AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Fire Emblem : où précommander Fire emblem Engage en édition ...
99.90 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeMer 23 Sep - 17:50


La famille est le vrai roman de l’individu.
C
omme toujours quand Pollux s'apprêtait à recevoir Ravena chez lui, il était nerveux. Il ne le devrait pas, d'autant qu'après tout, ils se connaissaient depuis une éternité, tous les deux, et il n'avait jamais ressenti cette nervosité du vivant d'Irma, mais justement... Irma n'était plus là, et Ravena, plus encore que Walburga où tous ses enfants réunis, portait en elle le souvenir le plus vif et le plus prégnant de sa soeur disparue. Il aurait pu faire le choix de rompre tout contact avec les Crabbe, Ravena avait beau être la tante de ses enfants, ce n'est pas pour autant qu'elle était indispensable à leur existence, et cela aurait pu les perturber que de rester en lien avec la famille d'une mère qu'ils avaient si peu connue, mais là encore, il ne se serait pas vu faire une chose pareille. La famille était une chose sacrée pour lui. Et à l'instant où il avait lié son destin à celui d'Irma, les Crabbe étaient devenus sa famille.

Il était donc tout naturel que Ravena et lui se voient régulièrement, pour prendre des nouvelles, comme Pollux voyait également souvent ses beaux-parents ainsi qu'Antarès... c'était juste plus délicat avec la petite soeur. Parce qu'elle était comme une image encore mouvante et trop réelle de celle qu'il ne retrouverait jamais. Elle lui ressemblait énormément... du moins physiquement. Jeune, certes, mais Irma l'était même un peu plus à sa disparition. Il la retrouvait dans son sourire, parfois, et dans le ton de sa voix. Et il devait toujours s'exhorter mentalement à la considérer comme une personne à part entière. Ce qui était le plus juste. Aussi bien pour Irma que pour Ravena.

Il ne devait pas être si égoïste par ailleurs. Lui n'avait perdu qu'une femme, même si c'était déjà une de trop. Elle, elle avait déjà perdu trois maris, et cela suffisait à justifier qu'il prenne du temps pour elle, d'autant que d'autres de leur communauté étaient bien moins prompts à lui tendre la main. Les pires rumeurs circulaient à son sujet, dorénavant, et il était par conséquent important qu'il lui prouve qu'il la soutenait malgré tout.

Tout était prêt pour l'accueillir. Rien de bien formel. L'elfe de maison préparait le thé, quelques biscuits, de quoi agrémenter plaisamment leur conversation. Il avait espéré que Walburga serait présente pour passer un peu de temps avec sa tante, mais elle était chez Orion, soit, certains sujets seraient peut-être plus simples à aborder si sa fille n'était pas là pour tendre l'oreille. A l'heure dite, Ravena vint frapper à la porte, comme convenu. Fi d'un protocole inutile, Pollux prit le soin de l'accueillir en personne.

-Bonjour Ravena, je suis content de te voir. Comment vas-tu ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeDim 29 Nov - 17:32

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Les moments où Ravena passait du temps avec Pollux étaient toujours un grand réconfort pour la jeune femme. Et pour cause, son beau-frère avait toujours été d’un soutien indéfectible pour elle, et elle était vraiment chanceuse de l’avoir. Du vivant d’Irma, ils s’entendaient déjà bien, étant donné qu’il avait accepté qu’elle soit la marraine d’Alphard, et après la mort de cette dernière, ils étaient restés en contact, ils s’étaient rapprochés par la force des choses, parce qu’ils s’étaient épaulés mutuellement pour surmonter l’épreuve, et aujourd’hui, c’était un réel ami pour Ravena. Elle était contente d’aller le voir, parce qu’elle savait qu’il la croyait innocente, et elle n’allait pas avoir besoin de se justifier ou de prouver qu’elle n’avait rien fait. Elle allait juste pouvoir passer un moment avec le père de famille, tout ce dont elle avait besoin.

Elle était fatiguée de sa situation, aussi bien physiquement que moralement. Elle n’avait aucune envie de devoir affronter un procès dans lequel elle n’avait rien à faire, et où elle était accusée d’avoir assassiné ses trois époux. Elle savait qu’elle n’avait pas le choix, mais ça n’enlevait rien au fait qu’elle n’était pas prête à affronter cette épreuve, alors elle avait besoin de soutien, et de réconfort, et elle savait qu’elle pourrait en trouver auprès de Pollux. Irma avait eu de la chance d’épouser Pollux Black, même si leur mariage avait dû être précipité à cause d’une envie trop pressante des deux amants, mais il avait toujours été un bon époux pour sa sœur, et un bon père pour leurs enfants. Sa sœur avait été chanceuse, même si elle n’avait pas pu en profiter autant qu’elle ne l’aurait dû.

Quand Ravena arriva devant le Square Grimmaud, elle sonna pile à l’heure. Elle avait toujours été très ponctuelle, et n’aimait ni les retardataires, ni les précoces. Elle n’attendit pas longtemps avant que Pollux en personne ne lui ouvre la porte.

