AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Ven 22 Mai - 13:13

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Tout était en ordre, comme toujours. Tout devait être parfaitement en ordre, tout devait être parfait. Seth ne supportait pas quand les choses n’étaient pas à leur place, que cela soit chez lui ou dans son bureau au ministère de la magie. Malheureusement, concernant le ministère, il ne pouvait pas toujours tout contrôler. Parce qu’il y avait ces autres personnes, ces variables qu’il ne pouvait pas avoir sous son contrôle. Quand il arrivait donc le matin au ministère, il ne pouvait pas s’empêcher d’aller directement dans son bureau pour vérifier que tout était en ordre. Le moindre détail passait au peigne fin. Cela résultait d’un certain problème psychologique, mais ce n’était vraiment pas grand-chose quand on le connaissait vraiment. Seth avait passé depuis longtemps le stade de la maniaquerie, c’était devenu un réelle trouble du comportement. Mais c’était loin de le déranger, du moins quand personne n’était venu lui prendre quelque chose dans ses affaires. Et ce n’était pas le cas ce matin-là, Seth se permettait de croire à une bonne journée. Pour le moment, il était de bonne humeur, du moins autant qu’il pouvait l’être d’une manière générale.

Le jeune homme s’installa sur sa chaise, ne prêtant pas garde aux personnes qui se trouvaient autour de lui. Il était concentré sur son travail, simplement son travail. S’il avait pu faire une carrière en solitaire, il l’aurait fait sans souci. Sauf qu’un enquêteur privé n’était pas aussi bien qu’un Auror et il fallait savoir travailler en équipe quand on était membre de ce bureau. Il le faisait, quand c’était nécessaire, quand il n’avait pas le choix. Pour l’heure, il n’avait besoin de personne d’autre pour remplir son rapport concernant une affaire qui avait pris fin la veille. Une toute petite affaire, qui n’avait pas grand intérêt. Qui n’en avait pas pour le jeune homme en tout cas, alors qu’il y avait des choses plus intéressantes dans les affaires des Aurors en ce moment. Ce combat contre les mages noirs par exemple. Seth devait bien avouer que cela l’intéressait bien plus, même s’il ne pouvait pas vraiment juger ces personnes, même si c’était son travail de les arrêter et qu’il avait bien l’intention (pour le moment) de le faire. Il espérait bien obtenir bientôt une affaire qui l’intéresserait bien plus, il espérait même l’obtenir de la part de Christopher d’ailleurs. Il semblait que l’homme l’ait à la bonne, pour son plus grand plaisir. Il espérait bien que ça allait lui être utile, que ça serve à quelque chose un peu.

Seth était concentré sur ce qu’il était en train d’écrire dans son dossier quand son attention fut attirée par l’approche d’une jeune femme. Pomona, une personne que Seth devait bien avouer ne pas apprécier (en même temps, on ne pouvait pas dire qu’il appréciait grand monde au final). Il leva ses yeux sur elle, la jugeant du regard sans pour autant dire quelque chose. Et puis finalement, il prononça quelque chose.

« Oui ? »

Simple et concis, il ne fallait pas vraiment attendre bien plus de sa part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Mer 27 Mai - 12:14

Elle était fatiguée. Exténuée même, il devenait de moins en moins simple de combiner toutes ses activités et d'exceller dans chacune d'entre elles (car Pomona ne laissait jamais la porte ouverte à aucune forme de médiocrité, c'est bien connu).

Le jour, elle s'investissait entièrement au département de criminologie du bureau des Aurors, afin de donner le meilleur d'elle-même. Elle savait que, sous peu, McDowell allait décidait de son intégration ou non à son équipe. Elle avait bon espoir, puisque ce dernier, malgré ses airs pince-sans-rire, se montrait bien souvent satisfait de son travail, mais elle ne voulait commettre aucun impair afin d'optimiser ses chances.

En dépit de sa maigre rémunération de stagiaire en attente d'un emploi fixe, elle s'investissait donc corps et âme dans son travail afin de ne surtout pas décevoir son mentor.

Et le soir, quand elle rentrait chez elle, ou du moins chez son oncle, le seul membre de sa famille à ne pas l'avoir reniée pour avoir décidé de garder sa pleine indépendance et de refuser les mariages qu'on avait pu vouloir lui arranger après la mort de Morgan (qu'elle n'avait pas eu davantage l'intention d'épouser par ailleurs), elle ne prenait pas le temps de se reposer, ça non.

Le soir, quand elle rentrait, elle pensait à la résistance et tentait d'organiser les choses au mieux pour lutter contre un Tom Jedusor de plus en plus redoutable et puissant... Miria était partie en laissant reposer sur ses épaules un fardeau qu'elle craignait parfois de ne pas savoir supporter.

Oui, elle avait les voyageurs, Harry, surtout, qui s'imposait comme un autre leader de leur groupe, mais par instants, elle doutait que cela suffise. Surtout après cette histoire de journal qui lui faisait redouter à chaque instant le moment de faire tomber sur leur ennemi ce piège qui pourrait bien finir par les atteindre, eux.

Alors non, le repos n'existait plus vraiment. C'était à peine si elle trouvait encore le temps d'écrire, d'ailleurs. Ses grandes ambitions ethnologiques se voyaient noyées sous des torrents de problèmes autrement plus importants à résoudre.

Elle était fatiguée, oui, mais elle ne lâchait rien, et pour cette raison, elle ne refusait jamais la moindre mission que pouvait lui confier son mentor, même quand la mission pouvait bien s'avérer déplaisante. Comme cette fois, sans doute possible.

