AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
-31%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer – LENOVO Legion 15,6 » FHD
899 € 1299 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeMar 10 Mar - 14:53


Il était assez rare que Clarice passe ses week-ends à Poudlard. Très souvent, elle rentrait chez elle, que ce soit parce que ses parents réclamaient sa présence ou parce qu'elle devait passer un nième examen médical. L'infirmière de Poudlard prenait en charge son suivi, mais ses parents n'avaient jamais lésiné sur les experts à consulter quand il était question de sa santé fragile, qui devait être surveillée constamment.

Cette fois ne faisait pas exception. Elle avait passé une batterie d'examens auprès d'un spécialiste qui résidait à Pré-au-Lard (adresse pratique). Par rapport à d'autres fois, ça s'était plutôt bien passé, on va dire. En tout cas, il n'y avait rien de plus à signaler que ce qu'on savait déjà. Un coup d'épée dans l'eau.

C'était sa mère qui l'avait accompagnée à ce rendez-vous, comme bien souvent, puisque son père, lui, devait travailler (et de manière générale, ses parents l'accompagnaient rarement ensemble. Elle savait qu'ils ne s'entendaient pas tous les deux, elle n'était pas aveugle, mais elle s'en fichait du moment qu'ils l'aimaient elle, et c'était le cas. L'idée qu'ils puissent se disputer son affection était d'ailleurs assez agréable).

Une fois l'examen médical fini, il n'était pas question pour Clarice de rentrer immédiatement chez elle. Elle aimait passer du temps avec sa mère, d'une parce qu'elle faisait partie de ces rares personnes avec qui la vert et argent ne trichait pas, de deux parce que sa maman poule avait tendance à tout lui accorder. Et justement, la très coquette Clarice avait très envie de refaire le plein de sa garde-robe, même si cette dernière débordait déjà d'une multitude de tenues plus élégantes et onéreuses les unes que les autres.


"Et celle-ci, qu'est-ce que t'en penses ?"
demanda-t-elle en sortant d'une cabine avec la dixième tenue qu'elle essayait, une longue robe couleur emmeraude.

Clarice s'observa sous tous les angles dans le miroir. Une fois n'est pas coutume, elle aimait ce qu'elle voyait. Eh oui, Clarice se trouvait belle et elle n'avait pas peur du tout de le dire.


"Je crois qu'ils l'ont à ta taille. Tu devrais l'essayer aussi, elle irait parfaitement avec tes yeux."


Clarice et l'art de brosser les autres dans le sens du poil.



_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Eurydice Carrow
▌ Messages : 82
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : Trevor Carrow

QUI SUIS-JE?
Baguette: 29,1 cm, bois d'acacia & aile de fée
Camp: Neutre
Avatar: Anne Hathaway

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeMar 21 Avr - 13:06

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Eurydice attentait en général les weekends avec impatience. Pas parce qu’elle voulait se reposer d’une dure journée de labeur (d’autant plus qu’elle ne travaillait évidemment pas) mais parce que sa fille rentrait tous les weekends, et donc, Eurydice pouvait s’occuper de sa petite princesse et passer du temps avec elle. Sa fille lui manquait dès qu’elle retournait à Poudlard, et en plus du manque, la jeune femme était sans cesse inquiète pour sa fille, parce qu’elle était fragile et malade.

Elle écrivait beaucoup à sa fille (tous les jours en fait) parce qu’elle voulait de ses nouvelles tout le temps et qu’elle avait beaucoup de mal à être séparée d’elle. Le cordon n’était clairement pas coupé de son côté, et elle avait envie de penser que c’était la même chose du côté de Clarice. Et quand elle recevait la réponse de sa fille, et donc une lettre de Poudlard, elle avait inconsciemment toujours peur qu’on lui annonce une mauvaise nouvelle.

Mais heureusement, cela n’était jamais arrivé, et elle ne voulait pas que cela arrive. Comme souvent, elle avait accompagné sa fille à ses examens médicaux. Elle en passait depuis sa naissance, et cela n’était jamais une partie de plaisir, parce qu’on ne leur annonçait jamais qu’elle allait mieux, et qu’elle allait pouvoir guérir. Ce n’était pas possible, et Eurydice en voulait vraiment à Trevor pour le coup. Même s’il n’avait pas voulu directement que sa fille soit malade, il était tout de même responsable de son état.

