AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Révélations + Rafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 391
Humeur :
Révélations + Rafa Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Révélations + Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Une rousse au sale caractère, et c'est bien parti pour durer, cette fois !

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Révélations + Rafa Empty
Message#Sujet: Révélations + Rafa   Révélations + Rafa Icon_minitimeVen 25 Nov - 0:40



Révélations
Rafa & Finn
La matinée suivant le malaise de Eve s’est tranquillement étalée dans un cocon confortable dont ni Finn, ni sa compagne n’ont voulu sortir. Viendra le moment de l’organisation concrète et des questions auxquelles ils devront répondre, mais pour le moment, ils se sont accordés, sans se concerter réellement, pour remettre ça à plus tard. Callahan, de son côté, voudrait profiter de cette sorte d’état de grâce le plus longtemps possible. Il va lui falloir un moment pour s’habituer à cette grossesse et pour le moment, c’est trop neuf pour qu’il cesse de s’en émerveiller.

Le pique-nique de Liam a rencontré un certain succès, pour ne pas dire un succès certain, et elle a repris quelques couleurs, mais Finn n’envisage pas un seul instant de partir. Il est trop occupé à la couver du regard en souriant dans son coin, levant de temps en temps les yeux vers elle et se détachant des quelques documents relatifs à des histoires de chevaux qu’il lit de son côté, alors qu’elle s’est installée dans le divan pour parcourir un livre., il s’est décidé à appeler au Cohan, après une courte discussion avec Eve, histoire que Rafa ne tombe pas des nues et ne s’inquiète pas en ne le voyant pas revenir : « Salut Liam, comment va ? Rafa est dans le coin ? Non ? Il est pas venu ? Bah il devait…Ah bon…bon. Non, elle va bien, c’est gentil, mais elle se repose. Très bien, la tourte, d’ailleurs. Si Rafa passe, dis-lui que je reste avec elle jusqu’à demain. Ouais, je lui expliquerai. Mais je viendrais déjeuner demain. »

L’explication avec le cafetier a laissé Finn un peu déçu. Certes il a compris le message passé par Liam mieux que Cohan lui-même et il se doute que son second n’a pas su résister à ses angoisses et qu’il est parti retrouver Robin. Mais il aurait bien aimé tomber sur Rafa lui-même pour lui annoncer la nouvelle. Après tout, c’est le futur parrain. En dehors de Eve, il n’y a en fait qu’à cet insolent qui lui sert de frangin et de meilleur ami à la fois que Finn a réellement envie de faire partager cette annonce. C’est qu’il s’inquiète pour elle, malgré tout. Matthews a paru confiant, mais il ne veut pas risquer une fausse couche ou que ça se passe mal. Alors pour l’instant, il est d’avis de garder tout ça pour eux. D’autant que l’idée que ça reste leur secret, pour le moment, plait assez au mafieux. Et pourtant, il est fier de l’avoir à son bras, rayonnant de bonheur en la regardant, parce que lui sait, contrairement aux autres clients du Café Bleu, où ils ont décidé d’aller diner maintenant qu’elle est mieux. Finn le proclamerait bien à la face du monde, mais ça attendra. Bientôt ça se verra, de toute façon, et il sera encore plus fier.

Finalement, ce n’est donc bien que le lendemain matin, vers midi, qu’il débarque au Cohan, où se tient une conversation particulièrement nourrie autour de Guinness déjà bien entamées. « Et alors, mon vieux, je l’ai vu l’embrasser, un vrai petit couple, très mignon. » Ca ricane. « Tu es sûr que c’était Rafa ? Ou on nous l’a changé, le second ? » Un autre : « Mais il a une copine, Rafa, c’est nouveau ça ? » Et les explications de repartir de plus belle : « Ah pour sûr, ça change ! Il avait presque l’air de bonne humeur ! Enfin bref, je pensais pas à mal, moi. C’est quand même pas un mystère qu’on l’a vu pas mal de fois avec des filles différentes, même Flo’ peut en témoigner. En tout cas, je pensais pas à mal, moi, mais je me suis demandé si j’allais pas prendre une baffe. Mais non. Finalement il m’a juste envoyé bouler et il s’est tiré avec elle. Si j’avais pas compris le message, c’était clair quand je l’ai vu l’embrasser. La gaffe, putain ! » Et ça se marre et ça cancane dans tous les coins : « Non mais Walt, tu t’attendais à quoi, aussi, en disant ça… »