-Bonjour Ravena, je suis content de te voir. Comment vas-tu ?

La jeune femme lui sourit s’autorisa une brève étreinte pour saluer son beau-frère, elle aussi était contente de le voir. Elle n’avait pas l’intention de l’ennuyer avec tous ses problèmes. Même s’il était au courant de sa situation, il avait déjà la gentillesse de l’inviter, elle ne voulait pas l’embêter. Elle ne pouvait pas en parler à grand monde, sa famille la rejetait bien assez comme ça, et avant cette histoire, et elle n’avait pas beaucoup d’amis, si ce n’est Dosia, mais cette dernière avait ses propres soucis aussi alors… elle prenait sur elle.

« Moi aussi je suis heureuse de te voir. Je vais bien et toi ? Tu es déjà dans les préparatifs du mariage de Walburga ? Ou d’Alphard ? »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeDim 29 Nov - 19:53


La famille est le vrai roman de l’individu.
P

ollux n'était pas sûr de pouvoir totalement croire Ravena sur parole quand cette dernière lui assurait qu'elle allait bien. C'était peut-être vrai, après tout, mais elle lui semblait fatiguée... peut-être n'était-ce qu'une vue de son esprit, ou bien surinterprétait-il quelques bêtes cernes que n'importe qui pourrait avoir au même titre qu'elle parce qu'il avait conscience de ce qu'elle traversait. Dans tous les cas, il avait la ferme intention de rester attentif à ce qu'elle pourrait bien lui dire et à son état. Qu'elle aille bien ou non, Pollux estimait qu'il était de son devoir qu'elle aille mieux. Ce qu'il n'avait pas pu faire pour Irma, il voulait le faire pour sa soeur, la protéger comme il avait parfois le sentiment de n'avoir pas su suffisamment le faire avec son épouse.

Alors que Pollux les faisait installer dans le salon où ils auraient tout le nécessaire pour se sustenter, Ravena l'interrogea au sujet d'Alphard et de Walburga. Rien de plus normal. Quand les autres ne s'en chargeaient pas, c'était bien souvent Pollux lui-même qui mettait le sujet sur le tapis, en réalité. Même s'il avait d'autres centres d'intérêt et d'autres préoccupations (et son journal surtout, au-delà de tout le reste), sa famille restait toujours sa priorité absolue et il n'était donc pas rare qu'il épuise ses interlocuteurs au sujet de ses enfants. Et c'était d'autant plus d'actualité dernièrement que Walburga et Alphard en effet avaient "trouvé" fiancé(e) quasiment en même temps. Et peu de temps après le mariage plus que réussi de son premier-né.

-Tout se met en place pour le mariage de Walburga. Tu l'as manquée de peu, d'ailleurs. Si tout se passe comme prévu, ils devraient être mariés d'ici la fin de l'été. Je dois dire que je suis rôdé, maintenant, grâce à Cygnus. Quant à Alphard, attendons déjà qu'il finisse sa scolarité - avec lui, ce n'est pas forcément gagné,
se permit-il de plaisanter au sujet de son cadet perturbateur.

Il s'autorisa à leur servir deux tasses de thé fumant. Même s'il ne se lasserait jamais de parler de ses enfants, il n'avait aucune intention d'en faire le coeur de leur conversation, il avait bien assez d'occasion d'user les nerfs de tous avec sa merveilleuse progéniture en temps normal.

-Tout se passe bien pour toi, dis-moi ?
Il n'avait pas envie d'évoquer frontalement les propos qui se tenaient dans leurs sphères à son sujet. Ravena était la mieux placée pour le savoir. Pollux, de son côté, la défendait toujours, mais plus il s'obstinait, plus on le mettait en garde. Il aurait perdu toute objectivité au profit de son épouse décédée... Tu sais que si tu rencontres la moindre difficulté, je peux t'aider. Ou au moins, tu peux tout me dire.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeLun 8 Mar - 11:34

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ravena n’avait pas envie de passer son temps à se lamenter auprès de Pollux. Il était l’une des rares personnes à ne pas lui avoir tourné le dos, et elle n’avait pas envie qu’il change d’avis. Pollux comptait beaucoup pour elle, et il était en quelque sorte, son dernier point d’ancrage. Elle ne pouvait pas compter sur sa famille, celle qui partageait son sang, mais elle avait au moins Pollux. Et c’était déjà un réel soulagement. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle voulait trop dépendre de lui. Il avait son travail, sa famille, il n’avait pas besoin d’une charge supplémentaire, et on avait trop souvent fait sentir à la jeune femme qu’elle était de trop, pour qu’elle sache se mettre de côté toute seule.

Elle n’avait pas l’air de le déranger plus que ça, mais à défaut de parler d’elle, elle préférait porter la conversation sur les enfants de Pollux. D’autant que c’était un sujet dont Ravena se souciait réellement. Après tout, ils étaient ses neveux, et elle s’était toujours bien entendue avec eux. Ils comptaient beaucoup pour elle, et il était donc normal qu’elle prenne de leurs nouvelles. Et avec Pollux pour père, tout allait probablement parfaitement ben pour eux, et c’était tant mieux.

