AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Lun 7 Mar - 19:30

Zelda regardait la fenêtre d’un air absent, sans voir vraiment ce qui se déroulait dehors, et c’était sans doute mieux pour elle, parce que ce qu’il y avait dehors n’était pas franchement réjouissant. Il faisait moche. Il n’y avait pas d’autres mots pour décrire le temps qu’il faisait de l’autre côté de la fenêtre. Il pleuvait, mais ce n’était pas vraiment de l’eau qui tombait du ciel. Il faisait trop froid pour ça, et ce n’était pas vraiment de la neige, parce qu’il faisait trop chaud pour ça aussi. Donc à la place, on avait droit à une espèce de bouillie visqueuse qui ne ressemblait à rien et qui avait le même gris que les nuages épais qui empêchaient de voir le ciel. Ce spectacle aurait sérieusement pu affecter le moral de Zeld’, mais voilà, comme elle regardait sans regarder, ça lui faisait ni chaud ni froid, et c’était bien le cas de le dire.

En vrai, si elle avait décidé de se poster près de la fenêtre, c’était parce qu’elle subissait un sérieux mal de crâne qui l’empêchait de réfléchir, et elle détestait ça. ça devait être un de ces fichus mioches qui lui avait refilé un virus. Ou alors elle s’était toujours pas remise des hommes en blanc qui s’étaient invités dans son infirmerie préférée. Ou encore elle était juste fatiguée. ça faisait plusieurs jours qu’elle ne dormait presque pas. Dans tous les cas, cette fichue migraine envahissait son crâne, et elle était tenace. Bien sûr, l’infirmière qu’était Zeld’ connaissait à peu près toutes les solutions miracles existantes pour se débarrasser des maux de tête, mais quand ça voulait pas, ça voulait pas. Un bon psy aurait dit que c’était parce que son mal était psychologique, mais comme Zeld’ n’accordait pas beaucoup de foi à cette nouvelle médecine qu’elle trouvait aléatoire et peu scientifique, elle ne l’aurait pas écouté. Donc elle attendait que ça passe, mettant une confiance inébranlable dans ses remèdes miracles, et le temps qu’ils agissent, elle appuyait son front contre les carreaux de la fenêtre. La sensation de froid lui faisait un bien fou.

Mais ça ne dura pas, on toqua à la porte. Zeld’ ne répondit pas tout de suite. C’était p’têt urgent, un gosse était sur le point de clamser, p’têt, qui sait? Mais les chances étaient minces, et là, elle avait pas franchement envie de lâcher la fenêtre. Mais bon, c’était son métier, d’aider les autres (et vu comme elle était peu altruiste, c’était surprenant, quand on y pensait, qu’elle ait choisi un métier comme celui-là), alors elle fit son métier, et finit par lâcher le carreau. Son front était humide, maintenant.

“Entrez!” dit-elle en se redressant, histoire de pouvoir accueillir son ou sa futur(e) patient(e) en ayant pas l’air trop mal en point, même si son teint blanchâtre devait un peu dire le contraire. Mais bon, c’était un principe, pour elle, d’avoir l’air en forme et énergique, elle devait montrer l’exemple à tous ces présumés mourrants qui venaient agoniser à sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Jeu 10 Mar - 9:08

L’infirmerie, le lieu, très contraditoirement, où Pomona se sentait le mieux. Elle prenait beaucoup de plaisir à passer du temps auprès de Zelda Sparkley, l’infirmière.

A son contact, et tout ce qu’elle l’apprenait, elle avait le sentiment agréable de faire quelque chose d’utile, qui lui aurait presque donné l’envie d’imiter celle qu’elle assistait et pour qui elle avait tant d’estime. Elle l’aurait fait, sûrement, si ses rêves de petites filles ne la rappelaient pas au fou projet d’avenir anthropologique auquel elle faisait au mieux de croire, bien que parfois avec une certaine difficulté.

Pomona étant d’un naturel robuste, il était très rare qu’elle tombe malade, même au fréquent contact des grippeux qui défilaient toujours dans cet espace blanc et hermétique.

La plupart du temps, quand elle se rendait à l’infirmerie, c’était donc pour assister Zelda plus que parce qu’elle était souffrante. Elle n’était pas coutumière de ce type de visite, et celles-cis ne la mettaient d’ailleurs pas vraiment à l’aise.

Cette fois-ci faisait exception. Pomona n’était pas pour ainsi dire malade, elle devait se rendre à l’infirmerie pour un examen, qui n’était pas non plus exactement dû au fait qu’elle ait été malade plus tôt.

Pomona était allée voir l’infirmière la semaine précédente, tordue de douleur, chacun de ses membres manifestant les élancements de la torture qu’elle avait subi plus tôt.

Elle n’avait d’abord pas voulu aller voir l’infirmière, après que Jo lui ait fait subir toutes les souffrances possibles, mais elle n’avait pas tenu le coup, elle allait trop mal, elle avait donc cédé à la simplicité en allant voir Mrs Sparkley.

Zelda avait été très intriguée par l’état de Pomona, mais elle avait eu la noblesse d’esprit de la croire, ou dans tous les cas de faire semblant, quand la jeune fille s’était contentée de répondre qu’elle avait fait une chute dans les escaliers.

Même si Pomona avait une entière confiance en Mrs Sparkley, elle ne voulait pas lui dire la vérité sur ce qui s’était passé réellement, de crainte qu’il n’arrive malheur à Jo. Pour quelque chose d’aussi grave, elle pouvait être renvoyée.

