AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
OCEANIC Ventilateur sur pied – Hauteur ...
Voir le deal
21.99 €

Partagez | 
 

 Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
Archibald Ollivander
▌ Messages : 128
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeMer 24 Fév - 22:55

Go Big Or Go Home
ft. Thaddeus Yaxley
De toute évidence, Archibald était bien trop gentil et bien trop dévoué à sa cousine pour son propre bien. Une simple lettre. Voilà tout ce qu’il avait fallu pour qu’il revoit toute sa journée ; après tout, elle ne lui avait pas tellement laissé le choix. Et puis, il fallait le dire, elle avait bien piqué sa curiosité. Qu’est-ce qu’elle avait bien pu trouver ? Rose travaillait aux Mystères, elle devait en voir passer, des recherches et des éléments intéressants… Mais… elle n’avait pas le droit de les faire sortir des Mystères, si ? Archie n’en savait rien, mais il avait hâte qu’elle lui explique. Aussi avait-il pris ses dispositions, comme ordonné dans la lettre, pour être libre à l’heure indiquée. Garrick, conciliant, avait gentiment accepté de le relever à la boutique et le voici qui prenait la route du Chaudron Baveur.

Ah, Rose… La dernière fois qu’ils s’étaient vus, elle l’avait laissé sur une révélation et une demande somme toute… particulières. Thaddeus Yaxley… A vrai dire, Archibald n’avait jamais rien soupçonné, tout simplement parce qu’il n’avait jamais suffisamment porté attention à lui. Il avait tout juste remarqué que c’était un bel homme et qu’il avait une âme d’artiste. Après… Eh bien, disons qu’Archibald avait été embauché pour une bonne raison et qu’il s’était appliqué tout du long de son travail chez les Yaxley à ne jamais s’attarder plus que nécessaire. De fait, ils n’avaient jamais vraiment échangé.

Et maintenant voilà que Rose voulait… comment avait-elle dit déjà ? Qu’il « tente une approche comme s’il était intéressé » ? Quoi, elle voulait qu’il drague Thaddeus ? C’était totalement insensé. D’autant pus depuis qu’Archibald avait refilé à un cocard à Tibérius. Par Merlin, comment voulait-elle qu’il puisse approcher Thaddeus s’il ne pouvait même plus entrer dans le manoir ? Doucement, Archibald avait un peu abandonné l’idée, se disant que l’histoire s’arrêterait là, au revoir, rideaux. Il en reparlerait peut-être avec sa cousine, tiens, tant qu’à y être. Elle était partie comme une voleuse la dernière fois, il n’avait pas eu le temps de répliquer quoi que ce soit.

Un peu perdu dans ses pensées, Archibald passa la porte du Chaudron Baveur et, parmi tous les sorciers qui se trouvaient là, se mit à chercher la chevelure blonde caractéristique de sa cousine. Mais rien. Il regarda sa montre ; il était pourtant seize heures passées… Et ce n’était pas le genre de Rose d’être en retard.

Alors, Archibald sentit l’effluve légère du piège autour de lui. Il regarda mieux la foule et, alors, il le vit. Il était déjà là, attendant dans un coin, assis à une table, bien propre sur lui, l’air perdu dans ses pensées. Par Merlin, Morgane et toute la clique… Vraiment ? Grands dieux, on ne pouvait pas dire non à une femme comme elle, n’est-ce pas ? De toute évidence, Archibald n’avait pas mis assez d’ardeur à la tâche et cela fut clairement confirmé par l’arrivée d’un hibou. Le volatile entra par une des fenêtres et vint se poser sur le comptoir, juste à côté du jeune homme. Bien. Parfait.

Archibald lut à peine la lettre de sa cousine. Quel merdier… Il lança un nouveau regard à cet homme, à Thaddeus Yaxley, encore tranquillement assis dans son coin.



Quand faut y aller… Du nerf Archie, c’est pour la bonne cause.

Le jeune homme traversa le bar et s’approcha presque timidement de la table, ne sachant vraiment pas sur quel pied danser.

- Hum… Bonjour, excusez-moi ? Vous attendez Rose ? Je crois qu’elle s’est un peu emmêlé les pinceaux, ajouta-t-il en montrant sa propre lettre, tandis qu’un autre hibou venait se poser à son tour sur la table. Elle ne viendra pas.

Bien. Et maintenant ? De toute évidence, Archibald n’avait pas trop le choix. Alors il décida de jouer le culot – ce qui lui allait plutôt bien, il fallait l’avouer – et s’installa en face du frère de Tibérius, faisant signe à un serveur.

- Autant ne pas être venu pour rien. Vous voulez boire quelque chose ? demanda-t-il. A moins que ma compagnie ne vous soit… gênante, ajouta-t-il immédiatement, grimaçant. Après ce qu’il s’est passé la dernière fois au Manoir…

Si Thaddeus refusait l’entrevue… Eh bien, au moins, Archibald aurait une bonne excuse auprès de Rose, cette fois. En attendant, il l’observait silencieusement.

A bien y regarder… Thaddeus était quand même sacrément beau gosse.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 123
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue20 / 10020 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeSam 27 Fév - 16:49

Ce n’est un secret pour personne, au Ministère de la Magie : les frères Yaxley, en ce moment, ne sont pas à prendre avec des pincettes. On ne s’en étonne guère, étant donné la tuile qui est tombée sur la famille avec l’affaire Greene-Colton ; on ignore que d’autres péripéties se sont greffées sur ce premier aléa, comme la rupture de Tibérius avec Rose ou sa bagarre avec Archibald, mais on comprend que ce n’est pas vraiment le moment de les chatouiller. Les deux frères accusent le coup, chacun à sa façon. Tibérius a réussi l’exploit de devenir encore plus exécrable, encore plus amer que d’habitude ; quant à Thaddeus, que l’on connaissait pour sa gentillesse un peu inconséquente, il balade depuis quelques semaines une mélancolie dont rien ne semble pouvoir le tirer. Ce n’est pourtant pas faute de prendre soin de lui ; les secrétaires du département de la Justice Magique (Thaddeus n’est pas assez important pour avoir sa secrétaire personnelle) rivalisent d’attentions et de prévenance à son égard. C’est à qui lui apportera un thé, à qui lui déposera un petit chocolat sur sa pile de courrier… On l’aime bien, le juge Yaxley junior. On apprécie son bon coeur, son intérêt pour les autres, et même ses extravagances. On ne veut pas qu’il se laisse sombrer dans la tristesse comme il est en train de le faire.

