AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
Nike Air Zoom Pegasus 38 à 61€
Voir le deal
84 €
Le Deal du moment : -11%
PC Portable – HP Pavilion Gaming – ...
Voir le deal
824 €

Partagez | 
 

 Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeMer 8 Juil - 17:54


Un véritable ami vous poignarde en face.
C

edrella avait peine à se rappeler la dernière fois où elle s'était sentie réellement à sa place. Ce semblait si lointain... Et elle était bien souvent nostalgique de cette époque où elle était si forte de ses convictions, pétrie de préjugés et de certitudes. Elle était aujourd'hui capable d'admettre que ces préjugés avaient été complètement stupides, mais en attendant, ils avaient su la rendre sincèrement heureuse. Cedrella ne savait plus vraiment à quand remontait la dernière fois où elle s'était sentie complètement heureuse.

Oh, elle l'avait été avec Septimus, bien sûr, et profondément amoureuse, mais même là, elle ne pourrait prétendre ne pas avoir senti cette impression désagréable mais déjà tenace, celle de ne pas appartenir vraiment à l'endroit où elle se trouvait. Oui, bien sûr, seule avec Septimus, elle n'avait jamais regretté son choix, mais sa vie n'avait pas été faite que de ces moments d'intimité et de tendresse. Il y avait tout le reste. Et oui, elle avait regretté le manoir luxueux où elle vivait avant, ses tenues hors de prix, ces soirées extravagantes en sélect, ses amitiés presque toutes dissolues, l'affection de ses soeurs... elle avait fait avec.

Et maintenant qu'elle était de retour, sa consolation devrait être de retrouver au moins ce qu'elle avait tant regretté d'avoir perdu, et ce n'était pas le cas. Tout ce qui faisait briller ses yeux autrefois la faisait à présent soupirer d'exaspération. Elle se sentait étrangère à la considération de ses pairs, ses quelques amitiés restaurées (et elles étaient loin de l'être toutes) sonnaient à présent faux. Quant à l'affection de ses soeurs - celle de Callidora, surtout - elle commençait même à douter que la complicité qui lui avait tant manqué ait réellement existé. Et la naissance quasi simultanée de ses deux neveux n'arrangeait rien. Elle n'était plus à sa place au côté de Septimus, elle ne se sentait pas à sa place chez Charis non plus, et elle devinait que l'on s'impatientait de la voir prendre époux afin qu'elle cesse d'être à ce point encombrante. Son petit arrangement avec Thaddeus tiendrait le temps qu'il tiendrait, mais la jeune femme devinait d'avance qu'il était compromis.

Rien n'avait de sens ou de saveur. En fait, Cedrella déprimait sec. Adossée à un mur, sa flûte de champagne à la main, elle assistait à une de ces énièmes soirées mondaines où il était de bon ton de se faire voir. Dans sa robe fluide et élégante, ses cheveux tirés en un chignon impeccable, elle faisait sûrement illusion, mais elle avait tout de même un profond sentiment d'imposture, qui la rendait un rien paranoïaque. Pour chaque regard qui se posait sur elle, elle lisait du mépris ou quelque chose qui ressemblait à s'y méprendre à de la moquerie. Au moins, le champagne était bon, c'était déjà ça. Tout en le sirotant, elle balayait l'immense salle de bal des yeux, la plupart des visages étaient connus sans être entièrement familiers. Dans l'ensemble, leurs noms devaient tous figurer sur son arbre généalogique de détraqués finis, pourtant.

Puis finalement, elle repéra une silhouette plus familière. Amie... avant. Gaïa était là. Cedrella avait envie de la saluer, de prétendre que tout ce qui pouvait être prétexte à une évidente déception de la part de sa cousine était loin derrière elles, mais elle ne bougeait pas. Il y avait pire au fond que de ne pas se sentir à sa place. Il y avait le sentiment d'être devenue une étrangère pour ceux qui avaient le plus compté pour elle. Et Gaïa était de ceux-là.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeJeu 9 Juil - 21:22

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Pour l’occasion, Gaïa avait acheté une nouvelle robe. Longue, d’un beau vert qui mettait en valeur ses yeux clairs et ses formes, sans pour autant être vulgaire. Un peu de rouge aux lèvres, un chignon élégant. La jeune femme avait toujours été coquette, sans pour autant être superficielle. Pour Gaïa, le charme était la première arme qu’on confiait aux femmes pour se faire une place dans le monde. Il ne fallait pas seulement se contenter de l’aiguiser : il fallait savoir comment s’en servir. Alors Gaïa souriait avec plaisir, riait, pétillait dans ce monde qui était le sien. Elle baignait dans ce monde qu’elle ne connaissait que trop bien, et qu’elle aimait ; un monde qu’elle savait être fait pour elle, et qu’elle brûlait de façonner à son tour.

A cette soirée, Gaïa connaissait beaucoup de monde. Des politiciens, des magistrats, des célébrités, d’autres femmes de son rang… Au fil du temps, la jeune femme avait tissé un puissant réseau parmi le société sorcière. Beaucoup sous-estimait trop ce travail de fourmis, celui d’entretenir des relations solides avec les bonnes personnes. Après tout, ce n’était que des bavardages de bonnes femmes, non ? Quelle ignorance. On ne pouvait pas se reposer uniquement sur ses propres actions dans un monde comme ça, car, finalement, gravir les échelons de la société, c’était avant tout comprendre comment cette dernière fonctionnait, pour ensuite la mettre à profit. Gaïa était douée pour ça.

Malgré tout, ce soir, quelque chose gênait la jeune femme. Elle l’avait remarquée dès son entrée dans cette immense salle de réception. Sûrement une vieille habitude qui avait encore la vie dure, après tout ce temps : après tout, autrefois, elles avaient l’habitude de passer ces soirées ensemble, s’amusant et riant, profitant de ces privilèges qu’on leur accordait avec une insouciance presque enfantine.