C'était à contrecoeur mais sans broncher qu'elle s'était rendue jusqu'au bureau de Seth Beresford, qui savait lui inspirer l'inverse de la sympathie qu'elle accordait à de très rares occasions à quelques êtres humains en sous-nombre. Et l'accueil d'une froideur de glace qu'il lui réserva ne devait sûrement pas améliorer la qualité de leurs relations.


"M. McDowell m'a demandé de vous confier ceci."
fit-elle avec une froideur égale à la sienne tout en lui tendant un nouveau dossier, qui concernait le meurtre d'une certaine Nemesis Colloway, affaire qu'il avait traitée jusqu'alors, et comptait déléguer, visiblement. Elle ajouta ensuite, en réfrènant un soupir résigné. "Il veut que je vous assiste dans l'affaire."

Cette affaire serait peut-être l'occasion pour elle d'intégrer le bureau pour de bon, elle ne pouvait pas passer à côté de son opportunité, dût-elle faire avec le caractère de Beresford (en même temps, le sien n'était pas vraiment mieux).

HJ : J'ai demandé à Chris si Pommy pouvait participer à l'affaire, mais si jamais tu préfères autre chose, je peux modifier la fin de mon rp Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Dim 21 Juin - 16:21

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Seth n’aimait pas vraiment quand on venait le déranger dans son travail, quand il était tranquille dans son bureau. En même temps, on ne pouvait pas vraiment dire que l’Auror aimait grand-chose au final. D’une manière générale, on pouvait dire qu’il n’aimait surtout pas les autres humains. Forcément, la plupart de ses ennuis avaient un rapport avec les humains donc. Seth fut donc dérangé alors qu’il travaillait tranquillement, par une des stagiaires du bureau des Aurors. Elle lui apporta un dossier, de la part de Christopher McDowell. Ce dossier concernait une nouvelle affaire, enfin une affaire que McDowell s’occupait lui-même et qu’il avait visiblement envie de déléguer. Seth devait bien avouer qu’il appréciait quand on lui confiait ce genre d’affaire, surtout que là, ça concernait une affaire de meurtre qui avait fait couler beaucoup d’encre. Le jeune homme devait donc avouer que pour le coup, la visite de Pomona Fitz tombait assez bien, qu’il pouvait accepter d’être dérangé de la sorte. Sauf que son enthousiasme disparu très rapidement quand il comprit que la jeune femme allait travailler avec lui (ou pour lui puisqu’elle disait bien qu’elle devait l’assister dans l’enquête).

« Ah oui ? »

Dit-il en ouvrant le dossier que lui avait donné la stagiaire pour se plonger dedans. Il avait évidemment suivit l’histoire de loin, puisque l’affaire avait quand même fait énormément parler d’elle. Une avocate retrouvait empoisonnée dans son appartement, ce n’était quand même pas rien. Et Seth devait bien avouer que son nom l’avait poussé à s’intéresser à l’histoire. Tout comme cela avait dû intéresser McDowell. C’était surement pour cette raison que l’homme avait voulu se charger lui-même de l’enquête, mais visiblement, il n’avait plus le temps. Tant pis, ça l’arrangeait, quoi qu’il n’aimait pas vraiment le fait qu’il lui mette quelqu’un dans les pattes. Sauf que McDowell était le patron et que l’Auror ne pouvait évidemment pas aller contre un « ordre » de sa part. S’il voulait que Pomona travaille avec lui, il n’avait pas vraiment le choix. Quand est-ce que les autres allaient comprendre qu’il devait travailler seul ?

« Qu’est-ce que vous savez de l’affaire ? »

Demanda-t-il en posant le dossier sur son bureau et en faisant signe à la jeune femme de s’assoir. Puisqu’ils devaient travailler ensemble, ils allaient devoir faire des efforts (lui surtout). Tant qu’à faire, Seth avait envie de savoir où la stagiaire en était de ses connaissances sur la mort de Nemesis Colloway. Ils allaient bien devoir se mettre sur la même longueur d’onde, être au même point pour avancer ensemble. Le jeune homme se retenait clairement de dire à la jeune femme de rester dans son coin et de laisser faire les grands. Le fait qu’elle soit une femme ne l’aidait clairement pas à avoir une bonne vision des choses la concernant, en plus elle n’était qu’une stagiaire. Autant dire que Seth était remplit de préjugé à son encontre. Mais avec un peu de chance, il allait avoir quelques surprises.


(Pas de souci, au contraire, j'adore l'idée )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Mer 24 Juin - 10:30

Quand son supérieur et mentor lui avait appris avec qui elle devrait faire équipe (ou plutôt pour qui elle devait travailler, car elle doutait un peu que Seth Beresford soit véritablement au clair avec la notion-même de collaboration), elle avait considéré deux choses : en premier lieu que cela n'allait sans doute pas être une partie de plaisir, en second lieu, que c'était certainement un test, et pour le passer haut la main, il allait falloir qu'elle prenne sur elle, en espérant que le jeune homme saurait en faire de même.

En soi, elle avait le mérite d'avoir affaire à quelqu'un de très investi dans son travail, et également de très brillant. Il ne devait pas d'être dans les petits papier de McDowell à l'opération du Saint-Esprit, elle pourrait apprendre beaucoup à son contact... pour peu qu'il lui laisse apprendre.

Mais peut-être, finalement, avait-elle plus d'a priori qu'il ne le fallait. Beresford était très professionnel dans son attitude, et si cette-dernière ne témoignait pas d'un enthousiasme flagrant (lui arrivait-il d'être enthousiaste, en même temps ? Sans doute pas plus qu'elle), au moins, il ne contestait pas la décision de son supérieur.

