AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à capuche
29.97 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 It's all about crossroads + Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 231
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Rose Ashford-Selwyn

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeLun 18 Jan - 23:45



It's all about crossroads
Rose & Tibérius
Les sourcils froncés et les yeux abrités derrière des lunettes métalliques accentuant son air de hibou réprobateur, déjà marqué par un œil au beurre noir à propos duquel personne n’ose lui faire de réflexions, Tibérius Yaxley fume cigarette sur cigarette, enfermé dans son bureau au Magenmagot, de nombreux dossiers ouverts sur la table. « Beurk…Lestrange…où est-ce procès-verbal ? Ah ! alors…sous cet angle…» Pour la première fois depuis des semaines, il est redevenu actif. Toujours aussi contrarié, contrariant et dans son monde, mais il travaille. Dans une heure, il a une audience à présider. En attendant, il gère des affaires de familles et des affaires politiques en utilisant les moyens du Ministère sans scrupules. Un contact dans l’Hydre l’a informé d’un fait qui le contrarie particulièrement. Une proposition, qu’on aurait fait à Rose, celle d’agir, sous couvert de clandestinité. Une proposition qui a été faite par un cousin, certes, mais pas un allié. Et si ce n’est pas un allié…c’est un mangemort. Et un ennemi. Et s’il entraine Rose là-dedans…non, impossible. Il y a beaucoup de choses que Tibérius peut supporter, mais pas cela. Se disputer avec elle, qu’elle lui fasse la gueule à l’infini, toute la vie s’il le faut, tiens, il est même prêt à pardonner à Archibald – mais pas trop vite, souffle son mal de crâne à l’unisson avec son œil au beurre noir – mais avoir comme ennemie mortelle Rose…pas question !

Avec ce second objectif, car il n’a pas oublié celui de la reconquérir, et une fois la colère passée, il lui a écrit pour empêcher le pire. Une fois remis de sa colère contre Archie, et qu’il a été un peu moins sonné (curieusement, la lettre de Rose a été aussi rafraichissante que les compresses glacées et les soins auxquels il a eu droit), Yaxley s’est mis à écrire fiévreusement à la jeune femme, animé à la fois par un espoir lié au fait qu’elle lui réponde, comme au fait d’avoir réussi à l’embrasser, et donc l’envie de lui parler, quitte à lui raconter n’importe quoi à propos de leur famille puisqu’il sait qu’elle répondra, et quelque chose de plus grave et qui relève d’une inquiétude grandissante et mal contrôlée. Dire qu’il a trainé à la recruter dans l’Hydre, il ne sait même pas si elle l’écoutera maintenant…il faut qu’il parle à Ignatius. Alors il a aussi écrit à Ignatius. Et puis en relisant un brouillon pour Rose, quelque chose l’a frappé. Orpheus, son vieil ami, interrogé. Aristide, son frère, également. Mais par pour Amos. Pour l’évasion de Azkaban. Se pourrait-il que…Le doute s’est installé dans l’esprit de Tibérius. Et maintenant, alors qu’il a une audience, il cherche des preuves, des indices, partout, sur Lestrange, sur Orpheus, sur tout le monde, parce que la trahison pourrait être partout et que le combat le mérite.

Cette fièvre, c’est autant un moyen de calmer son inquiétude pour son rendez-vous avec Rose que son côté illuminé en quête de la vérité et d’un combat politique qui la causent. Et la trahison potentielle d’un ami très cher, qu’il aimerait écarter…Incapable de tenir en place, il monte plan sur plan, faisant les quatre cent pas dans son bureau. L’audience lui offre une distraction bienvenue et le procès étant d’intérêt mineur, il le calme un peu et l’aide à faire le point. Plus calme, il s’aperçoit cependant en jetant un coup d’œil à sa montre à gousset qu’il est presque en retard. Le temps de retirer sa robe de magistrat pour en passer une de ville, courant dans le hall, le voilà qui transplane pour Pré-au-Lard.

Remontant la rue principale du village vers les Trois-Balais d’un pas vif, Tibérius ne tarde pas à apercevoir sa cousine devant leur lieu de rendez-vous. « Rose, hello ! » Il la prend gentiment par le bras, par réflexe, et un instant, tout est oublié. Hydre, mangemorts, trahisons et inquiétudes, peu lui importe, il est juste heureux de la voir…avant de s’attirer un regard foudroyant. Un peu penaud, le juge lâche le bras de la jeune femme. Décidant de ne pas s’attarder sur les sujets qui fâchent, et soudainement soucieux d’éviter de commenter ce cocard qu’il arbore encore, il ajoute simplement : « Désolé, l’audience a trainé. Viens. » Puis, réalisant la méprise de Rose, Yaxley ajoute : « Non, on ne rentre pas. Je ne sais pas qui est à l’intérieur…Faisons un tour, plutôt. Les gens ne feront pas attention à nous si nous avons l’air de regarder les vitrines. »

Les pans de sa cape de printemps voletant derrière lui, il se met en chemin, Rose à ses côtés, ayant conscience que toute son attitude doit paraître extrêmement étrange. « Désolé pour tout ça…c’était nécessaire. » Un moment, Tibérius cherche comment amener les choses, et décide que la meilleure façon de faire est encore de procéder comme à son habitude, c’est-à-dire en annonçant les choses de but en blanc. « C’est à propos de Caleb Lestrange. Tu l’as croisé à une soirée, je crois avoir compris ça ? Tu veux bien me dire ce qu’il t’a dit ? » Il ne réalise pas qu’en disant cela, il pourrait avoir l’air d’avoir espionné Rose : c’est trop loin de ses intentions. Pour le moment, il voudrait qu’elle l’écoute, et qu’elle le croit, c’est tout – après, peut-être, pour le reste, on verra. Elle est là, c’est déjà quelque chose. Un peu nerveux de nouveau, Tibérius cherche une cigarette, et l’allume, regard fixé sur une des vitrines, avant de lancer sans y penser, vieux réflexe un peu intime : « Tu en veux une ? je te l’allume ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 810
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeMar 19 Jan - 17:55

❝Tibérius & Rose❞It's all about crossroad

Curieuse, Rose l’est probablement trop pour son propre bien. C’est la curiosité qui l’a poussé à ouvrir le courrier de Tibérius qu’elle a reçu après leur rupture. Une curiosité qu’elle paie puisque qu’après avoir répondu, son cousin semble avoir gagné en confiance au point de penser qu’elle était capable de pardonner. Or, la jeune femme ne se sent pas prête à pardonner quoique ce soit. Elle n’est pourtant pas rancunière de nature. Si elle a bien une qualité, c’est celle de pouvoir mettre ses griefs de côté au profit d’une saine médiation, une chose rare chez les sang pur. Dernièrement, sa famille met son bon caractère à rude épreuve. D’abord avec les insultes de Gaïa, ensuite avec la tromperie de Tibérius, si bien qu’il devient dur de mettre sa colère de côté. A la place, ce sont les pires traits du caractère de l’ancienne Serpentard qui ressortent, prouvant qu’elle est, elle aussi, une digne héritière de l’intransigeance des Selwyn et Yaxley.

D’un point de vue extérieur, on pourrait penser qu’elle prend un certain plaisir à humilier son cousin. Pourtant, malgré sa colère, Rose n’est pas fière de son comportement. Ce n’est pas sa façon de faire les choses , mais elle ne peut pas s’empêcher de faire autrement tout comme elle ne peut pas supprimer cette petite satisfaction qu’elle éprouve à avoir le dessus sur Tibérius.

C’est également la curiosité qui la pousse à accepter le rendez-vous fixé par le juge. Elle qui n’a jamais dédaigné mentir pour arriver à ses fins, ne croit pas une seule seconde que son cousin n’a pas d’autres idées derrière la tête. Il a probablement quelque chose d’important à lui dire, mais ce n’est pas ça qui empêche les gens d’avoir un double agenda et si c’est une méthode plus digne d’un Serpentard que d’un Serdaigle, la botaniste a toujours vu Tib comme un choixpeau flou.

Dans le fond, elle peut se voiler la face autant qu’elle le veut, Rose a accepté de venir aussi parce qu’elle a envie de le voir. Si la jeune femme n’envisage pas une seule seconde de lui pardonner et de reprendre leur relation là où ils l’ont laissés, elle a tout de même du mal à se passer de sa présence. Il faut dire que la famille Yaxley, et par extension Tibérius, ont toujours été une constante dans sa vie et maintenant qu’ils sont froids - Thaddeus mis à part, Marciana ayant pris, par principe, le parti de sa jumelle - Rose ressent fortement leur absence.

