AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Confidence is silent when jealousy is loud - Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 256
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeLun 30 Nov - 23:20

❝ Finn & Eve❞Confidence is silent when jealousy is loudEn arrivant, Eve ne peut pas s’empêcher de se dire (encore une fois) qu’elle fait une erreur. La jeune femme a le cœur battant, presque les mains moites, mais elle est habituée à gérer bien plus de stress que ça, alors elle respire calmement. Elle fait refluer ses émotions et tente de contrôler le léger tremblement de sa main. Il faut dire que c’est une chose que de se tourner autour, se fréquenter le plus souvent par hasard, mais s’en est une autre que de prévoir de se voir de façon régulière et envisager quelque chose qui ressemble a une relation. Eve connaît les codes, elle l’a déjà fait, mais toujours par obligation, jamais parce qu’elle en avait envie. Maintenant qu’elle est devant la porte du studio dont Finn lui a donné l’adresse, elle n’est plus certaine d’en avoir envie.  

Néanmoins, elle a dit qu’elle viendrait et vu la persistance de Finn, elle peut difficilement jouer aux abonnés absents sans le voir débarquer chez elle accompagné d’un Rafa fulminant. Avec un soupir, elle regarde une dernière fois l’adresse indiquée sur le courrier que Callahan lui a envoyé et se dirige vers le bâtiment.

Le tournage se fait en intérieur dans un entrepôt où ils ont reconstruit le décor désiré. La jeune femme ne sait même pas de quoi parle le film. Elle n’a pas demandé, préférant largement le théâtre au grand écran. L’assistant l’accueille aimablement et la conduit vers le plateau en chuchotant.

Ils vont bientôt finir la prise, mais il y en a encore quelques unes après, ils ont pris du retard. Vous pouvez vous installer ici, lui dit-il en désignant un siège un peu à l’écart. Evitez juste de faire du bruit pendant les prises.

Eve s’installe, maugréant d’avoir du venir si tôt. Elle n’est pas à l’aise ici. Trop de monde qu’elle ne connaît pas, mais surtout elle déteste l’idée de ne pas avoir sa place. Elle regarde les techniciens s’agiter, les maquilleuses retoucher le visage des acteurs, la script vérifier la cohérence de l’emplacement des objets par rapport à la scène précédente et elle envie le sentiment d’utilité qu’ils doivent ressentir.

Pendant l’heure qui passe, Eve observe les gens et les acteurs sur scène avec intérêt, mais une gêne grandissante. Finalement, on annonce la dernière scène et Eve pousse un soupir de soulagement. C’est que le temps se fait long et contrairement à ce que Finn a l’air de penser, elle aurait largement l’attendre au Pub avec un livre plutôt qu’ici. Il faut dire que les scènes sont tournées dans le désordre utilisant uniquement le décor actuel, si bien qu’Eve ne saisit pas tout à fait ce qui se passe dans l’histoire. Nul doute que ça a du sens pour le reste de l’équipe qui approuve certaines prises avec enthousiasme.

Pour la dernière scène, ils ne sont que deux. Finn et une actrice que Eve n’a pas encore vue, mais qui correspond à tout ce qu’un homme désire trouver chez une femme. Fatiguée, la jeune femme ne prête pas vraiment attention à ce qui se passe sur le plateau jusqu’à ce que le mafieux échange un baisé avec sa collègue. Une fois, deux fois, trois fois, finalement, Eve arrête de compter le nombre de fois que l’on leur fait recomencer la scène, ne serait-ce que pour calmer la colère qu’elle sent monter.

Comment a-t-il pu la faire venir alors qu’il a l’air d’en profiter ? Evidemment, elle sait que tout ça n’est que de la comédie, mais sa rationnalité est aux oubliettes tandis qu’elle se dit que les mains de Finn se font tout de même fort balladeuses à son goût. Elle manque de partir lorsqu’elle entend un “coupé” salvateur. Furieuse sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi, elle décide de partir, mais l’assistant ( qu’elle avait oublié), vient la trouve tout sourire :

- Monsieur Gallagher me fait dire qu’il est désolé, il arrive bientôt.

Puisque “monsieur Gallagher” arrive sous peu, la jeune femme attend et en effet, c’est un Finn a l’air désolé qui débarque, mais à ce stade, Eve ne se sent pas vraiment de l’accueillir avec un sourire.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 153
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeMer 2 Déc - 0:33



Confidence is silent when jealousy is loud
Eve & Finn
Sur le plateau, l’ambiance est chaotique, ce qui ne dérange pas Finn outre mesure : il est toujours ravi de l’ambiance électrique des tournages. En revanche, la journée se fait longue et un peu stressante : l’annonce de Tim, l’assistant, qui lui a chuchoté tout bas que Eve était dans le coin, perturbe l’acteur. Le rôle de Jack, flic ripou cherchant à sauver une jolie brune prise aux griffes de la mafia, lui parait soudainement très accessoire. Il a du mal à se concentrer, cherchant une occasion de s’échapper, d’aller parler avec Eve, de lui dire qu’il n’en a plus pour très longtemps. Un moment, Callahan a même songé à se faire porter pâle pour retrouver la résistante plus vite, mais il a renoncé. Se libérer lui était vraiment impossible, et puis au moins, et de façon plus égoiste, en la voyant sous ses yeux sur le plateau, il a la certitude qu’elle est là et qu’elle ne lui a pas fait faux bond. C’est que venant de Eve, Finn commence à en avoir l’habitude et que ça l’inquiète. Inconsciemment, il tient bien plus à ce rendez-vous qu’il ne veut bien l’admettre, alors qu’elle ait changé d’avis l’angoisse.

En fait, tout l’angoisse. Le rendez-vous en lui-même aussi. Le simple fait que ce soit un rendez-vous. De ne plus savoir comment se comporter avec Eve. La conscience que c’est différent de tous les autres rendez-vous qu’il a eu, justement, avec des filles à qui il ne tenaient pas. Le fait de tenir à Eve. Le regard des gens de l’équipes : la nouvelle que Finn Gallagher a une petite amie s’est répandue comme une trainée de poudre. D’avoir appelé Eve sa petite amie – pour simplifier et que Tim s’en souvienne, se dit-il en évitant le problème.  Ou de ne pas pouvoir aller parler à Eve, une perspective pourtant bien plus attirante que celle de devoir embrasser Gina, encore et encore.

Entre deux scènes, il lui adresse un signe de la main, mais le mafieux n’est pas sûr qu’elle l’ait vu. Le tournage s’éternise et lui parait de plus en plus secondaire. Attendant entre deux prises de la scène finale de réconciliation, Gina discute avec lui comme si de rien n’était, jusqu’à ce que son manque de réaction et son regard fixe l’agace, diva un peu autoritaire qu'elle est :  « Vous revenez avec nous, Finn ?  Qu’est-ce que vous cherchez du regard ? Si c’est votre petite amie, je crois qu’elle vous dévorait du regard près du régisseur lumière, tout à l’heure. Alors, je disais que Jean pourrait… » N’ayant ni le cœur à la corriger, ni à s’intéresser au film, c’est sur le fait que Eve n’ait pas cessé de le regarder que Callahan réagit :  « Oh, vous croyez ? » Gina sourit derrière son script : « Mais oui. Enfin, maintenant, elle me regarde moi. Je crois que je l’agace. Elle n’a pas l’air familière du cinéma, si ? Elle sait que ce n’est que pour le film ? » N’ayant pas vu les choses sous cet angle, Finn passe une main dans sa barbe, pensif, avant de hausser les épaules, sans voir le problème. Pour lui, ce n’est qu’une scène répétitive, et qui plus est, pas la meilleure du film. « Je pense, oui…ah. Revoilà Sid, j’espère qu’il s’est enfin décidé. » Quoiqu’un peu agacé, Finn prend pourtant le temps d’écouter le réalisateur : il y aurait d’ailleurs une sacrée étude à faire sur son comportement en tournage, tant il est différent de d’habitude, à l’écoute et prêt à écouter des ordres et à s’y plier.