Gaïa repensait souvent à ces moments passés avec Cedrella.

Et pourtant, aujourd’hui, malgré tous ces souvenirs qu’elles avaient ensembles, la jeune femme ne parvenait pas à se décider à aller vers son ancienne amie. Entre elles se dressait désormais un mur invisible, érigé à l’instant même où Cedrella avait décidé de quitter ce que Gaïa considérait toujours comme le droit chemin. Depuis ce jour où Gaïa avait eu la sensation d’être trahi par une de ses plus proches amies. Encore aujourd’hui, la jeune femme en voulait à la jeune Black. Mais elle s’en voulait aussi beaucoup à elle-même : elles avaient grandi ensemble, avaient passé leur scolarité ensemble, avaient longtemps partagé les mêmes valeurs… Gaïa aurait dû être capable de préserver son amie de sa propre bêtise.

C’est peut-être cette constatation qui la poussa à mettre un terme à sa conversation, un joli sourire à l’appui, à embarquer au passage une coupe de champagne puis à se diriger vers sa vieille amie. Après tout, Cedrella était là, c’était bien qu’elle avait fait marche arrière. Et puis, il y avait quelques récents événements que la jeune Yaxley voulait aborder avec sa cousine, aussi…

- Bonsoir Cedrella. Cela faisait longtemps qu’on ne s’était pas vu, n’est-ce pas ?

Oh, Cedri, il y a tellement de choses qu’on regrette et qu’on ne pourra jamais effacer… Tes erreurs ont détruit tellement de ce à quoi tu tenais.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeVen 10 Juil - 17:45


Un véritable ami vous poignarde en face.
C

edrella l'avait espéré silencieusement mais ne pensait pas pour autant que Gaïa viendrait bel et bien à sa rencontre. Evidemment, Cedrella aurait tout à fait pu prendre cette initiative d'elle-même. En d'autres temps, à une époque pas si lointaine mais qui lui paraissait pourtant appartenir à une autre vie, elle n'aurait pas hésité un seul instant. Là, elle n'avait su comment réagir. Parler avec Gaïa, elle en avait envie, oui, mais pas pour essuyer la multitude de reproches qu'elle avait déjà beaucoup trop entendus. Comme pour tout le reste, comme pour tous les autres, elle voulait que les choses soient comme avant, sans cette rupture brutale qui avait tout changé, avec les siens, avec le monde... Mais ce n'était pas possible, et alors que Gaïa daignait finalement lui adresser la parole, Cedrella ne savait pas réellement sur quel pied danser.

Le propos n'était ni désagréable, ni agressif, mais Cedrella savait pertinemment que ça ne voulait pas tout dire. La jeune femme était bien placée pour savoir combien l'hypocrisie et les faux-semblants façonnaient leur caste. Elle-même avait eu son quota de conversations superficielles, de reproches déguisés en compliments. Cedrella ne pouvait donc pas garantir ce qu'il y avait de reproche et de volonté sincère de renouer avec elle dans le discours de son interlocutrice. Elle supposait qu'il devait s'agir d'un subtil dosage des deux. Et elle-même demeurerait sur ses gardes, pas plus capable de rendre à son amie (si elle l'était encore) cette complicité qui avait été si naturelle entre elles autrefois.

-Trop longtemps
, répondit-elle avec un sourire. Moi qui espérais que mon absence passerait inaperçue, ajouta-t-elle, ne pouvant s'empêcher d'ironiser un peu dans la foulée.

Elle ne devait pas faire de son départ un sujet d'amusement, ou même quelque chose de léger et d'insignifiant. Mais puisqu'on ne la laissait pas ignorer son écart de conduite, puisque tout le monde y revenait toujours, autant l'aborder avec autant de distance que possible. Un jour, l'espérait-elle, on lui laisserait oublier son erreur (qui même encore aujourd'hui n'y ressemblait pas complètement)... Mais en attendant, elle n'avait pour elle que cette sorte de parade... amplifiée par son incapacité totale, à ce jour, à se la fermer et à faire comme si de rien n'était.

-Comment vas-tu ?


A cette question, Cedrella espérait que Gaïa accepterait de répondre sincèrement, car cette réponse intéressait honnêtement la jeune femme. Des mois d'absence et de silence avaient creusé un fossé entre elles. Cedrella n'avait aucune idée de ce que Gaïa faisait, de ce qu'elle devenait. Est-ce qu'elle était satisfaite de sa vie ? A quoi ressemblait-elle, d'ailleurs, cette vie ? A une époque, ces questions auraient semblé absurdes tant elles y répondaient spontanément. Mais elle n'en étaient plus là, à présent.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeMar 4 Aoû - 0:09

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Au premier coup d’oeil, Gaïa vit la différence. La différence entre le souvenir qu’elle avait de Cedrella et la jeune femme qui se tenait actuellement devant elle. Rien à voir. Où était passé cette si jolie jeune fille, souriante, à l’aise, baignant dans le monde qui lui était dû ? Cet homme lui avait pris bien plus que son honneur : il lui avait pris sa place, il avait détruit ce qui avait si longtemps fait le bonheur de Cedrella, et tout ça pour quoi ? Pour une amourette de passage ? Pour un rien, pour une fantaisie. Et Cedri, si naïve, s’était laissée prendre au piège de cet amoureux des moldus, en n’y voyant que du feu. C’était navrant. Un tel gâchis.