Ponctuelle, elle arrive même en avance sur leur lieu de rendez-vous, il fait relativement bon aussi se promène-t-elle à proximité des Trois Balais tout en observant la devanture des boutiques avec un intérêt feint. En réalité, la seule chose qui la préoccupe est l’arrivée imminente du juge. Il la prend par surprise en lui agrippant le bras, c’est que contrairement à elle, il semble joyeux. Trop à son goût. Elle le fusille du regard tout en notant que de toute évidence Archibald a fait bien plus que crier lors de son passage chez Tiberius. Elle retient un sourire mauvais, elle n’est pas là pour entamer les hostilités après tout.

- Bonjour Tibérius. Ce n’est pas grave, j’étais en avance de toute façon.


Elle s'apprête à entrer aux Trois Balais pour finalement le suivre dans la rue lorsqu’il lui propose de marcher et faire le tour du village. Elle le suit donc, marchant à ses côtés et notant à quel point il est étrange de ne pas être à son bras alors qu’il lui offrait toujours par courtoisie, même avant qu’ils ne soient ensemble. Elle observe pour la seconde fois les vitrines qu’elle connaît désormais bien. Si elle ne commente pas son premier commentaire, elle fronce des sourcils au second et répond d’une voix tendue.

- Je vois souvent Caleb. Est-ce que tu me fais suivre ? Fais attention à ta réponse.

Une idée qui lui semble folle, mais pas tant que ça si on considère les actions de son cousin dernièrement. Quoiqu’il en soit, Caleb étant un ami proche et travaillant dans le même département qu’elle, Rose le fait en effet fréquemment. Est-ce parce qu’ils sont en froid, mais la jeune femme ne goutte pas spécialement la question de Tibérius et n’a pas vraiment envie de lui faciliter la tâche.

- Honnêtement, il faudrait que tu précises de quelle soirée tu parles et surtout, je ne vois pas en quoi ça te regarde.

Evidemment, elle ment. La dernière fois qu’elle a vu Caleb, ils ont eu une discussion pour le moins intéressante. Depuis, Rose y a pensé, mais sans savoir si elle désirait y donner suite. Le savoir, c’est une chose, mais mettre quelqu’un d’autre au courant, fusse Tibérius, en est une autre. Songeuse, elle accepte d’un signe de tête la cigarette sans vraiment y prêter attention. Les vieilles habitudes sont dures à casser et les gardes se baissent facilement.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 231
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Rose Ashford-Selwyn

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeMer 20 Jan - 0:10



It's all about crossroads
Rose & Tibérius
LEst-il possible d’oublier un instant ce qu’il y a entre eux et d’être parfaitement sincère et uniquement concentré sur cette saleté de proposition de Caleb Lestrange ? Difficile à dire, mais la réponse est probablement non du côté de Tibérius. Mais après tout, c’est bien parce qu’il tient à elle qu’il est là et qu’il tente de la mettre en garde d’un danger éminent, de cette sorte d’épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête de la jeune femme : l’un et l’autre sont liés. On pourrait cependant mettre à son crédit qu’il a le bon gout de ne pas trop relever les piques et de ne pas se servir de la rencontre pour essayer de combler le fossé qui s’est creusé entre eux, alors que ce serait tentant. Dans d’autres circonstances, Yaxley en profiterait peut-être, mais pour le moment, ce n’est définitivement pas sa priorité.

Après des jours, voire des semaines, où il comptait aux abonnés absents, son esprit stratège et pragmatique est de retour, et dans l’échelle des priorités, il arrive de nouveau à faire la part des choses. D’abord écarter le danger de Rose ; ensuite la reconquérir. La seconde partie n’a aucun sens de toute manière, s’ils ne sont plus dans le même camp : l’idée même d’être vraiment ennemis, dans une guerre qu’il a tellement de fois théorisée en disant qu’elle serait totale et qu’il n’y aurait pas de pardon possible, le terrifie. L’inquiétude dévore tout le reste, si bien que la question de Rose le surprend et qu’il reste interdit un instant : « Quoi ? » Clignant des yeux avec une surprise incrédule laissant peu de doute sur sa sincérité, il proteste, se justifiant sans s'en rendre compte : « Non, pas du tout, qu’est-ce que tu vas t’imaginer...pourquoi veux-tu que je fasse ça ?  » Ça ne lui est même jamais venu à l’idée, même alors qu’ils étaient ensemble (encore moins, en fait) alors il est un peu perdu à l’idée que Rose puisse le penser. Ça n’arrangerait guère ses affaires, songe Yaxley sombrement, réalisant la simple distance physique qui s’est creusée entre eux, observable à cette simple promenade un peu raide. Décidant de ne pas s’attarder dessus – ne pas perdre de vue l’essentiel, encore une fois – il explique posément : « Non, on m’a rapporté cette conversation presque par hasard, même si je suis content de l’avoir appris. » Leur espion n’avait pas même idée de sa relation avec Rose, il ne venait pas à cette soirée pour Caleb ou elle : c’est une chance qu’il ait entendu leur conversation. « Mais peu importe. Ce n’est pas tellement le messager qui m’intéresse. Plutôt le message, en l’occurrence. » Quoique Caleb Lestrange vient de devenir une personne à surveiller, mais ça, pour l’instant, ça ne concerne pas Rose.

Car pour le moment, il faudrait déjà la convaincre de l’écouter, ce qui n’est pas gagné, car elle semble encore réticente à l’écouter. Alors qu’il lui allume une cigarette, il cherche les mots les plus appropriés, retenant un mouvement d’impatience qui ne serait pas du meilleur gout, voire qui ruinerait tous ses efforts. « Je… » Il serre les dents, mordant le filtre de sa cigarette, fait un effort pour se calmer. C’est l’inquiétude qui parle sous forme de colère, c’est tout., il n’y a qu’à la laisser retomber. « Ça me regarde parce qu’il est en train de t’embarquer dans une histoire dangereuse, et que je ne peux pas laisser faire ça. Peu importe ce qu’il s’est passé entre nous, je ne vais pas te laisser tomber… » Lance-t-il plus bas en reprenant sa marche, un peu gêné de cette confession. Ce ne serait pas bien, pas digne d’eux, de leur famille, mais à ce stade, Tibérius sait aussi qu’il est mal placé pour dire ce genre de chose. Tirant une bouffée de tabac de sa cigarette, il décide donc de passer outre et d’être pragmatique. « Mais soit, si tu ne veux pas m’expliquer, je pense pouvoir deviner ce qu’il t’a dit. » Les faits, rien que les faits. « Il t’a parlé d’une initiative. De la possibilité d’agir. Pour le sang, pour la sorcellerie, pour nous. Je ne sais pas les mots qu’il a employé précisément, mais ça ressemblait à ça, je me trompe ? » Du coin de l’œil, il observe la réaction de Rose, et se permet un léger sourire lorsqu’il comprend avoir eu raison : « Non, manifestement. » Et le constat est loin de le réjouir. Puis, jetant un œil détaché à la vitrine de Scribenpen comme s’il cherchait un nouveau modèle de plume, il finit par lâcher la bombe, cigarette toujours aux lèvres  : « J’ai de bonnes raisons de croire que Caleb Lestrange appartient à un groupe illégal qui projette de prendre le pouvoir et qui est vraisemblablement à l’origine de l’évasion d’Azkaban. »

Il se demande si elle l'écoute, si elle le croit. Il le faut, pourtant, c'est important, et la détresse le gagne malgré lui, alors par réflexe, il prend sa main et tourne la tête vers elle, quittant son attitude détachée de promeneur pour ajouter d'un ton insistant, où perce ce qui pourrait être une pointe de panique : « Écoute moi, Rosie, continue à me détester si tu veux, mais écoute moi au moins quand je te dis que je m’inquiète. Ne vas pas t’engager là-dedans, ils sont dangereux, tu m’entends ? Je ne plaisante pas. »
(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 810
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeMer 27 Jan - 23:23

❝Tibérius & Rose❞It's all about crossroadFascinant comme un seul événement peut changer la perception que l’on a d’une personne. Il y a quelques semaines, jamais Rose n’aurait imaginé que Tibérius puisse être capable de l’espionner. Il faut dire qu’il y a quelques mois de ça, la jeune femme n’aurait jamais pensé que celui-ci la poursuivrait de ses assuidités au point qu’elle accepterait d’entretenir une relation plus qu’amicale avec lui. Pourtant, des mois plus tard, la voilà en train de marcher avec lui à Pré au Lard, le relation dégradée au point qu’elle ne serait en réalité pas surprise si celui-ci l’avait faite suivre. Il faut dire que leur dernière rencontre n’a laissé aucun doute sur ses intentions ni même sur sa désillusion. A ce point dans le déni quant à la colère qu’elle lui porte, Rose se demande jusqu’où il est capable d’aller pour tenter l’irréparable.