Alors que le réalisateur repart pour lancer la prise, Callahan chuchote : « Tim, vas dire à Eve que je suis désolé, on finit, j’arrive. » Un instant plus tard, la dernière prise est enfin la bonne, et ils sont libres. Échangeant encore un mot avec le réalisateur, il a enfin le loisir de pouvoir rejoindre la rousse. Quoique toujours un peu stressé, l’irlandais ne parvient pas à se débarrasser du sourire un peu idiot qui flotte sur son visage, ni à résister à l’envie de l’embrasser, dans un soupir de soulagement,  alors qu’il la prend par la main :  « Salut, toi. Viens là. » Elle se laisse faire, mais tout à sa joie de la voir et à son envie de faire les choses bien, Finn ne s’aperçoit pas de la fureur de la jeune femme. L’attirant contre lui, il passe ses bras autour de sa taille, indifférent au fait que tout le monde puisse les voir et murmurer des ragots sur leur compte. Avec un sourire, le mafieux ajoute : « Ça fait une heure que je guette le moment où je pourrais venir te voir, tu sais ça ? » Relachant enfin Eve, il se passe une main dans les cheveux, avant de déclarer : « Désolé de t’avoir fait attendre, Sid est persuadé de tenir le drame qui lui vaudra un oscar. Pour la peine, tu choisis le pub. Allez, viens, on s’en va. »

Ce n’était peut-être pas tant une bonne idée que ça, et il craint les reproches.  Peut-être parce qu’il se sent maladroit, justement, Finn finit enfin par réaliser la froideur de Eve - parce qu'elle n'esquisse pas un geste pour le suivre, aussi : « Ça ne va pas ? Ou est-ce que j’ai dit quelque chose ? » Intrigué, il cherche à comprendre et fronce les sourcils : « C’est parce que je suis en retard ? Je pensais vraiment que ça prendrait moins de temps. » Fouillant dans sa mémoire pour trouver ce qui pourrait contrarier Eve, Callahan ne trouve rien de particulier. Qu’est-ce qu’il a pu faire de mal ? Hésitant, il hasarde : « Ce n’est pas encore cette histoire de lettres, si ? Je ne voulais pas être gênant, ce n’était qu’une plaisanterie… » Il a aussi envie de lui dire que la dernière fois qu’ils se sont vu, ça ne lui a pas déplu tant que ça, et si c’est pour ça qu’elle boude, c’est quand même exagéré.

Gina, qui quitte le plateau comme le reste de l’équipe, interrompt cependant l’échange d’un poli : « Au revoir, Finn, je vous dis à la semaine prochaine. Bonne soirée, mademoiselle. » Distraitement, parce qu’il ne la connait pas si bien que ça, Finn se fend d’un : « Au revoir, Gina, passez un bon week-end. » Puis il revient à Eve. Assez rapidement pour que son regard suprenne le coup d’œil furieux qu’elle lance à l’actrice sur le départ. La vérité se fraye donc enfin un passage dans l’esprit incrédule d’un Finn des plus étonné : « Oh, attends, je crois que j’ai compris… » Et ce qui le comprend lui tire un petit rire amusé, et, s’il est honnête, absolument charmé et flatté : « Bah, ça, si je m’attendais… » Passant un bras autour des épaules de Eve, il passe un index inquisiteur sous son menton pour l’inciter à le regarder :  « Il ne faut pas être jalouse, de cette pauvre Gina, Ivy, c’est juste pour le rôle. » Clairement moins stressé à présent, le sourire qu’il affiche est des plus satisfaits. Un brin provocateur, il l’embrasse sur la joue, pouffant de rire, avant de se pencher sur elle pour plonger son regard dans le sien, amusé : « Est-ce que je te vois rougir parce que j'ai compris ça,  maintenant ? C'est mignon. »
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 256
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeJeu 3 Déc - 21:28

❝ Finn & Eve❞Confidence is silent when jealousy is loudPendant que les scènes s’enchaînent sous l'œil critique des techniciens et du metteur en scène, Eve ne cesse de se demander ce qu’elle fait là. Elle qui n’a jamais fuit un combat et qui va toujours au-delà du danger se sent terrifiée à l’idée de bientôt voir Finn. Ce n’est pas la première fois pourtant. Ils se connaissent bien maintenant, mais c’est la première fois qu’ils se voient depuis Nikolaï. Désormais, tout à changer. Il y a entre eux une proximité qu’ils ont passé tant de temps à nier que les barrières ont fini par céder sans qu’ils ne sachent trop comment. Désormais, elle ne peut plus faire semblant et ce constat l’inquiète. Gênée d’entendre que, autour d’elle, on murmure qu’elle est la petite amie de Gallagher, le rouge lui monte aux joues.

Si c’est en premier lieu à cause de la gêne qu’elle ressent, ça finit aussi par être à cause de la jalousie. L’actrice qui joue au côté de Finn lui semble trop proche de lui pour qu’elle se sente à l’aise. En réalité, c’est qu’Eve n’a jamais été jalouse et au travers de Gina, Florence et probablement d’autres, la jeune femme apprend à la dure ce qu’est-ce sentiment désagréable qui vous tord l’estomac et vous monte à la gorge sans vous puissiez expliquer ce qui vous arrive. Dans le fond, qu’importe que tout ça soit “pour de faux” que ça ne soit que du cinéma. Eve n’aime pas ça et elle l’aurait probablement accepté plus facilement si elle ne l’avait pas vu.

En attendant, elle est là et Eve souhaiterait partir. Néanmoins, elle est comme tétanisée et entre sa fureur et son angoisse, les scènes sont pliées et emballées avant que la jeune femme ait vraiment eu le temps de décider si elle partait ou non. Finn ne tarde pas à arriver, l’embrassant et elle y répond par automatisme, avec une certaine envie, mais également consciente des regards que l’on porte sur eux. C’est que dans le fond, elle n’est pas à l’aise en public. Eve est tellement habituée à devoir cacher sa vie que lorsque s’y passe ne fait pas partie de la comédie qu’elle joue, elle se sent dramatiquement exposée alors même que personne ne s’inquiète de savoir qui elle est.

Les vieux réflexes sont dur à chasser aussi bien chez elle que chez Finn et le mafieux se met, comme à son habitude, à parler sans voir que quelque chose contrarie vraiment la jeune femme. Peut-être un peu nerveux - même si Eve ne le voit pas - il parle plus vite qu’elle ne peut pas répondre et elle se contente de murmurer un “Hmm, hmm”, d’approbation lorsqu’il s’excuse d’être en retard. La tentation de lui répondre un “je te l’avais dis” est bien entendu grande, mais Eve sait leur propension à se disputer pour tout et rien et préférait éviter que ça n’arrive en public. Quant aux lettres ? Eve n’y pensait plus même si elle se souvient avoir crisé en lisant la première que Finn lui a envoyé. Le courrier était à son image, tapageur et provocateur, mais dans le fond, rien qui ne mérite de s’attarder dessus. Un peu contrariée qu’il la pense fâchée pour ça, elle répond un peu plus sèchement :

- Je te dis que ça va enfin, répond-elle pour la troisième fois avec la mauvaise foi évidente de celle qui râle, mais refuse de l’admettre. Je ne vais pas t’en vouloir pour si peu, pour qui tu me prends ?

