AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en ...
Voir le deal
15.99 €

Partagez | 
 

 Quand le chat n'est pas là - Rafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeDim 21 Fév - 23:36

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làEve va rarement au Cohan sans bonne raison et cette raison s’appelle généralement Finn. Il faut dire qu’elle n’a jamais été le genre de fille à écumer les bars et que ses journées sont déjà assez chargées sans qu’elle n’y ajoute des beuveries non préméditées. Le mafieux a beau lui avoir dit qu’elle y serait toujours la bienvenue, elle n’oublie pas qu’elle a des ancêtres qui avaient un pied à terre à Londonderry, un détail qui n’est pas toujours bien pris par les hommes de Finn. Un détail qui n’a peut-être plus la même importance qu’avant. Finn l’ayant oublié pour passer du temps en compagnie d’une autre femme fut probablement l’évènement de trop pour Eve. Persuadée depuis le début que tout ça ne pouvait être qu’une mauvaise idée, elle estime avoir eu la preuve nécessaire lors de son dernier passage et elle est partie en claquant la porte. Aujourd’hui ce n’est donc définitivement pas Finn qu’elle vient voir au Cohan.

Il est un peu tôt pour s’y rendre en réalité. Il est seulement 16h et elle se doute qu’elle trouvera le bar un peu vide. C’est ce qu’elle voulait et Eve est même partie un peu plus tôt de la radio pour être sûre d’arriver à l’heure. La jeune femme a tout de même pris soin de remettre une robe moldue et elle se fond parfaitement dans la foule d’élégante jeune femme venue faire leurs courses de fin d’après-midi.

On ne lui jette pas un regard quand elle prend les escaliers qui mènent au bar et si Slim est étonné de la voir si tôt et surtout après les évènements de la dernière fois, il ne fait pas de commentaires, se contentant de lui ouvrir la porte accompagné de son “M’dame” habituel. Il faut dire que l’homme n’est pas du genre à faire la conversation et elle n’a jamais dû l'entendre prononcer plus de trois mots l’un à la suite de l’autre. La journaliste part du principe que c’est une bonne chose, Slim ayant l’air d’être le genre de type qui ne parle que pour annoncer un massacre de masse, elle le préfère silencieux que bavard.

La jeune femme pénètre dans la salle principale du bar et de façon prévisible, il n’y a pas grand monde. Quelques habitués, des filles désoeuvrées, elle reconnaît aussi quelques hommes de mains, mais surtout - et le plus important - Rafa au bar. Le jeune homme tourne la tête vers la porte par réflexe quand celle-ci s’ouvre et il semble à la jeune femme qu’il soupire en la voyant arriver avant de dire quelque chose à Liam au bar. Eve se dirige vers lui et se juche sur un tabouret à ses côtés, avant qu’il ne puisse parler, elle lève une main pour l’empêcher de dire quoi que ce soit.

- Je sais, je sais, Finn n’est pas là. Ce n’est pas lui que je viens voir.

En réalité, Eve s’est arrangée pour venir un jour où Callahan ne serait pas présent sachant qu’il serait impossible de faire ce qu’elle veut faire sans l’avoir dans les pattes. Si elle peut reconnaître que l’irlandais a certaines qualités, s’occuper de ses oignons n’en est pas une et il serait bien incapable de laisser Eve comme Rafa tranquille s’il voyait les deux ensemble. De plus, sa tolérance pour le mafieux s’est drastiquement réduite depuis quelques jours et de son point de vue s’ils ne se voient plus pour un moment, ça ne sera pas un mal. Elle s’est donc arrangée pour arriver un jour où elle le sait en tournage et donc peu suceptible de débarquer à l’improviste.

- En réalité, j’espérais que tu aurais cinq minutes à m’accorder. Je voudrais bien te parler.

Si Rafa et Eve se connaissent, on ne peut pas dire qu’ils parlent souvent. Pas en dehors d’une situation de crise ou si ce n’est pour râler l’un sur l’autre. Pourtant, le second de Callahan a déjà été un soutien précieux et la jeune femme à l’impression qu’elle n’a jamais pris la peine de le remercier pour ça. Le jeune homme ne semble pas opposé à la discussion, même s’il ne semble pas follement enthousiaste pour autant. La jeune femme demande à Liam de leur servir deux bières et désirant un peu d’intimité, elle fait signe à Rafa de la suivre dans un coin plus tranquille du bar. Difficile de savoir quoi dire en premier alors elle commence par le plus simple :

- En premier, je voulais m’excuser pour la dernière fois. J’ai passé mes nerfs sur toi et honnêtement, ce n’était pas ta faute si Finn n’était pas là. Tu n’es pas responsable de la façon dont il gère son horaire, ni le reste et je le sais très bien, ce n’était pas très juste de ma part.

Eve n’est pas du genre à faire des excuses. Elle a déjà fait bien pire que de passer ses nerfs sur la mauvaise personne, Rafael aussi, elle n’en doute pas. Seulement, elle l’aime bien le bras droit de Finn et même si elle est furieuse contre le patron, ça ne veut pas dire qu’il doit subir le même traitement. Il fait partie des personnes qu’elle préfère avoir de son côté plutôt que sur son dos si elle peut l’éviter.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeLun 22 Fév - 22:55

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa



C’est le premier lundi du mois, et qui dit premier lundi du mois, sur les terres de Finn Callahan, dit tournée d’encaissement. En général, c’est Rafa, seul, qui s’y colle. Ces jours-là, il se fringue en croque-mort, cravate noire de rigueur, et on peut le voir arpenter le quartier, allant chez l’un, chez l’autre, selon un ordre invariable. Parfois, Finn l’accompagne, parce que ça fait du bien à tout le monde de voir la tronche du patron de temps à autre. Ces jours-là, Rafa se marre en voyant la différence de ton, selon que le boss est là ou non. Lui a droit aux jérémiades, aux tentatives de négociation ; Finn jamais. À croire que les gens n’ont toujours pas pigé que même si c’est au second qu’ils essaient d’extorquer un délai de paiement, c’est exactement comme s’ils le demandaient au patron. Ou alors c’est juste que c’est plus facile de causer avec moi qu’avec lui, va savoir.

La tournée terminée, il s’installe au Cohan, et consigne dans un petit carnet tout ce qui mérite de l’être - qui a payé et combien, qui a chouiné, et les petites informations en tout genre. De quoi faire un rapport vite fait bien fait au patron, qu’il puisse prendre les mesures qui s’imposent. C’est ce à quoi il est occupé, ce lundi après-midi, posé au comptoir du pub, un minuscule crayon à papier à la main. Il aligne les chiffres, avec toute la rigueur d’un caissier professionnel. Ajoute ici et là quelques mots. Le fric, lui, est déjà rangé dans le bureau du patron, n’attendant que d’être recompté.

Contrarié, Rafa referme son carnet d’un coup sec, et le remise dans la poche intérieure de sa veste. Il a des choses déplaisantes à annoncer à Callahan. Une tentative de rébellion de trois commerçants, tous installés dans la même rue, qui ont affirmé avec une touchante unanimité ne pas pouvoir payer. Pas besoin de se forcer beaucoup pour comprendre qu’ils se sont mis d’accord. Le problème, c’est que derrière ces trois andouilles, il y a peut-être autre chose. Le boss est déjà d’une humeur massacrante ces jours-ci, il ne manquait plus que ça.