La surprise de son cousin a l’air sincère, mais Rose n’arrive pas à le croire. Le constat est douloureux pour elle qui n’a jamais douté de la parole de son aîné. En toute occasion, Tibérius a toujours été un roc sur lequel elle pouvait se reposer, maintenant que ce n’est plus le cas, elle a l’impression que toutes ses certitudes sont ébranlées. La jeune femme voudrait le croire, il a l’air surpris qu’elle puisse le penser aussi inquisiteur. Il est vrai que ce n’est pas son modus operandi, le juge étant bien trop direct pour s’amuser à ce genre de jeu. Le problème, c’est qu’elle ne l’aurait pas imaginé malhonnête non plus et pourtant il lui a menti pendant des semaines. Evidemment, elle s’en est voulue d’avoir pensé qu’il n’aurait jamais pu lui mentir. Naïvement, Rose pensait que c’était pour les autres. Qu’elle valait mieux que ça. Comprendre qu’elle n’était pas au dessus des autres fait mal et la jeune femme se rend compte à quel point elle déteste être “comme tout le monde”, surtout aux yeux de Tibérius.

- Il y a plein de choses que je n’imaginais pas que tu fasses et pourtant nous voilà, presque ennemis plutôt qu’amis.

Elle sourit en le disant, comme si elle était heureuse de se promener à ses côtés, comme s’ils partageaient une conversation agréable, comme s’il ne s’était rien passé. Or, elle n’en pense pas moins et Tibérius est un imbécile s’il pense que ce n’est pas le cas. Néanmoins, l’heure n’est pas aux reproches. Pas si la situation est aussi grave que son cousin le lui a dit par courrier. Rose a pourtant bien du mal à s’empêcher de le faire. La colère qu’elle ressent est loin d’être partie et il faut bien qu’elle l’évacue peu à peu.

- Je serais curieuse de savoir qui écoute mes conversations, commente-t-elle en fronçant les sourcils.

Avec Caleb, ils ont pourtant bien fait attention à être à l'abri des oreilles indiscrètes et la jeune femme se sent contrariée de savoir qu’elle n’a pas été aussi attentive qu’elle aurait du l’être. Loin d’elle l’idée de mettre son ami dans l’embarras. Le discours de Tibérius la met donc sur la défensive et elle écoute ce qu’il a à lui dire avec un certain scepticisme.

- Dangereux ?, elle rit. As-tu seulement idée du travail que je fais, Tibérius ? Non, évidemment, non, mais je doute sincèrement que ça soit un danger que je ne sois pas capable de gérer.

Oh bien sûr, Rose n’est pas une combattante. Pas si elle peut l’éviter en tout cas. Cérébrale, elle a toujours préféré la recherche, mais sa formation aux Mystères comprend bien d'autres choses que ça et elle sait parfaitement se défendre. Sans compter qu’elle connaît Caleb et qu'elle a une confiance absolue en son ami. Jamais il ne lui ferait une proposition qui serait contre ses intérêts.

- Me laisser tomber …, s’offusque-t-elle avant de reprendre un air plus digne et de siffler. Soit, ce n’est pas le moment…

Elle inspire et continue de l’écouter mais sans vraiment voir de différence entre son discours et celui que Caleb a eu lors de la réception. A ce stade, il ne sert à rien de nier.

- C’est en effet ce dont on a discuté, lui répond-elle, mais je ne vois pas de différence entre ce qu’il m’a dit et ce dont on a toujours parlé, Tibérius. Comme moi, tu sais que la prééminence des sangs purs au sein de la société sorcière est en train de s'effondrer. Chaque décennie marque un recul drastique et nos privilèges sont sans cesse remis en question et rabotés. Je ne vois aucune différence entre ton discours et le sien.

Le volet des accusations qu’il lance contre le jeune homme sont par contre bien plus graves. L’affaire a fait grand bruit et pas qu’au Ministère. Le fait est grave, on n'avait pas vu une évasion pareille depuis un moment. L’ambiance s’est d’ailleurs largement rafraîchie à Londres et tout le monde est sur le qui vive.

- Tu te rends compte de quoi tu accuses Caleb ? Qu’as-tu comme preuve ? Tu ne peux pas lancer une bombe pareille comme ça. Tu ne t’attends quand même pas à ce que j’avale ça ?

Elle refuse de croire que son ami pourrait être impliqué la dedans, mais la mine de Tibérius et son discours la font hésiter. Elle a beau en vouloir à son cousin, elle le sait désormais menteur, mais elle ne l’imagine pas tenir volontairement la réputation de l’un des leurs. Il n’a rien à y gagner. Ils sont désormais près du salon de thé et elle s’arrête de marcher abruptement, et se tourne vers lui.

- Bien, Tib, dit-elle en employant son surnom pour la première fois depuis longtemps. En imaginant que tu ne me mens pas, il va falloir que tu m’en dises plus. Que tu me donnes des preuves, que tu m’expliques parce que pour le moment, je ne vois rien qui puisse me convaincre.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 231
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Rose Ashford-Selwyn

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeVen 5 Fév - 0:39



It's all about crossroads
Rose & Tibérius
« Tu… » Tibérius continue de marcher, en apparence imperturbable, mais l’attaque de Rose le blesse autant qu’un coup de poignard et s’ils n’étaient pas dans la rue, il ne tenterait même pas de garder contenance. Ennemis, est-ce qu’ils sont ? Il sait que Rose lui en veut et qu’elle a ses raisons pour cela, mais ennemis, tout de même…Nier qu’il est blessé qu’elle le croit capable de ce genre de chose, pire qu’elle pense qu’il lui veuille du mal ne servirait à rien, Yaxley l’est, et plus même qu’il ne l’imaginait. Est-il donc tombé si bas que cela dans son estime, n’est-il vraiment plus rien pour elle ? Il ne lui semblait pas, pourtant, lorsqu’il l’a embrassée chez les Selwyn, mais il n’empêche que ça fait mal. Mais il ne veut pas perdre la face, alors comme il ne sait pas quoi répondre à cette accusation, il s’en tient aux faits, trouvant le moyen de faire passer un message à son tour : « Hmf. Je n’ai pas besoin de commis pour gérer mes affaires personnelles, et je n’envoie pas d’espions aux gens à qui j’ai envie de dire qu’ils me manquent. » L’avantage du cocard, c’est qu’on ne voit pas trop qu’il rougit en le disant. Il ne serait sans doute pas capable de dire à Rose qu’elle lui manque et qu’il se déteste de l’avoir perdu, mais c’est le mieux qu’il puisse faire – pour le reste il s’est déjà mis à genoux devant elle, et il ne voit pas quoi faire de plus pour le moment.

Surtout quand sa priorité du moment est moins de se justifier lui que d’éviter que Rose ne finisse par avoir des ennuis. Ils ont du temps pour parler d’eux, mais s’il ne convainc pas maintenant la jeune femme de se détourner des mangemorts. Pour le moment, cependant, encore faudrait-il la convaincre de l’écouter, ce qui n’est pas tout à fait gagné vu le contentieux qui règne entre eux. « Personne que tu ne connaisses vraiment. Et surtout, personne qui ne les écoute de façon intentionnelle, encore moins pour me faire un rapport, encore une fois. Je n’ai pas envie de mêler qui que ce soit à mes affaires personnelles. » Aussi essaye-t-il, non sans mal, de ne pas jeter trop d’huile sur le feu en rebondissant sur ce qui dit Rose, ayant l’heur de paraitre contrit, ce qu’il est vraiment, tant il se ficherait des gifles à cause de sa contre productivité. « Je sais…je sais. Tu vois ce que je veux dire. Je ne te veux pas de mal, Rosie, et je ne veux surtout pas que tu te retrouves à avoir des ennuis. » Il y a une différence entre ce qu’il s’est passé entre eux, qu’il regrette de toute façon, et attirer volontairement des ennuis à Rose. Qu’il ait été lâche et menteur, sans doute, mais elle reste la famille. Peu importe à quel point elle peut lui en vouloir et même s’il ne voulait pas reprendre leur relation, ce qui n’est pas le cas, il essaierait de l’avertir – et d’autant plus qu’il tient bien plus à elle que n’importe quelle autre cousine.

