AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Mar 4 Oct - 12:57

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
Finalement, même quand on avait une histoire un peu particulière, les journées à Poudlard se ressemblaient toutes. Bon, en même temps, Adrian était loin d'avoir une histoire vraiment particulière. Parce que finalement, il n'était pas le seul à venir de Salem (même si à part Cassie, il n'avait pas le souvenir d'avoir croisé les autres venus de Salem dans l'école, mais ça il ne s'était pas encore penché sur ce détail). Et il n'était pas le seul à avoir des soucis avec sa famille (même si, encore une fois, ce n'était que sa mère qui posait vraiment souci). Enfin du coup, les jours se ressemblaient tous. En même temps, les élèves de l'école de magie n'avaient pas grand-chose d'autre à faire que de travailler (du moins, c'était l'avis d'Adrian). Encore une fois donc, le bleue et bronze s'était donc levé pour participer aux cours de sa journée, sans trop chercher à faire de vague. Une journée parfaitement banale donc, en ce début d'année à Poudlard.

C'était son truc à Adrian, il ne faisait pas de vague. Il n'aimait pas tellement se faire remarquer, il n'en avait vraiment pas besoin. Le jeune homme se contentait parfaitement de ce qu'il avait, de ses petits cours, de ses devoirs, de ces études donc qui lui était si importantes pour parvenir à faire ce qu'il voulait faire une fois ses diplômes en poche. Mais alors qu'il était discret en temps normal, dans les autres cours, il se laissait un peu plus aller pendant le soin aux créatures magiques. Non pas dans le mauvais sens, bien au contraire, mais parce qu'il avait à coeur de participer à ce cours. En même temps, c'était son cours préféré, il ne pouvait pas s'en empêcher. Et le fait d'avoir un Magizoologue célèbre dans la famille ne pouvait que l'aider. Ces longues discussions qu'il avait avec son oncle Norbert n'avait fait qu'augmenter sa culture sur les créatures magiques et son envie d'en apprendre bien plus encore. Il sortait donc de son cours de soin aux créatures magiques assez satisfait. Même s'il n'avait rien appris de plus que ce qu'il savait déjà - parce qu'il avait eu une longue discussion avec Norbert sur les créatures qu'ils avaient étudié aujourd'hui - il se sentait vraiment dans son élément. Il y avait finalement peu de moment où le bleu et bronze se sentait vraiment à sa place, même quand il était chez les Dragonneau (surtout quand il était chez eux). Evidemment, le professeur n'avait pas manqué de leur donner une tonne de travail à faire, mais ce n'était pas vraiment un souci pour lui. Il se dirigeait donc vers le château, le baume au coeur. Mais forcément, en étant distrait par le cours qu'il venait de suivre, il ne fut pas vraiment attention autour de lui. Et il ne remarqua la présence d'une autre personne que quand il la percuta.

« Dé... désolé. »

Lança-t-il, mal à l'aise, en voyant qu'il venait de percuter une élève de Serpentard, qui ne manquait pas de le taquiner (pour rester gentil, parce qu'il était évident qu'elle ne se contentait pas de le taquiner) dès qu'ils se croisaient. Autant dire qu’Adrian voyait sa bonne humeur disparaitre aussi rapidement qu'elle n'était arrivé.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Mer 5 Oct - 14:30

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★

Walby n'était pas de bonne humeur. Oui, je sais, c'est un scoop. En temps normal, déjà, Walby pouvait rapidement tourner en mode furie quand quelque chose n'allait pas ou ne lui convenait pas (ayant pris l'habitude de râler sans retenue quand c'était le cas, ne dissimulant jamais ses émotions et ses pensées, qu'elle soit positives ou négatives), mais là c'était encore pire. Parce qu'elle ne pouvait pas vraiment l'activer, le mode furie, justement. C'était une situation un peu étrange, en fait. Même assez déstabilisante, parce qu'elle n'avait jamais vécu ça avant. Une situation qui l'obligeait à se taire, à ravaler son franc-parler et à refouler ses pensées. Elle savait très bien ce qui n'allait pas, chez elle, en ce moment, c'était un truc qui lui était tombé dessus en lui procurant un choc aussi violent que si on lui avait écrasé une enclume sur la tête : elle ne se remettait pas de l'annonce des fiançailles d'Orion avec Lexie. Et elle avait tout tenté, pourtant, les raisonnements pragmatiques, les vieux moto, mais à chaque fois, une seule et unique pensée dominait : elle ne voulait pas que ça arrive. Et contrairement à toutes ces autres fois où, quand elle n'était pas d'accord avec quelque chose, elle le disait bien fort dans l'espoir qu'on fasse les choses différemment pour ses beaux yeux, elle était obligée de refouler tout ça joyeusement.

