AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1105
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Sam 28 Oct 2017, 17:01


Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Q

ueenie était rassurée, Adrian avait répondu à son courrier, avait confirmé qu’il passerait bien le week-end avec elle, proposition qu’elle lui avait faite sans être en rien convaincue qu’il y réponde favorablement. Ce n’était pas grand-chose, mais rien que l’idée de savoir qu’il serait présent la rassurait et lui faisait le plus grand bien. Elle avait relu sa missive en long, en large et en travers, essayant de décrypter au-delà des mots s’il y avait derrière eux un soupçon d’excuse, de colère, de tristesse, d’excuse ou que savait-elle encore, mais sans succès. Si elle pouvait lire dans l’esprit des gens comme dans des livres ouverts, elle ne pouvait lire des livres ouverts comme l’esprit des gens. Tant pis, Adrian venait, c’était tout ce qui comptait. Car oui, Queenie avait eu sincèrement peur que son fils décide de ne pas rentrer. On ne pouvait pas dire que les vacances de Noël s’étaient déroulées sous les meilleurs auspices, certes cela aurait pu être pire, mais bien mieux également. Sans avoir lu ses pensées, elle savait pertinemment qu’Adrian était en colère contre elle, de lui avoir caché la vérité, de ne lui présenter son père que maintenant, de l’imposer dans sa vie, de lui avoir menti, d’avoir entraîné toute sa famille dans ce mensonge… Il était normal qu’il ne lui pardonne pas si simplement, mais sa crainte, c’était qu’il ne lui pardonne pas du tout, jamais. Elle avait beaucoup trop besoin de lui pour l’accepter. Les moments qu’ils avaient passés tous les deux ensemble dans leur petit appartement new-yorkais, leur complicité d’autrefois, ça lui manquait terriblement, et aujourd’hui plus que jamais, à l’heure où les Dragonneau connaissaient certainement la pire épreuve que l’on puisse imaginer, la plus terrible et sans doute insurmontable si elle ne devait se résoudre, ce qui ne pouvait malheureusement pas être éjecté.

Hyppolite avait disparu, et cette nouvelle avait bouleversé Queenie au plus haut point. Pas seulement parce qu’elle était très proche de sa sœur et de son beau-frère et ne pouvait rester insensible à leur douleur, pas seulement parce qu’elle avait peur pour Hyppolite, qu’elle adorait même quand il jouait les fortes têtes et qu’elle ne pouvait se résoudre à perdre… mais aussi parce qu’elle découvrait la peur irrationnelle de perdre à son tour son fils. A l’heure où tout semblait péricliter au moment de s’arranger, elle voulait avoir son fils auprès d’elle, pouvoir le prendre dans ses bras, lire dans ses yeux (mais pas dans son esprit, c’était hors de question) une affection sincère qui ne serait pas entachée par des reproches ou de la rancœur. Elle avait vraiment besoin de l’avoir auprès d’elle, oui, et quand il entra dans l’appartement qui était désormais le leur, elle lui laissa à peine le temps de se tenir sur le palier avant de le prendre dans ses bras, le serrant contre elle aussi fort que possible.

-Bonjour mon chéri.


Elle daigna désserrer son étreinte, surtout de crainte qu’Adrian ne le fasse le premier, en signe d’un éventuel rejet qu’elle n’était pas prête à encaisser à l’heure actuelle.

-Tu as fait bon voyage ? Comment tu vas ?





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 342
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Dim 29 Oct 2017, 13:01

