AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent Harry Potter 2022
18 € 24 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Echange de bons procédés - Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 816
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeVen 11 Mar - 21:17

❝ Gabriel & Rose❞Echange de bons procédésElles ont beau être cousines, Reha et Rose ne se voient pas souvent. Leur oncle Sirius est pourtant proche de sa sœur, Sélène, mais les deux jeunes femmes n’ont jamais eu beaucoup d’atomes crochus. Ça tient autant de leurs maisons respectives que de leurs caractères. Là où Reha est flamboyante, agressive, forte tête ; Rose est plutôt discrète, facile à vivre et conciliante. La différence d’âge accentuant leur écart, c’est vers Gaïa et Marciana qui avaient ses préférences lorsqu'elles étaient adolescentes. Avec les années, cette différence s'est atténuée et les deux femmes en sont venues à trouver des points communs.

Contrairement à nombre de leurs cousines, Rose et Reha travaillent. Un fait difficile à accepter dans leur milieu. On n’aime pas les femmes qui ne restent pas à leur place. Au-dessus des autres, mais tout de même en dessous des hommes. Une femme qui travaille, c’est une femme qui peut compter uniquement sur elle-même. Une menace donc, pas tant pour eux directement, mais bien pour l’ordre des choses. Il n’y a pas plus conservateurs que les sorciers sang pur. Rose a beau être des leurs, en apparence au moins, elle est tout de même plus souple que la moyenne, tout comme Reha. Leurs domaines sont également complémentaires, Botanique et Soin peuvent souvent aller main dans la main, c’est d’ailleurs comme ça qu’elles se sont rapprochées.

- Tu auras assez d’Abyssinie ?
- Je pense, je te demanderai probablement du bulbe sauteur et de l’Alihotsy d’ici la fin du mois. Tu sauras m’avoir ça ?

Rose ouvre un carnet dans lequel elle vérifie ses notes avant d'hocher la tête positivement et d’y ajouter la demande de Reha.

- J’aurais ce qu’il te faut. Tu veux que je le donne à Tibérius ou tu passes chez moi ?

Quoique anciennement fiancés, Reha et Tibérius sont restés en bons termes. Quelque chose que l’ancienne verte et argent aurait pu choisir de mal prendre. En particulier quand on sait que c’est en compagnie de la jeune femme - et d’autres - que son cousin a choisi de briser sa confiance. Rose sait faire la part des choses et selon elle, sa cousine n’est pas fautive si bien qu’elles ont réussi à garder de bonne relation.

Alors qu’elles discutent, le feu s’active et la médicomage se tourne vers elle curieuse :

- Tu attends de la visite ?

Rose sort sa montre, vérifiant l’heure et commente :

- Gabriel, mais il est en avance.
- Gabriel comme Gabriel Rowle ?
- Lui-même ! Vous vous connaissez bien, non ?

Elle n’a pas le temps d’en dire plus, le feu devient vert et quelques secondes après, la silhouette de Gaby apparaît et franchit les flammes avec la décontraction qui le caractérise.

- Gabriel, l'accueille-t-elle avec un sourire aimable. Tu es plus tôt que je ne le pensais. Qu’est-ce que tu bois ? Un thé ? Un pur feu ?

Elle appelle son elfe avant de se tourner vers Reha et de demander courtoisement :

- Tu reprendras bien quelque chose ?


Celle-ci c’est déjà levée et a pris sa cape :

- Non, c’est gentil, je n’avais pas vu l’heure, mais je suis en réalité plutôt pressée.

C’est à peine si elle regarde Gabriel avant de prendre la poudre de cheminette :

- Rowle

Et elle disparaît. Rose, un peu surprise par la précipitation qu’à mis Reha à partir regarde son cousin d’un air interrogateur, mais polie, réserve ses questions pour plus tard :

- Et donc tu disais ?
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabriel Rowle
▌ Messages : 41
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Chêne Rouge, Ecaille de Sirène, 26,3 cm, Souple
Camp: Neutre
Avatar: Colin O'Donoghue