Non, ce n'était pas la forme, et ce n'était pas la reprise des cours qui était faite pour améliorer son humeur. Les cours, elle détestait ça, elle n'était pas studieuse pour un sou, et elle ne voyait pas l'intérêt de ces longues études de toute manière. Qu'est-ce que ça changerait, qu'elle ait la note optimale dans toutes les matières des ASPIC ou qu'elle se viande copieusement ? Elle n'allait pas faire partie de ces femmes qui se chercheraient un métier et une indépendance financière, ou même qui en voudraient. Pour elle, le féminisme, cette espèce de mouvement récent surgi de nulle part et destiné à disparaître selon elle, n'avait pas l'ombre d'un sens. Non, les cours ne lui servaient à rien, et ils ne la passionnaient en rien. En bref, du coup, pour se passer les nerfs en bonne et due forme, il ne lui restait plus qu'une seule option, s'en prendre à plus "faible" qu'elle (ou à qui elle considérait comme tel, en tout cas), et elle considéra que c'était vraiment une aubaine qu'Adrian Goldstein croise son chemin et la bouscule ce jour là, il lui donnait une occasion en or de se défouler un peu, même s'il n'avait rien fait pour mériter ça.

« Dé... désolé. »

Ses excuses hésitantes ? Non, bien sûr que non, elle n'allait pas les accepter, bien sûr que non, elle n'allait pas lui reconnaître que ça pouvait arriver à n'importe qui ! L'occasion était trop belle. Alors forcément, Walby la saisit au vol et sans vergogne.

- On vous apprend pas à mettre un pied devant l'autre à Ploucland ou quoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Mar 6 Déc - 22:21

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
De tous les élèves qu’Adrian aurait pu bousculer, il était évident qu’il aurait aimé éviter que cela soit une élève de la maison des verts et argents. Même quand on était élève depuis moins longtemps que d’autre à Poudlard, on remarquait rapidement ceux qu’il fallait éviter. Ceux de la maison du serpent donc, à moins qu’on en fasse partie. Et encore, le jeune homme se doutait qu’à l’intérieur même des cachots, ça ne devait pas toujours être joyeux. En tout cas, l’américain n’était pas dans cette maison et il était souvent la cible des « taquineries » des verts et argents donc, en particulier celle qui se trouvait justement devant lui, et il aurait bien aimé éviter un tel moment. Malheureusement, il ne pouvait plus grand-chose maintenant. Il était bien tenté de prendre la fuite ici et maintenant, mais il ne pouvait pas. Et ses excuses n’étaient évidemment pas suffisantes. Cela, le jeune homme s’en était douté. Si Black avait été du genre à accepter les excuses si facilement, ça se saurait. Et le pire, c’était qu’Adrian avait l’impression qu’elle cherchait la moindre excuse pour s’en prendre à lui. Il ne la connaissait pas assez pour juger, mais elle ne semblait pas vraiment de bonne humeur (en même temps, ça lui arrivait de l’être ?). La jeune femme l’agressa donc sans aucune raison. Et le pire, c’était qu’Adrian ne savait même pas quoi répondre. Il n’était pas doué pour la répartie, du moins pas en cet instant précis. Le jeune homme devait bien avouer qu’il aimerait pouvoir répondre du tac-o-tac à la jeune femme ce qu’il pensait sincèrement, mais il n’en était pas capable. Ce n’était pas son truc, les relations humaines bonnes ou mauvaises, ça n’avait jamais été son truc. Lui, il voulait simplement se poser dans un coin et travailler sur ses devoirs, ou lire.

« Je n’ai pas fait exprès… »

Murmura-t-il, finalement plus pour lui que pour Black. Il ne comprenait pas qu’elle s’en prenne à ce point à lui, alors qu’il n’avait vraiment pas fait exprès de la bousculer. C’était un accident, qui arrivait bien souvent au sein de l’école de magie et il n’y avait pas mort d’homme. Mais fallait encore qu’une verte et argent comprenne ça et qu’elle ne cherche tout simplement pas une pauvre victime, comme lui, pour passer ses nerfs. En tout cas, Adrian ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il allait passer un mauvais quart d’heure.