"Et celle-ci, qu'est-ce que t'en penses ? Je crois qu'ils l'ont à ta taille. Tu devrais l'essayer aussi, elle irait parfaitement avec tes yeux."

Eurydice observa sa fille avec tendresse et fierté. Elle appréciait toujours ces petits moments mère-fille, où elles pouvaient passer du temps ensemble. Il n’y avait rien qu’Eurydice n’offrirait pas à sa princesse. Elle donnerait tout et n’importe quoi pour sa fille, pour lui donner le sourire et lui faire un peu oublier sa condition. Eurydice avait été vraiment attristée de savoir que sa fille ne serait jamais maman, peut-être plus que Clarice elle-même. Parce que depuis son mariage, sa fille était ce qui lui était arrivé de mieux, et la seule chose heureuse qui soit arrivée d’ailleurs. Elle aurait voulu que sa fille puisse connaître ça, mais de toute évidence, le sort continuait de s’acharner sur elle.

Eurydice se leva du fauteuil où elle était installée et s’approcha de sa fille dans son dos. Elle écarta tendrement ses mèches derrière son dos et la regarda à travers le miroir, ses mains posées sur ses épaules.

« Absolument ravissante, tu es magnifique ma chérie. Et je suis certaine qu’elle te va beaucoup mieux qu’elle ne pourrait m’aller. »

black pumpkin

_________________

- Eurydice Carrow -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeMer 22 Avr - 10:45


Eurydice se positionna derrière elle pour admirer leurs reflets joints dans le miroir et la tenue que l'adolescente venait juste d'enfiler. L'image qui s'imprimait dans la rétine de la vert et argent était quelque part un parfait résumé de ce qu'était sa vie. Un parent toujours attentif derrière elle, qu'il s'agisse de sa mère ou de son père, et elle qui s'abandonnait à toutes les frénésies dépensières que lui autorisaient ses géniteurs.

Clarice contempla encore leur reflet quelques instants. Aucun doute qu'elles étaient mère et fille, et puisqu'on disait toujours qu'il suffisait de voir la mère d'une jeune femme pour se faire une idée de son avenir, physiquement parlant, Clarice était assez ravie de ce que la génétique planifiait pour elle. Car quand bien même elle n'était évidemment pas objective, elle ne trouvait aucune femme au monde plus belle que sa mère. Et elle était ravie de pouvoir un jour lui ressembler... Du moins si elle parvenait à atteindre son âge. Ce qui n'était pas forcément gagné, en vérité. Et ça lui faisait peur... de plus en plus peur, même si elle n'en montrait rien en cet instant.


« Absolument ravissante, tu es magnifique ma chérie. Et je suis certaine qu’elle te va beaucoup mieux qu’elle ne pourrait m’aller. »

Clarice adressa un sourire rayonnant à sa mère à travers le miroir. Elle n'avait pas besoin de l'entendre lui affirmer qu'elle était magnifique pour le croire. Elle le savait pertinemment. Elle en était convaincue avec toute la prétention du monde. On lui avait assuré si souvent qu'elle était belle que ce n'était pas rentré dans l'oreille d'un sourd. Ce n'est pas pour autant que Clarice se lassait de ce genre de compliments pour autant, cela étant dit.


"Tu parles, tu pourrais essayer un manteau en peau de veracrasse que tu resterais la plus belle"
, répondit Clarice en se retournant vers sa mère.

Elle le pensait oui, mais elle ne la flattait pas sans raison bien sûr, c'était évidemment dans le but de l'amadouer, comme elle le faisait avec beaucoup d'autres. A la différence près qu'avec sa mère, elle n'avait pas besoin de mentir, et à peine besoin d'en rajouter.


"Je pense que je vais la prendre"
, dit-elle en baissant le regard sur sa robe. "Et la bleue. Et le manteau de fourrure que j'ai essayé tout à l'heure."

Le tout coûterait éventuellement une somme astronomique à sa mère. Mais ses parents ne lui refusaient jamais rien, ce n'était pas maintenant que ça allait commencer.


"Tu es sûre que tu veux rien essayer ? Papa te verrait dans une robe comme ça, il serait subjugué, c'est sûr."



