bien que mal – plus mal que bien, à vrai dire – mais elle avait grandi comme on l’avait forcé à le faire : avec méfiance, avec violence, seule dans les rues. Alors Xena savait feuler, savait griffer et mordre de toutes ses forces, mais elle ne savait pas accepter une caresse, ni une main tendue, ni un peu d’aide. Pourtant, il lui avait bien fallu apprendre à vivre avec les autres, à faire avec. Alors elle avait commencé à s’habituer à la présence de certaines personnes puis, voyant que la main qui lui était tendue ne frappait pas, elle s’était attachée. C’était exactement ce qui s’était passé avec Reha. Les premiers temps avaient été tout particulièrement compliqués : Xena avait honte de son corps, des marques qui le parcouraient – ces cicatrices d’un autre temps qu’elle ne pourrait jamais vraiment effacer – alors laisser une inconnue l’ausculter… Et pourtant, il avait bien fallu. Et finalement, ça s’était bien passé. Aujourd’hui, Xena se sentait totalement en confiance avec Reha.

Tellement en confiance qu’elle pouvait rire avec elle, se confier à elle, ce qu’elle ne se privait plus de faire.

- A ce qui paraît, répondit alors la jeune femme à la Médicomage, un léger sourire aux lèvres. Tu m’en diras tant… Sous-entendrais-tu que Nobby est une Mère la Conscience moralisatrice ? demanda moqueusement Xena, s’imaginant un instant Nobby habillé en vieille femme, une canne dans la main et faisant un sermon dans le genre « de mon temps, ça marchait droit ».

Xena ricana un instant, détendue, avant que ne vienne le temps des explications. Xena raconta son histoire et ses vaines tentatives de soin, grimaçant d’avance à ce que Reha allait répondre. Oui, bien sûr, elle savait qu’elle n’était pas censée jouer les apprenties Médicomages, mais qu’est-ce qu’elle aurait pu faire d’autre ? Attendre comme ça, les plaies à l’air ? Oui, certes, elle aurait pu venir directement ici, ça aurait évité bien des complications. Mais quand Finn était parti… Elle ne s’était pas sentie en état de faire quoi que ce soit.

- Oh, vaut mieux pas essayer, je suis sûre que je serais immangeable. Trop coriace comme bestiole, ajouta-t-elle. Oui, bon, pardon, je sais que c’était pas la chose à faire, mais, sur le moment, c’était tout ce que j’avais sous la main. Et crois-le ou non, mais ça marche pour les Moldus – quand c’est correctement utilisé, je suppose, conclut la jeune femme en haussant les épaules.

Xena ne contredisait jamais Reha sur ce que cette dernière pouvait dire des Moldus. Pourquoi ? Parce qu’elle avait vu leur monde, qu’elle y avait vécu, et qu’il était laid. Alors, certes, elle n’avait jamais réussi à vraiment s’en défaire, se défaire de certaines habitudes – notamment vestimentaires. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle portait ce monde dans son cœur. Elle détestait tous les souvenirs qu’elle y avait, tous les lieux qu’elle y avait connu. Tout, elle détestait tout de ce monde.

Et pourtant, voilà qu’une apparition sortie de nulle part la poussait à y retourner. Finn n’était décidément pas n’importe qui et ce fut presque instinctivement que Xena protégea son identité. De toute façon, à quoi serviraient ces informations à Reha ? Elle n’allait pas allait chercher Finn pour lui faire la leçon, si ? Un instant, l’image traversa l’esprit de Xena et elle sourit, amusée. Etrangement, ça lui faisait chaud au cœur d’imaginer ça…

Mais son sourire disparut bien vite face aux propos de son amie.

- Je sais. T’inquiète pas va, ça je le sais bien, répondit-elle à Reha lui fit part de son avis.

Oh oui, elle le savait peut-être mieux que Reha. Mieux que ça : Xena connaissait ça. Son corps en portait encore les marques, profondément ancrées dans sa chaire, prêtes à lui au corps jusqu’à la fin.

- Enfin… C’est étrange, mais… Du peu qu’on a échangé, c’était comme… Comme avoir une sorte de miroir en face de moi, soupira alors la jeune femme, perdue dans ses propres pensées. Si tu t’affoles de mon état, qu’est-ce que tu aurais dit du sien ? Je l’ai… massacré. J’arrivais pas à m’arrêter… ajouta-t-elle à voix basse.

Elle avait honte. Si honte de cette violence qu’il y avait en elle, de cette haine qui cassait tout. Xena n’osait même plus regarder Reha dans les yeux. Elle ne répondit à son indignation que part un maigre ricanement, bien d’accord avec elle sur ce point-là – quitte à créer quelque chose, autant être capable d’en rectifier les dégâts. Mais le silence reprit ses droits, avant que Xena ne demande à parler elle-même de cette affaire à Nobby.

- Je sais, répondit-elle simplement à la mise en garde de Reha. T’en fais pas, je ferais en sorte qu’il ne revienne plus. Je suis flic, après tout.

Oui, c’était ce qu’elle était… et pourtant, elle ne faisait que tricher avec son statut. Après tout, n’était-ce pas exactement ce qu’elle faisait avec cette affaire ? Xena aurait dû tout dire à Nobby, et ce dès le départ. Voilà maintenant qu’elle lui mentait même à lui… Décidément.

Alors que la séance de soin se poursuivait, les pensées de Xena prenaient un tournant de plus en plus sombre. Son passé menaçait de l’engloutir à tout moment et elle refusa d’ouvrir les valves, de peur de s’y noyer. La jeune femme fut plus que soulagée de voir Reha accepter son silence sans plus de question.

- Oh, tu sais… Même quand c’était encore mon présent, l’hôpital et moi on faisait déjà la paire, ricana alors Xena avec un humour si sombre qu’elle se fit peur elle-même.

Sa langue sembla soudain faite de plomb et elle n’ajouta pas un mot. Quelques instants après, Reha finissait le gros des soins. Xena plia ses mains, testant la sensibilité de ses blessures et hocha la tête.

- Oui, non, on va éviter l’alitement, acquiesça la jeune femme en grimaçant. Pour Nobby, c’est sûr, puis tu connais mon amour des chambres d’hôpital. Promis, je resterai sagement chez moi – ce qui, soit dit en passant, n’empêchera pas Nobby de débarquer dans la minute où il saura que je suis venue te voir, grimaça-t-elle une nouvelle fois.

Xena se leva et renfila son tee-shirt, sentant un poids dont elle n’avait pas eu conscience s’enlever de ses épaules.

- Deux jours, c’est ça ? Par Merlin, je sens déjà que ça va être long, soupira la jeune femme. Mais merci Reha. Je sais qu’on t’en demande beaucoup.

Sur ce, Xena ramassa ses affaires, remercia une nouvelle fois son amie et mit les voiles, direction la maison. Vraiment, Reha avait une patience à toute épreuve...

Mais il fallait aussi avouer que ça aurait été beaucoup moins fun sans ces deux couillons de la Police Magique pour traîner dans ses pattes, n’est-ce pas ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

No pain, no game - Xena  Empty
Message#Sujet: Re: No pain, no game - Xena    No pain, no game - Xena  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

No pain, no game - Xena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Hôpital Sainte-Mangouste :: Quatrième étage
-