La jeune Yaxley ne savait pas vraiment ce qu’elle attendait de cette discussion. C’était un flou total. Un trouble qui oscillait entre le passé et le présent et elle n’appréciait pas ça. Elle aussi, elle aurait voulu que tout soit comme avant. Elle aussi, elle aurait voulu accueillir Cedrella avec un grand sourire, la prendre par le bras, traverser la piste de danse, parler, passer un bon moment. Pourtant, tout ça paraissait si loin… Presque comme si cela n’avait jamais existé, comme si ça n’avait toujours été qu’un rêve qu’elles auraient fait toutes les deux…

- Oh oui, aussi inaperçue que la robe de Lady Parkinson…

Ladite Lady se trémoussait sur la piste de danse dans une tenue d’un violet extrêmement soutenu et blindé de paillette. C’était un spectacle à vous cramer la rétine à coup sûr, il n’y avait pas le moindre doute. Gaïa glissa un regard en coin à Cedrella. Il n’y avait pas matière à rigoler, au fond… L’absence de Cedrella n’aurait jamais pu passer inaperçue, c’était certain. Pas dans un cercle aussi fermé que l’était celui des Sang-Purs. S’il y avait une chose d’inconfortable dans la vie d’un sorcier de pure souche, c’était les secrets. Ceux qu’on gardait pour soi et d’autres qu’on ne pouvait cacher indéfiniment. L’absence de Cedrella faisait partie de ceux-là. Quelque chose d’aussi gros et d’aussi peu commun ne pouvait pas être dissimulé…

- Oh, je vais on ne peut mieux. Il n’y a… aucune ombre sur mon tableau. Et toi ? Comment te sens-tu, ma chère ?

Gaïa était vraiment curieuse de savoir, en réalité. Si les faux-semblants étaient monnaie courante chez les Sang-Purs, Gaïa n’avait jamais usé de ce genre de stratagème avec sa cousine. La jeune Yaxley avait véritablement considéré Cedrella comme une amie, une amie très proche. Et aujourd’hui ? Par Merlin, que c’était compliqué d’établir de nouvelles bases, de reprendre la marche quand on ne savait plus sur quel pied danser…

- La fête est plaisante… Qu’en penses-tu ?

Des banalités… C’en était affligeant de malaise. Lassée de cet étalage de maladresses, Gaïa soupira dans son verre de champagne.

- Ma chère, la tension est tellement dense qu’on pourrait la couper au couteau et la distribuer à tous les invités. Je ne suis pas là pour te tendre un piège, détends-toi, je t’en prie…

Enfin… Pas de piège, certes, mais Gaïa avait tout de même certaines questions. Rien de bien urgent, cela dit. Elle pouvait bien attendre d’avoir remis Cedrella en confiance avant d’attaquer le morceau…
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeMar 4 Aoû - 11:35


Un véritable ami vous poignarde en face.
C

edrella suivit le regard de Gaïa et ne put s'empêcher de pouffer de rire devant la tenue extravagante et de très mauvais goût de Mrs Parkinson... effectivement, la comparaison n'était pas si mauvaise, et Cedrella se félicitait que son séjour en pleine classe moyenne ne lui ait pas non plus fait perdre tout sens commun et toute notion d'élégance. Elle s'y raccrochait beaucoup dernièrement, d'ailleurs. Et pour cause, c'était une des choses qui lui avaient manqué le plus après son départ... exception faite de toutes les personnes qu'elle avait laissées derrière elle et qui devaient forcément s'être senties trahies, et dont Gaïa faisait manifestement partie.

Gaïa lui assura qu'elle allait bien, aucune ombre à son tableau. Cedrella devrait peut-être éviter de tout prendre trop personnellement, mais devenue grande habituée des piques qu'on se plaisait à lui lancer à longueur de temps depuis son retour (qui souvent lui venaient de Callidora et de Caspar, sans surprise), elle ne pouvait s'empêcher d'en voir une nouvelle à son adresse. Parce que des ombres à son tableau, il y en avait plus d'une, et l'ardoise était loin d'être effacée, elle l'avait bien compris. Elle avait le net sentiment d'avoir une dette absolue et éternelle envers toutes les personnes présentes dans l'assistance. Et elle n'aimait vraiment pas ça. Comment le pourrait-elle ? Ce sentiment d'être redevable envers le monde entier était particulièrement désagréable.

Des banalités échangées, un sentiment total d'inconfort. Il semblait nécessaire qu'elles brisent la glace, d'une manière ou d'une autre. Le tact, en ces circonstances, n'avait sans doute pas sa place. Ce que lui confirma finalement son interlocutrice en reprenant la parole.

-D'accord, je vais essayer,
répondit Cedrella, un peu déstabilisée par le franc parler de Gaïa... mais aussi un peu rassurée. Elle ne savait pas si cette dernière était vraiment sincère quand elle lui assurer qu'elle ne cherchait pas à lui tendre un piège, la jeune femme avait tout de même le sentiment d'avancer en terrain miné depuis ces longs mois qui la séparaient de sa rupture avec Septimus, mais il est vrai que si elle ne lâchait pas du lest, elle ne pourrait s'en prendre qu'à elle-même si les complicités perdues ne se retrouvaient pas. Pour être honnête, je ne vais pas bien, je sais que je ne dois m'en prendre qu'à moi-même, mais j'espérais... pouvoir reprendre le cours de ma vie. C'est plutôt idiot, je sais. Callidora déploie des trésors d'ingéniosité et de vocabulaire pour me rappeler à quel point c'est stupide. Elle but une gorgée de verre. Et si tu veux que je sois encore plus honnête envers toi, depuis tout à l'heure, j'attends seulement que tu me dises combien tu me hais d'être partie, et là encore, je ne l'aurais pas volé. Elle marqua une pause, il y avait bien quelques mots à dire pour poser de nouvelles bases immédiatement. Tu m'as manqué, Gaïa.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeJeu 24 Sep - 17:15

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Entendre le rire de Cedrella fit sourire Gaïa et la rendit plus heureuse et détendue que ce à quoi elle s’était attendue. Ce moment de complicité, fugace, presque inexistant maintenant que le rire s’était éteint, portait en lui l’espoir d’une réconciliation. Gaïa ne saurait pas oublier la déception que Cedrella lui avait fait ressentir, mais elle voyait bien que la jeune femme avait été trompée et, sincèrement, ça lui déchirait le cœur de la voir ainsi, seule, terne. La sororité était un des fondements de la jeune Yaxley, et ça n’avait jamais été aussi vrai qu’en cet instant.