Ah non, tiens. Il manquait aussi Eve Talbot, et la voilà justement qui franchit la porte. La jauge des emmerdements est au plus haut, donc. Rafa pousse un soupir en voyant entrer la jeune femme, et lance à mi-voix à l’intention du barman :


-Donne-moi une clope, Liam, je sens que je vais en avoir besoin.

Il faut dire que la dernière visite d’Eve au Cohan n’a pas été de tout repos, et que Rafa en subit encore les conséquences. L’humeur exécrable du patron, c’est elle qui en est la cause. Si elle l’avait écouté au lieu de s’afficher avec Colton, on n’en serait pas là. Pas vraiment habitué à être celui que l’on vient voir, Rafa s’apprête à informer Eve de l’absence de Finn, mais elle le devance. Elle sait, dit-elle. Eh bien, qu’est-ce qu’elle fiche là, alors ? Le jeune homme tombe des nues lorsqu’elle annonce que c’est lui qu’elle vient voir. C’est nouveau, ça. Il tire nerveusement sur sa cigarette, en se demandant un peu ce qui va lui tomber sur le coin de la gueule cette fois. Pas qu’il ait peur, mais il estime qu’il a un peu autre chose à faire que s’occuper des péripéties de l’improbable couple Talbot-Callahan. Malheureusement, il ne peut pas vraiment dire aux deux protagonistes de lui foutre la paix, tout bonnement ; autant essayer de raisonner les mégots écrasés au fond du cendrier, ça fera autant d’effet.

Malgré tout, il accepte de suivre Eve jusqu’à une table, en se disant qu’elle va peut-être le charger d’une commission pour Callahan. Rafa est certain que le patron, tout furieux qu’il soit contre Eve, n’attend qu’une occasion de renouer avec elle, et qu’il ne lui pardonnerait pas de ne pas l’avoir écoutée. Écoutons-la donc, songe-t-il en s’asseyant, avec un nouveau soupir.

La suite lui coupe les bras. Des excuses ? Il hausse les épaules :

-Oh, c’est rien, tu sais. J’ai l’habitude de me faire gueuler dessus. C’était pas la peine de revenir exprès.

En tant que bras droit de Finn Callahan, il sait qu’il sert un peu de paratonnerre, et il n’accorde guère d’importance aux savons qu’on lui passe faute d’oser les passer à son patron. Il a toute l’indifférence du majordome de grande maison face à ces petites tempêtes. Les excuses d’Eve constituent donc pour lui une attention inutile, puisque son amour-propre n’a pas souffert des derniers événements.






Dernière édition par Rafael O'Riordan le Mar 23 Fév - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeMar 23 Fév - 9:40

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làRafa n’est pas heureux de la voir et Eve s’y attendait. En réalité, si les rôles étaient inversés, elle doit reconnaître qu’elle aurait probablement une réaction similaire si pas plus forte. Il y a, chez le second de Finn, une patience qui force l’admiration de la jeune femme et si son patron a l’air d’estimer que c’est tout naturel, elle ne finit pas de s’en étonner. S’il n’est pas heureux de la voir, il ne peut pas vraiment l’éviter pour autant, ça, Eve le sait. Tout fâché qu’il est sur elle, Finn n’apprécierait pas de savoir qu’on l’a mis à la porte du Cohan et si Eve n’a pas l’intention de parler au mafieux pour le moment, Rafa lui, ne peut pas le savoir. Lâchement, elle profite du fait qu’il ne peut pas refuser de lui parler pour le faire.

Alors qu’ils s’éloignent pour profiter d’un peu de tranquillité, la jeune femme voit bien qu’il ne sait pas trop quoi faire de ses excuses. Il faut dire que dans son milieu, celles-ci ne sont pas légions. Pourquoi prendre la peine de reconnaître ses torts imaginaires ou non quand la culpabilité d’un homme se juge à l’aune des coups qu’il reçoit. La loi du plus fort est un système qui marche bien et à ce titre, Rafael ne se débrouille pas trop mal. Reste qu’Eve y tenait, sans vraiment savoir pourquoi. Elle n’est pas adepte de l’exercice, mais ça lui semblait indispensable aussi hausse-t-elle les épaules à son tour devant la réaction de son ancien camarade de classe.

- Tu travailles pour Finn, pas pour moi.

La frontière reste mince, après tout c’est son second que Finn a envoyé faire les courses de la jeune femme quand elle était blessée et même si elle, n’en a pas vraiment conscience, les hommes du mafieux prennent garde à ne pas contrarier ses désirs, par respect pour le patron.

- Normalement ça ne devrait plus se produire. Pas de mon côté en tout cas.


Evidemment, elle ne peut pas parler pour Finn et l’homme est plus têtu qu’une mule, mais de son côté, elle a bien l’intention de ne plus mêler ses activités de résistante à sa vie personnelle. Pour le moment, celle-ci est revenue à cet instant bienheureux où elle ne devait se soucier que d’elle-même. Ce dont elle tente de se convaincre en tout cas.

La porte s’ouvre et par réflexe, elle tourne la tête vers le bar pour voir qui arrive. Ni Rafa, ni elle ne se sont mis dos à la porte. Un réflexe probablement conditionné par des années à devoir regarder par-dessus leur épaule. Ce constat la fait sourire. La jeune femme remarque que Liam les regarde, probablement à moitié pour voir si les choses ne vont pas s’envenimer - c’est une constante quand elle est présente - mais aussi pour voir si elle va rester assez longtemps que pour lui servir à boire. Elle-même ne sait pas vraiment si elle va rester.

S’ils se fréquentent, c’est plutôt par la force des choses que par goût personnel. Là où on trouve le mafieux, son second n’est jamais loin, et depuis quelques mois, Eve non plus. Lointain souvenir de Poudlard, elle se souvient vaguement du binôme qu’ils formaient en Botanique ou Potion, peut-être les deux, d’ailleurs. Une époque ou Eve remettait déjà en question son appartenance au monde sorcier. Plus concentrée sur les rumeurs de guerre à venir, elle n’était que peu attentive aux autres. C’est peut-être ce qui la pousse à poser une question qui trotte dans le fond de sa tête depuis un moment.

- Je me demandais, comment tu t’es retrouvé ici ? On est peu à avoir quitté ce monde là.


En effet, ils sont peu à être partis. Généralement, après sept ans à Poudlard, la plupart d’entre eux voit leur lien avec leur famille moldue distendu. La différence entre le monde sorcier et moldu se fait de plus en plus grande et la plupart sont inaptes à y retourner. Ce n’est donc vraiment une question de choix, mais bien de nécessité, même si la plupart ne s’en aperçoivent pas. En ce qui concerne la pègre, elle existe des deux côtés de la barrière, Eve est bien placée pour le savoir. Or Finn n’a définitivement pas dégoté Rafa dans Londres sorcier, si bien qu’elle se demande comment il a fini ici.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeMar 23 Fév - 17:18

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa


Très honnêtement, Rafa ne sait pas comment réagir aux excuses d’Eve. Il sait que dans un certain monde, il est admis et même valorisé de savoir reconnaître ses torts. Dans son milieu, c’est dangereux, ni plus ni moins. Admettre qu’on a merdé, et après ? S’il suffisait de dire qu’on est désolé pour effacer l’ardoise, l’espérance de vie serait nettement plus élevée parmi la pègre. Mais tout se paie comptant, entre voyous. Plus ou moins sévèrement, selon l’interlocuteur et la chance qu’on a, mais tout se paie. Autant ne pas perdre de temps à formuler des excuses, puisque ça ne changera rien.