Pourtant, Eve lui en a déjà voulu pour moins que ça et lui a déjà pardonné beaucoup plus. Paradoxe de ce couple qui n’assume pas en être un et qui, même le pas franchi, continue de se voiler la face parce qu’ils ne savent pas mettre des mots sur ce qu’ils sont. Laisser court à ses désirs, oui. Affronter la réalité, encore trop tôt pour les désaxés sentimentaux qu’ils sont.

Ce qui aurait pu dégénérer en dispute tourne court grâce à Gina venu les sauver de leurs mauvais caractères respectifs. Le temps de murmurer un “Bonne soirée” glacial que Finn semble avoir retrouver sa bonne humeur et son sourire se fait même trop joyeux aux yeux de la jeune femme. Elle se renfrogne, les bras croisés contre sa poitrine tandis qu’il l’attire vers lui et le force à le regarder. Eve a un rire trop faux pour être honnête et nie toute jalousie avec une passion suspecte :

- Jalouse ? Je ne vois pas où tu vas chercher ça, évidemment que je sais que c’était de la comédie.

Il se moque d’elle, gentiment, mais il se moque tout de même. Eve, gênée d’être prise en flagrant délit sent la colère monter. C’est plus facile à assumer que sa jalousie. Vexée, elle lui dit :

- De toute façon, je parie que tu m’as dit de venir exprès. Je t’avais dis que je t’attendrais au pub, maintenant tout le monde nous regarde ici. Boudeuse, elle ajoute : tu sais bien que je n’aime pas ça.

Et s’il ne le sait pas, il devrait le savoir pense-t-elle, un peu injuste envers son compagnon. Il faut dire que Finn est pour beaucoup de choses l’antithèse d’Eve. Elle est discrète où il est radieux, elle est bien plus jeune que lui, c’est un habitué des relations quand elle n’en a jamais eu aucune qui n’étaient pas de la pure comédie. Tant de choses qui font qu’elle nage ici en eau inconnue ne sachant pas vraiment quoi faire. C’est qu’elle a l’impression qu’en reproduisant ce qu’elle faisait avec des hommes comme Rory ou Warwick, elle ne serait pas honnête et Eve n’a pas envie de ça. Amoureuse sans le savoir, elle n’a pas envie de ternir ce début de relation en mimant ce qu’elle faisait avant. Ça ne l’empêche pas de chercher des poux à Finn pour autant tandis qu’ils prennent la direction du pub.

- Et puis c’est l’hôpital qui se fout de la charité quand tu me parles de jalousie. Warwick m’a dit que tu n’avais pas été mal dans ton genre …

Il ne manquerait plus qu’elle soit la seule à être ridicule dans cette histoire. Est-ce qu' être en couple ce n’est pas tout partager dans le fond ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 153
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeMer 9 Déc - 23:47



Confidence is silent when jealousy is loud
Eve & Finn
Un moment, Finn manque de s’engouffrer dans l’engrenage lorsque Eve nie le problème, regrettant d’avoir été si démonstratif et d’être si peu payé de retour, quand bien même il était absolument sincère. Ce dialogue de sourd l’agace, et qu’il voit venir arriver le moment où ils se disputeront de toute façon, ce qui le désespère. « J’en sais rien. » Après tout, ils se sont déjà hurlés dessus pour tout et rien, alors les lettres ou autre chose… Il hausse les épaules, murmurant dans sa barbe, détournant les yeux laissant courir son regard sur la foule de gens qui restent encore à s’activer sur le plateau. « J’essaie juste de comprendre. »

Il le voudrait, pour de bon, parce que ce que pense Eve compte, mais l’acteur a du mal. C’est que de manière générale, Finn trouve la jeune femme difficile à suivre, sans compter qu’il est lui-même un peu perdu parce qu’il ressent. Il tâtonne, donc, alternant entre agacement et volonté d’être plus compréhensif, parce qu’il ne veut pas de cette dispute qu’il essaye d’éviter en lui demandant ce qui se passe et qui semble inéluctable, tâche rendue difficile par le fait que Eve reste obstinément muette et ne veut pas vraiment lui parler. Est-elle seulement contente d’être là ? Du point de vue de l’acteur, ils sont à mille lieux de ce qu’il avait imaginé, de ce qu’il pensait lorsqu’il a proposé à Eve de se revoir – elle n’a pas vraiment accepté ni refusé, d’ailleurs. Si bien qu’il ne sait même plus si elle est heureuse de le voir, si elle était sincère, ni rien du tout, et il trouve le sort qu’elle lui réserve injuste et quelque peu angoissant : et s’il se trompait ? si tout ça ne valait rien à ses yeux ? Oubliant les confessions qu’elle a pu lui faire, incapable de voir que c’est justement parce qu’elle tient à lui que la jeune femme est blessée, ni ce qui la blesse, l’angoisse ne fait qu’augmenter chez l’irlandais : pour un peu, il se mettrait à hurler de frustration parce qu’il ne pense pas avoir fait quoique ce soit de mal et qu’elle est dure avec lui alors qu’il essaie justement de faire les choses bien.

Paradoxalement, c’est la source du problème, Gina, qui lui donne à voir ce qui se passe en réalité. D’un coup, Finn ne sait plus exactement s’il est surpris ou flatté. Avec honnêteté, il trouve souvent Eve plus raisonnable que lui et il se demande comment cette jalousie si irrationnelle lui est venue.  Car ce n’est, comme elle le dit si bien elle-même, que de la comédie : tout fantasque qu’il soit, ce qui est un euphémisme, sur les plateaux, il est complétement détaché du réel. Seuls les personnages comptent. Mais il aurait du mal à expliquer à Eve cela plus en détail, et puis de toute façon, il n’est plus très sûr d’en avoir envie maintenant qu’il a compris, finalement, que ce n’était qu’un problème de jalousie. Après tout, s’il fallait bien une preuve qu’elle tient à lui, c’est bien celle-ci, et il se prend à sourire et à la prendre dans ses bras, naivement heureux. D’une certaine manière, il la trouve touchante avec sa moue boudeuse, mais il ne sait pas bien non plus quelle attitude adopter. La jalousie, Finn connait, que ce soit la sienne ou celle des femmes : mais d’ordinaire, il aurait plutôt tendance à s’en servir à son profit, mais ici, il n’a rien envie d’en faire du tout. Peut-être aimerait-il dire à Eve que ce n’est pas la peine qu’elle s’en fasse et qu’aucune fille ne compte comme elle. Peut-être qu’il faudrait qu’il réfléchisse à ce qui, dans son comportement, pourrait vraiment la faire hurler, à raison. Mais il n’en est pas vraiment capable, Callahan, et puis il est trop content de lui pour penser à tout cela. Alors, avec amusement et un ton bien plus léger, il lance, un brin moqueur : « Évidemment. Ça m’a l’air tout à fait clair. » Le sourire que l’acteur affiche ne tromperait personne et plus Eve boude, plus il a envie de rire, sale gosse qu’il est. Malicieusement, le mafieux ne peut donc s’empêcher d’ajouter : « Mais tu es mignonne quand même. »

Il l’embrasserait bien de nouveau en disant ça, mais Eve réussit à le déstabiliser en un rien de temps. Plus sérieux cette fois, Callahan estime qu’il est temps de mettre les choses au point. « Exprès de quoi ? Te faire râler ? Écoute moi, si j’avais su, je ne l’aurais pas fait. J’en ai marre qu’on s’engueule. » Il est un peu penaud en le disant, Finn, mais c’est sincère. Elle lui a manqué, sa petite Ivy, et pour une fois, il voudrait juste passer une soirée calme avec elle. Il la libère, la regardant d’un air soucieux : « Je ne voulais pas te contrarier, je te l’ai dit, juste que tu ne restes pas toute seule. T’as pas honte de moi, dis, si ? » La question lui est venue d’un coup, alors qu’il a posé la main sur son bras pour la convaincre de prendre la sienne, et ça aussi, ça l’inquiète. Il l’embrasse donc encore, comme pour conjurer le sort et comme une sorte de défi : « Et qu’ils nous regardent, tiens. Je pense que tout le monde s’en fiche, mais si c’est le cas, c’est peut-être bien eux qui sont jaloux. »