Si Pomona n'était pas convaincu qu'ils sachent s'entendre, elle était par contre certaines que la conjugaisons de leurs deux esprits, de leurs deux intellects (vous ai-je déjà précisé que Pomona n'était pas vraiment modeste quand on en venait à parler de son potentiel et de ses capacités cognitives ?) pouvait faire des merveilles. Alors autant se concentrer sur leur travail, plutôt que sur la "possible" rivalité qui pouvait exister entre eux.


« Qu’est-ce que vous savez de l’affaire ? »


Là, Pomona savait que c'était le moment de briller et de montrer de quoi elle était capable. L'affaire, en soi, Beresford devait la connaître. La presse en avait fait ses choux gras, et au sein du bureau des Aurors, on en savait la teneur même si on ne la traitait pas.

Elle devinait donc que sa question n'était pas anodine, il attendrait sûrement d'elle plus qu'un rapport détaillé, une analyse également, et elle comptait bien, par conséquent, lui prouver qu'elle ne volait pas sa place à ses côtés, quoi qu'il puisse potentiellement en penser.

Pomona s'assit donc, comme son interlocuteur l'avait invitée à le faire, et lui répondit aussi précisément qu'elle le pouvait. Évidemment, elle avait épluché le dossier de long en large avant que de l'apporter à son "collègue".

"La victime se nomme Nemesis Colloway. 26 ans. Une avocate qui avait su se faire une réputation rapidement dans le milieu. Les discours divergent constamment quand il est question d'elle. Pour ma part, je crois reconnaître dans le caractère qu'on expose d'elle, en bien ou en mal, des traits caractéristiques propres à la perversion narcissique." Analyser l'esprit humain autant que l'affaire en elle-même, c'était une seconde nature chez elle. "On l'a retrouvée chez elle, morte empoisonnée. Les principaux suspects de l'affaire sont Lindsay et James Hopkirk, un couple marié en instance de divorce, divorce qu'elle aurait provoqué. La thèse du crime passionnel est plausible, mais incertaine. M. McDowell n'en semble pas convaincu... Et moi non plus, je dois dire. Les méthodes employées révèlent une éventuelle préméditation, mais le poison dont a été victime l'avocate appartenait à ses réserves personnelles." Elle marqua une pause, toujours soucieuse de n'omettre aucun détail. "De manière générale, elle n'avait pas que des amis, la liste des suspects potentiels est longue. Ne serait-ce que parmi ses collègues. L'un d'entre eux devait l'épouser, il y a plusieurs années de cela. De l'histoire ancienne, peut-être, mais ce peut être une piste à explorer. Et il y a une autre théorie..."

Théorie que son interlocuteur devinerait sans doute, puisqu'elle imaginait mal Seth ne pas être au courant des soupçons que leur supérieur laissait planer au dessus du frère de la victime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Ven 17 Juil - 16:09

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Quand Seth demandait à Pomona de lui exposer les faits de l’affaire, c’était bien pour voir où elle en était. Le jeune homme n’avait aucune envie de se trimballer un boulet dans cette affaire, il n’avait donc pas envie de tout apprendre à la stagiaire (même si en fait, il se doutait qu’elle en savait déjà une bonne partie). S’ils devaient travailler (et ils le devaient), ils devaient se trouver sur la même longueur d’onde. Seth aurait bien aimé pouvoir travailler seul sur cette affaire, mais il pouvait difficilement aller contre une demande de son supérieur. Il avait quand même du respect pour McDowell, il ne pouvait pas aller contre ses décisions. Même s’il aimait lire du respect dans ses yeux, alors qu’il ne le méritait pas vraiment. Le jeune homme laissa donc Pomona prendre la parole et exposer les faits. Il l’écouta en silence, parler de l’hypothèse de meurtre passionnelle concernant les Hopkirk, un couple sur le point de divorcer à cause d’une histoire de coucherie avec Nemesis Colloway. D’une manière générale, le jeune homme était assez en accord avec le discourt de Pomona, même s’il devait avouer qu’il avait été étonné en l’entendant parler de perversion narcissisme. Il ne s’était peut-être pas assez penché sur le cas de la victime elle-même, se contentant de voir les suspects. Mais il n’allait pas le lui dire, il ne fallait pas exagérer. Quand elle termina, Seth afficha un léger sourire.

« Celle qui mentionne le fait que son propre frère pourrait être à l’origine du meurtre. » C’était pas nouveau, McDowell avait une dent contre Gwendall Colloway, alors ce n’était pas vraiment étonnant qu’une théorie de ce genre tourne dans les bureaux. « Il y a bien trop de préjugé personnel dans cette théorie. »

Seth ne pouvait pas nier le fait qu’il avait du respect pour McDowell, comme il en avait pour toutes personnes qu’il trouvait digne du bureau (elles n’étaient pas nombreuses, mais elles existaient quand même). Cependant, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que leur supérieur avait surtout une dent contre l’Auror et donc que son jugement était faussé. C’était ça, quand on se laissait emporter par ses sentiments. Il ne pensait pas que cela soit vraiment le cas de McDowell, mais il était humain malgré tout. En tout cas, le concernant, il ne parvenait pas à croire que le frère aurait pu tuer la sœur et il y avait plein d’autres pistes à exploité plus intéressante.

« Elle était fiancée également, Tristan Mayfair, il a pu entendre parler de cette rumeur avec Hopkirk. »
Seth marqua une pause, il n’aimait pas spécialement réfléchir avec une autre personne, mais il devait bien avouer que Pomona était assez stimulante. « Lui ou un autre, il ne me semble pas que Mademoiselle Colloway soit une femme de grande vertu. »

Une manière polie de dire qu’elle était le genre de femme à se satisfaire des hommes et des plaisirs charnels. Elle avait eu sans doute plus d’un amant dans sa vie, autant dire que cela n’avait pas dû faire plaisir à son fiancé ou ses fiancés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Jeu 30 Juil - 12:04

« Celle qui mentionne le fait que son propre frère pourrait être à l’origine du meurtre. Il y a bien trop de préjugé personnel dans cette théorie. »
[/left]

Pomona acquiesça doucement, elle était bien d'accord, il y avait beaucoup trop préjugés personnels là-dedans. L'attitude de McDowell concernant Colloway tenait presque du harcèlement... Cela étant, il n'y a jamais de fumée sans feu, et le directeur du département de criminologie du bureau des Aurors était un fin limier, il se trompait rarement, il avait de bonnes intuitions...

