AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 64
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Lun 9 Avr - 22:21

Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
Esther savait bien que ce n’était sans doute pas une bonne idée mais… elle n’avait pas le choix. Elle n’avait plus le choix. Elle avait besoin d’en savoir plus. Ça n’allait pas l’aider, parce que ça n’allait évidemment pas lui ramener sa fille et il était évident que la seule chose dont elle aurait réellement besoin, ce serait de pouvoir récupérer sa fille. Mais c’était impossible, parce que Pomona n’était plus au stade d’avoir décidé de couper les ponts avec ses parents pour aller vivre chez son oncle, elle n’était plus là du tout. Elle ne vivait pas chez son oncle, elle était morte. Enfin, si on voulait. Son corps était à Azkaban, vide de son âme et rien que cette idée serrait le cœur de Esther. Elle imaginait le regard vide de sa fille, se disant qu’elle serait incapable de voir la lueur qui avait caractérisé ses yeux toute sa vie. Elle ne la verrait plus jamais et ça… c’était tellement dur. Elle avait tenue le coup depuis son départ, parce qu’elle se disait qu’elle était quelque part en train de mener la vie qu’elle avait choisi et même si elles n’étaient pas d’accord, même si elle était déçue de son comportement… eh bien, elle osait se dire qu’elle était quand même heureuse. Mais non, elle n’était plus maintenant.

En soit, Esther n’en avait que faire de savoir si elle était coupable ou non, même si au fond… la sorcière se disait quand même que ça ne ressemblait pas à sa fille. Mais en même temps, on ne pouvait pas dire qu’elle la connaissait réellement. Elle s’était rendu compte ces dernières années en tout cas qu’elle ne connaissait pas sa fille autant qu’elle l’aurait cru à une époque. Et c’était sans doute ça qui l’avait poussé à vouloir en savoir plus. C’était une très mauvaise idée, parce qu’il était évident que ça n’allait pas l’aider. Esther avait besoin de tourner la page, mais elle en était incapable. À quoi bon tourner la page ? Non… elle devait en savoir plus, sur Pomona, sur la vie qu’elle menait avant d’être arrêté pour le crime qu’on l’accusait d’avoir commis. Et pour cela, la sorcière avait décidé de se rendre au bureau des Aurors. Elle ne mettait pas beaucoup les pieds au ministère ces derniers temps. Autrefois, elle y allait plus souvent, en grande partie pour rejoindre Bradley, quand ils déjeunaient ensemble par exemple. Mais maintenant, ce n’était plus quelque chose qu’elle faisait (et en même temps, elle ne sortait plus beaucoup de chez elle non plus). Elle n’avait pas l’habitude de se rendre au bureau des Aurors, ce qui en soit était une bonne chose sans doute, elle ne savait donc absolument pas quoi faire, à qui parler. Elle se retrouvait là, un peu perdue, observant les personnes se trouvant dans cet endroit. Imaginant Pomona évoluer dans ce bureau, travailler peut-être dans cette pièce ou d’en une autre. Elle ne savait pas si elle parvenait à l’imaginer correctement, parce que la vision qu’elle avait de sa fille était sans doute erroné, mais elle le faisait quand même.  
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1395
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Lun 9 Avr - 23:28


Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
G

wendall se sentait fébrile, mal à l'aise, angoissé. Il n'était pas rare qu'il soit en désaccord total avec les décisions de son "maître" (preuve en était encore de celle qui concernait son enfant à naître et qui les contraignait, lui et Sasha, de le confier à cette femme qu'il connaissait à peine - décision qui n'aidait pas du tout son anxiété, au passage), mais cette fois, c'était pire que tout, la position dans laquelle il le mettait était une nouvelle mise à l'épreuve, il le savait, ce n'est pas pour autant qu'il était serein vis-à-vis de la situation. Il avait prévenu Seth, avait accordé à ce dernier le temps de se retourner, son ami n'avait pas l'air de lui en vouloir, mais lui s'en voulait, au point qu'il ne savait s'empêcher de vouloir retarder l'échéance. Au point où ils en étaient, ça n'allait pas changer grand-chose, mais ça n'empêchait pas l'Auror d'éviter McDowell autant que possible pour ne pas avoir d'office avec lui cette conversation qui changerait pour de bon le destin d'un des rares amis qu'il possédait.