Mais, après tout, peut-être que Finn est aussi possessif que Eve. Les gens et le plateau le gênent et il a envie de l’avoir pour lui tout seul, sans la foule, alors il l’entraine à sa suite vers la voiture alors qu’elle évoque un sujet qu’il avait oublié : Warwick Grant. L’irlandais avait des questions à lui poser, pourtant, mais il n’a certainement pas envie de se justifier d’une quelconque jalousie. Séché, le mafieux reste debout à côté de la Bentley :  « Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? Pas du tout. Non, ce n’est pas vrai. » Difficile de nier, pourtant, car il l’était. Détournant le regard, il grogne : « C’est différent. Je ne suis pas jaloux. Je me méfie, c’est tout.  » Le silence de Eve, qui s’est fendu d’un sourire à son tour, moqueuse, le vexe à son tour. Avec une absolue mauvaise foi, Finn entreprend de se justifier, agité mais convaincu du bien fondé de la défiance qu’il a pour Warwick : « Je ne l’aime pas, voilà. C’est un branleur et un inconscient. Jamais vu un type avec une telle absence d’instinct de survie. C’est peut-être un but louable, j’en sais rien, et c’est pas mon problème. Mais il va t’attirer des ennuis. Et c’est un anglais. » Argument imparable s’il en est, du moins selon l’acteur, mais qui ne convainc personne, surtout quand tout son discours pourrait s'appliquer à lui même ou presque, et qu'il ajoute, laissant cette même jalousie reprendre le dessus : « D’ailleurs tu ne m’as toujours pas dit comment tu le connaissais.  »

Grimpant dans la voiture, il la laisse s’installer avant de maugréer : « C’est bon, tu es vengée ? Est-ce que j’ai droit à un sourire, maintenant ? T'es bien la seule fille qui râle quand on lui dit qu'elle est mignonne. » Mais maintenant qu’ils sont partis, Finn est de trop bonne humeur pour en vouloir longtemps à Eve, et il dit avec le sourire, avant de changer complétement et brusquement de sujet : « Tu ne m’as toujours pas dit où tu voulais qu’on aille, d’ailleurs. Si c’est ça, c’est moi qui choisit. » Directif et autoritaire comme à son habitude, il a cependant une idée en tête qui lui est venue et qu’il n’a pas osé aborder avant. Laissant le silence s’installer alors qu’il garde les yeux fixés sur la route, le mafieux doit prendre son courage à deux mains pour demander : « Sérieusement, je voudrais te demander un service. Est-ce que…est-ce que ça te dérangerait de m’emmener sur le chemin de Traverse ? » Comment a-t-il eu cette idée ? Mystère. Mais elle lui trotte dans la tête et il fonctionne par obsession : difficile donc de lâcher l’affaire. Gêné cependant, parce qu’il l’est toujours dès que la conversation touche au monde sorcier ou à lui, comme cracmol, Finn se rend bien compte qu’il va falloir fournir quelques explications.  « Je sais…je sais que ça parait bizarre. Mais j’y suis allé. Quand j’étais gamin, je veux dire. Une ou deux fois. Je voudrais bien voir à quoi ça ressemble maintenant. » Il s’est dit que Eve comprendrait peut-être. Et en réalité, y aller avec elle le rassurerait plus qu’il ne veut bien l’avouer. « Je ne peux pas vraiment demander à Rafa…et ils ont bien des pubs, chez vous, non ? » Parce que malgré tout, il n’y a aucune raison que ça se passe mal et qu’ils ne boivent pas le verre qu’ils ont prévu. « Et puis, tu es une sorcière après tout. Et je ne connais pas cette part de toi. J'aimerais bien voir à quoi ça ressemble ta vie, là-bas. Je peux ? » Ce que Eve l'intéresse, ingénument et pour une fois sans arrière pensée ; juste parce que c'est elle et qu'il essaie de la comprendre, que tous les aspects de sa vie sont importants pour lui et qu'être exclus de celui là, un peu egoistement, le blesse aussi, au-delà (ou peut-être à cause de) de ses propres interrogations personnelles et de son statut de cracmol. Pourquoi ? Finn aurait du mal à se l'expliquer : il faudrait déjà qu'il ne trouve pas sa propre audace gênante et qu'il n'ait pas peur que Eve dise non, à raison peut-etre.
(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 256
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeDim 27 Déc - 22:57

❝ Finn & Eve❞Confidence is silent when jealousy is loudLa jalousie ne va pas à Eve. Elle ne va pas à grand monde d’ailleurs, mais la jeune femme est particulièrement mal équipée pour la gérer. Est-ce parce qu’elle n’a jamais ressenti ce sentiment d’incertitude et d’angoisse qui vous prend quand la personne qui occupe vos pensées semble tournée vers quelqu’un d’autre ? Probablement. On peut ajouter à ça une mauvaise foi qui l’empêche de voir et d’admettre qu’elle est jalouse. Alors même que Finn se gausse d’elle, Eve dédaigne sa conclusion et prétend avec un certain détachement que bien entendu, elle n’approuve rien de la sorte. Pourtant, un aveugle ne s’y tromperait pas. Tout, que ce soit le ton de sa voix, sa façon raide de se tenir ou encore la manière dont elle se dérobe presque aux attentions du mafieux, crie que quelque chose ne va pas. Il n’y a bien qu’elle pour continuer à s’illusionner,

Les choses se passeraient avec bien plus d’aisance si elle acceptait de voir la vérité en face et d’avouer ses propres sentiments ou si elle daignait au moins dialoguer. Néanmoins, aucune de ces actions n’est son fort et c’est donc Finn qui en fait, bien malgré lui, les frais. Il faut dire que c’est devenu leur mode de fonctionnement. L’un d’eux dit quelque chose qui déplaît à l’autre et au bout d’une dispute plus ou moins courte qui implique (ou non) des blessures, ils finissent par se réconcilier ou quelque chose qui y ressemble vaguement.

Finn, pour une fois, plus fin qu’Eve est le premier à rendre les armes, mais ça ne suffit pas à apaiser la jeune femme, vexée d’être mise face à ses contradictions, elle s’obstine à clamer qu’elle ni jalouse ni râleuse tout l’inverse en réalité, se faisant pour une fois piètre comédienne. Plutôt que d’admettre sa défaite - pourtant évidente - elle préfère attaquer. Il est vrai qu’elle n’est pas à l’aise sur le plateau. Elle a l’impression que tous les yeux sont tournés vers elle, examinant ses moindres gestes. Il n’aurait pourtant tenu qu’à elle de refuser de venir et de l’attendre autre part. C’est que dans le fond, elle n’a pas voulu le vexer. Eve a envie de lui faire plaisir, mais aussi un besoin presque viscéral de gâcher le moment avant qu’un autre ne le fasse. Persuadée que le bonheur n’est pas fait pour durer, elle préfère être l'artisan de son propre malheur. Inconsciemment, elle provoque donc ces disputes avec Finn tout en regrettant de les avoir lancées.

Il faut dire que le mafieux a l’air particulièrement désolé et la jeune femme se morigène presque. Eve se sait parfois paranoïaque et fréquenter Finn n’arrange rien à ça. Avec la naïveté d’une personne ne possédant pas de complexes, l’ancienne Serdaigle regarde son compagnon avec surprise quand il lui demande si elle n’a pas honte de lui.