Même l’invitation de Rose ne lui a pas fait le même plaisir que d’habitude. Cela fait pourtant un bon moment qu’ils ne se sont pas vus, et la jeune femme devrait lui manquer ; mais Thaddeus se mure dans la solitude depuis quelques semaines, au point d’en oublier ses amis. Il s’est un peu forcé pour envoyer une réponse positive à sa cousine, en songeant qu’en général, ils passent tout de même un bon moment ensemble. Et puis, apparemment, elle veut lui parler. Un projet qui lui tient à cœur, dit la lettre. Ce doit être important. Le voilà donc, ce jeudi soir, qui quitte son bureau en traînant un peu moins les pieds qu’à l’accoutumée. Il a fini par se persuader que ce moment avec Rose allait être agréable et lui changer les idées. C’est qu’il en a bien besoin.

Il se rend au Chaudron Baveur comme le lui a demandé sa cousine, constate son absence, et s’assoit dans un coin, un carnet ouvert devant lui. Il devrait écrire - le livre prend du retard -  mais rien ne vient, alors il se contente de gribouiller des formes vaguement géométriques sur la page. Il a commandé une tasse de thé pour justifier sa présence dans le bar, et elle refroidit sans qu’il pense même à y toucher. L’esprit ailleurs, définitivement.

La porte s’ouvre. Il lève la tête, s’attendant à voir Rose, mais ce n’est pas elle ; c’est Archibald Ollivander qui vient d’entrer. Rien d’extravagant ; après tout, il travaille sur le Chemin de Traverse, il a bien le droit de venir boire un verre. Thaddeus lui adresse un signe de tête maladroit, ne sachant pas bien s’il doit le saluer ou pas. Il y a quelques jours, ce monsieur s’est fait dégager du manoir avec pertes et fracas, après avoir collé un oeil au beurre noir à Tibérius. Thaddeus n’a pas vraiment su ce qui s’était passé, son frère aîné ayant été muet sur l’incident ; il sait seulement que c’est leur mère qui a fait cesser la bagarre, et Darius qui a raccompagné l’ancien baby-sitter de Pulchra. Le même Darius a été mandaté par Tibérius pour aller régler à Ollivander ce que la famille lui devait encore pour ses bons et loyaux services ; le chef de famille, de toute évidence, ne veut plus entendre parler de lui. Alors, lui dire bonjour, n’est-ce pas déjà trop ?

Un hibou vient se poser devant Thaddeus et le distraire de ses interrogations existentielles au sujet d’Ollivander. C’est Rose qui s’excuse de ne pas pouvoir venir, et qui prie son cousin d’offrir un verre à Archie pour qu’ils ne se soient pas déplacés pour rien. Thaddeus est à des années- lumière de flairer le moindre piège dans ce courrier ; pourtant, quand Ollivander vient en personne le rejoindre à sa table en montrant lui aussi une lettre de Rose, les choses devraient être évidentes. Heureusement que le cadet Yaxley est un esprit innocent, qui ne voit malice dans rien.

À bien y songer, il n’a jamais vraiment adressé la parole au jeune homme. Lorsque celui-ci venait au manoir, ils n’ont guère échangé que les politesses d’usage, et Thaddeus ne connaît pas vraiment le son de sa voix. Il est un peu étonné que l’autre lui propose spontanément de prendre un verre, mais, se rappelant la lettre de Rose, il accepte maladroitement :


-Oh, volontiers… J’ai déjà un thé… Ah mais non, tiens, j’ai oublié de le boire. Peut-être… euh… alors… une Bièraubeurre…

C’est ridicule de commander à boire alors qu’on a déjà une tasse de thé froid devant soi, mais c’est Rose qui demande. Reste à savoir ce qu’ils vont bien pouvoir se raconter, du reste. L’allusion aux récents événements fournit un sujet tout trouvé à Thaddeus, qui reprend :

-Ce qui s’est passé la dernière fois ? J’étais absent, je ne sais rien de...

Il s’interrompt, prenant soudainement conscience qu’Archibald le fixe avec une intensité un peu gênante. Par réflexe, il passe nerveusement ses mains sur ses joues, puis dans ses cheveux, pour vérifier qu’il n’y a pas quelque chose - une plume de hibou égarée, une tache, un furoncle, n’importe quoi. Il ne trouve rien et demande innocemment :

-Qu’est-ce qu’il y a, Archibald ? Pourquoi me regardez-vous comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Archibald Ollivander
▌ Messages : 128
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeVen 5 Mar - 22:27

Go Big Or Go Home
ft. Thaddeus Yaxley
La lettre était très claire. Peut-être trop, même, et Archibald se demandait si Rose avait conscience du double sens de certains de ses propos… En tout cas, lui, il en était particulièrement conscient. Sûrement trop, même. La demande de sa cousine était ambigüe et, plus les secondes s’écoulaient, plus Archie se demandait ce qu’elle avait vraiment voulu dire par « un peu d’aide »… Elle ne s’attendait tout de même pas à ce qu’il… quoi ? Qu’il parle sexualité avec Thaddeus ? Qu’il sorte avec ? Qu’il l’initie ? Par Merlin, dans quoi s’embarquait-il ? Il ne le savait pas vraiment, mais, ce qui était certain, c’était qu’il y allait franchement : voilà qu’en l’espace de quelques secondes, il s’était attablé à la table du juge Yaxley, jouant le culot le plus indécent.

Bien, et maintenant ? Un verre, et pourquoi pas ? Au moins Thaddeus ne refusa-t-il pas… Archibald commanda donc deux Bièraubeurre au serveur, puis se tourna vers son interlocuteur. Il n’avait pas l’air de lui tenir rigueur des récents événements, c’était déjà une bonne chose. Le jeune homme n’avait jamais vraiment discuté avec Thaddeus, ce dernier aurait tout aussi bien pu se ranger du côté de son frère ; cela ne semblait pas être le cas. Bien moins teigneux que le frangin, de toute évidence… Et bien plus agréable à côtoyer, de ce qu’Archibald pouvait juger de prime abord. Déjà, il ne le prenait pas de haut. Et, en plus de cela, il était bel homme, Archie était obligé de le reconnaître. Rien à voir avec Tibérius – et oui, Archie était toujours objectif, oui, oui.