Les témoignages ne jouaient pas en la défaveur de Gwendall Colloway, bien au contraire, tous ceux qu'ils avaient interrogé avaient attesté de l'attachement quasi-fusionnel qu'éprouvaient le frère et la soeur... et la mort de sa soeur semblait l'avoir ébranlé... mais qu'il ne soit pas le criminel (et elle ne pensait pas qu'il le soit) ne signifiait pas qu'il n'ait aucun rapport avec tout cela.

Le soupçon premier qui pesait sur lui était qu'il appartenait au groupe des neo-grindelwaldiens, et ce pouvait bien avoir un rapport, non ? C'était en tous cas la thèse qui avait été le moins bien exploitée, et Pomona était convaincue que c'était la piste que McDowell voulait les voir creuser. Sinon, pourquoi aurait-il remis le dossier à l'un des Aurors les plus compétents du ministère ? Il aurait sans doute choisi quelqu'un d'autre, s'il devait s'agir d'une bête affaire d'adultère.

« Elle était fiancée également, Tristan Mayfair, il a pu entendre parler de cette rumeur avec Hopkirk. »


Oui, c'est vrai, Pomona avait omis d'évoquer la piste du fiancé, peut-être parce qu'elle n'arrivait pas à la prendre entièrement au sérieux, tout comme elle n'envisageait pas que les Hopkirk puissent être coupables. En fait, elle ne parvenait tout simplement pas à croire en la thèse d'un crime passionnel. Quelque chose ne collait pas...

... Ou bien c'était seulement elle qui voulait voir quelque chose de compliqué dans ce qui, en vérité, coulait de source.

« Lui ou un autre, il ne me semble pas que Mademoiselle Colloway soit une femme de grande vertu. »


En effet. C'était bien ça le problème. Avec une liste de suspects longue comme le bras, on pouvait affirmer sans conteste que Nemesis Colloway n'avait pas que des amis, loin de là.

Ce qui lui laissait penser que se concentrer sur toute cette liste de suspects ne les mènerait nulle part. Au final, ce qui posait problème, c'était la victime. Pomona aspirait à devenir criminologue, dresser le profil de tout criminel, c'était ce en quoi elle était douée (ou dressé le profil psychologique de son entourage de manière générale, en réalité), sauf que là, ce n'était pas forcément ce qui les aiderait le plus.

"Je pense qu'il faudrait prendre le problème à l'envers et nous concentrer sur la victime. Réunir le plus d'informations possible sur elle. Elle n'était pas blanche comme neige, vous l'avez dit vous-mêmes, nous n'arriverons à rien sans la cerner complètement."
Elle marqua une légère pause. "Je pense que M. Colloway est convaincu qu'elle appartenait aux neo-grindelwaldiens."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Dim 23 Aoû - 18:39

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Seth avait parfaitement conscience que des soupçons de McDowell pour leur collègue. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il y avait trop d’intérêt personnel dans cette histoire. Cela faisait un moment que Gwendall Colloway était dans le collimateur du chef du bureau des Aurors. Cela n’étonnait donc pas Seth qu’il considère l’homme comme un suspect dans la mort de sa sœur, même si visiblement il était plus que touché par cette dernière. L’Auror ne parvenait pas à se convaincre que Gwendall puisse être responsable, mais il ne pouvait pas nier le fait qu’il avait peut-être un rapport quand même. Quand on réfléchissait un peu à l’affaire, quand on se renseignait sur la vie de Nemesis Colloway, on ne pouvait pas passer à côté du fait qu’elle avait de nombreux ennemis. Ou du moins, qu’il y avait clairement de nombreux suspects. Il suffisait de voir le nombreux de nom que les deux sorciers avaient prononcé rien qu’en ce début de conversation. Nemesis Colloway avait une vie très particulière, il y avait une longue liste de suspect. Entre sa prétendue relation avec Hopkirk, cette histoire avec le collègue qu’elle avait failli épouser avant d’être fiancée à un autre et rien que son métier, ça faisait une très longue liste. Et ce n’était pas prêt de s’arrêter si on prenait tout en compte.

Pomona avait raison (il fallait bien que Seth l’avoue, même si ce n’était pas forcément facile), quand elle affirmait qu’ils devaient se concentrer sur la victime et non pas sur les potentiels suspects. S’ils parvenaient à cerner complètement la victime, ils devraient pouvoir avancer dans l’enquête de son décès. Seth n’avait pas spécialement envie de féliciter la stagiaire, mais pour le coup elle avait quand même parfaitement raison. C’était de cette manière qu’ils devaient aborder l’enquête, même si l’Auror n’allait évidemment pas se gêner pour se renseigner sur les suspects actuels.