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Quand Adrian avait repris le chemin de l’école, il avait senti un poids en moins sur ses épaules, parce qu’il n’allait plus devoir supporter sa famille (du moins ses parents quoi). Il n’allait plus devoir voir ces adultes chercher à rendre tout cela normal, alors que pendant des années – pendant toute sa vie quoi, soyons clair – ils avaient menti à tour de bras concernant son père. Il avait donc été heureux de retrouver l’école, heureux de retrouver Aulne avant de découvrir ce qui était arrivé à ses amis, avant de se rendre compte qu’il n’avait clairement pas été présent pour elle dans une situation horrible. Et s’il n’y avait eu que cela encore… parce qu’il n’y avait pas eu que cela. Adrian n’avait pas été tout de suite informé et au vu de la situation, on ne pouvait pas dire qu’il avait spécialement cherché son cousin. Mais on lui avait appris alors que Hyppolite avait disparu, qu’entre le moment où ses parents l’avaient laissé à la gare et celui où le train était arrivé à l’école de magie… il avait disparu. Adrian ne portait pas spécialement son cousin dans son cœur, mais il se sentait quand même de découvrir que le jeune garçon avait disparu et surtout que personne n’avait la moindre idée d’où il se trouvait. Le pire dans tout cela, c’était que le temps passait sans pour autant que la situation change, sans qu’ils parviennent à trouver son cousin.

Forcément, quand sa mère lui avait envoyé une lettre pour qu’il rentre pendant le week-end, le jeune homme n’avait clairement pas pu dire non. Pas juste parce qu’il aimait quand même passer du temps avec sa mère (mais concrètement, ce n’était plus comme avant et en d’autres circonstances il aurait sans doute décliné son offre parce qu’il préférait l’éviter, prétextant sans doute qu’il avait trop de devoirs à faire), mais parce qu’il… il en avait besoin en fait. Mine de rien, son cousin avait disparu et le jeune homme se doutait que sa mère devait être dans tous ses états. D’ailleurs, à peine avait-il passé le pas de la porte de leur appartement qu’elle lui fonçait dessus pour le prendre dans ses bras. Elle le serra fort contre lui, il ne cherchait pas à contrer cette étreinte parce qu’il savait qu’elle devait en avoir besoin. Et qu’au fond, il en avait besoin aussi.

« Ça va. » Dit-il alors doucement quand sa mère lui demanda comment il allait et s’il avait fait bon voyage. La réponse comprenait ces deux questions, ça allait, il se sentait bien et le voyage s’était bien passé. Il était arrivé à bon port, déjà c’était une très bonne chose. Adrian observa un instant le visage de sa mère. Il n’avait pas besoin de lire son esprit pour deviner ce qu’elle ressentait, il la connaissait bien trop. Alors, Adrian décida simplement de la prendre de nouveau dans ses bras. Il était toujours en colère contre elle, il lui en voulait toujours mais… bah c’était sa mère quoi, il l’aimait. « Tu vas bien ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1105
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Dim 29 Oct 2017, 13:47


Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Q

ueenie parvint à esquisser un fin sourire quand Adrian lui dit qu'il allait bien. Si elle voulait bien croire que le voyage s'était déroulé sans anicroche, elle ne savait pas à quel point elle pouvait lui croire quand il lui répondait par la positive. Vu les circonstances, elle se doutait qu'il ne pouvait pas vraiment aller bien, parce que les mensonges et la déception pesaient toujours sur sa conscience, et aussi parce qu'il devait se soucier aussi de son cousin. Certes, ce dernier et lui étaient souvent en conflit, mais malgré tout, ça restait la famille, et ils avaient vécu sous le même toit pendant plus d'un an, il était logique qu'il ne soit pas indifférent à son sort. Ceci dit, elle appréciait sa réponse, car elle devinait que ce n'était pas un mensonge non plus, il décidait juste de ne pas se fermer complètement à elle, et rien que ça, pour Queenie, c'était une bonne chose. Elle avait besoin de son fils, maintenant plus que jamais, et d'une certaine manière, il lui faisait comprendre qu'il ne se détournait pas totalement d'elle.

Comportement qu'il confirma en la serrant à son tour dans ses bras. Elle ne s'y attendait pas, mais rien n'aurait pu lui faire plus de bien, un geste d'Adrian vers elle, un geste d'affection qui lui laissait entendre que même s'il ne pardonnait sans doute pas complètement (elle se doutait bien que ça ne pouvait pas être aussi simple), il tenait malgé tout à elle, il l'aimait malgré tout. Car oui, Queenie avait nourri cette crainte, sincèrement, que le fils finisse par haïr la mère, qu'il lui en veuille toujours, que quelque chose se brise et ne se répare jamais entre eux. Maintenant, elle savait qu'il n'en était rien. Ils pouvaient se retrouver comme avant, il leur fallait du temps, passer toutes ses épreuves successives, mais quoi qu'il en soit, elle restait sa mère et lui son fils. Un fils qui se souciait d'elle, qui savait qu'elle allait mal, qui ressentait le besoin de la soutenir parce qu'il comprenait qu'elle ne se sentait bien, qu'elle aussi était dépassée et brisée par tous ces événements.