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeVen 6 Mai - 22:11

Echange de Bons Procédés
ft. Rose Ashford-Selwyn
Tous à la Gazette s’accordait à dire que Gabriel était un travailleur acharné, un passionné qui ne comptait pas ses heures et qui se donnait corps et âme à son travail. Dans les premiers à arriver, et toujours dans les derniers à partir, le plus jeune des fils Rowle s’était bâti une solide réputation auprès de ses collègues. Néanmoins, il y avait travail et travail et, depuis quelques temps, des regards inquiets suivez Gabriel où qu’il aille dans les locaux du journal, sans même que ce dernier ne s’en rende compte. Il était, à vrai dire, trop occupé pour cela. Sa dose de travail avait drastiquement augmenté au fil des articles qu’il rédigeait, le jeune journaliste acceptant toujours plus d’affaires à couvrir, au grand plaisir de ses responsables. Il ne refusait plus la moindre petite enquête, plus la moindre petite incartade à couvrir et, mieux, il acceptait de plus en plus les déplacements dans le cadre de son travail. En cette maussade journée de septembre, il était d’ailleurs tout juste de retour d’un voyage express en France où il était allé fouiner du côté d’un richissime mécène dont les affaires n'avaient rien de claires. Rien d’une partie de plaisir, surtout lorsque ce richissime bourgeois avait trouvé de bon ton d’essayer de marier sa plus jeune fille à Gabriel. Ne pouvait-on pas le laisser tranquille cinq minutes avec ces histoires ?

De plus, Gabriel n’avait vraiment pas la tête à ça ces derniers temps…

Ce fut donc d’une humeur quelque peu orageuse que Gabriel rentra chez lui en quatrième vitesse, prenant tout juste le temps de se rendre présentable avant de quitter de nouveau le manoir : aujourd’hui, il avait rendez-vous avec Rose Ashford-Selwyn. La jeune femme et lui s’entendaient bien et Gabriel appréciait toujours leurs rendez-vous : outre l’intérêt qu’il y trouvait – Rose ayant toujours des yeux et des oreilles qui traînaient un peu partout –, les deux amis partageaient de nombreux points communs et Gabriel se sentait à l’aise en la présence de Rose.

Les femmes de caractères, voilà qui devait sûrement être son point faible…

Ce fut donc en avance, et dans un tourbillon de flammes vertes, que Gabriel se présenta chez la Langue de Plomb. S’époussetant les épaules, il pénétra dans la pièce avec une nonchalance frisant la provocation, forçant un peu sa bonne humeur – persuadé de n’avoir à le faire qu’un instant avant que l’ambiance du duplex de Rose ne fasse le reste.

- Ma très chère Rose, je suis ravi de te revoir. J’espère que mon avance ne…

Les mots moururent dans sa gorge lorsqu’il vit Reha enfiler sa cape d’un mouvement rapide, s’excusant déjà auprès de Rose pour son départ précipité. Alors c’était comme ça ? Elle comptait l’ignorer, de nouveau ? Depuis cette soirée où Gabriel et Reha s’étaient perdus dans les jardins de la demeure des MacMillan, la médicomage le fuyait comme la peste, et c’était peu de le dire. Au lendemain de cette soirée dont, malgré l’alcool, Gabriel conservait de très clairs souvenir, le journaliste s’était dit que la tournure des choses avait certes été inattendue, mais pas déplaisante. Il n'avait pas envoyé de hibou, pas tenté de forcer le contact, se disant qu’ils se reverraient assez vite pour en discuter.

Grossière erreur.

Certes, ils s’étaient revus depuis. Mais jamais plus de quelques secondes, le temps que Gabriel ne remarque la présence de Reha avant que celle-ci ne s’éclipse. Elle l’évitait, l’ignorait royalement, allait jusqu’à trouver des excuses à Riyadh lorsque ce dernier les invitait tous les deux en même temps. Cette situation épuisait les nerfs de Gabriel. Car, paradoxalement, plus Reha tentait de l’éviter, plus la médicomage hantait ses pensées. Si sa fierté n’avait pas encore cédé à la tentation de lui écrire, Gabriel avait de nombreuses fois essayé d’attraper la lionne pour l’obliger à s’expliquer. Peine perdue : Reha avait beau dire, elle tenait actuellement plus du serpent que du griffon, peut-être même de l’anguille, quand on voyait avec quelle habileté elle lui filait entre les doigts.

