AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chambre vide [pv Esther <3333]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: La chambre vide [pv Esther <3333]   Lun 9 Avr - 21:30


La chambre vide
I

l était longtemps passé à côté de cette pièce vide sans le moindre pincement au coeur, sans le moindre sentiment de vide, au mieux tournait-il le regard en direction de la porte close pour y jeter un oeil déçu et désabusé. Tant que Pomona était en vie, la chambre qu'elle avait abandonnée n'était pour lui que la preuve de son abandon, et c'est tout, une piqûre de rappel pour lui permettre de se souvenir combien sa fille l'avait déçue. Ils auraient pu en faire quelque chose, de cette chambre. Un second bureau, un débarras, une chambre d'amis, qu'importe... Mais non, ils n'y avaient jamais touché, n'en avaient jamais même parlé. Peut-être, inconsciemment, parce que laisser cette chambre intacte était donné à Pomona la possibilité de revenir. Il aurait suffi qu'elle s'excuse, qu'elle admette ses torts, qu'elle file droit à nouveau, et tout aurait été pardonné, et tout serait revenu à la normale. Mais non. Rien ne reviendrait à la normale. Parce que Pomona ne reviendrait pas... Plus jamais. Et maintenant, quand Bradley passait à côté de cette chambre, il éprouvait un sentiment désagréable de vertige, un terrible sentiment de vide au creux de son coeur. C'était insupportable. Il devait faire quelque chose.

Et finalement, Bradley avait choisi la solution pour laquelle il optait toujours. Les problèmes évidents, il les dissimulait pour qu'à la surface, tout semble lisse et impeccable. Ainsi de sa souffrance, qu'il dissimulait derrière ses sourires avenants et ses airs indifférents. Et pour ce qui était de cette chambre. Eh bien, il suffirait qu'elle ne soit plus "sa" chambre, et tout serait pour le mieux. Armé d'un carton auquel il avait lancé un sortilège pour pouvoir le remplir sans fin, il avait donc ouvert SA chambre. Il chassa d'un clignement d'oeil l'émotion qui l'envahit à la vision de cette pièce familière, où tout était là pour lui rappeler sa fille disparue. Il n'était pas là pour faire dans le sentimentalisme. Il allait faire le tri par le vide. Se débarrasser de toute trace de son existence pour prétendre qu'elle n'avait pas existé, justement. Est-ce que ce serait suffisant ? Il n'en savait rien, mais ça lui était égal, il ferait n'importe quoi pour se débarrasser de ce mal qu'il ne pouvait partager avec personne, absolument personne. Pas même avec Esther. Elle comprendrait, pourtant, mais ce ne serait pas pour lui rendre service. Ce qui leur rendrait service, ce serait de tourner la page, de faire disparaître toute trace du passage de leur fille dans leur vie, pour avancer sereinement dans la vie, ce qu'ils n'étaient plus capables de faire depuis bien longtemps. Alors il se mit à l'ouvrage en commençant par l'étagère recouverte de livres au-dessus de son lit, qu'il rangea dans le carton le plus vite possible. Mieux valait qu'il finisse avant le retour d'Esther. Sauf que c'était trop tard.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Mar 10 Avr - 16:59

La chambre vide.
C’était constamment une épreuve pour Esther de sortir de chez elle, depuis la mort de Pomona. Elle avait tenu bon quand sa fille s’était contentée de se détourner d’elle, d’eux, quand elle avait quitté leur demeure pour aller vivre chez le frère de son père. Elle continuait de sortir, de profiter de la vie, de sourire, de paraître comme avant. Elle faisait comme si tout était normale, ne manquant pas par moment de préciser que sa fille l’avait déçu, que son choix de vie n’était pas du tout ce que son père et elle avaient désiré pour elle. Elle se contentait de suivre le mouvement. Mais maintenant, elle n’y arrivait plus. Elle ne parvenait plus à faire semblant, même comme quand elle se forçait. Ce qu’elle avait tenté de faire aujourd’hui, alors qu’elle avait pris la peine de sortir de chez elle pour rejoindre des amies autour d’une tasse de thé. Elle savait que ces femmes s’inquiétaient pour elle, qu’elles avaient bien conscience de son malheur mais… c’était… elle ne savait pas, elle avait le sentiment que personne ne comprenait ce qu’elle ressentait. Parce que Pomona s’était détournée et que normalement, elle ne devrait pas être à ce point touchée par sa disparition, qu’elle ne méritait pas sa peine.

Alors qu’elle la méritait évidemment, parce que c’était son bébé et qu’elle n’était plus là. Bien sûr que Pomona était une adulte, bien sûr qu’elle avait pris des décisions qui l’avait blessé, qu’elle n’aurait pas dû et oui, elle l’avait déçu vraiment. Mais maintenant, elle n’était plus là et Esther avait le sentiment que personne n’était capable de la comprendre. Pas ses amies et surtout pas Bradley. Elle avait décidé de quitter ses amies, un peu précipitamment, n’y tenant plus. Elle ne supportait plus leur présence et elle avait simplement envie de rentrer chez elle maintenant… même si elle redoutait la présence de son époux. Quand elle posait son regard sur lui et qu’elle avait le sentiment qu’il ne ressentait rien, elle se disait que finalement il ne devait pas avoir de cœur et ça lui faisait encore plus de mal. Mais elle était bien loin de se douter de ce qu’il était en train de faire et du mal qu’il allait lui faire en plus. Quand elle arriva chez eux, elle monta à l’étage et vit la porte de la chambre de Pomona ouverte. Elle sentit son cœur manquer un battement et en s’approcher, elle espérait presque que sa fille soit dans sa chambre, en train de lire ou de gribouiller quelque chose dans un cahier. Mais ce ne fut pas sur elle – évidemment, puisqu’elle était morte et qu’elle ne reviendra jamais – que son regard se posa, mais sur Bradley en train de remplir un carton.

« Je peux savoir ce que tu es en train de faire ? » Demanda-t-elle vivement d’une voix dure qu’elle n’avait jamais fait usage auprès de son mari. Elle savait bien ce qu’il était en train de faire, elle comprenait ce qu’il était en train de faire… mais pourquoi ?
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Mar 10 Avr - 19:49


La chambre vide
B

radley avait tenté de faire le plus vite possible dans l'espoir qu'Esther ne découvre pas son petit manège. Non pas qu'elle ne le réaliserait pas à un moment ou à un autre, mais il avait espéré la mettre devant le fait accompli. Peut-être à tort, il s'était dit que si la pièce devait être métamorphosée d'ici son retour, cela créerait en elle l'électrochoc qui lui permettrait d'aller de l'avant. Car s'il décidait de débarrasser cette chambre en partie pour lui, il ne pouvait nier que c'était également pour son épouse. Il ne savait comment s'y prendre pour la tirer de sa dépression. Il suffirait pourtant, sans doute, qu'il s'ouvre à elle, qu'il reconnaisse la vérité, qu'il admette qu'il souffrait lui aussi, mais il n'en était pas capable. Alors, à la place, il passait par tous les moyens détournés possibles, par tous les plans hasardeux qui savaient lui venir à l'esprit. S'il pouvait se contenter de lancer un sortilège d'amnésie à sa femme pour faire disparaître tout souvenir de leur fille dans son esprit, il n'hésiterait pas un seul instant, mais c'était toute la communauté magique de Grande-Bretagne qu'il serait nécessaire d'amnésier, à ce stade, alors ce serait vain (oui, il avait très sérieusement réfléchi à la question, si cruel cela pouvait-il sembler - parce que c'était effectivement cruel, on ne peut pas dire le contraire).

Oui, il avait voulu tout mettre en ordre avant son retour, mais de toute évidence, Esther avait écourté sa sortie entre amies et était déjà de retour. En entendant la porte d'entrée se fermer, Bradley aurait peut-être pu s'interrompre dans son ouvrage, mais non, tant pis, quand il commençait quelque chose, il le terminait, sans jamais rien remettre en question, il irait donc jusqu'au bout, n'en déplaise à son épouse. Et cette dernière ne lui cacha en effet pas le fait qu'elle n'appréciait pas le moins du monde ce qu'il était en train de faire. Le ton qu'elle employait en cet instant... jamais il ne l'avait entendue s'adresser à lui avec tant de froideur. En tout cas certainement pas à son adresse. C'était douloureux, mais il ne laissa rien paraître au sentiment que sa remarque faisait naître en lui, et ce fut avec le plus parfait des détachements, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes, qu'il lui répondait.