-Pas très bien,
avoua-t-elle. Elle ne savait pas si elle avait raison de l'apprendre à son fils, mais elle décidait de le faire tout de même, parce que maintenant, elle serait toujours honnête avec lui. Et puis, elle n'arrivait pas à faire semblant. J'avais besoin de te voir, ajouta-t-elle ensuite, parvenant pour la peine à retrouver son sourire. Elle en avait besoin oui, sa présence lui était même indispensable. Bien sûr, elle pouvait compter sur Jacob aussi, mais sa relation avec son fils était encore différente. Pendant si longtemps, ils n'avaient pu compter que l'un sur l'autre. C'est une chose qui ne s'oublie pas. Tu me manques...




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 342
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Mar 19 Déc 2017, 11:40

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Sans grande surprise, sa mère lui apprit qu’elle n’allait pas très bien. Adrian le savait, il lisait en sa mère comme dans un livre ouvert. Il n’avait pas besoin d’entrer dans son esprit pour le faire, il la connaissait juste bien trop pour ça. Il voyait bien qu’elle n’allait pas si bien que cela et au fond, Adrian appréciait qu’elle ne lui mente pas et qu’elle lui dise la vérité. Elle n’allait pas bien, c’était compréhensible. Avec tout ça, c’était normal. Même si Hyppolite n’était pas son fils, il n’en restait pas moins qu’un membre de la famille quand même. C’était son neveu. Et Adrian osait croire que sa tante et son oncle se feraient du souci pour lui aussi, si jamais il devait lui arriver quelque chose. Comme Adrian se faisait du souci pour son cousin, au fond. Ils n’étaient clairement pas sur la même longueur d’onde tous les deux – même s’ils avaient trouvé quand même quelques points communs ces derniers temps – mais cela n’enlevait pas le fait qu’ils étaient cousins quand même. Et oui, Adrian se faisait du souci pour lui, il espérait qu’on le retrouve rapidement.

Sa mère lui apprit qu’elle avait besoin de le voir, qu’elle lui manquait même. Adrian sentit son cœur se serrer aux propos de sa mère. Ça lui faisait du bien d’entendre ça, mais au fond, il savait aussi qu’il ne pouvait pas juste passer l’éponge sur tout ce qu’il ressentait à cause d’elle. Elle lui avait quand même mentit toute sa vie… mais bon. Il savait aussi que sa mère l’aimait fortement, ils avaient une relation forte après tout tous les deux. Parce que pendant longtemps, ils n’avaient pu que compter l’un sur l’autre. Sa mère avait quand même souffert aussi, toutes ces années. Ça n’allait pas être si facile que ça pour lui de passer l’éponge, il le savait, mais il savait aussi qu’en cet instant précis… il pouvait quand même mettre tout ça de côté.

« Je suis là. »
Dit-il simplement, dans un fin sourire pour faire comprendre à sa mère qu’il n’y avait aucune raison qu’il lui manque. Bon, ça ne changerait sans doute rien, mais il tenait à ce que sa mère sache qu’il était là. Malgré tout, malgré le fait qu’il se sentait encore en colère contre elle pour certaines choses, il savait mettre tout ça de côté quand il le fallait. Et qu’elle était sa mère tout simplement. Que même s’il lui en voulait pour des choses, il n’en restait pas moins qu’il l’aimait parce qu’elle était sa mère. Rien ne pourrait changer ça. Rien ne pourrait réellement les séparer tous les deux. « Est-ce que vous avez des nouvelles ? »

