AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Jeux en promotion pour Nintendo Switch : -50%
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Écouteurs sans Fil Dudios Tic Bluetooth à 9,99€
9.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1272
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeMar 28 Avr - 19:45


Bon... Là... Cette fois... Définitivement, c'était trop. Clyde estimait être de bonne constitution, pourtant. La preuve, il avait toujours supporté les crises de nerfs et les crises existentielles de Bonnie sans lever le sourcil. Tout ce qu'il demandait pour être heureux, c'est qu'on lui laisse profiter tranquillement du confort de son canapé et qu'on le laisse somnoler quand il avait envie de somnoler, procrastiner quand il estimait qu'il était temps de procrastiner (c'est-à-dire tout le temps, ne nous le cachons pas). Oui, Clyde était, selon lui (donc ça n'engageait personne d'autre et c'était bien le problème), une bonne pâte, alors il estimait ne vraiment pas mériter le sort qui s'acharnait sur lui.

OK, OK, il savait que Bonnie n'y était pour rien (enfin, tout était relatif quand même en l'occurrence), mais il avait bien du mal à ne pas lui en vouloir quand le petit Eddy se mettait à brailler au beau milieu de la nuit (ou au beau milieu de la journée, peu importe - quand Clyde dormait quoi), inconsolable. Merlin ! Il savait déjà avant tout ça qu'il détestait les gosses, mais là c'était clairement confirmé. Le jeune homme ne supportait définitivement plus de cohabiter avec ce petit gnome insolent qu'il ne parvenait pas à respecter le sommeil des gens. Il avait besoin de prendre de la distance. Après tout, ce gamin, ce n'était pas le sien, il n'avait pas la moindre intention de s'en occuper ou de commencer à le considérer comme son propre fils.

Bref, Clyde n'en pouvait plus, il était juste littéralement épuisé, et il n'était plus question de rester une seconde de plus sous le même toit que ce mini-humain qui lui en faisait voir des vertes et des pas mûres constamment et avait définitivement raison de sa patience et de son sang froid autrement légendaire, cela va sans dire. Il avait donc pris une décision radicale, même si, en toute bonne foi, il ne l'envisageait que temporaire : il se cassait, point à la ligne.

Il avait amassé quelques affaires dans un sac à dos et était parti sans se retourner, sans même chercher à prévenir Bonnie. Maintenant, il fallait encore qu'il sache où aller. Chez Flynn, c'était tentant. Le problème, c'était pas Caelan, c'était le fait qu'il y aurait potentiellement deux ados chez eux, et il n'abandonnait pas un mioche pour en supporter d'autres, même plus âgés. Alors il avait pensé à Steve. Lui aussi vivait en couple, certes, mais au moins, ils avaient pas de gosses. Alors il avait transplané devant leur porte et frappait maintenant allègrement, bien décidé à trouver un endroit où crécher en urgence.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Steve R. Johnson
▌ Messages : 378
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Pénélope

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de houx et plume de phénix, idéale pour les métamorphoses (il paraît, mais je suis une bille en métamorphose donc j'ai des doutes)
Camp: Bien
Avatar: Adam Brody

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeLun 4 Mai - 8:35


Je ne sais pas exactement ce que je pensais que serait ma vie à l'âge (canonique) que j'ai atteint. Je pense que je ne l'aurais pas imaginée comme ça. Pas parce que je n'en aurais pas eu envie, mais parce que je crois que j'aurais imaginé que je n'en aurais été pas été capable. Trop immature, un truc du genre. Moi, installé ? Moi, avec un travail stable, à me lever tous les matins pour aller travailler... et sans me plaindre. Moi, fiancé ? Eh bien oui, oui et oui, et je suis heureux, surtout. Comme quoi, ceux qui disent qu'on évolue sacrément une fois qu'on a quitté Poudlard ne racontent pas de conneries. Je me rends bien compte du fait que j'ai beaucoup évolué, beaucoup mûri. Je pense pas être quelqu'un de différent, non, mais je suis... une meilleure version de moi-même, je dirais, et j'en suis fier, je ne vais pas vous mentir.

Je suis donc tranquillement chez moi (chez moi pour le moment, je songe de plus en plus que l'étape suivante, quand j'aurais mis suffisamment d'argent de côté, sera d'acheter... une maison peut-être ? Oui, j'ai de vrais projets, refermez vos mâchoires avant de gober des mouches), quand j'entends frapper à la porte. J'adresse un regard intrigué à Pénélope, mais je crois qu'elle n'a pas plus d'idée que moi de qui peut bien se trouver sur notre palier. Bon... Je vais ouvrir, on verra bien. J'ai un peu plus de sympathie pour les vendeurs au porte-à-porte depuis que moi-même je suis vendeur et subit la mauvaise humeur de mes clients à longueur de temps, donc si c'en est un, je prendrais des gants pour le rembarrer.