-De la place,
affirma-t-il en collant un sourire à ses lèvres. Il y a trop longtemps que cette pièce prend la poussière sans avoir le moindre usage, je pense qu'il est temps d'y remédier, tu ne crois pas ?

Puisque Pomona ne reviendrait pas, puisqu'il ne servait à rien de l'attendre, puisque cette page de leur vie devait se tourner, parce qu'ill fallait qu'ils aillent de l'avant. Mais ça, il ne le disait pas.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 15 Avr - 12:36

La chambre vide.
Esther adorait son mari, elle l’aimait plus que tout... autant qu’elle aimait Pomona même si elle n’avait pas eu la même manière de lui montrer qu’elle tenait à elle, qu’elle n’avait clairement pas eu la bonne manière de lui montrer à quel point elle tenait à elle avant qu’elle ne disparaisse et maintenant c’était trop tard. Elle avait énormément de respect pour Bradley, pour sa force de caractère, sa force de conviction, la manière dont ils géraient les choses. Cette façon qu’il avait de ne pas se laisser affecter par les soucis par exemple pour le bien de leur famille, cette façon qu’il avait de sourire par moment même si ce n’était pas évident. Mais là... là, elle le détestait du plus profond de son être pour ce fichu sourire qui vint s’afficher sur son visage et cet air détaché qu’il eut en affirmant qu’il faisait de la place. Comme si c’était juste quelque chose de naturel, comme si c’était normal, comme si c’était... ce qu’ils devaient faire.

La sorcière sentit son cœur se serrer et les larmes monter dans ses yeux. Elle n’aimait pas ça, elle n’aimait pas pleurer, elle se retenait la plupart du temps quand elle se trouvait en présence de quelqu’un, mais là c’était trop fort. Et tant pis, elle était devant Bradley, ce n’était pas comme s’il ne savait pas à quel point elle souffrait de la mort de Pomona. Et d’ailleurs, il le savait mais c’était comme s’il n’en avait que faire apparemment et Esther ne pouvait que se sentir énormément blessée par cette attitude. Il avait conscience qu’elle souffrait, mais c’était comme s’il n’en avait que faire. C’était comme si... comme s’il n’en avait que faire de leur fille. Même si Pomona avait ses torts, même si elle n’aurait pas du être aussi borné... c’était quand même leur fille et là, il en parlait comme si c’était un poids en moins.

« D’y remédier ? » Demanda-t-elle la gorge serrée, pour reprendre la manière dont son mari qualifiait la situation. « Comme tu as remédié au problème qu’était notre fille ? » Ajouta-t-elle vivement, en insistant bien sur le «notre», d’une voix de nouveau pleine de ressentiment pour son mari alors qu’elle n’aurait jamais imaginé s’adresser à lui de cette manière. Esther s’approcha vivement de son mari, jetant au sol le carton qu’il avait commencé à remplir. « Je t’interdis de toucher à l’une de ses affaires ! »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 15 Avr - 13:25


La chambre vide
S'

il était une chose plus insupportable encore aux yeux de Bradley que la mort de sa fille (et pourtant, elle était déjà insoutenable, même s'il prenait soin de ne rien en montrer), c'était bien la détresse de son épouse. La voir au bord des larmes, sentir tant de rancoeur et de souffrance dans le ton de sa voix, c'était un véritable crève-coeur. Il n'avait qu'une envie : la prendre dans ses bras, la serrer le plus fort possible contre lui, l'embrasser et lui dire que tout irait bien. Mais il était convaincu que ce ne serait pas rendre service à Esther. Même si c'était difficile, même si c'était douloureux, il voulait qu'elle s'endurcisse. La consoler, ce serait cautionner sa dépression, il préférait prétendre qu'elle n'avait pas lieu d'être jusqu'à ce qu'elle parvienne à s'en convaincre elle-même. Il fallait juste pour ça... rayer Pomona de leurs vies, ce qui était supposé avoir été fait depuis longtemps, d'ailleurs, mais manifestement, ils s'étaient trompés. S'il fallait reprendre de zéro, eh bien soit, mais dans tous les cas, Bradley n'avait pas l'intention de changer quoi que ce soit à sa ligne de conduite. Il savait pourquoi il agissait ainsi qu'il le faisait et n'avait pas l'intention de procéder autrement, n'en déplaise à son épouse. Elle le haïssait maintenant, certainement, mais elle le remercierait plus tard, il en était convaincu.

Il ne chercha pas même à corriger ou contredire Esther quand elle parla de la manière dont il avait voulu remédier au problème que représentait leur fille. Il n'avait pas à s'en justifier, et c'était précisément ce qu'il avait fait. C'était le cas, oui, il avait catalogué Pomona comme un problème, et il avait fait ce qu'il fallait au moment où il le fallait. Est-ce qu'il le regrettait ? A vrai dire, oui, mais il refusait de le reconnaître de vive voix, alors Esther serait logée à la même enseigne que les autres, les mêmes mensonges, la même indifférence de façade. Quand Esther s'approcha vivement de lui et fit tomber le carton, son sourire s'effaça de son visage et il la considéra durement. Il allait lui faire du mal une fois de plus et il le regrettait, mais il n'avait pas le choix. Elle ne pouvait pas continuer comme ça. Ils ne pouvaient pas continuer comme ça.

-Pomona est morte, Esther
, dit-il froidement et sans détour. Et depuis longtemps. Et il n'entendait pas par là que son jugement avait été prononcé il y a plusieurs mois. Elle devait être morte à leurs yeux depuis de nombreuses années, déjà. Tourne la page.

C'était presque un ordre. En fait, oui, c'en était un. Il était convaincu qu'il suffirait qu'elle y obéisse pour se sentir mieux. Mais ce n'était bien évidemment pas ce qui allait se passer.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 15 Avr - 19:45

La chambre vide.
Esther avait toujours suivi Bradley, toujours, parce qu’ils se ressemblaient dans leur façon de penser, de voir les choses – ce n’était pas pour rien que jusqu’à présent, ils semblaient avoir un mariage heureux sous tout rapport, s’aimant et aimant la vie qu’ils avaient ensemble, ce qui ne manquait pas d’être rare dans leur monde – mais aujourd’hui, la sorcière avait le sentiment qu’elle ne voyait plus son mari comme elle l’avait toujours vu. Bien sûr, ils avaient rayé Pomona de leur vie parce qu’elle ne suivait pas leur chemin, parce qu’elle se détournait d’eux et même si Esther avait eu le cœur déchiré en la voyant s’éloigner, elle s’était montrée digne, parce que c’était là que devait être sa place. Sauf que maintenant, il ne s’agissait plus de savoir que leur fille se trouvait chez le frère de Bradley, qu’elle ne les aimait sans doute plus. Esther ne pouvait pas s’empêcher à sa pauvre fille (son bébé, une mère ne voit-elle jamais ses enfants toujours comme très jeune ?) seule dans le froid d’Azkaban, les yeux vidés de son âme. Elle qui avait eu toujours des yeux perçants, des yeux curieux. Le genre de chose qu’elle lui avait longuement reproché, quand elle avait cette fichue habitude de s’isoler pour griffonner dans ses carnets. Elle donnerait tout maintenant pour qu’elle soit de nouveau là, pas parfaite, pas comme ils le voulaient, mais là. Elle avait fait fasse quand elle n’était pas morte, mais maintenant c’était impossible. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait plus. Son cœur était déchiré et jamais elle ne parviendrait à le réparer.