Ce fut donc sans espoir de la retenir qu’il lui rendit son salut.  Le « très chère » qu’il lui répondit n’avait rien de la chaleur avec laquelle il s’adressait à elle en temps normal – et rien de la chaleur qui l’avait poussé dans ses bras ce soir-là… En silence, il la regarda donc passer à côté de lui et disparaître dans la cheminée, l’irritation peignant ses traits. Par Merlin, mais qu’avait-il fait de mal, au juste ? S’il se souvenait bien, elle avait participé autant que lui !

- Un pur feu, et tu peux le doubler, si tu veux tout savoir, soupira-t-il alors, une fois seul avec Rose. J’espère n’avoir rien interrompu de trop important. Ma présence semble incommoder, ces derniers temps, ajouta-t-il avec un sourire ironique.

Il haussa les épaules, l’air plus détaché qu’il ne l’était vraiment.

- Alors, comment allez-vous, milady ? demanda-t-il, s’installant dans un fauteuil son verre à la main. Voilà un bon moment que nous ne nous sommes pas vus, mais je te retrouve rayonnante, comme toujours.

Un sourire au coin des lèvres, un petit clin d’œil, cette décontraction typiquement Rowlesque. Qui espérait-il tromper ? Rose était plus intelligente que ça, il le savait, mais également bien plus poli. S’il ne se décidait pas à parler, il doutait qu’elle tente de lui tirer les vers du nez dans l’immédiat. Autant continuer à prétendre, dans ce cas. Fermer les yeux et détourner la tête puisque, de toute évidence, même les Gryffondors s’y mettaient.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 816
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeLun 9 Mai - 20:26

❝ Gabriel & Rose❞Echange de bons procédésEn général, dans sa caste, les journalistes ne sont pas vus d'un très bon œil. Il faut dire que chez la noblesse moldue, on ne les aime que quand ils vont dans le sens de la royauté. Or, depuis la fin des années 20, ils sont toujours plus demandeurs, toujours plus indiscrets, toujours plus tapageurs. Heureusement pour Gabriel, les sorciers ne sont pas aussi collet monté. Quand on est une population aussi réduite que la leur, on sait dès la naissance que ce qui tient lieu de vie privée est en réalité bien souvent l’affaire de tous. En particulier quand on est un sang pur. On ne peut pas prétendre vouloir jouer les familles impériales et refuser les inconvénients qui vont avec le statut, n’en déplaise à certains de ses contemporains.

Si le métier de Gabriel aurait donc été déplacé dans l’autre côté de la barrière, il n’en est rien ici et on pourrait même dire qu’il est parfaitement respectable. Du reste, Rose, protégée par le département dans lequel elle travaille, ne s’inquiète pas réellement de la présence de journalistes parmi ses proches. Elle s’est donc toujours entendue avec Gabriel. En bon Serpentard, ils ont une façon de penser identique, une ambition similaire et surtout un pragmatisme qui manquent à bon nombre de leurs cousins. C’est donc toujours un plaisir de discuter avec Rowle puisqu’ils savent tous les deux très bien ce qu’ils tirent de leur relation. Cette amitié est également un échange de bons procédés, Rowle a toujours des informations intéressantes et Rose garde l’oreille ouverte pour lui. Une transaction que beaucoup jugent dégradante, mais qui convient parfaitement aux deux intéressés.

A peine arrivé, c’est Gabriel qui lui donne du grain à moudre. Elle regarde avec un certain étonnement le départ précipité de sa cousine. Reha, à peine quelque seconde auparavant, lui a fait savoir qu’elle n’avait pas d’autres rendez-vous pour l’après-midi, or le nom de Rowle à peine mentionné, la voilà fuyant la pièce plus vite que n’importe quel Serpentard. De quoi tirer un sourire à Rose qui se contient tant bien que mal au vu de la tête contrariée de Gabriel.

Sans perdre sa contenance et avec une politesse affectée dont ils aiment jouer tous les deux, elle lui demande ce qu’il veut boire. Un pur feu, eh bien, l’après-midi promet ! Préférant ne pas faire dans la demi-mesure, elle demande à son elfe d’amener la bouteille et deux verres. S’installant en face de lui, elle fait tinter son verre contre le sien et répond à ses badineries sur le même ton :

- Je vais très bien. J’ose espérer que tu me trouves toujours rayonnante, mais tu as raison, je le suis encore plus que d’habitude aujourd’hui.