Mais non, j'ouvre, et j'affiche un grand sourire en voyant qui se trouve de l'autre côté. Alors, celle-là, je m'y attendais pas, mais ça me fait plaisir. Même si c'est plus tous les jours qu'on a l'occasion de se voir, Clyde reste l'un de mes meilleurs amis, et si je ne l'imaginais pas du genre à faire des visites à l'improviste. Encore moins maintenant que... bah, il a de nouvelles priorités, enfin je suppose.

-Clyde ? Qu'est-ce que tu fais là ? Entre.


J'espère tout de même que sa visite est amicale et qu'il n'a pas de problèmes. Même si, évidemment, je n'hésiterai pas à l'aider s'il en a besoin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pénélope Brett
▌ Messages : 371
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue75 / 10075 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Steve Johnson

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25cm, bois de saule, crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Aimee Teegarden

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeDim 12 Juil - 18:57

La paresse nous réduit en parasite
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Pénélope n’avait pas à se plaindre, dernièrement, il était clair que sa vie avait une allure parfaite. Cela faisait même un moment que c’était déjà le cas. Depuis que Steve était dans sa vie, au final. Il la rendait plus heureuse qu’elle ne l’avait jamais été, et il réussissait toujours à surenchérir en plus de cela. Sa dernière trouvaille avait été de lui demander de l’épouser. Si elle ne l’avait pas vu venir une seule seconde, elle en était cependant la plus heureuse possible. Elle n’aurait pas pu lui dire non. Officialiser leur amour de manière aussi concrète était quelque chose qui la tentait énormément. Elle n’aurait pas forcément dit que le mariage aurait été essentiel pour elle, pour eux, mais elle était tout de même heureuse que Steve ait décidé de sauter le pas. C’était tout de même un rêve de petite fille.

Et niveau professionnel, elle ne se plaignait pas non plus. Elle aimait toujours autant son emploi, et elle s’épanouissait vraiment dans ce qu’elle faisait. Elle se sentait utile, elle aidait les autres, et c’était tout ce qui comptait. Elle n’était pas spécialement ambitieuse, et ne cherchait pas la reconnaissance, mais il était toujours agréable de réussir dans son métier. Après tout, on y passait énormément de temps, alors il valait mieux faire quelque chose de plaisant, et pas juste alimentaire. Et dans le cas de Pénélope, ce n’était pas du tout alimentaire.

Donc oui, tout était parfait. Comme cette soirée qu’elle passait avec Steve. Ils ne faisaient rien de particulier, mais le simple fait qu’il soit là, qu’elle puisse sentir sa présence la rassurait et la mettait de bonne humeur. Il lui en fallait très peu pour qu’il vienne à lui manquer. Mais il était là, alors tout allait pour le mieux. Elle fut néanmoins surprise quand on sonna à la porte, elle n’attendait personne, et visiblement Steve non plus étant donné qu’il lui lança un regard étonné. Elle le laissa aller ouvrir, et le mystère sur le visiteur improvisé fut rapidement levé.

-Clyde ? Qu'est-ce que tu fais là ? Entre.

Pénélope se leva quand Clyde entra. Elle n’avait rien contre lui, au contraire. Il était un ami de Steve, et elle avait donc appris à en croiser certains d’entre eux. Clyde était un gentil garçon, peu volontaire parfois, mais il restait vraiment gentil aux yeux de Pénélope. Il venait d’avoir un enfant avec son épouse, un garçon de ce qu’elle savait, et elle était donc surprise de le voir ici, seul et à cette heure. Elle espérait qu’il n’y avait pas de problème, mais si c’était le cas, il aurait probablement été ailleurs. Elle lui adressa un sourire bienveillant.

« Bonsoir Clyde. »

black pumpkin

_________________

- Pénélope Brett -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1272
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeDim 12 Juil - 19:23


L'accueil que lui réservèrent Pénélope et Steve rassurèrent Clyde sur une chose au moins : il n'avait pas débarqué à un mauvais moment. On ne sait jamais. On ne pouvait pas dire que le jeune homme ait toujours eu un sens du timing digne de ce nom. Et sa situation présente dépendait très largement du bon vouloir de ses hôtes, alors autant dire qu'il était plus soulagé de constater que le jeune couple semblait tout à fait prêt à l'accueillir... Bon, peut-être pas pour la nuit (la semaine, le mois), mais au moins pour les quelques minutes à venir, ce qui lui donnait donc l'occasion de s'engouffrer dans la brèche et de voir ce que ça donnait. Pénélope était adorable, Steve était un de ses meilleurs potes. En toute logique, ça devrait passer, pas vrai.