Pas de cette manière en tout cas. Esther avait besoin que d’une seule chose, elle voulait que Bradley la prenne dans ses bras, comme il était capable de le faire. Elle voulait l’entendre lui dire qu’il était triste, qu’il souffrait lui aussi et qu’ensemble – parce qu’ils s’aimaient – ils allaient réussir à passer cette épreuve. C’était ce qu’elle attendait de son époux. Pour parvenir à être réellement heureuse, Esther aurait besoin de sa fille, mais puisque ce n’était pas possible, elle avait simplement besoin de son mari. Mais ce dernier n’eut pas son pareil pour enfoncer le clou, pour briser un peu plus son cœur déjà si meurtri. Elle n’aurait jamais cru possible de souffrir à ce point à cause des paroles de Bradley. Quand il lui lança froidement que Pomona était morte, Esther sentit son cœur se déchirer un peu plus. Ce fut la même chose quand il précisa que ça faisait longtemps que c’était le cas. Quand elle était partie, elle aurait dû la considérer comme morte sans doute, mais non c’était sa fille quand même. Mais tout cela, au fond, ne fut rien en comparaison de l’ordre que son mari lui donna. Esther eut le sentiment que ce dernier plantait un ultime couteau dans son cœur. Elle ne le réalisa pas vraiment, le coup parti tout seul et elle ne comprit qu’elle l’avait giflé qu’au moment où sa main s’écrasa violemment sur sa joue. Jamais elle n’avait levé la main sur personne, sur lui encore moins.

« Pomona est morte, mais elle était ma fille ! » Elle ne voulait plus faire semblant, elle ne pouvait faire semblant. « Elle est morte à cause de toi Bradley, c’est de ta faute. » Et il le prouvait, il était si froid, si insensible. Comme s’il n’avait jamais aimé leur fille. L’avait-il aimait elle, sa femme ? Elle en doutait à présent. « Je ne pourrais jamais te le pardonner. »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 15 Avr - 21:12


La chambre vide
L

e coup partit tout seul, Bradley n'avait rien vu venir. Il se doutait qu'Esther serait sans doute en colère, et avait considéré que ce serait un mal pour un bien, une première étape avant la résignation et le parachèvement du deuil, mais la colère d'Esther avait toujours été maîtrisée, contenue. Comme pour lui. Jamais, ô grand jamais, elle n'avait levé la main sur lui (tout comme il n'avait jamais levé la main sur elle - ils se respectaient trop et s'aimaient trop, jusqu'ici pour en arriver là)... et il était... bouleversé par cette attitude violente et hostile. Il ne l'avait pas volée, certes, mais il ne reconnaissait pas du tout la femme qu'il avait épousée, et là il était totalement décontenancé, il ne s'était pas attendu à ça. Il avait voulu la pousser dans ses retranchements, et c'était réussi, mais il n'avait pas du tout présumé de sa réaction... Désarçonné, il caressa sa joue endolorie tout en écoutant son épouse, la femme qu'il aimait plus que tout au monde, l'accuser de tous les maux.

Ses mots avaient peut-être blessé Esther, mais Esther ne se doutait pas de combien, en retour, ces mots lui faisaient incroyablement mal. Il était en train de l'accuser d'avoir assassiné leur fille, ni plus ni moins, et ce sentiment était horrible. Il n'avait pas besoin d'entendre sa femme lui dire qu'il avait tué sa fille... en vérité, il le pensait déjà. Pas totalement, bien sûr... mais il se sentait coupable de ce qui était arrivé à Pomona, quelque part, il se disait qu'il aurait peut-être pu empêcher ça. Esther ajouta, pour enfoncer le couteau dans la plaie, qu'il ne lui pardonnerait jamais ce qu'il avait fait... Il avait perdu sa fille, il était en train de perdre sa femme. Les seule personnes qui comptaient réellement à ses yeux, il les perdait : Henry, Pomona, et maintenant Esther... Est-ce qu'il le méritait vraiment ? Ce qu'il savait, c'est qu'il voulait s'évertuer à tout réparer, et on ne le laissait pas faire. Bradley serra les poings, tenta d'adopter l'attitude la plus neutre possible au monde.

-Pomona est morte parce qu'elle a choisi la voie du crime. J'ai tout fait pour la garder avec nous. C'est elle qui a choisi de partir, c'est elle qui a décidé de son sort, je n'y suis pour rien,
se défendit-il avec autant de calme que ne lui permettait la situation, refusant que la moindre inflexion dans le ton de sa voix ne trahisse ce qu'il pensait réellement, les sentiments qui l'animaient vraiment : la peine, le regret, et la culpabilité. Tu es en train de pleurer une criminelle.

Il n'allait sans doute pas arranger son cas, mais peu importe, si l'électrochoc précédent n'avait pas suffi, celui-ci ferait peut-être son effet. Ou pas.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 15 Avr - 21:40

La chambre vide.
Esther se sentait mal, elle se sentait mal parce qu’elle était déchirée de la mort de Pomona, mais aussi parce qu’elle avait le sentiment de ne pas reconnaître son mari sous ses yeux et pire encore, elle avait le sentiment qu’elle ne se reconnaissait pas non plus. Jamais dans sa vie elle n’avait levé la main sur Bradley et elle n’avait pas cru que ça puisse être possible. Et pourtant elle l’avait bien fait, elle venait de le giflé et en un sens... elle ne le regrettait pas vraiment. Parce que la manière dont il lui parlait était si dur. Ce ne fut pas pour rien sans doute qu’elle utilisa des mots durs de son côté, également, dans le but de blesser Bradley. Mais aussi, parce qu’au fond, elle le pensait vraiment. Son mari n’avait rien fait pour ramener Pomona chez eux, mais en même temps elle n’avait rien fait non plus de son côté. Ils l’avaient laissé partir, comme si ce n’était pas grave, comme si ce n’était pas quelque chose d’horrible. Esther avait pris sur elle pour qu’on ne sache pas qu’elle regrettait le départ de sa fille, puisque celle ci ne suivait pas les valeurs de la famille. Mais maintenant, elle était morte. Est-ce qu’ils ne pouvaient pas tous les deux exprimer leurs peines ? Est-ce que Bradley en avait au moins ? Serait-il aussi froid le jour où il va la perdre ? Elle se posait la question oui, parce qu’en un sens, elle était en train de se dire que justement ils étaient en train de se perdre. Définitivement. Sand doute pas, parce qu’au vu de leur position, c’était impossible de réellement se perdre (ils ne pourraient pas en plus rajouter du déshonneur à leur famille quand même, après ce que Pomona avait fait), mais tout de même il était évident que leur couple était mis à mal. Il suffisait de voir comment ils se parlaient, comme Esther regardait son mari. Elle ne regardait plus son mari en réalité, elle regardait un homme qu’elle considérait responsable de son chagrin et qui ne faisait rien pour l’arranger.

Qui n’avait d’ailleurs pas l’intention d’arranger les choses avec ses propos, alors qu’il mentionna le fait que Pomona était morte parce qu’elle avait choisi la voie du crime. Il se justifia, assurant que c’était de la faute de Pomona et en un sens, la sorcière voulait bien reconnaître que son mari avait quand même tenté de la ramener, même si ça n’avait pas marché. Mais ce n’était pas suffisant et ce qu’il affirmait maintenant ne pouvait que la conforter dans son sens. Ses yeux se remplirent de nouveau de larme, elle était bien incapable de se contenir. Même si elle n’aimait pas se montrer ainsi devant Bradley, ce qui prouvait bien qu’il y avait une cassure.

« Tu y crois vraiment ? » Demanda-t-elle alors, quand son époux enfonça un peu plus le couteau en affirmant qu’elle pleurait une criminelle. « Comment peux tu croire que Pomona ait pu faire ça. Tu sais bien qu’elle n’avait rien d’une criminelle. On ne l’a pas toujours compris, mais on la connaissait quand même. Elle n’a pas tout quitté pour aller au bureau des Aurors pour agir de la sorte. »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Lun 16 Avr - 18:23


La chambre vide
E

st-ce que Bradley croyait réellement en la culpabilité de sa fille ? Il n'était pas évident de répondre à cette question, ne serait-ce que parce que, comme bien souvent, il y avait un océan entre les propos qu'il assumait et ceux qu'il gardait pour lui. Haut et fort, il n'aurait de cesse que de déplorer publiquement le chemin terrible qu'avait pris sa fille, et ne remettrait jamais en cause un système judiciaire qu'il avait estimé jusqu'alors parfaitement sûr, et auquel on pouvait se fier à cent pour cent, un système qui ne se trompait jamais. Mais une part de lui doutait... Si Pomona avait été inculpé, ce n'était pas pour rien, et il ne pouvait rejeter cette pensée, et d'un autre côté... eh bien, il n'avait pas envie de l'imaginer capable de telles atrocités.