- Ne sois pas ridicule, tant que tu ne remets plus cet affreux costume … Honnêtement, la fourrure c’est un peu trop …, répond-elle sur le ton de l’humour en repensant à cette soirée où il l’a invité à manger.

Si elle retrouve le sourire, ça ne l’empêche pas d’attaquer à son tour. C’est qu’elle n’a pas oublié qu’il la prétend jalouse et le récit de Warwick lui laisse penser qu’elle n’est pas la seule à être un peu susceptible sur le sujet. Alors qu’ils rejoignent la voiture, quittant le plateau, la jeune femme voit bien qu’il ne sait que dire et un sourire s’étire sur son visage lui faisant oublier la contrariété qu’elle éprouvait quelques instant auparavant.

-Tu te méfies de quoi ? C’est moi qui te l'ai envoyé. Tu me fais quand même confiance, non ?

Une question un peu fourbe à poser sachant que ni lui ni elle ne sont vraiment à l’aise avec le concept. Pourtant, en ce moment, si on demandait à Eve si elle fait confiance à Finn, elle répondrait probablement oui sans hésiter.

- Et puis, c’est vexant, tu sais que je suis anglaise aussi quand même ?

Irlandaise et Russe aussi, mais puisqu'il semble partir au quart de tour, elle préfère passer sous silence cette partie là pour se concentrer sur les énormités qu’elle entend.

- Un branleur inconscient, vraiment. Tu arrives à le dire sans rougir ? Rappelle-moi ce que tu fais dans la vie exactement ?

Il faut quand même bien admettre que c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Eve ne pensait pas entendre ça de la part d’un type qui a manqué de se faire couler au fond de la Tamise plus d’une fois ces derniers mois. Quant à Warwick, puisqu’il clame qu’il n'éprouve aucune jalousie, Eve ne voit pas de mal à lui dire d’où ils se connaissent.

- Ca me semble évident, je l’ai rencontré pendant que j’étais dans la résistance. On est resté ensemble un moment et je suis partie quand il m’a demandé en mariage. Je ne restais jamais longtemps au même endroit, conclut-elle en haussant les épaules.

Il faut dire que si elle est consciente que le sujet est un peu délicat pour Warwick, pour elle, c’est passé et oublié depuis longtemps. Alors qu’ils montent dans la voiture, elle a retrouvé son sourire, mais elle s’inquiète plutôt de le voir vouloir aller sur le Chemin de Traverse. C’est qu’elle ne s’était pas attendue à une requête pareille et elle ne sait pas vraiment quoi répondre. Son premier réflexe est bien entendu de dire “non”, mais elle n’a pas vraiment envie de le vexer alors elle reste un moment silencieuse tandis qu’il meuble le silence qui s’installe entre eux. D’une voix qu’elle espère mesurée, elle répond avec un calme qu’elle ne ressent pas.

- Ce n’est pas chez moi Finn. Pas vraiment en tout cas. J’y ai peu vécu et une fois que j’aurais fait ce que j’ai à y faire. Je n’ai pas l’intention d’y rester. Le monde sorcier, ce n’est pas pour moi. Honnêtement, je ne préférerai pas, je préfère l’ambiance ici.

Evidemment, il y a ça, mais d’un point de vue plus pragmatique, elle ne veut pas être vue avec Finn. Ce n’est pas qu’elle a honte de lui, ça ne lui viendrait pas à l’esprit, mais elle ne veut pas être observée et dans le monde sorcier tout le monde connaît tout le monde. On se demandera rapidement qui est l’homme à son bras.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 153
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeMer 30 Déc - 1:14



Confidence is silent when jealousy is loud
Eve & Finn
« De quoi ? » Réplique Finn sans comprendre, interloqué par la réponse de Eve, la regardant un instant sans comprendre, avant de réaliser de quoi elle parle et de se mettre à rire à son tour : « Mais il était très bien, mon costume, voyons…je vais vraiment demander à Rafa de t’envoyer un styliste. »  Le ton est un peu offusqué, pour la façade, mais il ne l’est pas vraiment. Il a eu droit à un sourire ; Eve est avec lui ; et elle a eu l’air si étonné de sa question qu’il ne peut que la croire quand elle dit qu’elle n’a pas honte de lui, ce qui le rassure. Presque autant que le tour léger que prend finalement la conversation. Ils ont échappé de peu à une nouvelle dispute sans que ni l’un ni l’autre n’en veuille vraiment et Callahan n’en demande pas plus. A vrai dire, peut-être même y a-t-il gagné en étant rassuré par le fait qu’il compte suffisamment pour Eve pour qu’elle soit jalouse, même si la jeune femme nie farouchement.

Alors qu’il se dit qu’ils vont peut-être, contre toute attente, parce que rien n’est jamais acquis avec eux et leur tendance à la colère et aux querelles, passer une bonne soirée, c’est à son tour de se retrouver pris au piège et il regrette soudainement de s’être un peu moqué, même si l’acteur n’y voyait pas malice. D’autant que la conversation se fait plus profonde et l’entraine sur un terrain qu’il n’aime pas, plus propice à la confession, et qui le renvoie à des interrogations un peu gênante. Il n’aime pas Warwick Grant et Eve n’avait pas besoin de le savoir ; maintenant le voilà à essayer de se justifier. Le mafieux en rougirait presque, chose peu commune chez lui, et il patine pour répondre à sa question, pas seulement déstabilisé par son attitude un peu moqueuse. Encore plus quand il doit corriger Eve parce que ce n’est pas elle le problème mais bien le militaire. « Je…Ce n’est pas la question. »  Moyen d’éviter de répondre à sa question, de gagner du temps surtout. Fait-il confiance à Eve ? Difficile à dire, et encore plus difficile de répondre. Non la vexerait ; oui serait dangereux pour lui. Et pourtant, réalise-t-il, c’est le cas. Mais l’avouer ? Non, l’avouer c’est trop. Alors il botte en touche, quoique sa réponse soit compréhensible en filigrane : « C’est de lui dont je me méfie, pas de toi. » Il ne croit pas que Eve lui ferait du mal, et pourtant…c’est difficile de faire confiance. Mais c’est difficile d’imaginer autre chose. Non, pas difficile : douloureux. Il ne veut pas imaginer qu’elle pourrait le trahir – pas quand il n’en serait plus capable même pour sauver sa peau, et ce constat là aussi l’effraie.

Comme l’aveu suivant. Penaud, l’acteur détourne de nouveau le regard et fourre les mains dans ses poches pour se donner une contenance : « J’ai l’impression qu’il essaye de t’attirer dans un plan foireux et que tu ne t’en rends pas compte. Et ça…hm. Ça m’inquiète. » Heureusement que le soir tombe. Peut-être qu’elle ne le verra pas rougir de nouveau. Passant une main dans sa barbe, Finn ajoute d’un ton qui se veut dégagé : « Je ne voudrais pas aider un type qui t’attirerait des ennuis ou qui te manipulerait. Tu es sûre qu'il est fiable, toi ? » C’est qu’il ne peut s’empêcher de vouloir veiller sur elle et qu’il ne veut pas qu’on lui fasse du mal, comme il le lui a dit chez Nikolai. Inconscient du fait qu’il aime – du moins niant volontairement l’information pourtant aimablement donnée par Gregory Benson – Finn a du mal à admettre que c’est pourtant un état d’esprit normal – tout comme la jalousie, au final. Même si leur possessivité respective augmente le phénomène. Peut-être que leurs dénégations véhémentes aussi d’ailleurs.