-Tout se met en place pour le mariage de Walburga. Tu l'as manquée de peu, d'ailleurs. Si tout se passe comme prévu, ils devraient être mariés d'ici la fin de l'été. Je dois dire que je suis rôdé, maintenant, grâce à Cygnus. Quant à Alphard, attendons déjà qu'il finisse sa scolarité - avec lui, ce n'est pas forcément gagné.

Le temps passait si vite. Elle se souvenait encore de la naissance des enfants, même si elle était encore jeune à l’époque, elle avait vraiment été enchantée, quand sa sœur lui avait présenté tour à tour ses enfants. Et maintenant, ils étaient presque tous mariés. Elle avait toujours été très heureuse pour Irma et Pollux, et elle avait toujours fait en sorte d’être une bonne tante pour les enfants. Présente sans être étouffante, et de nouer une bonne relation avec chacun d’entre eux. Elle était plus proche d’Alphard que des deux autres, peut-être grâce à sa qualité de marraine, mais elle les aimait tous les trois sincèrement.

-Tout se passe bien pour toi, dis-moi ? Tu sais que si tu rencontres la moindre difficulté, je peux t'aider. Ou au moins, tu peux tout me dire.

Ravena n’eut pas vraiment le loisir de répondre, puisqu’il enchaîna sur un autre sujet. Elle ne lui en voulait pas de poser la question, et elle appréciait le tact dont il faisait preuve, puisqu’il n’entrait pas sincèrement dans le vif du sujet. Elle appréciait réellement son soutien, mais encore une fois, elle n’avait aucune envie de représenter une charge supplémentaire à ses yeux. Surtout qu’au final, Ravena n’avait pas besoin de grand-chose, juste qu’on la croit. Mais cela semblait difficile à obtenir.

« Oui, ça va. Je te remercie de ton soutien Pollux. J’ai contacté un avocat dernièrement, alors… ça devrait bien se passer. »

Elle passait pour une optimiste, mais au fond, elle ne l’était pas du tout. Elle avait vraiment peur qu’on la déclare coupable alors qu’elle n’avait commis aucun crime. Et la situation commençait vraiment à l’épuiser, mine de rien.

« C’est juste… usant, de devoir rendre des comptes à tout le monde. De subir les regards, les messes basses, ou les attaques plus franches. J’ai l’impression d’être devenue la paria de service. »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeLun 8 Mar - 19:23


La famille est le vrai roman de l’individu.
P

ollux n'était pas certain de pouvoir croire sa belle-soeur sur parole quand cette dernière affirmait que ça allait. Certes, le directeur de la Gazette n'avait pas envie de remettre sa parole en question, mais il se doutait qu'elle minimisait tout de même pas mal de choses dans l'intention de ne pas dresser un tableau trop pessimiste de la situation, ce qui pouvait être un mal comme un bien. De ce point de vue-là, elle ressemblait beaucoup à Irma. Même s'ils avaient toujours été très complices tous les deux et ne se cachaient pas grand-chose, Pollux avait tout de même appris à lire entre les lignes avec son épouse, cette dernière avait eu bien souvent tendance à taire certaines informations, ou à juste les laisser deviner... mais était-il si différent ? L'essentiel, c'était qu'elle ait les épaules pour supporter ce qui lui arrivait, et il semblerait que ce soit effectivement le cas.

Il était rassuré d'entendre qu'elle avait contacté un avocat. En même temps, ne pas le faire en la circonstance aurait tout bonnement été suicidaire. Si Pollux était convaincu à cent pour cent de l'innocence de sa belle-soeur et estimait que les preuves étaient suffisamment solides en elles-mêmes pour ne pas en arriver là, il fallait tout de même qu'il reconnaisse qu'elle avait besoin de l'appui d'un avocat, d'autant que la partie adverse ne se gênerait pas pour mettre toutes les chances de son côté. Après, avoir un avocat, c'était bien, mais ce n'était pas non plus une garantie de succès... Pour s'assurer la victoire, il serait préférable que Ravena fasse appel à un cador dans son domaine.

-Qui donc ? Je le connais peut-être. Tu sais, j'aurais pu te conseiller
à ce sujet, je connais parmi les meilleurs avocats du magenmagot, j'aurais pu m'assurer leur soutien, et même les rémunérer si nécessaire.

D'accord, Ravena était une grande fille, elle pouvait se débrouiller, mais outre le fait que Pollux s'inquiétait pour Ravena, n'oublions pas non plus qu'il était aussi profondément sexiste, et donc, il estimait bien souvent qu'un homme devrait toujours passer derrière une femme quand il s'agissait de prendre des décisions importantes, voire vitales. Dans tous les cas, il tenait à en apprendre plus sur cet avocat, ne serait-ce que pour s'assurer du fait que sa belle-soeur serait représentée comme il se devait.

-Ils se lasseront, tu sais. Une fois que tu seras officiellement lavée de tout soupçon, ils te laisseront tranquille, ils trouveront un autre os à ronger, crois-en mon expérience.