Même s'ils avaient eu de trop nombreuses divergences, qui les avaient menés à un point de rupture sans retour possible, il y avait eu, parmi les qualités que Bradley avait le plus estimé chez sa fille, son extrême loyauté, son sens aigu de la justice et sa droiture d'esprit. Il ne l'avait jamais vue flancher, pas une seule fois. Et elle avait poursuivi ses idées si loin finalement qu'elle les avait rejetés, avait quitté leur droit chemin. Etait-ce pour emprunter les chemins plus sinueux du crime ? Il était difficile d'y croire quand on savait, comme Esther le faisait si bien remarquer, qu'elle avait tout de même intégré le bureau des Aurors. D'accord, ça ne voulait pas tout dire non plus. Si ça se trouve, elle n'avait intégré ce bureau que pour mieux pouvoir brouiller les pistes, mais... Non, il n'avait pas envie d'y croire. Non, il n'y croyait pas. Il cherchait à se convaincre qu'il y croyait, mais il n'y croyait pas. Sinon pourquoi aurait-il demandé à Thésée de mener une contre-enquête concernant la mort du ministre, dans l'espoir que quelque chose, n'importe quoi, innocente Pomona ? Ca ne la ramènerait pas, c'est sûr, mais ça le soulagerait d'un poids immense... sauf qu'il ne fallait pas y compter. Le discours que Bradley choisit de tenir, pourtant, était sans rapport avec celui qu'il devrait adopter pour véritablement exprimer le fond de sa pensée.

-Arrête d'essayer de te convaincre qu'on savait quoi que ce soit d'elle, c'est faux, et tu le sais. On n'a jamais su qui elle était vraiment, répliqua-t-il, et l'air de rien, s'il occultait volontairement la question de son épouse, il était tout de même assez sincère. C'est vrai, même quand elle vivait sous leur toit, ils n'avaient jamais su totalement la cerner, en tout cas, Bradley n'y était jamais parvenu. Elle était brillante, oui, mais énigmatique, surtout, et à ce jour, il ne savait pas ce qu'il pouvait tenir pour vrai dans ce qu'il avait cru savoir d'elle. On ne la connaissait pas. Ce n'est pas parce qu'elle a disparu que tu dois tout lui pardonner, tu te mens à toi-même, c'est tout ce que tu fais.

L'hôpital qui se fout de la charité. Comme si ce n'était pas lui, plutôt, qui se mentait à lui-même.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 22 Avr - 15:31

La chambre vide.
Esther avait besoin de Bradley… mais pas comme ça, pas comme il agissait en cet instant précis. Elle avait besoin de soutien, elle avait besoin de sentir que son époux ressentait la même chose qu’elle. Parce qu’elle ne voulait pas être à la seule, parce qu’elle ne voulait pas que Bradley ne ressente rien pour Pomona. D’accord, ils avaient eu leurs divergences, d’accord Pomona n’avait pas suivi le chemin tout tracé devant elle comme elle aurait dû… mais non, définitivement, ils ne pouvaient pas la rejeter maintenant. Esther n’en pouvait plus, elle ne pouvait plus faire semblant, comme si l’absence de sa fille ne pesait pas lourdement sur son âme. C’était beaucoup trop dur. Maintenant qu’elle savait que sa fille ne reviendrait plus jamais dans sa vie, qu’elle ne pourrait plus ne serait-ce que la voir de loin, l’apercevoir, elle ne parvenait pas à supporter la situation. Et elle avait tant besoin de Bradley, sauf qu’elle ne parvenait pas à obtenir son soutien comme elle en avait besoin.

Il ne manquait pas l’occasion de la contredire à chaque instant, affirmant maintenant qu’elle devait arrêter de se convaincre qu’ils connaissaient leur fille. C’était difficile à entendre. Même si en un sens, Bradley n’avait pas entièrement tort non plus, mais elle n’avait pas envie d’entendre ça maintenant. Oui, en réalité, elle avait toujours eu beaucoup de mal à comprendre sa fille. Esther avait été impressionnée par son intelligence, par sa curiosité, par sa finesse d’esprit… mais en même temps, elle ne la connaissait pas parce qu’elle était vraiment énigmatique, renfermée sur elle-même. Mais les défauts qu’elle lui reprochait autrefois, elle ne pouvait plus les lui reprocher maintenant. Tant pis si elle se mentait à elle-même, elle avait envie de lui pardonner en effet. Parce qu’au vu de la situation, il n’y avait aucun mal à le faire.

« Et alors ? » Dit-elle pour contredire son époux, ne pouvant pas s’en empêcher. En un sens, la jeune femme ne devrait sans doute pas insister, elle savait qu’elle devrait surement se contenter de faire comme si, comme d’habitude, mais non. Elle ne pouvait plus. Alors, oui, si ça voulait dire qu’elle se mentait à elle-même, elle se mentait à elle-même alors. Même si au final, celui qui se mentait le plus à lui-même, celui qui jouait avec les apparences encore une fois, ce n’était pas elle, mais lui. « Elle ne reviendra plus… » Sa voix se brisa en prononçant ces mots, parce qu’elle était forcément touchée par ça, parce qu’elle souffrait à cause de ce détail… Pomona n’allait plus jamais revenir dans leurs vies. « Alors, ça ne change rien que je lui pardonne. » Elle marqua une pause avant de reprendre. « Et si tu l’avais seulement aimé, tu ferais la même chose. »

Et c’était ce qu’elle espérait, c’était ce qu’elle attendait de son mari. Esther avait envie de voir qu’il souffrait autant qu’elle souffrait, elle avait envie de se retrouver un peu en lui, qu’ils soient de nouveau uni. Parce qu’elle avait besoin de ça.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 22 Avr - 15:56


La chambre vide
D

epuis le temps qu'Esther et lui se connaissaient, depuis le temps qu'ils s'aimaient, Bradley pensait tout savoir d'elle (et réciproquement) : de sa manière de penser, de raisonner, d'agir, de réfléchir... Et là, elle le désarçonnait, parce que son comportement était aux antipodes de celui auquel il s'attendait. D'accord, dans de telles circonstances, alors qu'on leur demandait de dépasser une épreuve aussi terrible que la disparition de leur fille, il était normal que les masques tombent, que les façades s'étiolent, et que les illusions se brisent. Bradley rassemblait toute la force de caractère qu'il possédait pour ne pas craquer. Et le fait qu'Esther ne soit pas capable du même effort ne l'encourageait que davantage à agir de la sorte, parce qu'il devait se montrer fort et intransigeant pour deux. Mais est-ce que c'était assez ? Il ne voulait pas cautionner ce qu'elle disait. Alors, sous prétexte que Pomona était morte, il faudrait tout lui pardonner ? Non, il était hors de question pour lui de raisonner ainsi. Le faire, ce serait admettre que toutes ces années de silence radio n'avaient pas de fondement, ce serait avouer qu'ils avaient eu tort. Pardonner Pomona morte alors qu'ils ne lui avaient rien laissé passer vivante, c'était une ultime marque de faiblesse et d'hypocrisie. Et Bradley préférait mourir que de faire preuve de faiblesse ou d'hypocrisie. Peu importe si cela devait profondément déplaire ou faire du mal à Esther. elle devait se ressaisir. Les regrets, c'était le fondement même de la douleur qu'il refusait qu'elle ressente... même si la douleur, elle la ressentait déjà, et Bradley n'avait aucun mal à cerner cette souffrance, parce qu'il ressentait exactement la même. Parce que justement, contrairement à ce que pensait son épouse, Bradley aimait sa fille. Et c'était pour cette raison qu'il agissait comme il le faisait... ce que personne ne serait capable de comprendre...