Les gars en sont là quand le patron passe la tête dans le bar en sifflotant, et les murmures nourris s’arrêtent d’un coup. Rafa, c’est moi, a proclamé le patron plus d’une fois, alors on n’oserait pas baver sur le compte du second en sa présence, ce serait déloyal. Manque de chance pour eux, Finn en est resté aux commentaires sur le malaise de Eve et il se figure, agacé, que c’est sur sa compagne qu’on crache. « Eh ben alors, c’est encore le spectacle ? Vous vous êtes pas remis du malaise de Eve ? Je croyais avoir été clair, pourtant, non ? Alors ? » Ca hésite, et Callahan se demande s’il ne va pas claquer le museau de tout ce beau monde. Finalement, c’est Sean, qui peine à se remettre de la mésaventure de Walt, qui se met à raconter celle-ci : « Faites excuses, patron, c’est pas ça…c’est juste que Walt a failli traiter la copine de Rafa – je sais pas si vous la connaissez, une blonde – de pute, alors… » Il y a un moment de flottement où l’acteur peine à comprendre ce qu’il se passe, et puis Sean poursuit et la lumière se fait. Mort de rire, le patron commente : « Putain, mais les gars, le tact, c’est vraiment pas votre fort, hein ! » C’est l’hôpital qui se fout de la charité quand on le connait, mais vraiment, il ne les trouve pas bien malins. « Alors il souriait, hein ? Bon, bah tu lui diras de monter dans mon bureau, Sean, fissa, s’il passe. » A vrai dire, Callahan est très intéressé à l’idée que Rafa lui raconte sa journée, qu’il a manifestement passé avec Robin, et c’est en riant, de bonne humeur, qu’il gagne son bureau. Une idée lui est venue, qui le fait marrer d’avance et satisfait son sens du théâtre ; il n’y a plus qu’à l’exécuter. Au point qu’il en oublie une question bien précise qu’il voulait poser à Walt…

Quand Rafa passe finalement la porte de son bureau, Finnegan l’attend donc de pied ferme, arborant sa tête des mauvais jours : « Tiens, te voilà, toi. Faut qu’on cause. » On pourrait croire qu’il fait vraiment la gueule, dans son nuage de tabac, et qu’il tire sa mine des mauvais jours, ceux où les sentences tombent et où il exécute les punitions. « Les gars m’ont dit que tu t’étais offert une balade dans Kilburn au lieu de venir, hier ? J’ai jamais réussi à te joindre, je voulais te dire que je restais un peu avec Eve…elle va bien, d’ailleurs, si ça t’intéresse ! » Tellement mieux qu'elle en est redevenue elle même, l'engueulant parce qu'il s'attardait à l'observer, aussi inquiet qu'émerveillé, alors qu'ils venaient de se coucher. Ca a fait rire Finn plus que ça ne l'a gêné, et il n'a répondu que par une provocation de plus en lui demandant ce qui la dérangeait dans le fait qu'il la regarde, parce qu'il l'aime. Finalement, l'incident s'est résolu en provocations, puis en taquineries, et enfin sur l'oreiller.

Pour en revenir à Rafa, son second parait se décomposer peu à peu, jusqu’à ce que l’acteur se lève et déclare : « Mais, allez, je rigole, gamin, et toi tu marches ! » Un rire sauvage et une grande tape sur l’épaule suivent. C’est peu dire qu’il est très content de son coup, qui n’est qu’une blague, réponse aux inquiétudes que lui cause Rafa et à vengeance gamine liée à son insolence. Ca lui permet aussi d’annoncer avec un grand sourire, d’un coup : « Elle est enceinte, Rafa. Matthews nous a dit ça quand il est passé la voir. C’est à cause de ça, le malaise. Je suis content, vraiment content, tu peux pas savoir à quel point. » Non, Rafa ne peut pas connaitre ça, pour le moment du moins – peut-être que ça arrivera un jour, au train où vont les choses avec Robin, cela dit.