-J'espère que je vous dérange pas ?


Clyde était du genre sans-gêne quand il le décidait, mais il savait faire preuve d'un minimum de politesse. Surtout s'il avait quelque chose à obtenir en retour. Ce qui était le cas présentement, et il avait bien le sentiment que sa requête n'était pas complètement innocente, loin de là. Même s'il estimait très franchement que c'était une question de vie ou de mort, à ce stade. Bon, c'était peut-être un peu exagéré, c'est vrai. Mais bon, un nuit de plus avec Bonnie et le gosse, et il y aurait un mort. Tant qu'à faire, autant éviter le drame.

-En fait, je me demandais si je pouvais crécher chez vous, juste cette nuit. Je sais que ça se fait pas de venir sans prévenir comme ça, mais je savais pas trop où aller,
dit-il d'un bloc.

"Juste cette nuit", il était presque sincère en le disant. Bon, il ne garantissait pas que le séjour n'allait pas se prolonger, mais il n'avait vraiment pas dans l'intention d'abuser. Ceci dit, les meilleures intentions du monde étaient parfois mises à mal par les circonstances. Ou encore mises à mal par la flemme et le goût du confort, le tout n'étant clairement pas incompatible.

-Promis, je me ferais tout petit, vous vous apercevrez même pas que je suis là.


Bon, sur ce point, il exagérait quand même sacrément, il faut bien l'avouer. Clyde n'était pas la personne la plus bruyante et la plus démonstrative au monde, mais il n'était certainement pas non plus la personne la plus discrète qui soit. Tout dépendait du contexte. Et puisqu'il serait en bonne compagnie, il n'avait pas forcément non plus l'intention de se terrer dans un coin de la pièce en roupillant. Pas tout de suite, du moins.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Steve R. Johnson
▌ Messages : 378
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Pénélope

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de houx et plume de phénix, idéale pour les métamorphoses (il paraît, mais je suis une bille en métamorphose donc j'ai des doutes)
Camp: Bien
Avatar: Adam Brody

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeSam 18 Juil - 17:43


Non, Clyde ne dérange pas. Je ne dis pas que ça m'aurait dérangé de passer tranquillement ma soirée avec Pénélope, mais en même temps, on a encore tout un tas de soirées tranquilles et cocooning qui nous attendent, on peut bien bousculer nos habitudes le temps d'une soirée afin d'accueillir un ami de longue date. Surtout que ça fait un moment que je n'ai pas eu l'occasion de passer du temps avec lui. J'aurais bien aimé, c'est sûr, avoir été prévenu, mais bon, ce n'est pas comme si Clyde frappait à notre porte tous les soirs non plus, autant en profiter, du coup. Je tourne mon regard vers ma fiancée. Elle a l'air contente, elle aussi, de voir Clyde, et être toute disposée à l'accueillir. Donc si ça ne lui pose pas de souci, il n'y a pas de raison pour que ça me pose le moindre souci non plus.

Je m'apprête à lui répondre que non, il ne dérange pas, qu'il n'a pas à se faire de souci pour ça, mais il ne m'en laisse pas le temps, parce qu'il reprend très vite la parole. J'avoue que je ne m'attendais pas à sa requête. C'est assez abrupt, mais en même temps, je ne me vois pas le mettre à la porte. On a une chambre d'ami, et si c'est juste le temps d'une nuit, pourquoi ça poserait souci. Je sais combien la situation est compliquée avec Bonnie. Je n'avais pas eu de mise à jour depuis la naissance du petit Eddy, mais vu les circonstances de cette même naissance, ce n'est pas étonnant. La situation est compliquée, et je ne me vois pas reprocher à Clyde de vouloir prendre un peu ses distances.

-Ne dis pas de bêtise, tu es le bienvenu, tu n'as aucun besoin de te faire tout petit.


Je ne réalise pas du tout à quel point je risque de regretter ces propos plus tard. Pour le moment, je suis complètement honnête avec lui, et sincèrement ravi de l'accueillir si ça peut le dépanner. Notre soirée tranquille se change en sympathique soirée entre amis. Personnellement, ça me va évidemment très bien.

-Je vais nous servir un verre et tu vas nous raconter ce qui s'est passé, ça te va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pénélope Brett
▌ Messages : 371
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue75 / 10075 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Steve Johnson

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25cm, bois de saule, crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Aimee Teegarden

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeSam 19 Sep - 12:15

La paresse nous réduit en parasite
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
-J'espère que je vous dérange pas ?

