AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
Trottinette électrique OCEAN DRIVE A9 avec ...
Voir le deal
299.99 €

Partagez | 
 

 Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMer 24 Avr - 14:57


Des jours et des jours que Wilhelmina n'avait pas la moindre nouvelle d'Ignatius... Oh, bien sûr, elle savait parfaitement qu'elle ne pouvait en rien reprocher à son fils son silence, il n'empêche qu'il manquait terriblement à Wilhelmina...

C'était comme elle l'avait appréhendé, il y a des années de cela, quand elle avait envisagé que cette bombe puisse exploser et avait décidé de garder le secret, de ne parler qu'à Elliott et de cacher la vérité à tous les autres, y compris à Thésée.

Tout s'effondrait autour d'elle. Elle avait perdu l'homme qui avait partagé presque l'entièreté de sa vie, et maintenant, c'était Ignatius qu'elle redoutait de perdre pour toujours... Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même pour tout ça, évidemment... mais ce n'est pas parce qu'elle se savait seule à devoir être blâmée qu'elle vivait la situation plus légèrement.

Elle avait tout d'abord attendu. Elle ne voulait pas brusquer son fils, et elle avait espéré qu'il revienne vers elle de son propre chef. Mais il l'avait évité très soigneusement. Même dans les couloirs du ministère, ils ne s'étaient pas croisés une seule fois. Et elle avait craqué.

Elle ne pouvait tout simplement pas continuer comme ça, sans avoir la moindre nouvelle d'Ignatius, sans s'assurer qu'il allait bien, au moins, lui pour qui la nouvelle devait être si difficile à encaisser. Elle avait besoin de le voir, tout simplement. Alors même si c'était prendre le risque qu'il lui claque la porte au nez, elle avait pris sur elle et décidé d'aller frapper à sa porte.


"Ignatius, tu es là ? J'aimerais te parler, s'il te plaît."
, dit-elle tout en toquant.

Elle savait que s'annoncer, c'était courir le risque que, sciemment, il choisisse de lui refuser l'ombre de la moindre conversation. Mais en même temps, elle ne voulait pas le prendre à défaut. S'il n'avait toujours pas envie de lui parler, même si ça lui serrerait le coeur, elle l'accepterait. Seulement...

Seulement elle avait peur de perdre son fils pour de bon. Il était celui pour qui elle s'était battue, pour qui elle s'était tue, pour qui elle avait renoncé plus qu'elle ne daignerait l'admettre à voix haute à ce qu'elle avait vraiment voulu. Si elle le perdait, elle perdait tout. Elle ne réussissait pas à l'accepter.

Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMar 30 Juil - 11:30

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Il y avait juste… tellement de changement dans sa vie ces derniers temps. Ignatius avait toujours aimé les choses bien rangées, le fait que tout aille sur des rails, que tout soit bien comme il le fallait. Mais maintenant, il devait reconnaître que tout était un peu dévié du chemin. Entre Agrippine qui s’avérait n’être qu’une demi-sœur pour elle, la fille de Thésée Dragonneau – ce qu’il avait encore clairement du mal à digérer, pas qu’elle ait trouvé son père… juste qu’elle soit si heureuse d’être la fille de son père. Sa mère qu’il avait toujours cherché à rendre fière, parce qu’elle n’était autre qu’un modèle pour lui, qui s’avérait finalement n’être qu’une menteuse, capable de tromper son mari et de lui faire un enfant dans le dos… mais surtout de laisser ce mari en question battre cette enfant par vengeance. Et ce mari, ce père qu’il avait toujours idolâtré et qui était donc capable de frapper une enfant par vengeance…

Clairement ces histoires de famille le rendaient chèvre.  Il n’y avait plus rien qui ressemblait à ce qu’il croyait, il n’y avait plus rien qu’il semblait vraiment maîtriser. C’était le bordel très clairement. Cela dit, il n’y avait pas que des changements négatifs dans sa vie… puisqu’il y avait Carlotta aussi. Ce qui ne l’aidait pas forcément plus à trouver un équilibre, mais il devait bien avouer qu’il était heureux de cette partie-là. Les choses allaient… doucement, mais sûrement, cela dit on pouvait dire maintenant qu’ils se fréquentaient réellement, qu’ils ne se contentaient plus de se tourner autour. Carlotta n’était pas du tout le genre de femme qu’il pensait avoir dans sa vie avant – en même temps, il n’avait imaginé quoi que ce soit qu’avec Lindsay aussi… –, mais elle lui faisait du bien.

Sauf que ce n’était pas entièrement suffisent pour qu’il se sente bien. Parce que le reste prenait quand même beaucoup son esprit, il ne pouvait pas s’empêcher de penser aux mensonges de sa mère, même en s’efforçant de l’éviter le plus possible. Ce qu’il avait réussi d’ailleurs, jusqu’à ce qu’elle décide de venir directement chez lui. Quand il entendit toquer à la porte, il n’eut pas de doute qu’il s’agissait de sa mère, puisqu’elle s’annonça derrière la porte. Ignatius hésita un long moment, ne sachant pas s’il devait lui ouvrir. Il se disait que non, parce qu’il ne prenait pas la peine de l’éviter pour rien, mais en même temps… c’était difficile de juste laisser cette porte fermée. Enfin, si, c’était simple, il suffisait qu’il ne fasse pas de bruit et qu’elle s’imagine qu’il n’était pas chez lui. Mais il ne savait pas s’il en était capable.