Demanda-t-il alors… parce qu’il ne pouvait pas s’empêcher de se demander si sa mère n’avait pas découvert quelque chose de dramatique et que c’était pour ça qu’elle avait tant besoin de lui. Et si… et s’il était arrivé quelque chose à Hyppolite. Adrian devait bien avouer que cette perspective avait le don de lui serrer le cœur, plus qu’il ne l’aurait imaginé.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1105
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Jeu 21 Déc 2017, 16:00

[quote="Queenie Goldstein"]

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Q

ueenie rendit à Adrian son fin sourire. Elle aurait aimé pouvoir, savoir sourire plus franchement. Malheureusement, elle en était pour le moment incapable. Sa bonne humeur naturelle, qui lui permettait toujours de tirer le meilleur parti même des situations les plus terribles, lui faisait manifestement défaut en cet instant. Il faut dire que les circonstances ne la ménageaient absolument pas. Tout comme elles ne ménageaient pas Adrian. Son fils ne prononça qu'une seule et unique phrase, pour commencer, mais c'était exactement celle que Queenie avait eu besoin d'entendre. Elle savait que son fils était empathique et d'une grande intelligence humaine, d'une parfaite maturité émotionnelle, il le lui prouvait une fois de plus. D'autres n'auraient certainement pas mis leur rancoeur de côté pour soutenir leur mère, mais lui le faisait, il lui témoignait son affection au moment où elle en avait le plus besoin, et c'était véritablement rassurant, et plus agréable encore... Elle savait bien que ça n'allait pas tout résoudre, que leurs récents conflits reparaitraient à un moment ou à un autre, mais pour le moment, ils mettaient tout cela entre parenthèses, et c'était franchement agréable. Il était là, il était présent pour elle, là pour la soutenir, il restait à ses côtés, il ne la détestait pas, ne lui en voulait pas au point de se détourner complètement d'elle. C'était pour Queenie un doux réconfort dans ce torrent d'amertume qui s'abattait sur leur famille. Mais cela n'occultait pas la réalité. Elle fit doucement "non" de la tête quand Adrian lui demanda s'ils avaient des nouvelles.

-Rien, aucune piste,
soupira-t-elle doucement.

Elle savait que si Adrian posait la question, c'est qui appréhendait qu'il y ait des nouvelle, et que ces nouvelles soient mauvaises... mais à ce stade, à vrai dire, Queenie préférerait d'emblée une mauvaise nouvelle que cette stagnation, cette pleine incertitude. C'était insupportable que de vivre dans cet entre-deux patiné de crainte et d'espoir. Pour elle, déjà, c'était à peine vivable, mais pour Tina et Norbert, elle savait que c'était tout bonnement insurmontable, et elle se sentait vraiment... impuissante, face à leur détresse. Elle pourrait en faire plus, sans doute, beaucoup plus, même, mais elle n'y arrivait pas. La seule solution c'était un retour dans leque elle s'en voulait de ne plus vraiment croire alors qu'elle était la première à encourager sa soeur à y croire encore.

-Je crois que...
Elle s'étrangla légèrement en prononçant ces mots, coupable d'exprimer le fond d'une pensée dont il n'était vraiment pas fier. Il faut qu'on commence à... accepter l'idée qu'il ne reviendra peut-être pas.

Elle se sentait vraiment cruelle de prononcer de tels mots, mais elle ne se voyait plus se mentir. Ni mentir autour d'elle. Les faits étaient ce qu'ils étaient, malheureusement.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 342
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Dim 31 Déc 2017, 13:26