_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Eurydice Carrow
▌ Messages : 82
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : Trevor Carrow

QUI SUIS-JE?
Baguette: 29,1 cm, bois d'acacia & aile de fée
Camp: Neutre
Avatar: Anne Hathaway

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeJeu 2 Juil - 10:06

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Eurydice ne pouvait que trouver sa fille magnifique. Il est vrai qu’en tant que mère, son avis était peut-être un peu biaisé, mais en tant que femme, elle savait tout de même reconnaître que Clarice était une très belle jeune femme. Elle gardait encore quelques traits de l’enfance, mais ils disparaîtraient bien assez tôt. Ce qui ne rajeunissait pas Eurydice, mais elle était tellement heureuse de voir sa fille passer chaque année un nouvel anniversaire contrairement à ce que disaient les médecins…

En tout cas, elle était clairement la plus belle à ses yeux, et elle adorait plus que tout la gâter. Rendre sa fille heureuse, c’était tout ce qu’elle pouvait faire. Pourtant, elle savait bien qu’elle ne pouvait pas le faire totalement. Parce que Clarice était malade, et qu’elle souffrait. Eurydice en souffrait aussi, mais elle tentait d’alléger sa douleur comme elle le pouvait. Si elle pouvait tout prendre pour que Clarice n’ait plus mal elle le ferait sans une once d’hésitation. Sa fille passait avant tout, cela avait toujours été le cas et ça ne risquait pas de changer.

Peut-être qu’elle ne devrait pas la gâter autant, mais elle ne voyait pas pourquoi elle s’en abstiendrait. Faire plaisir à sa fille était un grand bonheur pour elle, et elle adorait plus que tout, ces moments de complicités qu’elle pouvait passer avec Clarice. Elle savait bien que la jeune fille était très aimée par toute la famille, pas seulement elle, et elle appréciait d’autant plus ces instants privilégiés. Une relation mère/fille, ce n’était pas banal, c’était un lien important. Plus important que tout le reste à ses yeux, mais encore une fois, son avis était sûrement biaisé par la place qu’elle occupait, et sa situation.

"Tu parles, tu pourrais essayer un manteau en peau de veracrasse que tu resterais la plus belle"

Eurydice afficha un léger sourire. Elle ne savait pas si Clarice était sincère, ou si elle faisait en sorte de la flatter pour avoir ce qu’elle voulait (oui elle connaissait tout de même bien sa fille) mais c’était quelque chose qui faisait toujours plaisir à entendre, même de la part de sa fille. Eurydice avait conscience de ne pas être repoussante, et que dame nature avait été plutôt clémente avec elle, mais elle n’avait cependant la prétention de se déclarer la plus belle non plus. Tout était une affaire de goût après tout.

"Je pense que je vais la prendre. Et la bleue. Et le manteau de fourrure que j'ai essayé tout à l'heure. Tu es sûre que tu veux rien essayer ? Papa te verrait dans une robe comme ça, il serait subjugué, c'est sûr."

Eurydice avait presque envie de rire, tant ce que venait de lui dire sa fille était absurde. Rire jaune bien sûr, mais l’idée que Trevor puisse être subjugué par elle en fonction de ce qu’elle portait était totalement absurde. Clarice ne pouvait rien en savoir, même si elle savait qu’ils ne s’entendaient pas bien, elle ignorait tout du fond du problème. Eurydice avait déjà été tentée de le lui dire, pour faire du mal à Trevor, mais elle ne le ferait pas. Pas pour protéger son mari, mais pour ne pas perturber sa fille, elle n’avait pas besoin de ça. La vérité était qu’elle pouvait bien porter cette robe, un manteau en peau de veracrasse ou rien que Trevor s’en ficherait totalement. Ou plutôt il serait dégoûté à chaque fois. Au final, elle préféra ne rien répondre à cela, elle embrassa tendrement le front de sa fille à la place.

« Prends ce que tu veux ma chérie, tant que ça te fait plaisir. »

black pumpkin

_________________

- Eurydice Carrow -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeVen 3 Juil - 12:46


« Prends ce que tu veux ma chérie, tant que ça te fait plaisir. »

Clarice afficha un très large sourire et décida de ne pas insister davantage. Elle n'était pas de ces adolescents désespérés de voir ses parents se déchirer. Au contraire, elle en tirait, en ce qui la concernait, un certain avantage. Plus ses parents ses divisaient, plus ils s'arrachaient, par la même occasion, plus elle était susceptible d'en bénéficier de son côté.