Pomona tenait donc sa langue, résignée à garder cet épisode pour elle et à ne le révéler à personne, pas même à Jo, qui, si cela se trouvait (et Pomona l’espérait vraiment pour elle), avait tout oublié de leur mésaventure.

C’était un secret qu’elle garderait pour elle, consciente que c’était sûrement ce que Jedusor voulait, que cette mésaventure, si grave soit-elle, ne soit jamais connue de personne.

Elle ne pouvait rien dire sans faire tomber Jo, ce qu’elle ne voulait pas, et Pomona était certaine qu’il en avait eu conscience, elle était prise au piège. Après toutes ces années passées à essayer de l’éviter, à échapper à sa toile, voilà qu’elle se retrouvait en plein dedans.

Elle retournait à l’infirmerie à la demande de Mrs Sparkley, afin de vérifier que ses soins avaient bien fonctionnés. Ce n’était pas vraiment utile, Pomona allait effectivement mieux, et elle s’était senti mieux dès le premier médicament avalé, mais un prétexte pour se trouver en compagnie de celle qu’elle considérait comme un modèle était toujours bon à prendre.

Elle toqua à la porte de l’infirmerie.


“Entrez!”

Pomona entra en effet.

“Bonjour Mrs Sparkley.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Jeu 10 Mar - 21:40

C’était Pomona, cette brave petite Pomona, qui n’était pas si petite que ça, d’ailleurs. Il n’y a pas longtemps, la semaine dernière, en fait, la jeune fille lui était arrivée à l’infirmerie toute mal en point. Elle n’avait rien voulu lui dire sur ce qui c’était passé, mais il ne fallait pas avoir inventé la poudre pour comprendre qu’il s’était passé quelque chose de grave, qui n’avait absolument rien à voir avec une minable chute dans les escaliers. Zeld’ s’était sentie un peu déçue que Pommy ne lui ait pas dit la vérité, mais elle ne pouvait pas l’obliger. Pourtant elle n’aurait rien dit et elle ne l’aurait pas jugé, elle était tenue au secret professionnel, et même si ça n’avait pas été le cas, elle avait assez d’affection pour sa petite protégée pour respecter son secret si elle l’avait voulu. Zeld’ se demandait vraiment ce qui avait pu se passer, elle avait quelques théories sur le sujet, mais elles étaient toutes assez effrayantes, et Zeld’ espérait vraiment que la jeune fille n’avait pas eu à subir quoi que ce soit des suppositions de l’infirmière, même si l’évidence voulait que oui. En tous cas, l’infirmière allait garder un oeil sur elle, maintenant, si elle s’était mise dans le pétrin, Zeld’ ne laisserait pas les choses s’agravrer.

“Ah bonjour Pomona.”

L’infirmière la jugea du regard un moment. A vue de nez, elle avait l’air d’aller beaucoup mieux. En même temps, Zeld’ connaissait son travail, pour elle, il était impossible que quelqu’un qu’elle soignait ne guérisse pas rapidement, elle était convaincue de ses talents et de ses compétences, et les résultats lui donnaient raisons, alors bon.

“ça a l’air d’aller. Assied-toi, je vais quand même faire quelques vérifications.”

Ce n’était qu’une question de formalité, mais Zeld’ y tenait beaucoup, elle avait un côté perfectionniste. Et aussi, maintenant qu’elle avait sa petite serpy sous la main, elle espérait encore réussir à lui soutirer quelques informations sur ce qui lui était arrivé. Elle n’avait pas trop d’espoir quand même, elle savait très bien que la jeune fille était aussi têtue qu’elle, c’était ce qui lui plaisait chez elle. Même si là, elle aurait bien aimé qu’elle soit moins bornée qu’elle. Elle aurait du mal à l’aider en quoi que ce soit si elle ne se laissait pas faire. Comme quoi, ça aussi, elles l’avaient en commun, elles ne se souciaient de personne et quand elles décidaient enfin de le faire, c’était pour venir en aide à des cas désespérés.

“Je suppose que tu ne me diras toujours pas comment ça t’es arrivé en réalité.”

Zeld’ savait déjà ce que Pomona allait lui répondre, mais bon, comme ça, on ne pourrait pas dire qu’elle n’avait pas essayé. Elle s’en serait voulu si elle n’avait pas fait un minimum d’efforts. Si Pomona avait été victime d’un sortilège impardonnable- ce qu’elle pensait, alors les choses ne s’arrêteraient sûrement pas là. Elle avait déjà songé à prévenir Dippet de la situation, mais elle ne voulait rien faire tant qu’elle ne connaissait pas les circonstances de tout ça. Imaginons (même si c’était difficile à croire) que Pomona ait déclanché les hostilités, elle ne voulait pas qu’il lui arrive malheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mar 15 Mar - 8:23

“Ah bonjour Pomona.”

Mrs Sparkley semblait un peu surprise de la voir, elle avait dû oublier que Pomona lui avait dit qu’elle viendrait la voir aujourd’hui. Pomona se sentait presque un peu vexée du peu d’attention qu’elle lui accordait, mais celui-ci demeurait tout à fait excusable.

Ces derniers temps, l’infirmière avait eu du pain sur la planche, l’accident de Prés-au-lard l’avait contraint à assumer de nombreuses et lourdes responsabilités, et les médecins qui avaient insisté pour la seconder n’avaient pas dû aider à améliorer son humeur.