Sans transition, Callahan reprend : « Bon, allez, amène-toi, on mange. Après tu vas m’accompagner voir où on peut acheter des trucs pour les gosses. Je prendrais peut-être pas tout aujourd’hui, mais je voudrais regarder les berceaux, au moins. Liam, tu montes deux shepperd’s pies, tu veux ? Ouais, avec deux Guinness, ce sera bien. Et toi, pendant ce temps-là, raconte-moi donc comment ça s’est passé, ton tour à Kilburn avec Robin. Elle va bien, d’ailleurs ? » Il a dit tout cela dans un même mouvement en commandant les plats par la porte et en la refermant immédiatement, se souciant peu, comme à son habitude, d’être suivi ou non. « Faut qu’on trinque, futur parrain. Je suis à deux doigts de te proposer de faire péter le champagne, tu sais. » D’habitude, c’est réservé aux casses réussis, mais eh, n’est-ce pas le casse du siècle, là, justement ?
(C) CANTARELLA.

_________________
A questionof gravity and light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 226
Humeur :
Révélations + Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Révélations + Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Révélations + Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Révélations + Rafa   Révélations + Rafa Icon_minitimeVen 25 Nov - 14:01

RévélationsFinn & Rafa

Il a bien fallu que Robin parte, au bout d’un moment, et regagne le côté sorcier. Rafael l’a raccompagnée jusqu’au Chaudron Baveur, et puis il s’en est retourné vers Kilburn avec une étrange mélancolie sur les épaules. Ils ont pourtant convenu de se revoir très vite, mais tout semble vide sans la jolie blonde. Ce n’est qu’en entrant au Cohan que Rafa a repris contact, un peu abruptement, avec la réalité. À son entrée, les gars présents ont interrompu leurs conversations d’une manière fort peu naturelle, et aucun n’a daigné lui expliquer ce qui se passait ; toujours dans sa rêverie un peu triste, Rafa a écouté distraitement les informations de Liam, et c’est Florence, finalement, qui l’a mis au courant en le prenant à part pour lui tirer les vers du nez.

-Alors, c’est vrai ce qu’on raconte ? Tu l’as amenée à Kilburn ? Y en a qui vous ont vus. C’est de ça qu’ils parlaient, ces idiots.

La rousse lui soutire quelques bribes de son histoire, et il y gagne un baiser sur le front, le plus chaste que Florence lui ait jamais donné. “Faut que je me tienne à carreau, maintenant !” rit-elle en lui administrant malgré tout une tape sur les fesses lorsqu’il la quitte pour aller rejoindre le patron à l’étage. Liam lui a en effet fait signe, avec insistance, d’écourter sa conversation avec la rousse et de monter fissa ; il y a des priorités, et Florence sait aussi bien que lui que Finn n’aime pas qu’on le fasse attendre.

Et, de toute évidence, à en juger par la tronche qu’il fait en voyant entrer son second, le patron a déjà trop attendu. Rafa, que l’on ne saurait pourtant taxer de couardise, blêmit en le découvrant assis dans son fauteuil, empli d’un calme froid, pareil à un procureur. Il y a du Tony Montenza dans le regard qu’il pose sur O’Riordan, de sorte que Rafa, qui pratique l’animal depuis des années, ne peut se tromper : ça pue, et pas qu’un peu. C’est la tronche des mauvais, des très mauvais jours, et c’est lui, Rafa, qui en est la cause. Le préambule ne laisse aucun doute à ce sujet. Les choses se remettent dans l’ordre dans l’esprit du second, très vite. Le malaise d’Eve, trente-six heures auparavant, la nuit blanche, Robin, le coup de téléphone qu’il devait passer pour prendre des nouvelles, et cet accueil glacial qui est, somme toute, logique. Pas du genre à se chercher des excuses, mais pas vraiment flambard, il s’empresse de reconnaître ses torts :