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Adrian n’avait pas complètement pardonné à sa mère ses mensonges et la situation dans laquelle ils se trouvaient à présent, le fait qu’il découvre sur le tard avoir un père, qu’il devait tout apprendre de ce Jacob et accepter le fait que sa mère puisse avoir besoin de lui. Cependant, ce n’était pas le moment de se perdre dans ce genre de ressentiment. Adrian était en colère contre sa mère, mais pour le moment ça n’avait aucune importance. Si le jeune homme n’était pas si proche que cela au final de son cousin et que par moment, il ne pouvait pas le nier, il avait eu envie de le voir disparaître de son horizon… il ne pouvait pas nier qu’il était inquiet pour lui et qu’il se faisait du souci. Pour le moment, la disparition de Hyppolite devait donc passer avant tout le reste, avant le fait que le jeune homme se sente encore en colère contre sa mère. C’était le cas, mais il mettait ça de côté afin de soutenir sa mère, parce qu’il voyait bien à quel point elle n’allait pas bien. Il n’avait pas besoin de lire dans l’esprit de sa mère pour le savoir, cela se voyait sur son visage, dans ses yeux. Elle souriait, un peu, mais ça n’avait rien à voir avec les beaux sourires qu’elle savait lui adresser en temps normal, même quand il était un gamin insupportable. Donc, tout le reste pouvait attendre.

Pour le moment, ce qui importait donc, c’était Hyppolite et mine de rien, Adrian devait bien avouer qu’il craignait d’apprendre une mauvaise nouvelle. Est-ce que sa mère avait eu si besoin de le voir parce qu’elle venait d’apprendre qu’il était disparu pour de bon, qu’il était… mort ? Mine de rien, cette idée avait quand même le don de faire de la peine à Adrian. Il ne s’entendait pas à merveille avec son cousin mais s’il devait être mort, il ne savait pas vraiment comment il le prendrait. Mal, assurément. S’il devait ne jamais revenir… ça ne serait plus pareil. Et Adrian avait la maturité de savoir que son oncle et sa tante ne parviendraient pas à se remettre d’une telle épreuve. Même si son cousin était un sale gosse (franchement, à côté Adrian était un enfant de cœur), ses parents tenaient à lui. Sa mère affirma donc qu’ils n’avaient aucune nouvelle et Adrian sentit son cœur se serrer quand elle reprit la parole, affirmant qu’elle croyait qu’ils devaient se rendre à l’évidence et commencer à accepter l’idée qu’il ne revienne jamais.

« Non, tu ne peux pas dire ça ! » Répliqua-t-il vivement. Il savait bien qu’il n’avait pas son mot à dire, mais il n’avait pas envie d’entendre sa mère dire de telles choses. Il comprenait bien sûr, mais elle ne devait pas le faire. « Il ne faut pas perdre espoir. » Dit-il alors, en prenant sa mère dans ses bras. Ce n’était pas forcément son rôle, il ne devrait peut-être pas se voiler la face, mais il le faisait. Il avait envie que sa mère ne baisse pas les bras. Même si ce n’était que son neveu en un sens, ils devaient tous être forts pour soutenir Tina et Norbert. Et si sa mère flanchait, alors il devait l’aider à ne pas le faire, à être forte pour sa sœur. « Si j’étais à sa place… je n’aimerais pas savoir que vous baissiez les bras. »

Et s’il était mort, Hyppolite n’en aurait que faire, mais c’était juste… non Adrian n’avait pas envie de croire qu’il pouvait être mort.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1105
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Dim 31 Déc 2017, 13:44


Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Q

ueenie savait qu'elle ne devrait pas se montrer aussi négative et pessimiste de son père, qu'elle devrait au contraire le rassurer, mais elle était épuisée par l'accumulation de tous les coups durs qui leur étaient inexorablement tombés dessus, et en la circonstance, elle avait bien du mal à ne pas considérer la situation sous son angle le plus sombre. Oui, elle considérait qu'il était tant d'accepter la possibilité que son neveu ne revienne jamais, mais même si c'était le cas, ce n'était pas une pensée qu'elle aurait dû articuler à voix haute. Elle était la première à exhorter sa soeur, constamment, à ne pas perdre espoir. Quel exemple était-elle en train de donner en cet instant ? Un très mauvais exemple, certainement. Mais en l'occurrence, les rôles s'inversaient, et alors que ce devrait être elle qui devrait être là pour rassurer Adrian, l'inverse se produisait. Queenie s'en voulait un peu. Ce n'était pas son rôle, sa responsabilité, et elle ne tenait pas à le lui faire endosser, mais il était trop tard. Et c'est un fait que les propos et les gestes de son fils lui firent le plus grand bien. Il ne fallait pas perdre espoir. Oui, en effet, il ne le fallait pas, ne serait-ce que pour Norbert et Tina, qui avaient besoin qu'ils ne baissent pas les bras, qu'ils les rassurent, qu'ils les soutiennent, qu'ils affirment que tout allait bien se passer et qu'Hyppolite allait revenir. Plus facile à dire qu'à faire, mais Queenie sut avoir un réel électrochoc quand Adrian se mit à la place d'Hyppolite.