Finalement, il s’approcha de la porte et l’ouvrit.

« Je n’ai pas spécialement envie de te parler moi. »
Dit-il la porte ouverte, la laissant pour le moment sur le pas de la porte. Il n’aimait pas être si froid avec sa mère, mais il ne digérait toujours pas ce qu’il avait découvert.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeVen 2 Aoû - 13:05


Wilhelmina attendait... et les secondes défilaient sans la moindre réaction de la part de son fils. Peut-être que ça n'avait pas été si long avant qu'il réagisse, mais chaque seconde paraissait distandue. Il se pouvait qu'Ignatius ne soit tout simplement pas là, il se pouvait aussi qu'il ne veuille ni la voir, ni lui parler. La seconde possibilité était évidemment plus douloureuse que la précédente, mais la ministre ne se leurrait pas, c'était aussi la plus crédible.

Alors elle attendait. Elle se sentait prête à camper devant cette porte s'il le fallait, jusqu'à ce qu'il arrive ou lui ouvre. C'est vrai, elle a normalement mieux à faire que de faire le pied de grue ici. Elle était ministre, elle avait la responsabilité de toute une population sur ses épaules, ses propres considérations personnelles ne devaient pas venir faire obstacle... Plus facile à dire qu'à faire.

Et finalement, il ouvrit la porte, et il n'y avait pas à se poser la question bien longtemps : il lui en voulait encore terriblement, il n'avait pas envie d'être là, et s'il lui ouvrait, c'était sûrement qu'il savait qu'elle insisterait dans tous les cas.


« Je n’ai pas spécialement envie de te parler moi. »

Ces mots lui faisaient mal. Ce n'était jamais arrivé auparavant. Wilhelmina et Ignatius avaient toujours su se parler en toute franchise (enfin, Ignatius ne devait plus y croire maintenant qu'il avait découvert les mensonges qui entouraient la vie, l'existence même d'Agrippine)... Maintenant, il y avait comme un fossé gigantesque entre eux, et elle ne savait pas comment créer ce pont qui leur autoriserait à se rejoindre.


"Je sais mais... tu me manques, j'aimerais vraiment qu'on parle."


Elle avait besoin de lui donner sa version de l'histoire. Cette version ne ferait pas d'elle une femme parfaite ou irréprochable, c'est vrai, mais il y avait des choses au sujet desquelles elle s'était toujours montrée très honnête, et ça ne changeait pas à ce jour. Comme le fait qu'il était la personne la plus importante au monde à ses yeux.

Elle n'avait peut-être pas toujours fait les meilleurs choix, c'est vrai, mais quels qu'ils aient été, elle avait toujours pensé aux intérêts de son fils. Si elle perdait Ignatius, le reste n'aurait plus d'importance. Elle ne voulait pas perdre ce qu'ils avaient.


"Est-ce que je peux entrer ?"

Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeVen 22 Nov - 14:35

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Ignatius n’appréciait pas plus que ça la situation dans laquelle ils se trouvaient tous les deux. Le jeune homme aimerait bien pouvoir poser son regard sur sa mère sans sentir cette profonde trahison, sans ressentir le faussé qu’il y avait maintenant entre eux. Le jeune homme savait bien qu’il était en grande partie responsable de ce malaise, mais en même temps ce n’était pas comme s’il pouvait faire comme si de rien n’était après les révélations qu’il avait eu. Le jeune homme était incapable d’ignorer les mensonges de sa mère, de ses deux parents et la manière dont ils avaient traité injustement Agrippine. Il s’était souvent rangé du côté de ses parents, trouvant que sa sœur en faisait trop, qu’elle était trop dur. Il ne l’avait pas rejeté comme on avait sans doute attendu de lui qu’il le fasse, comme son père aurait aimé qu’il le fasse parce qu’il ne pouvait pas considérer cette fille comme la sienne, mais ça ne voulait pas dire qu’il avait été très tendre avec sa sœur non plus. Et à cause de quoi ? De la trahison de Wilhelmina Tuft.

Cela dit, malgré la rancune que Ignatius ressentait pour sa mère, il senti son cœur se serrer en l’entendant lui affirmer qu’il lui manquait. Il osait croire qu’elle était sincère, même si en fait il devrait sans doute se contenter de se dire que toutes paroles qui venait de sa mère était un mensonge, qu’il ne pouvait pas se permettre de la croire sur parole. Mais non… il pensait qu’elle avait une réelle affection pour lui, comme lui ne pouvait pas taire la sienne. Et elle lui manquait évidemment, même si la voir ne lui faisait pas plus de bien pour autant.

« Entre. » L’invita-t-il à faire donc, quand elle lui demanda si elle pouvait entrer. En joignant la parole au geste, Ignatius se décala du pas de la porte pour qu’elle puisse entrer dans son appartement, avant de fermer la porte derrière elle.