« Si c’est effectivement le cas… ça ne va faire que rallonger la liste des suspects. » Si Nemesis Colloway était effectivement une Néo-Grindelwaldien, elle avait sans aucun doute pu s’attirer de nombreux ennemis supplémentaires, dont ils n’avaient pas forcément connaissance. Seth devait bien avouer qu’il espérait que cette femme faisait partie des leurs, ils pourraient peut-être obtenir des informations sur ce groupe. Ils pouvaient donc être très gagnant dans l’histoire. Seth n’avait vraiment aucune pitié pour la victime de cette affaire, après tout ça ne changerait rien s’il faisait preuve de compassion pour elle. L’Auror avait simplement envie de connaitre la vérité sur sa mort, c’était largement suffisant pour faire son travail. « C’est votre truc les profils psychologique non ? » Seth n’en donnait pas l’air, mais il faisait quand même attention aux personnes qui l’entouraient. « C’est quoi celui de Colloway ? »

Seth avait eu l’occasion d’entendre ses hypothèses sur l’enquête en générale et le meurtre, il avait bien envie de voir ce qu’elle pensait de la victime en elle-même. Concrètement, l’Auror n’avait pas vraiment une bonne opinion de la sœur de son collègue, mais en même temps il n’en avait pas pour beaucoup de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Mar 8 Sep - 10:49


« Si c’est effectivement le cas… ça ne va faire que rallonger la liste des suspects. »


Pomona hocha doucement la tête. Elle ne pouvait qu'approuver cet état de fait. Si les suspicions de McDowell étaient bel et bien avérés, si la jeune femme appartenait bien au groupe des neo-grindelwaldiens, alors la liste des suspects, déjà bien grande, prenait encore plus d'ampleur.

Il pouvait y avoir les ennemis des neo-grindelwaldiens, qui décideraient d'agir dans l'ombre, il pouvait tout simplement y avoir d'autre neo, qui n'auraient pas apprécié ses méthodes ou auraient voulu la punir pour une raison ou une autre.

Plus qu'un individu comme on en fait mille, Nemesis Colloway pouvait vraiment être qualifiée de personnage, complexe, avec tant de facettes et une vie si dissolue que plusieurs personnalités paraissaient contenues en une seule. En soi, c'était un challenge. Et pour l'apprenti criminologue, une occasion unique de faire ses preuves.

Elle ne comptait pas laisser passer sa chance, d'autant que Beresford lui donnait l'opportunité de faire ses preuves, sur un plateau d'argent , c'était le moment de lui délivrer une analyse digne de ce nom.


"C’est votre truc les profils psychologique non ? C’est quoi celui de Colloway ? "


Oui, en effet, les profils psychologiques étaient son "truc". Avant même de songer à devenir criminologue (pour tout dire, elle n'y avait jamais changé, et sans Henry, elle serait sans doute à la rue, à nourri encore ses espoirs de devenir anthropologue, sans le soutien de qui que ce soit), elle avait déjà... un talent (c'était prétentieux, mais elle le pensait), au moins une passion innée pour ce genre d'analyses, en témoignait ce carnet, qu'elle noircissait à Poudlard de notes diverses et variés sur ses camarades.

Mais il y avait une différence entre cerner les adolescents qui peuplaient l'école de magie (quoique certains, comme Tom Jedusor, avaient bien su lui donner du fil à retordre) et une avocate à la vie professionnelle et sentimentale contestable, peut-être affiliée à la plus grande organisation criminelle de Grande-Bretagne.

Elle réfléchit. Elle avait bien commencé à établir un profil, dans les grandes lignes tout du moins, mais elle ne pouvait se baser que sur les quelques informations éparses qu'elle connaissait d'elle. Elle prit une grande inspiration avant de répondre, espérant ne rien omettre.

"Eh bien... L'instabilité de ses relations laisserait entendre de prime abord qu'elle est trop investie émotionnellement, qu'elle était passionnée, au point de voguer d'une relation amoureuse à l'autre.... Mais pour tout dire, je pense qu'elle aimait surtout déchaîner les passions. Hopkirk, Mayfair, O'Connell... on ne peut promettre l'amour à autant d'hommes en même temps sans être complètement honnête. Je pense que, au-delà d'eux, elle aimait le pouvoir, l'influence qu'elle avait sur eux... C'est ce qui revient le plus souvent dans les témoignages de ses collègues. Elle aimait avoir le contrôle, dans sa vie professionnelle comme dans sa vie privée. C'était une grande oratrice, elle savait comment adapter son discours à son audience... une manipulatrice, sans doute. Et je pense que l'illusion a prit un long moment. Mais si l'un de ceux qu'elle tenait sous sa coupe a pris conscience de la réalité, alors..."


Voilà ce qu'elle en pensait. La personnalité de Nemesis Colloway justifiait un nombre considérable de suspects, restait à savoir qui aurait eu le plus d'intérêt à lui nuire.


"Bien sûr, ce ne sont que des suppositions."


Maintenant, ils se devaient d'acquérir des certitudes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Sam 3 Oct - 22:25

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Seth devait bien avouer être curieux de savoir quelle analyse Pomona Fitz pouvait bien faire de Colloway sœur. L’avocate semblait être une personne plus que complexe, difficile à cerner. Même l’Auror ne savait pas vraiment s’il pourrait faire une analyse complète de la femme, du moins pas sans avoir fait quelques recherches supplémentaires. Cependant, il avait compris que Pomona aimait les analyse psychologique, alors il avait envie d’avoir son avis sur la question. Puisqu’ils allaient devoir travailler ensemble, autant qu’elle fasse sa part du travail (quand la fierté parle). Seth attendit donc qu’elle prenne la parole après un petit moment de réflexion, l’écoutant attentivement. Et autant dire que l’homme fut particulièrement impressionné du discourt de la jeune femme au sujet de la victime de leur affaire, qui n’avait vraiment pas le profil d’une victime quand on creusait un peu plus profondément. Seth trouvait l’analyse de Fitz assez juste, même s’il n’avait pas l’intention de trop le révéler. Ce n’était pas son genre de lancer des fleurs aux autres, surtout pas dans son travail. Cela faisait sans aucun doute de lui un collègue insupportable, mais il n’en avait que faire. Tout comme il n’avait que faire de ce que les autres pouvaient bien penser de lui.