Le jeune homme ne comprend donc pas vraiment pourquoi Eve tient tant à s’excuser. Pour lui, le dossier était classé ; pas besoin d’y revenir. Il sent bien qu’il n’a pas répondu comme elle s’y attendait, puisqu’elle hausse les épaules et justifie ses propos. Rafa se fend d’un sourire ; puisque c’est si important pour elle, autant ne pas la vexer. Il n’a aucune raison d’en vouloir à Eve, et, en plus, il juge plus prudent de ne pas se la mettre à dos. Elle demeure une personne à ménager, parce qu’il est certain que tôt ou tard, le couple infernal se reformera. Ne pas se griller auprès d’une potentielle patronne, même si les relations ont pris un sacré coup de frais depuis l’histoire Colton ; pour Rafa, il s’agit de la plus élémentaire prudence. Depuis six ans qu’il travaille pour Finn Callahan, c’est une vertu qu’il a appris à cultiver. Il accueille d’un hochement de tête la promesse que cela ne se reproduira plus, bien qu’il n’y croie pas vraiment - mais ça, il n’est pas obligé de le dire. La prudence, toujours elle.

Il y a un bref instant de flottement, parce qu’après tout, Eve et Rafa ne se sont plus vraiment parlé depuis leurs dix-sept ans, et qu’ils ne savent pas trop quoi se dire ; puis Eve aborde un sujet qui, encore une fois, laisse le jeune homme déconcerté. La question est tellement inattendue qu’elle en devient presque irréelle. C’est vrai qu’ils se sont connus à Poudlard, et que cela semble s’être passé dans une autre vie. Aussi, lorsqu’elle demande comment il s’est retrouvé ici, Rafa prend son temps avant de répondre. Que veut-elle dire par “ici”, d’abord ? ici à Londres, ici chez les Moldus, ici dans l’équipe de Finn ? Le terme porte à confusion. Enfin, sans se rendre compte à quel point il reste dans le vague, il rétorque :


-Tu me poses vraiment la question, Talbot ? Mais on est pareils, toi et moi, non ? T’as bien dû y avoir droit, toi aussi.

Il n’y a pas à se tromper, cependant ; lorsqu’il parle de ce qu’elle a dû subir aussi, c’est bien du mépris des sorciers qu’il est question. En tant que née-moldue, il est impossible qu’Eve ait traversé sa scolarité à Poudlard sans qu’on lui fasse sentir son infériorité. Fermement, il affirme :

-Je préfère cent fois être un sous-fifre ici qu’essayer d’être un des leurs.

Car Finn Callahan, même s’il ne ménage guère ses hommes, ne les méprise pas, lui. Rien à voir avec ces petites merdes qui n’avaient que le sang qui coule dans leurs veines à faire valoir. Le patron, lui, peut se targuer d’en avoir versé de sacrées quantités, et ça a quand même une autre gueule, songe Rafa, amusé par le parallèle. Et puis, se rendant compte qu’il est un peu trop grave - parler des sorciers, ça le fout toujours de mauvais poil, de toute façon - il reprend :

-Ou alors tu te demandais comment je m’étais retrouvé au service du boss ? Ecoute, c’est tout con. En sortant de Poudlard, j’ai commencé à travailler à Dublin comme imprimeur, et puis je suis venu à Londres, parce que je savais que je serais mieux payé ici. Et puis un jour… Je travaillais au Daily Telegraph, tu vois ? bref, un jour, en imprimant mes pages, je vois passer une petite annonce. Un mec qui avait un boulot trop prenant et qui cherchait quelqu’un pour s’occuper de son chien. Le boulot le plus tranquille du monde. J’y suis allé. Le chien est mort en 44, mais comme ça avait bien marché entre nous, le patron m’a gardé. C’est dément, pas vrai ?

Il a parlé très sérieusement, distillant une infime proportion de vérité sous une montagne de mensonges. C’est qu’il n’a aucune intention de révéler à qui que ce soit comment il est entré é au service de Finn ; il ne sait pas vraiment pourquoi, mais il lui a toujours semblé que moins les gens en savaient et mieux c’était - patronne comprise. Si un jour Callahan veut lui raconter, il le fera, mais d’ici là, il faudra qu’elle se contente de l’histoire de la petite annonce.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeMer 24 Fév - 11:57

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làSeule depuis ses dix-huit ans, Eve cherche rarement le contact des autres. La jeune femme s’est persuadée depuis longtemps que c’est par goût, plus que par nécessité. Un mensonge, mais comme à chaque fois qu’il s’agit d’elle-même et de son rapport au monde, elle a un talent hors du commun pour se voiler la face. Ne venant pas d’une famille très fournie, le décès de ses parents lors du Blitz a laissé un grand vide en elle que la jeune femme a décidé de remplir avec tout ce qu’elle trouvait de colère et de détermination. La guerre fut une bonne excuse pour ne pas s’attacher aux gens. Après tout, c’est une nécessité, on ne sait jamais avec qui on va rester et surtout qui reviendra vivant. Malgré ses bonnes résolutions, il fut impossible de ne pas forger des amitiés, mais force fut de constater que bien peu parmi ses relations survécurent jusqu’à la fin de la guerre.

Forte de ce constat, la jeune femme préfère se dire qu’il est plus simple d’être seul qu’accompagné par des gens qui ne peuvent de toute façon pas rester. Son cercle est donc restreint et si elle entretient des relations, elle tente de les garder superficielle. Elle n’est, comme beaucoup de sa génération, qu’une adolescente devenue adulte trop tôt, traumatisée et blessée de toute part, se voilant la face pour mieux tenir. Pourtant, quoiqu’elle en dise, l’humain est un animal social et ne peut vivre entièrement seul. Alors, sans l’admettre, elle tente de se connecter aux autres, maladroitement, sans vraiment savoir comment faire.

Que son choix se soit porté sur Rafael n’a rien d’étonnant. Voilà des mois qu’il est une espèce de constante dans sa vie. Quelqu’un qu’elle a connu à l’époque où tout était encore “normal” qui partage le même héritage qu’elle tout en l’ayant repoussé autant qu’il le pouvait et qui évolue aussi dans un milieu où la notion même de normalité est biaisé. Pas étonnant que la jeune femme se sente une affinité avec lui, affinité qui n’est peut-être pas partagée, mais elle ne se pose pas la question aussi loin. Dans le fond, Eve est peut-être juste curieuse de savoir qui est Rafa en dehors du second de Finn.

- On est pareil, affirme-t-elle avec une certaine fierté dans sa voix et un sourire sur les lèvres.

Oui, ils sont pareils. Né-moldu ou pour certains, des rebus. Eve n’a jamais vu les choses ainsi. La jeune femme a toujours été fière de son héritage, le portant comme un étendard. Adolescente, elle n’a jamais compris ce qui poussait les autres sorciers à les discriminer, puis la guerre arrivant, la lumière s’est faite. Qu’ils soient Né-moldu importaient peu. Tout ça découle juste de la peur de perdre un avantage qu’ils avaient depuis des générations.