Cela se sentait, d’ailleurs, à la voir, on le devinait déjà facilement. La fatigue dominait le moindre trait de son visage, elle était vraisemblablement exténuée.

Pomona aurait bien aimé lui venir en aide dans ce moment où elle en avait eu le plus besoin. Mais en la circonstance, personne n’avait voulu qu’elle traîne à l’infirmerie, y compris l’infirmière elle-même. Le ministre avait dû rester là quelques temps, alors l’infirmerie était devenu un sanctuaire méconnaissable.

Jamais tant de courbettes malaisées n’avaient été faites en cet endroit, et nul doute que leur spectacle avait dû agresser le regard de Zelda et ajouter à sa fatigue.


“ça a l’air d’aller. Assied-toi, je vais quand même faire quelques vérifications.”

La jeune fille ne se fit pas prier, elle n’aimait pas les ordres directs, mais ceux-cis ne la dérangeait guère quand ils venaient de son “mentor”, car quels que soient les mots qu’elle pronnonce, Pomona avait la conviction qu’ils étaient fondés.

Pomona, assise, attendit donc que Mrs Sparkley fasse ses vérifications, bien qu’elle savait déjà qu’elle ne trouverait rien, Pomona se sentait bien, il n’y avait fort heureusement pas la moindre séquelle.

“Je suppose que tu ne me diras toujours pas comment ça t’es arrivé en réalité.”


Pomona se sentit un peu gênée, elle aurait eu très envie de le lui avouer, d’autant plus qu’elle avait en partie sûrement déjà deviné, mais même à elle, elle ne pouvait rien dire, et ce malgré l’infini respect qu’elle avait pour elle. Elle ne pouvait rien dire, pour le bien de Jo.

Elle aurait pu se défendre et protéster, mais cela n’aurait fait que l’enfoncer. Elle se contenta donc de secouer rapidement la tête de gauche à droite. Zelda respecterait son silence, faute de l’apprécier, elle en était certaine.


“Je me sens très bien. Si vous avez besoin d’aide, d’ailleurs, je me sens tout à fait capable de vous assister.”

C’était d’ailleurs là l’une des raisons majeures de sa venue, bien plus que son état de santé, elle aimait le temps qu’elle passait à assister Zelda Sparkley à son ouvrage, et cela lui avait manqué, dernièrement. A présent que les “hommes en blanc” s’en étaient allés, sans doute accepterait-elle qu’elle retourne aux activités habituelles qui lui plaisaient tant.

Elle se redressa, l’infirmière avait fini de l’inspécter, et Pomona espéra en son for intérieur qu’elle n’insisterait pas davantage sur la question. C’était une page qu’elle voulait tourner. Même si ce serait sans doute difficile, et que chaque moment où elle voyait Jo, qui lui souriait sans se douter de rien, et Jedusor, qui lui souriait hypocritement tout en sachant qu’elle savait tout lui était douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Lun 21 Mar - 8:31

Pomona avait effectivement l’air de se porter comme un charme. Zeld’ était ravie de pouvoir faire un tel diagnostic, elle n’aurait pas apprécié que sa petite protégée subisse les séquelles d’elle ne savait pas quel coup foireux où elle avait eu la très mauvaise idée de se fourrer. Au moins, pour ça, elle pouvait être rassurée, mais pas pour le reste, si Pomona se retrouvait vraiment dans des situations délicates, ce ne serait sûrement pas la dernière fois qu’elle débarquerait à l’infirmerie avec l’air d’être sur le point d’y passer. Pauvre petite. Si encore elle voulait bien admettre qu’il lui était arrivé quelque chose de grave, mais non, tu parles, à la place, elle préférait faire comme si de rien n’était, et ignorer délibérément sa question. Bon, Zeld’ aurait pu insister, mais elle savait bien que Pomona était aussi têtue qu’elle et ne cracherait pas le morceau de sitôt, sauf peut-être sous la torture, et c’était quand même pas l’infirmière qui allait la torturer. Surtout qu’apparemment, elle avait eu son compte, de ce côté là.

Tout en évitant soigneusement de répondre à sa question, donc, Pomona proposa son aide à Zelda. C’est vrai que ça faisait un moment que la vert et argent n’avait pas eu l’occasion d’aider l’infirmière. Il faut dire qu’en ce moment, Zeld’ avait été très occupée, et n’avait pas francjement eu le temps de garder sa petite protégée avec elle, surtout qu’elle se serait fait rembarrer par ces crétins qui se faisaient passer pour des médecins histoire de la rendre chèvre. Maintenant que la situation s’était calmée, Pomona pouvait très bien reprendre du service auprès d’elle, ça lui ferait même du bien, d’avoir un peu d’aide, étant donnée sa migraine persistante. Et puis, bon... elle aimait bien passer du temps avec Pommy, c’était un peu comme sa fille. Bon, elle pouvait pas avoir autant d’affection pour elle qu’elle en avait pour Louisa, mais assez pour aimer les moments qu’elle passait à la prendre sous son aile. Elle n’hésita donc pas bien longtemps avant de hocher la tête.


“Bien sûr. Que dirais-tu de t’occuper de l’inventaire des médicaments?”