« Et je ne viens pas de Ploucland. » Osa-t-il ajouter alors, en relevant son regard vers la jeune femme. D’accord, il était mal barré si en plus il se permettait de lui répondre de cette manière. Mais bon, quand même, il ne venait pas de n’importe où. Adrian aimait l’endroit d’où il venait, il aurait aimé ne jamais le quitter d’ailleurs. Si sa mère lui avait laissé le choix, il ne serait pas venu vivre avec son oncle et sa tante, même s’il appréciait quand même la vie qu’il avait avec eux au fond.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Jeu 8 Déc - 14:32

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★

« Je n’ai pas fait exprès… »


Walby leva les yeux au ciel quand son interlocuteur lui dit ce qu'elle savait déjà. Il ne l'avait pas fait exprès, bah encore heureux, ouais ! Il ne manquerait plus qu'il l'ait bousculée intentionnellement par-dessus le marché. Non mais franchement... Elle s'en fichait, qu'il soit juste maladroit et qu'il ne sache pas mettre un pied devant l'autre, elle s'en fichait royalement, oui, elle avait juste besoin de se passer les nerfs sur son interlocuteur, il était mal tombé, dans tous les sens du terme, et maintenant, elle allait le lui faire chèrement payer, juste parce qu'elle le pouvait, voilà. Elle avait envie de se défouler, et elle trouvait qu'il était un punching-ball vivant bien efficace, même si les coups ne restaient que verbaux (et encore heureux, parce que la jeune femme n'avait rien d'une sportive, sur un ring, elle se ferait sûrement étaler en deux temps trois mouvements).

« Et je ne viens pas de Ploucland. »


Walby adressa un regard vraiment très sceptique à Adrian. Elle ne pensait pas vraiment que son interlocuteur venait du pays des ploucs, ne serait-ce que parce qu'elle ne connaissait absolument rien aux États-Unis, elle n'avait jamais quitté l'Angleterre, elle ne s'était jamais intéressée à l'Amérique. Et ça ne l'intéressait pas. Elle avait l'intention de rester focalisée sur ses préjugés. Et de bien s'en moquer, d'avoir complètement tort. Elle parvenait à ses fins, c'était ce qui comptait. Si le jeune homme se défendait, c'était bien qu'il se sentait blessé, piqué au vif par sa remarque, et Walby n'avait pas l'intention de compatir, plutôt que d'en jouer.

-Comme c'est mignon, il prend la mouche ! Mais tu sais, si ton pays de tarés et les crétins qui y vivent te manquent, tu n'as qu'à y retourner, c'est pas comme si t'allais manquer à qui que ce soit, ici. Au contraire, tu nous feras de l'air.


Ça ne changerait pas grand chose pour elle, en vrai, qu'il soit là où qu'il n'y soit pas, mais elle avait envie qu'il se sente isolé, qu'il ne se sente vraiment pas à sa place à Poudlard. Ignoble, comme procédé ? Oui, bien sûr que ça l'était, mais Walby n'avait jamais prétendu être n ange. Elle pouvait vraiment se montrer désagréable, vicieuse et cruelle quand elle le voulait, et là, vraiment, elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Dim 5 Fév - 11:45

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
C’était sans doute idiot, mais Adrian ne pouvait pas s’empêcher de se sentir vexer par les paroles de la verte et argent. Alors que le jeune homme se doutait qu’elle cherchait surtout à le faire sortir de ses gongs, qu’il réplique pour pouvoir mieux l’enfoncer ensuite. Le jeune homme savait qu’il valait sans doute mieux qu’il ne réponde pas, qu’il se contente simplement de passer son chemin et d’ignorer Black. Sauf qu’il ne le faisait pas, c’était idiot mais il ne le faisait pas. Franchement, il trouvait ça idiot de dire qu’il habitait au pays des ploucs, alors que la jeune femme ne devait même rien connaître des Etats-Unis. Le sorcier n’était pas en train de dire que son ancien pays (parce qu’il commençait à se dire qu’il n’allait plus jamais revoir les Etats-Unis à ce rythme, qu’il allait rester en Angleterre pendant encore longtemps… et il avait bien raison de se dire ça d’ailleurs) était mieux que son nouveau pays, bien au contraire, il n’y avait aucune comparaison à faire. Et la sorcière devant lui n’avait aucune raison de s’en prendre à son pays d’ailleurs. Tout comme techniquement, elle n’avait aucune raison de s’en prendre à lui non plus d’ailleurs.