Saisissant l’occasion au vol, Yaxley finit donc par lâcher la bombe, et se trouve un peu contrarié lorsqu’elle lui oppose la similarité de son discours avec celui de Caleb Lestrange. Tibérius pourrait disserter des heures et par le menu de ce qui le différencie de Caleb Lestrange et il doit se contraindre à aller à l’essentiel, se contentant d’un énigmatique : « Oh, je ne te dis pas qu’il n’est pas sincère. Il est même possible qu’il le soit parfaitement, et qu’il pense vraiment atteindre cet objectif. Peut-être même que nous tomberions d’accord si nous discutions. Mais pas sur la méthode ni la manière de faire…ni les personnes qu’il suit. Ce qui serait un immense gâchis, mais si c’est le cas, c’est trop tard pour lui, et je ne pourrais rien y faire. » Il ne sait pas quelle possibilité il préfère, car que Lestrange soit un opportuniste ou un naif, il n’aura pas de scrupule puisqu’il n’est pas un partisan, quoiqu’il soit sincère lorsqu’il parle de gâchis : voir des cousins corrompus ainsi le désole.

Au moins a-t-il réussi à éveiller l’attention de Rose, qui finit par l’arrêter brutalement lorsqu’il énonce brusquement la triste vérité. Voilà le moment, songe Tibérius, de dire toute la vérité. Ce n’est pas pour autant que c’est facile ou qu’il n’est pas mal à l’aise, et surtout inquiet à l’idée qu’on l’entende. « Je vais t’expliquer ce qu’il s’est passé, mais entendons nous bien : je ne suis pas au courant de ça. Et toi non plus. Nous aurons des ennuis tous les deux si ça s’apprend. » Il soupire, tire une dernière bouffée de sa cigarette avant de la faire disparaitre d’un sort, cherchant comment amener les choses. « Ça risque d’être un peu long, mais il va falloir remonter à Grindelwald. C’était un espoir formidable, pour nous. Mon père s’est intéressé à ce qu’il a fait. J’ai suivi. Nous avons tous rêvé d’un leader comme lui pour l’Angleterre. Son projet de dominer les moldus était fou, peut-être, mais il avait raison sur le fond…sur notre statut. Le Ministère plie l’échine pour tout, et nos traditions s’effritent perpétuellement. Alors nous avons décidé de prendre le relai…de reconquérir le pouvoir. Par la force s’il le faut. » Pas étonnant de sa part, finalement, comme Rose le dit : ni Augustus, ni Tibérius après lui, n’ont jamais vraiment cherché à cacher leurs idées, le fils encore moins que le père. Son visage s’assombrit cependant :  « Et il s’est avéré qu’un…gamin, je n’ai pas d’autres mots, s’est trouvé l’envergure de Grindelwald et a décidé de prendre le contrôle du mouvement. » Avec mépris, il crache : « Jedusor, qu’il s’appelle. A peine plus vieux que Octavia, je pense. Il sort de nulle part. Il est peut-être doué, mais il n’est pas des nôtres. Et c’est…je dirais que c’est un mercenaire. Il se fiche éperdument de nous, de nos familles, de nos valeurs. Il veut le pouvoir pour lui-même. Mais il parle bien, il faut le dire. Certains ont suivi le mouvement, par opportunisme ou par lâcheté. D’autres se sont fait berner, tout simplement. » C’est une position politique comme une autre, de lutter pour sa gueule, de prendre le pouvoir pour soi, mais pas la leur et Jedusor est un manipulateur. Doué, mais un manipulateur tout de même. « Nous sommes quelques uns à être resté lucides. Ça n’était pas un leader acceptable. Nous avons décidé de faire…disons, sécession. De reprendre l’initiative, en espérant qu’à la fin, nous puissions montrer la vérité à ceux qui se sont légitimement tromper. » Pour l’instant, pas besoin d’en dire plus, il s’expliquera plus tard sur son engagement et sur l’Hydre. Dire qu’il fait partie d’un mouvement secret visant à renverser le pouvoir, c’est déjà beaucoup. Et c’est une preuve de confiance, tant Rose pourrait lui causer des ennuis en le dénonçant, rien qu’avec le peu d’éléments qu’il donne. Pragmatiquement, il conclut son exposé en ajoutant : « Nous ne sommes pas à l’origine de l’évasion de Azkaban. De ce que j’ai vu au Ministère, ce sont essentiellement des partisans de Jedusor qui se sont évadés. Il aime…le spectaculaire. L’esbrouffe. C’est son style à lui. » Puis : « Et Caleb Lestrange n’est pas l’un des nôtres. » Si ce n’est pas nous, c’est eux : c’est aussi simple que ça.  

(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 810
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeSam 6 Fév - 0:20

❝Tibérius & Rose❞It's all about crossroadIl est rapidement évident que Rose ne se rend pas compte du pouvoir qu’elle a sur son cousin. Dans la tête de la jeune femme, rien de ce qu’elle peut dire ne blessera celui-ci. En réalité, ça la frustre puisqu’elle-même blessée, elle ne désire rien tant que lui rendre la pareille sans savoir comment s’y prendre. La jeune femme serait surprise d’apprendre que, malgré son air imperturbable, son cousin est bien plus touché par ses paroles qu’il ne le laisse entendre. Il adopte la même tactique qu’elle. Rien d’étonnant quand on sait qu’ils ont reçu une éducation semblable. Retenue, absence d’effusion, discrétion et incapacité de parler franchement de tout ce qui peut être sentimental. Ils sont le fruit des traditions obsolètes qu’ils s’évertuent pourtant à perpétuer comme si la survie de leur espèce en dépendait. Dans le fond, peut-être est-ce le cas. C’est parce que leur mode de vie est exigeant, intransigeant et demande bien des sacrifices que la récompense doit être à la hauteur. C’est aussi pour ça que peu de personne n’ayant pas été élevé tel qu’ils l’ont été ne peuvent prétendre à rentrer dans leur rang. Il y a quelque chose dans l’accent, le manque de patience avec lequel ils supportent les situations ardues et les injustices liées à leur statut qui finit toujours par trahir l’imposteur.

La déclaration de Tibérius peut donc sembler anodine, mais elle en dit plus que ce qu’on pourrait penser. Quoique connu pour son franc parlé, il n’est pas homme à s’étaler sur ce qu’il ressent. SI Rose n’était pas saisie par la surprise que provoque ses mots, elle aurait peut-être eu le bon sens de le regarder et saisit le changement presque imperceptible de couleur qui se fait sur son visage. A la place, le rouge s’installe sur ses joues tant elle est gênée par la façon frontale que Tibérius a de lui exprimer ses sentiments. Presque désarmée, elle soupire et commente :

- Si je te manque, c'est uniquement de ton fait. Je suppose que tu me manques aussi, où en tout cas celui que je pensais que tu étais.

A ce stade, il n’est pas utile de nier qu’il lui manque. Ça serait mentir. Or si Rose est douée pour tromper autrui voir elle-même, elle sait que Tibérus la connaît assez que pour voir qu’elle est troublée. Et comment ne pas l’être après ce qui s’est passé chez leur tante ? Heureusement, ce n’est pas là leur débat. S’ils sont réunis aujourd’hui, c’est pour parler de toute autre chose et même si la jeune femme ne doute pas que en temps et en heure le juge reviendra à la charge, il semble avoir plus pressant dans son agenda.

Tibérius pourrait-il lui vouloir du mal ? Malgré toute sa colère, sa déception et ses doutes, Rose n’y croit pas. Quoiqu’une part d’elle ait farouchement envie de nier qu’il puisse faire quelque chose de bien à son encontre, elle sait qu’il n’irait pas intentionnellement contre elle. Son cousin a un sens de la famille trop fort pour ça. Même si ça lui en coûte, la botaniste est donc bien obligée de le prendre au sérieux lorsqu’il lui dit qu’il ne veut pas qu’elle s’attire des ennuis.

C’est la partie sur Caleb qui la rend suspicieuse. Difficile de ne pas l’être. Le jeune Lestrange est un ami, un collègue qu’elle estime. Elle sait que leurs opinions se rejoignent et la jeune femme a du mal à s’imaginer son ami se lancer dans une entreprise que Tibérius et peut-être elle-même désapprouverait. Tout ça est bien trop vague pour elle. Elle connaît la nécessité du secret, mais elle refuse que ça soit un obstacle à leur discussion. Son cousin s’en doute, on ne peut pas accuser ses proches tout en restant autant dans le flou, aussi exige-t-elle des explications parce que Rose n’a jamais cru quelqu’un sur parole et sans garantie fût-il même Tibérius. Elle hausse un sourcil incrédule devant ses craintes quant à sa discrétion :

- Je pense ne plus avoir besoin de démontrer que le secret est ma profession.

Et quel secret ! Les siens, ceux des autres comme Seth ou encore Caleb parce que quoique Tibérius dise, Rose n’a rien affirmé ou confirmé. Or, son ami fût explicite et elle sait pertinemment à quel groupe il appartient. Autant dire qu’elle flirte avec les ennuis. Il suffit de voir l’assiduité avec laquelle Nobby la poursuit ou encore les questions qui commencent à se poser autour du projet de Rose et Cassiopeia aux Mystères. Néanmoins, elle le laisse parler plutôt que de protester. Elle a demandé des informations et les aura.