Loin de penser un traître mot de ce qu’elle dit, Rose se prend néanmoins au jeu avec amusement. Elle n’a pas la beauté classique des jumelles Yaxley ou d’autres de leurs cousines, mais elle apprécie tout de même les compliments de Gabriel. Du reste, si elle va bien, ça ne veut pas dire qu’elle n’est pas un peu tendue pour autant.

Après avoir échangés quelques banalités d’usage sur la santé de leurs familles respectives ainsi que quelques commentaires en rapport avec le boulot, Rose se décide à être étrangement directe :

- Et donc, si tu m'expliquais ce à quoi j’ai assisté tout à l’heure ? Je n’ai jamais vu Shafiq partir aussi. Si je ne vous connaissais pas mieux, je pourrais presque croire qu’elle te fait la tête.


Avec un rire, elle ajoute :

- Mais je suppose que tu vas me dire qu’avec une personnalité aussi charmante que la tienne, personne ne peut te faire la tête bien longtemps.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabriel Rowle
▌ Messages : 41
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Chêne Rouge, Ecaille de Sirène, 26,3 cm, Souple
Camp: Neutre
Avatar: Colin O'Donoghue

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeDim 4 Sep - 17:28

Echange de Bons Procédés
ft. Rose Ashford-Selwyn
Gabriel avait toujours été plus ou moins du genre à tout garder pour lui, car à qui aurait-il pu confier ses problèmes ? Son père et son frère étaient morts bien avant qu’il ne commence à en avoir sérieux, et ce n’était pas à sa mère ou même encore à sa sœur qu’il allait rajouter le poids de ses petits tracas à tout ce qu’elles devaient déjà gérer – et mieux valait ne pas mentionner sa grand-mère… Aussi, pour ce qui était de Reha, il ruminait l’affaire seul dans son coin, gardant la face parce que c’était tout ce qui lui restait à faire en sa présence, tentant d’ignorer un problème qui prenait, bien malgré lui, de plus en plus d’ampleur. Gabriel ne s’était en effet rendu compte du temps qu’il passait à voir la médicomage que lorsque sa présence était devenue un problème – et, en réalité, ils se croisaient bien plus souvent que ce qu’il aurait actuellement voulu.

Aussi ne fut-il pas surpris outre mesure en la trouvant chez Rose. A croire que le destin s’acharnait à la placer sur sa route, comme pour lui faire comprendre qu’il n’y avait aucune chance que la situation s’arrange et que tout revienne à la normale – ou évolue vers… autre chose. Une fois la présence de la Gryffondor effacée de la pièce, Gabriel s’efforça de donner le change. Rose n’était pas idiote, bien évidemment, mais la journaliste comptait allègrement sur retenue pour lui laisser au moins le temps de boire quelque chose. Et puis, mieux valait lancer la discussion sous une pluie de compliments plutôt que sous une averse de complaintes, n’est-ce pas ?

- Tu sais bien que je te trouve toujours merveilleuse ma chère Rose, répondit-il, faussement charmeur, en faisant tinter son verre contre le sien.

Une bonne gorgée plus tard, Gabriel se laissa aller à la discussion avec sa comparse de Serpentard. Il n’en oubliait pas moins Reha pour autant, et, lorsque Rose se décida finalement à amener le sujet sur le tapis, la bonne humeur affichée par la journaliste sembla se ternir quelque peu. Avec un long soupir, il reprit une gorgée de son verre, le déposant par la suite loin de lui, pour plus de précaution – l’objectif n’était pas de finir saoul avant l’heure du thé.

- Il faut donc croire que tu ne nous connais pas si bien que tu le penses, répliqua Gabriel avec un sourire ironique aux lèvres, car il semblerait effectivement que Reha me « fasse la tête », si l’on peut dire ça comme ça.

Amateur d’un humour qui lui est bien particulier, Gabriel ne peut retenir un sourire bien sincère lorsque Rose le retourne contre lui, se laissant même aller à un petit rire.

- Je vois que tu me connais finalement mieux que ce que tu ne le laisses paraître, et je dois saluer ton sens de la formule, mais il semblerait que ta chère cousine soit faite d’une tout autre trempe que le commun des mortels.