L'essentiel, pour elle, c'était que ses parents n'oublient jamais de la gâter et de prendre soin d'elle. La seule chose qui lui importait, c'était d'être la prunelle de leurs yeux, et Eurydice lui prouvait que c'était le cas, en lui offrant de prendre tout ce qui lui faisait envie en boutique.

Il ne fallait pas le lui dire deux fois. Quand il était question de shopping (ou de n'importe quoi), la vert et argent n'y allait jamais de main morte, vraiment pas. Pourquoi est-ce qu'elle se priverait alors que ses parents étaient capables de tout lui offrir ?


"Merci, t'es la meilleure maman du monde, merci, merci !"
fit Clarice en prenant sa mère dans ses bras.

Même si pour elle, c'était tout naturel qu'on se plie en quatre pour lui faire plaisir, elle savait donner le change aussi. Plus elle serait une fille parfaite et affectueuse, plus on lui rendrait cette affection. Et quand il était question de ses parents, il n'était pas difficile de faire semblant. Ils faisaient partie de ces rares personnes qu'elle aimait sincèrement, profondément, sans avoir besoin de se forcer ou de prétendre.

Elle se fit donc plaisir et fit acheter à sa mère une bonne dizaine de tenues, plus somptueuses les unes que les autres, qu'elle ne porterait peut-être qu'une seule fois pour certaines. Et quand elles sortirent de la boutique, c'était les bras chargés de paquet.


"On va boire une bièraubeurre ?"
suggéra-t-elle une fois qu'elles eurent quitté les lieux.

Elle n'avait pas l'intention de s'arrêter là. Elle comptait bien consacrer cet après-midi entière à sa mère, même si elle avait le sentiment que cette dernière était un peu ailleurs. Ou en tout cas, elle n'avait pas l'air très bavarde. En soi, ça ne dérangeait pas Clarice qu'elle n'ait pas choisi de tenue. Mais le fait qu'elle ne se soit pas prêtée au jeu lui donnait le sentiment que ça n'allait pas. Et elle n'aimait pas ne pas suffire au bonheur de sa mère.


_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Eurydice Carrow
▌ Messages : 82
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : Trevor Carrow

QUI SUIS-JE?
Baguette: 29,1 cm, bois d'acacia & aile de fée
Camp: Neutre
Avatar: Anne Hathaway

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeSam 12 Sep - 20:57

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Eurydice avait toujours aimé gâter sa fille, et ce n’était pas quelque chose qui changerait. Dans ces moments-là, elle était encore sa petite fille, celle qui avait besoin d’elle. Pas cette jeune femme qui était d’ores et déjà fiancée. Elle voudrait pouvoir garder Clarice pour elle, ne jamais la laisser à qui que ce soit, et encore moins un homme, mais elle savait qu’elle n’avait pas le choix. C’était pour son bien, pour sa réputation. Mais si elle pouvait, elle la sauverait de cette vie. Eurydice aurait aimé qu’on la sauve.

Pour le moment, elle se contentait de la rendre heureuse, autant qu’elle le pouvait. Et si c’était en lui offrant des cadeaux hors de prix, elle le faisait, sans se poser de questions. Non, Clarice n’avait pas besoin de tout cela, et oui c’était beaucoup d’argent, mais ça n’avait aucune importance, quand Clarice lui souriait comme ça en retour. Elle semblait si heureuse, et surtout, elle ne semblait même plus malade. Ça aussi, c’était quelque chose qu’Eurydice voudrait désespérément changer, mais elle était totalement impuissante, et ça la frustrait au plus au point, en plus de la détruire.

"Merci, t'es la meilleure maman du monde, merci, merci !"