Le jeune homme n’était vraiment pas sûr que ça soit une bonne idée qu’il parle avec sa mère, mais en même temps il ne pouvait pas réellement se permettre de lui demander de partir… en fait, en réalité, il n’avait pas envie de lui demander de partir, même s’il n’était pas certain que ça l’aide beaucoup de l’entendre lui dire ce qu’elle avait à lui dire.

« Tu as… d’autres révélations à me faire ? » Demanda-t-il alors, en se doutant qu’il ne devrait peut-être pas lui parler comme ça.

Mais c’était plus fort que lui, Ignatius était a point de se demander s’il savait quelque chose de sa vie en réalité, s’il connaissait vraiment son père, sa mère, même sa sœur en soit. Il espérait bien qu’il n’y avait pas plus de mensonge sous le tapis qui allait sauter à sa gorge pour enfoncer un peu plus le clou, mais on ne savait jamais.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMer 4 Déc - 10:47



« Entre. »

Wilhelmina se sentit soulagé de la réponse de son fils alors que ce dernier acceptait de ne pas la laisser sur le pas de la porte. C'était une bien maigre victoire et elle le savait bien. Il lui restait encore beaucoup à faire pour ne serait-ce qu'espérer convaincre Ignatius de lui pardonner ses mensonges, mais au moins, il ne lui fermait pas complètement la porte, au sens propre comme au figuré, et elle avait eu besoin que ce soit le cas.

Sans Ignatius à ses côtés, seule sans son fils, tout perdait de son sens. Elle avait besoin de lui. Et même si elle devait chercher à se faire pardonner l'impardonnable, elle mettrait en oeuvre tous les moyens possibles pour y parvenir. Elle avait besoin d'Ignatius dans sa vie. C'était aussi simple que cela. Simple... Et manifestement bien compliqué en cet instant, malheureusement.


« Tu as… d’autres révélations à me faire ? »

Qu'il ait accepté de lui accorder un minimum d'attention était une chose, bien sûr, mais Wilhelmina avait su qu'il faudrait qu'elle en fasse davantage si elle voulait espérer enterrer la hache de guerre avec son fils. Ils allaient revenir de loin, de vraiment très loin, et elle n'avait malheureusement pas d'autre choix que de l'accepter. Elle prit une grande inspiration. Elle ne savait pas quoi dire précisément pour adoucir, apaiser le dialogue avec son fils.

Elle ne voulait surtout rien gâcher. Mais elle savait dans le même temps qu'elle ne pouvait se permettre que d'être honnête. Et l'honnêteté n"était pas toujours tant appréciée que cela.


"Pose-moi toutes les questions que tu veux, je te promets que j'y répondrai sincèrement"
, se décida-t-elle finalement à dire.

Elle aimerait affirmer qu'il n'y aurait pas d'autre révélation, mais ça n'avait rien de certain, car Ignatius avait coupé court à leur dernière conversation sans lui laisser le temps de vraiment se justifier (même si on ne peut pas vraiment justifier l'injustifiable).

Il avait conscience de ce qui était le plus important, du fait qu'elle avait trompé son père, du fait qu'Agrippine était le fruit de cette relation extraconjugale, mais peut-être que pour lui, ce n'était pas assez. Peut-être que si elle savait répondre convenablement à toutes les questions qu'il se posait la concernant, il trouverait la force de lui pardonner. Peut-être, peut-être pas. Elle devait essayer dans tous les cas.

Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMar 24 Mar - 13:28

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Ignatius avait accepté de laisser sa mère entrer dans son appartement, mais ça ne voulait pas dire qu’il allait fermer les yeux sur tout ce qu’il avait découvert. Il en était incapable. C’était horrible, mais dès qu’il posait son regard sur sa mère, il ne pouvait que penser énormément à ce qu’il avait découvert, à ses mensonges, à sa trahison, à ce qu’elle avait couvert. Qu’elle ait trompé son mari était une chose, une chose que Ignatius avait du mal à comprendre mais en même temps on ne pouvait pas réellement dire qu’il était complètement entré dans le monde adulte de ce côté-là. Et il était bien placé pour savoir qu’on pouvait aimer quelqu’un au-delà de la raison, qu’on pouvait aimer… deux personnes différentes. Il ne lui reprochait pas tant que ça d’avoir trompé son mari, que Agrippine ne soit qu’une demi-sœur, qu’elle soit la fille de Thésée Dragonneau. Ce n’était pas tant ça le souci, le souci résidait dans le fait que sa mère lui avait menti toute sa vie et qu’elle avait agi d’une façon horrible avec sa sœur.

Elliot était un homme que Ignatius avait idolâtré, qu’il avait pris comme exemple, qu’il avait mis sur un piédestal, et il découvrait maintenant qu’il était un monstre capable de battre et de violenter une petite fille. Comment supporter ça ? Malheureusement, ce père était mort maintenant et Ignatius ne pouvait pas demander des comptes à son père… mais à sa mère oui, parce que même si elle n’avait pas frappé sa sœur, elle n’avait rien fait pour l’aider.