Laissant passer un instant de silence, Gabriel se décida finalement à en dire davantage. Si le « commerce » qu’il tenait avec Rose n’était pas celui qui inspirait le plus la confiance, Gabriel était pourtant tout à fait certain que ce qu’il confierait à Rose ne quitterait pas cette pièce. Serpentard ne voulait pas dire dénué de loyauté et d’honneur, et Rose en était la preuve vivante – Gabriel peut-être un peu moins, mais on ne se refaisait pas.

- La situation est délicate, je ne vais pas te le cacher. Je pense que si Reha savait ce que je m’apprête à te dire, elle me réduirait en cendres à l’instant avant de me disperser aux quatre vents, juste histoire d’être sûr. Mais je t’avoue que si elle daignait ne serait-ce que m’adresser la parole, j’aurais été bien moins prompt à en parler à autrui, ajouta-t-il en grimaçant. Tu sais à quel point j’aime parler de moi, très chère, mais j’ai horreur qu’on en sache plus qu’il ne faut.

Et, à vrai dire, Gabriel était passé maître dans le domaine de parler de lui sans rien révéler sur sa vie. Personne n’avait à savoir ce qui se passait dans sa tête une fois sa personnalité publique rangée au placard. Mais voilà, il fallait bien que certaines choses sortent, d’une manière ou d’une autre, et rien ne valait l’oreille attentive qu’on savait muette comme une tombe. Et puis, quand bien même Rose s’en allait en parler à d’autres, ce n’était pas Gabriel qui allait être le plus irrité dans l’affaire – et ce ne serait qu’une juste vengeance.

- Figure-toi que Riyadh a repris son activité préférée depuis que sa femme et son enfant à naître sont devenus ses priorités, à savoir poser des lapins aux gens. Et, il y a peu, Reha et moi-même nous sommes une nouvelle fois retrouvés à subir les frasques de ce qui est censé être mon meilleur ami, ajouta le journaliste avec un ton bien trop dramatique qui cachait mal une certaine gêne.

Un instant, Gabriel hésita, se trouvant particulièrement ridicule de se confier ainsi. Il jeta un coup d’œil rapide à Rose, doutant de la suite, de ce qu’il devait ajouter – ou pas. Cela ressemblait presque à une dispute de collégien.

- C’est ridicule, finit-il par ajouter en se levant de son siège, récupérant son verre et commençant à faire les cents pas devant la table basse. Nous sommes des adultes, et elle réagit comme une enfant, je ne me serais jamais attendu à ça de sa part. Mais voilà, la soirée a suivi son cours, les verres se sont enchaînés et, comment dire, mettons que l’atmosphère des jardins a favorisé une intimité qui n’avait jamais eu lieu avant, finit-il par dire, écartant les bras d’impuissance.

Que dire de plus ? Depuis, Reha ne lui parlait plus. Et lui, comme un idiot, ne parvenait pas à se sortir de la tête cet instant volé, pas aidé pour une mornille par l’attitude de la médicomage.

- S’il y a bien une chose que je ne supporte pas, c’est bien qu’on m’ignore, surtout quand je n’ai rien à me reprocher, ajouta-t-il presque avec une attitude boudeuse. Enfin, si j’avais été déplacé, je veux bien, mais ça n’a pas été le cas, et ce n’est définitivement pas mon genre. N’est-ce pas ? Du moins, en dehors du travail, ajouta-t-il avec un sourire ironique.

Les yeux fixés sur Rose, Gabriel attendit le verdict. Il avait plus parlé en l’espace de quelques minutes qu’il ne l’avait jamais fait avec son amie, sans doute aidé par ses nerfs mis à rude épreuve par la Gryffondor. Mais peut-être avait-il tort, peut-être avait-il été totalement déplacé d’une façon dont il n’avait pas conscience ?

Mais enfin quoi, ce n’était qu’un baiser, à la fin ! Rien qu’un malheureux baiser !