-La mort n'est pas une excuse miraculeuse à des années de mépris, et d'erreur.

Il baissa les yeux. La vérité, c'est qu'il était incapable de soutenir son regard. Il était vraiment trop douloureux de la voir en souffrance. Il fallait, pourtant, qu'il demeure en apparence insensible. Il n'y avait que de cette manière qu'ils passeraient le cap. S'ils cédaient tous les deux aux remords et à la douleur, alors il n'y aurait plus personne pour maintenir le navire à flot. Il était important que l'un d'entre eux maintiennent le cap, quitte à se faire haïr par l'autre. Il n'avait pas envie que sa femme le haïsse alors qu'elle l'aimait plus que tout au monde. Mais elle lui pardonnerait. Ou en tout cas il l'espérait. Quand du temps aurait passé, elle comprendrait ses motivations et ils reprendraient le cours de leur vie.

-Je ne vais pas prétendre l'avoir aimée pour te faire plaisir.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 29 Avr - 13:24

La chambre vide.
Esther avait parfaitement conscience qu’elle surréagissait sans doute, mais elle n’y pouvait rien. Comment prétendre ? Comment faire semblant ? Quand elle avait le sentiment qu’on lui avait une partie d’elle-même. Quand Pomona ne leur parlait plus, quand elle les détestait, au moins Esther savait qu’elle était quelque part, sans doute heureuse dans son choix de vie et elle se contentait de ça. Elle prétendait être déçue de sa fille, parce qu’elle l’était bien sûr, de ne pas souffrir de son absence, mais au moins elle se satisfaisait du fait qu’elle était bel et bien vivante quelque part qu’elle vivait sa vie. Elle se raccrochait sans doute idiotement à l’espoir vain que celle-ci puisse un jour arriver de nouveau dans leur vie, qu’elle décide de changer d’avis, qu’elle leur demande pardon. Oui… elle avait espéré et c’était si simple de prétendre, d’être forte, quand il y avait encore cet espoir. Sauf que maintenant… elle ne pouvait plus rien espérer du tout.

En soit, Esther serait sans doute capable de comprendre son mari, puisqu’elle le connaissait depuis toutes ces années, parce qu’elle l’aimait depuis toutes ces années, parce qu’il était son âme sœur. Si elle parvenait à taire un peu le chagrin qui la faisait souffrir, elle parviendrait peut-être à le comprendre, à savoir pourquoi il faisait ça. Pourquoi il réagissait de cette manière. Sauf qu’elle n’y arrivait pas, elle ne parvenait pas à mettre sa souffrance de côté, elle était complètement démunie. Et entendre son époux confirmer encore et encore qu’il n’avait pas l’intention de pardonner quoi que ce soit à leur fille, que sa mort ne changeait rien, ça ne parvenait pas du tout à l’aider à se remettre en cause… à voir en l’homme qu’elle aimait, l’homme qu’elle aimait encore et qu’elle n’avait pas envie d’arrêter d’aimer. Elle ne voyait pas sous son masque, elle se laissait complètement prendre à son jeu, pour la simple et bonne raison qu’elle souffrait trop pour comprendre son époux. Alors qu’elle l’aurait fait en d’autre temps. Parce qu’elle le connaissait, parce qu’ils se connaissaient très bien. Mais tout semblait avoir changé… Esther avait changé et elle était simplement incapable de comprendre son époux. Et quand Bradley lui affirma qu’il n’allait pas prétendre aimer Pomona pour lui faire plaisir… ce fut un nouveau coup de grâce qu’elle reçut de plein fouet. Ne l’avait-il donc jamais aimé ? C’était leur fille pourtant et ils avaient été heureux quand elle était arrivée dans leur vie, la preuve de l’amour qui les unissait, qui les rassemblait. Esther avait toujours aimé sa fille, elle pensait que c’était le cas de son époux, mais elle avait le sentiment de découvrir un tout autre homme sous ses yeux. Est-ce que tout cela n’était finalement que mensonge depuis le début, qu’apparence. Ça remettait tellement de chose en question.

« Vas-tu réagir de la même manière quand je vais mourir à mon tour ? »
Demanda-t-elle alors, son regard tourné vers son époux qui lui refusait un regard cependant. « Vas-tu arrêter de prétendre m’aimer ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 29 Avr - 14:12


La chambre vide
A

u fond, Bradley aurait voulu que son épouse voie clair dans son jeu, comme elle était toujours parvenue à le faire jusqu'alors, quand tout le monde se laissait toujours prendre à son petit manège, à ses tours de passe-passe, à ses remarques assurées et amènes. Mais cette fois, il n'en était rien... Bradley découvrait sa femme capable de lui soupçonner n'avoir aucun coeur, et le constat était douloureux. Bien sûr, il le cherchait. A force de mettre ses émotions sous clé, il n'en laissait plus l'accès qu'à lui-même, forcément qu'Esther n'était pas capable de comprendre. Ce n'était pas de sa faute, c'était la sienne, il portait ce masque depuis si longtemps que plus rien ne pouvait le transpercer, pas même le regard ému et désespéré d'une épouse qui cherchait en vain à comprendre son époux. Il le savait, il le comprenait bien, qu'elle attendait de sa part quelque chose qu'il était capable de lui offrir en plus... mais qu'il ne lui offrait pas pour autant... parce qu'il pensait qu'il ne fallait pas le faire. Qu'il fallait agir autrement... Il s'enferrait dans ses principes, ses idées, sa manière de faire, et il n'acceptait pas de reconnaître qu'il ne faisait que du mal en voulant agir au mieux. Et comme il ne savait que difficilement se remettre en question, ce n'était pas demain la veille que la situation changerait.

Il se sentit totalement pris au dépourvu, décontenancé, quand Esther suggéra l'idée même de mourir. Elle ne disait pas "si je devais mourir" mais "quand je vais mourir", et cette pensée lui fit un choc. Avoir perdu sa fille avait déjà réduit la moitié de son coeur en miette, la disparition d'Esther le réduirait à néant. Comment réagirait-il si Esther devait mourir ? Ce qui est certain, c'est qu'il serait bien incapable de demeurer impassible... Le masque qu'il portait était déjà plus fragile que ce que l'on pourrait croire, là, il se fissurerait, c'est certain. Comment pouvait-elle en venir à remettre en cause la sincérité de ses sentiments ? à croire qu'il ne l'ait jamais aimée ? Il l'aimait comme un fou, il l'adorait, il serait capable de tout pour elle. Et il savait qu'il ne cesserait jamais de l'aimer, quoi qu'il puisse arriver, ça faisait tout simplement partie de lui... et quoi qu'il puisse se passer entre eux, il n'y aurait jamais qu'elle, elle était son âme soeur... Et maintenant...

-Mais... je n'ai jamais rien prétendu...
, dit-il d'un ton moins ferme, plus tendre, parce qu'il ne savait pas jouer les impassibles en de telles circonstances. L'idée qu'elle puisse penser à tout cela le laissait imaginer pouvoir la perdre, et ça... il n'y survivrait pas. Je t'aime, affirma-t-il en la regardant dans le blanc des yeux pour qu'elle puisse y lire toute la sincérité possible.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 29 Avr - 19:05

La chambre vide.
Tout le monde mourrait un jour, c’était quelque chose que tout le monde savait en prime, depuis la petite enfance. C’était le cycle de la vie. On naissait, on grandissait, on vieillissait, on mourrait… et parfois, on sautait quelques étapes pour se rendre directement à la fin, comme l’avait fait Pomona. Elle n’était qu’à l’aube de sa vie, elle avait eu encore tant d’année à vivre devant elle… mais ça ne s’était pas passé comme ça. Esther en avait conscience, mais elle en souffrait pour autant parce qu’elle aurait dû partir avant sa fille. C’était ainsi que les choses se passaient normalement, dans l’ordre des choses. Les enfants enterraient leurs parents, pas l’inverse. Mais un jour, elle serait enterrée aussi et au fond… Esther ne pouvait pas nier qu’elle n’avait pas aussi peur de partir qu’autrefois. Et forcément, elle se demandait comment Bradley allait réagir au moment où elle allait mourir. Pas si elle allait mourir, parce qu’ils allaient tous mourir un jour (bizarrement, elle s’imaginait partir avant son époux cependant), mais quand elle allait mourir. Est-ce que Bradley allait réagir de la même manière. Ranger ses affaires l’air de rien, comme il était en train de faire avec Pomona. La sorcière avait conscience qu’elle ne pouvait pas réellement comparer leur situation, Pomona avait grandement déçu son père en quittant la demeure de ses parents, en refusant de se marier, en prenant son envole contre le gré de ses parents. Mais elle restait tout de même leur fille et Esther avait vraiment le sentiment que son mari n’éprouvait rien. Elle ne voyait pas derrière son masque, elle ne voyait pas les fissures, alors qu’elle devrait sans doute parce qu’elle le connaissait.