Eurydice lui rendit son étreinte en souriant. Elle ne savait pas si Clarice le pensait vraiment, mais c’était tout de même des mots qu’elle aimait entendre. Elle faisait tout pour être une bonne mère pour Clarice, pour être la mère qu’elle voulait avoir. Elle en était presque devenue dépendante de sa fille, et si elle perdait son affection et son amour, elle n’y survivrait probablement pas. Mais là, sa fille était radieuse, et c’était la plus belle chose qui soit, même si malheureusement, ça ne serait que de courte durée, elle le savait. Il y avait forcément un moment où elle se sentirait mal.

"On va boire une bièraubeurre ?"

Ce n’était définitivement pas une question à laquelle elle pouvait répondre par la négative. Tant qu’elle pouvait passer du temps seule avec sa fille, elle glanait toutes les minutes qu’elle pouvait. Elle n’aimait pas devoir partager Clarice, mais elle savait qu’elle ne pouvait pas non plus l’empêcher de passer du temps avec son père, et elle n’avait pas envie de le faire. Mais elle voulait pouvoir profiter d’elle le plus possible. Elle hocha la tête avec un sourire et entra dans l’échoppe avec sa fille, puis s’installa avec elle à une table.

« C’est une bonne idée que tu as eue. Alors, dis-moi, comment ça se passe à l’école ? »

black pumpkin

_________________

- Eurydice Carrow -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeLun 14 Sep - 13:12


Bien sûr, la réponse de sa mère ne pouvait qu'être positive, Clarice n'avait pas posé la question en suggérant que sa maman puisse avoir le choix. Quand Clarice proposait quelque chose, on avait tout intérêt à se plier à ses exigences.

Et si on ne le faisait pas ? Alors, Clarice savait exactement quoi faire pour culpabiliser son interlocuteur jusqu'à ce qu'il finisse par céder. Cela dit, avec sa mère, cela arrivait bien rarement, elle cédait généralement à la plupart de ses caprices, et Clarice ne l'aimait que d'autant plus.

Alors elles prirent effectivement place aux Trois-Balais. A la perspective de boire une bonne bièraubeurre, Clarice sentait l'appétit lui venir. Si la bièraubeurre ne lui calait pas l'estomac, elle s'arrangerait pour que sa mère lui offre de quoi se gaver de bonbons pour les prochains jours. Bon, elle devait faire attention à sa ligne. Déjà parce qu'elle surveillait son apparence. Et puis, ce serait dommage qu'elle ne rentre bientôt plus dans ses robes toutes neuves. Ce serait un vrai gâchis.

« C’est une bonne idée que tu as eue. Alors, dis-moi, comment ça se passe à l’école ? »

Bien sûr que c'était une bonne idée, ses idées étaient toujours les meilleures, on du moins, c'était de cette façon qu'elle pensait toujours, et dont on l'avait toujours convaincue de penser, par la même occasion.

Quand elle lui demanda comment ça se passait, à Poudlard, Clarice ne reprocha pas sa question à sa mère. Tout ce qui pouvait éventuellement lui permettre de parler d'elle l'arrangeait bien.


"Les cours, je dirais que ça dépend. McGonagall, la nouvelle prof de métamorphose, m'a dans le nez, je suis sûre, je la trouve insupportable."


Elle exagérait, le fait qu'elle soit très mauvaise en métamorphose n'y était évidemment pour rien, n'y pensez pas. De manière générale, Clarice n'était pas une très bonne élève. Pas parce qu'elle était stupide pour autant, en tout cas elle ne le pensait évidemment pas.


"Et puis, je suis tout le temps fatiguée, en ce moment, ça aide pas."


Il fallait toujours qu'elle rappelle son état de santé fragile (des fois que ses parents soient vraiment capables de l'oublier), manière de rappeler pourquoi il fallait qu'on la bichonne. Même si elle ne mentait pas malgré tout. La fatigue était de plus en plus présente, de plus en plus préoccupante.

"Sinon, j'ai un peu parlé avec Black, récemment."


_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Eurydice Carrow
▌ Messages : 82
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : Trevor Carrow

QUI SUIS-JE?
Baguette: 29,1 cm, bois d'acacia & aile de fée
Camp: Neutre
Avatar: Anne Hathaway

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeJeu 19 Nov - 18:55

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il était normal, même capital pour Eurydice de savoir comment les choses allaient pour Clarice à Poudlard. Eurydice n’avait pas la possibilité de garder constamment sa fille à l’œil pour s’assurer que tout allait au mieux. Et pourtant, cela ne lui déplairait pas. Elle avait besoin de savoir que sa fille allait bien, enfin, qu’elle allait au mieux de ce qu’elle pouvait aller, parce que malheureusement, elle ne serait jamais vraiment bien.