C'était toujours ainsi que les choses se passaient dans leur milieu, pour le meilleur et pour le pire. Même Pollux n'avait pas été épargné, à l'époque où Irma était tombée enceinte de Cygnus. Ravena vait du moins l'avantage d'avoir le directeur de la Gazette de son côté. Dans le cas contraire, elle aurait également eu la presse sorcière à dos.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeLun 26 Juil - 0:03

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ravena appréciait réellement le soutien de Pollux, il était même d’une importance capitale pour elle. Il était le plus important qu’elle possédait en cet instant, et elle ne saurait pas où elle en serait, si Pollux avait choisi de lui tourner le dos, et de la traiter comme si elle était coupable de ce dont on l’accusait. Heureusement pour elle, elle n’aurait jamais à le savoir. Elle pouvait faire face à de parfaits inconnus, ou à des connaissances qui décidaient de la voir comme une femme manipulatrice et sans scrupules, mais ceux qu’elle avait considéré comme une famille, c’était tout de suite plus délicat. Elle avait des rapports compliqués avec sa propre famille, mais les Black, du moins, Pollux et ses enfants, avaient été une seconde chance pour elle.

Tout le monde chez les Black n’appréciait pas sa proximité avec Pollux mais elle n’allait pas se retenir pour leur faire plaisir. Elle faisait ce qu’elle voulait, tant que Pollux était d’accord. N’en déplaise aux mauvaises langues. Avec un peu de chance, toute cette histoire finirait par n’être qu’un mauvais souvenir. Mais avant cela, elle aurait à affronter un procès. Et même en se sachant parfaitement innocente dans les trois décès de ses précédents époux, elle avait peur qu’on ne la croie pas, et qu’on tente par tous les moyens de la rendre coupable, ce qu’elle savait que ses anciennes belles-familles feraient avec joie.

-Qui donc ? Je le connais peut-être. Tu sais, j'aurais pu te conseiller à ce sujet, je connais parmi les meilleurs avocats du magenmagot, j'aurais pu m'assurer leur soutien, et même les rémunérer si nécessaire.

La jeune femme afficha un petit sourire, pas du tout surprise par les propos de son beau-frère. Elle savait bien qu’elle aurait pu solliciter son aide, mais Ravena n’avait pas envie de toujours devoir dépendre de lui. Il était déjà bien impliqué dans toute cette histoire, et elle ne voulait pas donner l’impression d’abuser. Après tout, Pollux n’était ni son frère, ni son époux, et il n’avait donc pas à s’occuper d’elle. Cela ne la dérangeait pas du tout, de l’avoir dans son sillage, au contraire, mais elle ne voulait pas qu’il se sente obligé de quoique ce soit, surtout pas.

« Kieran O’Conell, il a bonne réputation. Je sais que j’aurai pu solliciter ton aide… mais tu fais déjà énormément pour moi, et je ne voudrais pas que tu penses que j’abuse de ton temps, et de ton énergie. Surtout que certains de tes proches pensent que je suis bien trop présente dans ta vie. »

Ravena n’avait aucune envie de causer des discordes entre Pollux et ses proches, mais elle n’allait pas non plus tout cacher. Elle pensait en priorité à Cassiopeia, mais elle n’était pas vraiment la seule. Même si elle était des plus virulentes, étant donné qu’elle était la sœur de Pollux, elle était donc vraiment proche de lui.

-Ils se lasseront, tu sais. Une fois que tu seras officiellement lavée de tout soupçon, ils te laisseront tranquille, ils trouveront un autre os à ronger, crois-en mon expérience.

Ravena hocha la tête, et elle savait que Pollux avait probablement raison, puisque les choses fonctionnaient ainsi dans leur monde, mais elle avait tout de même cette petite angoisse, qui lui soufflait qu’elle subirait des remarques toute sa vie. Mais bon, il ne serait pas intelligent de broyer du noir, et d’imaginer le pire tout de suite. Rien n’était encore fait, et elle avait toujours toutes ses chances de se sortir indemne de cette situation.

« Oui, tu as sûrement raison. »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeLun 26 Juil - 17:42


La famille est le vrai roman de l’individu.
-S

i tu abusais de mon temps et de mon énergie, crois bien que je n'hésiterais pas à te le dire, répliqua Pollux non sans une certaine autorité, comme pour trancher la question une bonne fois pour toutes.

Il ne voulait certainement pas que Ravena s'abstienne de solliciter son aide, d'une manière ou d'une autre, sous le prétexte d'abuser de sa patience ou autre, alors qu'il ne la soutenait jamais que par conviction pure, celle de son innocence certes, mais surtout de la nécessité de rester une famille soudée dans l'épreuve. Et oui, Ravena restait un membre de la famille à part entière. Quoi qu'il advienne et peu importe les circonstances, elle était la soeur d'Irma, et au nom de cette dernière, il ne pouvait jamais qu'être présent à ses côtés. Cette dernière n'aurait pas voulu autre chose. Si Irma était encore là, il était évident que ce serait ce qu'elle attendrait de lui, qu'il apporte un soutien indéfectible à Ravena.