C’étaient le genre de corvées qui fatiguaient Zeld’ rien que d’y penser, mais il fallait bien le faire. Puis, l’infirmière était presque certaine que les squatteurs de ces dernier jours avaient profité de leur statut soi-disant privilégié pour lui piquer des médocs en douce. Evidemment, si elle voyait que quoi que ce soit manquait à l’appel, ça allait sérieusement barder. On peut plus avoir confiance en personne, de nos jours... A part peut-être en Pomona? Et encore, apparemment, la confiance ne régnait pas complètement puisqu’elle refusait obstinément de lui expliquer pourquoi elle avait fini dans l’état où elle était la semaine d’avant. Non, en fait, on ne pouvait vraiment plus avoir confiance en personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mar 22 Mar - 9:25

“Bien sûr. Que dirais-tu de t’occuper de l’inventaire des médicaments?”


Pomona acquiesça, un léger sourire aux lèvres, ravie de pouvoir reprendre du service auprès de l’infirmière.

Elle ne s’était pas attendu à le ressentir à ce point, mais l’infirmerie lui avait terriblement manqué, bien qu’elle ne l’ait pourtant quitté qu’un temps très court.

Elle aimait ces moments de responsabilité, sous cet angle, elle avait l’air d’une adulte, et même si le travail qu’elle accomplissait n’était pas forcément bien fascinant, elle prenait beaucoup de plaisir à la tâche.

Ce devait être ça, l’amour du travail bien fait. Sans compter qu’il était assez reposant de se dire que si sa carrière d’ethnologue ne démarrait pas sur des chapeaux de roue (ce qui risquait fort d’être le cas), elle avait une parade.


“Bien sûr, sans problèmes.”

Ni une ni deux, la jeune fille se dirigea donc vers la réserve de l’infirmerie. Une réserve poussiéreuse.. Allez savoir depuis combien de temps elle n’avait pas été nettoyée.

Elle aimait beaucoup la réserve, on y trouvait toute sorte de médicaments, certains plus insolites que les autres. Il y en avait dont l’aspect était si peu râgoutants qu’ils pouvaient vous dégoûter à vie de l’envie de tomber malade. Connaissant Zelda, c’était peut-être d’ailleurs une feinte de sa part.

Depuis le temps qu’elle se chargeait de faire l’inventaire des médicaments, elle devenait incollable sur presque chacun d’entre eux. À chaque médicament, elle reconnaissait la maladie qu’il guérissait... Pour son plus grand plaisir.

Les médicaments étaient triés par ordre alphabétique. Du moins ils l’étaient depuis que Pomona avait été chargée d’en faire l’inventaire la première fois.

Si Zelda parvenait à se retrouver dans le capharnaüm qui existait dans cette réserve auparavant, elle, n’y était pas arrivée avant de décider d’y mettre un peu d’ordre. Et c’était très certainement pour cela que Zelda aimait voir Pomona s’occuper des médicaments.

Elle avait accroché la liste des remèdes, potions, et plantes médicinales sur la porte de la réserve, et elle vérifiait au fur et à mesure que rien ne manquait.

Occupée à sa besogne, elle n’entendit pas tout de suite qu’on ouvrait la porte, elle ne comprit que quelqu’un d’autre était entré dans l’infirmerie que lorsqu’elle entendit Zelda parler.

Comme à son habitude, Pomona se rapprocha de la porte de la réserve, espérant ainsi, entendre quelques informations qui pourraient, qui sait, lui être utiles.

Elle devait bien l’admettre, elle pouvait être une redoutable espionne, quand elle le voulait. C’était comme cela, après tout, qu’elle avait recueilli tant d’informations sur chacun de ses “sujets”.

Elle n’allait pas être déçue.

(À toi, Tom Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11403
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mer 30 Mar - 23:33

    Et voilà, on y était. Tom avait eu l’espoir de ne plus jamais avoir à se rendre dans cet endroit qu’il évitait par-dessus tout. Le seul lieu de Poudlard, à vrai dire, où il avait toujours très soigneusement évité de mettre les pieds. Oh, ce n’était pas tant le lieu en soi, qui le dérangeait, c’était davantage les raisons qui auraient pu le pousser à s’y rendre. Ce lieu, vous l’aurez très certainement compris ne serait-ce que parce que c’est là que se déroule le rp, était l’infirmerie, le lieu des malades, des estropiés, des... des faibles... des victimes de leur humanité. Tom n’avait jamais aimé tomber malade. Il avait toujours voulu se montrer fort, au-delà des contraintes qui pouvaient affaiblir l’être humain moyen. À l’orphelinat, tous les enfants avaient droit chaque année à une visite de routine effectuée par un médecin stupide qui les déshabillait, les pesait, les oscultait avec autant de délicatesse que s’ils avaient été du bétail... Puis Mrs Cole avait ensuite insisté pour lui faire voir d’autres types de médecins, supposés l’aider à... mettre un terme aux problèmes mentaux qu’il aurait apparemment accumulé. Dans tous les cas, sa rencontre avec ces éminents membres du corps médical ne l’avaient pas particulièrement aidé à avoir autre chose que de l’animosité à l’égard des blouses blanches. Mais sa hântise de l’infirmerie ne pouvait s’expliquer seulement par un traumatisme enfantin, Tom refusait tout simplement l’idée d’être malade, d’être en position de faiblesse, de ne pas être entièrement maître de soi. Heureusement pour lui, l’Héritier n’était que rarement malade, mais quand cela avait le malheur de lui arriver, il avait bien trop de fierté pour recevoir l’aide de qui que ce soit, même s’il pouvait s’agir de personnes expérimentées. Tom, généralement, s’arrangeait pour se soigner tout seul.