Sans s’en rendre compte, le jeune homme se mit à dévisager son interlocuteur, perdu dans ses pensées. Il ne revint à la réalité que lorsque, gêné, Thaddeus lui demanda pourquoi il le fixait ainsi. Il avait l’air un peu perdu, un peu intimidé et Archie ne sut pas tout de suite quoi répondre.

Il était… mignon.

- Euh… Quoi ? Ah ! Euh, pardon, pardon… Vous avez juste… euh… l’air fatigué ?

Archibald avait dit ça sans vraiment avoir pris le temps d’observer Thaddeus mais, maintenant qu’il y prêtait davantage attention, il n’y avait pas que du faux dans cette excuse. Le juge avait vraiment l’air… tracassé ? Inquiété ? Et à raison, sûrement : les temps n’étaient pas simples pour les Yaxley. Si Archibald n’avait aucune compassion pour Tibérius, il n’en allait pas de même pour le reste de la famille.

- Comment allez-vous ? Je sais que les temps sont… compliqués… Et comment va Pulchra ? demanda l’ex-baby-sitter de la petite, un sourire tendre aux lèvres. Je n’ai pas vraiment eu le temps de lui dire au revoir, j’espère qu’elle ne m’en veut pas trop…

Au fond, sans jamais avoir vraiment pris une craie place parmi les Yaxley, Archie avait veillé sur une bonne partie d’entre eux. Octavia, Pulchra, il avait même échangé plus d’une fois avec Darius, toujours dans une agréable entente. Plus de mal avec les jumelles, peut-être, et il ne fallait pas parler de Tibérius. Finalement, c’en était presque étrange qu’Archie et Thaddeus ne se soient pas côtoyés plus tôt.

Eh bien… De l’avis de Rose, il était temps de rattraper le temps perdu.

Le serveur leur apporta leur commande et Archie fit doucement tinter son verre contre celui du juge.

- A des temps meilleurs, si je puis me permettre… Mais d’ailleurs, j’espère que je ne vous prends pas trop de votre temps ? Peut-être aviez-vous autre chose de prévu ? Un ami à rejoindre, ou peut-être… une amie… Je m’en voudrais de faire tomber à l’eau de potentiels rendez-vous galants.

Par Merlin, c’était grossier. Archie faisait preuve de plus de subtilité, d’habitude, mais la situation le tendait et il en perdait sa délicatesse. De plus, la timidité – complètement craquante… - du juge n’était pas hors de cause non plus…

Par Viviane, Rose… De la marraine la bonne fée ou de la sorcière machiavélique, je ne sais vraiment pas de laquelle tu tiens le plus…

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 123
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue20 / 10020 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeSam 6 Mar - 19:31

Thaddeus Yaxley n’est pas, pour reprendre l’expression consacrée, plus idiot qu’un autre. Il lui arrive même de se montrer spirituel, mais d’une forme d’esprit totalement exempte de malice. Toute forme de calcul lui est absolument étrangère ; il est, de toute la fratrie, le seul qui n’aurait pas pu finir à Serpentard. Même Pulchra, du haut de ses dix ans, semble souvent plus roublarde que lui - et les autres sont hors compétition.

Thaddeus est rigoureusement incapable de flairer le piège qui se referme sur lui, pour la simple raison que son esprit ne conçoit pas de telles ruses. Il a en outre une confiance absolue en Rose, qu’il ne soupçonnerait jamais de mijoter quoi que ce soit en douce. Rien qui le concerne, en tout cas ; pour le reste, peu lui importe. Si Rose envoie un hibou pour s’excuser de ne pouvoir venir à cause d’un imprévu, c’est que Rose a eu un imprévu, fin de l’histoire. La naïveté de Thaddeus est parfois désarmante, et d’autant plus dangereuse qu’elle se double d’une confiance aveugle envers les personnes qu’il aime. Cela a toujours fait de lui la victime idéale de tous les canulars, et ses frères et sœurs ont eu l’esprit fécond dans ce domaine ; mais jamais il n’a appris la méfiance, quoi qu’il ait pu se promettre à chaque fois.

La situation devrait pourtant, à bien des égards, lui mettre la puce à l’oreille. Ce rendez-vous sans explications, cette annulation, et maintenant cette façon qu’a Archibald de s’inviter à sa table… Chacun de ces éléments, pris séparément, n’a bien entendu aucune signification ; et l’esprit candide de Thaddeus ne saisit ni leur enchaînement, ni, a fortiori, le calcul qui a présidé à tout cela. Bien sûr, la soudaine familiarité d’Ollivander le laisse perplexe, mais il ne doit rien en laisser paraître ; après tout, Rose lui demande, dans sa lettre d’excuses, d’offrir un verre au jeune homme. Et comment boire un verre avec quelqu’un sans lui adresser la parole ? Il faut bien discuter, on n’est pas des animaux.

Au manoir, Thaddeus n’a jamais vraiment fait attention à Archibald. Tout juste s’est-il opposé à ce qu’un homme soit recruté pour prendre soin de ses soeurs cadettes ; il trouvait cela inconvenant, mais personne n’a daigné l’écouter, alors il a abandonné la lutte. Par la suite, il n’a guère eu l’occasion d’échanger avec le baby-sitter plus de quelques mots. Ni par mépris, ni par hostilité ; il n’évitait pas Ollivander, c’est simplement que l’occasion ne s’est jamais présentée. Et maintenant qu’ils sont assis à la même table, il s’étonne de l’aisance avec laquelle le jeune homme lui parle. Lui se sent intimidé, comme c’est souvent le cas en présence d’inconnus, surtout lorsqu’une forme quelconque de pression pèse sur ses épaules ; et cette pression, c’est la lettre de Rose qui lui demande, en quelque sorte, de réparer son absence. Il se sent tenu de faire bonne impression, et lorsqu’Ollivander lui fait remarquer qu’il semble fatigué, il secoue la tête comme pour se réveiller, se redresse sur sa chaise, et se force à sourire :


-Oh, non, c’est juste… une longue journée au travail, vous comprenez.

Mais Ollivander n’est pas dupe. Il sait que la famille Yaxley traverse une période compliquée - tout le monde le sait, du reste. Thaddeus essaie tout de même de donner le change :

-Je vais très bien, je vous remercie de votre sollicitude. Et Pulchra… comme ça ne fait pas longtemps que vous avez été… euh… remercié, je crois qu’elle n’a pas encore réalisé. Pour le moment, elle est intenable. Elle ne parle que de Poudlard. Si je vous disais qu’elle a déjà commencé à préparer sa valise....