Du moins, elle ne voyait rien pour le moment. Mais quand Bradley reprit la parole, d’un ton beaucoup moins dur, affirmant qu’il ne prétendait rien… elle eut comme le sentiment de retrouver un peu l’homme qu’elle aimait. Le vrai Bradley, celui qu’il était avec elle et pas avec les autres. Parce que Esther était la seule à le connaître entièrement normalement, comme lui était le seul à la connaître pleinement. Même si maintenant, elle était tout simplement incapable de faire illusion, comme avant. Et puis, il lui dit qu’il l’aimait et ces mots furent doux à son oreille. Elle chercha dans ses yeux, pour savoir s’il se contentait de lui mentir ou non, s’il se contentait de lui dire ce qu’elle avait envie d’entendre… mais elle avait le sentiment qu’il était sincère. Ça ne résolvait rien du tout, rien n’enlevait le fait que Pomona était morte et qu’elle ne supportait pas la réaction de son mari mais… Esther était touchée, vraiment. Elle pourrait lui retourner ces mots, elle devrait sans doute le faire, mais c’était trop dur pour elle. Oh, elle l’aimait quand même, il était son mari et il n’y avait aucune raison qu’elle ne l’aime plus, ou qu’elle envisage une seule seconde de ne pas vivre à ses côtés. Mais c’était encore trop dur. Elle fit cependant quelque chose qu’elle n’aurait jamais cru faire en entrant dans cette pièce, elle vint se serrer contre lui, parce qu’elle avait juste besoin d’un peu de tendresse, de retrouver une potentielle complicité, s’il ne le lui refusait pas.

« Je t’en prie, ne touche pas à ses affaires. » Souffla-t-elle alors, parce qu’elle n’oubliait pas ce qu’il faisait quand elle était rentrée.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 29 Avr - 20:09


La chambre vide
E

n cet instant, Bradley aurait vraiment besoin d'entendre son épouse lui affirmer qu'elle l'aimait en retour, que même si la situation était difficile et douloureuse, ils étaient capables de dépasser tout ça, parce que leur amour restait inchangé, mais elle ne dit rien. Peut-être parce qu'elle n'était pas capable de le croire complètement, peut-être parce qu'elle peinait à ressentir encore de l'amour pour lui (ces deux pensées lui faisaient terriblement mal), ou peut-être, simplement, parce qu'elle était top bouleversée à l'heure actuelle pour se déclarer, quand bien même elle le pensait malgré tout. En tout cas, il se sentit un peu soulager quand elle vint se lover dans ses bras. Il détestait la voir ainsi, si faible, si vulnérable, et pour lui mettre un peu de plomb dans la cervelle, quitte à ce qu'elle ne comprenne pas, une fois de plus, il faudrait peut-être qu'il la rejette et refuse ce moment d'affection. Sauf qu'il n'en était pas capable... peut-être parce que lui-même en avait bien plus besoin que ce qu'il pouvait bien prétendre. Terriblement besoin. Il eut la faiblesse de resserrer leur étreinte, il n'arrivait pas à faire autre chose. Avec douceur, il déposa ses lèvres sur son front, caressa doucement ses cheveux, espérant que ces gestes non seulement l'apaiseraient mais aussi lui confirmeraient qu'il était sincère... comme il ne l'avait jamais tant été de toute sa vie... Il l'aimait, c'était un fait, et l'idée qu'elle puisse en douter lui était tout bonnement insupportable. Il aurait voulu qu'elle ne dise rien, cela aurait été préférable, mais elle reprit la parole, le priant de ne pas toucher aux affaires de leur fille. Il laissa passer un temps de silence. Sans l'ombre d'un doute, c'était une très mauvaise idée. Mais il n'arrivait pas à lui dire non... Pas alors qu'elle se trouvait au creux de ses bras et remettait en cause jusqu'aux fondations de leur mariage. Il poussa un léger soupir.

-Comme tu voudras
, finit-il par consentir à répondre, à contrecoeur tout de même.

Peut-être qu'Esther jugeait essentiel de garder cette pièce en l'état, mais Bradley était certain que cela leur ferait plus de mal qu'autre chose... Ils devaient tourner la page, il le fallait, un point c'est tout. Ce n'était pas simple, et contrairement à ce qu'il en montrait, c'était aussi douloureux pour lui que pour son épouse, mais quand bien même... Après encore un instant, il détacha leur étreinte.

-Mais je ne veux plus que tu ailles dans cette chambre, d'accord ?

S'il était impossible de la débarrasser, il voulait au moins la verrouiller, l'enfermer à double tour pour empêcher Esther de s'y confiner, seule avec ses souvenirs douloureux, en son absence. Ce serait un compromis, disons... avant de réitérer peut-être un peu plus tard.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Dim 29 Avr - 23:12

La chambre vide.
Elle avait craint, une seconde, qu’il refuse ce genre de tendresse qu’elle lui adressait. Esther n’avait pas pu répondre à ses mots, lui dire qu’elle l’aimait en retour de ses propres mots. Ce n’était pas un souci d’habitude, quand bien même les Fitz ne passaient pas leur temps à se dire qu’ils s’aimaient. Pour la simple et bonne raison qu’ils le savaient. C’était le cas depuis le jour où leurs regards s’étaient croisés au ministère de la magie, ils s’étaient aimés dès le premier regard. Donc, bien sûr, ils n’avaient pas besoin de se faire de longs discours à longueur de temps sur le fait qu’ils s’aimaient. Du moins… normalement. Mais là, Esther ne pouvait pas s’empêcher de douter, tant elle avait le sentiment que son époux n’aimait pas leur fille, ne l’avait jamais aimé. Alors qu’elle, de son côté, ne pouvait même pas cacher le fait qu’elle aimait sa fille et qu’elle souffrait de sa mort. Elle peinait à peine à se dire qu’elle savait que Bradley l’aimait, elle n’était plus sûre de rien. Et l’aimait-elle elle ? Oui, bien sûr qu’elle l’aimait, mais définitivement elle ne pouvait pas l’exprimer de la sorte.

Ce ne fut pas pour autant que cette étreinte ne fut pas agréable, bien au contraire. Elle appréciait qu’il la resserre, qu’il dépose ses lèvres sur son front, qu’il caresse ses cheveux. Encore une fois, Esther et Bradley n’avaient pas besoin de geste d’affection pour en ressentir, mais là, c’était nécessaire. Oui, elle en avait besoin. Et pendant une fraction de seconde, elle avait juste envie de se dire que son époux l’aimait, sans détour, qu’elle n’avait aucune raison de penser le contraire. Qu’elle l’aimait aussi. Et qu’ils pourraient peut-être surmonter ça. Mais ça ne dura qu’une fraction de seconde en effet.