    ... L’ennui, c’est que le mal qui l’accablait, à cet instant précis n’avait rien d’une maladie naturelle, qui puisse se soigner avec un minimum de connaissances en matière de plantes et potions. Ce mal, c’était lui-même qui se l’était insufflé, et la situation était d’autant plus frustrante. Il était à l’origine de cette migraine insupportable, de cette fatigue tenace... et il n’était pas capable de mettre un terme à ce dont il était pourtant l’instigateur. Une telle position de faiblesse, une telle vulnérabilité... Il avait l’impression de se saborder lui-même, dans ce genre de situations, et le pire, bien sûr, était qu’il ne pouvait rien y faire. Il avait longtemps hésité, bien sûr, avant de choisir cette solution extrême qu’était le fait d’accepter d’aller voir l’infirmière, il avait attendu plusieurs jours, même. Mais rien n’y faisant, il s’était résigné. Il ne pouvait demeurer dans cet état, cela lui nuirait plus, à la longue que le fait de mettre sa fierté de côté pour accepter une aide extérieure.

    ... Alors voilà, voilà qu’il toquait à la porte de l’infirmerie pour la deuxième fois de sa vie depuis qu’il était à Poudlard (la première fois était au cours de sa première année, quand il ne savait pas encore se réparer le bras tout seul). Bien sûr, n’imaginez pas que cet acte était le fruit d’une simple résignation, il fallait vraiment qu’il se trouve dans le plus sale des états pour faire ce qu’il était en train de faire... et c’était effectivement le cas. Son teint déjà habituellement pâle était spectrale, on aurait presque pu croire qu’il était transparent, de lourdes cernes marquaient son regard, déjà maigre, il était plus amaigri encore, et surtout, toute la fatigue qu’il avait accumulé dernièrement rendait le moindre de ses mouvements difficiles. Il devenait de plus en plus dur de dissimuler son malêtre à ceux qui l’entouraient, et lui, se devant toujours de se montrer digne et impeccable, devait renoncer à sa fierté au nom de son image, c’était une fatalité.

    L’infirmière l’invita à entrer, et Tom s’executa. Beaucoup de rumeurs, pas toujours très élogieuses, couraient autour de la fameuse Zelda Sparkley, hântise de certains élèves. Cela l’intéressait peu, il n’avait presque jamais eu affaire à elle, et pour cette raison,elle ne montrerait sûrement pas à son égard le même scepticisme qu’avec certains autres.


    “Bonjour”. fit-il d’une voix faible avant de s’asseoir presque instinctivement sur le lit le plus proche. Faible... définitivement trop faible.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mar 5 Avr - 12:18

Brave petite Pommy, elle ne s’était pas faite prier une seule seconde. C’était une bosseuse, une vraie travailleuse. Décidément, le tempérament de la vert et argent lui plaisait beaucoup, elle lui faisait beaucoup penser à elle à son âge, la même lucidité, accompagné d’une magnanimité, d’une autonomie et d’un soin particulier. Dommage, apparemment, la médecine ne la tentait pas, pourtant, il était clair et net pour Zeld’ que c’était là sa voie. Mais elle était encore toute jeune, elle aurait bien le temps de réaliser ses erreurs... ou la véracité de son jugement. Dans tous les cas, Pomme était la reine de l’inventaire, et pour Zelda, l’avoir à contribution était une aubaine. Elle faisait le boulot ingrat, et ça ne lui posait apparemment aucun problème. Vraiment, brave petite!

Perdue dans ses considérations, refaisant au hasard un lit dont les draps étaient un tout petit peu désordonnés, elle entendit qu’on toquait à la porte. Décidément, les moments de répits étaient rares, quand on était infirmières. En même temps, elle était seule pour un impressionnant effectif, pas étonnant que son travail ne connaisse presque pas d’interruption. Même si très franchement, elle mériterait d’être beaucoup mieux rénumérée que ça, elle s’en était déjà plainte à Dippet, sans succès. Les mots des femmes rentrent par une oreille et ressortent par l’autre, c’est ça? Enfin bref, Zeld’ sortit son habituel “Entrez” sec et pas franchement accueillant, et la porte s’ouvrit sur Tom Jedusor. Tiens donc. Bon, à vrai dire, elle n’avait retenu son nom que parce que ses prodiges avaient été hurlés sous tous les toits l’année passé (c’était quand même lui qui avait coincé le méchant demi-géant dégommeurs de sangs-de-bourbe), et aussi parce que ce crétin de Slughorn ne tarissait jamais d’éloges à son sujet. C’était même épuisant (quoi qu’elle n’en avait plus trop entendu parler, depuis quelques semaines). Enfin brefk, s’il n’y avait pas eu ça, ç’aurait été pour elle un parfait inconnu. Il n’était venu qu’une fois ici, si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Il faisait partie de ces gamins robustes qui ne venaient pas se plaindre au moindre bobo, le type d’élèves que Zeld’ aimait bien, en gros.


“Tiens, un revenant!”