« Alors, cela fait de toutes les personnes qu’elle a manipulé un suspect potentiel. »

Ajouta-t-il pour finir la phrase laissé en suspens par la jeune femme. Il était plus qu’évident que Nemesis n’était pas une sainte, comme elle avait sans doute voulu le prétendre à de nombreuses personnes. Ils allaient devoir creuser énormément pour trouver le nœud du problème, qui avait pu vouloir mettre fin à son existence. En soit, le monde se portait sans doute bien mieux sans Nemesis Colloway, mais ce n’était pas la question du moment. Seth n’en avait que faire de savoir ce que cette femme avait bien pu faire dans le passé, il voulait simplement trouver le coupable de son meurtre. C’était une sorte de fierté personnelle. Parce que concrètement, l’homme n’avait pas vraiment le droit de se montrer dur avec les coupables qu’il envoyé à Azkaban, il n’était vraiment pas mieux. Mais il aimait son travail et son travail actuel était d’arrêter l’assassin de l’avocate.

« Nous allons avoir du pain sur la planche alors. »

Un léger sourire s’afficha sur son visage (il n’était pas non plus du genre à afficher de grand sourire franc). Même s’ils allaient traiter d’une affaire compliquée et qu’ils étaient en présence d’un drame, Seth était assez heureux de devoir travailler sur cette affaire. Il l’aurait été sans doute plus s’il avait eu la possibilité de travailler tout seul, mais malheureusement il n’avait pas le choix. Quoi qu’au fond, s’il devait arrêter de faire preuve de sa mauvaise foi légendaire, l’Auror devait bien avouer qu’il aurait quand même pu tomber sur bien pire. Et au vu de l’affaire et du temps qu’elle allait demander (il suffisait de voir la liste des suspects augmenter à chaque fois qu’ils avançaient dans la discussion pour le comprendre), ils allaient devoir passer beaucoup de temps ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Jeu 8 Oct - 11:41


Il était toujours impressionnant de révéler ses analyses à des professionnels. Pomona en éprouvait toujours une certaine pression. Pas autant que lorsqu'elle devait faire part de ses réflexions à McDowell, il est vrai, mais Pomona respectait tout de même grandement le travail de Seth Beresford, et si ses collègues n'exagéraient rien en le qualifiant de désagréable, ça lui était assez égal. Elle ne demandait pas à travailler avec des amis (en même temps, les amis de Pomona se comptaient sur... non, ne se comptait pas. Miyria, sa seule amie jusqu'alors, ne lui donnait plus de nouvelles. L'était-elle encore, du coup ?), elle demandait à travailler avec des gens compétents. Et Seth Beresford était un excellent Auror.

Elle avait confiance dans son travail, elle avait même trop de confiance en elle, et elle voulait croire porter sur autrui, la psychologie criminelle, un regard certain et éclairé. Mais cela n'empêchait pas que l'opinion de son interlocuteur avait de l'importance, et qu'elle n'était pas peu fier de le voir approuver son "diagnostic". Ou plutôt de le voir ne pas le contester, ce qui lui semblait revenir au même.


« Alors, cela fait de toutes les personnes qu’elle a manipulé un suspect potentiel. »

Pomona approuva d'un signe de la tête. Ce n'était pas vraiment engageant en soi, car la liste des suspects, si l'on devait élargir la liste à tous ses clients, amants, amis, collègues... autant dire qu'ils auraient tôt fait d'interroger un nombre conséquent de suspects... Mais il ne fallait ignorer aucune piste, et Pomona était motivée.

Elle réalisait bien que c'était son occasion. Celle qui lui permettrait d'être un employé à part entière de ce bureau. Et elle ne comptait pas la manquer.



« Nous allons avoir du pain sur la planche alors. »

Le sourire qui s'afficha sur le visage de Seth, même léger, fut encourageant, Pomona n'était pas sûre de l'avoir vu sourire un jour auparavant, tous les deux avait l'air de partager la même propension à limiter le mouvement de leurs lèvres à une expression neutre qu'ils n'abandonnaient presque jamais.

La perspective du travail à abattre ne l'impressionnait pas, tout au contraire, et c'était son cas à elle aussi. L'ambiance entre eux ne serait peut-être pas la plus idyllique, mais Pomona avait la sensation que leur collaboration pourrait être efficace. Leurs manières d'être n'étaient pas bien différentes, après tout.

"Ça ne me fait pas peur."
répondit-elle très sincèrement et volontaire. "Le plus simple, je pense, est de nous baser sur son carnet d'adresse et son agenda. Je peux enquêter auprès de ses collègues de travail, pour commencer." suggéra-t-elle, ne sachant pas si faire preuve à ce point d'initiatives serait bien perçu par son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Sam 31 Oct - 20:08