Bien sûr, depuis cette histoire, Queenie n'avait pu s'empêcher de songer à ce qu'elle ressentirait si c'était Adrian qui devait disparaître de sa vie... et malheureusement, elle trouvait cette hypothèse très crédible au vu des récents événements. Il pourrait bien décider de partir, lui aussi, sans laisser de traces. Mais non, il était bel et bien là, présent pour elle quand il pourrait tout simplement se contenter de laisser s'exprimer sa colère et son agacement. Et donc, ce n'était pas seulement pour Hyppolite qu'elle se devait de rester fort, mais aussi pour Adrian... et ça, elle l'avait momentanément oublié.

-Tu as raison,
confirma Queenie en hochant doucement la tête. Oui, bien sûr qu'il avait raison, c'était une certitude, même... Et elle devait oublier pour de bon les propos qu'elle avait tout juste prononcés et puiser dans le soutien de son fils toute la force de son fils pour continuer de se battre. Je suis désolée... Elle l'était, oui, sincèrement. Dernièrement, elle loupait tout dans son devoir de mère, même ce qui devrait pourtant être totalement sûr et évident. Elle se gâchait, et elle gâchait tout. Tu... tu voudras bien rester avec moi tout le week-end ? demanda-t-elle qui se sentait maintenant contrainte de demander à son fils d'accepter de passer du temps avec lui.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 342
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Mer 07 Fév 2018, 21:37

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
Adrian afficha un léger sourire à sa mère quand elle affirma qu’il avait raison. Le jeune homme avait conscience que ça n’était clairement pas facile pour sa mère, cette situation, comme elle ne l’était pour personne. Adrian savait bien que ça ne servait sans doute à rien de se leurrer, de croire que Hyppolite allait revenir alors que ce n’était peut-être pas le cas… mais en même temps, Adrian savait qu’ils ne devaient pas baisser les bras. En tout cas, sa mère sembla reprendre un peu du poil de la bête après qu’il se soit mis à la place de son cousin. Il ne savait pas ce qui arrivait à ce dernier, s’il avait décidé de partir, si on l’avait enlevé, s’il avait eu un accident… il y avait tant de possibilité. Mais s’il avait été à sa place, il ne voudrait pas que sa mère abandonne de le retrouver, même s’il décidait de partir. Ce qui était quand même une possibilité, au vu des derniers événements, au vu de la façon dont son cousin se comportait avec son père ces derniers temps. Mais franchement ? Il avait vraiment décidé de partir tout seul ? Adrian se disait qu’il avait quand même de sacrée remontée contre sa mère, mais ce n’était pas pour autant qu’il pensait pouvoir partir. Hyppolite était une tête de mule, mais quand même… il n’en revenait toujours pas. En tout cas, Adrian pensait que sa mère ne devait pas baisser les bras, parce que justement… c’était à eu de soutenir Tina et Norbert. Il n’avait pas encore eu l’occasion de les voir, mais Adrian espérait bien quand même aller les voir. Même si pour le moment, il était surtout là pour sa mère.

« Je n’ai pas l’intention d’aller quelque part d’autre. » Dit-il à sa mère quand elle lui demanda de rester avec lui pendant tout le week-end. Il n’envisageait pas d’aller ailleurs en effet, alors qu’elle lui avait demandé de venir la voir. Il savait bien qu’elle avait besoin de lui, alors il était là pour elle. « Je peux même rester plus longtemps que le week-end… »

Ça ne le dérangerait pas de rester chez eux pendant plus que ces deux jours de week-end et même de rater l’école. Non pas qu’il soit du genre à prendre la première excuse pour ne pas se rendre en cours, mais il se sentirait quand même mieux en compagnie de sa mère qu’à Poudlard. Même s’il aimait l’école de magie et que ça serait quand même mieux qu’il y retourne, que ça ne changerait rien aux recherches sans doute qu’il reste… il ne se voyait pas vraiment partir comme si de rien n’était et suivre les cours comme si de rien n’était. Mais bon, il ne voulait pas réellement prendre la décision lui-même.