Au-delà de ça, elle ne pouvait pas être dispensée d’étudier à Poudlard. Eurydice aurait aimé pouvoir la garder à la maison, et la couver tous les jours, mais ce n’était pas possible. Elle devait faire avec, et elle tentait de passer le plus de temps avec elle quand c’était possible. Ce n’était pas forcément assez, mais c’était déjà ça. Et tant que Clarice ne lui disait pas qu’elle en avait assez de l’avoir sur le dos, Eurydice ne comptait pas changer de comportement vis-à-vis de sa fille.

Toutefois, Eurydice savait que Clarice aimait que l’on s’occupe d’elle, ce n’était pas nouveau. La jeune femme n’avait rien avec ça. En général, à l’âge de Clarice, les enfants ont plutôt envie d’indépendance, et que les parents leur lâchent un peu la grappe. Eurydice avait au moins la chance d’avoir une fille certes malade, mais qui aimait qu’on la traite toujours comme une enfant, dans une certaine mesure.

"Les cours, je dirais que ça dépend. McGonagall, la nouvelle prof de métamorphose, m'a dans le nez, je suis sûre, je la trouve insupportable."

Ce n’était pas quelque chose qu’Eurydice aimait entendre. Elle n’avait pas la moindre envie qu’on prenne sa fille en grippe. Eurydice était le genre de parent insupportable qui ne remettait jamais le comportement de son enfant en question face aux enseignants, c’était forcément de leur faute, et Clarice n’avait pas à subit de pression supplémentaire, elle en bavait bien assez comme ça.

“Tu veux qu’on prenne rendez-vous avec elle ?”

"Et puis, je suis tout le temps fatiguée, en ce moment, ça aide pas."

Ça non plus, ce n’était pas quelque chose qu’Eurydice aimait entendre. Cela lui brisait le cœur plus qu’autre chose. Parce qu’elle savait que sa fille souffrait, et qu’elle n’était pas bien. Elle savait qu’elle ne pourrait jamais guérir, et le fait de ne rien pouvoir faire pour la soulager était insupportable. Ce n’était pas normal de se dire que sa fille devait juste endurer la situation parce qu’il n’y avait pas de solution. Malheureusement, c’était le cas.

"Sinon, j'ai un peu parlé avec Black, récemment."

Voilà par contre une information intéressante. De ce qu’elle savait, ce n’était pas le grand amour entre eux deux, mais ils étaient jeunes, les choses pouvaient changer. Elle était probablement un des pires exemples pour ce qui était des mariages arrangés, mais elle espérait sincèrement que cela se passerait mieux pour Clarice, cela devait se passer mieux, elle ne voulait pas que sa fille soit malheureuse, en aucun cas.

“Oh... et alors ? Vous avez appris à plus vous connaître ?”

black pumpkin

_________________

- Eurydice Carrow -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeLun 23 Nov - 12:47


“Tu veux qu’on prenne rendez-vous avec elle ?”

Clarice grimaça et fit non de la tête. Pire que de devoir supporter les cours que lui infligeait son professeur de métamorphose, il y aurait le fait de devoir assister à une réunion parent-professeur de ce genre.

Bien sûr, elle savait que ça partait de la meilleure intention du monde : sa mère comme son père faisaient toujours tout ce qui était en leur pouvoir pour qu'elle obtienne tout ce qu'elle voulait, s'ils étaient en mesure de résoudre le moindre de ses problèmes, parmi ceux qui étaient susceptibles de trouver une solution, ils n'hésitaient jamais. Mais en l'occurrence, ce ne serait pas une bonne idée, parce que, évidemment, Clarice exagérait largement et forçait le trait.

Elle savait que ses parents mettraient un point d'honneur à la défendre et à plaider sa cause quels que puissent être les arguments que leur opposerait Mrs McGonagall, mais ce n'était pas un risque qu'elle tenait à prendre non plus. Car, bien sûr, si la vert et argent ne se distinguait pas dans cette matière, ce n'était pas tant parce que son professeur était incompétent que parce qu'elle ne fournissait pas les efforts nécessaires afin de sortir du lot...