Surtout que Gaïa se doutait que la vie ne devait pas être simple pour Cedrella en ce moment. Après son départ, la jeune Yaxley s’était rapprochée des sœurs de son amie et, si elle devait bien reconnaître une chose, c’était que Callidora et Charis étaient assez intransigeantes envers celles qui fautaient. Or, c’était exactement ce que Cedrella avait fait, n’est-ce pas ? Les remarques devaient pleuvoir. Gaïa ne pouvait que supposer à quel point il était difficile de se racheter, n’ayant jamais fauté elle-même. Oui, Gaïa était la Sang-Pure parfaite : jeune, intelligente, indépendante (autant qu’elle le pouvait dans la conception puriste des choses) et destinée à un avenir tout ce qu’il y avait de plus Pur. Alors il y avait peut-être un fossé entre elle et Cedrella désormais, mais Gaïa avait justement envie de l’aider à le franchir. En souvenir du bon vieux temps et de leur amitié.

Alors, finalement, Gaïa brisa la glace. Elle ne cherchait pas à piéger sa cousine – pas sur le sujet auquel pensait Cedrella, en tout cas – et la voir craindre chacune de ses paroles la… peinait, en quelque sorte. Elle n’avait jamais provoqué cela chez sa cousine et Gaïa n’avait pas envie de commencer aujourd’hui.

- Ta sœur ne doit pas être tendre avec toi, j’imagine. Mais tu n’y peux rien : comme je l’ai dit, ce qui s’est passé n’est pas passé inaperçu, ça laisse forcément des traces. Cependant, il va bien falloir que tu reprennes ta vie en main à un moment donné, et je pense que t’enfoncer ne t’aidera pas à relever la tête.

La suite de la confession de Cedrella fit doucement sourire Gaïa. Peut-être que, quelques mois plus tôt, au plus fort de sa déception, la jeune femme n’aurait pas hésité à se montrer mordante avec sa cousine, blessée comme elle l’était. Mais avec un certain recul… Gaïa ne pourrait jamais comprendre ce qui avait poussé Cedrella à fuir. Néanmoins, elle pouvait comprendre ce qui l’avait poussé à revenir et, grâce à cela, elle était en mesure de lui pardonner. Au fond, elle n’était même plus sûre d’en vouloir encore vraiment à sa cousine. Certes, elle l’avait blessée, mais elle avait aussi compris ses erreurs et Gaïa avait envie de lui accorder son pardon. D’être celle qui lui tendrait la main. Qui lui offrirait la rédemption.

Doucement, Gaïa leva la main et caressa avec une certaine tendresse la joue de Cedrella.

- Toi aussi tu m’as manqué, Cedri. Et je ne te déteste pas, voyons. Je suis juste contente que tu sois de retour. Ce n’était pas pareil sans toi, ajouta-t-elle en prenant une nouvelle gorgée.

Ce qu’il fallait comprendre avec Gaïa, c’était que cette dernière était avant tout une grande sœur et qu’elle aimait ce rôle. Elle aimait le jouer, avec sa famille ou avec ses amies. Elle aimait que les gens se reposent sur elle, lui fassent confiance, la laisse les guider. Ici, Gaïa avait parfaitement saisi la détresse de sa cousine et elle avait voulu lui tendre la main. Par affection pour Cedrella, certes, mais aussi pour satisfaire, inconsciemment, ce besoin d’être nécessaire. Elle voulait être un appui brillant sur lequel Cedrella pourrait s’appuyer pour se relever.

Et puis, mettre sa cousine de nouveau en confiance lui permettrait, par la suite, de la questionner un peu à propos de cette… histoire avec Thaddeus. Peut-être Gaïa mettait-elle son nez dans ce qui ne la concernait pas – sûrement, même – mais elle était… curieuse. Si la jeune femme avait fait ses classes chez les serpents, elle était une vraie lionne quand il s’agissait de sa famille et elle était prête à tous les extrêmes pour la protéger.

Enfin bon. Elle n’aurait pas à aller jusque là avec quiconque, n’est-ce pas ?

- Alors… comment occupes-tu tes journées, maintenant ? J’imagine que les invitations doivent être devenues rares… D’autres de tes amis ont-ils repris contact ? demanda Gaïa.

Il n’y avait aucune volonté de blesser Cedrella. C’était juste de la curiosité, savoir où elle en était. Et savoir aussi si la jeune femme lui parlerait d’elle-même de son rendez-vous avec Thaddeus, ou si Gaïa devrait creuser un peu plus.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeJeu 24 Sep - 18:15


Un véritable ami vous poignarde en face.
C

edrella afficha un fin sourire teinté d'amertume qui en disait long sur la véracité des propos de sa cousine quand cette dernière observa que sa soeur ne devait pas être tendre avec elle. C'était le moins que l'on puisse dire. Callidora était intransigeante, et dans l'attaque constante. La douceur de Charis compensait un peu, mais elle ne faisait pas le poids face à Callidora, qui avait toujours tenu les rênes de la fratrie. La cadette serrait les dents, acceptait, répliquait en veillant tout de même à ne pas aller trop loin (elle n'avait pas non plus envie de se retrouver à la rue, et surtout, elle avait envie de retrouver sa vie d'avant, quitte à être de retour), mais passer du temps avec sa grande soeur ne devrait pas être l'épreuve de tous les instants que c'était devenu... Elle devait malgré tout donner raison à Gaïa... elle devait assumer les conséquences de ses actes, et si elle voulait se réintégrer parfaitement aux siens, il allait falloir qu'elle relève la tête.