ça marchait dans tous les sens du terme. ça faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu qu’elle aurait presque pu oublier son existence (bon, ça l’aurait obligé à détourner son oreille d’absolument tous les bruits de couloirs, et elle en était pas encore là mais passons), et en plus de ça, il avait vraiment l’air d’un revenant, physiquement. Il aurait pu faire concurrence à la geignarde du deuxième étage tant son teint était pâlot et son visage émacié. Indigestion? Non, elle pensait avoir assez saisi le caractère de ce gamin pour savoir qu’il y avait autre chose. Mais Zeld’, qui se satisfaisait souvent de saisir ce qu’avaient les gens juste en posant sur eux un vague regard se sentait un peu vexée de ne pas avoir tout de suite trouvé de quoi souffrait le jeune homme.

“Eh bien, qu’est-ce qui t’arrives?”

La description des symptômes ça, ça l’aiderait à y voir plus clair, enfin logiquement.

“Assied-toi.”

Elle le laissa s’executer puis l’examina sous tous les angles.

“Pomona, thermomètre!”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mer 6 Avr - 10:31

Les mains presque collées à la porte, Pomona n’osait pas entrouvrir celle-ci afin de découvrir le visage de l’arrivant.

Elle n’en eut d’ailleurs pas besoin, car aussitôt qu’elle avança sa main sur la poignée, la voix du malade retentit.


“Bonjour”.

D’un mouvement brusque, elle éloigna sa main de la poignée, sentant un soudain frisson lui parcourir entièrement l’échine.

Elle demeura un instant fixe et immobile, le coeur battant. Sa voix suffisait à lui faire peur, à présent.

Elle avait toujours ressenti une certaine appréhension, à l’idée de se retrouver un peu trop près de Tom Jedusor, mais ces derniers temps, cette appréhension s’était transformée en pure terreur.

Elle ne pouvait ignorer le mal qui résidait en lui, pas maintenant que ses conversations avec Olive et Daniel lui avaient mis la puce à l’oreille... pas maintenant qu’elle s’était fait agressée par Jo... et par son intermédiaire, elle était prête à le parier.

Depuis cet incident, Pomona s’était quelque peu calmée, ou du moins avait diminué ses recherches concernant le microcosme Jedusor. Elle ne craignait que trop d’avoir à subir des conséquences plus douloureuses encore que celles qu’elle avait vécu.

Pomona avait imaginé que Tom Jedusor était différent, dangereux. Elle savait à présent qu’il était purement et simplement cruel et diabolique... plus elle en apprenait sur son compte, plus elle s’étonnait du fait qu’il puisse au monde exister quelqu’un d’aussi inhumain que lui.

“Tiens, un revenant! “Eh bien, qu’est-ce qui t’arrives? Assied-toi.”

Tout le temps où l’infirmière s’adressa à lui, Pomona n’osa guère bouger. Sa position lui permettait de tout entendre, et avant, elle aurait certainement prit le plus grand des plaisirs à se savoir là, à pouvoir écouter cet individu mystérieux s’exprimer sur un des maux qu’il prenait tant de soin à cacher.

Tom Jedusor ne venait jamais à l’infirmerie, Pomona l’avait déjà remarqué, et avait émis plusieurs hypothèses à ce sujet. Sa présence ici n’en était que d’autant plus signifiante, mais la peur dressait une barrière invisible entre lui et son jugement à elle.

Une seule pensée omnubilait son esprit : *pitié, qu’il s’en aille*. Mais les choses devaient au contraire empirer.


“Pomona, thermomètre!”

Un nouveau frisson la parcourut, cette fois toute entière. Non, non, non! Elle ne voulait pas... surtout pas. Elle avait ce minimum de fierté qui la retenait de dévoiler toute la crainte qui l’habitait.

“Je... j’arrive.”

Sa voix, ses mains... tremblantes... Elle ne voulait pas, elle frissonait tant et si bien qu’il lui fut difficile de saisir le thermomètre sans le faire tomber.

Elle prit une grande inspiration, et enfin, accepta d’entrer dans la fosse aux lions.

Le lion (ou le serpent, plutôt), assis sur un lit, n’avait pas l’air si terrifiant, de ce point de vue. Ce qu’il semblait faible... Si éloigné de lui-même. Mais pour autant, Pomona ne sentait pas sa crainte se dissiper, et elle ne la dissimulait qu’à grande peine.


“Voilà.”

Pomona tendit le thermomètre à Zelda. Elle n’avait pas cherché à croiser son regard, quelque chose d’inhabituel l’avait attiré malgré elle. Un éclair coloré mais fugitif. Est-ce qu’elle l’avait rêvé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 11403
Humeur :
75 / 10075 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois d'if, plume de phénix, 33,75 cm
Camp: Mal
Avatar: Gaspard Ulliel