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 816
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue80 / 10080 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeLun 12 Sep - 21:27

❝ Gabriel & Rose❞Echange de bons procédésDifficile d’imaginer qu’un jour une femme pourrait faire la perte de Gabriel Rowle. Lui, l’homme qui ne connaît pas le sens du mot fidélité et qui fuit tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une relation amoureuse. Héritier contre son gré, il tente, autant qu’il le peut, de conserver un semblant de vérité. Comme tous ceux de sa caste, il connaît la triste vérité : un jour il faudra se ranger. Néanmoins, il s’offre le luxe d’essayer d’en retarder l’échéance et d’oublier l’existence de ce léger inconvénient. Rose, charitable, se garde bien de lui rappeler et le laisse badiner avec elle sans en prendre offense.

Tous les deux savent en quoi s’en tenir. Ce ne sont, dans le fond, que des politesses d’usage et Rose prend les compliments de son cousin pour ce qu’ils sont : de la flatterie qui ne prête pas à conséquence. Il faut dire que Rowle, quand on ne parle pas de travail, est rarement sérieux. Son aîné excelle dans l’art de faire croire à son interlocuteur qu’il ne prend rien au sérieux. Ça en serait presque exaspérant si Rose ne le connaissait pas si bien.

Les compliments d’usages et rafraîchissements servis, Rose laisse sa curiosité parler pour elle. De mémoire, si elle a l’habitude voir Reha et Gabriel se disputer comme des chiffonniers au repas de famille, la jeune femme a trouvé quelque chose d’étrange dans la scène qui vient de se jouer sous ses yeux. Un malaise palpable, une attitude qui ne sonne pas juste et un Gabriel de tout évidence contrarié même si, politesse oblige, il tente de le cacher.

Rose n’est pas une commère, elle laisse ce genre de comportement à d’autres. Néanmoins, puisque la scène a eu lieu sous ses yeux, elle peut difficilement faire comme si elle n’avait rien vu. Sa curiosité prend le pas sur le reste et à l’aide de quelques sous-entendus, elle réussit à faire parler son cousin. Elle n’a guère de mérite puisqu’il ne faut pas beaucoup d’encouragement à celui-ci qui semble - de manière inattendue - soulagé de vider son sac.

- Je n’affirmerai pas bien connaître Reha. Tu sais ce qu’on dit des femmes. Elles aiment garder une part de mystère, même s’il faut admettre qu’elle n’en a pas fait des masses aujourd’hui. Difficile de nier qu’elle t’évitait. Qu’as-tu bien pu faire pour provoquer son ire ?

Il faut dire qu’elle ne voit que ça. Connaissant sa cousine et son caractère bien trempé, elle ne peut pas imaginer une seule seconde que celle-ci puisse en réalité être plus gênée que fâchée. Gabriel, de son côté, attend un moment avant d’en dire plus. Quand il le fait, c’est en lui assurant que si elle savait ce qu’il s’apprête à lui dire, Reha ne manquerait pas de s’assurer qu’il ne puisse plus avoir de descendance. Intéressée, Rose a tout de même la politesse de ne pas trop le montrer et elle hoche la tête d’un air compréhensif tout en assurant :

- Tout ce qui se dira ici restera entre nous. Parole de Serpentard, conclut-elle avec un certain amusement dans la voix.

Le début ne l’étonne pas. Riyadh, quoique très sympathique, n’a jamais été un parangon de fiabilité quand il s’agit d’honorer ses engagements. Or, la naissance de son enfant à venir, son mariage précipité et le reste l’ont rendu moins présent ces derniers temps. Rien d’étonnant à ce que sa sœur et Gabriel en aient de nouveau fait les frais. Le reste, par contre, la prend de cours. Gabriel et Reha ? Voilà une image perturbante. Jamais au grand jamais, elle ne les aurait imaginé ensemble. Il faut dire qu’ils passent tellement de temps à se chercher des poux qu’ils sont devenus comme un bruit de fond pour l’ensemble de leur connaissance. On les regarde avec amusement et on attend avec indulgence le thème de leur prochaine de prise de bec mais la jeune femme n’a jamais vu aucun signe indiquant qu’il pouvait y avoir plus qu’une camaraderie soigneusement cachée sous un vernis de piques pleines d’acidités. Néanmoins, Gabriel semble attendre son verdict avec impatience alors elle choisit ses mots avec précaution.

- Je dois bien admettre que je ne m’attendais pas à ça. Soyons honnête, elle a tendance à courir les caleçons comme tu cours les jupons donc ce genre d’incident ne devrait pas la perturber plus que ça.