Il s’interrompt, le temps que le serveur pose leurs verres devant eux. On ne parle pas devant le petit personnel, règle immuable dans son milieu. Le garçon parti, Ollivander, oubliant totalement qu’ils parlaient de Pulchra quelques secondes auparavant, passe à un tout autre sujet. Thaddeus lui rend silencieusement son toast, et rougit furieusement en entendant la suite. Un rendez-vous galant ? Sans qu’il sache pourquoi, évoquer tout ce qui touche de près ou de loin aux relations amoureuses le plonge toujours dans une totale confusion. Archibald aurait pu lui raconter la blague la plus salace qu’il ne serait pas plus gêné lorsqu’il répond :

-Mais non… qu’allez-vous chercher là… je ne…  j’attendais Rose, c’est tout… et elle est mon amie, mais pas au sens où vous l’entendez… ni elle, ni personne… mais pardon, vous vous en fichez sans doute, je ne vois pas pourquoi je vous dis ça, c'est tellement déplacé...

Se taire, arrêter de dire n’importe quoi et surtout d’en dire trop, reprendre ses esprits. Une gorgée de Bièraubeurre pour se rafraîchir, peut-être ?


Dernière édition par Thaddeus Yaxley le Sam 13 Mar - 20:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Archibald Ollivander
▌ Messages : 128
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeVen 12 Mar - 15:23

Go Big Or Go Home
ft. Thaddeus Yaxley
Archibald avait l’étrange impression d’être le seul à comprendre l’incongruité de la situation – et, plus le temps passait, plus il avait la désagréable sensation que ce n’était pas qu’une impression… Comment pouvait-on être aussi innocent ? Archibald avait bien eu vent de ce qu’on disait sur Thaddeus Yaxley – comment passer à côté de ces racontars quand on passait une grande partie de son temps directement dans la maison du concerné ? – pourtant, il n’avait jamais pensé que ce soit vrai à ce point. Tout aurait dû lui mettre la puce à l’oreille : les lettres, le fait qu’Archibald soit venu de lui-même, l’assiduité avec laquelle il tentait de lui faire la conversation… Comment ne pas se montrer méfiant ? Mais non, Thaddeus était tout au contraire gêné, voire intimidé. Une innocence toute fébrile émanait de lui et donnait envie à Archibald de sourire. C’était à la fois perturbant et… adorable.

Archibald fut d’autant plus touché par Thaddeus lorsque ce dernier tenta – maladroitement et sans grand succès – de dissimuler sa fatigue et de faire en sorte d’afficher bonne mine. Le coude sur la table, le menton posé dans la paume de sa main, Archibald lui lança un regard éloquent.

- Vous n’êtes pas obligé de faire semblant, vous savez ? Ce n’est certainement pas moi qui vais vous juger sur quoi que ce soit. Chacun à ses problèmes, et c’est bien normal.

Il n’insista pas davantage, ne souhaitant pas mettre Thaddeus mal à l’aide – et ne souhaitant surtout pas ruiner ses chances de discuter avec lui. Alors la discussion s’orienta vers Pulchra. La petite lui manquait sincèrement.

- Bon. Tant mieux. Je m’en voudrais vraiment de gâcher ce moment. Elle en parle depuis tellement longtemps, ajouta-t-il en riant. Quelle tornade ! J’ai tellement hâte qu’elle puisse découvrir Poudlard ! Je suis presque aussi impatient qu’elle ! Je lui enverrai une lettre, tiens, elle sera contente de voir arriver un hibou !

Archibald n’avait pas fait cas du serveur et n’avait, de fait, presque pas remarqué le soudain silence de son interlocuteur, pour la simple raison qu’il n’avait pas l’habitude de se freiner dans ses interactions avec les autres. C’était sûrement ce qui le différenciait le plus de Thaddeus : tandis que l’un tentait de coller à ce qu’on attendait de lui, l’autre se moquait des convenances.

Le jeune homme s’en moquait tellement qu’il trinqua avec son interlocuteur puis, trêve de plaisanterie : il fallait entrer dans le vif du sujet. Pour tâter le terrain, Archibald demanda, de façon faussement innocente, s’il n’empêchait pas un rendez-vous d’avoir lieu.

Par Merlin, était-il possible de rougir autant ?

Un instant, Archibald eut envie d’éclater de rire devant une réaction si brusque et franche, mais il se maîtrisa assez pour que seul un fin sourire étire ses lèvres. Ah oui… Archibald comprenait mieux pourquoi Rose lui avait demandé « un peu d’aide » … Un grand garçon comme Thaddeus, si gêné à la simple mention d’un rendez-vous, c’était peu commun – et, par Merlin, ça devait être particulièrement mal vu… La norme, dans leur société, voulait des hommes sûrs d’eux, plein d’entrain quant à la gent féminine et, si ce n’était pas quelque chose dont on parlait en public, la tromperie et la multiplicité des partenaires étaient choses courantes – paradoxale, quand on y pensait, mais mieux valait ne pas s’aventurer dans ce débat sans fin… Aussi, Archibald pouvait parfaitement comprendre le malaise que ressentait Thaddeus.

Au fond, ils vivaient un peu la même situation.

- Désolé Thaddeus, je ne voulais pas vous gêner, répondit alors doucement le jeune homme. Et ne vous excusez pas, voyons ! Il n’y a rien de mal dans le fait de parler de soi. D’ailleurs, c’est l’occasion d’en apprendre plus l’un sur l’autre, n’est-ce pas ? Je travaille chez vous depuis longtemps, et, pourtant, nous n’avons jamais vraiment parlé. C’est dommage, j’ai entendu dire que vous étiez poète, ça m’intéresse !

Faire parler Thaddeus. Il fallait faire parler Thaddeus. Qu’il sorte un peu de sa coquille, qu’il s’exprime. Il fallait créer du lien.