Non, il ne dérangeait pas. Même si sa visite était totalement à l’improviste, il ne dérangeait pas. En tout cas, Pénélope n’était pas dérangée, et elle supposait qu’il en allait de même pour Steve. Elle était tout de même curieuse de savoir ce qu’il venait faire chez eux. Il n’avait pas l’air d’être là simplement en visite, mais il ne semblait pas particulièrement affolé non plus alors… Pénélope était curieuse de savoir ce qu’il en était Elle espérait tout de même que ce n’était rien de grave.

-En fait, je me demandais si je pouvais crécher chez vous, juste cette nuit. Je sais que ça se fait pas de venir sans prévenir comme ça, mais je savais pas trop où aller. Promis, je me ferais tout petit, vous vous apercevrez même pas que je suis là.

Eh bien, elle ne s’attendait pas à cette demande. Et c’était assez curieux. Clyde vivait dans un endroit beaucoup plus grand qu’ici, il était marié, et ils venaient d’avoir un bébé. Il avait dû se passer quelque chose, évidemment. Il s’était probablement disputé avec Bonnie, une scène de ménage un peu exagérée et il avait préféré découcher pour la nuit. Quoiqu’il en soit, Pénélope ne voyait pas d’objection à ce qu’il passe la nuit ici, il n’allait tout de même pas dormir dehors. Même si Steve et elle n’étaient probablement pas les seuls à pouvoir le dépanner, mais c’était dans ses principes, elle ne laissait jamais personne dans l’embarras quand elle pouvait y faire quelque chose.

-Ne dis pas de bêtise, tu es le bienvenu, tu n'as aucun besoin de te faire tout petit. Je vais nous servir un verre et tu vas nous raconter ce qui s'est passé, ça te va ?

Elle laissa Steve gérer, puisque de toute évidence il avait la situation en contrôle, mais elle n’aurait pas dit autre chose que lui. Clyde n’avait peut-être pas envie d’en parler cela dit, mais si c’était le cas, il le leur aurait dit d’emblée non ? Bon, peut-être pas, mais il était normal qu’ils lui posent des questions. Puisque pour le moment, la situation n’était pas vraiment claire. Même s’il ne semblait pas non plus y avoir question de vie ou de mort. Pénélope restait sur son idée de dispute conjugale, ce qui n’était pas un drame. C’était commun à tous les couples, et dans un ménage arrangé, cela devait l’être davantage. Du moins, c’est ce qu’elle imaginait.

« Il y a eu un souci avec Bonnie ? »

black pumpkin

_________________

- Pénélope Brett -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1272
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeLun 21 Sep - 17:42


La réponse de Steve fut pile celle que Clyde avait attendue. Le jeune homme ne s'attendait pas à ce qu'on l'envoie balader, mais il avait songé qu'il aurait pu débarquer à un très mauvais moment, que ce soit en pleine scène de ménage ou d'il ne savait quelle confidence sur l'oreiller dont il ne voulait absolument rien savoir, surtout pas... Mais visiblement, le jeune couple était dans les meilleures dispositions possibles pour le recevoir et l'accueillir. Tant mieux, tant mieux, parce que même s'ils ne s'en rendaient pas compte encore, le jeune homme était là pour rester, et encore un bon bout de temps... Même si lui-même ne savait pas encore, ou pas totalement du moins, à quel point.

Aussitôt, et comme c'était à prévoir, ses deux hôtes voulurent l'interroger sur les circonstances de sa décision. Le jeune homme n'avait honnêtement pas envie de s'épancher trop longtemps sur la question. Il avait juste envie d'avoir la paix sans avoir aucun besoin de se justifier d'une nécessité à ses yeux parfaitement légitimes, mais en même temps, étant donné la sympathie dont faisaient preuve Steve et Pénélope, il se devait quand même de se montrer un tant soit peu bavard... pas forcément au point de dire des mille et des cents au sujet de sa situation, mais suffisamment pour justifier sa décision, pour peu qu'elle nécessite tant que cela de trouver une justification réelle.

-Pas plus que d'habitude,
répondit le jeune homme quand Pénélope lui demanda s'il y avait un souci avec Bonnie.

Quelque part, il y avait toujours un souci avec Bonnie, parce que cette dernière n'était pas heureuse et prenait un soin tout particulier à le rappeler à son mari chaque jour que Merlin faisait, comme s'il pouvait y changer quoi que ce soit. Mais en l'occurrence, il n'était pas question d'elle. Enfin si, un peu quand même, parce que sans elle, il ne serait pas question de toute cette situation, mais c'était un tout. Il avait endossé suffisamment de responsabilités qui ne lui incombaient pas. Il n'avait jamais demandé à avoir un gosse sous son toit, lui, et il aurait tout fait (autrement dit rien fait) pour que ça reste le cas ad vitam aeternam. Donc, sans surprise, cette situation ne l'emballait pas particulièrement.