- Ne t’inquiète pas, j’ai tout mon temps et de toute évidence, je n’ai pas fini de faire les magasins, il faudra penser à acheter quelque chose pour ne pas avoir l’air trop suspicieux, dit-elle faussement songeuse devant la vitrine du bijoutier.

En réalité, elle ne regarde ni les bagues, ni les colliers, mais elle écoute attentivement son cousin tout en fumant sa cigarette avec élégance et semblant absorbée par la vitrine. Il est évident que Rose ne partage pas l’enthousiasme de son compagnon pour Grindelwald, elle qui a toujours trouvé que le monde sorcier et modlu devaient à tout prix rester séparé, mais elle comprend l’attraction qu’un homme tel que lui a pu avoir sur Augustus et puis sur son fils. Il est rapidement évident que Tibérius fait partie d’un des groupes se disputant le pouvoir en sous-main depuis plusieurs années, mais pas le même de Caleb. Néanmoins, elle ne sait toujours pas ce qui différencie tant les uns des autres si ce n’est leur leader et Rose ne peut s’empêcher de demander :

- Pas des nôtres ? C’est-à-dire ? Qu’est-ce qui rend le vôtre plus légitime ? J’imagine que ce n’est pas toi sans quoi je suppose que nous en aurions entendu parler avant à moins que tes frères et sœurs soient déjà au courant.

Dans le fond, ça serait naturel, mais soudainement, elle ne peut pas s’empêcher de se demander si Gaïa et Thaddeus sont engagés dans ce genre de mouvement et la chose semble bien improbable. Du reste, elle a l’impression de découvrir une autre personne ou en tout un aspect de sa personnalité qui restait bien sous contrôle et la jeune femme se sent curieuse à plus d’un titre.

- Ne m’en veut pas Tibérius, mais même si je veux bien croire à la sincérité de ton inquiétude, en mettant de côté mon déplaisir à ton égard, il n’empêche que je ne suis pas encore convaincue. Il manque bien trop d’éléments pour que la situation me paraisse claire. D’un point de vue extérieur, ça ressemble tout de même à une guerre d’ego. J’imagine que ceux d’en face donneraient les mêmes arguments en votre défaveur.

Puisqu’elle est curieuse, Rose est aussi provocatrice et avec tout le sérieux du monde, elle provoque pour voir jusqu’où Tibérius pourrait aller :

- Caleb n’est pas des vôtres, soit, mais en imaginant qu’il soit dans un autre camp, qui te dit que je ne suis pas des leurs ? Et surtout que vas-tu faire si c’est le cas ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 231
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Rose Ashford-Selwyn

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeMar 9 Fév - 23:06



It's all about crossroads
Rose & Tibérius
« Je n’ai pas dit le contraire. » Il aurait du mal à dire qu’il a menti à Rose, ce serait de la mauvaise foi pure, d’autant qu’il l’a déjà reconnu, même si du point de vue de Tibérius, il est toujours le même…à la différence près qu’à présent il sait ce qu’il veut et que de son point de vue, s’il est vrai qu’il ne peut s’en prendre qu’à lui-même d’avoir perdu Rose, il ne pense pas avoir changé. Au demeurant, Yaxley ne sait pas comment il doit prendre le reste. Avec espoir, peut-être, parce qu’elle lui a dit qu’il lui manque, quand même, ce qui est toujours bon à prendre. Ou avec tristesse, parce que lui revient le gout amer de tout ce gâchis qu’il a provoqué et qu’il n’a pas l’impression de pouvoir faire grand-chose, le souaffle étant dans le camp de Rose.

Pour le moment, donc, il se tait sur le sujet, maussade, et préfère se concentrer sur l’essentiel. Tout ce débat est accessoire, pour importante que soit leur relation personnelle, si Rose ne l’écoute pas. Bien entendu, au vu de ce qu’est ladite relation, Tibérius s’est attendu à devoir montrer patte blanche, mais une partie des questions le surprend. « Moi ? Non. Je suis…je reste un essayiste, et certainement pas le chef du mouvement. Je peux te le présenter. Tu le connais déjà, je pense. C’est un cousin, mais je ne dirais pas son nom ici pour l’instant. » Simple question de sécurité. Quant à lui, c’est d’abord un choix personnel, même s’il s’agit d’un héritage de son père. Gaia et Marciana ne seraient pas tout à fait utiles au mouvement de toute façon, Thaddeus est trop rêveur, Darius trop désintéressé. Restent Octavia, mais il s’en méfie, la trouvant erratique depuis l’incident Greene-Colton, et Pulchra est trop jeune. Au final, parmi ses proches, Rose est peut-être la meilleure candidate. D’où l’importance des précisions et correction qu’il apporte : « Mais je m’exprime mal. Quand je dis “pas des nôtres”, c’est qu’il ne s’agit pas d’un cousin. Pas de notre famille. C’est un sang mêlé, c’est tout. »

Expliquer le reste va prendre du temps, et c’est vrai qu’ils ont l’air un peu suspects à trainer devant les vitrines, ce que Tibérius voudrait éviter. A son tour, il regarde distraitement la vitrine et lance : « Tu veux quelque chose ? Je crois qu’il y a concurrent qui s’est ouvert deux ou trois boutiques plus loin, si tu veux aller voir. » La question est cependant posée avec beaucoup de naturel. Avant, il avait l’occasion d’accompagner Rose faire les boutiques : ces simples sorties manquent au juge, et il n’a pas eu le temps de perdre le réflexe de lui acheter un cadeau sur un coup de tête.

Peu à peu, il se retrouve à expliquer, cependant, les choses sous un angle politique, alors qu’ils se remettent en marche : « Sans doute. Sauf que ceux d’en face ont choisi, ou ont été convaincus de suivre un mercenaire et un imposteur de sang mêlé. Le suivre est en soi un reniement et une trahison à la cause. Intellectuellement, ça ne tient pas la route. Comment est-ce qu’un sang mêlé pourrait nous mener à la victoire ? Il ne comprend pas ce que nous vivons. Quels sont les enjeux. Il voit le pouvoir, ce qui est une idéologie comme une autre. Simplement, ce n’est pas la notre – nous les sang purs, j’entends. Ce n’est pas restaurer la grandeur de la sorcellerie. Juste de la violence pour son profit personnel. » Quelque chose que Tibérius Yaxley méprise par-dessus tout, l’ambition personnelle. Le concept lui parait inconcevable, parce qu’ils sont les maillons d’une chaine, comme disait son père, et qu’ils n’existent pas par eux-mêmes mais pour servir leur nom et leurs familles, et que leur œuvre n’est pas de prendre le pouvoir, mais de s’assurer que la Sorcellerie et la pureté du sang perdure. Allumant une nouvelle cigarette d’une étincelle de sa baguette, il ajoute abruptement : « Quant au pouvoir, qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? A titre personnel, ça ne m’intéresse pas. Le gouvernement est une série de pion interchangeables, et le pouvoir n’est rien en soi, juste un moyen. Il ne s’agit pas seulement de le prendre, mais de savoir ce qu’on en fait – c’est ça la victoire, de durer, pas d’être un pion voyant obligé de se plier à des mondanités. » Tibérius Yaxley est excessif en tout, en témoigne l’étincelle un peu folle, à la manière d’un prêcheur habité par une idée, mais le pouvoir ne l’intéresse vraiment pas. Trop de contraintes et de mondanités, trop de lumière. Ce qu’il veut, lui, c’est bien la victoire, idéologique et la pérennité et la sécurité pour sa famille, cela seulement vaut le sacrifice et une bataille. « Jedusor n’a pas d’ambition à part le garder, et exploiter les naifs qui croiront qu’il en partagera des miettes. Comment est-ce qu’on peut mener une guerre de civilisation, parce que c’est de ça qu’il s’agit, avec ça ? » Là encore, il y a du mépris, mais il lui semble que son raisonnement se tient : c’est qu’il est éloquent à sa manière, pensée et réfléchie, méthodique, ne se basant que sur la vérité froide et dure : qui le représente ? L’ego n’est rien, seule la victoire compte, et c’est cela qu’il essaie d’expliquer à Rose.