« Pour une fois. »
Répondit-il, en se montrant sec avec sa mère. Il n’y pouvait rien, il était tellement en colère, il avait besoin de l’exprimer d’une certaine façon. Même si en réalité, ça lui faisait aussi du mal à lui. Il se sentait mal de se retrouver dans une telle position avec sa mère… il aurait aimé que rien ne change égoïstement. Même s’il ne regrettait pas non plus de connaître la vérité, que Agrippine lui ait confié ce qu’elle avait vécu. Mais c’était quand même difficile d’assumer tout ça, de le supporter. Il avait envie de retrouver sa complicité avec sa mère, de ne pas être en colère contre elle, mais il ne pouvait pas. « Je sais que Agrippine est la fille de Thésée Dragonneau. Je sais que Elliot a été un monstre avec elle. » Il n’appelait plus son père « papa », il ne pouvait pas. Pour lui, cet homme était Elliot maintenant, le père déchu qu’il voyait sous un autre jour. « Pourquoi tu… » Ignatius chercha ses mots, il ne savait même pas au final quoi demander précisément, il ne savait plus ce qu’il avait envie de savoir ou non. « Pourquoi tu as laissé faire tout ça ? Pourquoi tu ne l’as pas protégé ? As-tu… L’as-tu au moins aimé un peu ? »

Il parlait de Agrippine, précisément, il ne savait pas encore s’il avait envie de connaître plus de détail concernant sa relation avec Dragonneau.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMer 25 Mar - 10:10


« Pour une fois. »

Combien de fois un cœur pouvait-il se briser le temps d’une seule conversation ? La ministre n’en savait rien, mais il devenait évident qu’elle n’allait pas tarder à le découvrir. Et en quelques minutes de discussion, elle battait d’ores et déjà des records.

Encore une fois, elle ne pouvait pas reprocher son amertume à Ignatius, mais ce n’était pas parce qu’elle la savait fondée qu’elle la trouvait pour autant plus supportable. Au contraire, même… Jamais il ne lui avait parlé de cette façon, jamais il ne l’avait regardée de cette manière… Il la méprisait, peut-être même qu’il la haïssait. Elle avait réussi à se faire haïr de la personne qu’elle aimait le plus inconditionnellement au monde. Ce constat aussi faisait mal. Un mal de chien.


« Je sais que Agrippine est la fille de Thésée Dragonneau. Je sais que Elliot a été un monstre avec elle. »

Bon… Elle s’était douté du fait qu’il avait dû connaître l’identité du père d’Agrippine. Puisque Thésée avait parlé à Agrippine, il semblait logique qu’Agrippine ait parlé à Ignatius. La connivence entre les deux ne lui plaisait pas du tout, mais c’était une bonne chose, dans le fond. Ils ne pourraient repartir sur aucune base solide, l’un et l’autre, s’ils ne mettaient pas de côté les non-dits. La vérité était violente, peut-être aussi n’était-elle pas pardonnable, mais… c’était la vérité.

Wilhelmina serra les dents quand Ignatius ajouta qu’Elliott avait été un monstre avec Agrippine. Elle n’aimait pas entendre son fils prononcer le nom de son père comme s’il était un étranger. Elle avait réussi à salir la mémoire de cet homme qu’elle avait profondément aimé, en dépit de son infidélité.

De même, elle avait envie de prendre la défense de son défunt mari quand Ignatius affirmait qu’il avait été un monstre avec Agrippine. Sauf qu’elle avait promis de ne plus mentir. Elle avait détourné la tête, elle avait minimisé la vérité, arrangé la réalité pour ne pas la voir en face, mais… oui ce qu’avait fait Elliott était monstrueux. Seule sa mauvaise foi pouvait l’encourager à observer les choses d’une manière différente.


« Pourquoi tu… Pourquoi tu as laissé faire tout ça ? Pourquoi tu ne l’as pas protégé ? As-tu… L’as-tu au moins aimé un peu ? »

C’étaient des questions auxquelles Wilhelmina s’était attendue, et elles étaient légitimes, bien sûr… Est-ce que la ministre n’avait pas des regrets, de ne pas être intervenus ? Si, parfois… Est-ce qu’elle détestait Agrippine ? Pas totalement… Mais sur le moment, haïr Agrippine avait été plus simple que de se haïr elle-même.


"Je…"


Rester sincère en cet instant était bien plus difficile qu’à un autre moment. Mais elle avait promis à Ignatius de lui répondre honnêtement, et c’est ce qu’elle ferait.


"Je n’ai jamais réussi…"


Réussi à aimer cet enfant qui avait gâché sa vie. Non, elle la voyait, et elle pensait à tout ce qu’elle avait gâché, que ce soit son histoire avec Elliott… ou avec Thésée.


"Elle est tout ce que j’ai échoué, tout ce que je…"


Elle ne trouvait plus ses mots… Elle pouvait être la reine de l’éloquence, au cours de ses nombreux discours, mais clairement, c’était moins simple quand son fils lui faisait face. Ce fils qu’elle était en train de perdre.


"J’espérais qu’il me pardonnerait, ainsi."


Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMar 4 Aoû - 16:47

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Sa mère ne semblait pas si sûre d’elle quand elle lui répondait, ce qui rassurait en parti Ignatius. Parce qu’il n’avait pas envi d’un beau et joyeux discours, il avait envie de la vérité. Il avait envie que sa mère se montre sincère avec lui pour une fois, parce qu’il avait le sentiment qu’elle n’avait jamais été sincère de sa vie. Ce qui était faux, mais forcément l’homme ne pouvait pas s’empêcher de remettre beaucoup de chose en question, dont l’amour de sa mère.

Elle lui affirma qu’elle n’avait jamais réussi donc… jamais réussi à aimer Agrippine. Ignatius ne comprenait pas comment c’était possible. Il n’avait pas d’enfant et parti comme c’était, il allait mettre un sacré moment avant d’avoir des enfants à tous les coups, mais il avait quand même beaucoup de mal à comprendre comment on pouvait… ne pas aimer son propre enfant, la chair de sa chair. Que son enfoiré de père – parce qu’il était un enfoiré pour s’en prendre ainsi à un être innocent –, ne soit pas capable d’aimer Agrippine… là il le comprenait (il ne comprenait juste pas comment on pouvait agir de cette façon, mais passons), mais sa mère aurait quand même dû l’aimer. L’aimer et la protéger en plus.

Mais elle espérait qu’il la pardonne. Ignatius avait eu envie d’avoir la vérité, mais il ne pouvait pas s’empêcher de trouver les mots de sa mère particulièrement difficiles à entendre. Comment avait-elle pu « vendre » ainsi sa fille, pour être pardonné de son mari.

« Tu t’es servi de ça pour qu’il te pardonne ? Pour ton erreur, tu l’as laissé tout prendre sur elle ? » Ignatius était effaré par ce qu’il découvrir. Il voulait savoir oui, mais c’était difficile à entendre. Il avait le sentiment que sa mère était tout autant un monstre que son père, parce qu’elle avait laissé faire. « Tu te rends compte à quel point c’est égoïste ? » Elle devait le savoir, elle n’avait surement pas attendu son jugement pour le savoir. « Si tu ne l’aimais plus, si vous n’étiez pas bien… je ne sais pas, tu aurais pu partir. » Est-ce que c’était ce qu’il aurait eu envie ? Au fond peut-être pas, mais réfléchis maintenant ça semblait mieux que de frapper une fille innocente. « Je suis quoi moi du coup ? Le fils d’un monstre et d’une femme incapable d’assumer ses erreurs ? »

Bon, il ramenait tout cela à lui et ce n’était pas réellement la question, mais en même temps Ignatius se retrouvait quand même à remettre beaucoup de chose dans sa vie en perspective. Il ne savait plus réellement qui il était, ce qu’il était, ce qu’il devait devenir. Ce qu’il pouvait envisager de devenir. Comment être un bon père par exemple, quand son propre père s’en était prix à une âme innocente pour se venger de la coucherie idiote de sa femme ? Est-ce que ça ne signifiait pas qu’il valait mieux qu’il ne soit rien de son côté, pour éviter d’être comme Eliott ?
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMer 5 Aoû - 12:34



« Tu t’es servi de ça pour qu’il te pardonne ? Pour ton erreur, tu l’as laissé tout prendre sur elle ? »


Dis comme ça, bien sûr, son comportement apparaissait d'autant plus inacceptable. Pourtant, pouvait-elle vraiment contredire Ignatius ? Non, elle ne le pouvait pas, puisqu'il disait vrai. Elle avait fermé les yeux, elle n'était pas intervenu, parce qu'elle n'osait plus rien faire ou dire de craindre de perdre Elliott.

Elle n'était pas fière de toutes les fois où elle avait fermé les yeux, mais à chaque fois, elle savait se trouver des excuses, pas forcément bonnes, bien sûr, mais des excuses en tout cas, elle minimisait ce qu'elle voyait ou entendait, elle quittait la pièce pour ne pas être confrontée directement à l'horreur. Elle avait fui, elle avait été égoïste, c'était la vérité, c'était un fait.


« Tu te rends compte à quel point c’est égoïste ? »

Oui, elle s'en rendait compte. Elle pouvait toujours se convaincre qu'elle n'avait pas agi que pour elle-même, qu'elle avait surtout pensé à Ignatius et à son mari, et c'était vrai, d'ailleurs, mais ça ne justifiait pas tout. Ce serait beaucoup trop simple que de s'appuyer sur ces simples explications et se dédouaner ainsi d'un comportement si malsain.


« Si tu ne l’aimais plus, si vous n’étiez pas bien… je ne sais pas, tu aurais pu partir. »

Ces mots lui faisaient du mal, mais elle prenait sur elle. Partir ? Elle y avait pensé, mais elle avait renoncé. En vérité, elle se demandait constamment ce qui se serait passé si elle avait fait le choix de quitter son époux pour rejoindre son amant. Mais elle avait fait un autre choix... Pour son fils une fois de plus, et cette fois c'était entièrement vrai, parce que si elle avait décidé de partir, de divorcer, jamais Elliott ne l'aurait laissé obtenir la garde de leur enfant... et elle savait pertinemment qu'elle n'aurait pas pu gagner à ce jeu-là.