A partir de là, mieux valait qu'elle gère la chose toute seule, même si elle appréciait quand même d'entendre les efforts que ses parents seraient prêts à faire pour elle. Elle n'avait qu'un mot à dire pour qu'ils mobilisent tous les moyens à leur disposition afin de l'aider du mieux qu'ils le pouvaient.

Là, il n'y avait rien de spécial à faire pour l'aider, elle avait juste envie de râler car c'était un exercice qu'elle aimait, et dans lequel elle excellait.


“Oh... et alors ? Vous avez appris à plus vous connaître ?”
Elle laissa donc glisser le sujet, et préféra se focaliser sur l'autre, même si le terrain qu'il fallait emprunter pour l'aborder était tout aussi glissant si ce n'est plus que le précédent. Parce qu'elle n'avait pas envie de mentir complètement non plus.

Elle allait épouser Alphard, bien sûr, elle savait que c'était ce qu'il y avait de mieux, et les meilleures fiançailles qu'il était possible de lui arranger, avec l'une des plus prestigieuses familles de sang pur britanniques. Mais quand même... Alphard était vraiment insupp
ortable.

"Je ne suis pas sûre qu'il y ait grand-chose à connaître au sujet d'Alphard Black. Quand on creuse sous sa surface insolente et agaçante, on tombe sur un vide abyssal", répondit-elle très honnêtement. Elle haussa les épaules. "Mais sa compagnie pourrait être moins divertissante, c'est un bon point pour lui, je suppose."

_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Eurydice Carrow
▌ Messages : 82
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : Trevor Carrow

QUI SUIS-JE?
Baguette: 29,1 cm, bois d'acacia & aile de fée
Camp: Neutre
Avatar: Anne Hathaway

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:12

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Eurydice ne tolèrerait pas que quiconque s’en prenne à Clarice. Justifié ou pas, légitime ou non, elle s’en moquait. Personne ne touchait à sa fille, ni même ne la critiquait, c’était comme. Et Eurydice n’avait pas peur d’aller la défendre devant n’importe qui. Même les professeurs à Poudlard. Elle n’était pas assez naïve pour penser que Clarice n’avait jamais aucun tort, et qu’elle n’avait rien à se reprocher. Mais par principe, elle se mettait toujours du côté de sa fille. Eurydice ne la reprenait jamais, elle savait ce qu’elle endurait, et ce qu’elle vivait, alors l’accabler davantage n’était pas la solution.

Mais de toute évidence Clarice n’avait pas envie que ses parents rencontrent son professeur. Eurydice n’allait donc pas forcer, elle ne voulait pas mettre sa fille mal à l’aise, ou dans de mauvaises dispositions. Elle voulait le bonheur de sa fille, et tenter de rendre sa vie la plus simple possible. Il y aurait toujours la maladie, elle en était consciente, et de savoir qu’elle ne pourrait pas en guérir avait toujours été un réel déchirement pour elle, mais elle tentait de compenser comme elle le pouvait, et de faire en sorte de lui faire plaisir autant que possible. Ainsi que de veiller à ce que son entourage et son quotidien soient le plus adapté pour elle.

Quoiqu’il en soit, le sujet semblait clos. Quand Clarice lui parla d’Alphard, Eurydice eut un petit espoir. Elle aimerait qu’ils s’entendent bien, et qu’ils puissent espérer un mariage si ce n’est heureux, au moins cordial, et harmonieux. Eurydice n’avait aucune envie que sa fille se retrouve dans sa situation, avec un époux qu’elle ne supportait pas. Elle n’avait aucune envie de voir sa fille malheureuse. Si Eurydice avait pu reporter tout son amour et toute son attention sur sa fille, Clarice ne pourrait pas en faire de même, puisqu’elle ne pourrait jamais donner naissance à un enfant.

"Je ne suis pas sûre qu'il y ait grand-chose à connaître au sujet d'Alphard Black. Quand on creuse sous sa surface insolente et agaçante, on tombe sur un vide abyssal. Mais sa compagnie pourrait être moins divertissante, c'est un bon point pour lui, je suppose."