Mais elle le provoque : sans doute parce que la situation est trop personnelle quoiqu’il en dise, ça ne pouvait pas finir autrement, sans que leur relation ne s’invite de nouveau entre eux. Néanmoins, ce n’est pas une question à laquelle s’attendait Tibérius. Il ne sait pas quoi dire, pas choisir non plus, et séché, livide, il s’arrête à son tour, incapable un moment de parler. « Je ne veux pas me battre contre toi. » Finit-il par souffler en s’emparant de la main de Rose, et sa voix a un accent de détresse à la mesure de la panique qui l’habite et ce qui réduit sans doute à néant tous les efforts pour tenir un discours raisonnable qu’il a fait jusqu’à là, mais qui a le mérite de produire un discours honnête. «  C’est ce que j’essaie d’empêcher, je ne veux pas que ça arrive, encore moins parce qu’on t’aurait menti, et je ne crois pas qu’il soit trop tard. Je crois que tu ne t’es pas décidée, aussi. » Ajoute-t-il ensuite, farouchement. Et puis, sans le vouloir, il retourne l’interrogation à Rose : « Je ne peux pas t’abandonner toi, mais je ne peux abandonner le combat non plus. Ce serait à toi de décider, au final. »

(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 810
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeSam 13 Fév - 0:32

❝Tibérius & Rose❞It's all about crossroadSans vraiment le vouloir, Rose finit par ramener souvent - trop souvent - leur conversation sur leur relation ou leur absence de relation. Un travers qui l’irrite, mais dont elle n’arrive pas à se défaire. Il faut dire qu’elle n’a pas vraiment fait son deuil de la dite relation et les actions de Tibérius ne l’aident pas. Loin de la laisser tranquille, il la poursuit de ses assiduités, quelque chose qu’elle aurait apprécié s’il n’avait pas décidé de la tromper entre-temps. Les choses seraient tellement plus simples s’ils pouvaient se contenter de couper le contact et ne plus se voir. Evidemment, au début, l’absence créerait le manque, mais Rose est persuadée qu’à force , tous les sentiments confus qu’elle éprouve en ce moment se transformeraient en indifférence et elle n’aspire qu’à ça. Evidemment dans une famille comme la leur, c’est impossible. Les voilà donc, encore une fois, ensemble. Rose n’est pas idiote et peu importe à quel point elle tente de s’aveugler, elle sait qu’elle est heureuse de le voir. Ce constat la rend furieuse contre elle-même. Comment se fait-il qu’elle ait autant de volonté qu’une adolescente devant son premier crush ? La jeune femme ne peut s’empêcher de se mépriser tout en essayant de paraître incomodée par leur rencontre.

Maussade à son tour devant son propre manque de volonté, elle tente de ramener le sujet sur un terrain plus neutre ou en tout cas moins controversé. Les explications de son cousin la satisfont à moitié. Rose a l’habitude des informations parcellaires, mais elle ne se sent pas d’humeur à les tolérer dans une conversation aussi sérieuse et dont les implications sont aussi graves. “ Tibérius, tu te rends compte que la moitié des sorciers sang pur sont nos cousins, tu pourrais tout aussi bien me parler d'Archibald comme de Septimus Weasley. Je ne suis donc pas plus avancée qu’il y a cinq minutes”, proteste-elle avec vigueur avant de se concentrer sur une information bien plus importante que la précédente. “Un sang mêlé”, s’exclame-t-elle partagée entre le dédain et l’incrédulité. “Non, c’est impossible”, continue-t-elle en le regardant pour la première fois dans les yeux avant de détourner le regard, songeuse.

Impossible, vraiment ? Rose n’en est pas certaine. Elle connaît l’aîné des Yaxley et il n’est pas du genre à lui donner une information qu’elle ne pourrait pas vérifier. Or, s’il lui dit que le leader du mouvement dans lequel se trouverait Caleb n’est pas un sang pur, c’est que c’est probablement vrai. Un bon nombre de questions lui viennent à l’esprit, mais ce n’est pas le moment de se faire remarquer aussi le met-elle de côté pour l’instant, sâchant qu’elle aura l’occasion de les remettre à plus tard. Faisant mine de se concentrer sur la vitrine de la boutique, elle pointe du doigt une bague au hasard. “ Je suppose que celle-là n’est pas laide, mais allons voir leur concurrent, tu n’auras qu’à prendre quelque chose, ça donnera l’impression que l’on fait les boutiques”. Très naturellement, elle se détourne de la vitrine pour aller dans la direction indiquée et désigne distraitement l’une ou l’autre pièce de joaillerie qui lui semble décente prenant pour acquis le fait que Tibérius paiera tant la chose est banale. Il y a des habitudes qui ne se perdent pas et si ça n’a jamais été une question d’argent, ça a toujours été une question de principe.

Revenant à leur discussion initiale, Rose l’écoute attentivement, autour d’eux, les rues se vident peu à peu et rationnellement, elle se demande combien de temps ils vont pouvoir tourner dans Pré au Lard sans avoir l’air suspects. “ Ecoute, honnêtement, je ne comprends pas. Un point m’échappe. Comment est-ce que des sang pur pourraient, de leur plein gré, accepter comme leader un sang mêlé ? C’est impossible. Il doit y avoir une raison. Si ce que tu dis est vrai, Caleb ne me l’aurait pas proposé. Il me connaît bien, il sait que j’aurais refusé “. Malgré la chaleur, elle se sent frissonnée. Est-il possible qu’une partie d’entre eux se soient laissés avoir par un beau parleur de bas étage ? C’est que de son côté, elle en oublie presque qui elle est et soudain, elle se sent aussi indignée que si elle était une véritable sang pur. Choisissant de marquer son désacord avec son cousin, elle rebondit sur ses paroles. “ Tu te trompes, le pouvoir devrait t’intéresser. Quoique que tu en dises, c’est bien parce que ce sont ces parvenus qui dirigent le Ministère que des groupes secrets se forment pour renverser la tendance. C’est parce que ce sont des incapables qu’ils n’ont compris que trop tard qu’ils avaient des ennemis en leur sein et qu’ils perdent prise. C’est important et les mondanités sont un moyen de le garder. C’est bien beau de savoir ce que l’on veut faire du pouvoir, mais si on est incapable de le conserver alors tout est vain. C’est ton dégoût des ronds de jambe qui te font dire ça, mais c’est une erreur stratégique". Rose n’a pas la hargne de Tibérius. Elle n’est pas de celles qui se font remarquer avec leur discours enflammé, mais comme tous ceux de sa maison, elle est ambitieuse. Acculée, elle refuse de se laisser marcher sur les pieds. Dès son enfance, habituée à être au sommet de la société, la jeune femme n’a pas l’intention de voir ça changer. Si elle ne s’est jamais servie de sa position pour asseoir sa domination sur autrui, elle a toujours eu conscience qu’elle avait l’opportunité de le faire et elle n’a pas l’intention de perdre ce privilège au profit de qui que ce soit. A la différence de Tibérius, la jeune femme n’est pas prête à voir d’autre obtenir un pouvoir qu’elle pourrait avoir.

Songeuse, elle ne sait que répondre sur Jedusor. Le sujet la tracasse réellement, un sang mêlé ayant un ascendant sur des sang pur, c’est la porte ouverte à toutes les dérives. C’est créer un précédent malheureux qu’ils n’auront jamais l’occasion de corriger. Si Tibérius dit vrai, et elle est encline à le croire, la situation est grave et elle comprend l’urgence dans sa voix. Néanmoins, elle se garde bien de lui dire et préfère jouer la provocation. A la fois pour connaître son opinion, mais aussi parce que malgré tout, cette discussion est personnelle sur bien des points. La jeune femme a un mouvement de recul quand il lui prend la main, mais finalement elle ne dégage pas celle-ci. Il y a dans la détresse de son compagnon quelque chose qui la touche et il lui faut beaucoup de volonté pour se rappeler que sa sollicitude ne repère pas les torts qu’il a. “ Tu as raison, je ne me suis pas décidée”, souffle-t-elle à voix basse. Elle récupère sa main, mais sans méchanceté et ajoute d’un ton plus ferme : “ Ça ne veut pas dire que je suis acquise à ta cause pour autant. Je veux rencontrer celui qui vous dirige, je déteste ne pas avoir tous les éléments en main. Puisque me faire changer d’avis à l’air de te tenir à cœur, je suppose que tu arrangeras ça.”