-C'est avec son gosse, que j'ai un souci. Si je fais pas au moins une nuit complète, je vais péter un fusible.


Et personne n'avait envie de voir Clyde Hornby péter un fusible, ce n'était vraiment pas un spectacle enviable.
Ce qu'il omettait de dire, par contre, c'est que les nuits complètes de sommeil chez lui pouvaient bien durer pendant une semaine. Ou deux. Ou trois. A l'envi, donc...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Steve R. Johnson
▌ Messages : 378
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Pénélope

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de houx et plume de phénix, idéale pour les métamorphoses (il paraît, mais je suis une bille en métamorphose donc j'ai des doutes)
Camp: Bien
Avatar: Adam Brody

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeMer 30 Sep - 15:13


On pourrait parler de toute autre chose, mais ce serait comme bavarder tranquillement alors qu'il y aurait un énorme éruptif dans la pièce et faire semblant de ne pas l'avoir remarqué. Clyde est libre de parler ou pas, mais en tout cas, Pénélope et moi, chacun à notre manière, on lui fait comprendre que s'il ressent le besoin ou l'envie de vider son sac, il ne doit pas hésiter, on est là, et on va écouter attentivement ce qu'il a à nous dire... ou à ne pas nous dire. Je ne sais pas bien l'état d'esprit dans lequel il se trouve à l'heure actuelle. Il peut juste avoir envie de se changer les idées, ce que je comprendrais bien, ou encore de tout balancer, tout ce qu'il se retient de dire.

Je sais que pas mal de gens partent du principe que Clyde se fiche de tout, à cause de ses airs flegmatiques et nonchalants, mais je le connais bien, et je sais ce que ça dissimule. C'est pas parce qu'il montre pas toujours grand chose qu'il s'en fiche de tout. C'est ce que j'avais la faiblesse de penser avant la mort d'Olive, après ça j'ai changé d'avis. En le voyant intégrer la résistance, en l'entendant parler de sa soeur, même si c'est juste en l'évoquant, même si c'est au détour d'une conversation anodine, j'ai bien compris qu'il est réellement investi, et qu'il est vraiment touché. Alors je me doute qu'il en est de même concernant son histoire avec Bonnie, qui à l'opposée totale de la mienne n'a absolument rien de merveilleuse ou d'idyllique.

Il répond en toute honnêteté qu'il n'a pas de souci particulier avec Bonnie, traduction : pas plus que d'habitude. Mais depuis la naissance du petit Eddy, il ne dort plus : on pourrait lui rétorquer que c'est la même chose pour tous les jeunes parents, mais Clyde n'est pas le père d'Eddy. C'est peut-être aussi parce que je suis au courant de ça qu'il a décidé de frapper à ma porte. Il est plus simple de se justifier auprès de quelqu'un qui connaît les grandes lignes de l'histoire.

-Personne n'a envie de voir Clyde Hornby péter un fusible et moi le dernier,
je dis pour détendre l'atmosphère. Tu verras, notre canapé est convertible et hyper-confortable, avec ça, tu seras requinqué en moins de deux. Je marque une légère pause avant de reprendre. J'ai le droit de te demander comment va Bonnie ou bien je mets les pieds dans le plat ?

Trop tard, ils y sont déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pénélope Brett
▌ Messages : 371
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue75 / 10075 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Steve Johnson

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25cm, bois de saule, crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Aimee Teegarden

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeDim 6 Déc - 13:03

La paresse nous réduit en parasite
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Pénélope ne s’était du tout attendue à ce qu’une telle situation se présente, mais il n’empêche qu’elle n’avait rien contre le fait d’accueillir Clyde pour la nuit. De toute évidence, ce n’allait pas chez lui au point qu’il quitte le domicile conjugal. Elle espérait au moins que ce n’était rien de grave. L’arrivée du bébé de Bonnie était un gros changement, et cela ne devait pas être simple tous les jours, mais avec un peu de chance, ils sauraient tout de même trouver un équilibre qui pourrait contenter tout le monde. En attendant, si Clyde voulait parler de ce qui n’allait pas, Steve et Pénélope sauraient l’écouter.

-Pas plus que d'habitude. C'est avec son gosse, que j'ai un souci. Si je fais pas au moins une nuit complète, je vais péter un fusible.