Sans être extrêmement intime avec Reha, elle sait néanmoins que sa cousine est d’une franchise déstabilisante. Elle a une façon d’envisager les relations bien à elle et tout le monde sait que, depuis la rupture de ses fiançailles avec Tibérius, elle explore avec beaucoup de sérieux tout ce que le monde sorcier peut avoir à offrir.

- Rassure-toi, je te crois volontiers quand tu me dis que tu n’as rien à te reprocher. Je sais que tu n’es pas du genre à forcer ces dames à partager un moment d’intimité en ta compagnie. Cela dit, il ne faut peut-être pas chercher trop loin. Elle n’est peut-être pas offensée par ce qui c’est passé mais simplement gênée parce que tu es le meilleur ami de Riyadh. Il faut admettre que vous êtes destiné à passer beaucoup de temps ensemble et que ce n’est pas la même chose que si c’était quelqu’un en dehors de son cercle d’ami. Sans compter que vous êtes tous les deux, que vous le vouliez ou non, sur le circuit du mariage. Elle doit en avoir encore plus consciente que toi. Elle préfère peut-être te battre froid pour que tu ne te fasses pas d’idées. Ce n’est pas très mature, j’en ai conscience, mais que veux-tu que ça reste une Gryffondor …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gabriel Rowle
▌ Messages : 41
Humeur :
Echange de bons procédés - Gabriel  Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Echange de bons procédés - Gabriel  Right_bar_bleue

En couple avec : Personne...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Chêne Rouge, Ecaille de Sirène, 26,3 cm, Souple
Camp: Neutre
Avatar: Colin O'Donoghue

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitimeJeu 6 Oct - 16:10

Echange de Bons Procédés
ft. Rose Ashford-Selwyn
A l’instant où Rose ouvrit la bouche pour répondre au flot de mots que Gabriel venait de déverser, ce dernier regretta d’avoir parlé. On pouvait dire du journaliste qu’il était un homme extraverti, sociable, on pouvait même dire de lui qu’il avait un côté diva qui le poussait à rechercher la lumière des projecteurs en permanence. Il aimait l’attention, il aimait être regardé, mais il aimait surtout que l’on ne voit de lui que ce qu’il désirait montrer. Peu étaient les gens qui savaient véritablement ce qui se passait dans la tête de Gabriel Rowle, car le journaliste avait beau révéler les secrets des autres, il gardait jalousement les siens, et sa vie entière pouvait aisément être qualifiée de secret pour son entourage.

Se confier ainsi ne lui ressemblait pas. Agir ainsi ne lui ressemblait pas davantage. Il fallait dire aussi qu’il ne s’était jamais retrouvé dans une telle situation auparavant. Riyadh était son meilleur ami, il avait été présent pour lui pendant tous les moments difficiles de sa vie ; c’était sûrement la personne qui en savait le plus sur l’héritier Rowle. Quant à sa sœur… Reha s’était peu à peu imposée dans sa vie sans même qu’il ne s’en rende compte, et, aujourd’hui, il ne savait dire ce qu’elle était pour lui. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il accordait de l’importance au lien qui les unissait, une importance qu’il ne soupçonnait pas jusqu’à ce qu’elle ne décide de l’ignorer, purement et simplement.

Dans sa tête se disputaient désormais la frustration d’être invisible, l’incompréhension de cette relation et, il fallait le dire, une certaine contrariété liée uniquement à la personne de Reha. Gabriel n’aurait pas cherché plus loin si cela était venu d’une autre femme ; le fait que ce soit Reha le contrariait tout particulièrement sans qu’il ne parvienne à dire clairement pourquoi, et c’était ce qui l’irritait le plus.

Avec un soupir agacé, le journaliste se contenta donc d’hocher la tête face aux propos de Rose. Au moins étaient-ils sur la même longueur d’onde.

- Nous sommes d’accord là-dessus. Et c’est précisément ce que je ne comprends pas, ajouta-t-il en se laissant retomber à sa place. Nous ne sommes plus des adolescents, et j’en ai plus qu’assez de parler dans le vent quand nous nous retrouvons, l’espace de quelques secondes, dans la même pièce. Ce n’est pas comme ça que c’est censé fonctionner, grommela-t-il alors, terminant son verre.