-Je suis désolé, patron, j’ai oublié… j’comprends que vous soyez furax, j’aurais dû…

Il n'achève pas. Le patron s'est levé, en silence. Certain que cette fois, il va en prendre une, Rafa ne bouge pas d’un demi-centimètre pour autant, fidèle à sa ligne de conduite, qui est d’accepter les punitions d’aussi bonne grâce que les récompenses. Il ne sera pas dit qu’il aura tenté de se soustraire à la colère du patron. Mais quand la main de Callahan se lève, c’est seulement pour lui asséner une grande tape, et puis pour le prendre aux épaules et le secouer un peu, dans un grand éclat de rire. Les mots qu’il prononce tardent à faire sens dans l’esprit de Rafa. Enceinte ? Mais non, c’est impossible, Robin n’est pas enceinte. Il lui faut un instant pour se rendre compte que tout le monde ne parle pas forcément de Robin, et qu’en l’occurrence, c’est d’Eve qu’il est question. Enceinte ? Elle est enceinte, ce chameau-là ? Encore pétrifié à l’idée d’avoir mécontenté le patron, Rafael peine à digérer l’information et, chose rare, demeure silencieux quelques instants. Lorsqu’il retrouve enfin sa voix, c’est pour se plaindre, en faisant mine de se masser la poitrine :

-Bordel, patron, faut pas me faire des trouilles pareilles. Un jour vous aurez ma mort sur la conscience, vous le savez, ça ?

Ces quelques mots ont le pouvoir inattendu de débloquer la situation, et O’Riordan redevient immédiatement lui-même. À son tour de flanquer une tape magistrale dans le dos du patron, en commentant, gouailleur :

-Eh ben, félicitations… encore que je sais pas si c’est le bon mot, hein, vous deviez faire attention, et voilà ce que ça donne… On peut vous faire confiance, tiens !

Le patron ne se formalise même pas de ces moqueries. Il commande le déjeuner, regagne sa place, manifestement trop heureux pour tenir en place. Rafa s’autorise un instant de sérieux, le temps d’une accolade, durant laquelle il murmure un “je suis content pour vous” à peine audible à l’oreille du patron, et puis il reprend son rôle de sale gosse :

-Eh, vous en avez de bonnes, vous. Vous croyez vraiment que c’est la peine d’aller acheter des berceaux aujourd’hui ? Vous savez que ça le fera pas venir plus vite, votre môme ?

Il se marre, sans oublier de gamberger pour autant. C’est une sacrée nouvelle, ce gamin. Ça va changer beaucoup de choses, songe-t-il. Ils sont une vraie famille, maintenant. Ce que ça peut être guimauve, dit comme ça… Heureusement, Finn le distrait de ses pensées en lui parlant de Robin.

-C’est cet andouille de Leach qui vous l’a dit ? demande Rafa un peu brusquement, comme si Walt était la seule personne de Kilburn à les avoir vus.

Il tergiverse un peu, le temps de chercher son paquet de cigarettes, d’en allumer une, avec une lenteur exagérée, et puis, très gêné, sans regarder Callahan, il souffle, d’une voix d’agonisant :


-On… on a passé la journée ensemble. On a beaucoup parlé. Elle sait tout, et elle est pas partie. J’suis content, patron, je pensais pas qu’on pouvait être content à ce point.

Heureux serait un mot plus approprié, mais les confidences qu’il vient de faire sont déjà bien assez indécentes sans y ajouter un pareil terme, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Révélations + Rafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Panic Station + Rafa
» Papotages & Révélations. {Achevé}
» Match retour + Rafa
» Mouvance de l'existence - Rafa
» Quand le chat n'est pas là - Rafa
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-