Aujourd'hui ne serait pas le jour des aveux et des accusations décisives, mais ce jour approchait, et pour la peine, Gwendall se sentait particulièrement tendu. Comme ce devenait trop souvent le cas dernièrement, il avait vraiment du mal à se motiver et à se concentrer sur ses dossiers en cours, d'autant que même si la situation obligeait tous les Aurors à être mis sur des dossiers plutôt délicats, Gwendall avait quand même le sentiment qu'on continuait de lui confier le bas du panier à chaque fois. On faisait difficilement plus dévalorisant, mais il savait qu'il devait faire abstraction autant que faire se pouvait pour pouvoir progresser et au moins s'en sortir dignement avec ce qu'il avait à sa disposition. Il n'empêche qu'il saisirait n'importe quelle opportunité pour quitter le bureau des Aurors et se contenter de passer du temps avec Sasha. Il n'y avait que dans ses bras qu'il se sentait bien et parvenait un peu à oublier sa peine et ses problèmes. Ce n'était jamais que temporaire, mais ça faisait malgré tout un bien immense.

Il était assis à son bureau, à essayer de se concentrer sans y parvenir, quand il leva les yeux comme s'il pouvait puiser dans l'espace ambiant le déclic dont il avait besoin pour progresser. Ce fut alors qu'il croisa le regard d'une femme d'une quarantaine d'années dont le visage lui était vaguement familier. Elle semblait un peu perdue. A l'heure actuelle, s'intéresser au cas de cet femme lui paraissait bien plus intéressant que n'importe quel dossier encore.

-Je peux faire quelque chose pour vous ?
demanda-t-il donc à cette femme à l'air égarée qui venait sans doute déposer une plainte ou quelque chose de cet acabit.





code by Mandy


_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 64
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Mar 5 Juin - 17:12

Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
Esther savait parfaitement que c’était une très mauvaise idée de sa part de se rendre au bureau des Aurors. Mais elle n’avait pas pu se retenir de s’y rendre, dans le but d’en savoir un peu plus sur sa fille qu’elle ne connaissait finalement pas du tout. Pomona avait vécu avec eux pendant des années, quand bien même les études à Poudlard lui avait fait passer plus de temps dans l’école de magie que dans leur maison. Et pourtant, malgré ce fait, la sorcière avait le sentiment de ne définitivement pas connaître sa fille. Ça lui avait été un peu égal à l’époque. Non pas qu’elle soit insensible, mais la sorcière se disait simplement qu’elle ne devait pas se soucier de cela, que Pomona ne méritait pas réellement qu’elle la connaisse. Elle s’était forcée à penser tout cela, parce qu’elle ne pouvait pas vraiment faire autrement que de considérer que sa fille ne méritait pas tout ça, qu’elle n’était pas à sa hauteur. Et maintenant, Esther regrettait tellement de ne pas avoir pu connaître mieux sa fille. Elle regrettait de ne pas avoir été dans sa vie avant qu’elle ne disparaisse parce qu’elle se rendait bien compte que maintenant, elle n’allait plus jamais la voir.

Elle se retrouvait là donc, complètement perdue. Jusqu’à ce qu’un homme s’approcha d’elle, pour lui demander s’il pouvait faire quelque chose pour elle. Concrètement, Esther avait eu l’intention de demander de l’aide à quelqu’un, elle était venue dans ce bureau dans un but précis. Mais maintenant qu’elle se trouvait là devant cet Auror – parce qu’il semblait être un Auror quand même – elle ne savait pas réellement comment elle devait formuler les choses. Comment elle devait demander les choses. Elle ne savait même pas si c’était une bonne idée ou pas. Non, en fait, Esther savait que ce n’était pas une bonne idée.