En tout cas, Finn est plus à l’aise dès qu’il s’agit de gronder et de dénigrer Warwick lui-même ; la conversation, par pics, redevient plus légère lorsqu’il comprend qu’elle se venge et il se laisse taquiner sans trop résister non plus, un peu boudeur et gamin : « Pas de l’armée anglaise. Et toi, si tu l’es, avec ton oncle qui met de la vodka dans son thé et ta famille de Derry, moi je suis un buffer. » Lance-t-il avec un brin de défi. Pour le gipsy qu’est Finn, ce qu’il sait bien faire oublier, l’argot désignant les personnes sédentaires est naturel, si bien qu’il ne juge pas utile d’expliquer le concept à Eve.

Il faut dire qu’il a d’autres motifs de discussion et qu’elle semble beaucoup s’amuser à l’agacer. « Quoi ? » Une demande en mariage, maintenant, comment est-ce qu’il est censé prendre ça ? « Et tu ne veux que je ne sois pas jaloux, après ça ? J’aurais plus de raisons de l’être que toi pour Gina… » Grogne-t-il avec un brin de frustration. Le fait que Eve soit partie et qu’elle ne semble beaucoup pas attacher beaucoup d’importance à Warwick ou à sa proposition, qu’elle a refusé après tout devrait le rassurer. Mais l’irlandais ne peut s’empêcher d’être vexé, ne pouvant s’empêcher d’imaginer la rousse dans les bras du soldat, de…ses pensées s’égarent et le mettraient presque pour de bon en colère. « Je suis censé avaler le fait que c’était professionnel sans jamais rien dire, c’est ça ? » Il faut le sourire de Eve et un rire amusé pour le ramener à la réalité. Elle est là avec lui et elle semble précisément l’avoir dit pour le faire réagir. Et ça marche, c’est le moins qu’on puisse dire. « Arrête de rire, ce n’est pas drôle de jouer avec moi comme ça, même pour te venger. » Vexé à son tour, il ne renonce pourtant pas à la chamaillerie. Sans se l’avouer, il se rend compte qu’il est incapable de lui en vouloir très longtemps, quand bien même il trouve que pour quelqu’un qui ne couche que parce que ça lui apporte quelque chose, Eve a un peu trop d’anciens amants à son gout.

Un moment, le silence retombe donc alors qu’ils roulent enfin, Finn hésitant à se lancer après tout cela. Il faut dire aussi qu’il ne sait pas vraiment quoi faire maintenant. Les relations ne sont pas tellement son fort, contrairement à ce qu’on pourrait croire, du moins les relations sincères. Il sait ce qu’il est censé faire, ce qu’il faut faire pour obtenir des femmes ce qu’il veut aussi, mais ce n’est pas comparable avec ce qu’ils vivent. La même chose, en plus sincère ? Ou autre chose ? Ou…il ne sait pas trop, en réalité, et Callahan n’est pas du genre à se poser trop de questions où à s’éterniser trop longtemps dessus. C’est plus facile de simplement se dire qu’il veut être avec elle, et s’arrêter là, il n’a pas besoin de plus. Alors il propose ce qui l’inspire, ce qui lui trotte dans la tête.

Un moment, Finn regrette. Ce n’est pas une bonne idée, lui souffle une petite voix, de te livrer comme ça, ni de rendre les choses aussi sérieuses. Ne l’associe pas à tes névroses. Mais j’en ai besoin se répond-il à lui-même, et je n’y arriverai pas tout seul. Et puis ce n’est pas grave. C’est juste boire un verre dans une rue différentes des autres. Callahan temporise, mais il a peur. Que Eve dise non, qu’elle ne veuille pas, qu’elle le prenne pour un fou ; son statut de cracmol est un sujet sensible pour Finn. Il a fallu du courage à l’acteur pour se livrer. Il peine donc à masquer sa déception. « Oh. Bon… » Il ne sait plus quoi dire, et sa voix se perd un peu. Il culpabilise un peu également, réalisant avec curiosité qu’il l’a blessée. « Je ne voulais pas…laisse tomber. Désolé. C'était une mauvaise idée. » Se raclant la gorge, il se souvient de ce qu’elle lui a dit chez ses parents à propos de Poudlard. Il peut comprendre, même si chez lui c’est le mécanisme inverse.

Il n’insiste donc pas, ne sachant plus quoi dire : il ne voulait pas mettre Eve mal à l’aise, et maintenant, c’est lui qui l’est, sans pour autant vraiment être capable de renoncer à son idée. De nouveau, le silence retombe dans l’habitacle, Finn reprenant son débat intérieur sans mot dire, lui jetant de temps en temps un regard en douce pour analyser des réactions avant de reporter son regard sur la route. C’est que tout méfiant envers le monde sorcier qu’il est et ne voulant certainement pas y vivre, ce qui le rapproche de Eve, il est tout de même envieux et curieux de connaitre ces endroits dont il est privé, comme pour exorciser de vieux démons…ou comme un papillon attiré par une lumière qui causera fatalement sa perte. Hésitant, il finit par reprendre. « Est-ce qu’on ne peut pas juste…voir ? On n’est pas obligé d’y rester ? Et après on fait ce que tu veux ? » Il ne veut pas lui forcer la main, mais il ne veut pas renoncer. Alors, tournant la tête vers la jeune femme avec des yeux de chiens battus qu’il espère irrésistible, il lance quelques mots rassurants : « C’est juste pour jeter un œil. Je ne suis pas sûr de vouloir m’y attarder non plus. Pas très envie de croiser Rory. Mais c’est…c’est…important.  » Rassurants, ou se transformant vite en confession. Soudainement, il se sent vraiment malheureux. « C’était supposé être chez moi, aussi. Je suppose que non, au final, et c’est peut-être mieux comme ça, mais je voudrais…je ne sais pas. Me rendre compte par moi-même. » Au moins savoir à côté de quoi il passe, ce qui est un peu masochiste. Il ne survivrait pas dans le monde sorcier, qui l’effraie autant qu’il l’attire, et Finn le sait : c’est plus facile de dire qu’il ne veut pas y vivre plutôt que de dire qu’on ne veut pas de lui. Avec horreur, il se demande si ce n’est pas le cas de Eve, oubliant ce qu’il sait pourtant et qu’elle vient de lui rappeler. « Tu euh…si tu avais honte de fréquenter un cracmol, toi aussi, si ça devait t’attirer des ennuis, tu peux me le dire. Je ne le prendrais pas mal, je peux comprendre que ce soit ennuyant. » Lance l'acteur mine de rien. A croire qu’il essaye de se justifier, encore. Comme souvent quand ça touche à ce sujet. Il conclut donc avec anxiété « Mais je sais me tenir, tu sais, si c’est ça le problème ! Je sais ne pas hurler ou me comporter en touriste ! »

(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
Eve Talbot
▌ Messages : 256
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Qui lui donne des informations
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Eleanor Tomlinson

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeDim 3 Jan - 22:37

❝ Finn & Eve❞Confidence is silent when jealousy is loudChez Eve, la jalousie est partie aussi vite qu’elle est venue. Une fois hors de son champ de vision, Gina est devenue une ombre comme les autres et la jeune femme n’y a plus prêté attention. Il faut dire qu’elle n’est pas familière avec les émotions que provoquent la jalousie et elle se sent un peu honteuse d’y avoir céder aussi facilement. Entre elle et Finn, rien n’est clair et aucun des deux ne semblent vraiment vouloir s’aventurer à clarifier quoique ce soit. Probablement parce que ce n’est pas leur mode de fonctionnement - ils marchent mieux à l’incertitude - mais aussi parce qu’ils ont peur des réponses qu’ils pourraient recevoir. Eve préfère donc mettre ce moment peu glorieux de côté et se concentrer sur autre chose.