Le jeune homme serra des dents et fronça des sourcils quand la verte et argent reprit la parole, affirmant qu’il pourrait très bien retourner chez lui, si son pays lui manquait. En affirmant, au passage, qu’il n’allait manquer à personne d’ailleurs ici. Black enfonçait clairement un couteau dans une plaie béante, ce qui n’était vraiment pas agréable. Adrian n’avait pas demandé à venir ici, si ça n’avait tenu qu’à lui, il serait resté chez lui avec sa mère et à Salem. Les choses étaient plus simples maintenant que Cassie était aussi à Poudlard et donc qu’il avait sa meilleure amie avec lui, mais quand même. Le jeune homme aurait bien aimé que sa vie ne change pas comme ça et Black l’agaçait à lui dire qu’il n’avait qu’à rentrer. S’il le pouvait, il le ferait. Du moins, il l’aurait fait surement pendant longtemps, mais cette année plusieurs choses étaient différentes. De grands changements allaient avoir lieu d’ailleurs encore, mais il ne s’en doutait pas encore. Adrian n’avait pas envie que Black continue de s’acharner sur lui, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de répliquer quelque chose. Ça n’allait servir à rien, il le savait bien, il ne faisait pas du tout le poids contre la jeune femme.

« Et les personnes ici ne vont pas me manquer non plus. Surtout pas toi. »

Finit-il par répliquer donc, ne sachant vraiment pas ce que ça allait donner. En soit, le jeune homme disait la vérité. On ne pouvait pas dire que beaucoup de personne allait lui manquer, même s’il avait quand même quelques amis (Cassie en premier lieu, mais elle ne comptait pas comme les autres en même temps). Mais surtout, Adrian serait assez heureux de ne plus croiser la jeune femme sous ses yeux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Mer 8 Fév - 13:21

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★

« Et les personnes ici ne vont pas me manquer non plus. Surtout pas toi. »


Il parlait au futur. Est-ce qu'il avait l'intention de s'en aller, alors ? Repartir là où il était venu. Grand bien lui ferait, tiens ! Aux yeux de Walby, il n'avait franchement pas sa place à Poudlard, et s'il repartait aux États-Unis, il ne manquerait à personne. La vert et argent ne le détestait pas au point de vouloir à tout prix qu'il quitte l'école de magie, mais son absence ne lui ferait ni chaud ni froid... Et ceci dit, au fond, si elle pouvait être capable à elle seule de le faire déménager, elle en tirerait une certaine satisfaction personnelle. Oui, Walburga Black était une peste avérée. Et elle en était fière. Elle ne voyait pas d'intérêt à ménager les petits bâtards comme Adrian Goldstein. Le sang de ce type était tellement douteux que même lui n'était pas sûr que son père était un sorcier ou non. Alors oui, hein, s'il devait retourner à Ploucland, ce n'était certainement pas elle qui sortirait les mouchoirs et pleurerait mille ans après son absence. À ses yeux, il était invisible. S'il s'en allait, personne ne verrait la différence. À part peut-être l'autre ahurie de Lowell. Mais elle aussi avait le droit de se barrer si elle le décidait. Elle ne manquerait pas à grand monde non plus. La jeune femme posa sa main contre sa poitrine et grimaça exagérément, comme si elle avait eu un coup au cœur.

-Ouille, ça pique,
répliqua-t-elle bien trop exagérément pour pouvoir être prise au sérieux. Tu viens de me briser le cœur, ton opinion a tellement d'importance pour moi, je ne sais vraiment pas si je vais m'en remettre.

Une façon comme une autre de lui faire comprendre qu'elle s'en foutait royalement, et surtout que ses propos ne la touchaient pas beaucoup. Si Walby aimait n'avoir que des amis, elle aurait un autre comportement au quotidien, mais la vérité, c'est qu'être détestée ne la dérangeait pas du tout, au contraire, elle en retirait une certaine fierté, pour tout dire. Elle voulait être aimée, elle voulait être détestée, elle ne voulait pas laisser les autres indifférents avant tout. Et quand elle pensait que cet objectif était atteint, donc, elle se sentait très fière, amplement satisfaite. En l'occurrence loin d'être blessée, elle aimait tourner les propos d'Adrian en ridicule.

-Visiblement, on vous apprend pas non plus la répartie, dans ton pays de dégénérés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Jeu 30 Mar - 13:25