« Eh bien. » La sorcière hésita une seconde, observant un peu les personnes autour d’elle. En prime, Esther se doutait quand même que le fait qu’elle soit la mère de la jeune femme qui avait tué le ministre de la magie (ou pas, mais le fait qu’elle soit coupable ou non ne changeait pas grand-chose à la situation… Pomona avait été condamnée après tout) n’était pas forcément un bon point non plus. « Je m’appelle Esther Fitz. » Finit-elle par reprendre. « Je suis… j’étais la mère de Pomona Fitz. » Autant mettre les choses au clair et elle verrait bien si l’homme changeait la manière qu’il avait de l’observer. « Je cherche quelqu’un… » Elle marqua une pause, hésitant une nouvelle fois. « Je cherche une personne qui pourrait me parler d’elle. »

C’était un peu risqué sans doute de demander une telle chose, mais c’était bien pour cette raison qu’elle était là. Elle avait besoin d’en savoir plus sur sa fille, d’en savoir plus sur la vie qu’elle menait avant d’être condamnée. Et ce n’était pas encore vers Henry que la sorcière cherchait à se tourner, même si ça allait venir.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1395
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Mer 6 Juin - 23:37


Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
A

vant tout autre chose, cette femme commença à se présenter : elle s'appelait Esther, Esther Fitz. Bien évidemment, ce nom ne lui était pas le moins du monde étranger, bien au contraire, c'était même un nom qu'il avait eu un peu trop tendance à entendre dernièrement. Manifestement, cette femme avait un lien de parenté avec Pomona, et avant même qu'elle ne le lui confirme, il avait présumé qu'il s'agissait de sa mère. Ce qui ne l'arrangeait pas du tout... Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire au bureau des Aurors ? Si elle prenait la peine de confirmer son lien de parenté avec la jeune femme présumée criminelle, c'est qu'elle devait avoir un rapport, quel qu'il soit, avec sa venue ici. Avait-elle des doutes quant à sa culpabilité ? Ce serait la pire chose possible. L'affaire était close et enterrée, et avait eu des conséquences déjà bien assez importantes, il ne fallait pas que ce soit pour rien. Si l'enquête devait être rouverte, non seulement la petite amie de Seth serait "morte" pour rien, mais en plus ils seraient de nouveau sur la sélette, ce qui serait très clairement un scénario catastrophique. Mais bon, mieux valait ne pas mettre la charrue avant les boeufs, il voulait savoir ce qu'il en était. Elle se contenta de lui affirmer vouloir discuter avec quelqu'un qui pourrait lui parler d'elle...

-Eh bien, je l'ai un peu côtoyée quand elle travaillait ici, tout dépend de ce que vous voulez savoir.

Gwendall n'était clairement pas le mieux pour parler de Pomona. Il ne savait pas grand-chose d'elle au bout du compte, et même s'il leur était arrivé de travailler ensemble, ça n'avait jamais été bien souvent ni très longtemps. A croire que McDowell avait tout fait pour éloigner le plus possible sa bête noire de sa petite protégée. Gwendall savait que si Esther cherchait vraiment à discuter de sa fille auprès de quelqu'un qui la connaissait bien, c'était plutôt à Seth qu'elle devrait s'adresser, mais il allait éviter de lui révéler cette information. Il était à ses yeux évident que cela ne ferait aucun bien à Seth que de devoir s'infliger une longue et éprouvante conversation avec la mère de la femme qu'il avait tant aimée, et qu'il avait tant de peine à oublier (ce qu'il ignorait dans l'affaire, c'est que Seth n'avait plus vraiment la nécessité de l'oublier à présent). Alors autant qu'il se coltine le sale boulot. Après tout, c'était vrai, tout dépendait effectivement de ce qu'elle avait envie de savoir. Les raisons de la présence d'Esther Fitz ici restaient obscures, d'autant plus que cela faisait tout de même plusieurs mois que le sort de Pomona avait été scellé. Elle attisait sa curiosité, c'est une certitude.