Ce n’est pas le cas de son compagnon qui semble ne pas pouvoir oublier Warwick. Il faut dire qu’avec une certaine innocence et naïveté, Eve ne voit pas vraiment comment une relation vieille de plus de quatre ans pourrait être sujet de jalousie entre eux. C’est mal connaître le mafieux qui, pour un oui ou pour un non, peut décider qu’il a un os à ronger et ne plus le lâcher. Grant semble lui avoir tapé dans l'œil et ça semble être pour le pire plutôt que le meilleur. Parce qu’elle trouve ses soupçons absurdes, la jeune femme ne perçoit pas à quel point Finn semble gêné par ses questions et elle balaie ses réponses d’un revers de main :

- Tu t’inquiètes beaucoup trop à propos de Warwick. De tous les gens que je fréquente, c’est probablement le plus réglo. Il est gentil et loyal. Trop si tu me demandes mon avis et c’est probablement ça qui lui attirera des ennuis, mais il ne fera rien pour en attirer volontairement aux autres.

Un jugement hâtif ? Peut-être, mais Eve se veut bonne juge de caractère quand elle n’est pas aveuglée par ses sentiments. Warwick possède cette honnêteté désarmante du Gryffondor. Typiquement le genre de chose qui apporte des ennuis. Si elle le sait, c’est parce que la guerre rapproche et fait tomber les barrières bien plus vite qu’en temps de paix. Quand on ne sait pas si on sera encore vivant le lendemain, on est plus enclin à se confier avec l’espoir de laisser au moins une trace auprès de ceux que l’on aura croisé. Dans le fond, l’homme est toujours un peu en quête d’immortalité. Forte de ses certitudes, elle le défend peut-être avec plus d'ardeur que prévus.

- Me manipuler,
ricane-t-elle. Merlin, c’est plutôt l’inverse je dirais. Le plan est de moi, Finn et il sert mes besoins. Je n’étais pas certaine que tu le laisserais sortir vivant, je sais que vous n’appréciez pas vraiment l’armée dans votre milieu, ajoute-t-elle avec un haussement d’épaule indifférent.

Evidemment, en facilitant la rencontre du mafieux et du résistant, Eve a rendu service à Warwick, mais elle ne l’aurait pas fait sans avoir un intérêt personnel dans l’histoire. Si Warwick avait été blessé dans la foulée … c'eût été malheureux, mais Eve ne se serait pas sentie coupable pour autant. Ca peut sembler cruel, mais ce n’est pas la gentillesse qui lui permettra de mener à bien sa mission et elle n’oublie jamais qu’elle a un objectif à atteindre.

- J’apprécie que tu t’inquiètes, Callahan, mais je suis une grande fille et je ne permettrais à personne d’interférer dans mes affaires. Tu n’apprécierais pas que je le fasse non plus, crois-moi.

En réalité, Finn a tout intérêt à ce qu’Eve garde le nez en dehors de ses affaires. S’il déteste Grant pour son affiliation à l’armée, nul doute qu’il n'apprécierait pas plus qu’Eve soit une représentante de la sécurité intérieure du pays. Si ce qu’ils partagent, peu importe ce que c’est, doit continuer, il faut que chacun puisse respecter la vie privée de l’autre. Quelque chose que Finn semble avoir bien du mal à faire.

Elle subit ses railleries sur ses origines avec un sourire, mais reste perplexe devant l’utilisation du terme buffer. Elle hausse un sourcil interrogateur mais sans oser l’interrompre alors qu’il s’emporte un peu quand elle lui parle de la demande en mariage de Warwick.

- Oh tu sais, je pense qu’il me l’a proposé pour protéger ma réputation, c’est un brave gars, mais je ne suis pas certaine que je lui ai brisé le cœur très longtemps et puis contrairement à Gina, ça date !, conclut-elle comme si ça clôturait le sujet.

Le silence se fait pendant une partie du trajet et la jeune femme apprécie ces moments où ils ne se disputent pas puis vient la demande de Finn qui la prend par surprise. Aller dans le monde sorcier, il faut dire qu’elle ne s’y attendait pas et surtout qu’elle ne veut pas. Elle voit bien que son refus le vexe un peu, mais ce n’est pas grave, elle sait que ça lui passera. Après tout, que peut-il y avoir de si intéressant à faire là-bas ? Elle tourne la tête alors qu’il lui fait part de sa déception sans trop en avoir l’air. En un sens, Eve se sent coupable, mais elle essaie de faire taire ce sentiment qui ne l’arrange guère. Finalement, un peu exaspérée, elle souffle :

- Pourquoi tu ne pourrais pas demander à Rafa ? Il pourrait te faire rentrer encore plus facilement que moi. On vous prendrait pour des touristes, moi les gens me connaissent et le monde sorcier est friand de ragots.

Autant dire qu’elle ne s’y prend probablement pas de la meilleure façon pour ne pas heurter sa sensibilité, mais Eve n’aime pas être mise au pied du mur et devant tant d’insistance, elle a l’impression que c’est ce qu’il fait. Quoiqu’il en dise, il semble bien décidé à ne pas lâcher l’affaire, la patience d’Eve s’amoindrit quand l’acteur joue les victimes :

- C’est ridicule Finn, je n’en ai jamais rien eu à faire que tu sois un cracmol. Si tu veux mon avis, tu n’as pas perdu grand chose. Tu trouves ton monde pourris ? Tu n’as pas encore vu le sorcier, s’entend-elle répondre avec acidité.

Elle poussa un soupir, consciente qu’elle n’est pas aimable et dans le fond, ce n’est pas vraiment de la faute de Finn.

- Désolé, c’est juste que tu es très insistant. Honnêtement, je ne comprends pas ce que tu veux y voir, mais soit si ça te fait plaisir. Une heure maximum et va falloir que tu te changes, tu ne peux pas y aller comme ça, dit-elle en regardant ses vêtements. On va d’abord devoir passer dans le Poplar et puis on ira à Charing Cross Road, déclare-t-elle avec autorité.

Persuadée que c’est une mauvaise idée, elle n’a pas pu s’empêcher de céder et elle n’espère qu’une chose que ça soit fini au plus vite parce que ce n’était vraiment pas l’idée qu’elle se faisait de cette journée.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CRACMOL
Finn Callahan
▌ Messages : 153
Humeur :
Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Left_bar_bleue100 / 100100 / 100Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Right_bar_bleue

En couple avec : Personne.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune, car cracmol.
Camp: Neutre
Avatar: Diego Luna

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitimeVen 8 Jan - 0:53



Confidence is silent when jealousy is loud
Eve & Finn
« …t’en foutrais du loyal et gentil …pas le droit à ça, moi... » Bougonne Finn, un peu gamin, sans savoir très bien s’il râle pour le plaisir de râler ou s’il est vraiment vexé par les déclarations positives de Eve concernant Warwick Grant, quoiqu’il prendrait sans doute très mal également qu’on lui attribue ces deux qualités, pas à une contradiction près. Vexé de la tournure de la conversation, Callahan continue du même ton boudeur : « Oh, très bien, ça m’apprendra, après tout, c’est toi la révolutionnaire professionnelle. J’espère juste que tu sais ce que tu fais, Ivy. » La mention de la demande en mariage de Warwick pourrait définitivement le mettre en colère  si Eve elle-même ne lui donnait pas l’occasion de se venger :  « Tiens, donc tu admets que tu es jalouse, finalement ? » Réplique donc l’acteur avec un grand sourire ravi, avant d’éclater de rire devant la mine de sa campagne. « N’en parlons plus. » Il est jaloux, elle est jalouse. Peut-être que dans un couple normal cela pourrait augurer d’une discussion plus sérieuse sur ce qui les gêne, ou ce qu’ils sont, mais ils ne sont pas un couple normal.