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
Adrian n’eut pas besoin de longtemps pour comprendre que ce qu’il venait de dire à Walburga Black ne la touchait pas du tout. En même temps, ça n’avait jamais été son truc d’avoir de la répartie et de savoir se défendre. Le jeune homme était bien plus à l’aise quand il était dans son coin et qu’il n’était pas emmerdé. Donc, non, il ne savait pas se défendre et Walburga ne manqua pas de le lui faire clairement remarquer, en surjouant le fait qu’elle soit touchée par ses propos, posant même une main sur sa poitrine. Adrian serra un peu des dents, il s’en voulait de ne pas savoir lui dire autre chose pour pouvoir l’empêcher de se moquer de lui. En même temps, le jeune homme se doutait quand même que sa camarade d’école n’en aurait que faire qu’il retourne aux États-Unis, au contraire. Quoi que finalement, le fait qu’il reste ne devait pas l’importer non plus en un sens. Adrian avait bien conscience qu’il n’avait pas vraiment sa place dans Poudlard, en Angleterre. Même si son oncle et sa tante faisaient en sorte de le faire entrer dans leur famille (au grand dam d’Hyppolite), que Cassiopée était à présent à Poudlard aussi, cela ne signifiait pas qu’il avait vraiment sa place. C’était bien ça le souci de sa vie, il n’avait pas le sentiment d’avoir sa place nulle part. Il l’avait autrefois, quand il était avec sa mère, mais les choses étaient bien différentes maintenant.

En tout cas, Adrian était bien incapable d’avoir de la répartie, Walburga avait bien raison. Il ne pouvait pas lui donner tort, parce qu’en cet instant précis, le jeune homme n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait bien lui répondre. Il se sentait complètement idiot devant elle, sans savoir comment il pouvait répondre. Peut-être parce qu’au fond, malgré la présence de sa meilleure amie, Adrian avait envie de rentrer chez lui, de retourner chez sa mère et de ne plus vivre en Angleterre. Peut-être parce qu’il ne supportait plus vraiment l’attitude de certain élève de Poudlard, comme Walburga. Finalement, Adrian parvint tout de même à dire quelque chose, même si encore une fois ça n’était sûrement pas à la hauteur de ce qu’une personne avec une vraie répartie aurait pu lancer à la jeune femme, dans le but de lui fermer le claper.

« Si tu en as si peu à faire de ma présence et de mon opinion, pourquoi tu viens me casser les pieds ? »

Bon, ce n’était pas exactement ça puisque la jeune femme avait surtout répondu au fait qu’ils s’étaient rentrés dedans. Mais elle semblait insister, alors qu’Adrian au fond, ne demandait qu’une seule chose, redevenir invisible le plus possible et s’occuper comme il le faisait. Adrian avait envie de se faire oublier, donc autant dire qu’il attendait avec impatience que Walburga l’oubli. Mais le jeune homme ne se faisait pas vraiment d’illusion, il savait parfaitement que ça n’allait pas être aussi simple.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Jeu 6 Avr - 14:14

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★

« Si tu en as si peu à faire de ma présence et de mon opinion, pourquoi tu viens me casser les pieds ? »

La réplique d'Adrian ne faisait que confirmer, aux yeux de Walburga, les propos qu'elle lui avait tenus tout à l'heure. Il n'avait pas beaucoup de répartie. En même temps, ce n'était pas un mal que de ne pas savoir agresser les autres verbalement, au contraire, ce serait même plutôt une qualité. Mais pas pour Walburga, qui considérait que l'art du tacle était un art. Mais la vert et argent n'était vraiment pas un exemple à suivre. Elle avait encore plus d'une corde à son arc, en tout cas, et elle avait bien l'intention d'exploiter chacune d'entre elles, elle n'avait pas envie que le bleu et bronze ait le dernier mot. Il n'en était pas question pour elle.

-Je te signale que c'est toi qui m'est rentré dedans, c'est peut-être toi qui tenait absolument à me parler. Tu dois aimer ça, en fait, qu'on te "casse les pieds". Elle se retenait d'utiliser des termes moins polis. Mais ça la démangeait quand même pas mal. Et oui, ton existence m'indiffère, mais puisque t'es là, après tout... J'aime bien te faire tourner en bourrique. C'est tellement facile !

Il était une cible facile, Walby le voyait comme ça, en effet, alors forcément, elle en profitait. Elle pouvait très bien passer du temps sans lui, il pouvait bien disparaître de son existence sans qu'elle verse la moindre larme, et elle aurait vite fait d'oublier même son existence. Mais quand il était là, elle ne savait s'empêcher de le prendre comme souffre-douleur, comme elle aimait bien s'acharner sur tous les plus faibles qu'elle-même.