Au moins, elle comprenait à présent qu'elle pouvait véritablement compter sur l'amitié de Gaïa. Elle la sentait véritablement sincère quand elle lui répondait qu'elle lui avait manqué aussi. Et ça la rassurait un peu... Elle se disait qu'elle avait dû manquer même à quelques-uns qui la considéraient comme une pestiférée à présent, leur réaction était à la hauteur de leur déception, et pour éprouver ce genre de déception, il fallait bien que ces personnes aient tenu à elle, après tout. Au moins, si elle pouvait avoir Gaïa de son côté, il lui serait plus simple de suivre ses exacts conseils.

-Pour tout dire, en dehors des réceptions du genre, je sors à peine.

Il y avait bien Dorea, qu'elle continuait de voir régulièrement, mais elle évitait d'en parler, car Dorea et elle n'avaient jamais vraiment coupé les ponts, et elle préférait ne pas mettre sa cousine (encore une, elle en avait dans tous les coins) dans l'embarras pour ça. D'autres noms lui venaient à l'esprit, mais rien de franchement remarquable. En dehors d'un nom, bien sûr... Et au moment d'y songer, Cedrella devina aussitôt que la question de Gaïa n'avait peut-être pas été si innocente que cela.

-Est-ce que tu n'essaierais pas de me soutirer des informations au sujet de ma relation avec ton frère, par le plus grand des hasards ?
suggéra-t-elle avec malice, décidant de partir du principe que Gaïa était au courant - rien ne lui échappait.

Maintenant, elle n'avait pas la moindre idée de la manière dont Gaïa prenait la chose. Si son "rapprochement" avec Thaddeus était clairement le fruit d'une manœuvre conjointe de ses sœurs et de Tibérius, ce n'est pas pour autant que Gaïa, elle, appréciait que l'on cherche à caser la paria des Black dans les pattes de son frangin.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeVen 30 Oct - 19:37

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Gaïa ne pouvait pas imaginer ce qu’il se passait pour Cedrella une fois que cette dernière rentrait chez elle. Elle avait bien une idée de ce que Charis et Callidora pensaient de toute cette histoire puisqu’elle avait largement eu le temps de les entendre s’en plaindre, mais pas beaucoup plus. Cependant, elle compatissait avec son amie : si elle avait bien compris une chose, c’était que, désormais, Cedrella n’avait plus de liberté. Elle faisait attention à chaque geste, chaque parole, et même sa présence ici était contrôlée pour qu’elle s’efface dans la foule. C’était d’une tristesse… Il faudrait que Gaïa l’invite dans les prochains jours : ça lui ferait du bien de boire un thé dans une ambiance plus détendue. Et puis, Gaïa avait envie de renouer avec son amie.

- Eh bien… Tu dois t’ennuyer. Il va falloir qu’on remédie à ça. Et si tu as envie de faire quelque chose de tes journées, l’Association t’ouvre grands ses portes, ajouta la jeune femme. On cherche toujours des personnes recommandables pour nous représenter et guider les jeunes qu’on a en charge. Tu pourrais marrainer quelqu’un, si ça te dit ? Ou t’occuper de quelque chose de plus administratif, si ça te dit. Enfin, ce n’est qu’une proposition. Il y a plein d’autres choses que tu peux faire.

Gaïa ne loupait jamais une bonne occasion de faire prospérer son association. C’était un projet qui lui tenait à cœur. La jeunesse était une cause qui valait la peine et peut-être cela pourrait-il faire du bien à Cedrella de s’investir dans quelque chose de plus grand qu’elle et ses problèmes. Et puis, avoir l’appui des Black était toujours de bon ton.

Enfin, ce n’était pas vraiment ni le moment ni l’endroit pour parler affaire, après tout. Une ambiance comme celle-ci se prêtait davantage aux potins et, face à la vivacité avec laquelle Cedrella devina les intentions de Gaïa, cette dernière ne put s’empêcher de rire.

- Serais-je percée à jour ? Tu n’as rien perdu de ton esprit, en tout cas. En effet, je plaide coupable, avoua-t-elle avec un nouveau rire. Tu sais bien que ce genre de bruits de couloir titille toujours ma curiosité. Et entendre parler de mon frère et de mon amie, ça double mon intérêt !

Gaïa prit la main de Cedrella dans la main, sourire aux lèvres, les yeux pétillants comme ceux d’une enfant.

- Allez, raconte. Dis-moi tout !

La jeune femme n’avait pas peur de Cedrella. Elle ne la considérait pas comme une menace pour sa famille et, en plus de ça, elle ne croyait que moyennement aux rumeurs qu’elle avait entendues sur Thaddeus et son amie. Et pour cause : Thaddeus ne s’était jamais intéressé à Cedrella, malgré tout le temps que les filles avaient passé ensemble. Alors du jour au lendemain, comme ça ? Non, sincèrement, elle y croyait moyennement, voire pas du tout, en fait. A la limite, elle voulait bien croire qu’ils avaient eu un véritable rendez-vous, mais en tant qu’amis.

- La seule chose qui m’inquiète, Cedri, reprit Gaïa, avec une pointe d’inquiétude dans la voix, ce sont les rumeurs. Tu sais que ça peut être… dur. Et je n’ai pas envie que vous subissiez ça, ni toi, ni Thaddeus.