- Sous-fifre, c’est une façon de voir les choses … Ils ne sont pas beaucoup a jouir de la liberté de ton que tu as avec Finn.

Parce que pour elle, il reste Finn. Tout grand patron qu’il soit, tout impressionnant qu’il puisse être auprès de ses hommes, la jeune femme s’est toujours estimée son égale et il ne lui a jamais fait peur. Elle se sait aussi dangereuse que n’importe lequel d’entre eux et ça lui donne une certaine aisance. Les explications de Rafa la font rire et elle ne s’en cache pas. D’un ton incrédule, elle commente :

- Je vois la scène d’ici. J’imagine qu’il avait un gentil petit caniche des familles à la place de Shane que tu promenais tous les après-midi. Il n’avait pas encore commencé à investir dans le béton à cette époque.

Quoiqu’il en soit, il ne faut pas grand chose à Eve pour comprendre pourquoi Rafa ne fait plus partie du monde sorcier. Sans vraiment savoir pourquoi, elle se confie et il y a une pointe d’amertume dans sa voix.

- Je crois qu’on est parti en même temps de là. Après mes études, je voulais devenir médecin. Je me disais que si on associait ce que les moldus faisaient à ce que les sorciers pouvaient faire, ça changerait les choses. Puis finalement, il y a eu la guerre. Elle hausse les épaules, parce que le reste est connu de tous et reprend. Quand je suis revenue, ils ont attendu un peu, mais finalement, ils m’ont convoqué au Ministère, pour voir pourquoi j’étais partie, mais surtout pourquoi je revenais. Ils voulaient des contacts pour pouvoir confirmer mes dires. La Gestapo n’aurait pas fait mieux. C’est un monde malsain, dit-elle. Elle reste silencieuse un moment puis ajoute : Pourtant, à l'époque, Poudlard, ça avait l'air merveilleux. Il ne peut pas y avoir que du mauvais.

En quelques phrases, elle en a presque dit autant à Rafa qu’à Finn. En réalité, c’est quelque chose qu’elle n’a jamais raconté, pas même au mafieux et elle se demande pourquoi elle en parle. Un peu perturbée, elle hésite. Ses excuses sont faites, ne devrait-elle pas partir à présent ?


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeVen 26 Fév - 11:03

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa

Une façon de voir les choses ? Les mots d’Eve ont au moins le mérite de faire marrer Rafa. S’il a choisi de se qualifier de sous-fifre, c’est à dessein ; c’est d’ailleurs le terme consacré par l’usage, dans l’équipe Callahan. Rafa ne compte plus les fois où le patron lui a grogné que “c’est pas un sous-fifre qui va l’emmerder”, avant de l’écouter quand même. Il est vrai qu’à cet égard, il jouit d’un statut très particulier dans l’organisation ; Finn l’écoute toujours, même si c’est de mauvaise grâce. Personne, hormis O’Riordan, ne peut se targuer d’avoir un tel privilège ; mais personne n’a eu assez d’audace pour essayer de l’obtenir. Rafa se rappelle parfaitement la première fois qu’il a osé contredire le patron ; à voir les mines effarées des autres, il a immédiatement compris qu’il venait de franchir une limite. Il avait pris soin de ne pas paraître insolent, risquant un timide “vous êtes sûr, patron ?” qui avait stoppé net les ordres que Callahan était en train de donner. Finn s’était retourné vers Rafa avec un air surpris, et le reste des gars l’avait regardé avec la pitié qu’on réserve aux gosses inconscients, attendant un retour de bâton qui n’était pas venu ; à la surprise générale, le patron avait autorisé l’imprudent à argumenter. Je l’ai gagnée, ma liberté de ton, songe Rafa avec fierté. Il faut avoir des tripes pour tenir tête à un type comme Callahan, et c’est pas ma faute si personne d’autre ne les a eues. L’exercice n’est pas sans danger, mais le second estime de son devoir de faire valoir son opinion lorsqu’elle sera utile au patron. Pas question de le laisser aller dans le mur en klaxonnant, et d’y aller avec lui, par simple peur de l’affronter. Un sourire aux lèvres, Rafa reprend :

-Ouais, si on veut. N’empêche que c’est toujours lui qui a le dernier mot, hein.

Et c’est comme ça. Il ne se plaint pas de cet état de fait ; sa place lui convient parfaitement, et les choses tournent aux petits oignons : que demander de mieux ? Rafa, en cela, est une heureuse nature, qui se satisfait sans problème de sa situation. Et de toute façon, comme le dit le patron les jours où il a envie de rigoler : ”si t’es pas content, t’as qu’à te plaindre au syndicat”.

O’Riordan prend une gorgée de bière, et se marre à nouveau quand Eve évoque le caniche dont il est censé s’être occupé.
“Non, un yorkshire”, corrige-t-il, amusé par l’image de Finn avec une telle bestiole sur les bras. Il ne relève pas, en revanche, l’allusion au béton, préférant ne pas aller sur un terrain potentiellement glissant. De toute façon, Eve passe à autre chose, à un sujet plus sérieux. Leur appartenance au monde sorcier, et surtout leur refus de vivre dans ce monde. S’ils n’ont pas vraiment le même parcours, ils ont connu des situations similaires, en leur qualité d’enfants de moldus. Rafa adresse un sourire amer à son ancienne camarade de classe :

-Moi, je suis jamais revenu, ça m’a évité l’interrogatoire. Et je te le dis franchement, les sorciers, ils peuvent bien s’entretuer sous mes yeux, c’est pas moi qui vais aller les arrêter.

En y repensant, cette méfiance à l’égard du monde magique est sans doute l’une des raisons de sa proximité avec Finn. Le patron, lui aussi, a eu à souffrir des excès des sorciers, et il les tient en aussi piètre estime que son second. Tout ce qu’ils consentiront à faire, l’un comme l’autre, c’est prendre le fric sans discrimination ; l’or sorcier est aussi bon que les biftons moldus. Finalement, Rafa décide qu’il peut bien, à son tour, être franc avec Eve, du moins en partie. Tant pis si ça doit le conduire à reparler de Callahan, un sujet qui ne doit pas la botter beaucoup ces jours-ci ; après tout, elle doit savoir qu’il ne sera jamais loin, dans une conversation tenue dans son pub avec son second. Le regard dans le vide, Rafa se lance donc :

-Ils m’ont bien fait comprendre que je ne serais jamais un des leurs, quoi que je fasse. Alors en sortant de l’école, je suis retourné chez les moldus. Chez moi. Et puisque tu te demandais comment j’ai fini par bosser pour le patron… J’ai eu des moments assez difficiles, et c’est lui qui m’a repêché quand j’en étais à aller bouffer à la soupe populaire. J’oublie ni ceux qui m’ont foutu la tête sous l’eau, ni celui qui m’a sorti de la merde.

Il est comique de penser que Callahan s’est assuré la loyauté de son second avec un plat de cannelloni, et c’est pourtant la réalité. Mais les détails - où, quand, comment, et quel était le menu - n’appartiennent qu’à eux. Le reste du monde n’a besoin de savoir qu’une chose, c’est que le dévouement de Rafa à son boss n’est pas une simple affaire d’opportunisme
.