A dire vrai, et ça Gabriel n’était pas près de l’avouer, ce qui l’énervait le plus était sans doute le changement et la distance. Reha avait été une constante dans sa vie depuis Poudlard : la voir prendre ses distances pour une broutille pareille l’irritait au plus haut point. Peut-être même trop pour la vision qu’il donnait des événements, mais c’était encore autre chose – quelque chose qu’il n’avait pas encore pris la peine de considérer.

Face aux paroles de Rose, néanmoins, la contrariété semblait faire marche arrière pour ne laisser derrière elle qu’un fort sentiment de lassitude. Après tout, elle avait raison, d’une certaine façon. Qui se serait attendu à une telle chose entre eux deux ? Personne, pas même lui. Mais une chose le chiffonnait tout de même…

- Certes. Mais ça ne lui ressemble pas, d’agir comme ça. Je ne vais pas prétendre la connaître – de toute évidence, ce n’est pas le cas, commenta-t-il avec ironie – mais elle ne résout pas ses problèmes en les ignorant. Elle est plutôt du genre à leur foncer dedans pour voir s’ils tiennent le choc.

Si on lui avait dit qu’un jour il préfèrerait que Reha lui hurle dessus plutôt qu’elle l’ignore, Gabriel ne l’aurait pas cru… Mais il fallait croire qu’il en était bien là, finalement.

- Le mariage, hein… soupira-t-il face aux paroles de son amie. Enfin, elle sait bien que cette option ne m’attire pas plus qu’elle, que pourrait-elle craindre à ce sujet ? Que je la demande en mariage pour un baiser ? Que je sape sa réputation ? Je ne suis pas un enfant de cœur, certes, je l'admets, mais il me reste tout de même un peu d’honneur, par Merlin !

Et alors quoi ? Quoi ? Que pouvait-il faire ? Elle ne lui laissait pas l’occasion de lui parler, comment pouvait-il espérer trouver une solution dans cette situation ? Et elle ne répondrait pas davantage à une lettre, c’est certain… Mais alors quoi ? C’était comme ça désormais, elle allait lui battre froid jusqu’à la fin de leur vie ? Le temps risquait d’être bien long, surtout si Riyadh persistait à les mettre en présence l’un de l’autre…

A moins que…

- Penses-tu que je devrais en parler à Riyadh ? Je sais que ce ne serait pas des plus… délicats, mais il en a vu d’autres venant de moi. Et je sais que s’il y a bien quelqu’un que Reha écoute, c’est son frère, même si c’est souvent l’inverse. Je pourrais… omettre certains détails gênants ?

Irrité, le journaliste se leva une fois de plus, soupirant presque rageusement.

- Qu’est-ce que tu me conseillerais toi ? demanda-t-il finalement, se tournant vers Rose. Je sais que ce n’est pas dans mes habitudes de… poser ce genre de questions, mais je t’avoue qu’un coup de main ne serait pas de refus pour ça.

Ecartant les bras dans un geste d’excuse, Gabriel afficha un sourire faussement contrit.

- Navré Rose, je suis plus gentleman habituellement. J’espère que tu me pardonneras de tant parler de moi. Tu sais que je te revaudrais ton attention, ajouta-t-il ave un clin d’œil.

Il était dur de maintenir le personnage. A dire vrai, Gabriel avait envie de tout sauf de faire le malin à cet instant précis. Mais il fallait bien donner le change, n’est-ce pas ? Il ne savait pas faire autrement, de toute façon. C’était ce qu’on avait toujours attendu de lui : qu’il donne le change, qu’il fasse bonne figure.

Et s’il y avait bien quelqu’un qui pouvait comprendre ça, c’était Rose.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Echange de bons procédés - Gabriel  Empty
Message#Sujet: Re: Echange de bons procédés - Gabriel    Echange de bons procédés - Gabriel  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Echange de bons procédés - Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les bons comptes font les bons amis
» Les Rps de Gabriel
» Les Liens de Gabriel
» « This is our destiny. » | Gabriel & Elyane
» I've got a date with my destiny || Gabriel Rowle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Duplex de Rose Ashford-Selwyn (Londres)
-