L'aider dans ses démarches quelles qu'elles puissent être, c'était aussi honorer la mémoire de sa défunte épouse, et c'était une chose qui lui tenait définitivement à coeur. Alors non, il fallait vraiment qu'elle cesse de s'imaginer des choses pareilles. Tout ceci était certes contraignant, contrariant, et il se le serait bien épargné, mais cela n'avait absolument rien d'une corvée pour lui, et il tenait à ce que ce soit tout à fait clair pour elle, et sans aucune forme d'équivoque.

-Kieran O'Connell... Ce nom me dit quelque chose,
remarqua-t-il en se laissant le temps de la réflexion pour se rappeler dans quel contexte il avait entendu le nom de l'avocat auquel sa belle-soeur avait décidé de faire appel.

Ce nom lui était définitivement familier, et il avait le sentiment, qui plus est, d'avoir entendu ce nom très récemment. Etait-ce du fait de cette réputation semble-t-il excellente que lui rapportait Ravena ? Peut-être bien... Qui sait si son nom n'était pas apparu dans un article de la Gazette récemment, cela justifierait que ce nom trouve un écho dans son esprit. Mais non, finalement, il se rappela.

-Oh je vois de qui il s'agit. Il est hors de question que cet homme te serve d'avocat, on va te trouver quelqu'un d'autre.


Bien sûr que oui, il connaissait son nom : c'était l'avocat qui avait décidé de défendre ces cas désespérés qu'étaient Caelan et Finn Bennet. Un type de peu de moralité s'il choisissait de se compromettre dans cette affaire. Hors de question que l'homme qui participait activement à empêcher les jumeaux Potter de devenir officiellement ses neveu et nièce devienne par la même l'avocat de Ravena. Cette dernière serait certainement bien mieux défendue par certaines de ses connaissances, qui avaient le mérite d'être fiables et de ne pas être des ennemis de la famille.


code by Mandy

[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeVen 31 Déc - 15:05

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
-Si tu abusais de mon temps et de mon énergie, crois bien que je n'hésiterais pas à te le dire.

Peut-être, mais elle avait tout de même le sentiment qu’il avait la conviction de devoir la prendre en charge parce qu’elle était la sœur de son épouse. Pollux avait le sens de la famille, personne ne pouvait contredire cela, mais elle n’avait tout de même pas envie d’être un poids pour elle. Elle était sa famille par alliance, il n’avait donc aucune obligation vis-à-vis d’elle. Ravena appréciait grandement son soutien, parce que d’une part, c’était presque le seul qu’elle avait, et d’autre part, elle avait toujours beaucoup apprécié Pollux. Mais elle restait tout de même un peu gênée, de le voir si présent, et si disponible pour elle, alors qu’il lui restait sans doute beaucoup de choses à faire de plus grosse importance.

Mais bon, elle comprenait bien qu’il servait à rien de discuter de cela. Les choses étaient actées dans l’esprit du jeune homme, et Ravena savait à quel point il pouvait être un homme borné. Elle ne cesserait pas de se sentir redevable et bien trop soutenue par son beau-frère, mais elle ne lui ferait plus de remarques à ce sujet, puisqu’elles semblaient inutiles.

-Kieran O'Connell... Ce nom me dit quelque chose.

Elle n’était pas spécialement surprise, ou inquiète que ce nom lui dise quelque chose. Ravena ne s’était jamais intéressée à ce milieu avant qu’elle n’en ait la nécessité, mais elle savait que quand on touchait un peu à la politique, et qu’on s’intéressait au gouvernement, avocat était le genre de profession à laquelle on s‘intéressait un peu, surtout en matière de justice. Kieran était plutôt jeune, mais cela faisait maintenant quelques années qu’il exerçait. Et il avait maintenant une petite expérience et une petite réputation, sinon Ravena ne se serait pas tournée vers lui. Elle avait beau ne pas y connaître grand-chose, elle s’était tout de même un peu renseignée.

-Oh je vois de qui il s'agit. Il est hors de question que cet homme te serve d'avocat, on va te trouver quelqu'un d'autre.

Ravena était un peu surprise par sa réaction pour le moins… catégorique. Pourquoi est-ce qu’il ne voulait absolument pas que Kieran soit son avocat ? Certes, ce n’était pas un sang-pur de grande renommée, mais ce qui comptait surtout pour Ravena, c’était de gagner son procès. Alors ce n’était pas très important tout ça. Et d’une manière générale, Ravena n’était pas très puriste. Enfin, elle l’était parce qu’on le lui avait appris, mais elle n’était pas la plus virulente.

« Pourquoi ça ? Il a une assez bonne réputation dans le milieu… du moins, à ce que j’ai entendu. »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeVen 31 Déc - 17:39


La famille est le vrai roman de l’individu.
P
ollux considéra Ravena avec ce qui ressemblerait presque à de l'affliction. Elle avait engagé un avocat, elle aurait dû se renseigner davantage à son sujet, selon lui, surtout dans un cas comme le sien. Ravena se retrouvait dans une situation particulièrement épineuse : quand bien même elle était innocente, ce n'était pas pour autant qu'elle réussirait à convaincre qui que ce soit de sa bonne foi en la matière, non, vraiment pas. Il fallait quand même admettre que la malchance dont elle avait joué ne faisait clairement pas d'elle autre chose que la plus idéale des coupables. A partir de là, il semblait nécessaire, essentiel, même, que son dossier soit traité par le meilleur, et non, par bien des aspects, Kieran O'Connell n'était pas l'avocat idéal.