Dernière édition par Rafael O'Riordan le Ven 26 Fév - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeVen 26 Fév - 16:33

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làLa sacro-sainte peur du patron. Un classique dans le milieu de la pègre. Peu importe le pays, peu importe l’organisation, le schéma est toujours le même : le patron doit avoir raison. Ce n’est d’ailleurs - à le base - pas tant une question d’ego que de nécessité. Dans un milieu où le plus fort a toujours raison, ne jamais reconnaître ses torts revient à protéger sa vie et ses privilèges. Admettre que l’on peut se tromper, c’est devenir humain aux yeux de ses hommes et ça doit se faire avec parcimonie. Dans ce genre de bande, on conserve la loyauté par l’admiration et la peur et il faut utiliser un subtil mélange des deux pour ne pas perdre la main. Autoriser Rafa a argumenter comme il le fait, c’est ouvrir une porte dure à fermer. La jeune femme les a déjà entendu discuté plus d’une fois, son ancien camarade n’y va pas de main morte. Il pourrait évidemment répliquer qu’il en va de même pour elle, mais ils savent tous deux que ce n’est pas pareil alors pourquoi comparer des pommes et des poires.

- Il parle trop, se contente-t-elle de répondre.

En réalité, de façon fort peu objective, Eve estime qu’il gagnerait à se taire tout court. En particulier en ce moment. Sa propre rancœur mise à part, Finn est un incorrigible bavard. Exubérant, lunatique, il parle souvent sans réfléchir, ne pouvant que s’excuser - ou essayer - par la suite. Préférant ne pas parler du mafieux, Eve préfère orienter la conversation sur le second plutôt que son patron. Elle rit de bon cœur avec lui en imaginant un Yorkshire à la place du caniche.

Ayant finalement décidé qu’Eve n’allait pas créer un nouveau scandale dans le bar et le second semblant plutôt détendu, Liam a apporté à boire. Il connaît ses préférences désormais et il ne prend plus vraiment la peine de demander. Néanmoins, la jeune femme ne se sent pas vraiment dans son assiette. Son doigt joue avec la condensation d’eau qui s’est créée sur le verre, mais sans le porter à ses lèvres. Elle ne sait pas vraiment pourquoi, mais elle se sent nauséeuse. Sans vraiment chercher à comprendre pourquoi c’est le cas, elle se dit que ça doit venir de sa présence au Cohan. Elle a beau savoir que Finn est en tournage, elle ne peut pas s’empêcher de s’attendre à le voir débarquer. Or, elle n’a pas du tout envie de le voir.

La haine qu’elle devine dans la voix de Rafa, la jeune femme la comprend, c’est la même que l’anime. En réalité, elle est à peine plus nuancée que lui et elle n’aurait jamais pris la peine de revenir dans le monde sorcier de sa propre initiative, mais Jedusor est une menace pour les deux mondes. Cela dit, elle se rend compte qu’elle est agacée qu’il puisse penser qu’elle est entrée dans la résistance simplement pour sauver les sorciers. Si elle est plus nuancée que lui sur ceux qui composent le monde qu’ils ont fuit, elle a tendance à dire qu’ils ont fait leur lit. Si elle se bat, si elle supporte tout ça depuis deux ans, ce n’est pas pour eux, mais pour quelque chose de plus grand.

- Ils n’ont pas vraiment l’intention de s’en tenir à leur propre monde. C’est le problème, le frère de ton patron et les autres consanguins qui suivent son chef ont bien l’intention d’asseoir leur domination sur tout le monde qu’ils soient sorcier ou non.

Du reste, elle ne peut pas en vouloir à Finn comme à Rafa de ne pas se sentir concerné par Voldemort et sa clique. Après tout, personne ne se sentait concerné par le Führer avant qu’il ne commence son travail sanglant. Elle, c’est son métier, et c’est bien pour ça qu’elle est là.

- Ce n’est pas comme si tu avais besoin d’être des leurs de toute façon.

Eve a toujours été solitaire et le besoin d’appartenir à un groupe ne l’a jamais frappée. La magie, elle estime que c’est quelque chose de personnel. Si elle n’aime pas l’utiliser, c’est plutôt parce que c’est lié aux souvenirs qui y sont associés, mais également parce qu’elle ne maîtrise pas celle-ci comme elle le devrait. La discussion revient sur Finn pour des raisons évidentes. Il fait partie intégrante du monde de son interlocuteur, un peu comme s’il n’en était qu’une extension et la loyauté qu’il lui porte est loin d’être feinte.

- Je suppose que ce n’est pas un connard, tente-t-elle d’articuler.

Elle voudrait paraître détendue, mais elle sait que c’est loin d’être le cas et le spectre de sa dernière après-midi ici plane toujours. Oui, Finn sait être généreux. Il se préoccupe des autres et on peut admettre que ce n’est pas une raclure sans nom. Ça n'en fait pas un homme bon pour autant. Un constat qui n’a jamais gêné la jeune femme, elle-même n’étant pas spécialement quelqu’un de bien.

Songeuse, elle se tait un moment. Liam qui débarrasse les tables non loin profite de l’absence de tension pour s’approcher et constate que le verre de la jeune femme est toujours remplis. Il commente avec innocence :

- Vous buvez pas Patr ..., il s’interrompt un peu gêné parce que l’habitude de Rafa de l’appeler la patronne déteint sur lui et ajoute : Vous voulez autre chose ?

Eve lui fait un signe négatif de la tête et se dit qu’il est temps qu’elle s’en aille. Elle n’a plus vraiment de raison de rester et elle a déjà pas mal abusé du temps du second.

- Je vais te laisser, tu avais l’air occupé quand je suis arrivée. Si tu veux nous rendre service, ne dit pas à Finn que je suis passée. Je venais vraiment juste pour te voir.

La journaliste se lève, probablement un peu trop brusquement et parce qu’elle n’a pas encore mangé depuis qu’elle est réveillée, sa tête semble un peu tourner tandis que la nausée revient. Elle appuie ses mains sur la table pour éviter de vaciller, la tête penchée et se concentre sur sa respiration avant de se rasseoir, plus pâle que d’habitude.

- Liam, tu peux me servir un café ?

Juste le temps de l’avaler et elle repart.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeDim 28 Fév - 12:15

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa

Rafa écoute les explications d’Eve, mais il peine à se sentir concerné. S’il affirme haut et fort que les sorciers peuvent s’entretuer sans qu’il bouge le petit doigt, il devrait ajouter, pour être exhaustif, que c’est bien pareil pour les moldus. Le monde dans son ensemble lui est remarquablement indifférent. Hormis les quelques personnes auxquelles il tient, le reste peut canner avec des fourmis rouges plein le bec sans que ça l’émeuve plus que ça. S’il avait une conscience politique, il serait un de ces anarchistes franc-tireurs, à n’en pas douter - mais même les anars, en 1948, ce n’est plus ce que c’était. Et Rafa a pour seule ligne de conduite sa loyauté envers Finn Callahan. Sans doute pas la plus noble, mais elle lui suffit amplement. Il n’est pas l’homme des grandes causes, des beaux principes ; toute cette agitation ne mène à rien, on l’a bien vu avec la guerre. S’il souhaite la mort de Rory Callahan, ce n’est pas pour des raisons politiques, mais purement personnelles.