Il n'y avait pas de quoi être fière, mais elle s'en fichait totalement. C'était bon pour les nerfs, et Adrian, avec son attitude et ses propos, ne lui donnait qu'une envie plus grande de s'attaquer directement à lui. C'était comme ça, que voulez-vous. Impossible de résister. Il n'y avait pas de quoi être fier de ça, mais elle trouverait toujours le moyen de tirer son arrogance d'autre chose, alors ce n'était pas si grave, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Sam 27 Mai - 20:19

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
Bon, d'accord, la verte et argent avait carrément raison en fait, il n'avait aucune répartie. Mais en même temps, ce n'était pas son truc de provoquer les gens, de se montrer désagréable avec les autres. Non pas qu'il aime tout le monde, ce n'était évidemment pas le cas, mais il n'était pas doué pour renvoyer la balle méchante aux autres. Même quand il s'agissait de Walpurga, une fille qui avait quand même le don de lui taper sur les nerfs. Et qui en plus le faisait gratuitement, sans aucune honte. Franchement, Adrian ne savait pas ce qu'il avait fait pour s'attirer les foudres de la verte et argent. Sans doute rien, il se contentait juste d'être lui, d'être un bleu et bronze et de ne pas avoir du tout la même façon d'être que la jeune femme sous ses yeux. Mais quand même, il ne lui semblait pas avoir fait quelque chose pour la mettre vraiment en rogne. Pas comme ça en tout cas. Et visiblement, c'était- juste gratuit et sans aucune raison...

Parce qu'après lui avoir souligné le fait qu'il était celui qui lui avait rentré dedans (ce qui était vrai, bien sûr, mais en même temps il n'avait pas fait exprès, ça arrivait) et donc, que c'était lui qui voulait absolument lui parler et donc qu'elle lui casse les pieds... elle lui affirma qu'elle aimait bien le faire tourner en bourrique. C'était juste ça en fait. C'était facile de l'embêter, de le faire tourner en bourrique, alors elle le faisait. Génial, comment on pouvait se débarrasser de ça du coup.

"Tu dois vraiment t'ennuyer dans la vie alors, pour n'avoir que ça à faire."

Tenta-t-il de rétorquer en sachant parfaitement que ça n'allait clairement pas servir à quelque chose. Qu'elle n'allait pas mettre longtemps avant de savoir exactement comment lui renvoyer la réplique. Adrian n'était pas doué pour cela, ilne manquait pas une occasion de le prouver.

Au final, le jeune homme savait parfaitement comment il devait faire pour se débarrasser de Walburga. Sans doute en tournant les talons, en s'en allant, en s'inclinant et en se déclarant vaincu. C'était sans doute bien mieux, parce qu'il ne pouvait pas faire grand chose contre la Black et puis au fond, ça n'avait pas d'importance. Oui, il savait, mais il fallait encore qu'il le fasse.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Dim 4 Juin - 9:32

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★

"Tu dois vraiment t'ennuyer dans la vie alors, pour n'avoir que ça à faire."

D'accord, il n'avait pas tort, il fallait en effet qu'elle s'ennuie comme un rat mort pour se contenter de lui chercher des noises et n'avoir rien de mieux à faire, mais elle n'avait pas l'intention de s'en justifier. Si elle décidait de trouver ça amusant que de tourner en bourrique ses camarades, c'était son droit, après tout, ça n'empêchait pas sa vie d'être trépidante autrement après tout. Enfin bon... D'accord, elle était loin de l'être en réalité, mais Walburga était une Black, elle trouverait toujours un motif pour justifier du caractère exceptionnel de sa vie, même si en réalité, elle aurait plutôt de quoi s'ennuyer comme un rat mort. En plus, c'était un fait, elle ne s'ennuyait pas du tout. Elle trouvait toujours quelque chose à faire, et elle aurait même tendance à penser qu'il se passait beaucoup trop de choses dans sa vie ces derniers temps et que le rythme gagnerait à décélérer. Bon, en fait, ce n'était pas dans sa vie à elle qu'il se passait des choses, c'était dans celle d'Orion, mais elle se sentait si directement concernée par ça qu'elle n'arrivait pas à se distancer de toute cette histoire, bien au contraire. Elle toisa son interlocuteur.

-Oh, crois-moi, ma vie est passionnante, répliqua-t-elle en soutenant le regard de son interlocuteur pour lui faire comprendre qu'elle n'accordait pas la moindre importance à ce qu'il pouvait bien lui dire. Si elle devait se laisser juger, ce ne serait certainement pas par un potentiel sang-mêlé venu de l'autre bout de l'océan. Et je sais rendre chaque seconde de mon existence distrayante. Tu vois, par exemple, là, je pourrais subir notre discussion, mais à la place, je préfère me rappeler que tu n'es qu'un moins que rien, et passer le temps en t'humiliant. Si toi, tu n'as que ça à faire que de te laisser traîner dans la boue, alors c'est ton problème, mon gars. En tout cas c'est certainement pas le mien.