Elle savait qu’elle en demandait sans doute trop à son mari, mais définitivement elle ne voulait pas voir cette chambre vidée. Un jour peut-être, parce que Esther avait conscience qu’elle ne pouvait pas se contenter de broyer du noir, qu’elle allait sans doute devoir tourner la page un jour. Sauf que pour le moment, c’était vraiment trop difficile (et en même temps, elle ne savait pas si ça allait être facile encore). Bradley brisa leur étreinte et les quelques secondes de soulagement disparurent, mais elle apprécia de l’entendre dire qu’il ne viderait pas cette chambre. Du moins, pour le moment sans doute, parce qu’il se doutait que Bradley allait sans doute recommencer un jour, peut-être même profiter qu’elle ne soit pas présente. Et d’ailleurs, il lui demanda quand même de ne plus rentrer dans la chambre de leur fille. Esther ne répondit pas tout de suite, posant son regard triste sur les affaires de Pomona.

« Comme tu voudrais. » Finit-elle par répondre. Elle se doutait que Bradley allait insister dans tous les cas et ne plus y rentrer revenait sans doute au même que de la vider mais… elle préférait une porte close qu’une chambre vide. Parce qu’il y avait ce ridicule espoir, qu’elle ne devrait même pas ressentir.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Lun 30 Avr - 15:14


La chambre vide
B

radley détestait les concessions. Il considérait que c'était là l'apanage des faibles, qu'elles servaient seulement au commun des mortels à se rassurer alors que cela ne faisait d'eux que des indécis. Il fallait savoir prendre des positions tranchées, directes, efficaces, il n'y avait que de cette manière que l'on évoluait, dans la vie. Alors clairement, il était en train d'adopter une attitude qui ne lui ressemblait pas le moins du monde. Et c'était bien parce qu'il se retrouvait en présence d'Esther. il se montrait fort, il restait dans le contrôle, il prenait sur lui afin de supporter la situation, afin de la rendre plus supportable à son épouse. Mais à l'heure actuelle, il était tout simplement incapable de ne pas lui laisser ce léger espace de liberté. Ce n'était certes pas grand-chose, en soi, ou du moins ce ne serait pas grand-chose au regard de beaucoup, mais Bradley, lui, craignait quelque peu d'avoir ouvert la porte à d'autres concessions qui, sur le long terme, leur ferait le plus grand mal. Enfin... En tout cas, pour le moment, ça avait eu le don de la calmer, c'était ce qui comptait. Il savait qu'il ne pourrait pas éviter d'autres crises, ils en connaîtraient forcément beaucoup d'autres encore au vu des circonstances, mais au moins, il avait réussi à apaiser un peu la situation. Et s'il parvenait réellement à la convaincre de ne plus rentrer dans cette chambre (qu'il comptait bien fermer à double tour), il parviendrait peut-être à la vider dans son dos, sans qu'elle s'en rende compte. Peut-être qu'elle avait besoin de conserver cette chambre pour maintenir un espoir qui n'avait plus de raisons d'être depuis longtemps, mais pour Bradley, c'était tout l'inverse. Il avait besoin de faire le tri par le vide. Pomona était trop présente, beaucoup trop présente, il avait besoin de se débarrasser de cette satanée présence.

-D'accord,
dit-il simplement dans un hochement de tête.

C'était déjà une bonne chose qu'elle accepte cette concession, qui allait peut-être leur permettre de poursuivre la soirée plus sereinement... Encore que ça n'avait rien de certain non plus... car ils savaient l'un comme l'autre qu'il ne faudrait vraiment pas grand-chose pour mettre le feu aux poudres. Même rien du tout en réalité.

-Comment s'est passé ta journée, raconte-moi,
demanda-t-il, tout en progressant le plus loin possible de cette chambre, motif de deuil et de discorde.

Il avait envie de changer totalement de sujet, d'essayer de retrouver leur routine, de faire comme si de rien n'était. C'était sa méthode préférée, après tout. Mais rien ne lui garantissait, malheureusement, que son interlocutrice soit prête à cela. Il était même fort à parier qu'elle ne le voudrait pas. Parce que ce petit jeu était trop pour elle.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Ven 6 Juil - 14:15

La chambre vide.
Esther savait bien qu’elle n’avait pas le choix, sans doute, que d’accepter les conditions de son époux. Elle ne savait pas si Bradley avait réellement l’intention de ne plus toucher à cette chambre, surtout s’il lui demandait de ne plus y rentrer. Mais dans tous les cas, la sorcière n’avait pas la force de s’opposer à la demande de Bradley et elle se contentait d’apprécier le fait qu’il renonce finalement – pour le moment en tout cas – à toucher à la chambre de leur fille. C’était une petite victoire qu’elle obtenait, elle n’avait pas la force de réclamer plus. Donc, elle acceptait de ne plus y entrer. En un sens, ce n’était pas une si mauvaise chose sans doute. Pour la simple et bonne raison qu’à chaque fois qu’elle mettait les pieds dans l’ancienne chambre de sa fille, elle sentait son cœur se serrer à chaque fois. Bon, en même temps, elle avait juste besoin de penser à sa fille pour que ça soit le cas.  

Dans tous cas, la situation était telle qu’elle était en cet instant précis et Esther s’éloignait donc de l’ancienne chambre de Pomona en compagnie de Bradley, qui lui demanda alors comment s’était passé sa journée. C’était une question banale, comme si de rien n’était, comme s’ils ne venaient pas d’avoir cette difficile discussion (qu’on ne pouvait en réalité pas complètement qualifier de discussion). Esther ne savait pas vraiment comment le prendre, même si bien sûr, elle ne pouvait pas se braquer non plus à chaque fois que son époux disait quelque chose. Même si elle ne savait plus du tout où elle se trouvait, dans quelle position elle se trouvait. Elle ne répondit pas tout de suite, elle ne savait pas réellement quoi répondre en même temps. Sa journée ne s’était pas du tout bien passée, comme toutes celles qui suivaient la mort de sa fille en même temps. Mais bon, elle se doutait qu’elle ne pouvait pas seulement dire ça à son époux. Il n’allait pas bien le prendre, surtout au vu de ce qu’ils s’étaient dis un peu plus tôt. Alors, il fallait sans doute qu’elle se contente de jouer le jeu, comme Bradley. C’était difficile et elle devrait forcément prendre énormément sur elle, mais est-ce qu’elle pouvait faire autrement ? Sans doute pas non. Jouer le jeu avec Bradley, ne pas être entièrement sincère, elle n’aimait pas ça. Mais elle n’avait pas réellement le choix. C’était à ça qu’était réduit sa vie, elle se retrouvait à devoir mentir à son époux. Alors qu’ils avaient été soudés pendant toutes ces années, sur la même longueur d’onde.

« C’était très agréable. » Affirma-t-elle, mentant donc comme une arracheuse de dent. « J’ai passé du temps avec mes amies. » Qui au fond, n’étaient pas réellement des amies. Non pas qu’elle ne les appréciait pas, mais tout n’était pas sincère en réalité dans leur monde. Ce qui ne la dérangeait pas en temps normal, mais c’était de plus en plus difficile à vivre, à supporter. « Nous sommes invités à une réception d’ailleurs dans deux semaines. » Elle fit de son mieux pour que sa voix ne se brise pas, mais elle n’avait évidemment aucune envie de faire la fête en ces temps troubles.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Ven 6 Juil - 19:21


La chambre vide
E

sther mentait. Bradley en était convaincu. Et cette pensée lui fit mal, vraiment mal... Pourtant, il serait malhonnête de sa part de lui reprocher d'agir ainsi. Quand elle osait parler à coeur ouvert, il la recadrait, l'empêchait d'aller au bout de sa pensée. Parce que cette pensée se devait d'être indigne, parce que cette vérité, qui était aussi sa vérité, était plus insupportable qu'un confortable tissu de mensonge. oui, Esther lui mentait, pour ce qui était peut-être la première fois de sa vie, et c'était de sa faute. Il le savait. Est-ce que ça allait être ça, leur vie, à présent ? Il y avait de fortes chances que ce soit le cas, en effet, et Bradley ne le devrait qu'à lui-même. Et pourtant, il continuait de considérer que c'était la meilleure chose à faire. A force d'étouffer leurs sentiments, à force de nier leur deuil, ils arriveraient peut-être à retrouver leur vie d'avant... il allait falloir la jouer tout d'abord, c'est vrai, il allait falloir mentir et prétendre, mais une fois que ce serait fait... eh bien, ils seraient libérés, ils seraient à nouveau eux... ou bien ils ne le seraient plus jamais. Comment savoir ? Tout ce que Bradley savait, c'est qu'il voulait que son épouse soit heureuse, s'il fallait qu'elle fasse semblant de l'être avant de le redevenir vraiment, alors il serait sûr d'avoir fait le bon choix. Malheureusement, seul le temps le lui apprendrait.