Rafa acquiesce gravement lorsqu’Eve remarque qu’il n’a pas besoin d’appartenir au monde magique. Elle a parfaitement compris : c’est chez les moldus qu’il a trouvé sa place, dans un petit univers assez restreint. Callahan, la petite blanchisseuse qui ne manie pas que le fer à repasser, deux ou trois autres demoiselles pas farouches, pas vraiment d’amis puisqu’il est, en tant que premier lieutenant du patron, au-dessus du commun ; quelques connaissances, les gars de l’équipe de Finn, et guère plus. Il ne sait pas trop comment classer Eve dans ce bottin mondain, surtout pas depuis ce qui s’est passé l’autre soir. Tant qu’elle était la patronne, c’était facile ; elle était un peu une extension du boss, presque aussi incontestable que lui. Mais maintenant ? Les cartes sont brouillées par le fait qu’elle soit venu le voir lui. Ils ne se parlaient guère, jusqu’alors, que parce qu’ils gravitaient tous deux dans l’orbite de Finn Callahan ; et voilà qu’ils découvrent qu’ils peuvent être autre chose que sa copine et son second. Juste une paire d’anciens camarades de classe, aux parcours somme toute assez proches, même si leurs idéaux le sont moins.

Malgré tout, c’est à cause de Finn qu’ils se sont retrouvés, presque dix ans après Poudlard, et ce n’est pas étonnant qu’il revienne dans la conversation. Rafa hoche la tête en entendant Eve supposer que le patron n’est pas un connard, et répond fermement :


-Ouais, je peux te le confirmer.

Pour Rafa, la chose ne se discute pas. Peu importe que Callahan ait un peu tendance à envoyer au fond de la Tamise ceux qui s’opposent à lui ; après tout, ces gens-là n’ont que ce qu’ils méritent, et on a déjà souligné que le sort des autres n’intéresse guère le second de Callahan. Il se fonde uniquement sur sa propre expérience pour affirmer que Finn non seulement n’est pas un connard, mais est véritablement un homme respectable. Trouver le patron sur son chemin a été une bénédiction pour lui ; ce n’est pas le cas pour tout le monde, bien sûr, mais la vie est ainsi faite.

O’Riordan lance un regard furibard à Liam qui vient proférer sa connerie ; trop tard, le mot a presque été lâché et un malaise s’installe. L’ombre du patron et le souvenir des événements de l’autre soir rendent impossible de poursuivre la conversation, et Eve prend la seule décision possible, celle de partir. Rafa tente de plaisanter :

-Oui, allez, je vais finir mes devoirs.

Il a signifié d’un simple signe de tête que Finn ne saurait rien de sa venue au Cohan ; il faudra, songe-t-il, chapitrer Liam à ce sujet, qu’il n’aille pas commettre une bévue. Il se lève en même temps que son ancienne camarade de classe, juste à temps pour la voir chanceler et se précipiter à son secours. Il se sent un peu coupable en la prenant contre lui pour l’empêcher de tomber, comme s’il trahissait le patron par ce simple geste. Soudain inquiet, Rafa s’improvise infirmier :

-Viens, Eve, rassieds-toi. Ça va ? Tu veux manger quelque chose ? T’allonger un peu ? Liam, ce café, il arrive, oui ou merde ?

Et en même temps, ce n’est vraiment pas le bon endroit pour tourner de l’oeil. Si Callahan rentre maintenant, on va encore assister à une drôle de petite scène.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeDim 28 Fév - 16:20

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làEve ne saurait pas dire si elle convainc Rafa alors qu’elle évoque les Mangemorts, Jedusor et leur plan d’asservir le reste du monde. A sa place, elle-même ne sait pas si elle serait convaincue. Dans le fond, elle estime que pour croire une menace, il faut la voir. Or, heureusement, pour le moment et pour le commun des mortels, c’est une menace invisible. Celle que l’on peut encore contenir parce qu’ils ne sont pas encore assez forts pour asseoir leur domination. Jusqu’en 1939, qui aurait cru que l’Europe allait réellement être plongée pendant presque six ans dans une tourmente dont elle ne sortirait que meurtrie et ravagée ? Pas grand monde et la jeune femme se souvient encore du discours de ses parents à cette occasion. Son père, comme sa mère, soutenait qu’après la grand guerre de 1914 et la révolution Russe de 1917, les gens avaient compris. Ils avaient appris de leur erreur et que ce qui s’est passé ne se reproduirait plus. La déception n’en fut que plus amère lorsque l’Angleterre se déclara en guerre.

Qu’il soit convaincu ou non, quelle importance dans le fond ? Aucune pour Eve. Encore une fois, elle fait ce qu’elle juge juste pour elle-même sans se soucier de ce que les autres pourraient bien en penser. A bien y penser, Rafa vit sa vie exactement de la même manière et si, elle, elle est dans la légalité, c’est plus par fruit du hasard que par réel goût. Si elle n’était pas rentrée dans la résistance après la mort de ses parents, puis été repérée par le gouvernement, peut-être aurait-elle fini dans le giron de son oncle comme Rafa a fini dans celui de Finn.

Dans le fond, elle ne saura jamais. Tout comme elle ne saura jamais si elle et le second de Callahan seraient resté dans le monde sorcier si les gens n’avaient pas été aussi hostile envers les deux nés-moldus qu’ils étaient. Refaire le passé ne sert à rien et Eve n’a jamais été adepte du retour en arrière. Les choses sont telles qu’elles sont et ils ne peuvent pas faire mieux que d’essayer d’en tirer le meilleur parti.

Évoquer Callahan ne lui fait pas vraiment de bien. Elle savait le sujet inévitable, en particulier en venant au Cohan. Elle constate qu’elle n’est pas assez adulte que pour réussir à mettre son histoire de côté pour évoquer posément le mafieux avec Rafa. Comment ne pas se rappeler que quelques jours auparavant, dans ce même bar, elle s’est sentie comme elle l’a rarement été. Un observateur mal renseigné pourrait penser que c’est le fait que Finn voit deux femmes en même temps qui l’a blessé. Il ne pourrait pas plus se tromper. La journaliste connaît le milieu auquel appartient l’acteur et puisqu’ils n’ont jamais vraiment défini leur relation ou même admis en avoir une, il n’est pas surprenant que d’un côté comme de l’autre, la fidélité n’ait pas été une priorité. Non, ce qui l’a blessée, c’est toute l’affection qu’elle a lu dans le regard de l’Irlandais. Jusqu’à ce moment précis, elle ne s’était pas aperçue qu’elle pensait cette affection exclusivement réservée à elle-même pas plus qu’elle n’avait compris à quel point elle y tenait. C’est autant de sa faute que celle de Finn et c’est un constat douloureux et amer qu’elle peine à assumer.

La remarque de Liam la ramène à la réalité. Eve n’est plus à sa place ici, si elle l’a jamais été. Elle n’en apprécie pas moins Rafa pour autant, mais elle réalise bien que même si le second est amical avec elle, sa loyauté va à Finn et elle ne veut pas le mettre dans une position embarrassante vis-à-vis de son patron. Comme il lui a souvent dit, quand il est de mauvaise humeur, c’est lui qui ramasse. Il ne faut pas être Merlin pour savoir que, en ce moment, Callahan doit être très peu facile à vivre. Surprise par sa propre faiblesse, elle se laisse tomber dans les bras de Rafa et s'assied sans protester, chose assez rare pour être notée. La jeune femme s’amuserait presque de l’inquiétude qu’elle perçoit chez le second tandis qu’il houspille Liam pour son café. Jugeant que c’est justement parce qu’elle n’a pas eu le temps de manger qu’elle ne se sent pas bien, elle accepte la proposition de son ancien camarade.