Oui, les bébés pleuraient. Surtout en bas-âge, c’était leur seul moyen de communiquer que quelque chose n’allait pas. Mais Pénélope savait que ce n’était pas ce genre d’informations qu’il fallait à Clyde. Elle pouvait comprendre que ce soit dur, d’autant plus qu’il n’était pas le père de l’enfant, alors il devait encore moins supporter tout ça. C’était une histoire complexe, et Pénélope n’était pas forcément à l’aise avec tout, mais au final, ce n’était pas ses affaires, alors elle ne s’en mêlait pas.

-Personne n'a envie de voir Clyde Hornby péter un fusible et moi le dernier. Tu verras, notre canapé est convertible et hyper-confortable, avec ça, tu seras requinqué en moins de deux. J'ai le droit de te demander comment va Bonnie ou bien je mets les pieds dans le plat ?

Pénélope afficha un léger sourire, au moins, Steve tentait de détendre les choses, ce qui n’était pas plus mal. Il est vrai que Clyde ne semblait pas du tout en grande forme, mais s’il ne dormait pas, c’était totalement compréhensible. C’est vrai que Bonnie se retrouvait seule avec son bébé, et elle devait probablement être dans le même état que Clyde, si ce n’est qu’en plus, elle devait s’occuper d’Eddy. Assumer son enfant c’était normal, mais toute seule, cela devait être dur. Elle ne connaissait pas très bien Bonnie, mais elle lui souhaitait tout de même de s’en sortir, et elle espérait pour elle qu’elle avait des gens qui pouvaient l’aider à garder la tête hors de l’eau. Puisque de toute évidence, elle ne pouvait pas compter sur Clyde, mais vu la situation, elle pouvait comprendre le jeune homme. Aussi, elle préféra ne rien ajouter pour le moment, laissant à Clyde le loisir de répondre.

black pumpkin

_________________

- Pénélope Brett -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1272
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeDim 6 Déc - 13:59


Clyde afficha un sourire à la remarque de Steve. Oui, en effet, personne n'avait envie de le voir péter un câble, c'est une certitude, lui-même n'avait aucune envie d'assister à ce spectacle, même par curiosité (parce que ça n'arrivait clairement pas souvent, voire jamais)... il ne voulait pas se prendre inutilement la tête ou encore commencer à passer ses nerfs sur Bonnie et Eddy. C'était déjà compliqué comme ça, pas la peine d'ajouter des tensions aux tensions. Non, tout le monde y gagnait si Clyde prenait ses distances, même Bonnie... Vu que quand il était présent, de toute manière, il s'occupait le moins possible du gamin. Il avait accepté de jouer le jeu, il s'était montré plus que souple et conciliant avec son épouse, mais il ne fallait pas attendre de miracles de sa part, évidemment.

L'invitation à dormir dans le canapé du couple était donc plus que bienvenue, il ne pourrait pas dire le contraire, et il était sûr et certain que même dormir dans le canapé convertible le plus inconfortable du monde saurait tout de même lui convenir en comparaison de ce qu'il pourrait éventuellement devoir vivre d'inconfort de retour à la maison. De toute façon, ce n'était que temporaire. Techniquement. A ce stade, même Clyde estimait en toute bonne foi qu'il n'allait pas encombrer le couple trop longtemps. Mais l'on peut rarement se fier aux résolutions de Clyde Hornby. Il avait quand même la très fâcheuse tendance à ne tenir aucune d'entre elles.

Steve lui posa une question qui, en effet, mettait les pieds dans le plat, mais Clyde pouvait comprendre qu'il pose la question. Steve et elle étaient amis, après tout, et aussi, Bonnie restait la grande concernée de toute cette histoire. Clyde, de son côté, se considérerait davantage comme une sorte de dommage collatéral... Mais qui en bouffait sacrément, quand même.

-Elle est au plus mal
, soupira Clyde. Je veux dire... on a déjà du mal à s'entendre en temps normal, mais en ce moment... Je lui en veux pas, elle est perdue, et je sais qu'elle souffre vraiment. Eddy passe plus de temps avec ses grands-parents qu'avec elle. Mais... je peux juste pas porter ça sur mes épaules, surtout si c'est pour qu'elle m'envoie balader à chaque mot de travers.