De toute façon, même savoir où il sortent pose problème, alors avoir une discussion pareille, ça tiendrait du miracle, songe amèrement Finn, les yeux fixés sur la route. Il est vrai que les choses vont vite entre eux et sans qu’ils ne prennent leur temps de vraiment parler. Ils s’apprivoisent à la dure, voulant bien faire mais tombant dans chaque écueil tendu par leur propres personnalités et défauts, même s’ils veulent bien faire. En attendant, hors de question qu’il avoue vraiment pourquoi il ne veut pas de Rafa, et le mafieux hausse donc les épaules avec détachement : « Et qu’est-ce que tu veux qu’ils inventent comme ragot ? A part que tu sors avec quelqu’un, dont tu peux prétendre t’être débarrassée ? Je t’ai connue moins scrupuleuse face aux mensonges, tu sais, surtout celui là, si je me souviens bien. » Il n’y a pas si longtemps qu’elle proposait de prétendre devant Christopher qu’ils étaient sorti ensemble et qu’ils s’étaient séparés pour justifier qu’ils ne se recroisent plus jamais. Pas si longtemps, et une éternité à la fois. Entre temps, il a essayé de la poignarder, ils se sont battus, réconciliés, embrassés un paquet de fois, il l’a porté dans un escalier, ils ont couché ensemble et ils sont…quelque chose. Quoi, c’est une autre question et ça n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est que même s’il connait bien Rafa depuis longtemps, il ne comprendra pas, dira non, et qu’il ne veut pas lui demander ça. Le deuil et l’émotion sont deux paramètres exclus de leur relation. C’est un second, et cette barrière là maintient la hiérarchie entre eux.

Eve, c’est différent. Il ne le dira pas, parce qu’au fond Finn est tout aussi paranoïaque que sa compagne, mais au moins, elle, elle le comprend. Du moins il s’est dit qu’elle comprendrait en le proposant. C’est qu’ils ont en commun l’expérience du deuil ; il ne s’attendait donc pas à une réaction aussi épidermique, quoiqu’il s’en veuille un peu ne pas l’avoir envisagé. Ce qui ne dure pas longtemps. Son regard se fait dur, plein d’une colère qu’il ne comprend pas lui-même et qui le dépasse, lorsqu’elle évoque sa méconnaissance du monde sorcier, alors que les souvenirs qu’il a de son enfance lui hurlent douloureusement le contraire, avec la même fréquence que les coups de son frère ainé. L’espace d’une seconde, l’acteur envisage de lui demander pourquoi elle continue de hanter le Poplar, histoire de voir à quel point elle a mal s’il se moque de son deuil. Finalement, il se contente de répliquer d’une voix glaciale qu’il ne reconnait pas lui même : « Mon frère, c’est Rory. Je crois que j’en ai une assez bonne idée, au contraire. »

L’instant d’après encore, Finn regrette même toutes ces pensées et bougonne d’un air un peu contrit : « Pas de mal. C’est moi. Je ne voulais pas te contrarier. » C’est que le sujet est sensible et le rend épidermique : trop d’émotions à gérer en même temps. De façon plus altruiste, il s’en veut vraiment en ayant l’impression d’avoir blessé inutilement la jeune femme en sachant le sujet tout aussi sensible pour elle. Eve n’a beau rien en dire, Callahan se souvient de son amertume par rapport à Poudlard. Il est vrai qu’il y a un paradoxe cruel dans leurs destins si semblables et si contraires à la fois et à ce qu’ils auraient chacun sans doute donné beaucoup pour échanger leur place l’un avec l’autre, et il a plus de peine pour elle que de colère, soudainement.

Assez curieusement, Finn finit pourtant par avoir gain de cause. Soudainement beaucoup plus joyeux, le mafieux ne peut donc s’empêcher d’afficher un large sourire et de s’exclamer avec enthousiasme :« Une heure, promis ! »  Tournant le volant, il prend la direction du Poplar. Une question vient cependant à l’acteur, et Finn ne peut s’empêcher de s’interroger : « Comment ça, pas habillé comme ça ? » Puis, avec un gros rire, joyeux et presque enfantin :« Attends, vous mettez vraiment des robes de sorciers ? Oh non, c’est tellement cliché. Pourquoi pas des chapeaux pointus, tant qu’on y est ? Des capes ? »

Incrédule, il laisse le silence retomber, oubliant les détails fâcheux pour se concentrer sur l’essentiel. Se prenant à siffloter, Callahan est donc d’excellente humeur, allant même jusqu’à chantonner tout bas, sans réussir à se départir de son sourire : « Ivy, why the sudden change, why so cold and why so strange, be sentimental ? Don't hang your fate on jealousy and hate, 'cause Ivy… » Un rapide coup d’œil lui apprend que la Ivy assise à côté de lui dans sa Bentley ne goute guère les aventures de son homonyme musical. Qu’importe à Finn, qui continue sur sa lancée, passant un bras autour de ses épaules, l’autre main sur le volant, continuant à siffloter de toute sa bonne humeur retrouvée, ravi de pouvoir la taquiner comme si de rien n’était. « He was never born for the touch of a witch's thorn, so please be gentle to his heart…»

Lorsqu’il gare la voiture, ouvrant la portière, il ne s’attire qu’un regard outré. Sans se démonter, il lui tend la main pour l’aider à descendre : « Eh bien, tu en tires, une gueule. Tu n’aimes pas Jo Stafford ? Ou tu trouves que je chante mal ? » Sans prévenir, et sans prêter attention à la moindre protestation, le mafieux soulève la jeune femme dans ses bras avec un rire joyeux : « Ah, je te taquine, vas. » Il n’a qu’à pencher la tête pour l’embrasser, un peu plus longuement qu’il n’est convenable et la serrant contre lui sans se soucier du reste. La soirée prend soudainement un tour bien plus joyeux à cause de ces quelques secondes volées, avant que l’irlandais ne murmure :« Merci, Ivy. » D’être aussi patiente avec lui, et dieu sait que Callahan ne lui rend pas la tâche facile ? De prendre sur elle ? De se ficher du fait qu’il ne soit pas un sorcier ? Un peu de tout, peut-être. Il ne saurait pas lui dire sa reconnaissance, alors il dépose de nouveau un petit baiser sur ses lèvres, écartant une mèche de cheveux rebelle de son visage : « Je te promets que je serais sage. Et obéissant. Et qu’on s’amusera. Pour me faire pardonner d’être aussi insistant. On y va ?»

Soudainement tracassé par un point qui lui revient, alors qu’il suit Ivy à l’intérieur de la maison de ses parents, Finn se rembrunit un peu : « Dis, c’est sérieux, cette histoire de robe ? » Parce que lui, il trouve ça particulièrement ridicule. « Absolument pas envie de mettre ça. » C’est qu’il a sa fierté et son idée de la virilité. « Je suis sûr que tout le monde n’en met pas, ce n’est pas possible d’être aussi cliché…Je suis sûr que tu te venges parce que ça t’agace… » Préférant investir le salon, il lance à voix haute : « Et il est très bien mon costume, je ne redirais jamais assez que tu n’y connais rien ! » Noir, coupe classique. Vu le prix qu’il l’a payé, Finn espère cependant que Eve ne se mettra pas en tête de le transformer. Un peu méfiant, soudainement, il lance à voix haute, ayant perdu la rousse de vue : « Tu ne vas pas me lancer de sort pour euh…me transformer ? Je ne sais plus le mot… » S’installant dans un des fauteuils, il continue à l’intention de sa compagne : « Sinon, c’est quoi les autres consignes, madame le sergent-chef ? »

(C) CANTARELLA.

_________________
OF MONSTERS AND MEN

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Empty
Message#Sujet: Re: Confidence is silent when jealousy is loud - Finn   Confidence is silent when jealousy is loud - Finn Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Confidence is silent when jealousy is loud - Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-