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
La masse de travail était énorme oui, mais Seth appréciait l’idée de tout ce travail. Quand il s’était lancé dans la carrière d’Auror, ce n’était pas pour ne rien faire de ses journées, bien au contraire. Il se donnait à fond dans son travail, parce qu’il l’aimait même si une part de son caractère était assez contradictoire avec ce dernier. Seth n’avait donc pas peur de toutes ces heures de travail qui l’attendait rien que pour l’affaire du meurtre de Nemesis Colloway et il appréciait d’apprendre que ce n’était pas non plus le cas de Pomona. Le jeune homme devait bien avouer qu’il était de plus en plus impressionné par la stagiaire qui se trouvait devant lui. Son regard perçant ne la quittait pas alors qu’elle affirmait qu’elle n’avait pas peur. Bien, parce qu’ils n’allaient pas devoir chômer prochainement. Seth était du genre à travailler en solo, ne se montrant pas agréable avec ses collègues (avec personne en réalité), mais il devait reconnaitre que c’était infaisable de travailler sur cette affaire seul. Et Pomona n’était, finalement, pas le pire des coéquipiers. En tout cas, elle avait vraiment l’air motivée et l’analyse qu’elle avait faite plus tôt était vraiment impressionnante (même si encore une fois, il gardait cela pour lui). Et elle ne manquait vraiment pas de volonté, au vu de cette manière qu’elle avait d’imposer des initiatives. Seth resta un instant interloqué par la manière dont elle lui affirma qu’elle s’occuperait des collègues de la femme, elle ne manquait pas de culot. Il l’aurait sans doute mal pris, venant d’une autre personne, mais pour le coup il restait simplement impressionné. Elle n’était qu’une stagiaire, mais elle avait plus de volonté que nombreux de ses collègues Auror confirmé.

« D’accord. » Se contenta-t-il de répondre du coup, ne lâchant toujours pas des yeux Pomona. « On a beaucoup trop de personne à voir pour le faire ensemble, c’est mieux de se séparer du coup. Je vais enquêter sur ses amants.» Et donc, il lui faisait confiance pour faire sa part du travail correctement. Il n’avait pas tellement le choix de toute façon, puisqu’ils travaillaient à deux sur l’enquête. Mais quelque chose lui disait que Pomona serait bien plus efficace que d’autres collègues qu’il aurait pu avoir dans les pattes. « Mais je veux un rapport complet sur toutes les personnes qu’elle a côtoyé. »

Ce n’était pas parce qu’il acceptait de faire en partie confiance à Pomona, qu’il allait prendre trop de risque concernant son image et sa carrière. Cette enquête devait être résolue, ils ne devaient donc négliger aucune piste. Il espérait bien que la stagiaire allait se rendre compte du poids qui se trouvait à présent sur ses épaules. Seth n’était pas le genre de personne à accepter une erreur de ses collègues en plus, il n’allait pas traiter différemment Pomona. Il était important qu’ils trouvent des résultats, afin de pouvoir enfin classer cette affaire, qui avait fait bien trop parler d’elle aux yeux de Seth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Jeu 5 Nov - 12:47


« D’accord. »


Pomona n'en montra rien, mais elle était satisfaite que son esprit d'initiative soit approuvé et non mal jugé. Elle ne savait trop sur quel pied danser avec son interlocuteur.

Il lui inspirait beaucoup de respect et d'admiration, et en même temps, cette froideur pourtant similaire à la sienne n'était pas forcément engageante.

Quoi qu'il en soit, son sentiment personnel pour son collègue (ou futur collègue, pour peu qu'elle ne soit pas encore considérée comme une employée) n'avait pas à entrer en ligne de compte, elle n'avait de toute manière qu'intérêt à voir les choses évoluer dans son sens à elle. Elle voulait être considérée comme une Auror à part entière de ce bureau. Et il était donc nécessaire qu'elle fasse bonne impression. Autant que possible.

Et elle avait le sentiment que c'était bien le cas. Son interlocuteur prenait en compte ses suggestions, et il envisageait apparemment d'agir en fonction.



« On a beaucoup trop de personne à voir pour le faire ensemble, c’est mieux de se séparer du coup. Je vais enquêter sur ses amants.»


C'était bel et bien ce que Pomona avait à l'esprit également de son côté. Il ne servait à rien qu'ils empiètent sur le travail l'un de l'autre. Ils seraient bien plus rapides et efficaces s'ils se divisaient le travail.

Pomona était satisfaite de cette décision, d'autant plus qu'elle allait vraiment agir de son propre chef. Si elle parvenait à des résultats probants avec son enquête, elle se déroulerait peut-être le tapis rouge jusqu'à un poste régulier d'Auror. Sans compter que, même si elle s'étonnait de savoir travailler en plutôt bonne entente avec Seth Beresford (ce qui était bien sûr à relativiser), elle était quand même une solitaire dans l'âme, et disposer de sa liberté d'action.

« Mais je veux un rapport complet sur toutes les personnes qu’elle a côtoyé. »


Pomona hocha la tête. Pour elle, ça allait de soi, et les rapports détaillés contenant les profils psychologique et général des suspects, c'était un peu son rayon, et c'était un exercice qu'elle pensait bien faire (en même temps, Pomona, qui n'était pas très humble, considérait qu'elle faisait toujours tout très bien, et plus encore quand il s'agissait de son travail).


"Ce sera fait."
affirma-t-elle sans crainte de trop s'avancer. "Je m'occuperai de ses collègues de travail. Je vous donnerai tous les détails de mon enquête au fur et à mesure."

Et la jeune femme comptait bien être aussi efficace qu'elle l'avançait son discours, parce qu'elle avait des choses à prouver et à se prouver. Pour McDowell, qui lui avait accordé sa confiance et auquel elle voulait montrer qu'elle était à la hauteur, pour elle-même, qui ne se voyait pas essuyer un échec, et pour Beresford, aussi, qui savait forcer son admiration sous ses airs revêches.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 512
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Dim 29 Nov - 22:10

Seth & Pomona
Les relations de travail ne sont pas les plus simples.
Cela ne servait à rien en effet qu’ils travaillent l’un sur l’autre, alors qu’ils avaient énormément de pain sur la planche. Le mieux étaient qu’ils travaillent chacun de leur côté, avant de confronter leurs résultats. C’était le mieux pour qu’ils puissent songer à avancer un peu, au vu de la masse de travaille qu’ils avaient à faire. Seth ne savait pas vraiment s’il pouvait faire entièrement confiance à Pomona, après tout elle n’était qu’une stagiaire, mais en même temps elle avait fait preuve d’une grande réflexion en analysant le comportement de Nemesis Colloway. Elle pouvait sans doute s’en sortir mieux que d’autres membres du bureau des Aurors. De toute façon, il avait l’intention de contrôler toutes les notes de la jeune femme. Il pouvait accepter de travailler avec elle (ou du moins la faire travailler pour lui), parce que McDowell ne lui laissait pas le choix, mais il ne fallait pas trop lui en demander non plus. Il avait l’intention de résoudre cette affaire, il était hors de question que les choses se passent mal à cause d’une novice. C’était déjà énorme qu’il lui fasse suffisamment confiance pour la laisser faire une partie du travail.