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Sam 9 Avr - 23:33

    Pomona? Vraiment? Voilà qui n’était pas prévu au programme… Et qui aurait presque fait regretter à Tom ce choix qu’il n’avait déjà, à l’origine, pas du tout eu l’envie d’avoir. Bien sûr, il n’était pas sans savoir que Pomona assistait de temps à autres l’infirmière dans ses travaux, il prenait toujours grand soin de se renseigner un minimum sur les individus susceptibles de lui poser problème, et il s’était assez rapidement avéré que Pomona Fitz pouvait en effet en faire partie… Ceci dit, il devait admettre que, obnubilé par cette fatigue persistante (et l’esprit très certainement plus embrumé que d’habitude par cette même fatigue), il n’avait pas vraiment songé à la possibilité qu’elle puisse se trouver là. La situation était-elle pour autant gênante? Pas forcément, la force de l’habitude avait appris à Tom à prendre le dessus sur la situation, mais pour autant, il aurait préféré que la jeune fille ne le voit pas en position de faiblesse. Il savait pertinemment qu’elle le craignait, qu’elle avait toujours eu peur de lui, et que cela n’était allé qu’en augmentant depuis son agression… Elle était bien sûr assez intelligente pour savoir qu’il n’était pas étranger au changement de comportement de Jo… et à ce qu’elle lui avait fait. Il avait voulu qu’elle le sache, pour qu’augmente sa crainte, et cessent ses recherches un peu trop insistantes à son sujet et au sujet de son petit groupe. L’ennui, c’est qu’il aurait préféré, tant qu’à faire, conserver son image effrayante… le voir ainsi, faible et fatigué, n’allait pas véritablement en ce sens. Heureusement pour lui, tous ses efforts avaient visiblement payés, et c’était une Pomona angoissée et fébrile qui était sorti de la réserve aux médicaments. Apparemment, elle avait tout sauf l’envie de se retrouver en sa présence, et le fait qu’elle le voit en assez mauvaise posture n’y changeait rien, tant mieux pour lui.

    « Bonjour, Pomona. » salua Tom avec toute l’hypocrisie dont il était capable de faire preuve (et nul doute qu’en la matière, il était capable de beaucoup). Il accorda même, pour l’occasion, un très léger sourire à la jeune fille, que Mrs Sparkley considérerait sans doute comme un simple gage de politesse mais qui ne manquerait pas d’apparaître, pour Pomona, comme une menace sous entendue. Il ne fallait jamais perdre la face, et ce même quand on avait pas vraiment l’air d’avoir l’avantage. C’était ce que son expérience en matière de manipulation et de dissimulation n’avait pas manqué de lui apprendre… entre autres nombreuses choses.

    C’est à ce moment là, à ce moment précis qu’il se passa quelque chose qui pouvait ou bien le servir… ou complètement de desservir.. Lui-même l’avait senti…cet éclair rouge, c’était forcément ça. Ce genre de réactions lui arrivaient un peu trop souvent ces derniers temps, malheureusement… Il n’avait pas calculé un tel effet secondaire. Que Pomona le découvre, c’était ou une i bonne… ou une très mauvaise chose. Il n’en faudrait sûrement pas plus pour effrayer davantage la vert et argent… mais grande fouineuse qu’elle était, elle risquait de ne pas en rester là. Enfin, il préférait, ma foi, que ce soit elle qui le découvre, plutôt qu’un individu plus gênant encore (entendons par là un certain barbu dont nous ne citerons pas le nom, n’est-ce pas). Il saurait faire jouer la situation en sa faveur, c’est ce qu’il faisait toujours… ou se convainquait toujours de faire, dans tous les cas.


    « N’êtes-vous pas tenue au secret médical? » demanda-t-il très tranquillement à l’infirmière, pour ne pas avoir l’air de s’inquiéter de la présence de la jeune fille. D’ailleurs, il n’était pas vraiment inquiet, mais il préférait tout de même fait preuve de précaution… sans compter qu’il ignorait si l’infirmière parviendrait ou non à revenir jusqu’à l’origine de son mal. Qui plus est, il ne faisait qu’énoncer la vérité la plus vraie qui soit, Pomona n’avait pas à être là, quiconque se trouvait en charge d’un poste médical ou pseudo-médical devait demeurer dans la confidence quant aux maux de leurs patients… Zelda Sparkley était réputée pour faire preuve d’un professionnalisme à toute épreuve, elle ne manquerait certainement pas à ses devoirs.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Lun 11 Avr - 21:17


Tiens, Pommy n’avait pas l’air dans son assiette, elle aussi avait eu l’air d’avoir vu un revenant, mais pas dans le même sens du terme. Décidément, j’vous jure… Il n’y avait que des cas, qui venaient défiler dans son infirmerie, ces derniers temps. Zeld’ aurait bien eu une ou deux questions à poser à ces deux hurluberlus mais elle s’en abstins, les deux zigotos ne lui auraient sans doute pas répondu de toute façon. En tous cas, ils avaient l’air de se connaître, et leur relation ne semblaient pas franchement au beau fixe… ou alors c’était tout l’inverse? Une histoire de cœur, p’têt? Zeld’ avait toujours été une quiche en matière de comportements humains, une des rares choses qui la distinguait de Pomona, qui avait beau être mal à l’aise socialement, arrivait au moins à cerner l’être humain mieux qu’elle. Pour l’infirmière, dès que l’observation de ces humains dépassaient le cadre strictement médical, les choses devenaient trop compliquées pour elle - ou pas, c’était surtout qu’elle cherchait pas à comprendre. Et là encore, elle n’allait pas chercher. De toute façon, le deux adolescents l’auraient sûrement rembarré si elle s’y était risqué. Elle en resterait à ce qu’elle préférait, donc, le cadre strictement professionnel, et elle les laisserait à leurs affaires, du moment qu’elles n’étaient pas trop graves (et malheureusement, c’était le cas). Elle s’empara du thermomètre que Pomona lui tendait. Presque aussitôt, Jedusor, pas folle la guêpe, lui sortit son baratin sur les codes médicaux que Zeld’ devait respecter. Et c’était vrai, en plus, ça avait beau être le genre d’infirmerie où on entrait comme dans un moulin, ici, l’intimité de chaque individu devait quand même être respectée. Bon, cela dit, le jeune Jedusor venait de perdre quelques points dans l’estime de Zeld’, parce qu’elle détestait qu’on lui fasse la morale, comme si elle n’était pas tout à fait capable de savoir les choses par elle-même. Ça c’était bien l’arrogance masculine dans toute son excellence, comme si elle ne valait pas cent fois mieux que lui. Zeld’ leva les yeux au ciel avant de tourner son regard en direction de sa petite protégée.