Décidant qu’ils ont bien trop traîné en rue, Rose pousse la porte de la bijouterie devant laquelle ils se sont encore une fois arrêtés. Une fois à l’intérieur, le vendeur, occupé avec une autre cliente, lui fait signe qu’il arrive pour s’occuper d’eux. Rose se tourne vers son cousin, en murmurant : "On ne peut pas continuer à tourner en rond, Pré au Lard n’est pas assez grand pour justifier ça.” Elle contemple les vitrines d’un air distrait, son esprit ailleurs, tentant d’imaginer qui peut bien être cet homme mystérieux qui a décidé de se mettre en travers du chemin de Jedusor.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Tibérius Yaxley
▌ Messages : 231
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue50 / 10050 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Rose Ashford-Selwyn

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, 31 cm, ventricule de dragon, rigide.
Camp: Mal
Avatar: Volker Bruch

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeDim 14 Fév - 0:05



It's all about crossroads
Rose & Tibérius
S’il ne s’en offusque pas, ayant compris qu’il valait mieux, pour l’instant, faire profil bas et lutter contre sa tendance naturelle à l’emportement et aux déclarations cassantes, Tibérius constate bien que l’agacement de Rose est présent à peu près partout, quoiqu’il dise. Leur relation personnelle contribue indubitablement à tendre une discussion déjà difficile et il était évident que ni l’un ni l’autre ne pouvait être objectif, mais malgré tout, cela le blesse encore une fois et lui fait prendre conscience une fois de plus qu’il déteste qu’elle le traite comme un ennemi, si bien qu’il ne remarque pas réellement à quel point Rose est perturbée elle-même. Il n’a pas beaucoup d’armes, de toute façon, sur ce plan là, sinon la patience : après tout, il a déjà dit ce qu’il voulait, et il ne peut qu’espérer qu’à force de ténacité, ce dont il ne manque pas, que Rose s’adoucira un peu. N’a-t-elle pas dit qu’il lui manquait, n’a-t-elle pas cédée en l’embrassant la dernière fois ? Le chemin promet d’être long et tortueux, mais après tout, il progresse. Alors Tibérius se concentre sur les enjeux pratiques, et cette fois, ses explications n’ont rien à voir avec eux : « Je sais bien. » Il hausse les épaules. Ce n’est pas de la mauvaise volonté de sa part, juste de la prudence. Jetant un œil autour d’eux, et constatant que les rues sont toujours vides, il reprend : « Pour l’instant, je ne peux pas faire mieux. C’est un sujet sensible, et pas une information que je peux donner à la légère. Pas sans me concerter avec lui non plus. Tu en sais déjà beaucoup plus que la plupart des gens, et je te promets que tu auras des réponses si tu le souhaites, mais pas ici. » Il ne peut pas parler à la légère non plus car il n’engage pas que lui. Si tu le souhaites, ici, signifie clairement « si tu veux nous rejoindre » ; même à Rose, il ne peut en dire plus pour le moment.

Elle a cependant les bons réflexes pour une recrue, et il approuve d’un hochement de tête silencieux lorsqu’elle propose d’aller voir l’autre boutique, acceptant sans rechigner de payer – les choses fonctionnent comme ça, après tout, chez eux. Déjà peu porté sur les bijoux, le juge jette un œil distrait à la vitrine, alors que sa compagne fait mine de lui désigner quelques pièces. Intérieurement, Yaxley jubile, car la révélation du statut du sang de Jedusor a vraiment fait mouche. Rose lui semblait déjà douter concernant Azkaban, et maintenant il lui semble qu’elle hésite : ainsi les choses vont dans le bon sens. S’il n’arrive pas à la recruter, au moins l’aura-t-il dissuadée. Alors Tibérius répond avec tout le sérieux et la précision qu’il peut déployer aux question que Rose se pose : « Je ne sais pas ce qu’il en est pour Caleb. Jedusor est…disons, éloquent, et il sait très bien manipuler les gens. Il se prétend l’héritier de Serpentard. Ça, je ne peux pas le prouver, mais il se garde bien de dire qu’il n’y a jamais eu un Jedusor parmi les sorciers. Certains ont pu le croire en étant de bonne foi. L’homme providentiel est un mythe…convainquant. Surtout pour ceux qui ont suivi Grindelwald et qui ont désespéré à sa mort. » A vrai dire, ce sont des questions qu’il s’est lui-même posé. Il ne comprend toujours pas qu’on puisse trahir sa famille, son sang, et la sorcellerie, et Tibérius est ravi de voir que politiquement, Rose voit les choses sous le même angle.  « Pour certains, par opportunisme. Ils cherchent le pouvoir sans voir l’enjeu derrière – où ils s’en moquent, comme lui. Et puis il y en a qui ont peur. Il y a quelque chose de…malsain, chez lui. Au-delà du fait qu’il n’est pas à sa place. » Il a un frisson de dégout en l’évoquant. Tout pro-sang-pur qu’il soit, et peu effrayé par la magie, Tibérius trouve le personnage de Tom Jedusor malsain. Faux, menteur, comme un décor de carton pâte dégageant une aura séduisante, mais qui dissimulerait vermine et avidité. Chez l’austère héritier Yaxley, élevé dans la notion de sacrifice au nom de la cause personnel, l’idée même est révoltante – casser ainsi les codes n’est pas acceptable pour un sang mêlé, arriver à rallier autant de partisan est…perturbant.

Voilà pourquoi il faut le combattre – par pour une question d’ego, ce qu’il essaie d’expliquer à Rose, ou pour avoir le pouvoir par lui-même. Mais contrairement à lui, elle est faite pour ça, alors que lui ajouter des responsabilité en plus de ses responsabilités familiales, en dehors du domaine qu’il maitrise, le droit et la théorie politique, l’agacerait profondément. Stratège plus que dirigeant, voilà ce que Tibérius est, ce qu’il remarque avec un brin d’amusement, acceptant de bonne grâce la pique qui n’en est pas vraiment une tant il assume son dégout pour les mondanités : « Oh, ce n’est pas une question de désintérêt mais de lucidité. Le pouvoir est utile, les mondanités aussi, tu as raison, mais il faut être lucide : je ne suis pas fait pour.  Tu ferais ça beaucoup mieux que moi, par exemple. Mais il y a d’autres rôles clés – et tout aussi importants. C’est pour cela que nous devons nous associer. Il n’y a qu’en travaillant ensemble que nous survivrons et que nous l’emporterons. C’est pour cela que je me bats – que nous nous battons. Pas pour créer de la division entre nous au nom d’un quelconque ego. » Réponse à sa question précédente, donc. « C’est plutôt Jedusor qui fait échec en soi à cela. C’est une anomalie…et c’est dangereux. De fait, il nous scinde en deux. »

Et c’est bien ce qui inquiète Tibérius. Tant politiquement que personnellement, en témoigne sa détresse face à la provocation de Rose. Il ne saurait vraiment pas quoi faire si elle décidait de rejoindre les mangemorts. Trahir la cause serait impossible, se battre aussi. Elle aurait son sort entre ses mains, ou il se suiciderait d’une quelconque manière pour ne pas avoir à faire ce choix impossible, songe-t-il avec effroi devant cette réalisation glaçante. Ainsi, il tient tellement à elle qu’il en est là ? Il avait de bonnes raisons, peut-être, d’avoir peur, au final, de l’effet que Rose Ashford-Selwyn avait sur lui, lui souffle son esprit, mais Yaxley l’oublie vite. Il est trop tard pour reculer et il n’arrive pas à lui cacher la vérité et la peur de la perdre que la situation lui inspire, d’abord, et puis ensuite, de façon plus joyeuse, la question ne se pose pas en ces termes. La pression se relache lorsqu’elle lui souffle ne pas avoir choisi, et un instant, Tibérius a envie de la prendre dans ses bras et de pousser des cris de joie en entendant cela. Une attitude peu digne d’un sang pur, cependant, mais il ne peut retenir un petit rire soulagé : « Salazar merci… » Tout comme il note avec bonheur qu’elle lui a laissé sa main un instant, si bien qu’il ne relève pas le ton d’impératrice donnant un ordre à son laquet que Rose emploie pour lui parler :  « Je vais faire ça. »  Approuve-t-il seulement, avant de la suivre dans la boutique. La laissant choisir, perdu dans ses pensées Yaxley ne reprend conscience du réel que lorsque le bijoutier lui demande s’il souhaite offrir quelque chose à la jeune dame. Désignant d’une façon un peu hésitante un des modèles que Rose lui a montré pour donner le change, le magistrat paye sans rechigner la somme astronomique que demande l’orfèvre pour une bague sertie d’émeraudes joliment taillée, et suit sa compagne dans la rue.