« Je suis quoi moi du coup ? Le fils d’un monstre et d’une femme incapable d’assumer ses erreurs ? »

"Non, bien sûr que non !"
réagit Wilhelmina quand Ignatius lui posa ces questions qui lui fendaient très sûrement le coeur. "Ton père n'était pas un monstre, Ignatius, il a fait des erreurs, mais ce n'était pas un monstre." Elle le pensait en effet... Elliott, pour bien des raisons, était un homme que Wilhelmina continuait d'aimer et d'estimer. "Et toi... tu es ce que j'ai de plus précieux au monde", ajouta-t-elle. C'était vrai. Si elle devait tout perdre, sa réputation, son poste, tout, pour le garder, pour se faire pardonner, elle le ferait. "C'est pour toi que je ne suis pas partie. Je voulais te protéger, je ne voulais pas te perdre."



Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeSam 19 Déc - 23:07

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Évidemment, sa mère tentait de défendre son père. Sauf que quoi qu’elle dise, Ignatius ne pouvait pas la croire. Ce serait beaucoup plus facile forcément, tellement plus facile. Il suffirait qu’il se dise que Elliott Tuft n’était pas un monstre, qu’il avait juste fait des erreurs et qu’on pouvait lui pardonner. Ainsi, on tournerait tous joyeusement la page et ce serait terminé. Ce serait si facile, mais c’était impossible. Ignatius avait beaucoup trop fermé les yeux sur toute cette histoire. Il avait conscience qu’en réalité, il l’avait toujours su, mais qu’il avait simplement décidé de ne pas le voir, parce que c’était plus facile de ne pas le voir. Et maintenant, le jeune homme n’avait aucune envie de se contenter de la facilité.

Il ne répondit rien donc, aux propos de sa mère, se contentant juste d’éviter son regard parce qu’il ne pouvait définitivement pas la croire. Et quand elle affirma qu’il était ce qu’elle avait de plus précieux au monde, le jeune homme aurait aimé ne pas être du tout touché par les paroles de sa mère, mais il décida de les ignorer. Il valait mieux qu’il ne se laisse pas attendrir par ses paroles, même si c’était vraiment compliqué. Bien sûr qu’il aimait l’idée que sa mère l’aime, qu’elle tienne à lui au point de ne pas supporter de le perdre, au point de le protéger et donc… et donc de rester auprès de son mari dans le but de pouvoir être avec lui, même si ce mari frappait sa fille.

« Donc… » Ignatius marqua une pause, tournant son regard vraiment vers celui de sa mère. « Tu veux dire que c’est à cause de moi qu’elle a subi tout ça ? » Elle était restée auprès de son mari parce qu’elle ne voulait pas le perdre. Agrippine avait du coup subi tout ça parce qu’elle n’avait pas quitté son mari pour le protéger lui, pour rester à ses côtés. Ignatius se doutait que ce n’était pas ce que sa mère avait eu envie de lui dire, mais c’était ainsi qu’il comprenait les choses. « Si je n’avais pas été là, Agrippine aurait pu avoir une enfance normale. »

C’était peut-être trop strict comme vision des choses, mais c’était ainsi que Ignatius interprétait les paroles de sa mère, qu’il comprenait les évènements de leur passé. Sa mère aurait pu partir, mais pour cela il aurait fallu qu’il ne soit pas là. Alors, lui avait eu une enfance parfaite, pendant sa sœur prenait tout dans la figure. Super le poids sur ses épaules.

« J’espère que tu en as bien profité, parce que tu m’as complètement perdu là. » Décréta-t-il.

C’était dur, et clairement ça lui déchirait le cœur de dire ça, mais il ne pouvait pas faire autrement. Il ne pouvait pas ignorer ce que sa mère avait laissé faire, il ne pouvait pas juste passer l’éponge sur ça. Même si lui de son côté avait en prime le sentiment d’avoir aussi perdu beaucoup, et qu’il se sentait plus perdu que jamais.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMar 22 Déc - 13:01


« Donc… Tu veux dire que c’est à cause de moi qu’elle a subi tout ça ? »

Wilhelmina baissa les yeux. Elle avait redouté que son fils interprète les choses de la sorte, et visiblement, elle ne s'était effectivement pas trompée... C'était normal, elle ne trouvait pas les bons mots, et loin de le rassurer, voilà qu'elle le culpabilisait à la place. Elle s'était rarement senti aussi mal.

Elle avait eu peur d'assumer ses choix et ses erreurs, c'était une chose qui l'avait toujours angoissée en présence d'Agrippine, c'était une chose qui l'avait angoissée au moment d'avouer toute la vérité à Thésée, mais il n'y avait rien de pire que de supporter la réaction d'Ignatius. Elle était en train de le perdre, c'était aussi simple que ça. Ignatius était dorénavant sa seule raison d'être, et elle était en train de le perdre.

Non, bien sûr, tout ça n'était pas de la faute d'Ignatius. Il y avait deux grands responsables à ce qui était arrivé à Agrippine : elle et Elliott. Elliott n'était plus là pour répondre de ses actes, il était normal que Wilhelmina accuse le blâme. Normal mais douloureux.