Surtout pas Thaddeus, en fait. Il y avait déjà eu assez de racontars sur son frère, les Yaxley n’avaient pas besoin d’en subir davantage. Cedrella non plus, c’était certain, mais Gaïa n’avait jamais fait un mystère de sa loyauté envers sa famille. Entre son amie et son frère, elle choisirait toujours son frère, peu importait à quel point elle était proche de la plus jeune des Black.

Ma petite Cedri, tu m’as manqué, mais tu sais bien que je ne te serais jamais totalement fidèle, n’est-ce pas ? Tant que tu ne poses pas de problèmes, tu n’auras jamais à en faire les frais. Sois sage.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeVen 30 Oct - 20:14


Un véritable ami vous poignarde en face.
A

ffirmer que Cedrella s'ennuyait était un doux euphémisme en effet... On ne pouvait pas dire pourtant qu'il ne lui arrivait pas non plus de se sentir piégée et seule quand elle était avec Septimus, ce sentiment l'envahissait parfois quand elle se retrouvait seul dans leur étroit appartement et qu'elle devait simplement attendre que le temps passe avant le retour de Septimus, elle qui avait rompu avec sa famille et presque tous ses amis en fuyant son mariage avec Caspar. Mais le sentiment n'était pas du tout le même pour autant. L'affection de celui qu'elle avait choisi savait bien assez lui faire oublier ces moments de doutes voire de regrets. Ici, jamais. Elle était heureuse de retrouver les siens, elle était heureuse de retrouver Gaïa, mais le sentiment d'isolement restait prégnant... sans doute parce qu'elle avait besoin de donner du sens à tout ça... Et elle éprouva un vif élan de gratitude envers sa cousine quand cette dernière suggéra de rejoindre son association, de jouer les marraines. Elle ne savait pas si elle avait les épaules pour cela ou non, mais elle avait besoin de faire quelque chose de concret. Et c'était bien la première fois qu'on lui proposait une activité qui ne résidait pas sur un simple exercice de réhabilitation et de paraître.

-C'est une excellente idée, Gaïa. J'ignore si on saura encore me qualifier de recommandable, mais j'aimerais vraiment rejoindre l'association. L'administration n'a jamais été mon fort, mais jouer les marraines, ça me semble totalement faisable.


Et un challenge. Même si quelques empêcheurs de tourner en rond de mauvaise foi lui feraient peut-être remarquer qu'elle n'était peut-être pas déjà la marraine du siècle pour sa propre filleule, Augusta, qui avait l'air de prendre son exemple un peu trop à coeur. Mais elle n'avait oublié aucun de ses principes d'antan (même si elle en avait remis certains en question), elle pensait être véritablement capable d'apporter sa pierre à l'édifice.

-En ce qui concerne Thaddeus, tu n'as pas réellement d'inquiétude à te faire.
Elle était amusée par l'enthousiasme qu'avait affichée Gaïa, et n'avait pas été si étonné que ça de ses avertissements. Gaïa restait fidèle à elle-même, après tout. Elle pourrait lui mentir effrontément, c'était un peu le but de la manoeuvre, mais elle préférait mettre de l'eau dans son vin. Mes soeurs et Tibérius ont insisté pour que nous fassions plus ample connaissance, et j'ai été agréablement surprise. Ton frère est vraiment quelqu'un d'exceptionnel, sa présence est celle qui m'a fait le plus de bien depuis mon retour - avec la tienne, maintenant. Mais je sais aussi combien les rumeurs peuvent faire des ravages, je ne compte pas mettre Thaddeus en difficulté, c'est la dernière chose que je veuille.

Elle en avait suffisamment fait les frais. C'était davantage pour éteindre des rumeurs d'un côté comme de l'autre que pour en alimenter que les deux amis jouaient à ce petit jeu.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeMer 27 Jan - 13:35

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Gaïa était arrivée en troisième position, quelques minutes à peine avant sa sœur. Dès sa naissance, la jeune femme avait donc vécu entourée par une ribambelle d’enfants, d’autant plus qu’il y en avait eu trois autres après elles. En grandissant, elle avait pris très à cœur son rôle de grande sœur, et, peu à peu, elle avait fait de ce statut tout le centre d’une réflexion. Gaïa accordait une importance toute particulière à la jeunesse : c’était eux qui reprendraient le flambeau, et il fallait les former pour ça, leur donner la meilleure éducation possible pour qu’une fois adulte ils puissent à leur tour former les générations futures. Tout n’était qu’une question de temps : Gaïa aurait un jour des enfants, qui grandiraient, et qui auraient à leur tour des enfants. Il fallait prévoir des coups à l’avance – cinq, dix, voire vingt ans à l’avance. Et pour cela, il ne fallait pas négliger l’importance d’une association comme celle que la jeune femme avait mis en place. Parrainer des enfants, les aider dans leur vie, dans leurs études, dans leur recherche d’emploi, les pousser à parrainer eux-mêmes par la suite… C’était créer un cercle, créer des liens, et permettre d’orienter la jeunesse dans le bon sens.

Aussi, Cedrella pouvait être utile dans le rôle de marraine. Elle avait vu ce qu’il y avait de l’autre côté de la barrière et elle s’y était brûlée avant de revenir gentiment parmi les gens censés. Elle était la plus à même pour mettre en garde la jeunesse contre ce genre de déviances. Bien sûr, il faudrait surveiller tout cela de très près, mais Gaïa n’y voyait aucun inconvénient. Et puis, les jeunes se feraient vite leur propre idée : valait-il mieux s’épanouir dans un bon encadrement plutôt que de rechercher la liberté et de s’y brûler les ailes ? Le choix était vite fait, du point de vue de Gaïa.