Allumant une nouvelle cigarette, Tibérius finit par reprendre la parole : « Je vais contacter notre chef. Je t’écrirais quand ce sera fait, d’accord ? Je pense qu’il voudra te rencontrer de toute façon. » Il voit bien que l’entretien se termine, mais dans le fond, il a du mal à laisser partir Rose. Elle lui manque, il le lui a dit, et il donnerait cher pour simplement passer du temps avec elle. Comme avant. Simplement l’embrasser et…bref. Mal à l’aise, Tibérius demande doucement : « Hem. Tu veux que je te raccompagne ? » Les usages voudraient que oui ; leur relation, en l’état actuel voudrait que non. Lui en aurait envie ; il ne sait pas ce qu’en pense la jeune femme. Au fond, il espère qu’elle dise oui, qu’elle le laisse, peu à peu, s’approcher de nouveau, mais il se demande s’il n’est pas contre-productif, s’il espère qu’elle finisse par le pardonner. Gêné, il ajoute donc : « Je ne sais pas très bien quoi faire, je dois te l’avouer. Ça dépend de ce que tu veux. » Difficile de ne pas y voir une interrogation plus large sur leur relation, il s’en rend compte en le disant, alors pour combler le silence, il lui tend la bague, soigneusement emballée par le bijoutier : « Ah, par contre, la bague est à toi. J’insiste.  »


(C) CANTARELLA.

_________________
The necessary evil
Politically, the weakness of the argument has always been that those who choose the lesser evil forget very quickly that they chose evil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Rose Ashford-Selwyn
▌ Messages : 810
Humeur :
It's all about crossroads + Rose Left_bar_bleue80 / 10080 / 100It's all about crossroads + Rose Right_bar_bleue

En couple avec : Tibérius Yaxley
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 25,5 cm bois de noyer avec un poil de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Laura Carmichael

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitimeDim 14 Fév - 12:31

❝Tibérius & Rose❞It's all about crossroadComment justifier l’injustifiable ? A-t-on seulement déjà vu un sang pur se soumettre à un sang mêlé et garder sa dignité ? Rose ne se rappelle pas d’un seul exemple ou une chose pareille n’aurait pas valu le dédain de ses pairs. Pourtant, si elle doit croire ce que Tibérius lui dit - et elle veut croire qu’il ne lui mentirait pas sur un sujet aussi grave - c’est le cas. Non seulement, une partie des leurs suivrait un imposteur, mais ils se sentiraient glorifié de le faire. Pour l’esprit rationnel de la jeune femme, rien de ça n’a de sens et elle ne peut pas s’empêcher d’être septique devant les propos de son cousin. Son incrédulité s’accentue d’ailleurs, se transformant en indignation, lorsque celui-ci évoque l’héritier de Serpentard : “ Excuse-moi ! Tu ne peux pas être sérieux, Tibérius ! C’est ridicule. L’héritier de Serpentard. Qui oserait croire à une fable pareille ? Non, c’est une insulte à ma maison. Tu ne peux pas croire que je vais avaler quelque chose d’aussi gros. “

Rose voudrait croire à une blague potache tant la chose est ridicule. Qui oserait se déclarer l’héritier de Serpentard sans preuve ? Nul doute que si preuve il y avait, ils l’auraient trouvé et surtout entendu parlé de cet héritier depuis longtemps. Or nulles rumeurs concernant un potentiel héritier de cette prestigieuse maison ne leur est jamais parvenue. Si c’était le cas, c’est bien simple, les journaux en auraient fait la gorge chaude. Néanmoins, Tibérius marque un point. Les hommes, qu'ils soient sorciers ou moldus, ont souvent cherché un homme providence. Quelqu’un de supérieur pouvant les guider de par ses qualités naturelles au déçu de celle des simples mortels. Rose a bien trop d’ego pour croire à de telles fables et elle a vu le résultat en Allemagne ces dernières années. Elle n’est donc pas étonnée que certains puissent y croire quoiqu’elle soit déçue de savoir ses pairs, des personnes qu’elle estime, dans leur rang.

Curieuse, Rose voudrait en savoir plus. En réalité, elle a besoin d’en savoir plus. Quoique toujours sceptique, elle aperçoit l’ombre de la vérité dans le discours du juge. Pourtant, le discours de Caleb était tellement cohérent et en raccord avec ses propres opinions qu’elle ne peut que s’étonner de le voir parti sur une voie divergente. Tibérius ne pouvant lui en dire plus dans les circonstances actuelles, la jeune femme se vit frustrée de ne pas avoir tout les éléments en sa possession et elle sait qu’elle profitera de son temps aux Mystères pour faire des recherches plus approfondie sur l’héritier de Serpentard quand elle le pourra tant la question la taraude. Elle n’a jamais été femme à se fier à un seul récit et même quand Caleb lui a fait sa proposition, elle n’a rien promis si ce n’est que d’avoir une oreille attentive.

Alors qu’ils débattent ensemble, Rose a presque l’impression de retrouver leur vieille intimité. Oh, son ton reste cassant, mais il y a quelque chose de tellement familier dans ce vieux débat qu’une partie d’elle - qu’elle se garde bien de montrer- ne peut s’empêcher de s’adoucir et un très bref sourire se fait lorsqu’elle rétorque à son compagnon : “ Tu n’es pas fait pour ou tu ne veux pas faire l’effort ? Je te connais, je sais que tu pourrais très bien te rompre à l’exercice avec brio si tu daignais penser que ça vaut ton temps, mais soit, je ne me battrais pas avec toi sur ce point là. Je t’accorde que je le fais plus naturellement que toi parce que j’y ai été entraîné toute ma vie, mais ce n’est pas un réel argument, nous avons reçu la même éducation toi et moi.” Evidemment, s’ils ont reçu la même éducation, il faut tout de même tenir compte de leur goût personnel à l’un et l’autre et Tibérius n’a aucun goût pour les mondanités. C’est un homme d’action, mais qui ne cherche pas les lauriers préférant rester en retrait pour admirer un travail bien fait. Elle ne peut donc qu’aller dans son sens quand il souligne que les diviser ne mènera à rien. “ Ce n’est pas naturel approuve-t-elle, nous étions déjà divisé entre les traitres à leur sang et nous, si l’on opère une troisième division en notre sein, c’est la porte ouverte à la fin de nos privilèges tel que nous les connaissons”.

Le soupir que pousse la jeune femme est autant du à sa fatigue qu’à sa consternation. Cette discussion, plutôt que de l’aider à y voir clair, dresse un tableau encore plus confus, mais également plus effrayant de la situation dans laquelle ils se trouvent. Parfois, elle souhaiterait de nouveau être une adolescente qui ne doit se soucier de rien d’autres que de ses B.U.S.E.S. Néanmoins, Rose sait qu’il est impossible de revenir en arrière et elle n’a jamais été femme à simplement subir une situation en attendant que d’autres qu’elle prennent les choses en main aussi finit-elle à admettre à Tibérius qu’elle n’a encore rien choisi. Or choisir, elle sait qu’elle devra le faire désormais, dans la situation actuelle, rester neutre n’est pas envisageable si bien qu’elle exige un rendez-vous avec celui qui est à la tête de leur mouvement. Elle estime que c’est bien la moindre des choses.

Son compagnon ne fait pas de difficulté et il semble tellement heureux de ce qu’elle vient de lui annoncer qu’elle ressent un pincement au cœur qu’elle a du mal à s’expliquer. Décidant que ça fait bien trop longtemps qu’ils tournent en rond dans le village, ils pénètrent ensemble dans la boutique du bijoutier et tout aussi distraite que son cousin, elle lui laisse choisir un bijou quelconque. Elle ne sort de ses pensées que lorsqu’elle en entend le prix et elle a tout juste le temps de voir l’artisan emballé une bague dont la finesse et la composition justifie le prix exorbitant. Leur achat fait, ils sortent du magasin. Elle décline sa proposition de la raccompagner en se demandant ce qu’elle veut justement : “ Non, ça ira, je vais transplaner d’ici. Je dois passer au Ministère de toute façon. J'attendrai ta lettre, fais-moi savoir quand se déroulera le rendez-vous “. Elle l’embrasse sur la joue, pour donner le change, presque gênée par cette proximité qu’elle n’a plus l’habitude d’avoir avec lui et s’apprête à partir quand il lui propose de garder la bague. Rose voit rouge, tant l’idée fait mal, mais elle se contrôle avec toute la dignité qu’il lui reste : “Non, je ne peux pas accepter. Ce n’est pas le genre de cadeau que l’on offre à une cousine, ça serait déplacé. Je ne doute pas que tu trouves une amie à qui tu pourrais l’offrir”, conclut-elle sans pouvoir cacher une pointe de jalousie qu’elle ne peut réprimer. Inspirant, elle tente sur un ton plus neutre. “ Soit, n’en parlons pas plus, c’est impossible. Je te verrais plus tard. Passe une bonne après-midi.” Incapable de rester un moment de plus en sa présence sans sentir les larmes venir, Rose transplane sans demander son reste.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

It's all about crossroads + Rose Empty
Message#Sujet: Re: It's all about crossroads + Rose   It's all about crossroads + Rose Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

It's all about crossroads + Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le nom de la Rose
» Rp de Rose
» Il y a des secrets... (Rose)
» Amy Jade Rose #Rp's
» Second chance + Rose
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
-