Il ne brossait pas le portrait le plus juste de Bonnie, mais son discours était à l'image de sa relation avec elle. Il ne détestait pas Bonnie, mais il avait souvent l'impression qu'elle le détestait, parce qu'à cause de lui elle n'avait pas pu vivre la vie qu'elle voulait. Forcément, pour lui qui se fichait pas mal des grandes idylles et d'avoir une vie de famille, cette situation lui pesait beaucoup moins qu'à elle, mais ce n'était pas pour autant, estimait-il, qu'il devait encaisser la responsabilité de ses décisions, y compris celle de prendre un amant, donc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Steve R. Johnson
▌ Messages : 378
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Pénélope

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de houx et plume de phénix, idéale pour les métamorphoses (il paraît, mais je suis une bille en métamorphose donc j'ai des doutes)
Camp: Bien
Avatar: Adam Brody

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeMar 15 Déc - 10:26


Je n’aime vraiment pas entendre ce que Clyde m’apprend au sujet de Bonnie. Même si nous ne nous voyons plus si souvent que ça, elle reste une amie à laquelle je tiens beaucoup, et je n’aime vraiment pas la savoir au trente-sixième dessous. Il faudra vraiment que j’aille lui parler, essayer de tâter le terrain. Je me sens un peu pris entre deux feux, mais je pense que je peux comprendre aussi bien la position de Bonnie que celle de Clyde. Oui, Bonnie vit un moment très difficile. Les débuts de maternité, c’est jamais simple, j’imagine, et en plus elle doit assumer ça seule (bon, aidée des grand-parents, apparemment, heureusement). Et elle a le cœur brisé, ce qui doit être dur à vivre, mais en même temps…

Je sais pas si c’est juste une sévère nonchalance de la part de Clyde ou bien une patience monstrueuse, mais je sais pas si j’aurais été capable, à sa place, d’accepter tout ce qu’il a accepté. D’accord, ils ne sont pas amoureux. Leur mariage n’a rien à voir avec mon futur mariage avec Pénélope. Mais quand même, d’autres n’auraient pas fermé les yeux sur l’existence d’un amant, d’autres n’auraient pas accepté de prétendre être le père d’un enfant issu d’un adultère. Sa manière de prétendre a visiblement ses limites mais, oui… entre la Bonnie dépressive qui n’a jamais entièrement tendre avec Clyde (qui parfois le cherche un peu) et le bébé qui est… un bébé, quoi, il y a sûrement de quoi péter un sérieux câble.

-Elle voit quand même du monde ? Elle a des amis avec qui parler de tout ça ? Si elle s’isole, ça va être encore pire.
Je marque une pause. Clyde n’a sûrement pas envie d’entendre parler de sa femme qu’il a justement décidé de fuir toute la soirée, mais je veux quand même en avoir le cœur net. J’irai lui parler, je décide quand même de préciser avant de reprendre la parole. Et si ça peut vous décharger, on pourra toujours garder Eddy de temps en temps ?

Je ne sais pas si Pénélope va forcément approuver. Je tourne mon regard vers elle. Je prends peut-être un peu trop de décisions en notre nom à tous les deux, mais je veux juste essayer de trouver des compromis qui aillent à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Pénélope Brett
▌ Messages : 371
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue75 / 10075 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Steve Johnson

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25cm, bois de saule, crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Aimee Teegarden

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeJeu 8 Avr - 14:59

La paresse nous réduit en parasite
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
-Elle est au plus mal. Je veux dire... on a déjà du mal à s'entendre en temps normal, mais en ce moment... Je lui en veux pas, elle est perdue, et je sais qu'elle souffre vraiment. Eddy passe plus de temps avec ses grands-parents qu'avec elle. Mais... je peux juste pas porter ça sur mes épaules, surtout si c'est pour qu'elle m'envoie balader à chaque mot de travers.

Pénélope ne savait pas réellement quoi penser de toute cette situation. Il faut dire que ce n’était pas des plus communs. Elle ne jugeait personne dans cette affaire, parce qu’elle ne pensait pas être apte à le faire, et que tout le monde semblait un peu payer les répercussions des actions des uns et des autres. Il est vrai que ni Bonnie, ni Clyde n’avaient demandé à épouser l’autre, et c’était assez triste, au final, qu’on les ait forcés à le faire. Même s’ils étaient vraiment nombreux à être dans ces cas-là. Quoiqu’il en soit, Bonnie n’avait pas forcément été très maline sur la suite des choses. Mais bon, Eddy était là maintenant, et il fallait bien que quelqu’un l’assume. Pénélope trouvait cela dommage que sa mère ne daigne pas s’en occuper davantage, même si Clyde extrapolait peut-être un peu la situation.

Pénélope n’avait rien contre Bonnie, au contraire, elle lui avait toujours semblé plutôt sympathique. Et elle était peinée d’apprendre qu’elle n’allait pas très bien. Et vue la situation, cela pouvait se comprendre. Mais son garçon avait tout de même besoin de sa mère, et elle espérait qu’elle saurait rapidement reprendre du poil de la bête, pour s’occuper de lui. Heureusement que les grands parents étaient là, de ce qu’elle comprenait. Et elle comprenait également la position de Clyde. Il était déjà bien conciliant, alors si en plus il s’en prenait plein la figure… ça ne devait pas être drôle à vivre. Mais elle espérait sincèrement que la situation finirait par s’arranger, et que tous réussiraient à trouver un équilibre, et à vivre en harmonie.