code by Mandy


_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 64
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Sam 11 Aoû - 10:45

Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
Esther ne savait toujours pas si elle faisait bien de se retrouver là, si elle faisait bien de se rendre au bureau des Aurors pour parler de sa fille. Surtout au vu des conditions. Après tout, sa fille était quand même coupable, elle avait trahi ce bureau et peu de personne devait l’apprécier. Elle était quand même l’assassin du ministre de la magie… du moins aux yeux de tous. Est-ce qu’elle l’était vraiment ? Esther devrait croire que oui, pour son bien-être, mais au fond elle ne parvenait pas à le croire complètement. Elle ne connaissait pas Pomona, par la force des choses, elle devait bien s’en rendre compte. Mais quand même, elle avait envie de se dire qu’elle ne pouvait pas avoir faire une chose pareille, qu’elle ne pouvait pas être un assassin parce qu’elle avait un trop grand sens de la justice. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait tout quitté afin de rentrer au bureau des Aurors après tout. Qu’elle avait été reniée par ses parents, ce que Esther regrettait plus que tout.

L’homme sous ses yeux affirma qu’il avait un peu côtoyé sa fille, quand elle travaillait ici, et que tout dépendait évidemment de ce dont elle avait besoin de savoir. Soit, il semblait évident que l’homme sous ses yeux ne connaissait peut-être pas vraiment sa fille, mais dans tous les cas… Esther se disait qu’il la connaissait plus qu’elle. Pour la simple et bonne raison qu’il l’avait vu quand elle était Auror, ce qui n’avait pas été le cas de sa mère.

« Je me doute que vous devez trouver tout ça étrange mais… » Esther même trouvait ça étrange de se trouver ici et Bradley lui en voudrait à coup sûr s’il devait l’apprendre, elle espérait que ça n’allait pas être le cas d’ailleurs. « Est-ce que vous pouvez me dire comment elle était ? Quand… quand elle travaillait ici ? »

Elle se doutait que l’homme pourrait très bien décider de l’envoyer balader, parce qu’il n’aurait pas envie de parler d’une criminelle qui avait quand même trahi le bureau des Aurors. Mais elle tentait le coup. Si jamais l’homme ne lui répondait pas, elle s’en irait sans aucun doute sans rien demander de plus et elle partirait bredouille. Elle aurait essayé. Essayé quoi au juste ? Elle ne savait pas. Peut-être un désir idiot de se raccrocher un peu à sa fille, alors qu’elle n’était plus de ce monde. Alors qu’elle ne changerait pas le destin et que rien ne pourrait réellement la rapprocher de Pomona. Sans qu’elle ne se doute évidemment que sa fille était bel et bien vivante et que tout espoir n’avait pas entièrement disparu. Quand bien même, le fait que Pomona respire encore (du moins qu’elle le faisait en aillant encore son âme, sans avoir subit l’horreur du baiser du détraqueur) n’allait pas signifier que tout pourrait s’arranger, bien au contraire. Mais dans tous les cas, Esther ignorait tout pour le moment.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1395
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Sam 11 Aoû - 14:28


Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
I

l est vrai que les questions d'Esther pouvaient sembler étranges, mais l'Auror ne considérait pas qu'elles l'étaient tant que ça. Il ne connaissait pas grand chose de l'histoire des Fitz. Le peu qu'il savait de Pomona, il l'avait appris par l'intermédiaire de Seth, et il ne passait pas tout son temps à parler d'elle, même s'il était évident qu'il en était profondément amoureux. Malgré tout, il avait bien compris que les rapports entre les parents et la fille Fitz n'avaient pas été des plus cordiaux avant la disparition de Pomona. Et forcément, sa mère, maintenant qu'elle avait perdu sa fille sans avoir pu se réconcilier avec elle, avait peut-être des regrets... Ne le devait peut-être pas, il est vrai, si tant est que l'on admette que Pomona était bel et ben coupable de l'assassinat du ministre de la magie. Mais c'était sans doute ce qu'on appelait l'instinct parental. Gwendall était convaincu que quand son fils ou sa fille viendrait au monde, il l'aimerait quoi qu'il puisse faire, et s'il devait se brouiller avec, il chercherait sans doute tous les moyens possibles de s'en rapprocher précisément. Même s'il était trop tard. Gwendall pourrait bien réagir froidement, décider de ne pas répondre aux questions de son interlocutrice, mais il décida de se montrer plus agréable et conciliant envers elle. Ca ne lui coutait rien de li répondre dans tous les cas quoi qu'il en soit.