« Si je n’avais pas été là, Agrippine aurait pu avoir une enfance normale. »

Peut-être pas, non ? Qui sait si, sans Ignatius, elle aurait vraiment été capable de quitter son mari ? Qui sait même comment aurait évolué sa relation avec Thésée. Elle ne voulait pas l'imaginer, elle ne voulait pas imaginer la vie qu'elle aurait pu avoir sans Ignatius. Comme elle ne voulait pas imaginer continuer sa vie sans lui maintenant.

Il lui échappait, il lui glissait entre les doigts, mais elle ne se sentait pas capable de l'accepter...


« J’espère que tu en as bien profité, parce que tu m’as complètement perdu là. »

"Ignatius..."

Elle ne savait pas quoi faire pour le retenir, mais elle ne voulait surtout pas qu'il s'en aille. Les mots glissaient tout seuls de ses lèvres, et elle savait bien qu'ils n'avaient que peu de sens. Elle voulait juste le retenir, par tous les moyens.


"S'il te plaît... je suis tellement désolée."
Elle marqua une pause. "Dis-moi ce que je peux faire. Je ferai n'importe quoi..."

A bas la dignité. Ses opposants politiques se paieraient certainement sa tête en la voyant à ce point diminuée, à supplier son fils pour obtenir son pardon. Mais elle ne voulait pas le perdre, c'est tout. Si elle le perdait, elle perdait tout.

Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeLun 20 Sep - 16:06

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Ignatius devait faire preuve d’une grande force morale pour ne pas juste abandonner ses reproches, sa colère. La situation était claire, il y avait une fracture qui était née et il était impossible qu’elle se consolide. Ignatius ne pouvait pas juste l’ignorer. L’envie ne manquait pas pourtant, ce serait bien plus simple de se contenter de faire comme si de rien n’était, comme s’il n’y avait rien eux. Après tout, lui avait eu l’enfance parfaite, lui avait eu la chance d’être aimé de ses deux parents et n’avaient pas eu à subir les contre coups d’une erreur de sa mère. Alors, en soit, il pourrait aisément faire comme si de rien n’était.

Mais non, il ne pouvait pas agir de cette façon. S’il le faisait, Ignatius ne serait qu’un lâche, au même titre que sa mère quand elle avait décidé de fermer les yeux sur ce que son mari faisait à son enfant, au lieu de chercher à protéger cette enfant. S’il fermait les yeux, il agirait exactement comme tout le monde et Agrippine serait encore la victime. Il ne pouvait pas rattraper les erreurs de son père, il ne pouvait pas revenir en arrière pour changer les événements, mais il pouvait au moins tenter de se montrer digne. Même si ça n’avait rien de facile et qu’au fond, il pouvait comprendre qu’il était plus facile de fermer les yeux, que d’assumer les choses. Ce serait plus simple, mais il ne le ferait pas, même si ça lui arrachait le cœur de voir sa mère dans cet état. Une femme si digne, si forte, qui portait actuellement le monde magique sur ses épaules, qui avait été une idole pour Ignatius…

Le pire, c’était qu’il était persuadé que sa mère était sincère en lui affirmant qu’elle était désolée, qu’elle serait capable de faire n’importe quoi juste pour se faire pardonner, juste pour ne pas le perdre. Ignatius n’avait aucune envie de la perdre non plus, mais il ne pouvait pas à son tour trahir sa sœur. Dans un monde idéal, Ignatius demanderait à ce que Agrippine pardonne à sa mère, qu’ils puissent former une belle famille ensemble maintenant que Eliott ne se trouvait plus là. Mais c’était évidemment quelque chose qui ne pouvait pas arriver.

« Il n’y a qu’une seule chose que tu puisses faire. » Répondit-il, en tentant de garder le plus possible sa voix posée. Son cœur battait la chamade. Il n’était pas sûr d’avoir été vraiment prêt pour ce genre de moment, pour cette discussion. Mais il ne pouvait pas revenir en arrière, il se devait d’être fort et surtout de tenir à ses convictions. Au fond, Ignatius avait choisi son camp et il devait perdre sa mère pour ça. Même si ça lui déchirait aussi le cœur. « Sortir d’ici et vivre ta vie. » C’était tellement difficile à prononcer. « Je ne veux plus jamais te voir. » Termina-t-il en ne parvenant pas à maintenir son regard sur sa mère.

Mais c’était la seule solution, la meilleure chose à faire.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Wilhelmina Tuft
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 268
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeMar 21 Sep - 12:25


« Il n’y a qu’une seule chose que tu puisses faire. »

Ignatius n'avait pas fini sa phrase que Wilhelmina ne savait malheureusement que trop bien où son frère voulait en venir. Malgré tout, elle était incapable de se résigner. Jusqu'à ce que les mots soient prononcés, elle garderait l'infime, l'absurde espoir, qu'il daigne lui fixer une condition, n'importe laquelle, qui lui permettrait de rattraper les trop nombreuses erreurs qu'elle avait commises.