"T’as entendu l’patron? Attend nous dehors." répliqua-t-elle de son habituel ton tranché.

Elle attendit que Pomona se soit exécutée pour en retourner à son patient. Sans aucune délicatesse, elle lui enfonça le thermomètre dans la bouche. Aussitôt, la température s’afficha. Pas de température. En fait, elle était même beaucoup plus froide que la moyenne. Bon, alors, qu’est-ce qu’il nous couvait celui-là? Après moult oscultations, elle donna finalement son verdict.
"Ben mon p’tit, tu souffres de surmenage."

Elle se dirigea vers son bureau et commença à griffonner quelque chose avec sa plume sur un morceau de parchemin.

Si tu veux un conseil, au lieu de prendre la poussière au milieu des bouquins de la bibliothèque, cherche un dictionnaire et apprend le sens du mot sommeil, ça pourrait t’aider.

Elle lui tendit le parchemin, sa plume avait grinçait si fort dessus qu’il était presque troué par endroits.

"Mot d’excuse. Interdiction formelle d’aller en cours ces prochains jours. Et même si ton orgueil de mâle dominant aura du mal à supporter cette idée, dors, ok? Tu peux y aller."
Elle lui tendit également un flacon transparent avant qu’il ait eu le temps de quitter la pièce.
"Vitamines." expliqua-t-elle. "mais on en abuse pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   Mer 13 Avr - 12:19

"Bonjour, Pomona."

Sa voix lui donnait des frissons, tout en lui ne lui inspirait plus que de la crainte, et la quiétude et tranquillité avec laquelle Tom se permettait de la narguer la mettait franchement mal à l’aise.

Et puis, il y avait eu ce regard… ce reflet inhumain dans ses yeux, elle ne l’avait pas imaginé, c’était là… et sa curiosité, qui aimait à la rappeler à l’ordre aux moments les moins adaptés, la priait d’en apprendre plus.

"N’êtes-vous pas tenue au secret médical?"

Tom tuait ses rares espoirs dans l’œuf, mais fuir loin d’ici n’était pas pour lui déplaire, rester trop longtemps en compagnie du serpentard, n’aurait fait qu’augmenter son anxiété.

Elle n’eut pas même le temps d’apprécier la situation de faiblesse dont il avait fait preuve en lui faisant comprendre que sa présence le dérangeait, elle était obnubilé par le simple désir de s’en aller d’ici, de laisser Zelda seule avec ce… ce quoi, exactement? Elle ne savait plus très bien, plus elle en apprenait sur son compte, moins elle le trouvait humain, c’était un monstre, un monstre et rien de plus.


"T’as entendu l’patron? Attend nous dehors."

Pomona acquiesça vigoureusement, et ne se fit pas prier un seul instant… Ceci dit, trop de questions demeuraient sans réponse. Elle savait que sa sortie de l’infirmerie serait l’occasion d’un tête à tête avec le jeune homme, mais était-elle prête à le supporter.

Elle hésita un moment à coller son oreille à la porte de l’infirmerie, une fois dehors, afin d’entendre ce qui se passait à l’intérieur, mais elle n’osa pas. Elle ne craignait que trop que la porte s’ouvre subitement sur lui, qu’il la voit en train de l’épier.

Elle ne bougea pourtant pas de beaucoup pourtant, elle avait d’abord cru que son instinct l’inviterait à courir le plus vite possible, loin de l’infirmerie et loin de lui, mais à présent à l’écart de son regard, elle se sentait comme paralysée.

Elle s’appuya contre un mur et se laissa glisser au sol, tentant de contenir ses tremblements. Elle se trouvait ridicule. Sans doute réagissait-elle avec excès. Mais ce qui s’était passé avec Jo lui avait donné un tel aperçu des horreurs qu’un seul humain, pas même encore un homme, pouvait accomplir, qu’elle ne savait plus comment elle trouverait désormais calme et repos.

Elle comprenait mieux Olive, à présent, quoi que lui ait fait Méduser à elle, le vert et argent était capable de modifier et de hânter une vie humaine bien mieux que n’importe quel fantôme.

Tentant de chasser ses démons un peu plus loin, elle fit ce qu’elle faisait toujours dans ce genre de situations : elle récita. MacBeth, Shakespeare.


"La vie n’est qu’une ombre en marche, un pauvre acteur qui s’agite une heure sur la scène, et alors on ne l’entend plus. C’est un récit conté par un idiot, plein de son et de fureur, ne signifiant rien…"

C’était sa façon à elle de s’apaiser, et elle fonctionnait, puisque Pomona se redressa finalement. Elle avait pris une décision. Insensée, peut-être, mais sans doute inévitable.

Elle se leva, fit quelques pas, et entra dans la première salle vide qu’elle trouva, en l’occurrence la salle du cours d’histoire de la magie, vide à cette heure, et attendit SON arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un défilé de mal en points (pv Pommy & Tomychou)
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Liste d'armée gobelines en 750 points
» (SDA) Gondor 500 points
» Inutile de mettre les points sur les I
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: Infirmerie.
-