Quand il lui demanda donc de lui donner un rapport complet sur chaque personne qu’elle rencontrait, en rapport avec Nemesis Colloway, Pomona acquiesça d’une manière qui – il fallait bien l’avouer – plaisait à Seth. Parce qu’elle ne faisait preuve d’une grande confiance et qu’il appréciait de voir sa motivation. Le jeune homme avait donc envie de croire que Fitz n’allait pas lui faire fond bon sur ce sujet. En même temps, elle avait tout à y gagner également à faire correctement son travail. Elle n’était qu’une stagiaire et parvenir à faire avancer grandement l’enquête sur la mort de Colloway, elle pourrait donc montrer de quoi elle était capable. Même si à choisir, l’Auror aurait vraiment aimé se contenter de travailler seul sur ce sujet.

« D’accord… je comptes sur toi. »

Il le disait d’une manière permettant à Pomona de comprendre qu’il ne tolérait surtout pas une autre marge de manœuvre de la part de la jeune femme. Il comptait sur elle oui, en un sens il attendait qu’elle se montre exemplaire et qu’elle ne le déçoive pas. Parce qu’il était hors de question que le jeune homme paie les conséquences de l’inefficacité d’une autre personne. Seth mettait un mot d’ordre à toujours se montrer exemplaire dans son travail (même s’il était loin d’être un Auror digne de ce nom à la base), il ne voulait pas que les choses dérapent à cause de l’erreur d’une tierce personne. Ce n’était pas pour rien qu’il n’aimait pas travailler avec quelqu’un d’autre.

« Tu peux disposer, on s’est tout dit. »

Et ce n’était pas parce qu’ils se retrouvaient à collaborer que le jeune homme allait se montrer aimable avec Pomona, même s’il devait bien avouer qu’elle avait certaines qualités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1364
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')   Mer 9 Déc - 11:37



« D’accord… je comptes sur toi. »

Pomona se sentait à la fois satisfaite et fière, même s'il ne s'agissait que de quelques mots. Elle éprouvait un certain plaisir à l'idée d'être lancée dans une enquête aussi épineuse, et qui avait fait si grand bruit, et elle était encore plus satisfaite de sentir qu'on lui faisait suffisamment confiance pour lui laisser une grande liberté d'action et mener son investigation sur le terrain sans être pour autant chaperonnée.

C'était important pour elle d'obtenir non pas l'estime mais au moins un certain égard de la part de ses collègues. Elle ne dépendait pas du regard des autres, mais elle détestait par dessus tout décevoir. Alors sentir au moins un peu de confiance de la part de l'un de ses collègues, et parmi ceux qu'elle estimait le plus, au passage, cela signifiait vraiment beaucoup pour elle.

Ne restait plus dorénavant qu'à se montrer à la hauteur, et à prouver qu'elle méritait la confiance qu'on lui adressait. S'ils parvenaient à résoudre cette affaire une bonne fois pour toutes, cela pourrait lui donner une voie d'accès en or au bureau des Aurors.

Voilà longtemps qu'elle ne se leurrait plus à ce sujet, en effet, elle était entrée dans ce bureau, elle ne voulait plus le quitter. Elle comprenait de mieux en mieux ce que beaucoup affirmaient au sujet du métier d'Auror. Une fois qu'on mettait un pied dans ce milieu, il était difficile d'en sortir.

« Tu peux disposer, on s’est tout dit. »


Pomona hocha la tête. En effet, le principal avait été dit, parler plus longuement ne serait qu'entrer dans une série de tergiversations sans intérêt et sans fondements. Le principal, pour le moment, c'était de progresser enfin dans cette enquête qui prenait l'eau et qui ne savait s'élucider.

Il était donc grand temps de rassembler autant d'énergie que de conviction à la tâche. Ils n'avaient pas le temps de prendre le thé.

"Très bien. Je vous tiens au courant."

Elle adressa à son interlocuteur l'un de ses rares fins sourires et s'abstint d'ajouter quoi que ce soit d'autre. Ce n'était pas la peine. N'importe quel mot ajouté à ce stade aurait été d'un usage superflu.

Alors sans rien ajouter de plus, elle quitta le bureau de Seth pour retourner au sien (si tant est que son cagibi puisse être qualifié de bureau). Elle avait du pain sur la planche, elle comptait bien interroger tous ceux avec lesquels Nemesis Colloway avait pu travailler, et cela comprenant aussi bien ses collègues que ses clients, la liste à éplucher était longue.

Mais Pomona préférait cet océan de possibilités à un marasme d'incertitudes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les relations de travail ne sont pas les plus simples (Pom')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Terminé - Une matinée familiale ? Keuf keuf [Yong Jae]
» Les relations sont un miroir où l'on se découvre soi-même
» AARON?Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même
» Pourquoi les Paysans haitiens sont-ils si pauvres?
» " Les composantes de la société ne sont pas les êtres humains mais les relations qui existent entre eux " Si vous l'dites...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-