Bon, de toute évidence, ce n’était pas l’amour fou. Eurydice n’avait plus qu’à espérer que les choses finissent par s’arranger, qu’ils se trouvent des atomes crochus, et arrivent à ne pas trop se tirer dans les pattes. Eurydice savait que Clarice ne se laisserait pas marcher sur les pieds, qu’elle était forte et avait du caractère, mais c’était épuisant d’être toujours dans la confrontation. Eurydice en savait quelque chose, et Clarice était bien assez épuisée comme ça, la plupart du temps.

« Tu sais, à cet âge, les garçons sont toujours un peu idiots. Mais avec le temps, il s’assagira sûrement, tu devrais lui laisser une chance. »

black pumpkin

_________________

- Eurydice Carrow -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
Clarice Carrow
▌ Messages : 185
Humeur :
L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Right_bar_bleue

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'ébène, nerf de dragon, 25 cm
Camp: Mal
Avatar: Madison Davenport

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitimeJeu 25 Fév - 12:46


« Tu sais, à cet âge, les garçons sont toujours un peu idiots. »

Oh ça, Clarice le savait très bien, en effet, elle n'avait aucun doute à ce sujet. Il y avait bien certains garçons dans son entourage qu'elle trouvait vaguement moins stupides que d'autres, mais dans l'ensemble, elle n'estimait pas qu'il y en ait le moindre pour rattraper le quotient intellectuel de l'autre, leurs fanfaronnades et la manière qu'ils avaient de rouler des mécaniques ne l'attiraient absolument pas du tout.

Dans l'ensemble, c'était bien simple, leur compagnie pouvait être utile, mais Clarice ne l'estimait pas particulièrement intéressante ou stimulante.

Elle voulait bien croire que ça passe avec l'âge, effectivement, après tout, les hommes adultes qu'elle prenait pour modèles, que ce soit son père ou Nigel, étaient déjà bien plus intéressants et intelligents, mais elle s'en fichait un peu, pour tout dire.

Déjà, elle ne pensait pas qu'un cas aussi critique qu'Alphard Black puisse s'améliorer avec le temps, ensuite, tout ça, c'était une question de formalités, elle n'allait pas se mettre martel en tête parce qu'Alphard ne lui plaisait pas. Au contraire, ça l'arrangeait bien qu'il ne lui plaise pas, ça lui éviterait toute complication dans l'avenir, et elle était certaine qu'elle saurait y faire pour qu'il lui mange dans la main au besoin.


« Mais avec le temps, il s’assagira sûrement, tu devrais lui laisser une chance. »

Clarice haussa les épaules. Elle pouvait éventuellement comprendre que sa mère s'inquiète à l'idée qu'elle soit liée à vie à quelqu'un qu'elle n'appréciait pas outre mesure, mais elle ne devrait pas s'inquiéter pour ça. Depuis toujours, la vert et argent savait qu'elle ne choisirait pas son mari.

En toute connaissance de cause, elle n'avait jamais eu la stupidité d'espérer après le prince charmant ou même de courir après la perspective d'une relation de couple épanouie. Alphard était un Black, il avait du haut de son jeune âge une position, une fortune et une réputation, et puisque ces critères étaient remplis, elle se moquait bien du reste.

Ce n'est même pas comme si elle devrait se forcer à remplir son devoir conjugal plus tard (beurk) de toute façon puisqu'elle ne pourrait pas avoir d'enfants de toute manière, donc à ses yeux, il n'y avait aucun problème.


"Pourquoi faire ?" Elle sourit. "Je me plaignais pas spécialement de lui, tu sais. C'est un petit crétin mais tu l'as dis toi-même, tous les hommes le sont, de toute manière. C'est pas comme si j'avais dans l'intention de filer le parfait amour avec lui dans tous les cas, je m'en fiche."

Elle le pensait vraiment. Elle se fichait royalement de son avenir sentimental. Elle n'était intéressait que par elle-même, et si elle minaudait parfois avec les garçons, c'était juste parce qu'elle savait que c'était une bonne manière d'obtenir quelque chose de leur part.

_________________
Mirror, my beautiful mirror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Empty
Message#Sujet: Re: L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)   L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir d'un enfant est l'oeuvre de sa mère. (pv maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Gaichiffon
-