« Où est Jacob ? » Demanda-t-il alors, venu un peu de nulle part en un sens. Mais il se posait la question parce que… eh bien, il savait que sa mère avait besoin de lui alors, si elle avait besoin de quelqu’un, en plus de lui, pour ne pas déprimer de trop…
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1105
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   Mer 07 Fév 2018, 22:04


Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère.
L

e sourire de Queenie s'agrandit légèrement quand son fils lui affirma qu'il n'irait nulle part, qu'il avait l'intention de rester tout le week-end, même plus si elle en avait besoin. Ces propos lui firent un bien fou : Adrian était là pour la soutenir, il voulait rester à ses côtés, parce qu'il tenait à elle, tout simplement. En ce moment, elle doutait tant de l'affection que son fils lui portait qu'en recevoir un tel témoignage lui faisait chaud au coeur, même si elle aurait vraiment préféré que ce soit dans d'autres circonstances, si on lui avait laissé le choix. Enfin... Elle ne savait pas si elle demanderait à Adrian de rester plus longtemps. Il était important que son fils aille en cours, et ce n'était pas forcément sain de lui demander de jouer les garde-malades pour elle. Mais c'était bien évidemment tentant, parce qu'elle avait plus que jamais besoin de sa présence. D'autant qu'il lui avait vraiment manqué, dernièrement. durant les quinze dernières années de sa vie, tous les coups durs qu'elle avait pu essuyer, toutes les angoisses qu'elle avait pu éprouver, c'était lui qui l'avait aidé à les surmonter, elle n'avait pas eu envie que ça change. Elle verrait bien dans quel état elle serait le dimanche soir, mais elle devait éviter le plus possible de donner un rôle à Adrian qu'il ne lui fallait pas endosser.

-Je... je ne sais pas,
répondit Queenie, un peu décontenancée quand Adrian lui demanda où était Jacob.

Elle ne s'était pas attendue à ce qu'il lui pose la question, et elle ne savait pas trop comment l'interpréter. Est-ce qu'il s'attendait à ce que Jacob soit dans le coin et préférait être prévenu d'avance ? Ou bien - cas de figure plus surprenant, est-ce qu'il lui posait la question parce qu'il admettait que la présence de Jacob lui était nécessaire ? Elle n'en savait rien. Dans tous les cas, même si, en effet, la présence de Jacob lui était au-delà de bénéfique dans les circonstances actuelles, elle n'avait pas imaginé concevable de le faire venir alors qu'Adrian serait là aussi. Elle espérait qu'ils finiraient par s'apprivoiser, par s'aimer, même, qui sait, mais elle ne voulait surtout pas imposer la présence de Jacob à Adrian. Si ce dernier voulait le voir, sinon, non. A l'heure actuelle, elle préférait s'éviter toute tension inutile. Et au fond, c'était surtout Adrian qu'elle avait besoin de voir, parce qu'elle avait peur de le perdre et que la disparition d'Hyppolite amplifiait terriblement cette angoisse.

-Sans doute avec Tina et Norbert,
ajouta-t-elle, un peu hésitante, circonspecte, surtout.

Il était même très probable qu'il soit avec le couple. Outre le fait qu'il avait besoin de soutien, c'était là qu'il vivait pour le moment puisque Queenie ne se voyait pas lui demander de vivre avec lui pour le moment, même si elle en mourait d'envie.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il n'y a pas un bon fils au monde qui n'a jamais résisté aux larmes de sa mère. [pv Adrian <<33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une leçon X avec grand-père (Victor) (Attention sujet Hot)
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Le fils de Michel François a été assasiné
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» Chez Maître Vachon, tailleur de pères en fils.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Goldstein
-