Esther affirma qu'elle avait passé une bonne journée, Bradley savait qu'il n'en était rien, et que cette journée avait dû être éprouvante, comme toutes les autres depuis un moment, maintenant. Elle lui affirma qu'elle avait passé un bon moment avec ses amies, là encore, Bradley se doutait que ce moment n'avait pas réellement dû être plaisant et qu'elle ne pouvait considérer aucune de ces femmes comme une véritable amie. Avant, ce genre de réunion offrait au moins à Esther le plaisir de récolter quelques potins, mais Bradley n'en avait pas entendu depuis... eh bien, ils savaient tous deux pertinemment depuis quand. Plus rien n'avait le même intérêt ni la même saveur depuis que leur fille était morte... et rien ne changerait ça... ou peut-être que si. Comment savoir.

-Ah, très bien,
fit mine de se réjouir Bradley quand son épouse lui apprit qu'ils étaient invités à une réception dans deux semaines.

A vrai dire, cette perspective l'ennuyait plus qu'elle ne le réjouissait. En temps normal, il aimait se faire voir à ce genre d'événements, et au passage, il estimait cela plus nécessaire que jamais à l'heure actuelle. Mais plus éprouvant que jamais. C'était bien le souci.

-Ca nous fera du bien de sortir un peu,
osa-t-il affirmer en serrant la main de son épouse dans la sienne.

Ou en tout cas, il voulait que ça lui fasse du bien. Elle avait toutes les raisons de ne pas le remarquer, mais Esther et son bonheur étaient sa seule préoccupation à l'heure actuelle.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 58
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Sam 8 Sep - 15:50

La chambre vide.
Esther afficha un fin sourire quand Bradley sembla accueillir avec plaisir la nouvelle qu’elle venait de lui annoncer, le fait qu’ils étaient invités à une réception dans quelques semaines. La sorcière ne savait pas vraiment s’il était sincère ou non, mais dans tous les cas ça n’avait pas réellement d’importance. Dans tous les cas, le couple était invité à une réception et il semblait évident qu’ils s’y rendent. En tout cas, à une époque, les deux sorciers ne se seraient évidemment pas posé la question. C’était quelque chose de naturel de leur part, ils se rendaient dans les réceptions et ils passaient du temps avec les personnes de leur rang. Comme la jeune femme venait de le faire avec ses amies après tout, qui n’étaient pas réellement ses amies en vérité. C’était simplement des personnes avec qui il fallait s’entendre, pour obtenir des potins. Comme cette réception, il fallait se montrer, il fallait bien se montrer. Et en un sens, Esther savait qu’en ce moment, c’était important qu’elle se montre encore une fois, qu’elle se montre forte, afin de faire un peu oublier l’histoire avec Pomona.

Sauf que c’était bien plus difficile pour elle d’agir de la sorte en ce moment. Il fallait qu’elle prenne sur elle, mais justement elle avait de plus en plus de mal à prendre sur elle. Bradley précisa que ça allait leur faire du bien de sortir un peu, mais clairement Esther n’était pas sûr que ça lui fasse vraiment du bien. Même si, dans tous les cas, elle se doutait qu’elle n’allait pas avoir y échapper.

« Oui, ça nous fera du bien. » Répondit-elle donc, se forçant encore une fois à sourire.

Encore une fois, elle mentait. Elle n’aimait pas le fait de mentir, mais elle n’avait pas le choix de toute façon. Et en un sens, Esther se disait que Bradley n’était peut-être pas complètement sincère non plus quand il affirmait que ça allait leur faire du bien. Elle avait le sentiment de ne plus réellement comprendre son époux, de ne plus être sur la même longueur d’onde. C’était un peu comme s’ils ne réagissaient pas de la même manière à la situation (et en fait c’était parfaitement le cas).

Dans tous les cas, il semblait évident qu’ils ne pouvaient pas seulement s’enfermer chez eux et Esther allait sans doute prendre sur elle, afin de se rendre dans cette réception. Ce n’était clairement pas par plaisir qu’elle allait le faire, bien au contraire, mais elle allait surement prendre sur elle. Même si elle avait quand même le sentiment que c’était un effort incroyable et qu’elle mourrait d’envie de juste refuser l’invitation. Mais quelque chose lui disait que Bradley n’allait pas la laisser faire dans tous les cas.

« Il faudra sans doute qu’on trouve quelque chose à offrir à nos hôtes. » Une question d’image, afin de bien se faire voir et un peu sans doute pour effacer le fait qu’ils étaient les parents de l’assassin du ministre de la magie. « Tu t’en occuperas ? »

Elle n’en avait pas la force de son côté.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 157
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   Sam 8 Sep - 16:32


La chambre vide
E

st-ce que se forcer à se présenter en public et jouer hypocritement le couple heureux, ressorti fort d'une épreuve qui ne l'était qu'à moitié, leur ferait du bien ? Bradley n'en savait trop rien. Pour ce qui était de l'hypocrisie, ce n'est pas comme s'ils ne l'avaient jamais été avant la mort de Pomona. Ils avaient toujours parfaitement su préserver les apparences, ça faisait pour ainsi dire partie de leurs attributions et de leur caractère. Mais au mieux, autrefois, dissimulaient-ils un certain mépris ou une forme d'ennui, là, ce n'était pas pareil, c'était sur leur souffrance qu'il fallait mettre un masque. Une souffrance si grande que Bradley n'osait retirer ce masque en présence de son épouse, quand bien même c'était tout ce que cette dernière attendait de sa part. Malgré tout, il avait envie de penser que ça pouvait leur faire du bien, oui, car cela allait leur permettre de s'oublier un temps, eux et leur misère, pour se concentrer sur autre chose. Ainsi intégrés en société, ils sauraient peut-être mettre de côté la douleur. Bradley ne connaissait pas d'autre méthode que de fondre ses sentiments les plus négatifs dans un quotidien qui n'était fait que d'apparences et de faux-semblant... C'était la méthode de la plupart de ceux de leur caste... Mais ça fonctionnait dans une moyenne mesure. Quand ils ne souffraient pas autant, quand le fantôme de leur fille ne les hantait pas. Il espérait quand même que la perspective d'une soirée mondaine saurait rendre le sourire à Esther. Il ferait tout pour que son épouse soit heureuse... mais ça n'avait pas l'air de fonctionner malgré tout, loin de là, même. Puisque loin de s'en soucier davantage, elle se contenta d'affirmer qu'il ne faudrait pas qu'ils retrouvent leurs hôtes les mains vides.

-Bien sûr, je m'en occuperais,
répondit doucement Bradley qui pouvait bien faire ça pour sa femme, après tout.

Elle ne lui avait pas donné le nom des hôtes en question ni la date précise de l'événement, mais il décida de ne pas y revenir pour le moment. Il avait le sentiment qu'Esther n'avait aucune envie de s'étendre davantage sur la question, et il n'avait pas envie de lui imposer quoi que ce soit. Il marchait sur des oeufs, avec elle. Il avait vraiment du mal à savoir de quelle manière se comporter, c'était même insupportable, en réalité. Il avait toujours voulu son bonheur, et il manquait à tous ses devoirs envers elle. Résultat des courses, elle le détestait... et une fois encore, il ne pouvait pas y faire grand-chose.

-Tu devrais aller te reposer, tu as l'air fatiguée
, finit-il par ajouter, à court d'idée.

Quel que soit le sujet qu'ils pourraient engager, il avait le sentiment qu'ils se trouvaient sur une pente glissante, et que cela ne pourrait évidemment rien amener de bon.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La chambre vide [pv Esther <3333]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La chambre vide [pv Esther <3333]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Fitz
-