-Elle voit quand même du monde ? Elle a des amis avec qui parler de tout ça ? Si elle s’isole, ça va être encore pire. J’irai lui parler. Et si ça peut vous décharger, on pourra toujours garder Eddy de temps en temps ?

Pénélope n’était pas surprise par la sollicitude de Steve. Il avait toujours été attentionné envers ses proches, et cette fois-ci en était une énième preuve. Par contre, elle ne s’attendait pas à ce qu’il propose de garder Eddy. En soit, Pénélope n’avait rien contre, mais elle ne s’était jamais occupée d’un bébé, et elle n’était pas sûre de savoir y faire. Mais c’était comme tout, cela s’apprenait. Et puis, si cela pouvait aider Clyde et Bonnie à souffler un peu, et à réussir à se parler pour trouver des solutions, elle voulait bien garder le nourrisson de temps en temps.

« Oui, bien sûr. Si jamais vous avez besoin, et qu’on est disponible, on se fera une joie de le garder. Vous avez sûrement besoin de décompresser, et de prendre un peu de recul sur tout ça. Avec un nouveau-né au milieu, c’est sûr que ce n’est pas simple, mais je suis sûre que vous saurez trouver un certain équilibre, au bout d’un moment. »

black pumpkin

_________________

- Pénélope Brett -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Clyde Hornby
▌ Messages : 1272
Humeur :
La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Left_bar_bleue90 / 10090 / 100La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Right_bar_bleue

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitimeJeu 8 Avr - 17:57


Steve avait le mérite de ne pas être partial dans cette situation. C'est bête, mais Clyde avait aussi besoin de ça, de quelqu'un qui se soucie autant de Bonnie que de lui, parce que lui était fatigué de se soucier de son épouse, surtout parce que même si l'alliance à son doigt suggérait le contraire, il estimait que ce n'était pas son rôle - sans oublier qu'il se faisait envoyer sur les roses chaque fois qu'il faisait un pas vers elle (en même temps, avec ses gros sabots, ce n'était pas particulièrement surprenant, bien au contraire). Steve était présent pour lui, mais il était aussi l'ami de Bonnie, et par conséquent, tout en s'assurant que lui-même parvienne à gérer cette situation, il s'intéressait aussi à la manière dont Bonnie était, pour sa part, capable de l'appréhender. Mais Clyde n'avait pas de réponse toute faite à donner à Steve, en revanche.

-Elle voit pas grand-monde, non, faut dire que c'est pas simple de l'approcher. Avec un grand bâton, à la limite...

D'accord, il ne devrait pas forcément commencer à faire ce genre de blagues d'un goût douteux, mais c'était déjà trop tard, le mal était fait, et au final, dans cette situation, Clyde préférait tout de même trouver, par au moins certains aspects, trouver matière à en rire, parce que dans le cas contraire, la situation allait être d'autant plus insupportable, et pas seulement pour lui.

-Mais ce serait cool si tu pouvais aller lui parler, oui, je suis sûr que ça lui ferait du bien.

Et sur ce point, il était complètement sincère. Même si lui-même faisait le choix de prendre ses distances (pour un temps indéterminé), ce n'était pas pour autant qu'il tenait à ce que Bonnie, de son côté, se retrouve isolée. Elle ne méritait définitivement pas cela.

-Pour Eddy, c'est comme vous voulez, mais faut vraiment pas vous forcer. Je suis même pas sûr que ça changerait grand-chose de toute façon.


Parce qu'avec ou sans Eddy, et même les quelques fois où leurs parents respectifs s'étaient chargés de s'occuper du petit, ça n'avait pas vraiment changé grand-chose. Bonnie faisait ce que Clyde n'identifiait pas comme étant une dépression, pourtant c'était bel et bien ça, et même si l'attention constante qu'il fallait porter au petit n'arrangeait pas l'affaire, il n'était définitivement pas question que de ça, non, il y avait autre chose, aussi.

-Vous êtes adorables tous les deux, mais on va pas se leurrer, on va pas trouver d'équilibre. On en trouvait déjà pas avant que le petit soit là.

Enfin, si, en quelque sorte ils avaient leur équilibre : Clyde occupait le salon et le canapé et Bonnie s'arrangeait pour ignorer autant que possible cette pièce de l'appartement et faisait sa vie dans son coin. Tu parles d'un équilibre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Empty
Message#Sujet: Re: La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]   La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La paresse nous réduit en parasite [pv Steve & Pénélope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement de Pénélope Brett
-