- Si tu as un truc rapide à grignoter, je n’ai pas eu le temps de manger aujourd’hui, ça doit être ça ou la fatigue, se justifie-t-elle. Il faut dire que les derniers événements l'ont travaillée et elle a eu du mal à trouver le sommeil. C’est un peu comme si soudainement tout était de trop pour elle. Ne me regarde pas comme ça. Je vais bien, dit-elle pour détendre l’atmosphère. Ça va passer, c’était passager. Je vais avaler un café et grignoter un bout de pain puis je pars. Je ne voudrais pas être encore là quand les gens vont commencer à arriver.

Traduction, moins de monde la voit, moins c’est susceptible d’être rapporté aux oreilles du patron sans compter qu’on ne sait jamais quand celui-ci peut débarquer. Liam arrive promptement avec une part de Chiken pie froide et un café. Elle remercie le barman et prend la tasse brûlante. Eve en avale une gorgée tout en se brûlant la langue, mais le café lui fait du bien. La jeune femme se sent un peu requinquée et décide d’attaquer la tourte. La première bouchée lui semble agréable, la seconde un peu moins et au bout de la troisième, la nausée revient, plus forte que la première fois. Eve repousse son assiette.

- Désolé, je ne saurais pas. Je crois que je suis juste malade en fait. Je vais rentrer et dormir, ça devrait me faire du bien.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeLun 1 Mar - 20:17

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa

Liam n’est pas le genre de type à se laisser impressionner par un simple coup de gueule. Il faut dire que, de par sa fonction même, il en entend à longueur de temps, des coups de gueule. Son lot, à ce pauvre homme, c’est d’avoir sur le dos non seulement Finn, mais aussi son second. Quand les gens plaignent Rafa de devoir supporter les humeurs du patron, ils devraient se souvenir qu’il y a Liam, qui doit se farcir celles des deux hommes pour le même prix. Mais le patron du Cohan en a pris son parti ; les engueulades glissent sur lui comme la pluie, sans que rien semble l’atteindre. C’est donc sans se départir de sa bonne humeur qu’il passe derrière son comptoir pour mettre le café en route ; ceci fait, Rafa le voit du coin de l’oeil se diriger vers la cuisine, sans doute pour préparer quelque chose à manger.

De son côté, le second de Callahan s’assure qu’Eve va bien. Il a suffisamment dû jouer à l’infirmière de guerre auprès du patron, en des occasions aussi diverses que des blessures ou des gueules de bois carabinées, pour être capable de réagir. Une fois la jeune femme installée, il murmure “bouge pas, je reviens” et se lève pour aller récupérer une carafe, un verre et une serviette. Il se rassoit, à côté de la jeune femme cette fois, et lui sert un verre d’eau.


-Tiens, si tu veux boire. Et te rafraîchir un peu, ajoute-t-il en trempant un coin de serviette dans l’eau. Passe-toi ça sur le visage, ça te fera du bien.

Liam revient enfin, porteur du café demandé et d’une assiette. Rafa observe sa camarade, toujours inquiet, en jetant de temps en temps un coup d'œil furtif à la pendule. Bon, le patron ne devrait pas être de retour avant un bon moment, mais on ne sait jamais, avec les artistes. Un coup de vent, un chat noir qui traverse, et ça vous annule une demi-journée de tournage… Pas aujourd’hui, bordel. Il a dit qu’il rentrait tard, ce n’est vraiment pas le jour de finir plus tôt.

Le second de Callahan sourit en voyant Eve boire son café avec tant de hâte qu’elle se brûle ; il la regarde ensuite s’attaquer à sa portion de chicken pie, et, cette fois, la réaction de la jeune femme lui fait froncer les sourcils. C’est qu’il a déjà vu ce genre de haut-le-coeur, chez des filles qui travaillent au Cohan. Cela peut très bien être causé par autre chose, mais… Comme Eve repousse son assiette, Rafa, la mine sérieuse, se tapote le ventre :


-Et c’est pour quand, alors ?

Il n’a même pas envie de blaguer, parce que s’il voit juste, il pressent une drôle de catastrophe. Ce ne sont que suppositions, mais… si on suppose qu’Eve est enceinte, que Finn est le père (et il revendiquera sans doute le titre, même si Eve fait bien ce qu'elle veut avec qui elle veut), que les deux ne soient pas foutus de se réconcilier avant la naissance du lardon… Le pauvre Rafa en a, d’avance, des sueurs froides. Il adresse un sourire à son ancienne camarade, en priant pour qu’elle n’ait rien de plus extraordinaire qu’un peu de fatigue et de contrariété. C’est possible, après tout, vu les récents événements. O’Riordan se marre en voyant la tête d’Eve, et ajoute :

-Non, ça va, je blague. Je me dis que vous avez quand même pas poussé le vice jusqu’à faire des petits. On a bien assez de boulot avec les modèles adultes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 461
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Un type avec un goût douteux pour les costumes
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeLun 1 Mar - 22:38

❝ Rafa & Eve ❞Quand le chat n'est pas làDans le bar presque vide, on prête à peine attention au malaise d’Eve, somme toute assez discret. Par contre, on s’étonne bien plus de l’agitation du second qui ressemble soudain à une mère nourricière prenant soin de son enfant. On y prête guère attention quand l’enfant en question est le patron qui revient amoché, mais c’est plus étonnant lorsqu’il s’agit de l’ancienne copine du mafieux. En réalité, personne ne sait vraiment sur quel pied danser, mais tout le monde a bien compris que, vu l’humeur, il ne valait mieux pas demander.

De son côté, Eve n’a pas vraiment l’habitude que l’on s’occupe d’elle. L’espionnage est un métier assez solitaire et on apprend rapidement à faire fi des petites indispositions tout comme on devient vite expert lorsqu’il s’agit de se recoudre soi-même. La sollicitude de Rafa la rend donc presque nerveuse, mais surtout la gêne. C’est qu’elle est fière Eve et elle a l’habitude de se débrouiller seule. Néanmoins, elle sait aussi qu’il est ridicule de ne pas accepter un acte de gentillesse quand on en reçoit un et elle tente de dédramatiser un peu la situation en faisant un peu d’humour.

Si elle se sent rapidement un peu mieux, l’eau fraîche et le café faisant des miracles, ce n’est plus le cas dès qu’elle tente de manger. La nausée revient et il ne lui faut pas longtemps pour comprendre qu’elle ne parviendra jamais à finir le contenu de son assiette. Les aliments lui semblent avarié, mais elle se garde bien de dire quoique ce soit. Il ne manquerait plus qu’elle vexe Liam et Rafa dans la foulée. Le dit Rafa qui ne semble pas avoir les mêmes scrupules quand il lui demande très sérieusement pour quand est la naissance.

D’ailleurs, Eve ne saisit pas tout de suite le sens de ses paroles tant elle est occupée à combattre son malaise et surtout tant elle est à mille lieu de penser à ça. Ses sourcils se froncent à son tour et le regard qu’elle lance au second de Finn n’a plus grand chose d’amical. Il faut qu’il commence à rire pour que celle-ci se détende et accepte de sourire.