Et puis, Archibald était vraiment intéressé par l’artiste qui se tenait devant lui.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 123
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue20 / 10020 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeSam 13 Mar - 20:12

Enfant, Thaddeus semblait promis à devenir un homme normal, pas plus coincé que la moyenne. Ceux qui l’ont connu à cette époque disent même qu’il était plutôt déluré. C’est vers l’âge de dix ans que tout a changé chez lui. D’un seul coup, semble-t-il, l’enfant s’est replié sur lui-même, et surtout, il est devenu d’une sensibilité ridicule pour tout ce qui concernait les relations intimes et même simplement amoureuses. En grandissant, la tendance s’est confirmée, et même accentuée à mesure qu’il prenait conscience de sa totale inadaptation à la vie ordinaire. Lorsque ses camarades échafaudaient des plans pour sortir avec l’une ou l’autre, lui préférait s’isoler, au prétexte d’écrire, pour ne pas avoir à les entendre ; la gêne était devenue paralysante, et se savoir l’objet de railleries ne faisait qu’ajouter à la confusion de Thaddeus. Il a donc grandi en évitant soigneusement de parler de tout ça, parce qu’il avait honte de ses propres réactions, parce qu’il sentait bien que ce n’était pas normal.

Que s’est-il passé, quand j’avais dix ans ? Thaddeus s’est souvent posé la question, en vain. Il a fouillé tous ses souvenirs, des centaines de fois, mais aucun événement pouvant expliquer ce brusque changement n’y figure. Alors il s’est résolu, peu à peu, à ne jamais savoir, et à devoir vivre en marge, faute de pouvoir combattre ces réactions excessives. Est-il malheureux ? Il ne le croit pas. Il éprouve bien un peu de jalousie à l’égard de ses frères, dont le tableau de chasse est bien rempli alors que le sien est voué à demeurer désespérément vide. Mais il se dit que c’est comme ça, qu’on n’y peut rien, et il essaie de convaincre tout le monde, et surtout lui-même, que la poésie lui suffit.

Jusqu’à présent, il estime avoir parfaitement donné le change. Tout le monde le croit indifférent aux pulsions charnelles, marié avec la Muse - du moins le croit-il. Jamais il n’imaginerait qu’une de ses amies, que Rose irait manigancer dans son dos pour lui arranger un rendez-vous. Un pur esprit n’a pas besoin de ces choses-là, n’est-ce pas ? Lui ne se mêlerait pour rien au monde des affaires des autres, et son âme simple ne conçoit guère que l’inverse ne soit pas vrai. Avoir Gaïa pour sœur aurait pourtant dû le rendre méfiant, mais la méfiance n’est pas dans son tempérament. Alors il parle gentiment à Archibald, sans flairer le piège, si grossier soit-il. Il hoche la tête, un sourire aux lèvres, lorsqu’Ollivander annonce qu’il va envoyer un hibou à Pulchra. Oui, elle sera contente. Thaddeus est un garçon généreux, et du moment que tout le monde est content, il s’estime heureux. Il a toujours eu cette tendance à se considérer comme moins important que les autres - même si, au fond de lui, et très paradoxalement, il a la conviction d’être brillant, et promis à un grand destin. Esprit complexe que celui de Thaddeus Yaxley.

Encore une fois, la gêne s’est emparée de lui à l’évocation d’un rendez-vous galant, et Archibald l’a remarqué. Honteux de réagir aussi violemment, Thaddeus commence par boire lentement quelques gorgées de Bièraubeurre, pour gagner du temps, et aussi pour avoir moins chaud ; comme il s’en veut d’être si nigaud ! Personne ne rougit comme lui pour quelques simples mots, pas même la plus effarouchée des vierges de sang-pur. Il remercie d’un pâle sourire Ollivander qui l’encourage à ne pas être gêné, mais le mal est fait. Même parler de son art, un sujet qui le rend pourtant disert en général, ne le tente guère, et il se contente du service minimum.


-Oui, j’ai toujours écrit des poèmes. De la prose aussi, du reste. Rose en a lu une bonne partie, je suppose que c’est elle qui vous en a parlé ?

Du bout de l’index, il suit le contour de son verre, songeant à l’incongruité de la situation. Le voilà assis face à un presque inconnu, à un ancien employé de sa famille qui, quelques jours auparavant, a flanqué à son frère un oeil au beurre noir… Et parce que Rose le lui a demandé, il se force à faire la conversation à ce garçon, alors même qu’il n’aspire qu’à se retrouver seul. Il y a définitivement quelque chose qui ne tourne pas rond, dans tout ça. Les yeux perdus, il remarque :

-C’est vraiment curieux, quand on y pense. Que nous n’ayons jamais eu l’occasion de parler, je veux dire, précise-t-il en regardant à nouveau Archie. Je sais que vous êtes très proche de Rose, et je le suis aussi. Vous avez travaillé dans ma maison, des années durant. Tout nous rapproche, si vous y pensez bien. Et pourtant, j’ai l’impression de parler à un inconnu, comme vous devez l’avoir aussi. C’est très étrange, car je sais que nous avons beaucoup en commun. Je sais que vous aussi, par exemple, vous êtes un artiste.

Il marque un instant de pause, toujours un peu désarçonné par la singularité de la situation, puis reprend :

-Dans sa lettre, Rose me dit qu’elle vous avait convié à vous joindre à nous. J’imagine qu’elle avait des raisons de croire que nous nous entendrions bien. Je regrette qu’elle ne soit pas là, ce serait plus facile, avec elle qui nous connaît bien, de faire connaissance, mais apparemment, nous sommes condamnés à nous passer de sa présence. J’espère que nous ne la décevrons pas. Le poids qui pèse sur nos épaules est bien lourd, Archibald, plaisante Thaddeus, ignorant que dans le cas de son vis-à-vis, sa plaisanterie n’en est pas une.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Archibald Ollivander
▌ Messages : 128
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeJeu 8 Avr - 22:29

Go Big Or Go Home
ft. Thaddeus Yaxley
Archibald passait un temps considérable dans son atelier et il avait tendance à renvoyer l’image d’un être renfermé sur lui-même, avec quelques difficultés à communiquer avec les autres. Ce n’était pas totalement faux, au fond : le jeune homme préférait le calme de son atelier aux foules bruyantes, mais cela ne voulait pas pour autant dire qu’il n’était pas une créature sociale. En réalité, il avait sa propre conception de la société, conception qui l’empêchait parfois de comprendre certaines actions de ses semblables, tout en lui permettant de comprendre nombre de leurs émotions. Et quand il rencontrait une âme sensible comme celle de Thaddeus, il faisait appel à tout ce qu’il savait des autres pour approcher sans effaroucher l’autre.