-Nous n'avons pas eu les mêmes sons de cloche, manifestement,
observa Pollux en croisant les bras contre sa poitrine.

Il allait peut-être sembler trop strict et trop sévère, mais qu'importe, quand il l'était envers ses proches, envers sa famille, c'était toujours pour la même raison, et au nom d'une cause qu'il estime noble : il veut défendre l'intérêt de ceux qui partagent sa vie : qui pourrait l'en blâmer.

-Pour commencer, il n'est pas un sang pur. Peut-être que pour toi, c'est sans importance, mais dans notre milieu, c'est important, c'est d'office un très, très mauvais point pour lui. Ensuite... est-ce que tu t'es renseignée sur les cas qu'il a fait le choix de défendre ?


Car le palmarès n'est vraiment pas grandiose quand on y regardait de très près. Certes, il avait remporté de nombreuses affaires, et ses plaidoiries étaient convaincantes, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il devait être pris au sérieux.

-Carlotta Pinkstone, une terroriste notoire qui prône la levée du secret magique internationale. Et Caelan et Flynn Benett. Tu n'es pas sans savoir qu'ils cherchent à s'arroger l'adoption des jumeaux Potter qui, cela va sans dire, doivent appartenir à notre famille.


Bien sûr, c'était avant tout pour cette raison que Pollux refusait catégoriquement que O'Connell défende sa belle-soeur, parce qu'il devait défendre les intérêts de Dorea. De sa famille. Et si Ravena tenait elle aussi à cette famille, elle comprendrait qu'il était encore temps de faire machine arrière. Il avait largement les moyens d'engager pour elle les meilleurs des avocats, et il était important qu'elle prenne cette offre très au sérieux.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeSam 18 Juin - 19:25

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ravena ne voyait pas vraiment où était le problème en ce qui concernait Kieran O’Connell. Enfin, il lui semblait faire l’affaire. Elle n’y connaissait pas grand-chose, dans le système judiciaire, mais elle avait entendu que Kieran était bon dans son domaine, et cela lui suffisait amplement. Ce qui l’intéressait, c’était de gagner son procès, le reste, ce n’était vraiment pas ce qui importait. Elle voulait que tout cela soit derrière elle, et qu’elle puisse reprendre une vie normale, même si certains continueraient de la croire coupable probablement, mais au moins, elle n’aurait plus Azkaban qui planerait au-dessus de sa tête. Mais de toute évidence, le choix qu’elle avait eu ne plaisait pas à Pollux, sans qu’elle ne sache pas vraiment pourquoi.

-Nous n'avons pas eu les mêmes sons de cloche, manifestement.

Ravena haussa légèrement les épaules, sans savoir quoi lui répondre. Elle ne savait pas ce que Pollux avait entendu, mais elle trouvait tout de même cela étrange qu’ils aient eu des avis très différents. Evidemment, elle appréciait le fait qu’il se soucie de son cas, et qu’il veuille lui venir en aide. Mais elle ne pouvait pas juste se contenter de suivre ses directives.

-Pour commencer, il n'est pas un sang pur. Peut-être que pour toi, c'est sans importance, mais dans notre milieu, c'est important, c'est d'office un très, très mauvais point pour lui. Ensuite... est-ce que tu t'es renseignée sur les cas qu'il a fait le choix de défendre ?

Honnêtement, le fait qu’il ne soit pas sang-pur n’importait pas dans le choix de Ravena. Elle n’avait pas fait de recherches généalogiques, elle s’était concentrée sur ses compétences. Mais elle pouvait comprendre que cela soit mauvais pour Pollux, tant tout ceci lui tenait à cœur. Et puis elle ne s’était pas non plus intéressée aux causes qu’il avait choisi de défendre, juste à son taux de réussite. Elle secoua négativement la tête en guise de réponse.

-Carlotta Pinkstone, une terroriste notoire qui prône la levée du secret magique internationale. Et Caelan et Flynn Benett. Tu n'es pas sans savoir qu'ils cherchent à s'arroger l'adoption des jumeaux Potter qui, cela va sans dire, doivent appartenir à notre famille.

A leur famille… celle de Pollux oui. Elle y avait été rapprochée par le mariage de sa sœur, mais elle ne considérait pas Cassiopeia et Dorea comme sa famille. La première lui était totalement désagréable, et la seconde était assez indifférente vis-à-vis d’elle. Elle comprenait que ce soit important pour Pollux, et elle comprenait qu’il veuille que les choses se passent comme lui le voulait, mais Ravena avait juste le sentiment que quoi qu’elle fasse, rien n’allait, et tout allait toujours de travers. Sa vie avait été une succession de malchance, et de mauvais choix, sa propre famille, hormis sa sœur, lui avait toujours fait comprendre qu’elle était de trop, et elle avait tendance à commencer à penser pareil.