Elle avait besoin de croire qu'Ignatius tenait trop au lien si particulier qu'il y avait entre eux pour ne pas vouloir lui donner une seconde chance en dépit de ce qu'elle avait fait. Elle était prête à être mise à l'épreuve, elle était prête à faire toutes les concessions du monde, mais ce n'était finalement pas ce que son fils attendait d'elle. Les mots étaient attendus, mais au moment de les entendre franchir le seuil de ses lèvres, ils ne furent pas moins douloureux, bien au contraire.


« Sortir d’ici et vivre ta vie. Je ne veux plus jamais te voir. »

Les mots étaient terribles, mais ce qui l'était encore davantage, c'était de sentir qu'Ignatius le pensait bel et bien. Sans doute avait-il, en pensée, fait le tour de la question, et c'était là la seule conclusion acceptable à ses yeux : non, il ne devait plus jamais voir sa mère : il estimait qu'il ne serait jamais capable de lui pardonner, et qu'il était préférable qu'elle s'en aille.

"Mais Ignatius...", tenta-t-elle de s'exprimer entre deux slogans.

Elle était une politicienne, et à ce titre, elle savait s'exprimer, elle possédait ce sens de la rhétorique qui sied à ceux qui doivent vous endormir avec de beaux discours, mais auprès de son fils, elle se sentait diminuée, impuissante. Elle savait qu'elle menait un combat perdu d'avance. Jamais Ignatius ne lui pardonnerait. Il était trop tard... Il était trop tard... C'était une chose qu'elle se sentait incapable d'accepter.


"C'est toi, ma vie."

C'était vrai, quelle vie pourrait-elle prétendre mener si son fils n'en faisait pas partie. Oui, elle était ministre, avec toutes les responsabilités que cela induisait, mais cela ne signifiait rien pour elle si elle devait perdre la chair de sa chair dans le processus.


"Ne m'abandonne pas, s'il te plaît. Je ferai n'importe quoi..."


Revenir en haut Aller en bas
SORCIER
Ignatius Tuft
Ignatius Tuft
▌ Messages : 444
Humeur :
Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitimeSam 15 Avr - 21:10

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule.
Ignatius se doutait qu’il ne suffisait pas qu’il demande à sa mère de partir et vivre sa vie sans lui pour qu’elle le fasse. En un sens, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il préférait quand même qu’elle pose un peu de résistance, parce que sinon cela signifierait qu’elle n’avait plus aucun sentiment pour lui, qu’elle ne l’avait jamais porté en estime. Mais en même temps… c’était difficile pour lui de tenir ses engagements avec l’attitude de sa mère. Il savait que c’était la meilleure chose à faire, il savait que c’était ce qu’il devait faire. Il ne pouvait pas continuer de vivre une vie « normale » avec sa mère, alors qu’il connaissait l’histoire de sa sœur, alors qu’il avait entendu les explications de la ministre. Il se sentait responsable du mal qui avait été causé à sa sœur, même si sa mère prétendait le contraire. S’il n’avait pas été là, elle aurait peut-être quitté son mari et ils n’en seraient pas là…

Il ne pouvait pas tout concilier, il se devait de faire un choix. Le choix était rude, mais il se devait d’être fait… son choix était sa sœur, tout simplement et pour ça, il devait juste tirer une croix sur Wilhelmina. Même s’il la voyait pleurer, lui affirmer que c’était lui sa vie. Il savait… en un sens, il le savait, ils tenaient énormément l’un à l’autre, sa mère était tellement importante pour lui aussi, mais il ne devait pas céder. Les larmes aux yeux, il ne parvenait pas à regarder sa mère alors qu’elle le suppliait de ne pas l’abandonner, qu’elle lui affirmer faire n’importe quoi… il ne devait pas céder, il se devait de respecter Agrippine.

Sans prononcer le moindre mot, Ignatius s’approcha de la porte de son appartement et l’ouvrit. Il ne fut toujours pas capable de lever son regard vers sa mère et il pensait d’ailleurs qu’il valait mieux qu’il ne le fasse pas, pour être certain de ne pas craquer.

« Sors d’ici. » Dit-il sèchement, sans regarder sa mère donc.

Il attendait simplement qu’elle quitte son appartement, parce qu’il fallait qu’elle le fasse. Elle devait sortir de sa vie. Ça le tuait de devoir prendre cette décision, mais il n’avait pas le choix. Elle devait partir, il devait se concentrer sur les vraies bonnes choses de sa vie. Il n’y avait aucune solution pour pardonner à sa mère. C’était tout bonnement impossible que le jeune homme puisse continuer comme si de rien n’était, qu’il porte encore de l’affection pour sa mère après ce qu’il avait appris. Et en même temps… il sentait son cœur se déchirer en mille morceaux en cet instant précis.

Mais c’était ce qu’il devait faire…
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Empty
Message#Sujet: Re: Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)   Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsqu'un enfant cesse d'aimer sa mère, c'est un monde qui s'écroule (Ignatius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)
» Une mère aimante pardonne toujours à son enfant. (Maman <3)
» En prenant l'enfant par la main, on prend la mère par le coeur. (Caspar)
» A chaque enfant qui naît, Le monde recommence. (Raziel)
» Chacun a père et mère, mais rien de plus difficile à trouver qu'un frère. [pv Ignatius :33]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement d'Ignatius Tuft
-