Mais ici, dans cette situation précise, c’était plus compliqué que ça en avait l’air, pour la simple et bonne raison qu’Archibald ne savait rien de Thaddeus, à part quelques informations un peu hasardeuses comme son amour pour la poésie. Alors il tenta de jouer cette carte pour se rattraper de sa maladresse précédente qui, il fallait l’avouer, avait provoqué chez Thaddeus une réaction à laquelle le jeune fabricant ne s’était pas attendu.

Décidément.

- Oui, c’est elle. Elle parle souvent de vous, elle vous apprécie beaucoup et je fais confiance à son jugement.

Oui, bon. Cette affirmation ne concernait pas Tibérius, mais ça, il était inutile de le préciser : Thaddeus devait déjà être bien assez au courant des différents entre Archie et son frère. C’était peut-être d’ailleurs ça qui rendait la communication si difficile ? Sûrement, même, mais Archibald ne voulait pas s’excuser. Ce n’était pas à lui de le faire, mais à Tibérius. Il avait sali la réputation de sa cousine et si Archie n’apportait pas beaucoup d’intérêt à ce genre de choses, ce n’était pas le cas de Rose.

Mais finalement, sans avoir eu besoin de remettre son affrontement avec Tibérius sur le tapis, Thaddeus se mit à parler. Oui, en effet, la situation était étrange et Archibald se sentit soulagé de constater qu’il n’était pas le seul à trouver étrange le fait de n’avoir presque jamais eu de contact après tout ce temps.

- Je me fais la même réflexion depuis que nous parlons, à vrai dire, répondit gentiment Archibald. Le plus perturbant, c’est que je connais très bien une partie de votre famille – notamment Octavia et Pulchra – tandis que nous n’avons presque jamais parlé. C’est d’un extrême à l’autre, on dirait !

Archie rougit légèrement quand Thaddeus le qualifia d’artiste.

- Oh, un artiste, peut-être pas, vous savez… Disons que j’aime bien dessiner et que j’ai la chance d’avoir un métier qui me permet de le faire de façon utile. Mon oncle dit que j’ai un bon coup de crayon, c’est vrai, et j’aime bien faire quelques portraits quand j’ai le temps, mais… artiste, peut-être pas, ajouta-t-il avec un rire gêné.

A vrai dire, Archibald dessinait énormément et très régulièrement, non seulement pour ses baguettes mais aussi pour lui-même : quelques portraits par-ci par-là, des plantes, des textures qui lui plaisaient… Mais il n’était certainement pas un artiste, puisqu’il n’avait jamais montré cela à personne – à part Rose et son oncle, mais ça ne comptait pas vraiment, n’est-ce pas ?

En tout cas, Rose semblait être le dénominateur commun de tout ce dont parlaient les deux hommes et, malgré la situation dans laquelle elle le mettait, Archibald la remerciait tout de même de lui fournir une excuse pour faire la conversation. Et si ça pouvait aussi pousser Thaddeus à se sentir en confiance et à s’ouvrir un peu à lui… c’était parfait.

- Oui, c’est vraiment dommage que Rose ait eu cet… empêchement, acquiesça Archie, affichant un sourire un tantinet crispé. Mais si elle nous apprécie tous les deux, il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas nous entendre ! Je suis prêt à accepter la mission qui nous incombe, Thaddeus. Prendrez-vous le risque avec moi ? demanda alors le jeune homme en haussant un sourcil malicieux.

Eh bien quoi ? N’était-il pas temps d’entrer dans le vif du sujet ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 123
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue20 / 10020 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeMer 14 Avr - 15:32

Un artiste ! Archibald peut bien récuser le terme, parler très modestement de son coup de crayon, Thaddeus n’est pas dupe ; Rose lui a souvent parlé des talents de dessinateur du jeune homme, et cette modestie de façade, Yaxley la pratique trop lui-même pour ne pas la reconnaître. Oh, moi, un écrivain ? Il proteste à chaque fois qu’on le qualifie ainsi, dit que le mot est beaucoup trop grandiloquent, qu’il ne mérite pas pareil titre de noblesse - et intérieurement, il en redemande. Encore ! L’ego de l’artiste n’en a jamais assez. Celui de Thaddeus, en tout cas, celui qu’il dissimule soigneusement sous cette humilité feinte. Savoir que Rose a parlé à Archibald de ses activités littéraires le comble de plaisir. Aucune raison que ce ne soit pas vrai pour Ollivander ; après tout, qui n’est pas ravi de savoir qu’il est au centre de l’attention de ses amis, et que ses talents sont reconnus ?

-Vous êtes trop modeste, Archibald, réplique Thaddeus aux protestations de son interlocuteur. Rose m’a dit que vous étiez vraiment doué. Et pour tout vous dire, c’est quelque chose qui pique ma curiosité. J’ai en projet un cycle de romans pour enfants, et j’aurai besoin d’un illustrateur. Qui sait si vous ne pourriez pas être cet illustrateur ? Vous voyez, je suis bassement intéressé, en fait.

Il sourit quand Archie évoque Rose et le fait qu’elle n’aurait pas provoqué une rencontre si elle n’avait pas été sûre qu’ils s’entendraient bien. Thaddeus soupçonne même que sa cousine a fait un calcul bien plus élaboré ; il lui a parlé de son projet de livres pour enfants et de sa recherche d’un illustrateur, et il ne serait pas étonné qu’elle ait cherché à l’aider sans le dire.

-Je ne vous laisserai pas tomber, Archibald, déclare le juge avec gravité. Nous relèverons ce défi ensemble. D’ailleurs, si vous le voulez bien, je serais curieux de jeter un coup d'œil à vos dessins… si ça ne vous dérange pas de me les montrer, bien entendu. Mais je suis convaincu que Rose n’a pas provoqué notre rencontre par hasard. Elle connaît à la fois vos dessins et mes écrits et a dû se dire que tout cela irait bien ensemble.

Lorsqu’ils se séparent, quelques minutes plus tard, Yaxley et Ollivander ont convenu d’un rendez-vous pour le vendredi suivant, en fin de journée. Archibald préparera une sélection de ses dessins, pour que Thaddeus puisse juger de son coup de pinceau. De son côté, lui viendra avec des extraits de ses romans, de manière à donner à son potentiel illustrateur une idée de ce dont il a besoin.