Après tout, lui devait avoir une vie encore plus morne que la sienne si sa seule occupation résidait dans le fait de rester planté là à se laisser insulter quand il pourrait plutôt choisir à la place de prendre la poudre d'escampette et de filer le plus loin possible des assauts verbaux de la vert et argent qui ne niait pas le détester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Ven 4 Aoû - 10:27

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
Adrian était loin d’être doué pour répliquer quelque chose quand on s’en prenait à lui. Il n’était pas fort non, mais en même temps il n’aimait pas spécialement ça. Bon, en fait, le jeune homme apprécierait sincèrement surtout qu’on lui foute la paix et qu’on ne vienne pas le chercher. Walburga s’amusait visiblement bien de venir le chercher constamment. Bon, d’accord, c’était lui qui lui était rentré dedans, mais elle aurait pu lui balancer une ou deux crasses et s’en aller. Adrian aurait préféré qu’elle le fasse clairement. Mais elle ne le faisait pas, à croire qu’elle s’ennuyait. Il essaya tant bien que mal de retourner cela contre elle d’ailleurs, de tenter de lui faire prendre conscience qu’elle était ridicule… sauf que ça ne marchait pas. Parce qu’elle affirma alors que sa vie était passionnante et qu’elle savait parfaitement comment rebondir sur toutes les situations. Comme maintenant, où elle pourrait subir leur « confrontation » mais qu’elle se rappelait qu’il n’était autre qu’un moins que rien. Mine de rien, ces propos eurent le don de lui faire du mal quand même. Adrian n’avait pas spécialement confiance en lui, il se demandait par moment s’il valait quelque chose en effet. Surtout dans des moments comme celui-là, où il se trouvait dans une telle situation. Entendre Black affirmer donc qu’il ne valait rien, ça n’avait absolument rien d’agréable. Elle passait donc son temps en l’humiliant… super, ça aussi c’était plaisant à entendre sérieusement. Mais encore une fois, Walby avait sans doute raison dans ses propos, il se laissait trop marcher sur les pieds. Il aimerait bien savoir répliquer convenablement à la jeune femme, lui dire quelque chose qui pourrait l’empêcher de continuer comme cela, qui pourrait la remettre à sa place. Sauf qu’il n’avait absolument rien qui venait à l’esprit du bleu et bronze, rien du tout. Alors qu’il pensait déjà la mettre au pied du mur en lui disant qu’elle se faisait clairement chier pour perdre son temps avec elle, elle avait réussi à rebondir en force.

« Je n’ai pas spécialement envie de m’abaisser à ton niveau. »

Tenta-t-il de dire, sans réelle conviction. Oh, c’était clair, il n’avait aucune conviction en cet instant précis, il se sentait même idiot de dire ça. Parce que là, tout de suite, celle qui se trouvait en position de force, ce n’était pas lui, mais bien la Black sous ses yeux. Et ça devait lui faire plaisir en plus, parce que c’était quelque chose que sa famille appréciait. Adrian n’était pas là depuis longtemps, mais il avait quand même vite compris que certaine famille de sorcier se sentait supérieur, parce qu’ils avaient un sang purement sorcier. Aux États-Unis, tout le monde était logé à la même enseigne, puisque les relations avec les no-maj étaient interdites. Il n’y avait pas besoin de sorcier se sentant supérieur à eux. Même si l’un n’empêchait pas l’autre, malheureusement. En tout cas, là, tout de suite, le jeune homme devait bien avouer qu’il aimerait bien prendre ses jambes à son cou et s’en aller rapidement. Sauf que ses jambes étaient incapables de bouger.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Mer 13 Sep - 13:07

★ Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école. ★



« Je n’ai pas spécialement envie de m’abaisser à ton niveau. »


Adrian avait beau dire, Walburga était convaincue que le bleu et bronze avait juste peur de se faire humilier et, franchement, elle trouvait ça pathétique. Elle ne se laissait pas heurter par sa remarque, en tout cas, ce n'était pas nouveau, qu'il lui dise qu'il ne l'estime pas, ça ne changeait rien à ce qu'elle pensait. Oui, ils étaient chacun sur deux niveaux différents, mais elle, elle se tenait au niveau très supérieur. Lui, il était dans les soubassements de la médiocrité, et même s'il cherchait à s'en tirer en l'attaquant, il y resterait, et jusqu'à la fin de ses jours. Elle ne pensait pas que des personnes comme Adrian Goldstein puissent être promises à un grand avenir. Si son existence était appréciée et tolérée par certains, c'était déjà miraculeux, à ses yeux. Walby trouvait vraiment, en tout cas, qu'Adrian manquait singulièrement de répartie. Il y avait des personnes avec lesquelles elle adorait se prendre la tête, parce qu'elle avait le sentiment que son orgueil et sa réputation étaient en jeu, et donc elle les défendait bec et ongles. Mais, pour elle, Adrian n'appartenait pas à cette catégorie de personnes. Elle accueillit sa remarque avec un léger rire moqueur.