« Je comprends que tu puisses avoir une vision plus globale de la situation, et que tu y vois des intérêts plus généraux. Je ne me suis pas intéressée à tout cela, parce que ce qui m’importe, c’est d’avoir quelqu’un qui est capable de gagner ce procès. Tu peux, si tu veux, me trouver quelqu’un pour me défendre si tu y tiens, mais au fond, peut-être que je suis une cause perdue. »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeSam 18 Juin - 20:35


La famille est le vrai roman de l’individu.
P

our Pollux, la question n'était pas d'avoir une vision globale ou non, la question était de vérifier la carrière et les antécédents de son avocat afin de s'assurer que sa réputation ne ternirait pas la sienne, tout simplement. Pollux ne pouvait accepter qu'un avocat capable de défendre une criminelle reconnue telle que Carlotta Pinkstone ne prenne en charge un cas tel que celui de Ravena : ce serait comme écrire "coupable" en lettres d'or sur son front.

La situation de sa belle-soeur était déjà très compliquée, et sa réputation déjà franchement peu glorieuse, alors en rajouter une couche ne serait définitivement pas une bonne idée. Il fallait lui trouver un avocat respectable, un cador dans son domaine et qui ne soit pas précédé par sa réputation.

-Ca n'a rien à voir avec des intérêts plus généraux, c'est bien de tes intérêts que je parle, Ravena... Cet homme pourrait ruiner ta réputation plus qu'elle ne l'est déjà. Il n'est pas bon de frayer avec ce genre d'individus, et encore moins dans ta position. Il adressa un fin sourire à Ravena. Fais-moi confiance, d'accord ? Je le dis dans ton intérêt. Et par ailleurs, au-delà de ça, je ne suis pas même si convaincu qu'il soit capable de te faire emporter ton procès. Il émettait même de sérieux doute sur la question. Je te trouverai un autre avocat, un avocat bien sous tout rapport et auquel il n'y aura aucune honte à être affilié. J'y mettrais le prix qu'il faudra, ça ne me dérange pas.

Non, ça ne le dérangeait pas, parce qu'il le devait à Ravena. Tout ce qu'il pouvait fairre pour elle, c'était comme une manière de progresser dans le deuil d'Irma, même si c'était très loin d'être gagné et ne le serait peut-être, en fin de compte, jamais.

-Et je t'interdis encore de répéter que tu es une cause perdue, c'est ce genre d'attitude défaitiste qui nous prédestine à l'échec.
Il l'observa en toute confiance. Tu n'es pas une cause perdue, tu es une personne innocente qui se retrouve dans une mauvaise passe, et si tu dois écouter mes conseils, je peux te garantir que tu en sortira grandie. Bientôt, tout ceci ne sera plus qu'un lointain souvenir.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ravena Crabbe
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuve (trois fois)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 27,3 cm, bois d'orme & crin de licone
Camp: Neutre
Avatar: Lily Collins

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeSam 17 Sep - 13:12

La famille est le vrai roman de l’individu
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il devenait difficile pour Ravena de rester optimiste. Même si devant les autres, elle réussissait à leur répondre, et à garder contenance, quand elle se trouvait avec des gens en qui elle avait confiance, ou qu’elle était seule, c’était un peu plus compliqué. Parce que l’enjeu était très gros, mais aussi, qu’elle avait le sentiment que même si elle gagnait son procès, ce qu’elle espérait ardemment, elle avait le sentiment que sa vie resterait tout de même un chaos sans nom, et cela lui faisait vraiment peur.

-Ca n'a rien à voir avec des intérêts plus généraux, c'est bien de tes intérêts que je parle, Ravena... Cet homme pourrait ruiner ta réputation plus qu'elle ne l'est déjà. Il n'est pas bon de frayer avec ce genre d'individus, et encore moins dans ta position. Fais-moi confiance, d'accord ? Je le dis dans ton intérêt. Et par ailleurs, au-delà de ça, je ne suis pas même si convaincu qu'il soit capable de te faire emporter ton procès. Je te trouverai un autre avocat, un avocat bien sous tout rapport et auquel il n'y aura aucune honte à être affilié. J'y mettrais le prix qu'il faudra, ça ne me dérange pas.

Pollux avait beau dire qu’il était pour lui normal d’agir ainsi, et elle savait qu’il le pensait, Ravena pensait toujours qu’elle représentait plus un poids qu’autre chose pour lui. Sa famille de sang lui avait toujours dit que c’était ce qu’elle était, mis à part Irma, alors évidemment, elle continuait de le penser avec les autres. Pollux mettait toujours un point d’honneur à venir en aide aux membres de sa famille, et elle ne doutait pas qu’il le faisait aussi pour Irma. Ravena lui en était plus que reconnaissante, mais elle n’était pas certaine de le lui rendre comme il le méritait. En même temps, elle n’avait pas grand-chose à lui offrir dont il avait besoin. Pollux avait réellement réussi sa vie, mis à part le décès prématuré de son épouse, et Ravena avait une vie chaotique, alors évidemment, le fossé était très large. S’il voulait s’assurer de lui trouver le meilleur avocat possible, elle n’allait pas l’en empêcher. Il est vrai que l’important était de gagner le procès, même si elle avait eu le sentiment que Kieran était un bon avocat.