- Si j'avais dû être enceinte à chaque fois que j'ai eu la nausée, je ne te raconte pas la marmaille que je me trainerai.

En réalité, elle rit un peu jaune. Déjà, parce qu’elle ne se sent pas très bien, mais ensuite parce que la simple possibilité d’être enceinte lui donne des sueurs froides. L’appel de la maternité, Eve ne l’a jamais vraiment ressenti, d’autant plus qu’elle n’a pas une vie qui lui permettrait de gérer un enfant ce qu’elle fait remarquer à son compagnon.

- C’est déjà assez difficile d’être responsable de soi-même sans devoir en plus veiller sur un môme totalement dépendant de moi. Je laisse ce plaisir là à d'autres.

Ce n’est pas méchant. Juste réaliste. Évidemment, il y a bien d’autres choses qu’elle pourrait ajouter comme le fait qu’elle doute que Finn soit le père idéal ou encore qu’elle-même n’est guère faite pour ça, mais pourquoi souligner l’évidence. Rafa n’est pas idiot et ce qu’elle pense, il doit l’avoir pensé avant elle. Quoiqu’elle ne soit pas encore remise, elle a pitié du second et de l’heure qui tourne. Comme lui, elle s’inquiète d’un retour impromptu du patron, alors même si elle n’est pas encore au mieux de sa forme, Eve songe qu’il vaudrait mieux faire un effort et tenter de rentrer.

- Ça va déjà mieux. Je crois que je vais y aller. Je vais éviter de transplaner et je prendrais sagement le métro si ça peut te rassurer. Finn ne pourra pas te tenir responsable de m’avoir laissé partir dans cet état si jamais il venait à l’apprendre.

La journaliste commence à connaître l’irlandais et si de son côté, elle ne veut plus rien avoir à faire avec lui, elle est persuadée qu’il pense qu’elle changera d’avis. Rafa n’a pas l’air convaincu et elle ne le sent pas à l’aise de la voir partir ou peut-être se l’imagine-t-elle à tort. Quoiqu’il en soit, elle déclare :

- Voilà ce qu’on va faire. Je vais rentrer chez moi, si je ne me sens pas bien, j’irai voir un médecin ou médicomage. Je t'enverrais un message pour te confirmer que ça va. Si tu ne reçois rien et bien considère que ça n’allait vraiment pas et de toute façon, tu sais où j'habite, conclut-elle avec un petit rire tant elle est persuadée que tout ça sera passé avec une bonne nuit de sommeil.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rafael O'Riordan
▌ Messages : 119
Humeur :
Quand le chat n'est pas là - Rafa Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand le chat n'est pas là - Rafa Right_bar_bleue

En couple avec : Mon boulot

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar:

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitimeMer 3 Mar - 12:13

Quand le chat n'est pas là Eve & Rafa

En voyant la réaction d’Eve à l’évocation d’une grossesse, Rafa a préféré battre en retraite, faire le gars qui n’était pas sérieux, mais l’idée trotte, à présent, dans sa tête. C’est vrai qu’en y pensant, c’est quand même un sacré coup de chance que le cas ne se soit jamais présenté. Il faut dire que jusqu’à présent, le patron n’a jamais été très assidu en amour ; Eve est une exception, la seule qui ait vraiment réussi à le tenir longtemps, même si leur relation est passablement bancale. Rafa, qui est aux premières loges depuis le début, pourrait en témoigner. La seule évocation du couple infernal suffit désormais à le mettre en alerte, son esprit cherchant à deviner quelle sera la prochaine tuile qui lui dégringolera sur le museau. Ils sont tellement inventifs en matière d’emmerdements qu’il est à peu près impossible d’anticiper, et un mioche, à bien y réfléchir, c’est un coup qu’ils ne lui ont encore jamais fait. Rafa n’est pas du genre à faire des suppositions juste pour le plaisir de se biler, mais il faut bien admettre que là, ce n’est pas complètement farfelu.

Le second de Callahan s’efforce de ne pas imaginer la réaction du patron si ses soupçons étaient fondés, parce qu’il sent bien que ce serait sa fête pendant une longue période. Le ballet des hiboux, des tentatives de reprise de contact, et des séquences désespoir-whisky-glace. Bref, le surmenage garanti pour Rafa. Pas que son boulot habituel soit à proprement parler une sinécure, mais si on ajoute une telle dimension dramatique, ça va devenir un sacerdoce. Et s’il a toujours refusé d’écouter sa mère quand elle lui suggérait de devenir curé, ce n’est pas pour se faire l’apôtre des causes perdues, songe-t-il sans se rendre vraiment compte que c’est déjà un peu le cas.

Rafa, cependant, juge plus prudent de ne pas répondre à Eve, pour ne pas relancer le sujet qui semble la contrarier. C’est qu’il vaut mieux éviter de la mettre de travers, elle aussi - pour ça, ils se sont bien trouvés, avec le patron. Pas étonnant qu’avec deux caractères pareils ça fasse des étincelles à la moindre. Le jeune homme hoche la tête en entendant Eve parler du métro :


-Oui, j’aime autant. Si tu te foires en transplanant et qu’on retrouve qu’un bras ou une jambe, le patron me pardonnera jamais de t’avoir laissée partir.


Il parle sur un ton léger, mais il est quand même inquiet, au fond. Il n’a jamais vu Eve flancher, si peu que ce soit, et il espère que ce n’est qu’un coup de fatigue… Mais Talbot n’est pas de ces femmes qui vous font des coups de fatigue pour un oui, pour un non, et qui réclament les sels et un éventail… Si elle se sent mal, c’est que ça doit être grave. Rafa se lève pour la raccompagner, en avertissant à mi-voix :

-OK, Talbot. J’attends ta lettre, et je te prends au mot. Si je reçois rien, c’est que ça va pas, et là, tu comprends bien que je devrai faire quelque chose. Je sais que tu préfères que le patron sache rien de ta venue, et je lui dirai rien, mais tu comprends bien que moi, si j’ai des raisons de penser que t’es pas dans ton assiette, je suis obligé de le prévenir.

Elle le connaît assez pour savoir qu’il fera comme il a dit ; Rafa n’est pas du genre à parler en l’air. Les choses sont claires avec lui, à défaut de l’être avec Callahan.  Il raccompagne la jeune femme jusqu’à la porte, une politesse inhabituelle dans un lieu tel que le Cohan, et comme Slim ouvre la porte en silence, lui rappelle une dernière fois :

-T’oublies pas, hein. J’attends ta lettre.

Eve partie, Rafa reprend sa place au comptoir, rouvre son carnet de comptes, mais son esprit est ailleurs, et il finit par se relever avec l’intention d’aller prendre l’air cinq minutes. En lui ouvrant la porte à son tour, Slim, s’il est attentif, peut l’entendre marmonner :

-Bon. Au moins, cette fois, on a pas pété la vaisselle.


Un résumé on ne peut plus pertinent de la situation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Quand le chat n'est pas là - Rafa Empty
Message#Sujet: Re: Quand le chat n'est pas là - Rafa   Quand le chat n'est pas là - Rafa Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le chat n'est pas là - Rafa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-