-Je te rassure, Goldstein, toi et moi, on ne sera jamais au même niveau. Je te dépasse en tout point, tu es juste digne de ramper sous ma semelle, si ça t'amuse, mais tu n'iras clairement pas plus loin. Elle afficha un sourire amusé. Tu es un raté, et tant que tu continueras à te voiler la face à ce sujet, tu seras encore plus pathétique.


Elle avait beau se prétendre au-dessus, on est d'accord que ses réflexions et ses insultes volaient bien bas, mais Walburga était fière de ce qu'elle disait, et le pire, c'est qu'elle le pensait. Elle avait été élevée dans cette pensée, dans cette optique. On lui avait martelé le crâne à grands renforts de réflexions suprématistes, et elle s'était inscrite dans ce grand projet familial sans se poser la moindre question, fière de son coup, et plus fière encore de sa famille, cette famille dont elle voulait se montrer digne au quotidien. Ce dont elle s'affirmait encore maintenant, en insultant son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 300
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)   Ven 3 Nov - 23:10

Cassiopée & Adrian
Une école où les écoliers feraient la loi serait une triste école.
C’était vraiment dans ces moments-là que le jeune homme regrettait de ne pas avoir suffisamment de répartie pour qu’on le laisse tranquille. S’il parvenait juste à rembarrer la jeune femme sous ses yeux, sans plus de cérémonie, il était évident qu’il aurait la paix. Sauf que ce n’était pas bien partie. En cet instant précis, Adrian était bien incapable de dire quoi que ce soit. Il affirma qu’il n’avait pas envie de se mettre à son niveau et Black n’eut aucun souci pour lui renvoyer sa balle en pleine figure, affirmant que jamais il ne serait à sa hauteur. Il savait bien que les personnes comme elle se sentaient supérieur simplement parce qu’ils étaient des sorciers au sang pur. Alors que… concrètement, avec la loi magique aux États-Unis, les sorciers américains étaient aussi de sang pur puisqu’il était interdit aux sorciers d’avoir des relations avec les moldus (son cas était particulier, mais il n’en savait rien encore). Mais ces Anglais… ils avaient donc ces familles de sang pur qui se croyaient supérieurs et qui ne manquaient pas de s’en prendre aux autres. Aux no-maj par exemple, mais pas seulement. Il suffisait de voir comment se comportait Black et ses amis de Serpentard avec les autres élèves pour le comprendre.

Adrian encaissa le coup donc, d’entendre la jeune femme affirmer qu’il serait simplement bon à ramper sous ses semelles. Ce n’était vraiment pas agréable à entendre, surtout qu’il savait qu’il y avait quand même une part de vérité. Si l’oncle de Adrian était célèbre, cela ne voulait pas dire qu’il avait une place dans la « haute » société magique et donc, forcément, il ne « valait » pas aussi bien que des personnes comme Walburga. Il n’avait pas pour autant envie de se laisser faire, de la laisser continuer de penser qu’il était un raté, sauf qu’il n’avait pas beaucoup d’argument à donner de son côté.

« C’est toi qui te voile la face. »
Tenta-t-il de rétorquer, sans énormément de confiance. Parce qu’on ne pouvait pas dire qu’il était doué pour cela. Walburga avait bien plus de charisme que lui, elle savait comment s’en prendre aux autres. Adrian avait juste envie de se cacher dans le trou d’une souris et qu’on arrête de l’embêter. Mais il ne pensait pas que ce soit en se rabaissant, en cherchant à fuir, en cherchant à arrêter la situation, qu’il allait s’en sortir. Black avait du mordant, elle ne lâchait pas une « proie » si facilement. « Tu n’es qu’une fille. » Il n’aimait pas dire ça, parce que ce n’était pas du tout quelque chose qu’il pensait. Sa mère travaillait dur pour l’élever – bon, elle n’était pas là, maintenant, mais cela ne l’empêchait pas de travailler dur depuis sa naissance (et même avant) parce qu’elle était seule pour l’élever, mais même sans être seule… elle l’aurait fait sans doute – alors il considérait qu’une femme pouvait très bien travailler. Mais ce n’était pas ce que pensait tout le monde. « Tu es juste bonne à épouser quelqu’un. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une école où les écoliers feraient la loi... (Walby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
L'extérieur de l'école
 :: La cour.
-