-Eh bien...
Il réfléchit à la meilleure manière de présenter les choses. De toute évidence, Esther avait besoin de se sentir un peu plus proche de sa fille, mais il n'était pas forcément le mieux placé malgré tout pour lui donner ce genre de détails. Il n'avait jamais pris la peine de bien connaître Pomona, en fin de compte. Elle était très sérieuse, l'un des employés les plus sérieux du bureau. Elle ne ménageait jamais ses efforts et ne comptait pas ses heures supplémentaires. Elle avait vraiment des résultats brillants, surtout compte tenu du peu d'expérience qu'elle avait dans nos bureaux. C'était à en être jaloux, d'ailleurs. Elle était sacrément douée, et Gwendall, qui s'estimait l'être, se trouvait bien moins de reconnaissance qu'elle, arrivée plus tôt. Enfin bon. Personne ne serait imaginé qu'elle... suivrait cette voie-là.

Même s'il ne voulait pas enfoncer le clou, il fallait tout de même qu'il tienne son rôle. Et pour ce faire, il n'y avait pas mille manières de procéder, il fallait tout de même revenir sur les crimes pour lesquels Pomona avait été inculpée et condamnée. Même s'il savait qu'elle n'en était pas une, il devait prétendre la considérer comme une criminelle, il n'avait pas le choix. C'était sa propre couverture qui était en jeu.







code by Mandy


_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 64
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Sam 13 Oct - 10:44

Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
Esther avait conscience que ses questions pouvaient sembler étrange et elle avait aussi conscience que l’homme sous ses yeux pouvait très bien décider de ne pas lui répondre et/ou de l’envoyer se faire voir. Elle ne manqua pas de se montrer soulagé quand il accepta de répondre à ses questions, quand bien même ça ne devait pas le mettre dans une position vraiment facile. Parce qu’ils parlaient quand même d’une jeune femme qui avait trahi tout ses collègues… parce que Pomona avait tué le ministre de la magie. Esther avait tant de mal à l’imaginer capable de faire une chose pareille, mais ça n’enlevait pas le fait qu’elle l’avait sas aucun doute bel et bien fait puisqu’elle était coupable. Ou pas. Mais dans tous les cas, le monde entier la considéré comme coupable et forcément le nom de Fitz n’était pas le plus apprécié ces derniers temps. Oh, Bradley et elle prenaient suffisamment sur eux – même si c’était un exercice vraiment difficile –, et Pomona avait quitté leur famille, pour qu’au final on ne leur reproche pas tant que cela les actes de leur fille. Mais quand même. Et plus elle y pensait, moins la femme n’arrivait à se dire que sa fille avait pu faire ce qu’elle avait fait.

Les propos de l’Auror qu’elle avait sous les yeux ne pouvaient pas la pousser en ce sens en prime, alors qu’il affirmait qu’elle était une femme très sérieuse, une des employées les plus compétentes du bureau, malgré sa faible expérience. Une personne qui ne comptait pas ses heures. Quand l’homme lui décrivait comment était sa fille dans son travail, Esther n’avait aucun mal à l’imaginer. Parce qu’elle avait toujours été très sérieuse et très consciencieuse (un peu trop par moment). Elle lui faisait penser à Bradley ainsi, même si elle ne pouvait pas entièrement les comparer non plus. Elle avait donc des résultats brillants. Et personne ne s’imaginait qu’elle ferait ce qu’elle avait fait…