- C’est entendu, donc, répondit la jeune femme à son amie. Tu verras, ce n’est pas bien compliqué ! Nous te mettrons en relation avec un jeune homme ou une jeune femme, à ta préférence, et il te suffira de l’orienter, de l’aider dans sa vie ! Faire jouer tes liens si il ou elle cherche un stage ou un travail, leur trouver un professeur particulier s’ils désirent approfondir leurs connaissances, être une oreille attentive et, surtout, les guider au mieux, ajouta-t-elle très sérieusement. Les jeunes sont têtes-brûlées, j’en sais quelque chose, crois-moi, et ils ont tendance à s’emporter. Il faut les soutenir et les relever quand ils font des bêtises.

Pour Gaïa, cela sonnait comme de la bonté, comme de la tendresse. Elle voyait mal en quoi cela pouvait être étouffant d’avoir quelqu’un prêt à corriger votre posture, vos paroles et vos gestes, juste pour préserver votre image. Mais, après tout, c’était aussi le cas de la majorité des jeunes qui rejoignaient son association : après tout, s’ils étaient là, c’était bien pour se faire épauler, n’est-ce pas ? En tout cas, Cedrella semblait partante, et cet engouement faisait plaisir à Gaïa – non seulement parce que son amie ne resterait plus à rien faire, mais parce qu’elle participerait aussi au rayonnement de son association.

Mais, rapidement, tous ces détails furent oubliés, mis de côté pour se concentrer sur un sujet plus… épicé. La relation qui semblait éclore entre son frère et Cedrella titillait grandement la curiosité de Gaïa. Qu’est-ce que ça cachait, toute cette affaire ? Avait-elle des raisons de s’inquiéter ? Mais son amie la rassura et, pour l’instant, Gaïa préféra se fier à elle. Elle mènerait une investigation plus approfondie auprès de son frère.

- Oh, je vois. Une rencontre arrangée qui se passe agréablement, alors ! Oui, Thaddeus est quelqu’un de très doux et de très sensible, vous ne pouviez que vous entendre, ajouta-t-elle avec un sourire. Je ne doute pas qu’il ait pris grand soin de toi en tout cas, et je vois que tu comptes bien prendre soin de lui aussi, alors je suis rassurée.

Oui, pour l’instant, Gaïa retrouvait sa sérénité. Cedrella n’était pas une méchante fille, bien au contraire, et Thaddeus était vraiment un garçon adorable – sûrement le plus compréhensif et le plus doux de ses trois frères. Alors tout allait bien. Ce que craignait le plus Gaïa, les deux tentaient de l’éviter comme la peste, donc elle n’avait pas à s’en faire et elle n’avait pas à intervenir. Parfait.

Avec un sourire aux lèvres, Gaïa attrapa la main de sa cousine, comme une adolescente.

- En tout cas, je suis rassurée. Tu as enfin fini par prendre un peu de plaisir à être là, tu as même un peu souri. Je t’enverrai un hibou dans la semaine ! Tu me diras tes disponibilités, nous prendrons le thé ensemble, ou bien nous irons sur le Chemin de Traverse ! Il est temps que ce joli visage retrouve un peu de couleurs, tu ne crois pas ?

Oui, une jolie fleur comme Cedrella ne pouvait pas rester éternellement à se flétrir dans un coin et Gaïa avait décidé que ça n’arriverait pas.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Cedrella Black
▌ Messages : 714
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: ébène, plume de sombral, 23,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emily Blunt

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeMer 27 Jan - 17:59


Un véritable ami vous poignarde en face.
C

e n'était pas bien compliqué, c'était peut-être vite dit, en réalité, car Cedrella ne pouvait pas forcément présumer de ce que son engagement auprès de Gaïa impliquerait plus concrètement en matière d'investissement et de difficultés. Cependant, elle avait besoin de se donner des objectifs, elle avait besoin de donner du sens à sa présence ici, qui pour le moment en manquait plus que cruellement, alors guider dans la mesure de ses capacités un jeune homme ou une jeune femme du monde pour l'aider dans la vie, ce ne semblait pas si mal. Ce serait une bonne action, et ça lui permettrait de sortir un peu la tête de l'eau.

Dis comme ça, elle serait presque impatiente de s'y mettre, mais chaque chose en son temps. Pour ce qui était de ramener quelqu'un sur le droit chemin, elle était clairement un exemple à suivre. Pas pour la partie où elle abandonnait son futur mari presque devant l'autel pour aller vivre dans le péché avec un amoureux des Moldus, mais la partie où elle revenait, toute repentie, respecter les codes et préceptes familiaux, cela pouvait mettre du plomb dans la cervelle de certains. Ou les convaincre du fait que même ce qu'ils voudraient possible ne l'était jamais vraiment. Même en étant convaincu de faire les bons choix, on pouvait se prendre un mur. Enfin... Est-ce que Cedrella avait vraiment envie de penser plus longuement à cela ? Non, pas vraiment, non.

Il fut alors question de Thaddeus, et sur ce point également, Cedrella pensait être parvenue à rassurer, ne serait-ce qu'un peu, son interlocutrice, qui n'avait guère besoin de l'abreuver de mises en garde à n'en plus finir. Elle n'avait pas à s'inquiéter ni pour l'avenir, ni pour la réputation de son frère... ou en tout cas, si inquiétudes il y avait, cela n'aurait pas à venir d'elle. La dernière chose que Cedrella puisse vouloir était définitivement d'attirer des ennuis à l'une des rares personnes qui s'étaient montrées agréables et prévenantes avec elle depuis son retour dans le grand monde.