*

En sortant du Chaudron Baveur, Thaddeus prend sa plume pour envoyer un mot à Rose, en songeant qu’elle sera contente de savoir qu’il a sympathisé avec le jeune Ollivander. La jeune femme insiste pour qu’ils se voient avant le fameux vendredi, et, lorsqu’ils se rencontrent, le jeudi soir, c’est un véritable coup de tonnerre pour lui. Après quelques travaux d’approche, Rose lui annonce sans ambages que l’intérêt d’Archibald n’est pas uniquement artistique. Lorsqu’il comprend ce qui se trame, le premier réflexe de Thaddeus est d’annuler le rendez-vous, mais Rose n’est pas d’accord. Certainement pas. Ce serait très impoli, et elle serait très déçue. La conversation s’éternise, et Yaxley doit bien s’avouer qu’il est intrigué. Jamais il n’avait imaginé pouvoir plaire à quelqu’un. Il ne se juge ni laid ni repoussant, mais simplement en-dehors de tout cela… et voilà qu’un jeune homme le trouve “charmant” !

Les vingt-quatre heures suivantes sont un véritable calvaire. Annulera ? annulera pas ? Toutes les cinq minutes, Thaddeus change d’avis. Les mots de Rose finissent par le décider à se rendre chez Archibald :
“si tu n’essaies pas, tu regretteras”. Elle a raison, se dit-il en prenant les brouillons qu’il a préparés dans un sac. Il ne risque rien, après tout.

Malgré cette certitude, c’est un Thaddeus blême qui vient frapper, à l’heure dite, à la porte d’Archibald. Une agréable odeur de cuisine vient lui flatter les narines lorsque le jeune homme vient ouvrir, mais, en voyant son sourire, il se remémore toute sa conversation avec Rose et doit lutter contre l’envie de fuir à toutes jambes. D’une voix passablement défaite, il lance, faute de savoir quoi dire :

-Bonsoir, Archibald… je… j’espère que je ne suis pas en retard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
Archibald Ollivander
▌ Messages : 128
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue70 / 10070 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Noyer, plume de Phénix, 27,4 cm, flexible
Camp: Neutre
Avatar: Finlay MacMillan

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeMar 18 Mai - 23:55

Go Big Or Go Home
ft. Thaddeus Yaxley
Archie avait été un enfant très solitaire et isolé, perdu dans le manoir familial bien trop grand pour lui. Son enfance n’était pas une période de sa vie dont il aimait se souvenir, et c’était pourtant là qu’était née sa créativité. A force de solitude, le petit Ollivander avait trouvé des moyens de se distraire, à coup de plume, de crayons et de parchemin. Au fil du temps et de sa passion pour les baguettes, son coup de crayon s’était affiné et, à vrai dire, Archibald n’était pas peu fier des œuvres qu’il produisait. Mais il n’était pas un artiste, pas vraiment : pour lui, un artiste était celui qui partageait son art ; le jeune homme, lui, avait plutôt tendance à le garder pour lui, comme un à côté, un passe-temps qui prenait tout de même une grande place dans sa vie.

Le jeune homme lâcha donc un sourire humble face à la remarque de Thaddeus, qui, soudain, semblait bien plus sûr de lui. Il lui parla de son projet, piquant l’intérêt du fabricant de baguettes.

- C’est un beau projet, commenta Archie avec un sourire. Et si mon travail vous plait, je serai ravi d’en faire partie ! J’ai le défaut – ou la qualité, à vous de me dire - de ne pas savoir dire non à un projet bien pensé, vous êtes bien tombé avec moi ! Et qui sait, nous pourrions former une très bonne équipe, vous et moi.

Un sourire pour appuyer son propos. Thaddeus se détendait au fur et à mesure de l’échange, pour le plus grand plaisir d’Archibald, qui découvrait une compagnie bien plus agréable que ce à quoi il s’attendait. Parler de son art semblait avoir totalement métamorphosé le second des Yaxley, qui se révélait petit à petit.

Et donc, en plus d’être charmant, Archibald découvrait un jeune homme avec une discussion tout à fait intéressante.

- Je vous fais confiance, alors, répondit le jeune fabricant avec un petit rire. Et je serai ravi de vous montrer mes dessins – j’espère que je serai à la hauteur de vos attentes.

Archie ne fit aucune remarque sur les intentions de Rose, se contentant d’un sourire un tantinet crispé, puis proposa à son interlocuteur de se revoir pour en reparler. Chez lui, vendredi soir ? Ils pourraient s’échanger leur art… et plus si affinité. Mais, enfin, il ne fallait pas se presser, pensa Archibald en quittant le Chaudron Baveur. Chaque chose en son temps.

Et, tout d’abord, il fallait préparer le repas. Archie était un jeune homme qui aimait s’intéresser à tout, tant dans ses projets que dans ses passions, et c’était grâce à ce papillonnage intempestif qu’il était tombé dans le monde de la cuisine. Il ne voulait pas se jeter des fleurs, mais il était plutôt doué – Rose pouvait en attester, pour avoir été sa testeuse pour la très grande majorité de ses recettes. Alors, le jeudi, tandis que Thaddeus se laissait prendre à son anxiété suite à la révélation de Rose, Archibald était allé faire les courses. Que faire ? Quelque chose de simple, mais de raffiné, qui puisse lui plaire mais le dépayser… Un risotto ? Et quoi avec ? Viande, poisson ? Archie n’avait aucune idée de ce que pouvait aimer, ou pas, Thaddeus, et c’était un choix cornélien.

Mais finalement, le vendredi soir, Archie était plutôt satisfait de son repas et, après avoir rangé son appartement – qui en avait somme toute besoin… - et s’être préparé à recevoir son hôte, le jeune homme avait sorti quelques-uns de ses dessins, rassemblés dans une pochette posée sur la table basse du salon.

Ce fut donc tout sourire, et loin de se douter de l’anxiété de Thaddeus, qu’Archibald vint ouvrir à son invité lorsque ce dernier se présenta devant sa porte.

- Bonsoir ! Pas du tout, vous êtes pile à l’heure, le rassura-t-il en ouvrant plus grand la porte. Entrez, je vous en prie.

Archie referma la porte derrière son convive, puis se tourna vers lui.

- Je vous débarrasse de votre veste ? Faites comme chez vous surtout, le salon est juste là, ajouta-t-il en indiquant la pièce d’un geste du bras. Je reviens tout de suite, le temps de couper le feu en cuisine. Vous voulez boire quelque chose ? J’ai du vin, si vous voulez, ou peut-être voulez-vous quelque chose sans alcool ?