« Vous pensez vraiment qu’elle… »
Esther hésita une seconde avant de reprendre, quand bien même le début de sa question laissait clairement sous-entendre ce qu’elle demandait. La sorcière prenait des risques après tout, déjà en parlant à cet homme, elle n’avait pas envie que ça arrive aux oreilles de Bradley. Malheureusement, elle avait le sentiment qu’il serait bien incapable de la comprendre, comme bien souvent. « Vous pensez vraiment qu’elle a pu faire ça ? »

Elle avait été condamnée, mais Esther avait particulièrement de mal à se dire que sa fille avait pu commettre un acte aussi ignoble que celui-là. Parce que justement, elle avait bravé l’autorité de ses parents dans le but de mener sa propre vie, de rentrer dans le bureau des Aurors. Comme l’homme sous ses yeux l’avait dit, elle était douée, sérieuse… pourquoi tout gâcher ? Vraiment, la sorcière ne parvenait pas à se dire qu’il était possible que sa fille ait fait ça, même s’il était évident qu’elle ne pouvait pas remettre le jugement en cause.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1395
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   Sam 13 Oct - 11:37


Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir.
D

e ce que Gwendall avait entendu des Fitz (même s'il ne s'était, honnêtement, intéressé à leur histoire que dans une moindre mesure), il ne s'était pas forcément attendu à ce que les parents de Pomona réagisse ainsi à la condamnation de leur fille, supposée considérée comme morte à leurs yeux, suscite de telles réactions, mais une fois encore, il était capable de comprendre. On ne nourrit sans doute un véritable instinct paternel ou maternel que dès l'instant où on devient parent ou qu'on sait qu'on va le devenir. Et quoi qu'on puisse dire, penser ou décider... notre enfant reste sans doute toujours notre enfant. En tout cas, quand l'Auror entendait Esther, il entendait très clairement une mère digne certes mais tout de même démunie face au sort qui avait été réservé à sa fille, et qui cherchait des réponses où il n'y avait que des questions, qui essayait d'avancer en comprenant mieux la situation. En tout cas, il était à présent manifeste qu'Esther ne voulait pas totalement croire en la culpabilité de sa fille... C'était sans doute instinctif, chez tout parent, de vouloir trouver le meilleur fond à ses enfants.

Mais dans le cas de Pomona, Esther avait raison de douter. Quand on la connaissait un peu, même de réputation, on réalisait bien vite que son caractère et ses habitudes ne coïncidaient pas avec ceux d'un(e) criminel(le). Et pour cause, Pomona Fitz n'en était pas une, de criminelle. Et Gwendall était très bien placé pour le savoir, puisqu'il faisait partie de ceux qui devraient se retrouver à Azkaban à sa place. Raison pour laquelle il ne comptait pas faire varier son discours, même pour rassurer son interlocutrice. Il ne s'exprimerait pas d'une autre manière quoi qu'il en soit, et il comptait bien corroborer les théories du ministère quoi qu'il en soit, il avait tout intérêt à ne pas différer de la version officielle, très clairement. Malgré tout, il comptait dire les choses délicatement, ne surtout pas faire de vagues ou ébranler le peu de confiance qu'il restait à Esther.

-Je n'ai pas participé à l'enquête
, dit-il afin de pondérer les choses et de ne pas se montrer trop catégorique. Malgré tout, il ne comptait pas faire naître de faux espoirs dans l'esprit de son interlocutrice. J'ai été pris de court par ses résultats mais... je crois qu'on ne connais jamais vraiment les gens et ce dont ils peuvent être capables. Il marqua une légère pause. En tout cas, j'ai toute confiance dans les collègues qui ont été chargés de l'affaire.

Ce n'était pas tout à fait vrai. Exception faite de Seth, qui était pourtant "l'autre traître", il ne tenait pas forcément ses collègues en grande estime. La preuve, pour le coup, ils s'étaient clairement foirés, une fois n'est pas coutume.






code by Mandy


_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Savoir ne sert peut-être à rien, mais il faut savoir. (Gwendall :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ? Ethan
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ? Heather
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-