Gaïa avait raison de le souligner. Cedrella se montrait bien plus souriante qu'au moment de leurs retrouvailles, et pour cause, elle se sentait soulagée de voir que son amie l'était encore (ou si elle ne l'était plus, elle donnait sacrément bien le change), et sa compagnie tout comme leur conversation avait le don de lui rappeler tout ce qui lui avait manqué, et tout ce qu'elle pouvait à présent retrouver, avec plaisir. Si tout ça, ce faste, la compagnie de la communauté des sangs purs, lui avait tiré tant de soupirs nostalgiques quand elle était encore avec Septimus, c'était bien que tout n'était pas à jeter dans ce qu'elle retrouvait à présent, avec presque un certain plaisir, il est vrai.

-C'est une excellente idée. Et j'aurais bien besoin de refaire ma garde-robe, j'espère pouvoir compter sur ton sens de l'élégance pour m'y aider
, sourit Cedrella. Pour ce qui est de mes disponibilités, il sera sans doute plus rapide de me donner les tiennes.

Ce n'est pas comme si Cedrella, elle, avait grand-chose à faire.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Gaïa Yaxley
▌ Messages : 57
Humeur :
Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Right_bar_bleue

En couple avec : Riyadh Shafiq

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Jessica Brown Findlay

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitimeJeu 4 Mar - 12:27

Un Véritable Ami Vous Poignarde En Face
ft. Cedrella Black
Gaïa pensait sincèrement qu’avoir Cedrella à ses côtés serait une bonne chose. Non seulement elle pourrait participer à la réhabilitation de sa cousine, en témoignant de la bonne volonté de cette dernière, mais, en plus de cela, elle pourrait également avoir une aide supplémentaire, une personne proche directement en lien avec la jeunesse. Gaïa gérait l’association à des degrés parfois trop administratifs à son goût et n’avait, selon les périodes, que peu de temps à accorder aux jeunes dont elle tentait d’orienter le parcours. Cedrella serait une intermédiaire de choix, elle le sentait. De plus, la jeune Yaxley était sûre que sa cousine porterait grande attention non seulement au jeune homme ou à la jeune femme dont elle serait responsable, mais aussi aux autres, par extension. Cedrella avait un grand cœur ; c’était sûrement ce qui l’avait perdu, d’ailleurs.

Et sûrement ce qui la faisait hésiter. Gaïa n’était pas dupe, ni aveugle, et elle avait bien conscience du trouble qui secouait Cedrella, trouble largement justifié par les errances de la jeune femme.

- Ne t’inquiète pas, ajouta plus doucement Gaïa. Ça se passera bien. Et s’il y a quoi que ce soit qui te pose problème, n’hésite pas à venir m’en parler. Le but est d’aider un adolescent ou une adolescente, mais pas que : ici, c’est aussi ton épanouissement qui est en jeu. Si tu ne te sens pas à l’aise, je ne te force en rien, sache-le. Si ça ne marche pas, on trouvera autre chose.

Gaïa avait reçu une excellente éducation. Elle aimait lire, elle s’intéressait au monde – elle écrivait même, beaucoup, surtout pour elle – et elle aurait adoré pouvoir mettre tout cela à profit. A dire vrai, Gaïa aurait adoré travailler. Peut-être faire des études de droits, devenir juriste comme ses aînés, ou avocate, comme Darius. Malheureusement, elle avait dû couper court à ses ambitions très tôt : elle était une femme et son rôle n’était pas là. Renoncer avait été dur et elle avait tenté de se consoler avec cette association.

Alors aujourd’hui, voir Cedrella ainsi, elle qui avait tout perdu et qui avait renoncé à tout, à deux reprises… Cela lui donnait envie de l’aider, de lui tendre la main. Il y avait d’autres solutions, certes moins satisfaisantes, des choix peut-être un peu par défaut, mais qui permettaient beaucoup. C’était ce que Gaïa lui proposait.

Quant à Thaddeus… Eh bien, il n’y avait de toute évidence plus rien à craindre de ce côté-là. Cedrella était vraiment une gentille fille, et son frère était loin d’être un idiot. De fait, tant que les choses ne semblaient pas tourner au vinaigre, Gaïa ne s’en mêlerait plus – enfin… elle prendrait tout de même la peine d’aller questionner son frère, juste pour savoir ce qu’il en pensait. Avait-il un faible pour Cedrella en secret ? Toute cette affaire rendait Gaïa curieuse – entendez par là encore plus que d’habitude – et elle avait hâte de rentrer pour aller en toucher deux mots à Thaddeus.

La soirée touchait à sa fin. Beaucoup de personnes commençaient à avancer vers la sortie et Gaïa savait qu’elle ne tarderait plus, tout comme Cedrella. Elle proposa donc à sa cousine de sortir avec elle dans la semaine ; la jeune femme accepta.

- Oh mais avec plaisir, ma chère, répondit Gaïa, ravie de pouvoir jouer avec une poupée à taille réelle. Tu vas voir, on va faire des merveilles ! Et je t’envoie donc un hibou dès demain.

Alors que l’heure de partir arrivait, Gaïa prit sa cousine dans ses bras.

- Je suis contente de t’avoir revu, Cedri. Je te recontacte très vite. Et ça va aller, d’accord ? Tu as ta place ici.

Car, malgré tout, oui. Cedrella était ici chez elle. Elle appartenait à ce milieu, elle était des leurs. Les derniers mois n’avaient été qu’une… déviance. Une dérive. Maintenant qu’elle était revenue dans le droit chemin, il fallait l’encourager.

Comme une enfant, Cedrella avait besoin de faire des erreurs pour comprendre. Mais il était désormais temps de se comporter en adulte.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Empty
Message#Sujet: Re: Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]   Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un véritable ami vous poignarde en face. [pv Gaïa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-