« Je te fais confiance. »

-Et je t'interdis encore de répéter que tu es une cause perdue, c'est ce genre d'attitude défaitiste qui nous prédestine à l'échec. Tu n'es pas une cause perdue, tu es une personne innocente qui se retrouve dans une mauvaise passe, et si tu dois écouter mes conseils, je peux te garantir que tu en sortira grandie. Bientôt, tout ceci ne sera plus qu'un lointain souvenir.

L’ennui, c’était que Ravena avait de plus en plus de mal à y croire, et surtout elle se montrait réaliste. Ils vivaient dans un monde d’apparence, et même si elle était innocentée par la justice, ceux qui étaient convaincus de sa culpabilité, et ils étaient nombreux, ne changeraient pas d’avis si facilement. Finalement, elle n’avait aucun avenir pour ce monde-là, et elle en était consciente.

« J’aimerais pouvoir te croire, mais je sais comment les choses fonctionnent. Evidemment, ne pas aller à Azkaban sera un grand soulagement, mais qu’est-ce qui se passera après ? En tant que femme, je n’ai pas de nombreuses voies qui s’offrent à moi. Je suis déjà veuve par trois fois, et aucun homme sensé ne voudra m’épouser, et peut-être qu’ils feront bien. Sans compter toutes les personnes qui m’ont déjà condamnée sans rien attendre d’autre que ce qu’ils ont entendu. »

black pumpkin

_________________

- Ravena Crabbe -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pollux Black
▌ Messages : 625
Humeur :
La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Right_bar_bleue

En couple avec : Veuf

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, 34 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: James McAvoy

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitimeLun 19 Sep - 17:26


La famille est le vrai roman de l’individu.
L

e défaitisme n’avait pas sa place dans l’esprit de Pollux Black. Pourtant, il avait eu plus d’une occasion d’y céder, à bien y regarder. Il aurait pu y céder au moment de comprendre qu’il n’aurait plus jamais que des nouvelles lointaines de son frère Cracmol, qu’il devrait dorénavant haïr, il aurait pu y céder au moment de découvrir qu’Irma était enceinte, il aurait pu y céder au moment de la mort de son épouse, mais il avait toujours gardé la tête haute, et ça resterait le cas quoi qu’il puisse advenir : il ne saurait en être autrement. Il était important pour lui que Ravena adopte la même attitude, car si elle ne le ferait pas, elle se ferait dévorer toute crue, elle donnerait du grain à moudre à ses détracteurs, et c’était une mauvaise chose. Il était impératif, nécessaire, qu’elle garde la tête haute. C’était même de la plus haute importante.

-Tu n’iras pas à Azkaban.

C’était une promesse qu’il lui faisait d’un ton catégorique. Bien sûr qu’il ne laisserait pas sa belle-sœur aller à Azkaban. Pour son bien à elle, évidemment, mais aussi parce qu’il en allait de la réputation de sa famille, et il était bien évidemment hors de question que cette dernière se voit entachée par un tel épisode. On avait vu comment les choses s’étaient passé pour les Beurk, il ne laisserait jamais un tel scandale les éclabousser, il ne manquerait plus que ça.

-Après, tu te trouveras un mari que tu garderas, cette fois. Bien sûr qu’il restera des hommes qui voudront t’épouser. Tu restes un bien meilleur parti qu’un bon nombre de roturières au sang bien moins pur que le tien. Il déposa une main rassurante sur son épaule. Si c’est vraiment ce qui t’inquiète, ne t’en fais pas, je te trouverai un époux digne de ton rang.

Il le disait en le pensant et avec certitude. Pollux avait de l’influence, il estimait que ce qu’il exigeait il pouvait l’obtenir sans difficulté, parce qu’il l’avait voulu tout simplement. Il n’y avait pas besoin d’y réfléchir plus avant. Ce qu’il voulait, il obtenait, fin de l’histoire. Il n’y avait clairement pas à chercher plus loin, et c’était très bien comme ça. Il ne fallait vraiment pas que Ravena s’inquiète pour son avenir. Pollux voulait bien se faire le garant de cet avenir si, vraiment, cela devait être un sujet d’inquiétude pour elle. Ce ne serait pas le cas pendant longtemps, il y mettait un point d’honneur, sans l’ombre d’un doute.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Empty
Message#Sujet: Re: La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]   La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La famille est le vrai roman de l’individu. [pv Ravena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Peu importe la marmite, concocter une famille exige courage, dévotion et patience (la famille au grand complet)
» Une famille qui crie est une famille unie. (Despina)
» Il y a des amis, de la famille et des amis dans la famille. (Charis)
» La confiance ne se donne pas, elle se mérite. // FT. Ravena
» Liens de Ravena
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Demeure des Black (12, square Grimmaurd)
-