Bon, pour être tout à fait honnête, Archibald n’était peut-être pas aussi serein qu’il en avait l’air. C’était rare que le jeune homme reçoive quelqu’un d’autre que Rose dans son appartement, et il devait avouer qu’il priait tous les grands sorciers pour faire bonne impression. Oublié les manigances de Rose, il souhaitait juste, ici, prendre soin de son hôte et passer une bonne soirée.

Quelques secondes plus tard, Archie revint au salon, deux verres en main qu’il déposa sur la table basse, l’un en face de Thaddeus et l’autre pour lui. Il se tourna ensuite vers son invité, et remarqua enfin l’air un peu pâle de son hôte.

- Thaddeus ? Tout va bien ? demanda-t-il, ayant la terrible impression d’avoir déjà vécu ce moment.

Inquiet, et inconscient d’être la raison du trouble de son invité, Archibald plaça une main sur l’épaule du jeune homme, juste assez pour être présent mais pas suffisamment pour exercer une véritable présent.

Tout un art que de s’imposer en douceur .

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Thaddeus Yaxley
▌ Messages : 123
Humeur :
Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Left_bar_bleue20 / 10020 / 100Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de tilleul, crin de licorne, 27,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Nicolas Duvauchelle

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitimeMar 1 Juin - 18:38

Comment rendre compte de la tempête qui résonne sous le crâne de Thaddeus depuis son entrevue avec Rose, et de son aggravation soudaine ? Le juge parvient tant bien que mal à donner le change ; s’il semble nerveux, on ne devine pas quel combat intérieur se livre dans son esprit. Au prix d’un effort considérable sur lui-même, il ne laisse transparaître - du moins l’espère-t-il - qu’une légère émotion, guère étonnante pour qui le connaît ; après tout, on le sait à fleur de peau, enclin aux réactions excessives. Il lui faut une bonne dose de concentration et d’auto-persuasion pour se comporter à peu près normalement ; après tout, Rose l’a rassuré sur ce point, il ne se passera rien sans son consentement exprès. Il peut très bien passer la soirée avec Archie et rentrer chez lui sans avoir fait autre chose que parler travail, s’il le veut.

Sait-il qu’il se fait des illusions en se répétant cela ? Sait-il que s’il est venu, en connaissance de cause, c’est sans doute que lui-même espère bien faire autre chose que parler travail ? Difficile à dire. Dans l’esprit fantasque du cadet Yaxley, la lucidité est bien souvent reléguée au second plan, quand elle n’est pas purement et simplement absente. Un autre se rendrait compte de tout cela, et assumerait son choix ; Thaddeus s’aveugle, vient au rendez-vous en faisant semblant d’en ignorer les conséquences - ou en les ignorant vraiment - et panique.

Il reste planté là quelques secondes, les bras ballants, avant de se décider à se débarrasser de sa veste comme le propose son hôte. C’est qu’il fait incroyablement chaud, tout d’un coup. Maintenant qu’il est en chemise, il n’a plus le choix ; il ne peut plus rester sur le palier, encore moins faire demi-tour, alors il entre dans l’appartement, en tâchant d’avoir l’air détendu. L’endroit est accueillant, propret, et une bonne odeur de cuisine flotte dans l’air… Mais l’angoisse revient, dans un de ces à-coups terribles qui rythment la vie de Thaddeus depuis la veille. Le jeune Ollivander lui demande s’il veut boire quelque chose, en indiquant qu’il peut lui servir un breuvage sans alcool.


-Au contraire, Archibald, répond Yaxley d’une voix faiblarde, en essayant de sourire quand même. Donnez-moi quelque chose de fort. Vous avez du whisky ?

Il va passer pour un poivrot, mais tant pis ; l’heure n’est plus aux demi-mesures. La panique reflue un peu, puis revient, dans un cycle beaucoup plus rapide que durant les précédentes heures. Ces changements de dispositions d’esprit doivent se lire clairement sur le visage de Thaddeus, puisqu’Archibald s’en inquiète.

-Oui, oui, ça va, ne vous inquiétez pas. Je suis juste un peu nerveux, mais Rose a dû vous dire que j’étais quelqu’un d’assez timide.

Bel euphémisme pour dire coincé ; sa cousine le lui a gentiment fait comprendre que c’était le terme exact pour le décrire, et qu’il était temps de prendre les choses à bras-le-corps. Curieuse façon de voir les choses. Les jambes de Thaddeus flageolent un peu ; il profite de la permission donnée par Archibald et s’installe au salon, sur le canapé. Tout est sous contrôle, se répète-t-il. La méthode finit par porter ses fruits, et lorsque le jeune fabricant de baguettes revient avec l’apéritif, il retrouve un Thaddeus presque détendu, bavard - à moins qu’il ne noie sa timidité sous un flot de paroles :

-C’est vraiment agréable chez vous, Archibald. Et puis je ne sais pas ce que vous avez préparé, mais ça sent très bon. J’espère que vous ne vous êtes pas donné trop de mal pour moi, je m’en voudrais de vous avoir donné du travail, je sais que vous êtes déjà très occupé… Je vous ai apporté quelques extraits de mes textes, pour que nous puissions y jeter un coup d’oeil, si vous le souhaitez. J’ai eu du mal à choisir, mais j’ai pris les brouillons de mon livre pour enfants, et quelques autres textes qui me semblent représentatifs de mon style. Rose m’a dit que vous étiez curieux et qu’une coopération érotique pourrait vous intéresser, et c’est mon cas aussi.

Évidemment, il a voulu dire artistique, mais l’inconscient joue parfois de bien vilains tours. Thaddeus ne s’est rendu compte ni de son lapsus, ni de la réaction qu’il a causée chez Archibald, et il continue de papillonner :

-De mon côté, je ne vous cache pas que je serais ravi de voir vos dessins, pour voir si. Archibald ? vous vous sentez bien ? vous avez l’air tout pâle, tout à coup. Tenez, prenez votre verre, buvons à notre future collaboration.

Le sourire de Thaddeus est bienveillant, rassurant, loin de l’expression de panique qui devrait être la sienne après un lapsus aussi révélateur. Il prend son verre, le lève en regardant Archibald dans les yeux, en espérant que le jeune homme retrouve rapidement ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Empty
Message#Sujet: Re: Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley   Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Go Big Or Go Home || Thaddeus Yaxley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-